loader
Recommandé

Principal

Prévention

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome de l'estomac?

L'adénocarcinome de l'estomac est une tumeur maligne commune du système digestif. Une tumeur est formée à partir de cellules altérées de l'épithélium glandulaire recouvrant les parois de l'organe. Aux premiers stades de développement, aucun symptôme n'est observé, ce qui complique considérablement la détection de la pathologie. Dans le futur, il y a une douleur dont l'intensité augmente avec la croissance de la tumeur. Elle s'accompagne d'une diminution de l'appétit, d'une sensation de lourdeur dans la région épigastrique, de nausées et de vomissements, d'une nette diminution de poids et d'une faiblesse générale.

Le diagnostic du cancer gastrique commence par une radiographie, une endoscopie et la détection de marqueurs tumoraux dans le sang. Le seul traitement efficace est la chirurgie pour enlever une tumeur avec une portion de tissu sain. La chimiothérapie et la radiothérapie sont utilisées comme méthodes thérapeutiques supplémentaires, ainsi que lorsqu'il est impossible d'effectuer une intervention chirurgicale. Le nombre de personnes vivant avec un adénocarcinome dans l'estomac dépend de nombreux facteurs: le stade de la maladie, le traitement appliqué, l'état général du corps, la présence de comorbidités.

Les causes de la maladie

L'adénocarcinome de l'estomac est une tumeur maligne. Il s'agit du type de cancer le plus répandu chez plus de la moitié des patients des oncologues. En Russie, en Ukraine, au Japon et dans certains pays européens, elle se classe au premier rang des décès. Cette pathologie est le plus souvent impliquée lorsqu'on parle de cancer de l'estomac. Le principal danger de cette maladie est l'impossibilité d'un dépistage précoce en raison de l'absence de symptômes caractéristiques. Environ 30% des patients consultent un oncologue présentant des symptômes de formes avancées de tumeurs malignes. Un grand nombre de processus pathologiques associés rendent la chirurgie radicale impossible. Le nombre de décès au cours des opérations approche 12 sur 100 patients.

Les causes exactes de l'adénocarcinome chez l'homme sont inconnues. Le principal facteur considéré est l'exposition à long terme à des substances cancérogènes dans le contexte d'une détérioration de la sécrétion et d'une altération de l'apport sanguin à l'organe. Le développement de tumeurs du système digestif a plusieurs raisons. Les processus de malignité peuvent être dus à une prédisposition génétique, à des habitudes alimentaires, à l'influence de produits chimiques nocifs. Certains médecins associent un risque élevé de cancer de l'estomac à la vie active du microorganisme pathogène - Helicobacter pylori. C’est la principale cause de gastrite et d’ulcères gastriques, considérés comme des processus pathologiques de base.

L'incidence de la maladie est également causée par l'âge. L'adénocarcinome de l'estomac est le plus souvent diagnostiqué chez les personnes âgées. De plus, le risque de contracter cette maladie chez les hommes est deux fois plus élevé que chez les femmes. Un régime alimentaire inapproprié, le tabagisme et la consommation d'alcool jouent un rôle important dans le développement du cancer gastrique. L'alcool contribue à l'émergence de foyers de prolifération locaux dans les muqueuses de l'estomac, qui finissent par se transformer en néoplasmes malins. Le développement de l'adénocarcinome peut également contribuer à:

  • régimes pauvres en fibres, en vitamines et en antioxydants;
  • des processus pathologiques tels que la polypose, la gastrite atrophique et hyperplasique;
  • Les causes endogènes comprennent une augmentation du nombre de composés azotés formés dans les tissus d'un organe lors de certains processus pathologiques.

Les tumeurs malignes n'apparaissent presque jamais dans les tissus sains. Les gastroentérologues distinguent plusieurs formes de conditions précancéreuses, accompagnées de modifications des cellules épithéliales. Ceux-ci incluent: gastrite chronique, polypose, ulcères, effets de la résection gastrique. Reportez-vous aux processus pathologiques de base dans lesquels des changements confirmés morphologiquement sont détectés, indiquant le début du processus de malignité (transformation maligne). Ces maladies combinent le terme "dysplasie".

Classification des tumeurs malignes

Il existe plusieurs formes d'adénocarcinome de l'estomac, qui ont leurs propres caractéristiques histologiques et manifestations cliniques:

  1. Le cancer de l'ulcère a la forme d'une tumeur plate avec une manifestation dans sa partie centrale.
  2. Skirr est caractérisé par la propagation d'une tumeur maligne sur de grandes zones avec une pénétration profonde dans les parois de l'estomac.
  3. Cancer polypoïde - une tumeur qui a des limites claires, ressemblant à une croissance importante.
  4. Un adénocarcinome pseudo-ulcéreux de l'estomac présente des symptômes ulcéreux.
  5. Le cancer tubulaire est une tumeur constituée de cellules épithéliales cylindriques.
  6. L'adénocarcinome muqueux est un néoplasme constitué d'éléments mucineux.

La classification TNM prend en compte le degré de pénétration de la tumeur dans les parois des organes, la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux, les dommages causés aux tissus proches et lointains. Il y a 4 stades de la maladie. Il existe une classification qui prend en compte les caractéristiques histologiques du néoplasme. L'adénocarcinome peut avoir une forme de bas grade, bien différenciée et modérément différenciée. Chaque type de maladie a ses propres symptômes, pronostic et méthode de traitement.

Tableau clinique du cancer gastrique

Le médecin peut suspecter un adénocarcinome si le patient se plaint de douleurs aiguës dans la région épigastrique. Son intensité ne dépend pas de l'apport alimentaire ni de la position du corps. La douleur peut être associée à des nausées, des vomissements, des éructations constantes, une perte d'appétit. Il y a souvent des violations des fonctions de l'intestin - diarrhée, constipation, flatulence. Le cancer de l'estomac se caractérise par une perte de poids spectaculaire, de la fatigue, de l'apathie. En outre, le médecin doit faire attention à la présence de signes indirects: manque de satisfaction à manger, sensation de lourdeur abdominale, baisse du taux d'hémoglobine dans le sang, fatigue accrue, efficacité médiocre.

Les symptômes du cancer gastrique dépendent de la localisation de la tumeur, de son taux de croissance, de ses caractéristiques histologiques, de la présence de métastases dans des organes proches et distants. Les symptômes locaux se produisent lorsqu'une tumeur en croissance commence à perturber le fonctionnement de l'estomac. En présence d'une tumeur dans la région de transition de l'organe au duodénum, ​​des symptômes de sténose du pylore se manifestent. L'adénocarcinome de l'estomac, qui se développe dans sa partie centrale, ne présente aucun signe depuis longtemps. Cela est dû à un volume suffisant du corps. Une tumeur similaire n'est détectée que lorsqu'elle atteint une taille importante. Par conséquent, le cancer gastrique n'est détecté que lorsque des signes d'empoisonnement du corps apparaissent.

Avec adénocarcinome de la section cardiale de l'estomac, on observe un caractère croissant du tableau clinique. Une dysphagie légère survient aux premiers stades. Il y a des difficultés à avaler, des douleurs lors du passage du morceau de nourriture. Le patient doit boire beaucoup de nourriture avec de l'eau. Par la suite, le passage de fluide devient difficile. Avec la pénétration d'une tumeur maligne dans les organes voisins, le tableau clinique peut être très divers. La localisation et l'intensité de la douleur dépendent de la taille et de la localisation des foyers secondaires. La présence de métastases dans des organes et des tissus distants aggrave considérablement le pronostic et réduit le taux de survie moyen à cinq ans.

Méthodes de détection du cancer gastrique

L'enquête joue un rôle important dans le diagnostic de l'adénocarcinome. Une analyse détaillée des symptômes caractéristiques ainsi que des signes indirects permet au médecin de poser facilement un diagnostic préliminaire. Cette maladie n'a pas d'histoire étendue. Le gastro-entérologue examine les zones les plus exposées à la pénétration de métastases: les ganglions lymphatiques cervicaux et thoraciques, le foie, les organes pelviens et les poumons. Pour confirmer le diagnostic utilisé méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire. Une numération globulaire complète peut détecter une anémie qui survient dans presque tous les types de cancer. Les néoplasmes malins contribuent à l’apparition dans le corps de substances spéciales détectées au moyen d’une analyse spéciale.

Une gastroscopie et une endoscopie avec biopsie simultanée permettent d’examiner en détail la zone touchée et de prélever le matériel à des fins de recherche. La détection des cellules malades dans l'échantillon résultant est un signe fiable de cancer. Déterminer le type de tumeur vous permet de définir la forme de la maladie, de faire une prévision et de choisir le schéma de traitement optimal. L'examen radiographique à l'aide d'un agent de contraste permet de détecter des anomalies dans la structure de l'organe. Les signes caractéristiques de l'adénocarcinome sont déterminés - modifications du remplissage et des contours. Le diagnostic par échographie endoscopique aide à déterminer l'étendue des dommages causés aux parois de l'estomac par une tumeur maligne. Au cours de la procédure, une biopsie à l'aiguille fine de la zone touchée est réalisée.

CT et IRM sont utilisés dans le diagnostic des formes avancées de cancer. Ils vous permettent de détecter non seulement le foyer principal, mais également les métastases situées dans les ganglions lymphatiques régionaux, les tissus proches et distants. Les résultats de la tomographie aident le médecin à choisir les techniques thérapeutiques les plus efficaces. L'adénocarcinome de l'estomac doit pouvoir être distingué de la gastrite, des ulcères et de la polypose.

Façons de traiter la maladie

Le moyen le plus efficace de prolonger la vie dans le cancer gastrique est la chirurgie radicale. La radiothérapie et la chimiothérapie sont rarement utilisées comme méthodes thérapeutiques indépendantes. Les principales indications pour leur nomination sont:

  • l'impossibilité de l'opération;
  • cancer avancé;
  • la présence de métastases dans des organes distants.

Il existe 2 types d'interventions chirurgicales: gastrectomie et résection sous-totale. Dans le premier cas, l'estomac est enlevé avec une partie de l'œsophage, du duodénum et le tissu tumoral environnant. Le second type d'intervention chirurgicale implique le retrait d'une partie de l'organe présentant une tumeur maligne. Le choix du type d'opération est effectué en tenant compte de l'emplacement et de la taille de la tumeur et de ses caractéristiques histologiques.

Si un tel traitement ne conduit pas à la disparition complète d'une tumeur maligne, des techniques palliatives peuvent être appliquées pour faciliter la vie des personnes souffrant de cancers gastriques avancés. Ceux-ci incluent le stenting, préservant la lumière du corps. Un tel traitement permet au patient de pouvoir se nourrir. La plus efficace est la thérapie au laser, qui consiste à éliminer cette tumeur maligne par un faisceau dirigé.

La chimiothérapie pour l'adénocarcinome n'a pratiquement aucun effet sur le pronostic. Utilisé avant l'opération pour détruire un certain nombre de cellules altérées et améliorer les résultats du traitement. L'irradiation est prescrite après la chirurgie. Il est nécessaire d'empêcher le re-développement d'une tumeur maligne. Ce n'est pas considéré comme un traitement indépendant du cancer gastrique. Au stade 4 de la maladie, le traitement palliatif permet à une personne de vivre plus longtemps sans douleur.

Survie pour adénocarcinome

Après avoir entendu un terrible diagnostic, les patients se demandent souvent combien de personnes vivent avec un adénocarcinome à l'estomac. Le pronostic est déterminé par le type et le stade du cancer, le traitement utilisé, l'état général du corps. La survie à cinq ans est observée dans les tumeurs cardiovasculaires. Cela est dû à l'apparition précoce des symptômes. C'est le traitement radical initié en temps opportun qui permet un rétablissement complet. Le pronostic dépend également des caractéristiques morphologiques de la tumeur.

Adénocarcinome: types (haut, bas, modérément différencié), localisation, pronostic

L'adénocarcinome est une tumeur maligne de l'épithélium glandulaire. Après avoir reçu l'avis d'un médecin chez lequel un adénocarcinome a été diagnostiqué, chaque patient souhaite savoir à quoi s'attendre de la maladie, quel est son pronostic et quelles méthodes de traitement lui seront proposées.

L'adénocarcinome est peut-être le type de tumeur maligne le plus courant, pouvant se former dans presque tous les organes du corps humain. Peut-être pas le cerveau, les structures du tissu conjonctif, les vaisseaux sanguins.

L'épithélium glandulaire constitue la muqueuse des organes digestif et respiratoire, est représenté dans le système urogénital et constitue la base des glandes de la sécrétion interne et externe. Le parenchyme des organes internes - le foie, les reins, les poumons - est représenté par des cellules hautement spécialisées pouvant également donner lieu à un adénocarcinome. La peau, l'un des organes les plus étendus d'une personne, est touchée non seulement par un carcinome épidermoïde, mais également par un adénocarcinome, qui provient des glandes intradermiques.

adénocarcinome - carcinome papillaire de l'épithélium glandulaire (à gauche) et carcinome épidermoïde - carcinome de l'épithélium squameux (à droite)

Il y a plusieurs siècles, les guérisseurs savaient déjà que tous les adénocarcinomes ne se développaient pas rapidement, ce qui ruinait le patient en quelques mois. Des cas de croissance plus lente, avec métastase tardive et un effet positif de son élimination, ont été décrits, mais l'explication de ce fait est venue beaucoup plus tard lorsqu'il est devenu possible de regarder «à l'intérieur» de la tumeur avec un microscope.

L'examen microscopique a ouvert une nouvelle étape en oncologie. Il est devenu évident que les tumeurs ont une structure inégale et que leurs cellules ont un potentiel différent de reproduction et de croissance. À partir de ce moment, il devint possible d'identifier des tumeurs dans des groupes en fonction de leur structure et de leur origine. Les caractéristiques cellulaires et tissulaires de la néoplasie constituaient la base de la classification, dans laquelle la place centrale était occupée par les cancers - les adénocarcinomes et les variantes malpighiennes, en tant que types de tumeurs les plus courants.

Types d'écrevisses glandulaires

L'épithélium est la base de l'adénocarcinome, capable de sécréter diverses substances - mucus, hormones, enzymes, etc. Il est généralement similaire à celui de l'organe dans lequel une tumeur est détectée. Dans certains cas, l'épithélium malin est très similaire à l'épithélium normal et le médecin peut facilement déterminer la source de la croissance néoplasique, alors que dans d'autres cas, l'origine exacte de la néoplasie ne peut être déterminée que par un examen microscopique, car les cellules cancéreuses sont trop différentes du tissu d'origine.

image histologique de l'adénocarcinome

Le degré de "similarité" ou de différence par rapport à l'épithélium normal dépend de la différenciation des cellules. Cet indicateur est très important et, dans le diagnostic, il apparaît toujours avant le terme "adénocarcinome". Le degré de différenciation signifie le degré de maturité des cellules tumorales, le nombre de stades de développement auxquels elles ont réussi et la distance qui les sépare de la cellule normale.

Il est facile de deviner que plus le degré de différenciation est élevé et, par conséquent, l'organisation interne des cellules, plus la tumeur sera mature et le meilleur pronostic que l'on peut en attendre. En conséquence, une faible différenciation indique une immaturité des éléments cellulaires. Elle est associée à une reproduction plus intensive, de sorte que ces tumeurs se développent rapidement et commencent à se métastaser tôt.

Du point de vue des caractéristiques histologiques, il existe plusieurs degrés de maturité des cancers glandulaires:

  • Adénocarcinome hautement différencié;
  • Modérément différencié;
  • Faible différencié.

Les tumeurs hautement différenciées ont des cellules assez développées qui ressemblent beaucoup à celles des tissus sains. De plus, une partie des cellules de la tumeur peut être complètement formée correctement. Parfois, ce fait est la raison des conclusions erronées, et un médecin inexpérimenté peut «voir» la tumeur du tout, en le prenant pour une autre pathologie non tumorale.

Les adénocarcinomes hautement différenciés sont capables de former des structures, comme des cellules matures des muqueuses ou des glandes. Il est appelé papillaire, lorsque les couches cellulaires forment des papilles, tubulaire, si les cellules forment des tubules comme les canaux excréteurs des glandes, trabéculaire, lorsque les cellules sont «pondues» dans des cloisons, etc. La caractéristique principale d'un adénocarcinome très différencié de la position de la structure histologique est considérée comme très similaire au tissu normal en présence de quelques signes d'atypie - gros noyaux, mitoses pathologiques, prolifération accrue (reproduction) des cellules.

L'adénocarcinome modérément différencié ne peut pas "se vanter" d'un développement cellulaire aussi élevé en tant qu'espèce hautement différenciée. Ses éléments dans leur structure commencent à s'éloigner des cellules matures, s'arrêtant aux étapes intermédiaires de la maturation. Dans ce type d'adénocarcinome, les signes de malignité ne peuvent être négligés - les cellules de tailles et de formes différentes sont divisées de manière intensive et on peut observer dans les noyaux un grand nombre de mitoses anormales. Les structures de l'épithélium deviennent désordonnées. Dans certains fragments, la néoplasie ressemble encore à un tissu mature, dans d'autres (et la plupart d'entre elles), elle perd l'organisation du tissu et des cellules.

L'adénocarcinome de bas grade est considéré comme défavorable en termes d'évolution et de pronostic d'une variante du cancer glandulaire. Cela est dû au fait que ses cellules cessent de mûrir pour atteindre au moins l'état minimal développé, acquièrent de nouvelles caractéristiques, se divisent de manière intensive et capturent rapidement tout le territoire plus vaste qui les entoure.

Avec la perte des signes de maturité, les contacts intercellulaires sont également perdus. Par conséquent, avec une diminution du degré de différenciation, le risque de décollement des cellules de leur grappe principale augmente, après quoi ils tombent facilement dans la paroi des vaisseaux, souvent endommagés par des métabolites tumoraux, et se métastasent avec le sang ou le flux lymphatique.

métastase - une propriété la plus caractéristique des tumeurs mal différenciées

Le type d'adénocarcinome le plus dangereux peut être considéré comme un cancer indifférencié. Avec ce type de néoplasie, la structure des cellules est si éloignée de la norme qu'il est presque impossible de déterminer leur source. Dans le même temps, ces cellules non développées sont capables de se diviser extrêmement rapidement, conduisant rapidement à l'apparition d'une grosse tumeur.

La division rapide nécessite d'importantes ressources en nutriments, que la tumeur "extrait" du sang du patient. Ce dernier perd rapidement du poids et est en panne. Après avoir excrété des produits métaboliques au cours d'une reproduction intensive, un adénocarcinome indifférencié empoisonne le corps du patient et provoque des troubles métaboliques.

Détruisant tout sur son passage dans les meilleurs délais, un cancer glandulaire indifférencié est introduit dans les tissus et organes voisins, le sang et le système lymphatique. La métastase est l'une des manifestations les plus importantes de tout adénocarcinome, qu'elle peut réaliser assez rapidement dès son apparition.

L'une des caractéristiques des tumeurs basses et indifférenciées est la possibilité que les cellules acquièrent de nouvelles propriétés. Par exemple, une tumeur commence à sécréter du mucus (cancer gluant), des substances biologiquement actives, des hormones. Ces processus affectent inévitablement les manifestations cliniques.

Adénocarcinome en diagnostic

Souvent, dans les extraits ou les conclusions des médecins, vous pouvez trouver des expressions telles que «maladie du côlon», «c-r prostate». Ainsi voilé peut indiquer la présence d'un cancer. Les diagnostics plus précis contiennent le nom de la tumeur, dans ce cas, adénocarcinome, avec l'indication obligatoire du degré de différenciation - hautement, modérément ou faiblement différencié.

Le degré de différenciation peut être désigné par G1, 2, 3, 4, avec le G élevé, la maturité inférieure de la néoplasie, c’est-à-dire qu’une tumeur hautement différenciée correspond à G1, une différenciation modérée - G2, peu différenciée G3, anaplasique (cancer non différencié) - G4.

Le diagnostic peut indiquer le type de structure - tubulaire, papillaire, etc., où et comment le cancer s'est développé et quels changements il a provoqué. Il est nécessaire de clarifier la présence ou l'absence de métastases, si elles existent, les lieux de leur détection sont indiqués.

Le risque de métastases est directement lié au degré de différenciation des adénocarcinomes. Plus il sera élevé, plus les métastases seront retrouvées, car les cellules ont toujours des liens étroits. Avec des adénocarcinomes peu différenciés, les métastases apparaissent rapidement.

Le mode préféré de propagation des cellules cancéreuses glandulaires est considéré comme lymphogène - à travers les vaisseaux lymphatiques. Ces vaisseaux collectent la lymphe de tous les organes et la dirigent vers les ganglions lymphatiques, qui servent de filtre pour contenir les micro-organismes, les molécules de protéines, les cellules périmées et leurs fragments. Dans le cas de la croissance du cancer, ses cellules sont également retenues par les ganglions lymphatiques, mais ne meurent pas mais continuent à se multiplier, formant une nouvelle tumeur.

La présence ou l'absence de métastases, ainsi que la "plage" de leur distribution sont indiquées par la lettre N avec le numéro correspondant (N0, N1-3). Détection de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins - N1, dans la télécommande - N3, absence de métastases - N0. Ces symboles dans le diagnostic de l'adénocarcinome doivent être notés.

Le pronostic du cancer glandulaire est directement lié au degré de différenciation des cellules tumorales. Plus il est élevé, meilleures sont les prévisions. Si la maladie est dépistée tôt et qu'un «adénocarcinome hautement différencié» apparaît dans la conclusion, en particulier lorsque N0-1, le pronostic est considéré comme favorable et le patient peut même espérer une guérison complète.

La perspective d'un adénocarcinome peu différencié est beaucoup plus difficile à qualifier de bonne. S'il n'y a pas de métastases, alors le pronostic peut être favorable, mais pas chez tous les patients. Lorsqu'une tumeur se propage aux organes voisins, à des métastases lymphogènes ou hématogènes étendues, en particulier à l'extérieur de la région du corps où la tumeur se développe, le patient peut être considéré comme non coopérant et le traitement consistera principalement en des mesures de soutien et symptomatiques.

Types spécifiques d'adénocarcinome

L'évolution des cancers glandulaires est semblable à bien des égards, mais l'une ou l'autre de leurs variétés peut prévaloir dans différents organes. Ainsi, parmi les tumeurs de l'estomac, la variante prédominante est l'adénocarcinome. Ce n'est pas accidentel, car la muqueuse de cet organe est une grande surface de l'épithélium et, dans son épaisseur, se concentre un grand nombre de glandes.

À cet égard, la couche interne de l'intestin est également un sol «fertile» pour la croissance de l'adénocarcinome. Dans le gros intestin, les espèces les plus fréquemment différenciées sont les plus fréquentes - adénocarcinome papillaire tubulaire; par conséquent, le pronostic du cancer du côlon glandulaire est généralement favorable.

Les variantes de bas grade de l'adénocarcinome du tractus gastro-intestinal sont souvent représentées par le cancer du cricoïde, dont les cellules forment activement le mucus, elles-mêmes et y meurent. Ce cancer se manifeste négativement, se métastasant tôt dans les ganglions lymphatiques situés près de l'estomac, du mésentère et par les vaisseaux sanguins, atteignant le foie et les poumons.

Le cancer de l'utérus se développe à partir du col ou du corps, où la source devient la couche interne - l'endomètre. Dans cet organe, on observe des différences d'incidence du cancer glandulaire en fonction de la section touchée: dans le col de l'utérus, les adénocarcinomes sont relativement rares, significativement inférieurs en termes de fréquence du carcinome épidermoïde, tandis que dans l'endomètre, l'adénocarcinome est la variante la plus commune des néoplasies.

Parmi les tumeurs du poumon, l'adénocarcinome représente environ un cinquième des néoplasmes malins et se développe principalement dans les parties périphériques de l'arbre bronchique - les petites bronches et les bronchioles, l'épithélium alvéolaire. La dixième partie est constituée de cancers glandulaires peu différenciés - petites cellules, broncho-alvéolaires.

Un trait distinctif de l'adénocarcinome du poumon peut être considéré comme une métastase précoce avec une croissance relativement lente de la tumeur primitive. Toutefois, lorsqu’une maladie est détectée au cours de la première étape, il est possible d’atteindre un taux de survie allant jusqu’à 80%, à condition que le traitement soit commencé à temps.

Dans le cancer de la prostate, l'adénocarcinome représente environ 95% des cas. La prostate étant une glande typique, cette fréquence de cancer glandulaire est compréhensible. La tumeur grossit plutôt lentement, parfois jusqu'à 10-15 ans, alors que la clinique peut ne pas être brillante. Cependant, une métastase précoce des ganglions lymphatiques pelviens rend la maladie dangereuse et peut affecter de manière significative le pronostic.

En plus de ces organes, l'adénocarcinome est présent dans les muqueuses mammaire, pancréatique, cutanée et buccale. Types spéciaux - carcinomes hépatocellulaires et à cellules rénales, qui sont en fait des adénocarcinomes, mais ont une excellente structure, car leurs cellules ne ressemblent pas à l'épithélium glandulaire, mais à des éléments de ces organes qui constituent l'essentiel du parenchyme.

Ainsi, l'adénocarcinome est un type morphologique répandu de tumeurs de localisations très différentes. Pour trouver une indication de sa présence dans le diagnostic, vous devez faire attention au degré de différenciation, qui détermine le taux de croissance et le pronostic. La présence de métastases est également un signe pronostique important du cancer glandulaire.

Avec le diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié en cas de traitement réussi, le taux de survie est assez élevé et atteint 90% ou plus dans certains sites de cancer. Les adénocarcinomes modérément différenciés peuvent donner une chance à la vie avec une détection précoce chez environ la moitié des patients. Les adénocarcinomes peu différenciés et indifférenciés se caractérisent par une faible espérance de vie des patients, généralement inférieure ou égale à 10-15%.

Adénocarcinome de l'estomac

Un adénocarcinome de l'estomac est une tumeur maligne de l'une des parties de l'estomac, devenue très courante ces dernières années. Les médecins ont remarqué que plus souvent une tumeur apparaissait à la suite d’activités actives prolongées de Helicobacter pylori, d’une diminution de l’immunité, de ulcères de l’organe digestif ou d’opérations à l’estomac. L'utilisation d'un grand nombre de nitrites dont le métabolisme dans l'estomac se termine par la formation de nitrosamines. La muqueuse gastrique destructive devient la cause de l’initiation du processus tumoral.

L'analyse statistique de la prévalence de la maladie indique sa détection fréquente dans la cohorte des 40 à 50 ans. La maladie se développe au fil des ans, une condition de sécrétion chronique faible d'acide chlorhydrique ou de polypes y contribue. Parfois, l'adénocarcinome de l'estomac se développe pendant des décennies.

Le graphique montre les gènes les plus mutés du cancer gastrique.

La métastase des organes voisins (ovaires, poumons, foie, etc.) commence à apparaître aux stades précoces du développement, lorsque les cellules malignes se détachent facilement du noeud et sont transportées par le flux sanguin.

Le développement d'un cancer peut provoquer un abus d'alcool et de tabac, la présence dans l'environnement de substances cancérigènes dépassant les limites maximales autorisées, une prédisposition héréditaire.

Le cancer est 1,5 fois plus fréquent chez l'homme que chez le sexe faible. Sensibilité aux maladies chez les amateurs de goût salé, gras et épicé.

Classification des maladies

L'adénocarcinome de l'estomac se présente sous plusieurs formes qui ont une base différente pour les distinguer en catégories systématiques. En pratique clinique, la classification Borman de la maladie est devenue plus populaire que d’autres. Selon la discrétion indiquée, on distingue 4 types d’adénocarcinomes.

  1. Tumeur polyploïde. Il a le pronostic le plus favorable de toutes les tumeurs. Il n'y a pas de fardeau pour un ulcère, il y a une distinction claire entre les tissus frontières. Il survient chez un patient sur 18-20 qui souffre d'un cancer de l'estomac.
  2. Type de tumeur ulcéreuse. Environ un tiers des patients présentent ce type de tumeur, qui n'est pas toujours maligne en analyse histologique. Le renflement de la tumeur n'est pas toujours présent, sa caractéristique principale est les bords inégaux des sections ulcéreuses de la membrane muqueuse.
  3. Il est plus dangereux que les deux premiers types de tumeurs partiellement ulcérées, qui présentent des métastases au début de la période. Des cellules de carcinome individuelles pénètrent dans les couches profondes, tandis que d'autres se propagent rapidement par le sang vers d'autres organes.
  4. Les Skyrrhs, comme on les appelle formations de type tumeur à infiltration diffuse, ont une lésion étendue, capable de capturer des couches de cellules sous la membrane muqueuse. Les patients commencent à faire progresser les premiers signes de la maladie, lorsque la métastase a déjà commencé. Le pronostic favorable du type de cancer par infiltration diffuse est le pire.

Par la nature de la structure, l'adénocarcinome de l'estomac distingue 3 types.

Type hautement différencié

Une tumeur bien différenciée, à l'instar d'autres types de carcinomes, doit être soumise à un examen approfondi. Le but de l’enquête est d’identifier les causes du développement de la tumeur pour influencer leur élimination.

Pour toutes les manifestations d'un cancer hautement différencié, un groupe de facteurs provocants a été établi. L'âge le plus dangereux pour le développement d'un cancer hautement différencié est le troisième âge. Les raisons de l'évolution de la tumeur sont la prédisposition héréditaire, une nutrition déséquilibrée accompagnée de violations du régime et de la gamme de produits utilisés. Le sexe anal et l'infection virale à l'origine des papillomes sont également signalés comme facteurs d'initiation d'une tumeur hautement différenciée dans le tractus gastro-intestinal.

Les causes identifiées comme facteurs de risque de survenue d’une tumeur maligne de l’organe digestif, de diabète sucré et de l’utilisation à long terme de certaines drogues synthétiques ne peuvent être exclues.

Tumeur mal différenciée

Un type de cancer dangereux en raison de la faible différenciation des cellules malignes d'auto-régénération ou de migration d'autres organes et tissus. Le type de carcinome malin le plus rapide et le plus agressif. La prévision consiste à demander rapidement une assistance spécialisée aux oncologues. Le degré de différenciation constitue un indicateur important pour l’établissement d’une prévision, puisque leur relation a été trouvée sous la forme de proportionnalité directe.

Les caractéristiques du traitement consisteront en un algorithme spécifique. Premièrement, ils ont recours à l'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques, après quoi des procédures de chimiothérapie et de radiologie sont prescrites. Dans le traitement du cancer, le patient est soumis à une vitamine et à une nutrition selon un régime établi par un médecin.

Adénome modérément différencié

La tumeur n'est pas complètement différenciée, car elle a un lien flou avec la structure histologique. Les signes spécifiques de la tumeur sont flous. Pour cette raison, les signes communs sont pris en compte. Seul un spécialiste expérimenté peut révéler les caractéristiques du tractus gastro-intestinal. Par conséquent, lors de l'identification d'une tumeur, malgré sa nature moins dangereuse que le type peu différencié, il est nécessaire de l'arrêter.

Stades d'une tumeur maligne

Les tumeurs très différenciées et moyennement différenciées ne montrent pas de stades clairs, le processus par étapes est clairement visible dans les tumeurs faiblement différenciées. Le stade zéro doit être considéré comme une progression du cancer asymptomatique uniquement sur la membrane muqueuse.

  1. Au premier stade, le néoplasme occupe non seulement les muqueuses et la sous-muqueuse, mais se retrouve également dans les ganglions lymphatiques.
  2. La deuxième étape. Dans le tissu lymphoïde des ganglions lymphatiques, une renaissance est perceptible. La lésion atteint la couche de muscle lisse de l'estomac.
  3. Dans la troisième étape, la topographie de l'adénocarcinome est tracée dans tous les tissus de l'estomac. Les ganglions lymphatiques sont complètement touchés.
  4. Le quatrième stade est caractérisé par la présence de processus de cancer (métastases) dans les organes voisins et les tissus voisins.

Adénocarcinome à un stade précoce. A: EGC de type I. La tumeur présente une lésion saillante de plus de 2,5 mm de hauteur. B: type de BEGC. La tumeur est légèrement surélevée et ressemble à de la plaque. C: Type IIC EGC. Lésion légèrement supprimée avec ulcères irréguliers. D: type EGE IIb + IIc. Défaite combinée à plat et déprimée.

Symptômes d'une tumeur

Les premiers stades du cancer gastrique ne présentent pas de signes communs et spécifiques. Plus tard, a découvert un certain nombre de signes de nature générale. Le patient perd rapidement du poids, diminue la performance, se plaint d'impuissance et de fatigue rapide.

Des signes locaux d'adénocarcinome se retrouvent dans le système digestif. Aux premiers stades de la maladie, les signes de nausée et de vomissements peuvent être confondus avec d'autres pathologies gastro-intestinales. Alerte le patient et le médecin, lors de la collecte des antécédents, peuvent modifier les goûts gustatifs. Plus tard, l'inconfort et la douleur dans la région épigastrique se rejoignent. Des brûlures d'estomac constantes et la détection fréquente de sang dans les selles et les vomissements du patient indiquent le remplacement du tissu épithélial et la rupture du carcinome malin avec la défaite de ses macrophages. La perte de sang contribue au progrès du processus anémique. Lorsque la douleur est notée dans l'hypochondre, les os, la poitrine, la tumeur se métastase en toute confiance aux endroits douloureux.

Diagnostic de la maladie

Lorsque des transformations sont détectées dans la muqueuse gastrique à l'aide de l'oesophagogastroduodénoscopie, une biopsie est effectuée avec une collection de cellules de néoplasme pour une analyse histologique.

L'examen radiographique avec l'introduction d'un agent de contraste est une méthode de détection moins informative. Cette méthode est utile pour décrire les contours d’un cancer, sa taille et sa localisation. Le procédé permet également de détecter une diminution de la perméabilité cinétique de l'estomac.

Le stade du carcinome est déterminé par échographie. Les résultats révèlent des métastases dans les ganglions lymphatiques et le foie.

Le degré de développement du cancer, l'état du corps dans son ensemble et la présence de métastases dans d'autres organes sont évalués à l'aide d'une laparoscopie et d'une tomodensitométrie.

Traitement de l'adénocarcinome

La seule méthode possible pour éliminer une tumeur cancéreuse est un traitement radical avec élimination du site de la lésion entouré de ganglions lymphatiques environnants. Aux stades ultérieurs, lorsque la lésion est significative, on procède à l'ablation totale de la section de l'estomac. Après avoir arrêté la tumeur, le tissu est transféré dans une description histologique. Les oncologues obtiennent une description détaillée du médicament et de la macropreparation. Après le retrait de l'adénocarcinome, on prescrit aux patients des médicaments contenant des enzymes gastriques, des antiacides et des agents chimiothérapeutiques.

Médecine populaire

Le traitement par des méthodes traditionnelles n’exclut pas le soulagement de l’état du patient, d’autant plus que la guérison consiste principalement à consommer des plantes qui augmentent la sécrétion d’acide chlorhydrique avec des cellules de revêtement pour compenser la carence de la substance en raison de lésions subies par une partie des cellules. Mais ne faire confiance qu'aux méthodes traditionnelles d'exposition à la tumeur met la vie en danger.

Parmi les remèdes populaires de la plante pour lutter contre le cancer, la teinture sur les cloisons en noyer, le bouleau, les teintures aconit et les fleurs de pomme de terre sont connues.

Prévention

Les mesures prophylactiques générales visant à prévenir le cancer gastrique comprennent un régime alimentaire équilibré, l'exclusion du régime des aliments salés, fumés et d'autres aliments dont l'utilisation est interdite dans toutes les maladies. Refus de mauvaises habitudes, le respect des règles d'un mode de vie sain inhibe l'apparition de la maladie.

Mesures spéciales de prévention du cancer gastrique - examen physique annuel après 45 ans. Une attention particulière devrait être accordée aux personnes atteintes d'un cancer du système digestif dans l'arbre généalogique.

Prévisions

Les données statistiques générales sur la survie des patients après l'ablation chirurgicale d'une tumeur maligne de l'estomac n'ont pas de sens, car les plaintes des oncologues passent à des moments différents. Pour les patients qui ont demandé de l'aide à un stade avancé du cancer, le taux de survie ne dépasse pas 20.

Après la chirurgie en médecine, la méthode d’attente est utilisée. Si les causes du cancer ont été éliminées et que l'opération a réussi, le patient est sous contrôle médical et de laboratoire dans les 5 ans. Après cette période, le patient quitte la liste des patients cancéreux, car il a vaincu le cancer.

  • Êtes-vous fatigué des douleurs d'estomac, des nausées et des vomissements...
  • Et cette brûlure d'estomac constante...
  • Sans parler des troubles de la chaise, alternance de constipation...
  • A propos de la bonne humeur de tout cela et rappelez-vous écœurante

Par conséquent, si vous souffrez d'un ulcère ou d'une gastrite, nous vous recommandons de lire le blog de Sergey Korotov, responsable de l'Institut des maladies gastro-intestinales.

Adénocarcinome de l'estomac

Aujourd'hui, chaque seconde présente une certaine pathologie associée au tube digestif. Mauvais régime alimentaire, qualité de la nourriture consommée, fréquence des repas, tout cela entraîne une augmentation de l'incidence. L'adénocarcinome de l'estomac est l'une des maladies de plus en plus diagnostiquées aujourd'hui. L'incidence de cette pathologie est assez élevée, elle se classe au quatrième rang du nombre total de tumeurs tumorales. Le nombre d'inclusions de nitrites et de nitrates dans les produits des rayons des magasins pouvant nuire à la muqueuse gastrique est à blâmer.

La définition

L'adénocarcinome de l'estomac est une pathologie cancéreuse dont les cellules proviennent de l'épithélium muqueux, la paroi interne de l'estomac. À la suite d'un dysfonctionnement de la réplication de l'appareil génétique d'une cellule, leur dégénérescence maligne se produit, entraînant la formation d'une inclusion pathologique pouvant entraîner des conséquences tragiques pour la vie.

Photo d'adénocarcinome de l'estomac

La localisation la plus classique est considérée comme l’antre et le pylorique. Cela est dû au fait que ces zones de l'estomac sont particulièrement sensibles aux effets mécaniques de la nourriture mal mastiquée et qu'un traumatisme excessif, comme on le sait, conduit à une tumeur maligne.

Anatomie

L'estomac fait partie du tube digestif humain, qui est une masse en forme de sac dont les fonctions sont les suivantes:

Traitement mécanique des aliments.

Production d'acide chlorhydrique.

Fermentation partielle de protéines et de glucides.

Développement du facteur interne de Kastla, impliqué dans le travail du système de coagulation du sang.

Désinfection des aliments par traitement à l'acide gastrique.

Dans la structure de cet orgue, on distingue les parois avant et arrière, grandes et petites courbures. Le trou qui communique l'estomac avec l'œsophage s'appelle cardiaque, voici le bas de l'estomac. L'ouverture de sortie est la section pylorique, après quoi le bol alimentaire se dirige vers le duodénum.

L'écoulement du sang veineux s'effectue dans le système de la veine porte et l'écoulement lymphatique dans les ganglions lymphatiques régionaux, situés dans la zone proche du cœur, autour de l'œsophage, dans le foie. Il est nécessaire de connaître pour mieux comprendre les voies de métastase des tumeurs de l'estomac.

Photo de l'estomac dans la coupe

Dans la structure de la paroi gastrique, il y a trois coquilles - la membrane muqueuse, qui fait face à la cavité de l'organe, musculaire et séreuse, qui fait face à la cavité abdominale.

Causes de développement

Le développement de toute pathologie du cancer n'a pas été étudié de manière fiable. L'adénocarcinome de l'estomac ne fait pas exception. Cependant, des études cliniques ont révélé des facteurs de risque qui augmentent considérablement le risque de cancer de l'estomac. Ces agents malveillants sont les suivants:

Abus de tabac et d'alcool.

Manger des légumes et des fruits riches en nitrates et nitrites.

Infection à Helicobacter pylori.

Histoire de l'ulcère - dans ce cas, la malignité du défaut ulcératif avec sa dégénérescence en adénocarcinome gastrique est possible.

Exposition chronique au stress.

Historique familial lourd de l'incidence de l'adénocarcinome gastrique.

La présence de gastrite chronique de différents types.

Polypose de l'antre de l'estomac.

Une histoire de vie des interventions chirurgicales sur ce corps.

La présence de ces facteurs peut augmenter considérablement le risque de contracter la maladie, mais même leur absence ne constitue pas une garantie absolue de protection contre le cancer.

Classification

En fonction de la localisation, pour l'adénocarcinome de l'estomac, certains codes de la classification internationale des maladies de la dixième révision sont identifiés: du C16 au C16.9. Selon les statistiques, l'adénocarcinome gastrique est le quatrième parmi le nombre total de tumeurs tumorales, qui se produisent généralement dans le corps humain.

De plus, les cliniciens modernes ont mis au point de nombreuses classifications plus spécifiques permettant de comprendre la taille, l'étiologie et la structure histologique de l'adénocarcinome de l'estomac.

Les oncologues distinguent cinq types principaux de cette pathologie:

  • Polypose limitée.
  • Pseudo-ulcère, initialement diagnostiqué comme un défaut ulcératif.
  • Ulcère malin.
  • Adénocarcinome diffus.
  • Type non secrétoire

Voici une classification plus spécifique:

  • Adénocarcinome papillaire.
  • Mucous
  • Tumeur cellulaire en forme d'anneau.
  • Adénocarcinome tubulaire de l'estomac.

Histologiquement distinguer ces types:

  • Adénocarcinome mal différencié de l'estomac.
  • Adénocarcinome hautement différencié de l'estomac.
  • Adénocarcinome modérément différencié de l'estomac.
  • Tumeur indifférenciée.
  • Tumeur indifférenciée.

Adénocarcinome à faible degré de différenciation

Ce type de tumeur comprend les néoplasmes malins, qui commencent leur développement à partir des cellules glandulaires de la muqueuse gastrique. La faible certitude morphologique des cellules conduit à une croissance agressive dans les tissus environnants et à un développement précoce des métastases.

Le pronostic de cette pathologie est relativement défavorable. La faible réponse aux traitements de chimiothérapie et le développement rapide de complications en sont la cause. Le choix des tactiques thérapeutiques dans cette situation dépend du poids des critères déterminés par le spécialiste.

Adénocarcinome modérément différencié de l'estomac

Ce type de cancer gastrique est moyen, à la fois en termes de certitude morphologique des cellules et en termes de réponse pronostique et de survie. La structure de la tumeur ressemble beaucoup à la structure normale de la muqueuse gastrique, mais ces cellules ne remplissent pas non plus leurs fonctions mais émettent diverses toxines et conduisent au développement de métastases.

Sur la photo: histologie de l'adénocarcinome gastrique modérément différencié

Les experts estiment que cet adénocarcinome ne menace pas la vie du patient, car il a été détecté à un stade précoce et peut être guéri avec une grande efficacité. Cependant, la définition de cette pathologie dans les premiers stades sans l'intervention de médecins et de mesures de diagnostic spéciales n'est pas possible. À cet égard, la maladie est très dangereuse pour la vie humaine.

Adénocarcinome hautement différencié de l'estomac

Le développement du cancer se développe après la transformation d'une ou d'un groupe de cellules après une violation du code d'information génétique. De ce fait, une rupture de la connexion entre les cellules normales et les cellules paranéoplasiques se développe, qui perd également la capacité de remplir leur fonction normale.

Le développement de ce type de tumeur s'accompagne d'une faible violation de la structure morphologique des cellules. Cela signifie que le nouveau type de cellules remplit néanmoins partiellement les fonctions qui leur sont assignées par nature et a presque la même structure intracellulaire. Le micro-médicament préparé à la suite d'une biopsie de la tumeur ressemble assez aux cellules normales de la membrane muqueuse de l'estomac.

Ainsi, une tumeur présentant un degré élevé de différenciation est considérée comme la maladie la moins dangereuse en raison de la réponse la plus rapide possible aux tactiques de traitement et du développement rare de lésions métastatiques de tissus distants. La survie dans cette pathologie est assez élevée.

Adénocarcinome tubulaire de l'estomac

Ce type de cancer de la membrane muqueuse de l’estomac est constitué de tubes largement ramifiés, entourés d’un stroma du tissu conjonctif.

Morphologiquement, les cellules ressemblent à des cylindres ou à des cubes, ce qui suggère un degré assez malin de dégénérescence des cellules normales. il y a aussi une accumulation de mucus entre les cellules, ce qui inhibe parfois le développement des structures cellulaires par son volume.

Histologie. Adénocarcinome tubulaire de l'estomac

Si des symptômes sont détectés ou si cette pathologie est suspectée, il est urgent de recourir à une intervention médicale pour clarifier le diagnostic et choisir les tactiques de traitement les plus efficaces. Les structures qui représentent ce type de tumeur peuvent être à la fois simples et largement ramifiées. Cela conduit à la libération de grandes quantités de mucus.

Les symptômes

L'adénocarcinome de la localisation gastrique se caractérise par un taux de croissance plutôt lent. Dans les premiers stades de la maladie, il n'y a aucun signe ou symptôme. Pour cette raison, les statistiques de détection précoce sont plutôt pitoyables.

La première étape est caractérisée par la manifestation de troubles non spécifiques du processus digestif, tels que brûlures d'estomac, lourdeur ou douleur légère dans la région épigastrique, manque d'appétit le matin. À cet égard, on observe souvent le rejet de protéines végétales, l’adénocarcinome entraînant une augmentation des processus de dégradation des protéines dans l’estomac et les intestins.

La raison en est une diminution de la sécrétion d'acide chlorhydrique par les cellules pariétales en raison d'une gastrite. Au vu de ces circonstances et de l'aversion pour les aliments à base de viande, la vitalité du patient diminue, la perte de poids se développe jusqu'à la cachexie. De plus, avec le développement de la maladie, des symptômes secondaires se développent, qui apparaissent en raison de la complication de l'évolution des métastases.

Les manifestations cliniques les plus fréquentes doivent inclure:

Sensation de lourdeur ou de douleur dans la partie supérieure de l'abdomen. Comparée au défaut ulcératif habituel de l'estomac ou de l'intestin grêle, la douleur n'est pas associée à la faim ou à l'alimentation. Elle est permanente.

Problèmes de défécation. Ce problème est dû à une augmentation de la dégradation des protéines, ce qui entraîne une constipation, des ballonnements et affecte également la gastrite atrophique, qui se développe en raison d'une diminution du nombre de cellules saines dans la muqueuse gastrique.

Perte de poids jusqu'à la cachexie.

Augmentant constamment la température aux nombres subfebriles.

Vomissements, parfois avec un mélange de sang écarlate.

La noirceur des matières fécales, qui se développe avec le saignement des complications de l'adénocarcinome

Diagnostics

Si vous trouvez les symptômes ci-dessus, vous devriez demander l'aide d'un médecin. Seul un spécialiste est en mesure de réaliser un examen complet conforme à toutes les normes des soins médicaux internationaux. L'état de développement de la médecine moderne a atteint ces possibilités lorsque l'établissement de ce diagnostic avec localisation, taille, forme histologique et présence de métastases n'est pas un problème.

Lors de la visite chez le médecin, vous devez avoir un tel ensemble d’activités et d’actions de sa part:

Connaître les circonstances de la maladie, son histoire, son histoire et la présence d’une pathologie du cancer dans la famille proche.

Réalisation d'un examen général comprenant la palpation, la percussion et l'auscultation.

  • La norme de référence pour la détection de l'adénocarcinome gastrique est la gastroduodénoscopie oesophagienne avec biopsie. C'est cette méthode qui vous permet de visualiser la zone touchée sans intervention chirurgicale, de prélever un tissu pour une analyse histologique et d'établir le diagnostic final.
  • L'imagerie par résonance magnétique et par ordinateur peut détecter les foyers de lésions métastatiques de tissus distants.
  • La radiographie au baryum fournit des informations sur l'état de la membrane muqueuse et sur la présence de déformations gastriques dues à une tumeur ou à un processus sténotique à la suite d'un ulcère.
  • Les méthodes de diagnostic en laboratoire comprennent la numération globulaire complète, la biochimie et les tests de la fonction hépatique. Il est également possible de déterminer le niveau de marqueurs tumoraux dans le sang du patient.

Traitement

Après toutes les mesures de diagnostic nécessaires et l'établissement du diagnostic final, il est nécessaire de déterminer la tactique de traitement. Cela dépend de nombreux paramètres, notamment la localisation, la taille, le stade et la composante histologique de l'adénocarcinome.

Dans les premiers stades, une excision chirurgicale de la tumeur avec une partie du tissu sain environnant et une chirurgie plastique de l'estomac sont effectuées en utilisant l'une des méthodes connues. Il est possible de procéder à une résection partielle ou totale de l'estomac. Après de telles opérations, il est nécessaire de transférer le patient à une nutrition parentérale, sans quoi un décès par épuisement pourrait survenir.

Aux derniers stades, le traitement chirurgical peut être soit moins efficace, soit totalement inapproprié. Au stade final de la maladie, la tumeur envahit les organes et les tissus environnants, dont l'ablation chirurgicale peut ne pas être compatible avec la vie.

Dans de tels cas, appliquez un traitement palliatif de chimiothérapie et de radiothérapie avec de petites doses de radiothérapie. L'utilisation de la thérapie complexe montre les résultats les plus favorables, mais pas au dernier stade. Si un retrait est détecté, une intervention est possible pour améliorer la qualité de vie ou réduire la douleur.

Adénocarcinome de l'estomac - une forme de la maladie, les principaux symptômes de la maladie et son traitement

L'adénocarcinome de l'estomac est l'une des formes les plus courantes de maladie maligne de cet organe.

Dans les premiers stades, la formation d'une tumeur cancéreuse de ce type se produit avec pratiquement aucun changement caractéristique de la santé; par conséquent, l'adénocarcinome est rarement détecté au premier stade.

Une différence caractéristique dans l'adénocarcinome peut être appelée l'apparition précoce de foyers secondaires du processus malin, c'est-à-dire les métastases. Cela aggrave encore l'évolution de la maladie.

Le concept et les statistiques de la maladie

L'adénocarcinome se développe à partir de cellules épithéliales glandulaires ayant subi des modifications atypiques sous l'influence de nombreux facteurs provoquants.

Ce type de cancer de l'estomac se développe chez la plupart des patients. Selon les statistiques, l'adénocarcinome représente près de 95% de toutes les tumeurs malignes.

En raison de l'incidence élevée de cette maladie dans la littérature médicale, on parle de cancer de l'estomac.

La formation d'un adénocarcinome peut prendre plusieurs années, parfois jusqu'à 15 ou 20 ans.

Un cancer gastrique cliniquement manifeste chez la plupart des patients examinés débute au bout de 45 ans environ.

L'adénocarcinome gastrique entraîne le développement de métastases dans plus de 82% des cas. La maladie est plus susceptible aux hommes. Dans les cas avancés, l'intervention chirurgicale n'est pas possible car le processus malin implique des organes, des ganglions lymphatiques et des tissus situés près de l'estomac.

Causes de développement

La principale raison du développement de l'adénocarcinome dans l'estomac est une perturbation prononcée de l'apport sanguin et de l'alimentation des parois et une suppression de la sécrétion dans le corps. De tels changements pathologiques sont le plus souvent causés par l'effet cancérogène de certaines substances.

Les principales causes de cancer gastrique sont les suivantes:

  • Exposition au goudron de tabac et à l'alcool éthylique. L'adénocarcinome est détecté dans la plupart des cas chez les patients qui fument depuis longtemps et qui abusent des boissons contenant de l'alcool.
  • Nourriture irrationnelle. Le risque de cancer de l'estomac est élevé chez les personnes qui préfèrent manger des aliments gras, fumés et riches en sel. Dans de tels plats, il y a beaucoup de substances spéciales - les nitrites. Lorsqu'ils pénètrent dans l'estomac, ils sont affectés par l'acide chlorhydrique et forment des complexes qui endommagent la couche muqueuse et provoquent ainsi la transformation de cellules glandulaires normales en cellules atypiques.
  • Adhésion à long terme à un régime alimentaire avec une consommation minimale de fibres alimentaires, un manque de vitamines et d'oligo-éléments.
  • Bactérie Helicobacter pylori. Ce microorganisme provoque une gastrite infiltrante, se produisant avec des modifications atrophiques de la couche muqueuse. Avec l’âge, avec une infection à long terme par Helicobacter pylori, la probabilité d’un cancer augmente.

Une certaine valeur dans la formation d'un adénocarcinome gastrique est attribuée à la prédisposition génétique. Des recherches conduites ont établi que les cellules cancéreuses dans l'estomac ne se développent presque jamais, s'il n'y a pas de maladie de fond.

La probabilité de formation d'adénocarcinome augmente si une personne a des antécédents de:

  • Gastrite chronique atrophique ou hyperplasique.
  • Ulcère peptique.
  • Les polypes dans l'estomac.
  • Opérations sur l'orgue.

La plupart des patients atteints d'adénocarcinomes à l'estomac vivent dans des zones défavorables sur le plan écologique, travaillent dans des industries dangereuses et ont plus de 50 ans.

Classification

L'adénocarcinome gastrique a plusieurs classifications. Selon la classification de Bormann, le cancer gastrique est divisé en cinq types et quatre sous-espèces.

Cinq types principaux:

  • Type de tumeur Polypozny ou limitée.
  • Ulcératif, caractérisé par des frontières extérieures étendues.
  • Pseudo ulcératif. Selon ses changements est similaire à un ulcère à l'estomac.
  • Type diffus d'adénocarcinome.
  • Type non classifié de cancer gastrique.

Photo d'adénocarcinome polypeuse de l'estomac

  • Adénocarcinome papillaire. Formé à partir des structures papillaires de l'épithélium, se développe dans la cavité du corps, la formation d'un doigt.
  • L'adénocarcinome tubulaire de l'estomac est constitué de structures étendues ramifiées ou kystiques.
  • La sous-espèce visqueuse du cancer. Dans la zone du processus malin, le mucus est constamment produit, cela se remarque lors de la gastroscopie.
  • Cancer des cellules de la chevalière. Des cellules cancéreuses isolées infectent les parois du tronc.

Par type de structure, l'adénocarcinome de l'estomac est divisé en:

  • Faible différencié. La structure de cette tumeur ne dépend pas du type de tissu de l'organe, la probabilité de développement précoce de métastases est accrue. Il a l'un des plus hauts degrés de malignité.
  • Une tumeur hautement différenciée est une éducation dont les cellules ne peuvent être distinguées de celles qui sont en bonne santé. L'évolution de la maladie peut être considérée comme favorable.
  • Une tumeur cancéreuse modérément différenciée se caractérise par une grande apparence de cellules atypiques par rapport à une forme hautement différenciée.
  • L'adénocarcinome indifférencié est une tumeur dans laquelle les complexes de type glandulaire sont pratiquement absents.
  • La forme indifférenciée de l'adénocarcinome de l'estomac est caractérisée par une malignité prononcée des cellules atypiques. Le pronostic est défavorable.

Adénocarcinome mal différencié de l'estomac

Une forme d'adénocarcinome peu différenciée est exposée lorsque le degré de différenciation cellulaire le plus faible est établi. En d’autres termes, ils perdent leur structure spécialisée et n’exécutent pas la fonction nécessaire.

La vidéo montre un cancer gastrique de faible grade identifié lors d'une gastroscopie:

Cette forme de cancer a un cours agressif, une formation maligne se forme assez rapidement et la formation de foyers secondaires de cancer se produit rapidement. La tumeur se propage dans l'épaisseur des murs. Le pronostic pour les formes de cancer peu différenciées chez les patients est défavorable.

Très différencié

Les particularités de l'adénocarcinome gastrique hautement différencié comprennent une légère tendance des cellules au polymorphisme. C'est-à-dire que les cellules atypiques ont une structure similaire à celle des cellules d'épithélium glandulaire ordinaires et continuent à remplir une partie de leurs fonctions.

Les changements pathologiques ne sont détectés que dans le noyau de la cellule, celui-ci s'allonge. Les cancers hautement différenciés se développent lentement, parfois plusieurs années s'écoulent avant l'apparition des premiers signes cliniques de la maladie.

Cette forme d'adénocarcinome est traitée avec assez de succès, mais le risque de non récurrence de la maladie est plus élevé chez les patients présentant les premiers stades du cancer.

Modérément différencié

L'adénocarcinome gastrique modérément différencié est une tumeur intermédiaire. Selon son évolution, il est plus proche de tumeurs hautement différenciées, mais les cellules de structure modifiée se trouvent beaucoup plus souvent.

Comme il n’ya pas de manifestations caractéristiques dans cette forme du processus malin, il est rarement possible de détecter une tumeur à temps. Cela crée des difficultés de traitement, mais si le traitement est effectué rapidement, le pronostic pour le patient est positif.

Les symptômes

L'adénocarcinome gastrique se développe presque toujours assez lentement. Au début, le processus malin ne conduit pas à l'apparition de signes spécifiques et, par conséquent, le dépistage précoce du cancer glandulaire est le plus souvent possible lors d'examens préventifs ou lors d'examens pour d'autres maladies.

Le patient semble le plus souvent intolérant aux aliments protéinés, ceci s’applique aux plats de viande et de poisson.

En outre, les symptômes suivants sont associés à un adénocarcinome de l'estomac:

  • Douleur à l'estomac. L'intensité de la douleur n'est pas liée à l'ingestion d'aliments, comme c'est le cas pour l'ulcère peptique. C'est-à-dire que la douleur peut apparaître avant le repas, après celui-ci ou gêner constamment la personne. Les sensations douloureuses donnent souvent en retour, les omoplates, le sternum.
  • Violation des selles. Une tumeur à l'estomac provoque une mauvaise digestion des aliments, ce qui entraîne une diarrhée ou une constipation prolongée.
  • Un manque d'appétit complet se produit dans les dernières étapes.
  • Réduction de poids.
  • Fatigue rapide, léthargie, perte de la capacité de travail habituelle.
  • Selles Tarry. L'apparition de matières fécales noires est un signe de saignement de l'estomac, ce qui peut indiquer une désintégration de la tumeur avec l'implication des parois de l'estomac et des organes adjacents dans le processus pathologique.
  • Vomissements de nourriture ou de sang.

La malnutrition et les saignements récurrents conduisent au développement de l'anémie, en raison de cette peau humaine devient pâle, jaunâtre. Le manque d'hémoglobine affecte négativement l'état des cheveux et des ongles.

L'adénocarcinome de l'estomac peut indiquer une augmentation périodique de la salivation, une augmentation de la température corporelle pouvant atteindre 37,5 degrés ou plus. Le système nerveux en souffre. L'irritabilité, l'apathie, les dépressions accompagnent souvent la formation d'une tumeur maligne dans l'estomac.

Il faut garder à l'esprit que le cancer glandulaire de l'estomac se développe souvent sans douleur ni autres symptômes indiquant un trouble du système gastro-intestinal. Ce sont ces tumeurs qui sont les plus dangereuses, puisqu'elles sont détectées aux derniers stades, au cours desquelles l'opération n'est pas efficace.

Les étapes

L'adénocarcinome de l'estomac traverse plusieurs stades de développement successifs.

  • Le stade précoce correspond au moment où une tumeur maligne ne se propage pas plus loin que la membrane muqueuse. La tumeur est de taille minime, il n’ya pas de pénétration dans les organes voisins. A ce stade, les toxines sont légèrement isolées, de sorte que les symptômes d'intoxication sont pratiquement absents et qu'il n'y a pas de manifestations spécifiques de la maladie. Parfois, vous pouvez faire attention à une légère perte d’appétit.
  • La deuxième étape est exposée lorsque la tumeur commence à occuper la couche musculaire. Les cellules cancéreuses pénètrent dans le système lymphatique, ce qui permet aux ganglions lymphatiques les plus proches de grossir. Les symptômes sont légers, les principales manifestations en sont des troubles de la digestion, une douleur légère, un manque d'appétit, les premiers signes d'intoxication apparaissent.
  • Au troisième stade, la tumeur capture toutes les couches de l'estomac et commence à pénétrer dans le péritoine, le foie, le pancréas et l'œsophage. Les foyers secondaires de cellules cancéreuses se trouvent non seulement dans les ganglions lymphatiques les plus proches, mais aussi dans les ganglions lointains.
  • La quatrième étape se caractérise par l'apparition de nombreuses métastases.

Diagnostics

Si le médecin du patient révèle des signes similaires aux symptômes de l'adénocarcinome, il lui assigne une série d'examens. Le plus souvent pour le diagnostic de tumeurs malignes dans l'estomac prescrit:

  • Oesophagogastroduodenoscopy. Cette méthode est l’une des plus informatives, elle vous permet de déterminer non seulement tous les changements dans la cavité de l’estomac, mais également de prendre du matériel pour analyse histologique.
  • La radiographie de l'estomac avec un agent de contraste détermine l'emplacement de la formation et révèle des violations de la motilité des organes.
  • Une échographie est assignée pour détecter les processus de cancer dans d’autres organes et dans le système lymphatique.
  • La tomodensitométrie scanne le corps entier en couches. Cette méthode de diagnostic moderne permet d’établir l’objectif principal et d’identifier les changements secondaires.
  • Un test sanguin est attribué pour identifier le processus inflammatoire, signes de l'anémie. Dans le sang sont déterminés et les marqueurs tumoraux, indiquant une forte probabilité d'un processus malin dans le corps.

Traitement

Le traitement d'un patient souffrant d'adénocarcinome gastrique est sélectionné uniquement après un examen complet. Si le cancer en est à ses débuts, il faut procéder à une opération au cours de laquelle la tumeur elle-même est enlevée avec les tissus adjacents modifiés.

Il est possible de retirer la majeure partie de l'estomac ou une résection complète. Les ganglions lymphatiques à proximité sont également assurés d'être coupés, car les cellules cancéreuses peuvent pénétrer dans des organes distants.

Aux dernières étapes de la chirurgie, il est inapproprié, car il est impossible de priver une personne non seulement d’un estomac, mais également de tous les organes vitaux touchés par le cancer.

Dans cette phase de la maladie, on prescrit au patient un traitement de soutien consistant en une exposition aux rayonnements, des séances de chimiothérapie, des analgésiques et des médicaments visant à améliorer la fonction de l'estomac.

Si une tumeur en croissance rend difficile le transport des aliments dans l'œsophage, une intervention chirurgicale est possible, ce qui permettra d'éliminer l'obstruction.

Des séances de chimiothérapie et de radiothérapie sont prescrites avant et après la chirurgie. Leur utilisation détruira une partie des cellules cancéreuses, ce qui réduira le risque de récurrence d’un processus malin.

Quelle est l'efficacité de la chimiothérapie?

La chimiothérapie pour l'adénocarcinome gastrique est prescrite dans plusieurs cas:

  • Soulager l’état du patient aux stades avancés du cancer.
  • Ralentir la croissance de la tumeur et prévenir l'apparition de foyers secondaires.
  • Après l'opération pour détruire les cellules cancéreuses restantes.

Le type de chimiothérapie pour chaque patient est sélectionné individuellement. Il existe des schémas thérapeutiques efficaces dans lesquels deux médicaments de chimiothérapie ou plus sont utilisés simultanément.

Ce type de traitement est assez sévèrement toléré par la plupart des gens: nausées et faiblesses graves, leucopénie et manifestations correspondantes, chute des cheveux.

La chimiothérapie réduit le risque de récidive de la maladie et augmente considérablement les chances d'une personne malade de prolonger son espérance de vie. L'efficacité de cette méthode de traitement des tumeurs cancéreuses augmentera avec la nomination simultanée de la radiothérapie et avec la possibilité d'une intervention chirurgicale.

Métastase

Les métastases dans l'adénocarcinome aggravent considérablement l'évolution de la maladie. Avec ce type de cancer, des foyers secondaires se forment initialement dans les organes abdominaux, à savoir le foie, le pancréas et la rate.

Les cellules atypiques peuvent pénétrer dans les tissus autour du nombril et des poumons. Les dommages causés au tissu pulmonaire entraînent l'apparition d'une toux douloureuse, dont l'attaque peut être accompagnée par la libération d'un abri strié de mucus.

Des complications

Les principales complications de l'adénocarcinome incluent:

  • Perforation de l'orgue. Une tumeur qui occupe toutes les parois de l'estomac, lorsqu'elle est fondue, peut provoquer une perforation lors de la libération du contenu de l'estomac dans la cavité abdominale. Cela conduit au développement de la péritonite.
  • Saignement. La pénétration de la tumeur dans les vaisseaux sanguins provoque des lésions, qui se manifestent par des saignements périodiques.
  • Sténose du pylore.
  • Ascite L'accumulation de liquide dans la cavité abdominale est déclenchée par la compression d'une tumeur en développement des vaisseaux veineux.
  • L'anémie L'hémoglobine est réduite en raison de la malnutrition et de saignements fréquents.

Prévisions

La durée pendant laquelle une personne vivra avec un adénocarcinome identifié de l’estomac dépend du stade du processus malin de la réponse du corps au cours du traitement prescrit.

Le pire résultat est toujours observé au quatrième stade - après cinq ans, seulement deux pour cent des personnes évitent la mort.

Prévention

La probabilité de développer un adénocarcinome gastrique est beaucoup plus faible chez les personnes qui adhèrent toujours aux principes d'une nutrition saine et rationnelle. L'absence d'influence des cancérogènes du tabac et de l'alcool réduit également le risque de modification des parois de l'estomac.

Il est également nécessaire de toujours se rappeler que les maladies non traitées de l’estomac peuvent donner une impulsion à la formation de cellules atypiques. Par conséquent, vous devez toujours traiter les maladies chroniques et consulter un médecin si des modifications même mineures des organes digestifs apparaissent.

Vidéo sur le cancer de l'estomac:

Comment vaincre le cancer de l'estomac, racontez la vidéo suivante: