loader
Recommandé

Principal

Fibrome

Détails sur l'adénocarcinome de bas grade de l'estomac

Les tumeurs malignes du tractus gastro-intestinal sont un problème fréquent chez les hommes et les femmes. L'une des maladies les moins favorables sur le plan pronostique est un adénocarcinome de bas grade de l'estomac, qui se développe à partir de cellules du tissu glandulaire. Le cancer de l’estomac occupe une place importante dans la structure de la mortalité par cancer, car il a une forte propension à métastaser. Le diagnostic opportun de cette pathologie augmente considérablement les chances de guérison du patient.

Facteurs étiologiques de la maladie

Le développement de l'adénocarcinome dans l'estomac est étroitement lié à l'impact d'un certain nombre de facteurs négatifs, notamment:

  • Mauvaise nutrition. L'utilisation d'un grand nombre de produits semi-finis, de saucisses de qualité médiocre, de produits de restauration rapide et d'autres produits contenant des additifs nocifs augmente considérablement le risque de développement d'un carcinome de l'estomac. De nombreux exhausteurs de goût et agents de conservation sont cancérogènes et sont l’une des raisons de la formation d’un adénocarcinome de l’estomac.
  • Le tabagisme La nicotine et le goudron nocif contenus dans les cigarettes ont des effets néfastes non seulement sur le système broncho-pulmonaire, mais également sur le système digestif humain. Prouvé que le tabagisme à long terme a un effet néfaste sur la muqueuse gastrique, ce qui peut contribuer au développement de la pathologie du cancer.
  • Facteur génétique. Les personnes ayant des proches parents souffrant d'un cancer de l'estomac doivent se conformer à des mesures préventives, car l'hérédité joue un rôle important dans la survenue d'un adénocarcinome.
  • L'abus d'alcool. L'alcool est absorbé dans l'estomac, ce qui perturbe l'équilibre acide normal et endommage l'épithélium. À cet égard, les boissons alcoolisées fortes telles que la vodka sont particulièrement dangereuses.
  • Reflux gastro-oesophagien. Avec cette pathologie, il y a un reflux fréquent du contenu gastrique dans l'œsophage, ce qui entraîne une irritation, une inflammation et le développement d'une gastrite de reflux chronique.
  • Auparavant, chirurgie de l'estomac. On pense que le risque de développer un adénocarcinome augmente après la résection de l'estomac selon Billroth II dans 5 à 10 ans.
  • Infection à Helicobacter pylori. Ce microorganisme contribue au développement de la gastrite et de l’ulcère gastroduodénal. Il est également cancérigène du premier groupe. Un ulcère gastrique au visage d'infection à Helicobacter pylori présente un risque élevé de malignité.

L'identification de la cause de l'adénocarcinome de l'estomac est nécessaire en premier lieu pour déterminer la tactique appropriée pour traiter un patient, prévoir le rétablissement et prévenir la récurrence de la maladie.

Les principales approches de la classification de la tumeur

L'adénocarcinome du cancer de l'estomac ou glandulaire est divisé en types papillaire, tubulaire et mucineux. Selon le degré de différenciation, la tumeur peut être faiblement différenciée, modérément et fortement différenciée. L'un des types les plus graves et les plus dangereux de la maladie est le cancer indifférencié, qui peut métastaser même à ses débuts. La forme de l'adénocarcinome dans l'estomac affecte considérablement le pronostic à vie et le rétablissement du patient. Les adénocarcinomes hautement différenciés et les adénocarcinomes modérément différenciés répondent mieux au traitement qu'une forme de tumeur faiblement différenciée et indifférenciée.

En outre, pour évaluer l'état du corps avec un adénocarcinome peu différencié, on utilise la classification du système TNM, dans laquelle le degré de croissance des tissus tumoraux, les dommages aux ganglions lymphatiques et la présence de métastases à distance sont évalués. En fonction de l'évaluation effectuée par TNM, le spécialiste détermine le stade de la maladie. Il y a 4 étapes au total, dont la quatrième est la plus difficile.

L'adénocarcinome de bas grade avec ulcération est l'une des formes les plus agressives de la maladie, car elle provoque souvent des métastases.

Les métastases les plus courantes

Les adénocarcinomes de l'estomac de bas grade peuvent se métastaser à d'autres organes de différentes manières. Il y a trois façons principales de propager des métastases:

  • Métastase de l’implant, dans laquelle une tumeur se développe dans les tissus voisins.
  • Métastase hématogène, dans laquelle les cellules cancéreuses se propagent dans le sang.
  • Métastase, dans laquelle la propagation se produit à travers les vaisseaux lymphatiques et les nœuds.
Un adénocarcinome de bas grade dans l'estomac peut donner des métastases à la plèvre, au péricarde, au péritoine, au diaphragme et aux ganglions lymphatiques régionaux. Les métastases spécifiques de l'adénocarcinome de l'estomac incluent les métastases de Virchow, Schnitzler, Irlandais, Krukenberg et sa soeur Maria Joseph. Avec le flux sanguin, les cellules tumorales peuvent se propager au foie, aux poumons et au pancréas. La présence de métastases aggrave considérablement le pronostic de récupération et provoque un tableau clinique diversifié avec un adénocarcinome de l'estomac.

Manifestations cliniques et caractéristiques de la maladie

Très souvent, le cancer gastrique au stade initial ne présente aucune manifestation clinique caractéristique. Les patients peuvent périodiquement ressentir des nausées, une lourdeur dans l'estomac, leur appétit diminue progressivement. Comme pour toutes les pathologies oncologiques, il existe une faiblesse générale, une fatigue accrue, une diminution des performances mentales et physiques. Parfois, il y a du dégoût pour les produits carnés.

Dans le contexte de l'adénocarcinome, une anémie déficiente se développe souvent en raison d'une perturbation de l'absorption normale de substances dans l'estomac.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, il y a perte de poids, satiété précoce en prenant une petite quantité de nourriture. Les symptômes incluent également la dysphagie et les vomissements. En cas d'évolution sévère du patient, la douleur dans la région épigastrique est perturbée, ce qui peut être de la plus grande diversité en fonction de la germination des organes et des tissus voisins. Les complications du processus pathologique comprennent des saignements dus à l'effondrement du tissu tumoral ou à une ulcération.

Les symptômes n'étant pas spécifiques, un médecin ne peut diagnostiquer une forme d'adénocarcinome mal différenciée sans une série d'études supplémentaires. Il est également nécessaire de différencier l'adénocarcinome de l'estomac d'un certain nombre d'autres maladies, telles que l'ulcère gastrique et l'ulcère duodénal, diverses formes de gastrite, les tumeurs bénignes, la tuberculose, la syphilis.

Diagnostics

L'adénocarcinome de l'estomac nécessite un diagnostic complet et opportun de tout le corps, y compris des méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire. Il est très important de rechercher l'aide médicale d'un thérapeute ou d'un gastro-entérologue dès les premières manifestations de dyspepsie et de malaise épigastrique, car vous pourrez ainsi accroître plusieurs fois l'efficacité de l'adénocarcinome. La fibrogastroduodénoscopie est largement utilisée pour évaluer l'état de la muqueuse. Cette méthode simple et abordable vous permet de voir les défauts dans la paroi de l'estomac, d'évaluer la localisation et la taille de la tumeur. Également au cours de la procédure, une biopsie du tissu de la zone touchée est réalisée.

Une autre méthode diagnostique simple est la radiographie avec contraste et l’échographie des organes abdominaux. À partir de méthodes de laboratoire, appliquer des tests sanguins généraux, des tests d'urine, la définition des marqueurs tumoraux. Pour confirmer le diagnostic à l'aide de la tomodensitométrie et pour identifier les métastases recourues à une méthode invasive - la laparoscopie.

Le pronostic d'un adénocarcinome de l'estomac peu différencié dépend en grande partie de l'opportunité de poser un diagnostic précis, de la présence et de la prévalence de métastases.

Si vous suspectez un adénocarcinome de l'estomac, le patient est obligatoirement envoyé pour un examen par un oncologue. Après l'examen, le spécialiste déterminera la tactique de traitement et le montant de la prochaine intervention chirurgicale.

Traitement et prévention

Le traitement le plus efficace contre l'adénocarcinome est son ablation chirurgicale. En fonction de la prévalence du processus pathologique et de l'état général du corps du patient, il est possible de procéder à une ablation complète ou partielle de l'estomac. La radiothérapie et la chimiothérapie sont également utilisées, mais ces traitements ne sont pas essentiels. Le traitement de l'adénocarcinome de bas grade peut inclure le retrait des ganglions lymphatiques régionaux. Dans la période postopératoire, le patient s'habitue au nouveau régime alimentaire, les principaux signes vitaux du corps sont restaurés.

Si des métastases d'adénocarcinome se sont produites, on élimine les métastases. Après le traitement chirurgical, il est également important de suivre le régime et le régime corrects. Si la maladie a une nature négligée et que l'état général du patient ne permet pas un traitement chirurgical, les experts entament un traitement palliatif. L'adénocarcinome est rarement détecté à un stade précoce, en raison du fait que les patients ne consultent pas leur médecin à temps et sont en train de se soigner eux-mêmes.

Le pronostic est plus favorable pour les jeunes, ainsi que pour ceux qui ont commencé le traitement avant que la tumeur ne commence à métastaser. Pour prévenir le développement d'un adénocarcinome de l'estomac, il est nécessaire d'identifier et de traiter correctement d'autres maladies, telles que l'ulcère peptique, la gastrite, les polypes, etc. Il est important de bien manger et d’éliminer les mauvaises habitudes. Limitez la quantité de sel, de viande fumée et d’aliments préparés dans votre régime alimentaire. Il est également nécessaire d’obtenir une quantité suffisante de vitamine C et E, qui sont des antioxydants naturels.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Adénocarcinome: types (haut, bas, modérément différencié), localisation, pronostic

L'adénocarcinome est une tumeur maligne de l'épithélium glandulaire. Après avoir reçu l'avis d'un médecin chez lequel un adénocarcinome a été diagnostiqué, chaque patient souhaite savoir à quoi s'attendre de la maladie, quel est son pronostic et quelles méthodes de traitement lui seront proposées.

L'adénocarcinome est peut-être le type de tumeur maligne le plus courant, pouvant se former dans presque tous les organes du corps humain. Peut-être pas le cerveau, les structures du tissu conjonctif, les vaisseaux sanguins.

L'épithélium glandulaire constitue la muqueuse des organes digestif et respiratoire, est représenté dans le système urogénital et constitue la base des glandes de la sécrétion interne et externe. Le parenchyme des organes internes - le foie, les reins, les poumons - est représenté par des cellules hautement spécialisées pouvant également donner lieu à un adénocarcinome. La peau, l'un des organes les plus étendus d'une personne, est touchée non seulement par un carcinome épidermoïde, mais également par un adénocarcinome, qui provient des glandes intradermiques.

adénocarcinome - carcinome papillaire de l'épithélium glandulaire (à gauche) et carcinome épidermoïde - carcinome de l'épithélium squameux (à droite)

Il y a plusieurs siècles, les guérisseurs savaient déjà que tous les adénocarcinomes ne se développaient pas rapidement, ce qui ruinait le patient en quelques mois. Des cas de croissance plus lente, avec métastase tardive et un effet positif de son élimination, ont été décrits, mais l'explication de ce fait est venue beaucoup plus tard lorsqu'il est devenu possible de regarder «à l'intérieur» de la tumeur avec un microscope.

L'examen microscopique a ouvert une nouvelle étape en oncologie. Il est devenu évident que les tumeurs ont une structure inégale et que leurs cellules ont un potentiel différent de reproduction et de croissance. À partir de ce moment, il devint possible d'identifier des tumeurs dans des groupes en fonction de leur structure et de leur origine. Les caractéristiques cellulaires et tissulaires de la néoplasie constituaient la base de la classification, dans laquelle la place centrale était occupée par les cancers - les adénocarcinomes et les variantes malpighiennes, en tant que types de tumeurs les plus courants.

Types d'écrevisses glandulaires

L'épithélium est la base de l'adénocarcinome, capable de sécréter diverses substances - mucus, hormones, enzymes, etc. Il est généralement similaire à celui de l'organe dans lequel une tumeur est détectée. Dans certains cas, l'épithélium malin est très similaire à l'épithélium normal et le médecin peut facilement déterminer la source de la croissance néoplasique, alors que dans d'autres cas, l'origine exacte de la néoplasie ne peut être déterminée que par un examen microscopique, car les cellules cancéreuses sont trop différentes du tissu d'origine.

image histologique de l'adénocarcinome

Le degré de "similarité" ou de différence par rapport à l'épithélium normal dépend de la différenciation des cellules. Cet indicateur est très important et, dans le diagnostic, il apparaît toujours avant le terme "adénocarcinome". Le degré de différenciation signifie le degré de maturité des cellules tumorales, le nombre de stades de développement auxquels elles ont réussi et la distance qui les sépare de la cellule normale.

Il est facile de deviner que plus le degré de différenciation est élevé et, par conséquent, l'organisation interne des cellules, plus la tumeur sera mature et le meilleur pronostic que l'on peut en attendre. En conséquence, une faible différenciation indique une immaturité des éléments cellulaires. Elle est associée à une reproduction plus intensive, de sorte que ces tumeurs se développent rapidement et commencent à se métastaser tôt.

Du point de vue des caractéristiques histologiques, il existe plusieurs degrés de maturité des cancers glandulaires:

  • Adénocarcinome hautement différencié;
  • Modérément différencié;
  • Faible différencié.

Les tumeurs hautement différenciées ont des cellules assez développées qui ressemblent beaucoup à celles des tissus sains. De plus, une partie des cellules de la tumeur peut être complètement formée correctement. Parfois, ce fait est la raison des conclusions erronées, et un médecin inexpérimenté peut «voir» la tumeur du tout, en le prenant pour une autre pathologie non tumorale.

Les adénocarcinomes hautement différenciés sont capables de former des structures, comme des cellules matures des muqueuses ou des glandes. Il est appelé papillaire, lorsque les couches cellulaires forment des papilles, tubulaire, si les cellules forment des tubules comme les canaux excréteurs des glandes, trabéculaire, lorsque les cellules sont «pondues» dans des cloisons, etc. La caractéristique principale d'un adénocarcinome très différencié de la position de la structure histologique est considérée comme très similaire au tissu normal en présence de quelques signes d'atypie - gros noyaux, mitoses pathologiques, prolifération accrue (reproduction) des cellules.

L'adénocarcinome modérément différencié ne peut pas "se vanter" d'un développement cellulaire aussi élevé en tant qu'espèce hautement différenciée. Ses éléments dans leur structure commencent à s'éloigner des cellules matures, s'arrêtant aux étapes intermédiaires de la maturation. Dans ce type d'adénocarcinome, les signes de malignité ne peuvent être négligés - les cellules de tailles et de formes différentes sont divisées de manière intensive et on peut observer dans les noyaux un grand nombre de mitoses anormales. Les structures de l'épithélium deviennent désordonnées. Dans certains fragments, la néoplasie ressemble encore à un tissu mature, dans d'autres (et la plupart d'entre elles), elle perd l'organisation du tissu et des cellules.

L'adénocarcinome de bas grade est considéré comme défavorable en termes d'évolution et de pronostic d'une variante du cancer glandulaire. Cela est dû au fait que ses cellules cessent de mûrir pour atteindre au moins l'état minimal développé, acquièrent de nouvelles caractéristiques, se divisent de manière intensive et capturent rapidement tout le territoire plus vaste qui les entoure.

Avec la perte des signes de maturité, les contacts intercellulaires sont également perdus. Par conséquent, avec une diminution du degré de différenciation, le risque de décollement des cellules de leur grappe principale augmente, après quoi ils tombent facilement dans la paroi des vaisseaux, souvent endommagés par des métabolites tumoraux, et se métastasent avec le sang ou le flux lymphatique.

métastase - une propriété la plus caractéristique des tumeurs mal différenciées

Le type d'adénocarcinome le plus dangereux peut être considéré comme un cancer indifférencié. Avec ce type de néoplasie, la structure des cellules est si éloignée de la norme qu'il est presque impossible de déterminer leur source. Dans le même temps, ces cellules non développées sont capables de se diviser extrêmement rapidement, conduisant rapidement à l'apparition d'une grosse tumeur.

La division rapide nécessite d'importantes ressources en nutriments, que la tumeur "extrait" du sang du patient. Ce dernier perd rapidement du poids et est en panne. Après avoir excrété des produits métaboliques au cours d'une reproduction intensive, un adénocarcinome indifférencié empoisonne le corps du patient et provoque des troubles métaboliques.

Détruisant tout sur son passage dans les meilleurs délais, un cancer glandulaire indifférencié est introduit dans les tissus et organes voisins, le sang et le système lymphatique. La métastase est l'une des manifestations les plus importantes de tout adénocarcinome, qu'elle peut réaliser assez rapidement dès son apparition.

L'une des caractéristiques des tumeurs basses et indifférenciées est la possibilité que les cellules acquièrent de nouvelles propriétés. Par exemple, une tumeur commence à sécréter du mucus (cancer gluant), des substances biologiquement actives, des hormones. Ces processus affectent inévitablement les manifestations cliniques.

Adénocarcinome en diagnostic

Souvent, dans les extraits ou les conclusions des médecins, vous pouvez trouver des expressions telles que «maladie du côlon», «c-r prostate». Ainsi voilé peut indiquer la présence d'un cancer. Les diagnostics plus précis contiennent le nom de la tumeur, dans ce cas, adénocarcinome, avec l'indication obligatoire du degré de différenciation - hautement, modérément ou faiblement différencié.

Le degré de différenciation peut être désigné par G1, 2, 3, 4, avec le G élevé, la maturité inférieure de la néoplasie, c’est-à-dire qu’une tumeur hautement différenciée correspond à G1, une différenciation modérée - G2, peu différenciée G3, anaplasique (cancer non différencié) - G4.

Le diagnostic peut indiquer le type de structure - tubulaire, papillaire, etc., où et comment le cancer s'est développé et quels changements il a provoqué. Il est nécessaire de clarifier la présence ou l'absence de métastases, si elles existent, les lieux de leur détection sont indiqués.

Le risque de métastases est directement lié au degré de différenciation des adénocarcinomes. Plus il sera élevé, plus les métastases seront retrouvées, car les cellules ont toujours des liens étroits. Avec des adénocarcinomes peu différenciés, les métastases apparaissent rapidement.

Le mode préféré de propagation des cellules cancéreuses glandulaires est considéré comme lymphogène - à travers les vaisseaux lymphatiques. Ces vaisseaux collectent la lymphe de tous les organes et la dirigent vers les ganglions lymphatiques, qui servent de filtre pour contenir les micro-organismes, les molécules de protéines, les cellules périmées et leurs fragments. Dans le cas de la croissance du cancer, ses cellules sont également retenues par les ganglions lymphatiques, mais ne meurent pas mais continuent à se multiplier, formant une nouvelle tumeur.

La présence ou l'absence de métastases, ainsi que la "plage" de leur distribution sont indiquées par la lettre N avec le numéro correspondant (N0, N1-3). Détection de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins - N1, dans la télécommande - N3, absence de métastases - N0. Ces symboles dans le diagnostic de l'adénocarcinome doivent être notés.

Le pronostic du cancer glandulaire est directement lié au degré de différenciation des cellules tumorales. Plus il est élevé, meilleures sont les prévisions. Si la maladie est dépistée tôt et qu'un «adénocarcinome hautement différencié» apparaît dans la conclusion, en particulier lorsque N0-1, le pronostic est considéré comme favorable et le patient peut même espérer une guérison complète.

La perspective d'un adénocarcinome peu différencié est beaucoup plus difficile à qualifier de bonne. S'il n'y a pas de métastases, alors le pronostic peut être favorable, mais pas chez tous les patients. Lorsqu'une tumeur se propage aux organes voisins, à des métastases lymphogènes ou hématogènes étendues, en particulier à l'extérieur de la région du corps où la tumeur se développe, le patient peut être considéré comme non coopérant et le traitement consistera principalement en des mesures de soutien et symptomatiques.

Types spécifiques d'adénocarcinome

L'évolution des cancers glandulaires est semblable à bien des égards, mais l'une ou l'autre de leurs variétés peut prévaloir dans différents organes. Ainsi, parmi les tumeurs de l'estomac, la variante prédominante est l'adénocarcinome. Ce n'est pas accidentel, car la muqueuse de cet organe est une grande surface de l'épithélium et, dans son épaisseur, se concentre un grand nombre de glandes.

À cet égard, la couche interne de l'intestin est également un sol «fertile» pour la croissance de l'adénocarcinome. Dans le gros intestin, les espèces les plus fréquemment différenciées sont les plus fréquentes - adénocarcinome papillaire tubulaire; par conséquent, le pronostic du cancer du côlon glandulaire est généralement favorable.

Les variantes de bas grade de l'adénocarcinome du tractus gastro-intestinal sont souvent représentées par le cancer du cricoïde, dont les cellules forment activement le mucus, elles-mêmes et y meurent. Ce cancer se manifeste négativement, se métastasant tôt dans les ganglions lymphatiques situés près de l'estomac, du mésentère et par les vaisseaux sanguins, atteignant le foie et les poumons.

Le cancer de l'utérus se développe à partir du col ou du corps, où la source devient la couche interne - l'endomètre. Dans cet organe, on observe des différences d'incidence du cancer glandulaire en fonction de la section touchée: dans le col de l'utérus, les adénocarcinomes sont relativement rares, significativement inférieurs en termes de fréquence du carcinome épidermoïde, tandis que dans l'endomètre, l'adénocarcinome est la variante la plus commune des néoplasies.

Parmi les tumeurs du poumon, l'adénocarcinome représente environ un cinquième des néoplasmes malins et se développe principalement dans les parties périphériques de l'arbre bronchique - les petites bronches et les bronchioles, l'épithélium alvéolaire. La dixième partie est constituée de cancers glandulaires peu différenciés - petites cellules, broncho-alvéolaires.

Un trait distinctif de l'adénocarcinome du poumon peut être considéré comme une métastase précoce avec une croissance relativement lente de la tumeur primitive. Toutefois, lorsqu’une maladie est détectée au cours de la première étape, il est possible d’atteindre un taux de survie allant jusqu’à 80%, à condition que le traitement soit commencé à temps.

Dans le cancer de la prostate, l'adénocarcinome représente environ 95% des cas. La prostate étant une glande typique, cette fréquence de cancer glandulaire est compréhensible. La tumeur grossit plutôt lentement, parfois jusqu'à 10-15 ans, alors que la clinique peut ne pas être brillante. Cependant, une métastase précoce des ganglions lymphatiques pelviens rend la maladie dangereuse et peut affecter de manière significative le pronostic.

En plus de ces organes, l'adénocarcinome est présent dans les muqueuses mammaire, pancréatique, cutanée et buccale. Types spéciaux - carcinomes hépatocellulaires et à cellules rénales, qui sont en fait des adénocarcinomes, mais ont une excellente structure, car leurs cellules ne ressemblent pas à l'épithélium glandulaire, mais à des éléments de ces organes qui constituent l'essentiel du parenchyme.

Ainsi, l'adénocarcinome est un type morphologique répandu de tumeurs de localisations très différentes. Pour trouver une indication de sa présence dans le diagnostic, vous devez faire attention au degré de différenciation, qui détermine le taux de croissance et le pronostic. La présence de métastases est également un signe pronostique important du cancer glandulaire.

Avec le diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié en cas de traitement réussi, le taux de survie est assez élevé et atteint 90% ou plus dans certains sites de cancer. Les adénocarcinomes modérément différenciés peuvent donner une chance à la vie avec une détection précoce chez environ la moitié des patients. Les adénocarcinomes peu différenciés et indifférenciés se caractérisent par une faible espérance de vie des patients, généralement inférieure ou égale à 10-15%.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome de l'estomac et combien de temps une personne vivra-t-elle

Avec l'adénocarcinome de l'estomac, la plupart des gens ont entre quarante et cinquante ans. Les hommes sont une fois et demie plus susceptibles de développer un carcinome malin. Un adénocarcinome est diagnostiqué dans 95% des cas parmi les tumeurs du tractus gastro-intestinal. Lorsque les médecins diagnostiquent un cancer gastrique, ils désignent dans la plupart des cas cette pathologie particulière. Dans la formation de l'adénocarcinome, les cellules épithéliales glandulaires des tissus de l'organe sont impliquées et changent sous l'influence de certains facteurs provoquants.

En cas de cancer dans n'importe quelle partie de l'estomac, le diagnostic précoce est difficile, car le processus oncologique est lent et peut ne pas montrer de signes pendant des années. La pathologie se développe très longtemps, parfois jusqu'à quinze ou vingt ans. Les premiers symptômes dans près de la moitié des cas surviennent au troisième ou au quatrième stade de la maladie, bien que plus de quatre-vingts pour cent des cas, les métastases surviennent aux premiers stades.

Raisons

La principale raison de la formation d'une tumeur et du développement d'un cancer gastrique est la détérioration de la nutrition des parois de l'organe, une altération de l'apport sanguin, ainsi qu'une diminution de sa sécrétion, ce qui entraîne une malignité des cellules de la couche glandulaire. Les facteurs qui provoquent des changements pathologiques dans la coquille de l'organe, et derrière eux, et dans le cancer glandulaire de l'estomac, sont:

  1. Aliments nuisibles - l'abus d'aliments gras, salés, épicés et fumés augmente le risque de tumeur.
  2. Adhérence fréquente aux régimes alimentaires - si les fibres alimentaires, les nutriments et les vitamines sont ingérés en quantités insuffisantes, il en résulte un affaiblissement de tout le corps et un effet négatif sur le tractus gastro-intestinal.
  3. Le tabagisme et l'alcoolisme augmentent plusieurs fois le risque d'adénocarcinome. Très souvent, les fumeurs ayant une grande expérience des tumeurs se développent en raison des effets sur le corps des substances cancérogènes contenues dans la fumée du tabac.
  4. Les maladies de l’estomac telles que les ulcères chroniques, la gastrite, la dysplasie des muqueuses du corps deviennent souvent la cause de tumeurs.
  5. La bactérie Helicobacter pylori est responsable de ces maladies. Avec une infection prolongée peut développer non seulement un ulcère, mais aussi un adénocarcinome.

Le groupe à risque comprend les personnes vivant dans une zone polluée, travaillant dans des industries dangereuses, ainsi que celles dans la famille desquelles il y a déjà eu des cas de cancer de l'estomac.

Classification

Le cancer de l'estomac a une classification étendue. Selon la structure histologique et le type d'adénocarcinome, il peut être:

  • polypes;
  • ulcératif;
  • pseudo-ulcératif;
  • diffuse;
  • non sécrétoire.

Il existe également quatre sous-types de la tumeur:

  • papillaire - provient de structures d'apparence papillaire, se développe à l'intérieur de l'estomac et a la forme d'un doigt;
  • anneau cricoïde - une tumeur qui représente une tumeur isolée qui affecte le corps de l'estomac;
  • muqueuse - à la place de la localisation du cancer, il se produit une production constante de mucus, visible lors de la gastroscopie;
  • adénocarcinome tubulaire de l'estomac - il se compose de structures étendues ramifiées ou kystiques.

Il existe d'autres formes de pathologie, la classification de la maladie est déterminée en fonction du degré de différenciation d'un néoplasme:

  1. Mal différencié;
  2. Très différencié;
  3. Modérément différencié.

La différenciation dépend de la différence entre les cellules cancéreuses et les cellules saines: plus elle est basse, plus le pronostic est sombre.

Mal différencié

Avec ce degré de malignité, la pathologie dans les stades précoces peut déjà métastaser aux tissus voisins et aux ganglions lymphatiques situés dans le voisinage. Les tumeurs métastatiques peuvent affecter tout le tractus gastro-intestinal. Si un adénocarcinome de l'estomac mal différencié est diagnostiqué, la survie du patient est très faible.

Très différencié

L'adénocarcinome de l'estomac hautement différencié est le plus favorable en termes de pronostic, car ses cellules continuent à remplir une partie de leurs fonctions. Les dommages aux tissus voisins ne se produisent pas, la structure des cellules pathologiques est presque identique à celle des cellules de la membrane muqueuse saine de l'estomac. Le degré de malignité est faible, le patient a de bonnes chances de guérison.

Modérément différencié

La malignité moyenne est un adénocarcinome modérément différencié de l'estomac. Un tel néoplasme est de type intermédiaire, le changement de structure cellulaire est insignifiant, le pronostic pour le patient dépend de nombreux facteurs.

Les étapes

Avec des tumeurs hautement différenciées et modérément différenciées, le processus oncologique n'est pas clairement défini. Les néoplasmes peu différenciés sont divisés en cinq stades, dont l'adénocarcinome asymptomatique est nul. Les quatre étapes suivantes sont:

  1. La première étape est diagnostiquée lorsque le patient présente des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux, ainsi qu'une implication dans le processus malin de la sous-muqueuse;
  2. Dans la deuxième étape, la couche de muscle lisse de l'organe et le tissu lymphoïde des ganglions lymphatiques sont affectés;
  3. Au troisième stade, toutes les cellules des ganglions lymphatiques régionaux sont touchées, la tumeur se développe dans toutes les couches de l'estomac et occupe une grande surface;
  4. Au quatrième stade, des métastases à d'autres organes, une ascite et d'autres complications potentiellement mortelles se produisent.

À chaque stade, il existe différents signes d'adénocarcinome, mais les premiers stades se produisent souvent avec des symptômes cachés. Il est donc important de passer un examen périodique en gastro-entérologie.

Les symptômes


Le danger de la pathologie est qu’au stade initial de développement, il est asymptomatique. Un peu plus tard, des signes d'un caractère non spécifique commencent à apparaître, c'est-à-dire pouvant indiquer d'autres maladies:

  1. Peu à peu, le poids du patient diminue;
  2. Une personne se sent constamment faible;
  3. Le patient se fatigue rapidement même avec un stress physique et mental mineur.

D'autres signes sont ajoutés proportionnellement à la croissance des tumeurs:

  • perte d'appétit survient;
  • après avoir mangé, l'estomac commence à faire mal;
  • brûlures d'estomac et éructations fréquentes.

La dernière étape est caractérisée par des symptômes d'adénocarcinome, inhérents à cette pathologie particulière:

  • il y a une aversion pour les plats de viande et tout aliment contenant des protéines;
  • l'anémie ferriprive commence;
  • lorsque la tumeur commence à s’effondrer, il se produit une hémorragie interne qui conduit à des selles goudronneuses et à la consistance;
  • la nourriture stagne dans l'estomac, à cause de laquelle le patient sent que l'estomac est constamment plein;
  • la salivation augmente;
  • des nausées et des vomissements surviennent.

Selon le type de cancer de l’estomac et la qualité de l’immunité du patient, même au dernier stade, les symptômes peuvent être légers.

Diagnostics

L'établissement du diagnostic commence par un examen externe du patient, l'audition des plaintes et la collecte de l'anamnèse. Les méthodes de diagnostic suivantes sont appliquées:

  • test sanguin clinique général - montre une augmentation du nombre de globules blancs et une réduction du nombre de globules rouges;
  • tomographie par ordinateur ou magnétique - aide à identifier les métastases;
  • examen gastroscopique - grâce à cette méthode, vous pouvez voir l'état de la membrane muqueuse de l'intérieur;
  • sang pour protéines spécifiques - marqueurs tumoraux;
  • laparoscopie - aide à voir les métastases et à déterminer le stade de la maladie;
  • radiographie de contraste - introduction d'un microdrogue (sulfate de baryum) dans l'estomac et les intestins afin d'identifier les zones détruites de l'organe sur la photo et d'identifier les tumeurs secondaires;
  • biopsie tumorale avec oesophagogastroduodénoscopie - aide à déterminer le degré de malignité des cellules dégénérées;
  • Échographie des organes abdominaux - est effectuée pour identifier les cellules métastatiques.

Une fois le diagnostic d'adénocarcinome gastrique terminé, le médecin décide de la possibilité d'une intervention chirurgicale.

Traitement

Le traitement de l'oncologie de l'estomac est choisi en fonction de la taille de la tumeur, du degré de différenciation, de l'âge du patient et de son état général. Le plus efficace est l'ablation chirurgicale de la tumeur. Il existe deux types d'interventions chirurgicales pour le cancer de l'estomac:

  1. Lors de la résection sous-totale, le néoplasme est enlevé avec une partie des tissus impliqués dans le processus malin ou une petite zone de l'organe lui-même;
  2. La gastrectomie élimine tout l'estomac et les tissus environnants - ganglions lymphatiques régionaux, partie de l'œsophage et de l'intestin grêle.

En cas de contre-indications à la chirurgie, les cellules cancéreuses sont éliminées par traitement au laser endoluminal. Afin que le patient puisse s'alimenter de manière autonome, des parois sont introduites dans son estomac (la procédure s'appelle steenia endoluminale). Avant et après l'opération, les mesures thérapeutiques suivantes sont prescrites à la personne:

  • Radiothérapie Une irradiation est effectuée avant l'opération afin de réduire la taille de la tumeur, ainsi qu'après des interventions chirurgicales visant à détruire les cellules malignes subsistant après l'opération. Avec l'aide des radiations, vous pouvez réduire la douleur et prévenir les saignements internes.
  • Une chimiothérapie est réalisée avec du cisplatine, de la bléomycine ou du Ftorafur afin de réduire le néoplasme avant l'opération et de détruire les tumeurs métastatiques qui la suivent. En outre, le traitement avec des produits chimiques aide à réduire le risque de récidive du cancer.
  • Immunothérapie Les produits chimiques ont un effet négatif non seulement sur les cellules tumorales, mais également sur les tissus sains. Il est donc nécessaire, avec l'aide de moyens spéciaux, d'accroître les défenses de l'organisme.

La médecine traditionnelle n'est pas utilisée pour traiter l'adénocarcinome, mais après avoir consulté un médecin, elle peut aider à éliminer les effets secondaires après une chimiothérapie.

Pronostic et prévention

La durée de vie d'une personne dépend du stade auquel le traitement a été commencé, ainsi que du type de traitement effectué. Après l'opération dans la première étape, le taux de survie est d'environ quatre-vingts pour cent et dans la deuxième étape, il tombe à quarante pour cent. Après le traitement du troisième stade, le taux de survie à cinq ans n'est observé que chez vingt pour cent des patients, et dans le quatrième - pas plus de cinq personnes sur cent. En outre, le pronostic de l'adénocarcinome de l'estomac dépend de l'âge du patient - les jeunes sont plus faciles à faire face à la maladie.

Pour prévenir le cancer, il est nécessaire de bien manger, de cesser les mauvaises habitudes, de consulter un médecin si vous avez des problèmes et de traiter rapidement les maladies du tractus gastro-intestinal.

Adénocarcinome de l'estomac - une forme de la maladie, les principaux symptômes de la maladie et son traitement

L'adénocarcinome de l'estomac est l'une des formes les plus courantes de maladie maligne de cet organe.

Dans les premiers stades, la formation d'une tumeur cancéreuse de ce type se produit avec pratiquement aucun changement caractéristique de la santé; par conséquent, l'adénocarcinome est rarement détecté au premier stade.

Une différence caractéristique dans l'adénocarcinome peut être appelée l'apparition précoce de foyers secondaires du processus malin, c'est-à-dire les métastases. Cela aggrave encore l'évolution de la maladie.

Le concept et les statistiques de la maladie

L'adénocarcinome se développe à partir de cellules épithéliales glandulaires ayant subi des modifications atypiques sous l'influence de nombreux facteurs provoquants.

Ce type de cancer de l'estomac se développe chez la plupart des patients. Selon les statistiques, l'adénocarcinome représente près de 95% de toutes les tumeurs malignes.

En raison de l'incidence élevée de cette maladie dans la littérature médicale, on parle de cancer de l'estomac.

La formation d'un adénocarcinome peut prendre plusieurs années, parfois jusqu'à 15 ou 20 ans.

Un cancer gastrique cliniquement manifeste chez la plupart des patients examinés débute au bout de 45 ans environ.

L'adénocarcinome gastrique entraîne le développement de métastases dans plus de 82% des cas. La maladie est plus susceptible aux hommes. Dans les cas avancés, l'intervention chirurgicale n'est pas possible car le processus malin implique des organes, des ganglions lymphatiques et des tissus situés près de l'estomac.

Causes de développement

La principale raison du développement de l'adénocarcinome dans l'estomac est une perturbation prononcée de l'apport sanguin et de l'alimentation des parois et une suppression de la sécrétion dans le corps. De tels changements pathologiques sont le plus souvent causés par l'effet cancérogène de certaines substances.

Les principales causes de cancer gastrique sont les suivantes:

  • Exposition au goudron de tabac et à l'alcool éthylique. L'adénocarcinome est détecté dans la plupart des cas chez les patients qui fument depuis longtemps et qui abusent des boissons contenant de l'alcool.
  • Nourriture irrationnelle. Le risque de cancer de l'estomac est élevé chez les personnes qui préfèrent manger des aliments gras, fumés et riches en sel. Dans de tels plats, il y a beaucoup de substances spéciales - les nitrites. Lorsqu'ils pénètrent dans l'estomac, ils sont affectés par l'acide chlorhydrique et forment des complexes qui endommagent la couche muqueuse et provoquent ainsi la transformation de cellules glandulaires normales en cellules atypiques.
  • Adhésion à long terme à un régime alimentaire avec une consommation minimale de fibres alimentaires, un manque de vitamines et d'oligo-éléments.
  • Bactérie Helicobacter pylori. Ce microorganisme provoque une gastrite infiltrante, se produisant avec des modifications atrophiques de la couche muqueuse. Avec l’âge, avec une infection à long terme par Helicobacter pylori, la probabilité d’un cancer augmente.

Une certaine valeur dans la formation d'un adénocarcinome gastrique est attribuée à la prédisposition génétique. Des recherches conduites ont établi que les cellules cancéreuses dans l'estomac ne se développent presque jamais, s'il n'y a pas de maladie de fond.

La probabilité de formation d'adénocarcinome augmente si une personne a des antécédents de:

  • Gastrite chronique atrophique ou hyperplasique.
  • Ulcère peptique.
  • Les polypes dans l'estomac.
  • Opérations sur l'orgue.

La plupart des patients atteints d'adénocarcinomes à l'estomac vivent dans des zones défavorables sur le plan écologique, travaillent dans des industries dangereuses et ont plus de 50 ans.

Classification

L'adénocarcinome gastrique a plusieurs classifications. Selon la classification de Bormann, le cancer gastrique est divisé en cinq types et quatre sous-espèces.

Cinq types principaux:

  • Type de tumeur Polypozny ou limitée.
  • Ulcératif, caractérisé par des frontières extérieures étendues.
  • Pseudo ulcératif. Selon ses changements est similaire à un ulcère à l'estomac.
  • Type diffus d'adénocarcinome.
  • Type non classifié de cancer gastrique.

Photo d'adénocarcinome polypeuse de l'estomac

  • Adénocarcinome papillaire. Formé à partir des structures papillaires de l'épithélium, se développe dans la cavité du corps, la formation d'un doigt.
  • L'adénocarcinome tubulaire de l'estomac est constitué de structures étendues ramifiées ou kystiques.
  • La sous-espèce visqueuse du cancer. Dans la zone du processus malin, le mucus est constamment produit, cela se remarque lors de la gastroscopie.
  • Cancer des cellules de la chevalière. Des cellules cancéreuses isolées infectent les parois du tronc.

Par type de structure, l'adénocarcinome de l'estomac est divisé en:

  • Faible différencié. La structure de cette tumeur ne dépend pas du type de tissu de l'organe, la probabilité de développement précoce de métastases est accrue. Il a l'un des plus hauts degrés de malignité.
  • Une tumeur hautement différenciée est une éducation dont les cellules ne peuvent être distinguées de celles qui sont en bonne santé. L'évolution de la maladie peut être considérée comme favorable.
  • Une tumeur cancéreuse modérément différenciée se caractérise par une grande apparence de cellules atypiques par rapport à une forme hautement différenciée.
  • L'adénocarcinome indifférencié est une tumeur dans laquelle les complexes de type glandulaire sont pratiquement absents.
  • La forme indifférenciée de l'adénocarcinome de l'estomac est caractérisée par une malignité prononcée des cellules atypiques. Le pronostic est défavorable.

Adénocarcinome mal différencié de l'estomac

Une forme d'adénocarcinome peu différenciée est exposée lorsque le degré de différenciation cellulaire le plus faible est établi. En d’autres termes, ils perdent leur structure spécialisée et n’exécutent pas la fonction nécessaire.

La vidéo montre un cancer gastrique de faible grade identifié lors d'une gastroscopie:

Cette forme de cancer a un cours agressif, une formation maligne se forme assez rapidement et la formation de foyers secondaires de cancer se produit rapidement. La tumeur se propage dans l'épaisseur des murs. Le pronostic pour les formes de cancer peu différenciées chez les patients est défavorable.

Très différencié

Les particularités de l'adénocarcinome gastrique hautement différencié comprennent une légère tendance des cellules au polymorphisme. C'est-à-dire que les cellules atypiques ont une structure similaire à celle des cellules d'épithélium glandulaire ordinaires et continuent à remplir une partie de leurs fonctions.

Les changements pathologiques ne sont détectés que dans le noyau de la cellule, celui-ci s'allonge. Les cancers hautement différenciés se développent lentement, parfois plusieurs années s'écoulent avant l'apparition des premiers signes cliniques de la maladie.

Cette forme d'adénocarcinome est traitée avec assez de succès, mais le risque de non récurrence de la maladie est plus élevé chez les patients présentant les premiers stades du cancer.

Modérément différencié

L'adénocarcinome gastrique modérément différencié est une tumeur intermédiaire. Selon son évolution, il est plus proche de tumeurs hautement différenciées, mais les cellules de structure modifiée se trouvent beaucoup plus souvent.

Comme il n’ya pas de manifestations caractéristiques dans cette forme du processus malin, il est rarement possible de détecter une tumeur à temps. Cela crée des difficultés de traitement, mais si le traitement est effectué rapidement, le pronostic pour le patient est positif.

Les symptômes

L'adénocarcinome gastrique se développe presque toujours assez lentement. Au début, le processus malin ne conduit pas à l'apparition de signes spécifiques et, par conséquent, le dépistage précoce du cancer glandulaire est le plus souvent possible lors d'examens préventifs ou lors d'examens pour d'autres maladies.

Le patient semble le plus souvent intolérant aux aliments protéinés, ceci s’applique aux plats de viande et de poisson.

En outre, les symptômes suivants sont associés à un adénocarcinome de l'estomac:

  • Douleur à l'estomac. L'intensité de la douleur n'est pas liée à l'ingestion d'aliments, comme c'est le cas pour l'ulcère peptique. C'est-à-dire que la douleur peut apparaître avant le repas, après celui-ci ou gêner constamment la personne. Les sensations douloureuses donnent souvent en retour, les omoplates, le sternum.
  • Violation des selles. Une tumeur à l'estomac provoque une mauvaise digestion des aliments, ce qui entraîne une diarrhée ou une constipation prolongée.
  • Un manque d'appétit complet se produit dans les dernières étapes.
  • Réduction de poids.
  • Fatigue rapide, léthargie, perte de la capacité de travail habituelle.
  • Selles Tarry. L'apparition de matières fécales noires est un signe de saignement de l'estomac, ce qui peut indiquer une désintégration de la tumeur avec l'implication des parois de l'estomac et des organes adjacents dans le processus pathologique.
  • Vomissements de nourriture ou de sang.

La malnutrition et les saignements récurrents conduisent au développement de l'anémie, en raison de cette peau humaine devient pâle, jaunâtre. Le manque d'hémoglobine affecte négativement l'état des cheveux et des ongles.

L'adénocarcinome de l'estomac peut indiquer une augmentation périodique de la salivation, une augmentation de la température corporelle pouvant atteindre 37,5 degrés ou plus. Le système nerveux en souffre. L'irritabilité, l'apathie, les dépressions accompagnent souvent la formation d'une tumeur maligne dans l'estomac.

Il faut garder à l'esprit que le cancer glandulaire de l'estomac se développe souvent sans douleur ni autres symptômes indiquant un trouble du système gastro-intestinal. Ce sont ces tumeurs qui sont les plus dangereuses, puisqu'elles sont détectées aux derniers stades, au cours desquelles l'opération n'est pas efficace.

Les étapes

L'adénocarcinome de l'estomac traverse plusieurs stades de développement successifs.

  • Le stade précoce correspond au moment où une tumeur maligne ne se propage pas plus loin que la membrane muqueuse. La tumeur est de taille minime, il n’ya pas de pénétration dans les organes voisins. A ce stade, les toxines sont légèrement isolées, de sorte que les symptômes d'intoxication sont pratiquement absents et qu'il n'y a pas de manifestations spécifiques de la maladie. Parfois, vous pouvez faire attention à une légère perte d’appétit.
  • La deuxième étape est exposée lorsque la tumeur commence à occuper la couche musculaire. Les cellules cancéreuses pénètrent dans le système lymphatique, ce qui permet aux ganglions lymphatiques les plus proches de grossir. Les symptômes sont légers, les principales manifestations en sont des troubles de la digestion, une douleur légère, un manque d'appétit, les premiers signes d'intoxication apparaissent.
  • Au troisième stade, la tumeur capture toutes les couches de l'estomac et commence à pénétrer dans le péritoine, le foie, le pancréas et l'œsophage. Les foyers secondaires de cellules cancéreuses se trouvent non seulement dans les ganglions lymphatiques les plus proches, mais aussi dans les ganglions lointains.
  • La quatrième étape se caractérise par l'apparition de nombreuses métastases.

Diagnostics

Si le médecin du patient révèle des signes similaires aux symptômes de l'adénocarcinome, il lui assigne une série d'examens. Le plus souvent pour le diagnostic de tumeurs malignes dans l'estomac prescrit:

  • Oesophagogastroduodenoscopy. Cette méthode est l’une des plus informatives, elle vous permet de déterminer non seulement tous les changements dans la cavité de l’estomac, mais également de prendre du matériel pour analyse histologique.
  • La radiographie de l'estomac avec un agent de contraste détermine l'emplacement de la formation et révèle des violations de la motilité des organes.
  • Une échographie est assignée pour détecter les processus de cancer dans d’autres organes et dans le système lymphatique.
  • La tomodensitométrie scanne le corps entier en couches. Cette méthode de diagnostic moderne permet d’établir l’objectif principal et d’identifier les changements secondaires.
  • Un test sanguin est attribué pour identifier le processus inflammatoire, signes de l'anémie. Dans le sang sont déterminés et les marqueurs tumoraux, indiquant une forte probabilité d'un processus malin dans le corps.

Traitement

Le traitement d'un patient souffrant d'adénocarcinome gastrique est sélectionné uniquement après un examen complet. Si le cancer en est à ses débuts, il faut procéder à une opération au cours de laquelle la tumeur elle-même est enlevée avec les tissus adjacents modifiés.

Il est possible de retirer la majeure partie de l'estomac ou une résection complète. Les ganglions lymphatiques à proximité sont également assurés d'être coupés, car les cellules cancéreuses peuvent pénétrer dans des organes distants.

Aux dernières étapes de la chirurgie, il est inapproprié, car il est impossible de priver une personne non seulement d’un estomac, mais également de tous les organes vitaux touchés par le cancer.

Dans cette phase de la maladie, on prescrit au patient un traitement de soutien consistant en une exposition aux rayonnements, des séances de chimiothérapie, des analgésiques et des médicaments visant à améliorer la fonction de l'estomac.

Si une tumeur en croissance rend difficile le transport des aliments dans l'œsophage, une intervention chirurgicale est possible, ce qui permettra d'éliminer l'obstruction.

Des séances de chimiothérapie et de radiothérapie sont prescrites avant et après la chirurgie. Leur utilisation détruira une partie des cellules cancéreuses, ce qui réduira le risque de récurrence d’un processus malin.

Quelle est l'efficacité de la chimiothérapie?

La chimiothérapie pour l'adénocarcinome gastrique est prescrite dans plusieurs cas:

  • Soulager l’état du patient aux stades avancés du cancer.
  • Ralentir la croissance de la tumeur et prévenir l'apparition de foyers secondaires.
  • Après l'opération pour détruire les cellules cancéreuses restantes.

Le type de chimiothérapie pour chaque patient est sélectionné individuellement. Il existe des schémas thérapeutiques efficaces dans lesquels deux médicaments de chimiothérapie ou plus sont utilisés simultanément.

Ce type de traitement est assez sévèrement toléré par la plupart des gens: nausées et faiblesses graves, leucopénie et manifestations correspondantes, chute des cheveux.

La chimiothérapie réduit le risque de récidive de la maladie et augmente considérablement les chances d'une personne malade de prolonger son espérance de vie. L'efficacité de cette méthode de traitement des tumeurs cancéreuses augmentera avec la nomination simultanée de la radiothérapie et avec la possibilité d'une intervention chirurgicale.

Métastase

Les métastases dans l'adénocarcinome aggravent considérablement l'évolution de la maladie. Avec ce type de cancer, des foyers secondaires se forment initialement dans les organes abdominaux, à savoir le foie, le pancréas et la rate.

Les cellules atypiques peuvent pénétrer dans les tissus autour du nombril et des poumons. Les dommages causés au tissu pulmonaire entraînent l'apparition d'une toux douloureuse, dont l'attaque peut être accompagnée par la libération d'un abri strié de mucus.

Des complications

Les principales complications de l'adénocarcinome incluent:

  • Perforation de l'orgue. Une tumeur qui occupe toutes les parois de l'estomac, lorsqu'elle est fondue, peut provoquer une perforation lors de la libération du contenu de l'estomac dans la cavité abdominale. Cela conduit au développement de la péritonite.
  • Saignement. La pénétration de la tumeur dans les vaisseaux sanguins provoque des lésions, qui se manifestent par des saignements périodiques.
  • Sténose du pylore.
  • Ascite L'accumulation de liquide dans la cavité abdominale est déclenchée par la compression d'une tumeur en développement des vaisseaux veineux.
  • L'anémie L'hémoglobine est réduite en raison de la malnutrition et de saignements fréquents.

Prévisions

La durée pendant laquelle une personne vivra avec un adénocarcinome identifié de l’estomac dépend du stade du processus malin de la réponse du corps au cours du traitement prescrit.

Le pire résultat est toujours observé au quatrième stade - après cinq ans, seulement deux pour cent des personnes évitent la mort.

Prévention

La probabilité de développer un adénocarcinome gastrique est beaucoup plus faible chez les personnes qui adhèrent toujours aux principes d'une nutrition saine et rationnelle. L'absence d'influence des cancérogènes du tabac et de l'alcool réduit également le risque de modification des parois de l'estomac.

Il est également nécessaire de toujours se rappeler que les maladies non traitées de l’estomac peuvent donner une impulsion à la formation de cellules atypiques. Par conséquent, vous devez toujours traiter les maladies chroniques et consulter un médecin si des modifications même mineures des organes digestifs apparaissent.

Vidéo sur le cancer de l'estomac:

Comment vaincre le cancer de l'estomac, racontez la vidéo suivante: