loader
Recommandé

Principal

La cirrhose

Hyperplasie adénomateuse de l'endomètre

L'hyperplasie adénomateuse de l'endomètre est une maladie gynécologique grave qui s'accompagne d'une croissance accélérée du tissu muqueux recouvrant la surface interne de l'utérus. L’endomètre est une glande de l’environnement interne de l’utérus. Sa croissance, son développement et son rejet dépendent directement de l’équilibre hormonal du corps de la patiente.

La définition

Si vous faites face à un diagnostic similaire, ne vous précipitez pas pour paniquer. Tout d'abord, vous devez comprendre les caractéristiques d'une telle pathologie, trouver la cause de son apparition. Une croissance anormale des tissus de l'endomètre peut commencer de manière inattendue et, aux premiers stades de la maladie, la patiente n'est même pas au courant de son diagnostic. C'est pourquoi il est très important de consulter régulièrement un gynécologue pour un examen de routine.

L’hyperplasie adéno-fibreuse de l’endomètre est le plus souvent causée par un équilibre inapproprié des hormones sexuelles dans le corps de la patiente. La muqueuse est en croissance active si le sang contient une faible concentration de progestérone et une teneur élevée en œstrogènes. Peu à peu, le tissu endométrial se propage aux organes adjacents, ce qui entraîne de graves complications et des modifications irréversibles du corps.

Les principales raisons du développement de l'hyperplasie incluent:

  • Infertilité causée par la persistance des follicules;
  • Dysfonctionnement surrénalien;
  • Tumeurs sur les ovaires capables de synthétiser des hormones;
  • Acceptation des médicaments hormonaux et OK.

Le risque de développer une pathologie augmente chez les patients de plus de 35 ans, qui ne peuvent concevoir un enfant pendant longtemps. Un facteur déclencheur supplémentaire peut être considéré comme l’apparition précoce de la menstruation, de la ménopause tardive, de l’avortement.

Classification

Sous l'action des hormones sexuelles, la couche de muqueuse de l'endomètre dans l'utérus se développe progressivement pour assurer la fixation de l'œuf fécondé dans l'organe reproducteur. Si la grossesse après l'ovulation n'est pas venue, l'endomètre est rejeté et la femme commence à avoir ses règles.

Avec l'hyperplasie de l'endomètre dans le corps du patient, on observe un taux élevé d'œstrogènes et une faible concentration de progestérone. Dans le même temps, l'ovulation peut être complètement absente. Les cellules de la membrane muqueuse non seulement grossissent activement, absorbant de nouveaux tissus et organes, mais changent également de forme et deviennent anormales. La progression de la pathologie est très dangereuse car elle peut renaître en oncologie.

L'hyperplasie adénomateuse et glandulaire de l'endomètre peut être de plusieurs types - atypique et non typique. Le traitement est choisi par un médecin après un diagnostic préliminaire et la détermination de la gravité de la maladie. Cette pathologie peut être divisée en 2 types:

  • Hyperplasie adénomateuse simple. La couche endométriale se développe, la structure des cellules change.
  • Forme difficile. Avec la progression de la maladie change non seulement la structure des cellules de l'endomètre, mais aussi leur forme, le noyau. Risque élevé de réincarnation en oncologie.

Pour un traitement réussi, il est très important d'identifier la maladie au stade initial de son développement. Faites bien attention aux symptômes alarmants - menstruation atypique, saignements utérins, retard, sang après intimité, spotting. Si vous avez de tels signes, assurez-vous de consulter un médecin.

Diagnostics

Seul un diagnostic symptomatique est impossible. Le gynécologue effectuera certainement un examen de la chaise à l'aide de miroirs spéciaux. Si des zones suspectes de l'endomètre sont détectées, le spécialiste vous prescrira des diagnostics modernes supplémentaires.

  • Hystéroscopie. Méthode informative pour l'étude des organes génitaux internes. Au cours de cette procédure, vous pouvez déterminer les foyers d'hyperplasie et d'endométriose, leur taille, leur localisation, effectuer un prélèvement cellulaire pour une biopsie. La procédure est réalisée sous anesthésie locale.
  • Histologie. Les tissus prélevés du tissu glandulaire de l'endomètre sont examinés au laboratoire pour identifier les cellules anormales et atypiques. Cela vous permet de faire le diagnostic le plus précis possible.
  • Cytologie. La méthode a beaucoup en commun avec l'histologie, mais est considérée comme moins informative.
  • Échographie transvaginale. Le médecin peut examiner avec soin l'état de la surface interne de l'utérus. La méthode de diagnostic est rapide, précise et sans douleur. Le seul inconvénient est qu'il est impossible de faire la distinction entre hyperplasie adénomateuse et glandulaire.

Thérapie

Dans le diagnostic de l’hyperplasie de l’endomètre, le médecin est chargé d’arrêter les saignements utérins qui accompagnent cette pathologie. Le choix de la méthode de traitement appropriée dépend de la forme et du degré de développement de la maladie, de l'âge du patient, des caractéristiques individuelles de l'organisme.

Si la maladie a été diagnostiquée pendant la ménopause, les médecins recommandent le retrait complet de l'organe génital afin d'exclure complètement la possibilité de développer un oncologie. Pour l'hyperplasie adénomateuse, les méthodes suivantes de traitement conservateur sont utilisées.

Acceptation des médicaments hormonaux pour normaliser l’équilibre hormonal. Avant le médecin doit nécessairement procéder à un curetage chirurgical de l'endomètre dans l'utérus. Si le traitement prescrit n'est pas exécuté exactement comme recommandé par le médecin, le risque de cancer augmentera considérablement.

Avec un tel diagnostic, les progestatifs, les agonistes et les antigonadotropines sont généralement utilisés. Une fois le traitement hormonal terminé, le patient doit subir une hystéroscopie diagnostique pour évaluer les résultats du traitement. Le cours de la prise de médicaments - au moins 6 mois.

Chirurgie Il est prescrit si le traitement hormonal ne fonctionne pas ou en cas de rechute de la maladie. Dans ce cas, l'ablation de l'utérus ou une intervention chirurgicale complexe visant à retirer l'utérus avec les appendices est recommandée.

Si la patiente est encore jeune et envisage une grossesse, le médecin peut prescrire le retrait de la couche endométriale à travers le col de l'utérus. Cependant, une telle opération est extrêmement rare, car elle comporte de nombreuses contre-indications et ne donne pas toujours le résultat souhaité.

Folk

L'hyperplasie adénomateuse est une condition précancéreuse. Les médecins ne recommandent pas l'auto-traitement, car un mauvais traitement peut nuire davantage et même menacer la vie du patient. Tout d’abord, vous devez effectuer une opération chirurgicale, puis vous pourrez également prendre des remèdes traditionnels.

Considérez quelques recettes pour des décoctions efficaces pouvant être prises en association avec des médicaments hormonaux.

  • Préparez le jus de betteraves fraîchement nettoyées et prenez 100 ml. un tel verre par jour.
  • 2 cuillères à soupe l ortie séchée verser 1 cuillère à soupe. l'eau bouillante, laisser infuser, puis filtrer. Il est nécessaire de boire le bouillon préparé dans la journée.
  • 1 cuillère à soupe l écorce de viorne brassée 1 c. eau bouillante. Prenez une décoction pendant 1 jour.

L'utilisation de recettes de médecine traditionnelle n'est possible qu'en combinaison avec une thérapie traditionnelle. Vous devez d'abord consulter un médecin expérimenté à ce sujet.

Hyperplasie adénomateuse de l'endomètre

Hyperplasie glandulaire et adénomateuse de l'endomètre - de quoi s'agit-il? Vous devez d'abord comprendre ce qu'est l'hyperplasie de l'endomètre au sens général. Le phénomène considéré est un processus pathologique de nature gynécologique, au cours duquel se produit la croissance des cellules de l'endomètre.

En règle générale, ces plaques de cellules pathologiques sont marquées sous la forme de divers néoplasmes, le plus souvent des polypes. Hyperplasie adénomateuse, glandulaire et fibreuse - ces types de pathologies sont distingués en fonction de la cause de l’événement. Les types mixtes tels que l'hyperplasie endométriale adénomateuse et glandulaire, l'hyperplasie endométriale adénofibreuse, etc. sont également distingués.

Au cours de l'hyperplasie adénomateuse, une prolifération pathologique de la muqueuse utérine se produit avec l'apparition de cellules atypiques. Un cas particulier du problème décrit est un polype adénomateux, qui est relativement rare.

Selon les statistiques médicales, l'hyperplasie de la couche épithéliale de l'utérus est omniprésente: on parle de 5 à 25% du sexe faible de la population féminine de la planète.

Raisons

La cause immédiate du développement du processus pathologique réside toujours dans le développement d'une sécrétion excessive d'hormones féminines spécifiques: l'œstrogène en premier lieu. Pourquoi la concentration de ces substances augmente? Vous devez comprendre chaque cas. Nous devons souvent parler des facteurs suivants:

Ménopause et postménopause. Il s'agit d'un état hormonal maximal, au cours duquel la concentration d'œstrogènes dans le sang et de progestérone diminue. C'est la seule exception à la règle décrite ci-dessus. Dans ce cas, le processus inverse.

En raison d'une quantité insuffisante d'hormones spécifiques aux femmes, une diminution de l'élasticité de l'endomètre se produit, la couche muqueuse devient cornée et une augmentation de l'activité d'agents viraux spécifiques (virus du papillome humain, herpès et autres) est possible, ce qui provoque une augmentation de la prolifération cellulaire au niveau local. Le résultat dans la formation d'une hyperplasie sous la forme d'une polypose.

Autres états hormonaux de pointe. La puberté et surtout la grossesse. Il inclut également le cycle menstruel dans la période initiale, lorsque l'ovule est encore mature. Ces états hormonaux de pointe entraînent la hausse des taux d'œstrogènes.

Strictement parlant, l'œstrogène n'est pas considéré comme un cancérigène, mais son excès peut augmenter l'activité proliférative des cellules, comme la testostérone chez l'homme. Telle est la caractéristique des hormones sexuelles. La raison - la nécessité de la maturation de l'œuf et de changer la nature de l'endomètre. Sans cela, la grossesse ne se produit pas.

Augmentation de la concentration en œstrogènes pour d'autres raisons, avec de faibles niveaux de progestérone. Le fait est que l'œstrogène est responsable de l'augmentation du taux de division cellulaire. La progestérone - pour leur destruction, dès la fin de l'état hormonal maximal.

Syndrome des ovaires polykystiques ou multifolliculaires. Également l'apparition de tumeurs bénignes et malignes spéciales des appendices. Ils modifient eux-mêmes la nature de l'endomètre, peuvent souvent métastaser (répartir les cellules au-delà de la position anatomique) et produire également un excès d'oestrogène. Que c'est lourd - a été dit à plusieurs reprises.

Insuffisance dans le travail du cortex surrénalien. Affecte la production excessive ou insuffisante (inadéquate) d'adrénaline, de noradrénaline, de cortisol. Comment ce facteur affecte-t-il la probabilité de développer une hyperplasie - discuté ci-dessous.

Consommation excessive et incontrôlée de médicaments à base d'œstrogènes synthétiques. Souvent, les femmes qui cherchent à prévenir les grossesses non désirées prennent des contraceptifs hormonaux de manière incontrôlable, ce qui affecte le corps de manière imprévisible.

Un représentant du sexe faible prend du poids en raison d’un excès d’œstrogènes et d’un déséquilibre hormonal, d’une aménorrhée, etc.

Dommages mécaniques à l'utérus et aux structures adjacentes. Causer une violation de la division cellulaire au niveau local. L'hyperplasie dans cette situation est le résultat logique.

Hérédité chargée. La prédisposition génétique affecte de manière compréhensible. S'il y a une femme dans la famille qui souffre de la maladie en question, la possibilité de devenir un problème est mesurée par un chiffre de 25%, deux femmes - 40-50%. Mais ce n'est pas une maladie qui se transmet, mais seulement une prédisposition.

Inflammation des ovaires de nature différente, inflammation des structures utérines.

De plus, la présence de:

  • L'obésité.
  • Diabète sucré.
  • L'hypertension.
  • Hyperthyroïdie et hypothyroïdie (problèmes de thyroïde).
  • Pathologie des glandes mammaires.

Un rôle énorme dans la formation de l'hyperplasie est une violation du système de protection du corps. L'immunité, c'est lui qui est responsable de la régulation de l'activité de prolifération cellulaire et de la destruction des structures cellulaires du genre pathogène. Parmi les raisons du déclin des défenses corporelles, on peut citer les suivantes:

  • Infections virales respiratoires aiguës fréquentes. Affecter le système immunitaire de la manière la plus négative possible, en affaiblissant progressivement les défenses pendant longtemps.
  • L'hypothermie L'hypothermie provoque une sténose des grands troncs et des petites structures d'approvisionnement en sang périphérique. Le résultat est l'impossibilité de "transférer" en temps voulu des cellules immunitaires vers leur destination.
  • L'abus d'alcool. La quantité d'éthanol autorisée par jour ne doit pas dépasser 30 à 50 millilitres. Seulement du vin de haute qualité, pas de la vodka, de la bière et d’autres boissons.
  • Surcharge physique, stress émotionnel, stress en général. Causer la production d’un grand nombre de noradrénaline et d’autres corticostéroïdes (hormones hormono-surrénaliennes), qui inhibent le système immunitaire et empêchent le système de défense de fonctionner normalement.

Voici quelques causes possibles d'hyperplasie.

Classification

Comme mentionné au début, les modifications de l'endomètre peuvent avoir une nature différente des types morphologiques et histologiques. De nombreux patients sont intéressés par une hyperplasie glandulaire et adénomateuse de l'endomètre - de quoi s'agit-il et en quoi ces types diffèrent-ils. Considérons en détail ces types d'hyperplasie.

Hyperplasie glandulaire. Elle consiste en la distribution de cellules glandulaires pathologiques de l'endomètre, qui conduisent à la sécrétion active de substances spécifiques. Le danger de se transformer en cancer n’est presque jamais, car il n’est pas sujet à une transformation maligne. Il survient dans 50 à 70% des situations cliniques.

Processus hyperplasique de type glandulaire fibreux ou fibreux. Il survient relativement souvent, dans 20 à 25% des situations cliniques. Une telle hyperplasie est la formation d'un excès de cellules du type fibreux ou épithélial. D'habitude c'est d'eux que sont formés les soi-disant polypes. La transformation maligne est presque impossible.

Hyperplasie adénomateuse. Son essence réside dans la formation d'atypies cellulaires sur l'endomètre. Cellules non standard ayant une structure histologique différente de celle des unités cytologiques saines. Ces cellules ont un taux de prolifération élevé et, de plus, renaissent souvent sous forme de cancer. Ceci est une condition précancéreuse, un traitement est donc nécessaire le plus tôt possible. Sinon, le résultat est imprévisible.

Les trois types sont rarement isolés. Les types mixtes sont communs. Mais le composant adénomateux est toujours chargé de la transformation maligne de la membrane muqueuse de l'utérus.

Les symptômes

Tout dépend de la zone de la lésion et du type de processus hyperplasique. Le plus souvent, l'hyperplasie adénomateuse de l'endomètre s'accompagne des symptômes suivants:

  • Syndrome de douleur Presque toujours observé. Caractérisée par une inflammation et une prolifération de structures cellulaires, c’est-à-dire une endométriose classique (qui est un cas particulier d’hyperplasie fibreuse). La gêne est localisée dans le bas de l'abdomen et irradie (donne) vers le bas du dos, les organes génitaux. Cela nécessite un diagnostic minutieux, car ce symptôme n'est pas spécifique.
  • Violations du cycle menstruel, car l'endomètre est hétérogène et représente un tableau anatomique «hétéroclite». Il y a soit un retard dans le cycle menstruel, soit une aménorrhée complète. Dans certains cas, il est nécessaire de passer une analyse de la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) afin de dire avec certitude la cause du retard. Peut-être parlons-nous de grossesse.
  • Spotting, écoulement sanglant et autre des passages sexuels externes en dehors du cycle menstruel.
  • Infertilité Cela arrive très souvent. Il s'agit de l'impossibilité pour l'embryon de se consolider sur le mur d'un endomètre hétérogène.

Tous les symptômes sont non spécifiques. Par conséquent, il est nécessaire d'effectuer un diagnostic différentiel.

Diagnostics

Les obstétriciens-gynécologues et tout simplement les gynécologues sont engagés dans le diagnostic ou l'examen des patients présentant les problèmes en question. Ceci est leur profil. Lors de l'admission initiale, une évaluation de l'état du patient est réalisée, un interrogatoire oral sur les plaintes, leur nature et leurs limites, il est nécessaire de collecter une anamnèse, c'est-à-dire de savoir quelles maladies le patient a subies.

Toutes les maladies de l'appareil reproducteur féminin sont considérées comme des déclencheurs potentiels de l'hyperplasie. À l'avenir, ne pas se passer d'une évaluation objective de la sphère sexuelle. Nommé:

  • Etude bimanuelle des organes génitaux. Requis dans tous les cas cliniques. Nommé aux femmes lors de la réception initiale.
  • Examen à l'aide de miroirs des passages sexuels et du col de l'utérus.
  • Hystéroscopie. Elle consiste à examiner l'endomètre à l'aide d'un appareil endoscopique spécialisé. L'étude est désagréable, mais nécessaire. Nommé dans toutes les situations cliniques.
  • Mammographie. Permet d'exclure les processus néoplasiques des glandes mammaires.
  • Échographie. Donne l'occasion d'explorer l'utérus, d'identifier tous les processus néoplasiques, y compris de prendre en compte le produit de la prolifération des cellules de l'endomètre
  • L'étude de la concentration de substances hormonales dans le sang. Vous donne l'occasion de répondre à une question sur l'origine de la maladie. Mais ça ne va pas toujours à faire.
  • Une biopsie est prescrite sans faute - un apport de biomatériau pour l'examen histologique.
  • Examen histologique et morphologique. Donne l'occasion d'évaluer la structure cellulaire de l'hyperplasie.
  • Diagnostic IRM / TDM avec rehaussement de contraste. Vous permet de déterminer le type d'hyperplasie en fonction de la manière dont les tumeurs accumulent un agent de contraste.
  • Dans un complexe des recherches données, c'est assez. Il est important de les assigner le plus tôt possible. Ainsi, le médecin sera en mesure de procéder à un traitement approprié en temps opportun.

Traitement

Le traitement est mixte. Étant donné que l'hyperplasie adénomateuse de l'endomètre est principalement dangereuse pour la santé et la vie (il convient de rappeler que la raison réside dans la probabilité de transformation maligne des cellules atypiques), le traitement est principalement opérationnel.

Au cours de la première étape, un traitement de substitution des gonadotrophines est réalisé et de la progestérone artificielle est également prescrite afin de réduire l'activité proliférative des structures cytologiques.

Par la suite, l'endomètre est gratté sous le contrôle d'un hystéroscope afin d'éliminer tous les tissus pathologiques. Si vous avez des tumeurs polypeuses, vous devez les enlever chirurgicalement, en excisant une portion de tissu sain. Il est important de ne pas laisser de cicatrices. Il s’agit de maintenir une fertilité adéquate.

Après six mois ou un an, un curetage répété est prescrit, suivi d'un bilan histologique de l'endomètre. Si les cellules anormales persistent, le curetage et le traitement médicamenteux sont répétés.

Ainsi, l'hyperplasie adénomateuse de l'endomètre est un problème rare. Il survient dans environ 5% des situations cliniques. Dans tous les cas, un traitement urgent est requis sous la supervision d'un spécialiste. Sinon, ne pas éviter le cancer. Tôt ou tard, la transformation maligne viendra.

Que faire avec l'hyperplasie de l'endomètre atypique

L'hyperplasie endométriale atypique (adénomateuse) est un processus impliquant une prolifération excessive des glandes de l'environnement interne de l'utérus et les cellules de ces glandes sont pathologiques. Que faire avec ce diagnostic? Ne paniquez pas, vous devez d'abord comprendre en détail ce qu'est l'hyperplasie de l'endomètre de l'utérus, à savoir atypique.

Les causes

Les changements anormaux peuvent être associés à une combinaison de divers facteurs. Il est donc nécessaire d'identifier à temps et à dessein les causes de la pathologie. Afin de ne pas perdre un temps précieux, il est utile de consulter régulièrement un gynécologue.

L’hyperplasie adénomateuse de l’endomètre résulte d’une mauvaise régulation des hormones de l’hypothalamus, des ovaires et de l’hypophyse, ce qui entraîne une augmentation des œstrogènes dans le sang et une diminution de la concentration de progestérone.

Causes des changements pathologiques:

  • la persistance des follicules, ce qui conduit à la stérilité;
  • dysfonctionnement excessif du cortex surrénalien;
  • les tumeurs ovariennes qui synthétisent des hormones, par exemple les tumeurs tekomatoz, granulocellulaires, etc.
  • l'hypophyse améliorée travaille sur la production de l'hormone gonadotrope;
  • les troubles résultant d'un traitement avec l'utilisation de médicaments hormonaux, y compris le tamoxifer.

Il existe également d'autres facteurs de risque, à savoir:

  • fumer;
  • incapacité prolongée à tomber enceinte;
  • retour sur 35 ans;
  • début prématuré de la menstruation, ainsi que sa fin ultérieure;
  • la présence d'un cancer de l'ovaire, de l'utérus ou des intestins dans la famille;
  • avortement de transfert.

Comment se développe la maladie

Au cours du cycle menstruel, l'endomètre change en raison des effets des hormones. Au début du cycle, les œstrogènes, produits par les ovaires, forcent les cellules de l'endomètre dans l'utérus à se développer et se préparent également au début de la grossesse. Au milieu du cycle, l'ovaire est sécrété par l'ovaire, c'est-à-dire que l'ovulation se produit, après quoi la quantité de progestérone dans le corps augmente. Il est responsable de la réception et de la formation ultérieure d'un œuf fécondé.

Si la grossesse ne se développe pas, la production des hormones nécessaires est réduite, ce qui provoque la menstruation, c'est-à-dire que se produit le processus de rejet de la couche interne de l'endomètre.

L'hyperplasie endométriale de l'utérus est associée à une augmentation de la concentration en œstrogènes dans le contexte de la dégradation de la progestérone, ce processus est dû à l'absence d'ovulation. Les cellules de l'endomètre changent de forme et peuvent devenir anormales, ce qui peut entraîner un cancer dans le futur.

Une hyperplasie de l’endomètre à la ménopause peut apparaître en raison d’une ovulation irrégulière et sous l’influence de nombreuses autres raisons.

Classification

Selon la classification moderne de l'OMS, l'hyperplasie est divisée en atypique et non atypique.

L'hyperplasie atypique peut être de gravité variable et il s'agit également d'une affection précancéreuse.

La pathologie est divisée en deux formes:

  • Hyperplasie atypique simple de l'utérus - accompagnée d'une expansion excessive des glandes endométriales et de modifications de la structure des cellules.
  • Hyperplasie endométriale atypique compliquée - implique une violation de la structure des cellules glandulaires, ainsi qu'un changement de leur forme et de leur noyau. Cette forme se transforme souvent en cancer (sur le cancer de l'utérus en détail dans l'article Cancer de l'utérus: les premiers signes et symptômes).

Hyperplasie glandulaire atypique de l'endomètre - cette forme dans la classification moderne n'existe pas. L'hyperplasie glandulaire est une forme non atypique qui, dans la plupart des cas, n'est pas une affection précancéreuse.

Diagnostics

Le médecin ne peut pas diagnostiquer la maladie, en se basant sur les symptômes indirects et les plaintes du patient. Afin d'établir le diagnostic, il est nécessaire de subir un examen approfondi en utilisant des méthodes de diagnostic modernes.

Hystéroscopie

Cette méthode d'étude de l'état de l'utérus est la plus informative. Au cours de l'examen, le médecin diagnostique la lésion de genèse pathologique, sa taille et son emplacement et peut éventuellement effectuer une biopsie de l'endomètre. Il est utile de poser un diagnostic dans 63 à 97% des cas, mais le diagnostic final ne peut être posé qu’après un examen histologique. L'hystéroscopie est réalisée sous anesthésie locale, dans de rares cas sous anesthésie générale.

L'hyperplasie endométriale atypique ne présente pas de signes caractéristiques et le tableau hystéroscopique est similaire à l'hyperplasie glandulaire habituelle: épaississement de l'endomètre, œdème et couleur rose pâle.

Examen histologique

Analyse morphologique des tissus de l'endomètre pour établir un diagnostic définitif et précis. Grâce à cette méthode, il est possible de connaître la structure, la structure, les caractéristiques des cellules et des noyaux, afin d'identifier leur atypie. Des échantillons de tissus sont obtenus lors d'une hystéroscopie ou à l'aide d'une biopsie de pipe. Cependant, cette méthode de détection d'atypie ou de cancer n'atteint pas 100%.

Examen cytologique

Le diagnostic d'aspiration de l'utérus (endomètre de l'utérus) est une méthode de recherche moins informative que l'histologie. Le plus souvent, la cytologie est prescrite pour contrôler la muqueuse utérine, en l'absence d'indications pour l'histologie.

Échographie Transvaginale

Cette méthode fournit une grande quantité d'informations sur l'état de la couche interne de l'utérus et est donc utilisée pour un diagnostic rapide dans tous les groupes de patients.

L'échographie aide à détecter l'hyperplasie dans 60 à 93% des cas, mais ne permet pas de déceler les différences entre la forme atypique et la forme glandulaire. La méthode est appréciée dans le diagnostic des femmes en pré et post ménopause, car l'épaisseur de l'endomètre chez les femmes jeunes varie avec la phase du cycle.

Signes de

Les principaux symptômes de l'hyperplasie endométriale atypique sont le développement de processus hyperplasiques:

  • saignements utérins récurrents, le plus souvent dans le contexte d'une menstruation retardée jusqu'à trois mois;
  • périodes abondantes ou peu abondantes;
  • échec du cycle menstruel;
  • l'apparition de sang lors d'un contact sexuel;
  • après la ménopause, la présence de taches.

Ce n'est pas étrange, mais la douleur dans le bas-ventre ne se produit pas. L'hyperplasie de l'endomètre menace souvent l'infertilité chez les jeunes filles.

Traitement

La tâche principale du traitement consiste à préserver le patient des saignements utérins et à prévenir le développement d'un cancer de l'utérus.

Pour les femmes ménopausées, on recommande l'extirpation, c'est-à-dire l'ablation de l'utérus. La question de l'ovariectomie est souvent posée, mais tout est décidé individuellement. Pour les patientes âgées, l'ablation des ovaires réduit considérablement le risque de cancer de l'ovaire à l'avenir.

L'hormonothérapie

Une jeune femme reçoit un curetage pour arrêter le saignement, après quoi un traitement hormonal est prescrit. Cependant, une femme doit être avertie qu'il existe une forte probabilité de développer un cancer utérin, même si elle applique strictement le médicament prescrit. Il est recommandé de pratiquer une hystérectomie uniquement si la naissance de l'enfant n'est pas déjà planifiée.

L'hormonothérapie pour l'hyperplasie atypique de l'utérus repose sur trois groupes de médicaments:

  • antigonadotrophines (gestinon);
  • progestatif (médroxyprogestérone);
  • agonistes du facteur de libération des gonadotrophines (goséréline, buséréline).

Deux mois après la fin du traitement hormonal, le curetage est prescrit par l'hystéroscopie et, une fois le traitement terminé, cette procédure est répétée. La durée du cours est de 6 mois. À l’aide des formes de dépôt Buserelin, Triptorelin ou Goserelin, vous avez besoin de 3 injections à un intervalle de 28 jours.

Aussi pour l'introduction de progestérone utiliser spirale "Mirena", éventuellement en prenant le médicament dans des pilules. Mais avec l'hyperplasie atypique associée à des anomalies ovariennes et à un myome utérin, l'hormonothérapie n'est presque pas concluante.

En fin de traitement avec un effet positif, la deuxième étape du traitement est effectuée. Cette rééducation est nécessaire au rétablissement de la menstruation et de la fonction de procréation. Pendant 6 mois, on prescrit à la patiente des contraceptifs combinés, après quoi un curetage séparé est effectué avec une hystéroscopie.

Cependant, une fois toutes les étapes du traitement terminées, des examens de suivi doivent être effectués au bout de 3 et 6 mois.

Opération chirurgicale

Lorsque l'hyperplasie atypique récidive chez les patients jeunes, il est nécessaire de prélever l'utérus. Si la maladie réapparaît avant ou après la ménopause, il est procédé à une aération complexe de l'utérus et des appendices.

Traitez l'hyperplasie atypique de l'endomètre en enlevant la muqueuse interne de l'utérus par le canal cervical.

Très rarement, au lieu d'éliminer complètement l'utérus, l'ablation de la couche interne de l'utérus est effectuée. Cette procédure est effectuée uniquement dans les cas où la chirurgie interfère avec la vie du patient.

Méthodes folkloriques

Cette maladie est une condition précancéreuse. Traiter, qui doit être chirurgicalement, et l’utilisation de remèdes à base de plantes contribuent à la progression de la maladie.

Le traitement avec des plantes est possible uniquement en association avec une hormonothérapie:

  • prendre 50-100 ml de jus de betterave frais par jour;
  • brasser les feuilles d’ortie dans un bain-marie, 2 cuillères par 200 ml d’eau et boire pendant la journée;
  • brasser l'écorce de viorne sur 1 cuillère par 200 ml d'eau et prendre pendant la journée;
  • Prendre 1 cuillerée de feuilles de bore utérin par 500 ml d’eau et chauffer 15 minutes au bain-marie, puis laisser refroidir, filtrer et boire à plusieurs doses.

Peut-il dégénérer en cancer?

Une croissance incontrôlée des glandes et une modification de leur structure, ainsi qu'une restructuration dans le noyau de l'endomètre, tous ces facteurs permettent aux cellules de devenir malignes.

L'hyperplasie atypique se transforme souvent en cancer. Une visite opportune chez le gynécologue peut ainsi sauver des vies. Il convient également d’accorder toute l’attention voulue aux mesures préventives.

Prévention et pronostic

Afin de réduire le risque de maladie, il est nécessaire de recourir à des mesures préventives, à savoir:

  • si vous faites de l'embonpoint, réduisez-le;
  • utilisation dans le traitement hormonal substitutif complexe après la ménopause, la prise d’œstrogène n’est nécessaire qu’en association avec la gestagène;
  • en cas de saignements irréguliers après l’âge de 35 ans, consultez immédiatement un médecin;
  • en cas d'échec du cycle menstruel, vous devez prendre un contraceptif oral combiné choisi par un gynécologue.

Si la méthode de traitement est choisie correctement, le pronostic est favorable: la plupart des femmes ont réussi à prévenir le cancer de l’utérus. Et les meilleurs résultats ont été enregistrés après l'extirpation.

Hyperplasie de l'endomètre - causes, formes de pathologie et méthodes de traitement

Le diagnostic d'hyperplasie de l'endomètre après examen des femmes présentant des problèmes gynécologiques est exposé à environ 5% des patientes.

La maladie se caractérise par différentes formes, il existe des différences significatives dans le tableau clinique. D'autres maladies du système reproducteur peuvent affecter la survenue d'une pathologie.

Code pour MKB-10

Dans la classification internationale des maladies, l'hyperplasie est incluse dans le groupe des pathologies du système urogénital.

Est-ce que le cancer de l'hyperplasie de l'endomètre?

L'hyperplasie de l'endomètre (HE) appartient au groupe des pathologies bénignes. Pour comprendre comment une maladie survient, il est nécessaire de représenter au moins grossièrement l'anatomie de l'utérus.

L'endomètre est la paroi interne de tout l'utérus. Il y a des cellules de la couche muqueuse, des vaisseaux passent et il y a des glandes. Endomètre sous l'influence d'œstrogènes commence à se développer dans la première moitié du cycle menstruel.

Son augmentation de taille est nécessaire pour l'introduction de l'ovule en cas de grossesse.

Si la conception ne se produit pas, alors dans la seconde moitié du cycle, l'endomètre cesse de croître et commence à mourir. La menstruation commence au moment où la couche interne morte sort.

Si les processus physiologiques dans l'utérus se déroulent normalement, la couche endométriale augmente jusqu'à environ 5 mm et les cycles menstruels se répètent de mois en mois.

En cas d'hyperplasie, une augmentation de la taille de l'endomètre atteint plus de 5 mm d'épaisseur. De plus, le nombre total de cellules augmente.

En d'autres termes, le terme «HE» désigne une croissance excessive et une formation accrue des glandes de la couche interne, qui deviennent de forme irrégulière et s'écartent de la taille par rapport à la normale. Le changement dans la structure de l'endomètre se distingue par une grande diversité, mais il n'est possible d'établir que les processus qui se déroulent de manière histologique.

L'hyperplasie de l'endomètre en gynécologie ne s'applique pas au cancer. Mais certaines formes de cette pathologie sont considérées comme précancéreuses.

Dans le contexte de la prolifération de l'endomètre, des cellules de structure atypique peuvent apparaître et plus elles sont nombreuses, plus le risque de cancer est élevé. Un traitement précoce vous permet d'éviter la dégénérescence maligne.

Raisons

La prolifération excessive de la couche interne de l'utérus est causée par des déséquilibres hormonaux.

Avec l'EH, la quantité de progestérone diminue et la quantité d'œstrogène augmente. Cela provoque une défaillance du cycle menstruel, ce qui affecte l'endomètre commence à s'épaissir en raison de la croissance de vieilles cellules et de l'émergence de nouvelles.

En d'autres termes, l'hyperplasie peut survenir chez toutes les femmes présentant un déséquilibre hormonal. Pour la première fois, la maladie est détectée chez les filles à l'adolescence et chez les femmes ménopausées. C'est à cette époque que le niveau d'hormones fluctue.

À d'autres périodes d'âge, le risque de développer une hyperplasie augmente si les femmes ont:

  • Dysfonctionnement ovarien.
  • Polykystique.
  • Mastopathie
  • Tumeurs ovariennes hormonodépendantes.
  • En surpoids.
  • Inflammation de l'endomètre.
  • Un certain nombre de maladies somatiques sont l'hypertension, les pathologies de la thyroïde et du foie.

Le risque d'hyperplasie augmente avec l'utilisation prolongée de médicaments hormonaux, y compris les contraceptifs. L'avortement, le curetage et les interventions chirurgicales peuvent affecter l'épaississement de la couche. Certains chercheurs ont également identifié une prédisposition génétique aux processus hyperplasiques.

La probabilité d'occurrence d'EH chez les femmes augmente si plusieurs facteurs provoquants agissent simultanément sur le corps.

Les symptômes

Le cours de l'hyperplasie dépend du type de pathologie. Mais pour presque tous les sous-types de la maladie, les changements suivants sont déterminés:

  • Spotting survenant entre les périodes. Chez plus de la moitié des patients atteints d'ES, des retards de jours critiques pour une période de un à trois mois sont détectés. Le long délai est généralement remplacé par des saignements d'intensité et de durée différentes. Dans certains cas, le symptôme principal de l'hyperplasie est des règles abondantes ou douloureuses. Dans environ 5% des cas, les saignements abondants se produisent déjà dans le contexte d'une longue absence du cycle menstruel.
  • Troubles métaboliques. Une augmentation de l'obésité, l'hyperinsulinémie peut rejoindre le saignement, chez certaines femmes, il y a un modèle de cheveux mâles, le ton de la voix change.
  • Infertilité et fausse couche.
  • Apparaissent rarement des douleurs de crampes et des écoulements sanglants pendant ou après les rapports sexuels.

Lorsque l'hyperplasie développe souvent des fibromes et des mastopathies, se préoccupent périodiquement des maladies inflammatoires.

Mensuel

Chaque mois avec EH peut arriver à l’heure ou être irrégulier. La menstruation peut aussi être rare et abondante.

Les menstruations irrégulières sont le plus souvent observées chez les patients hyperplasiques chez les patients de plus de 40 ans ou chez les filles de moins de 17 ans.

Cela est dû au fait qu’il existe en même temps des processus hyperplasiques et que se produit le processus de formation ou d’extinction du corps féminin. En période de reproduction, le cycle menstruel avec ET n'est pas perturbé dans la plupart des cas en l'absence de comorbidités. Cependant, les troubles métaboliques endocriniens affectent la violation du cycle des jours critiques.

La menstruation abondante survient après un long délai. Ces sécrétions changent de consistance - elles sont plus liquides, mais elles contiennent plus de caillots. La dilution du sang menstruel est due à son volume important et à sa faible viscosité. Et l'apparition de caillots se produit en raison de la séparation d'un grand nombre de coquilles. Périodes abondantes le plus souvent douloureuses.

L'hyperplasie survient dans les cas où l'épaississement de l'endomètre est irrégulier - sur la paroi interne de l'utérus, il n'y a que des foyers de tissu en croissance. Au début de la menstruation, le tissu de ces foyers n'est pas rejeté, c'est-à-dire que la zone impliquée dans la menstruation de l'endomètre est réduite.

Avec des menstruations peu abondantes, des décharges de battement apparaissent généralement au milieu du cycle, mais elles peuvent être assez nombreuses. Le sexe ou une activité physique accrue peuvent causer des taches.

Saignement

Les hémorragies avec ET sont les principaux signes cliniques de la maladie, elles se divisent en:

  • Cyclique, c'est-à-dire apparaissant au début de la menstruation. Les distinguer de la menstruation peut être une période plus longue - elles durent parfois jusqu'à trois semaines.
  • Les hémorragies acycliques apparaissent entre les jours critiques et peuvent durer des semaines.

Les saignements cycliques avec hyperplasie sont plus caractéristiques chez les femmes en âge de procréer.

Chez les patientes déjà ménopausées, l'apparition de saignements sous forme de jours critiques rares ou lourds est plus caractéristique. Après la fin de la menstruation, l'apparition de taches est possible.

Après le début de la ménopause, l'hyperplasie se manifeste par un écoulement sanguinolent maigre. Dans de rares cas, des saignements massifs avec des caillots sont enregistrés et surviennent généralement pendant la période du cycle menstruel.

L'une des classifications de EG subdivise la maladie en fonction du mécanisme de développement du processus pathologique et du type de son évolution.

Ferreux

Cette forme d'hyperplasie fait référence aux processus en arrière-plan. Elle se caractérise par la croissance des glandes et du stroma de l'endomètre.

La couche muqueuse s'épaissit, les glandes deviennent sinueuses et leur disposition se change en mal. Selon le degré d'expression de la prolifération, il est habituel de distinguer les formes au repos (chroniques) des formes actives (aiguës) du type glandulaire d'hyperplasie de l'endomètre.

Le stade actif est caractérisé par l'apparition d'un grand nombre de mitoses dans l'épithélium et les cellules stromales. Au stade chronique, l’effet à long terme d’une quantité réduite d’œstrogènes entraîne l’apparition de rares mitoses.

La malignité de la forme glandulaire de l'hyperplasie est notée dans 2-18% des cas, le risque de malignité augmente pendant la ménopause.

Par conséquent, si l'hyperplasie glandulaire est établie chez la femme majeure, elle appartient alors à une affection précancéreuse.

Kystique glandulaire

En fait, il s’agit également d’une hyperplasie glandulaire, mais l’expansion de la lumière des glandes est due au fait qu’elles commencent à former des kystes.

Kystique

L'hyperplasie kystique est kystique glandulaire, mais l'intérieur de la glande est tapissé d'épithélium normal.

Basal

Ce type d'EH est rarement détecté. Manifesté par la croissance de la couche basale en augmentant la taille des glandes de la couche compacte. En même temps, une hyperplasie stromale survient avec la formation de noyaux polymorphes dans les cellules.

Atypique

Cette espèce est aussi appelée adénomatose.

La sous-espèce d'hyperplasie se caractérise non seulement par une prolifération prononcée des glandes, mais également par une restructuration de leur structure. Les cellules de l'endomètre commencent à se multiplier vigoureusement et la structure de leur noyau est en train de changer, ce qui peut être attribué aux signes d'un processus malin.

L'adénomatose affecte à la fois la couche basale et la couche fonctionnelle. Des dommages aux deux couches sont possibles, ce qui augmente le risque de malignité.

L'hyperplasie atypique ne se développe pas seulement dans l'endomètre épaissi, l'adénomatose affecte également la couche interne atrophiée ou amincie de l'utérus.

Il y a trois degrés d'adénomatose:

  • Un faible degré est caractérisé par l'apparition de glandes de différentes tailles, séparées par un épithélium cylindrique, multicœur, ou par des couches du stroma.
  • Avec un degré modéré, la forme des glandes change.
  • Une forme d'adénomatose prononcée se caractérise par une croissance abondante des glandes, leur étroite adhésion les unes aux autres et l'absence totale de stroma dans les intervalles. De même, dans l'épithélium multinucléaire des glandes, il se produit un polymorphisme.

Diffuse

Il se caractérise par une couverture uniforme de toute la surface de l'endomètre. La prolifération des cellules de la couche épithéliale se produit simultanément à l'épaississement de tout l'endomètre.

Focal

Caractérisé par la croissance des cellules dans seulement une ou quelques zones de l'utérus. Le plus souvent, la forme focale apparaît dans le contexte d'un HE glandulaire-kystique ou déjà existant. Les foyers de prolifération cellulaire se trouvent dans les polypes et dans la couche interne inchangée de l'organe.

Polypes

L'hyperplasie endométriale de l'utérus peut survenir comme un polype, cette prolifération de sections individuelles avec le stroma. Les polypes peuvent être glandulaires, adénomateux, glandulaires et fibreux

Les polypes d'origine fibreuse sont caractérisés par un grand nombre de tissus conjonctifs; la composante glandulaire est prédominante dans le glandulaire. Les excroissances fibreuses glandulaires se caractérisent par le développement de glandes de différentes formes et longueurs, épaississant les parois des vaisseaux sanguins.

Les polypes du sous-type adénomateux se caractérisent par l’apparition d’un épithélium à croissance intense, une grande quantité de tissu glandulaire. Dans certaines zones de tels polypes, un changement structurel et une prolifération de cellules épithéliales glandulaires sont détectés.

Adénomateux

Elle se caractérise par une croissance inégale de l'endomètre et est considérée comme un sous-type de la forme atypique de HE.

Cette sous-espèce d'hyperplasie se transforme assez souvent en onco-tumeurs, manifeste des symptômes sévères, altère la fonction de reproduction.

L'EH adénomateuse peut se développer une seconde fois, même après un traitement réussi.

Local

Ce terme fait référence à un processus limité d'hyperplasie ou autrement à un polype. La polypose provoque une prolifération rapide des cellules de l'endomètre.

Les polypes qui en résultent sont soit attachés directement à l’endomètre, soit ont une jambe mince. Avec une hyperplasie locale des polypes, il peut y en avoir plusieurs et ils sont susceptibles de récidiver.

Classification

Aujourd'hui, les gynécologues préfèrent utiliser une autre classification d'EH, selon laquelle la maladie est divisée en formes simples, modérées et complexes.

Simple

Simple se manifeste par une augmentation du nombre de structures stromales et glandulaires, mais elles sont légèrement élevées.

Dans cette forme d’enseignement supérieur, il existe plusieurs caractéristiques distinctives:

  • Il y a une augmentation de l'épaisseur de l'endomètre.
  • La structure de l'endomètre est en train de changer - la localisation des glandes est chaotique, certaines d'entre elles montrant un élargissement kystique.
  • Les vaisseaux stromaux sont disposés dans un ordre inégal.
  • Il n'y a pas de types nucléaires
  • Chez 1 à 3% des patients, il renaît dans le cancer.

Les signes énumérés ci-dessus sont déterminés avec une forme simple et typique d'EH. Dans le cas d'une variante atypique, plusieurs autres modifications sont identifiées:

  • Les noyaux des cellules glandulaires s'écartent de leur emplacement normal et ont le plus souvent une forme inhabituelle.
  • Des nucléoles supplémentaires sont souvent trouvés dans les noyaux.
  • Une dyspolarité cellulaire et une anisocytose se développent.
  • Il y a une expansion des vacuoles.
  • Une malignité maligne est détectée chez 8 à 20 patients sur une centaine.

Compliqué

Une hyperplasie endométriale atypique complexe est exposée si l'histologie révèle un emplacement proche des glandes de la couche endométriale entière ou de ses sections individuelles.

Les manifestations caractéristiques de cette forme de pathologie incluent:

  • La sévérité de la prolifération des glandes.
  • Forme et structure irrégulières des glandes.
  • Le déséquilibre entre la croissance des glandes et du stroma.
  • Plus de cellules épithéliales multicœurs révélées.
  • Pas de noyau atypique.

La prolifération épithéliale prononcée diffère, mais l’atypie se manifeste aussi bien au niveau cellulaire qu’au niveau tissulaire. Les glandes se développent de manière chaotique, leur taille et leur forme s'écartent considérablement de leur taille normale.

Modéré

Un établissement d'enseignement supérieur modéré est considéré comme une étape transitoire du simple au complexe, en raison de laquelle il n'y a aucun signe clair de son développement.

Maladie et grossesse

L'infertilité est souvent combinée avec HE. L'hyperplasie n'est pas seulement la croissance de la couche interne et son épaississement, mais aussi un échec dans la sphère hormonale.

Le manque de progestérone et un excès d’œstrogènes ne permettent pas l’ovulation et, s’il n’ya pas d’ovaire mature, la fécondation est impossible.

Cependant, même si l'ovule mûrit et que le spermatozoïde le féconde, les chances de fixation normale du zygote à la paroi utérine dilatée dont la structure a changé sont minimes.

La grossesse sur fond d'ES survient très rarement et plus souvent sur le fond d'une forme focale de la maladie, et en même temps une femme devrait être sous surveillance médicale constante. Il y a une forte probabilité de fausse couche aux premiers stades et de complications diverses à tous les trimestres.

Grossesse après la maladie

Un traitement complet d'EH conduit presque toujours au rétablissement de la fertilité. En fonction de la forme de la pathologie, du traitement entrepris et des modifications de l'utérus, le médecin planifiera la conception dans un à trois ans.

La formation d'une nouvelle couche inchangée augmente considérablement les chances de fixation du fœtus sur la paroi de l'utérus et son développement complet.

Maladie après l'accouchement

L’hyperplasie de l’endomètre au cours de la période postpartum en tant que première maladie en développement est très rare. Mais la récurrence de l'EH n'est pas exclue chez les femmes qui ont déjà eu cette maladie dans l'histoire, en particulier cela se produit souvent avec une forme de pathologie atypique et focale.

La forme récurrente après la naissance est traitée avec des hormones et un grattage chirurgical. Le retrait de l'utérus n'est attribué que dans les cas les plus graves.

Hyperplasie de l’endomètre chez les femmes non ménopausées, ménopausées et ménopausées

Chez les femmes ménopausées, les symptômes d'EH diffèrent quelque peu de ceux enregistrés chez les patientes jeunes. Cela est dû au fait qu'il existe des fluctuations significatives du niveau des hormones.

La maladie peut survenir à cet âge:

  • Saignements soudains, ils peuvent être soit intense ou sous la forme de sécrétions de rinçage à long terme.
  • Douleurs tirantes dans le bas de l'abdomen.
  • Irritabilité accrue, fatigue.
  • Soulève périodiquement des douleurs dans la tête.

Tous ces symptômes peuvent être accompagnés d'autres manifestations de la ménopause, qui aggravent considérablement l'état de la femme.

Qu'est-ce qu'une pathologie dangereuse?

L'hyperplasie entraîne de nombreuses complications graves. En âge de procréer, cette maladie entraîne l'absence de conception ou de fausse couche.

Pathologie dangereuse et saignement grave, entraînant une anémie sévère. Un certain nombre de formes d'EH sont des maladies précancéreuses.

Rechute

La rechute de EG chez les patients en âge de procréer survient plus souvent après un traitement hormonal. Lors de la répétition de l'hyperplasie, il est nécessaire de déterminer la fonction des ovaires en effectuant une biopsie.

Si les modifications pathologiques ne sont pas établies, un traitement hormonal répété est possible, mais les médicaments sont sélectionnés à une dose plus élevée. La durée du traitement répété peut aller jusqu'à 6 mois.

Dans ce cas, si un polype d'EH réapparaît, il est nécessaire de détruire chirurgicalement sa zone de croissance, c'est-à-dire la jambe. Cette manipulation est réalisée à l'aide d'un laser, cryodestruction, électrosection. Lorsque la forme adénomateuse de l'hyperplasie réapparaît, un traitement chirurgical est prescrit, y compris l'ablation de l'utérus.

Diagnostics

L'hyperplasie de l'endomètre n'est diagnostiquée qu'après des procédures diagnostiques minutieusement effectuées. L'hyperplasie doit être différenciée d'autres maladies similaires.

Signes d'échographie

Le balayage par ultrasons vous permet de définir l’épaisseur de la couche interne, de rechercher les polypes et les foyers individuels d’hyperplasie.

La photo échographique montre des signes d'hyperplasie de l'endomètre

La précision de cette méthode de diagnostic pour HE est proche de 70%.

Hystéroscopie

Cet examen endoscopique est réalisé en insérant un endoscope flexible dans l'utérus. Avec cette méthode, vous pouvez prendre un biomatériau pour une analyse histologique.

L'hystéroscopie permet de voir clairement sur le moniteur toute la couche interne, révèle les glandes modifiées, les foyers individuels de croissance de l'épithélium et le stroma.

La précision du diagnostic atteint 90%.

Ehosalpingographie

Avec cette méthode d'investigation, une solution stérile ou des agents de contraste sont injectés dans la cavité utérine. Ensuite, un scanner est introduit afin de déterminer l’état de la couche muqueuse de l’organe, les polypes, les excroissances kystiques, les zones hypertrophiées, les nœuds et la perméabilité des tuyaux.

Biopsie

La biopsie est nécessaire pour étudier les changements au niveau cellulaire. Un morceau de tissu prélevé dans l'utérus est soumis à une analyse, il est nécessaire de le pincer précisément du centre de l'hyperplasie ou d'un polype. Biopsie prise dans la seconde moitié du cycle. Une biopsie établit s'il existe un processus cancéreux dans l'organe.

Grattage

Le terme curetage désigne l'élimination mécanique de l'utérus d'une couche fonctionnelle envahie par la végétation. La procédure a deux objectifs - thérapeutique et diagnostique. Le matériel supprimé est soigneusement examiné.

Comment traiter?

Chaque patient atteint d'hyperplasie de l'endomètre de l'utérus est traité en fonction de la forme de l'hyperplasie, des comorbidités, de l'âge et de la nécessité de préserver la fonction de reproduction.

Dans la plupart des cas, utilisez les directives cliniques suivantes:

  • Agents hormonaux.
  • Chirurgie mineure. Celles-ci incluent le raclage des couches basales et fonctionnelles, la cryodestruction, la thérapie au laser et un certain nombre d’autres procédures.
  • Traitement chirurgical. Dans certains cas, l'utérus est retiré avec les appendices.

Transmission vidéo de l'hyperplasie de l'endomètre:

Questions fréquemment posées au gynécologue

  • L'hyperplasie de l'endomètre peut-elle passer par elle-même?

L'hyperplasie de l'endomètre, qui survient même sans saignement, est considérée comme une maladie très dangereuse. N'espérez pas de miracle et attendez-vous à l'auto-guérison de la couche interne de l'utérus. Cela peut entraîner une malignité dans certaines formes d'hyperplasie.

Il n'est pas recommandé d'utiliser les méthodes traditionnelles en tant que traitement indépendant. Dans la plupart des cas, elles ne présentent aucun avantage.

  • Puis-je tomber enceinte avec une hyperplasie de l'endomètre?

Dans de rares cas, une grossesse est possible. Mais le plus souvent, il se termine par une fausse couche, ou diverses complications peuvent survenir, plutôt graves pour la mère et le fœtus.

  • Hyperplasie de l'endomètre et éco?

En cas d'infertilité avec hyperplasie, le traitement principal est d'abord effectué. Et dans le cas où la grossesse ne se produit pas dans un certain délai, la patiente peut se voir prescrire une FIV à sa demande. Sur le fond de l'hyperplasie, ils essaient de ne pas faire de FIV, car il peut ne pas être possible de sécuriser l'embryon.