loader
Recommandé

Principal

Tératome

Tests de marqueurs tumoraux: une procédure fiable ou inutile?

Les problèmes de détection précoce du cancer sont pertinents pour de nombreux pays dans le monde et les statistiques sur le nombre de ces maladies mettant en jeu le pronostic vital augmentent chaque année. Selon la plupart des sources mondiales, environ 10 millions de patients atteints d'un cancer sont diagnostiqués chaque année et l'augmentation annuelle de ces diagnostics dangereux est d'environ 15%. Les statistiques sur le nombre de personnes atteintes de cancer en Russie, en Ukraine, en Biélorussie et dans d'autres pays de l'ex-URSS sont également décevantes. Chaque année, seulement 500 000 patients sont détectés (et ce chiffre ne reflète que le diagnostic exact) avec des tumeurs malignes et 300 000 patients décèdent des suites de l’oncopathie. Pas en notre faveur et les chiffres sur la survie des patients atteints de cancer en Russie: environ 40%. Ces chiffres effrayants ne peuvent être comparés qu’aux pays sous-développés d’Afrique et d’Asie et, dans les pays où les médicaments sont développés, ils représentent entre 60 et 64%.

Des statistiques décevantes sur la pathologie du cancer sont associées à de nombreux facteurs: le stade du processus tumoral qui a révélé la tumeur, le type de néoplasme, le support matériel du patient, le professionnalisme des oncologues, etc.. C'est pourquoi le diagnostic précoce des pathologies cancéreuses est un problème urgent pour de nombreux pays, car les patients qui ont commencé le traitement d'une tumeur maligne à un stade précoce ont plus de chances de guérir.

Les tests sanguins pour les marqueurs tumoraux sont l’une des méthodes de diagnostic pour la détection précoce et la surveillance du processus de traitement du cancer. Aujourd'hui, ce type d'analyse sanguine peut être prescrit au patient à la fois pendant le diagnostic et au stade de la thérapie. Un oncologue expérimenté doit toujours évaluer leur authenticité, puisqu’un léger accroissement de leurs performances est possible avec un certain nombre de maladies non oncologiques. Néanmoins, les marqueurs sont une méthode d’examen importante et nécessaire, mais les patients doivent toujours être approchés pour l’utilisation envisagée de manière équilibrée et justifiée. Dans cet article, nous vous informerons sur les types de tests pour les marqueurs tumoraux et sur le but de leur nomination dans le processus de diagnostic et de traitement.

Que vont dire les tests de cancer?

Les marqueurs tumoraux sont des protéines spéciales produites par les cellules de différents néoplasmes, cellules proches de la tumeur ou du corps en réponse au développement du processus tumoral. En termes de quantité et de composition, elles diffèrent considérablement des substances présentes dans le corps d'une personne en bonne santé et les tests de marqueurs tumoraux permettent de détecter les modifications dangereuses survenant dans le corps. En règle générale, l'étude est réalisée par un dosage immunoenzymatique et les résultats obtenus permettent de déterminer le stade de la maladie. Certains des marqueurs tumoraux en petites quantités se trouvent dans le corps et chez les personnes en bonne santé, mais leur forte augmentation indique toujours le début du développement ou la progression du processus pathologique.

Aujourd'hui, les experts connaissent environ 200 marqueurs tumoraux et 11 de ceux-ci sont recommandés par l'Organisation mondiale de la santé pour diagnostiquer et traiter le cancer. Grâce à cette méthode d'examen, il est devenu possible d'identifier et de contrôler le traitement de maladies oncologiques dangereuses telles que le cancer des ovaires, de la prostate, des organes du tube digestif, de la peau, du sein et autres. - sur l'immunité de la tumeur au traitement et la nécessité de changer de tactique.

L'étude d'échantillons de sang pour les marqueurs tumoraux vous permet de:

  • distinguer une tumeur maligne d'une tumeur bénigne;
  • réfuter ou confirmer la présence du processus tumoral ainsi que d'autres méthodes de diagnostic;
  • diagnostiquer la présence de métastases;
  • évaluer la productivité du traitement en comparant le niveau de marqueurs tumoraux avant et après le traitement;
  • surveiller l'efficacité du traitement après son achèvement et détecter en temps voulu la récurrence du processus de cancer.

Ce type de recherche offre dans certains cas une réelle opportunité d’empêcher le développement d’une tumeur si sa croissance est détectée au stade «zéro» (1 à 6 mois plus tôt que d’autres méthodes d’examen). Ces dernières années, ce type d'analyse a été beaucoup plus utilisé dans le diagnostic des affections cancéreuses car seule cette analyse permet de suspecter l'apparition du développement de la tumeur à un moment où il est encore impossible de détecter des cellules cancéreuses par rayons X, ultrasons ou IRM.

Une caractéristique distinctive de ces analyses est le fait que certains des marqueurs tumoraux sont associés à un seul type de cancer, alors que d'autres peuvent indiquer des processus tumoraux dans différents organes. De plus, la sensibilité des indicateurs peut être différente pour différents types de tumeurs du même organe. C'est pourquoi ce type de diagnostic n'est pas un dépistage et son utilisation est plus efficace en combinaison avec d'autres types de recherche et en réalisant un ensemble d'analyses de différents marqueurs tumoraux.

Comme toute technique de diagnostic, l'analyse des marqueurs tumoraux présente des avantages et des inconvénients. Les avantages de l’analyse résident dans la simplicité de l’étude et dans la possibilité de détecter une tumeur ou sa récidive aux stades les plus précoces. Cependant, sur la base de l'analyse des seuls marqueurs tumoraux, il est impossible de poser un diagnostic avec une précision fiable, car sa sensibilité et sa spécificité ne sont pas toujours élevées. Parfois, une augmentation du niveau des marqueurs tumoraux peut indiquer le développement de tumeurs kystiques et bénignes, de tumeurs dans d'autres organes, de maladies infectieuses ou chroniques. C’est la raison pour laquelle ce type d’examen est toujours effectué en association avec d’autres méthodes instrumentales et de laboratoire pour le diagnostic du cancer.

Comment est l'analyse, quelles sont les indications pour son but?

Lorsque vous vous préparez à passer un test pour les marqueurs tumoraux, suivez toujours les recommandations du médecin qui vous a référé. Le sang d'une veine est utilisé comme matériel biologique pour cette étude. Les directives générales pour la préparation des marqueurs de test du cancer sont les suivantes:

  1. S'il y a des signes de processus inflammatoire ou de menstruation, il est nécessaire d'informer le médecin à ce sujet, car sous l'influence de ces facteurs, les indicateurs de l'analyse peuvent être augmentés et l'étude sera non informative. L'analyse dans de tels cas est préférable de passer 5 à 6 jours après l'élimination du processus inflammatoire ou après la fin des menstruations.
  2. Refus de prendre des boissons alcoolisées 24 heures avant l'analyse.
  3. Il est préférable de faire un don de sang le matin, car le biomatériau doit être pris à jeun (au moins 8 heures après le dernier repas).
  4. Tests de marqueurs tumoraux - le principe de base de cette étude est de passer une série de tests sur des échantillons de sang. Il est préférable de passer dans le même laboratoire, car la réactivité de différents réactifs a une sensibilité différente et il sera difficile au médecin de contrôler les résultats.
  5. Rappelez-vous que seul un médecin peut évaluer correctement les résultats des tests.

Les résultats du test peuvent être obtenus 1-2 jours après le don de sang.

La fréquence des tests est déterminée par le médecin individuellement pour chaque patient. En règle générale, il est recommandé aux patients qui suivent un traitement radical contre le cancer de se soumettre à une telle étude tous les 3 ou 4 mois.

Des indications

La surveillance du niveau des marqueurs tumoraux est indiquée:

  • en présence d'une hérédité défavorable (c'est-à-dire si plusieurs membres de la famille présentent un cancer d'une localisation donnée);
  • au besoin, clarifier le diagnostic (en combinaison avec d'autres méthodes de diagnostic des tumeurs);
  • si nécessaire, surveiller l'efficacité du traitement des pathologies cancéreuses;
  • si nécessaire, prévention de la récidive tumorale après traitement.

Quels tests pour les marqueurs tumoraux sont utilisés dans les programmes de dépistage?

Les principaux marqueurs de cancer utilisés dans les programmes de dépistage pour examiner les patients à haut risque d'oncopathologie sont:

Analyse du PSA total des marqueurs tumoraux

Ce marqueur tumoral est un précurseur des néoplasmes de la prostate. Cette analyse fait partie du programme de dépistage du cancer de la prostate et les oncologues recommandent aux hommes de la prendre chaque année après 40 ans.

L'analyse normale du PSA total dépend de l'âge. Pour les hommes âgés de 40 à 49 ans, ils ont 2,5 ng / ml, 50-59 ans - 3,5 ng / ml, 60-69 ans - 4,5 ng / ml, plus de 70 ans - 6,5 ng / ml. Si les indicateurs de cette analyse sont modérément élevés, alors un homme doit devenir une analyse du PSA libre, qui est plus spécifique.

Il est nécessaire de prendre en compte le fait que les indicateurs des tests de l'APS peuvent être augmentés non seulement pour le cancer de la prostate, mais également pour l'adénome de la prostate, la prostatite ou même après un massage normal de la prostate. Pour clarifier ces diagnostics, on prescrit au patient d'autres types d'études de diagnostic permettant de poser un diagnostic avec précision.

Analyse du marqueur tumoral HCG (gonadotrophine chorionique humaine)

Normalement, ce marqueur tumoral est inférieur à 5,3 mIU / ml chez la femme non enceinte et inférieur à 2,5 mIU / ml chez l’homme. Cette analyse est souvent prescrite par des oncologues conjointement avec un test de marqueur tumoral AFP afin de déterminer la probabilité d'un cancer des testicules et de l'ovaire. Dans le cancer du testicule, on observe une augmentation de la performance des deux marqueurs tumoraux et dans le cancer de l'ovaire, l'AFP augmente de manière significative. Les indicateurs de ce marqueur tumoral peuvent être augmentés en cas d'autres cancers (cancer de l'utérus, de l'estomac, de l'intestin, du foie), de la grossesse et de la femme ménopausée atteinte de fibromes utérins. C'est pourquoi, pour différencier les diagnostics, cette analyse est réalisée en combinaison avec d'autres types d'examens.

Analyse pour alpha-foetoprotéine (AFP)

Cette analyse est utilisée par les oncologues pour diagnostiquer et évaluer l'efficacité du traitement du cancer du foie et des tumeurs des cellules germinales, et par les obstétriciens-gynécologues pour identifier les troubles du développement et les anomalies chromosomiques du fœtus. Normalement, les valeurs de PFA des hommes et des femmes non enceintes sont inférieures à 15 UI / ml et, pendant la grossesse, leurs valeurs normales dépendent de l'âge gestationnel.

Une augmentation du taux de PFA chez les hommes et les femmes non enceintes peut être observée dans les néoplasmes malins:

  • cancer primitif et métastatique du foie;
  • les ovaires;
  • cancer embryonnaire;
  • gros intestin;
  • le pancréas;
  • les poumons;
  • les bronches;
  • glande mammaire.

Une augmentation du niveau de ce marqueur du cancer peut également être observée dans ces maladies bénignes:

Pour diagnostiquer le fœtus et la grossesse, les obstétriciens-gynécologues effectuent cette analyse en conjonction avec des analyses de sang pour estriol et CG. Une augmentation du taux de PFA peut indiquer:

  • grossesse multiple;
  • malformations fœtales;
  • défaillance de la paroi abdominale antérieure chez le fœtus;
  • anencéphalie fœtale;
  • nécrose du foie chez le fœtus, etc.

Le niveau réduit de ce marqueur tumoral indique:

  • risque élevé d'anomalies génétiques chez le fœtus (par exemple, syndrome de Down);
  • fausse grossesse;
  • début de fausse couche.

Un taux d'APF légèrement réduit indique une insuffisance fœtoplacentaire.

Analyse du marqueur tumoral Ca-125

Ce marqueur tumoral est le principal marqueur du cancer de l'ovaire et de ses métastases. Normalement, ses performances ne dépassent pas 0-30 UI / ml.

Étant donné que ce marqueur tumoral peut augmenter ses performances dans différentes maladies, il n’est pas utilisé comme méthode de diagnostic indépendante et sa mise en oeuvre n’est que la première étape, ce qui peut indiquer le développement d’une tumeur maligne. Avec une augmentation du niveau de Ca-125, le patient est soumis à un examen plus approfondi pour identifier les raisons de la déviation de ses indicateurs par rapport à la norme.

Une augmentation du niveau du marqueur tumoral Sa-125 peut être détectée en cas de cancer:

  • les ovaires;
  • l'utérus;
  • les glandes mammaires;
  • estomac;
  • le pancréas;
  • le foie.

Une légère augmentation du niveau de Ca-125 peut être détectée dans ces maladies bénignes:

Le niveau de Ca-125 peut augmenter pendant la menstruation et cet indicateur sera physiologique et ne nécessitera pas de traitement.

Quels autres marqueurs tumoraux les médecins utilisent-ils pour diagnostiquer les tumeurs malignes?

Les autres marqueurs tumoraux ont une sensibilité plus faible et ne sont pas utilisés dans les programmes de dépistage du cancer. Ils ne sont utilisés par les médecins que dans des situations cliniques spécifiques, s'il est nécessaire de confirmer le diagnostic à l'une des étapes de l'examen du processus tumoral ou en cours de suivi de l'efficacité du traitement après un traitement oncologique.

Ces marqueurs tumoraux incluent:

  • Ca-15-3 - évaluer l'efficacité du traitement et l'évolution du processus tumoral dans le cancer du sein;
  • Ca-19-9 - évaluer l'efficacité du traitement du cancer du pancréas, de l'estomac, des voies biliaires et de la vésicule biliaire;
  • CEA (antigène embryonnaire du cancer) - un marqueur de la propagation du cancer colorectal et de la récurrence du cancer du sein;
  • В2М - un marqueur du myélome multiple, certains lymphomes, la leucémie lymphoïde chronique;
  • calciotonine - un marqueur du cancer de la thyroïde;
  • A (CgF) est un marqueur de tumeurs neuroendocrines;
  • BCR-ABL - marqueur de la leucémie myéloïde chronique;
  • des fragments de cytokératine 21-1 - un marqueur du cancer du poumon;
  • les immunoglobulines sont des marqueurs du myélome multiple et de la macroglobulinémie de Waldenström;
  • UBC est un marqueur du cancer de la vessie;
  • HE-4 est un marqueur du cancer de l'ovaire;
  • CSC - antigène marqueur du carcinome épidermoïde du col utérin;
  • NSE - un marqueur de pronostic dans le cancer du poumon à petites cellules;
  • Cyfra 21-1 - un marqueur de pronostic dans le cancer du poumon non à petites cellules;
  • la lactate déshydrogénase est un marqueur des tumeurs des cellules germinales.

Les marqueurs tumoraux sont-ils fiables?

Les performances qualitatives et l’interprétation des résultats des oncomarqueurs sont, dans la plupart des cas, indicatives. Un excès significatif de leurs normes indique le développement dans le corps humain d'une tumeur dans un organe particulier. Cependant, les écarts par rapport à la norme ne parlent pas toujours du développement d'un cancer.

Dans certains cas, une augmentation des taux d'okystem marqueur peut indiquer la présence de troubles autres que des maladies cancéreuses. Parfois, une augmentation des taux indique le développement de tumeurs bénignes, pour le traitement desquelles une «artillerie lourde» n'est pas nécessaire. En outre, l’augmentation des taux de marqueurs tumoraux peut être détectée dans diverses maladies virales et infectieuses. Dans ce cas, il s’agit d’une variante d’un résultat faux.

Toutes les informations que vous avez reçues dans cet article permettent de conclure que les tests pour les marqueurs tumoraux ne peuvent pas être une panacée pour le diagnostic du cancer, mais constituent un excellent complément au diagnostic précoce de cette maladie et sont activement utilisés pour évaluer l'efficacité du traitement des pathologies cancéreuses. Les spécialistes expérimentés doivent toujours déchiffrer leurs résultats et un examen complet du patient doit toujours être effectué pour confirmer une maladie telle que le cancer.

Comment se préparer au don de sang sur les marqueurs tumoraux, témoignages sur le test et son coût

Pour déterminer la présence de tumeurs bénignes et malignes peut être par le biais d'un test sanguin. Pour cela, les marqueurs tumoraux sont identifiés. Tous ont des degrés de sensibilité et de fiabilité différents, de sorte que dans la plupart des cas, ils prescrivent une combinaison de certains types de tests.

Concept

Les anti-marqueurs sont un groupe de produits chimiques. Ils sont formés par des cellules saines et pathologiques du corps.

En cas de cancer, la quantité de ces substances augmente.

Ils sont sécrétés par la tumeur elle-même, les tissus situés à côté. Une vingtaine de marqueurs aident à déterminer correctement la localisation du cancer.

Selon leur structure, les substances sont:

  • des antigènes,
  • protéines plasmatiques sanguines
  • produits de dégradation de la tumeur,
  • enzymes formées dans le processus de métabolisme.

Ils diffèrent par leur spécificité, c'est-à-dire que différentes substances sont la preuve du développement de différents types de tumeurs.

Que montre l'étude?

Certaines espèces révèlent que l'oncologie est au stade le plus précoce de sa formation. D'autres doivent être utilisés uniquement pour la surveillance. Tous les marqueurs sont utilisés pour contrôler le traitement en cours, afin de déterminer la vitesse du processus de guérison.

La plupart des marqueurs ne sont pas utilisés pour le dépistage. Par conséquent, dans la plupart des cas, ils sont pertinents pour la surveillance et l'analyse des effets du traitement prescrit. Le seul marqueur précis est PSA. Il présente un cancer de la prostate et peut être utilisé pour une analyse préliminaire de l'état de l'organe.

Les marqueurs diffèrent pour différents motifs. Par exemple, le principal a une sensibilité et une spécificité élevées. Les espèces secondaires sont étudiées simultanément aux principales. Il peut avoir une faible sensibilité, mais en combinaison avec le principal donne le résultat le plus précis.

Des marqueurs tumoraux supplémentaires sont généralement spécifiques à un organe particulier, utilisé pour déterminer les récidives.

Selon l'origine d'une telle substance est divisée en:

La plupart des indicateurs de cancer sont du premier type. Ces structures en concentrations élevées se retrouvent dans les tissus de l'embryon, où elles apparaissent dans les cellules en division. Ils sont importants pour la formation appropriée du futur enfant et, chez l’adulte, leur nombre devrait être minimal.

La deuxième plus importante enzyme. Ce sont celles sur lesquelles la fonction biologique est clarifiée et celles sur lesquelles elle n'est pas établie.

Il existe des marqueurs tumoraux qui vous permettent de déterminer l'emplacement de la tumeur. Ceux-ci comprennent:

Certains indicateurs peuvent être augmentés, mais il est difficile de déterminer leur localisation exacte. Par exemple, le CEA, produit dans les tissus de l’embryon. Chez l'adulte, il est produit en petites quantités et est sensible à la plupart des tumeurs.

Quels oncomarkers sont pris chaque année pour la prévention du cancer?

Les marqueurs aident à détecter l'oncologie jusqu'à l'apparition des symptômes. Ils se lèvent environ 6 mois avant le début des métastases.

Transférer annuellement les coûts d’analyse aux personnes entrant dans le groupe à risque.

Les hommes doivent prendre du PSA, précurseur du cancer de la prostate. Cela est particulièrement vrai pour les personnes de plus de 40 ans.

Le degré de sensibilité élevé du CA 125 est révélateur du cancer du testicule chez l'homme et de l'oncologie ovarienne chez la femme. Des indicateurs légèrement réduits peuvent indiquer une tumeur bénigne.

Le médecin peut également faire appel à l'hCG et à l'alpha-fœtoprotéine. Les autres marqueurs pour le dépistage de routine ne sont pas utilisés.

Marqueurs du tractus gastro-intestinal

Certaines des substances isolées au cours des études de laboratoire indiquent une localisation, tandis que d'autres déterminent le type de tumeur. S'il y a des problèmes avec le tube digestif ou des antécédents familiaux défavorables, le CA15-3 est prescrit.

Certains groupes d'âge présentent un risque plus élevé de cancer du système digestif. Ce sont surtout des personnes de plus de 50 ans.

Pour clarifier le diagnostic, on utilise CA 72-4 et LASA-P (commun), CYFRA 21-1 (rectum), CA 125 (côlon sigmoïde), AFP (rectum et côlon sigmoïde).

Glande thyroïde

Pour la détection de la reddition de surfactant pathologique. Sa concentration peut indiquer à la fois une rechute et une métastase. Il suggère qu'il y a des cellules thyroïdiennes dans le corps humain.

La calcitonine détermine le cancer médullaire. Son niveau dépend de la taille de la tumeur et du stade de son développement.

Du foie

Lors du diagnostic de l'AFP appliquée. À 50%, il augmente environ trois mois avant les premiers symptômes. Pour confirmer le diagnostic, des tests pour CA 15-3, Ca19-9, Ca242, Ca72-4 sont effectués.

Cependant, des taux élevés peuvent indiquer un cancer dans d'autres systèmes, de sorte qu'un résultat précis n'est possible qu'après des diagnostics supplémentaires.

Les poumons

Cyfra-21-1, NSE, CEA / CEA est identifié pour identifier la maladie. Le premier révèle la présence de cellules malignes dans l'épithélium.

L'augmentation du nombre devient une occasion pour la recherche sur le cancer du poumon non à petites cellules.

La NSE est présente dans les cellules du cerveau et les tissus nerveux. Des taux accrus sont observés dans le neuroblastome ou la leucémie, et pas seulement dans le cancer du poumon.

Pancréas

En cas de suspicion d'oncologie, le sang est versé au marqueur CA 242. Sa quantité peut être augmentée en cas de pancréatite, de kyste et d'autres formations, elle est donc administrée simultanément avec le marqueur CA 19-9.

Ce dernier est attribué aux bronches et au système digestif. L'oncologue peut se référer à l'analyse de l'AS 72-4. Il est produit par les cellules épithéliales.

La CA 50, qui est une sialoglycoprotéine, est reconnue comme étant spécifique à un organe. Il a un haut degré de sensibilité.

Rein

Tu M2-PK - marqueur tumoral métabolique, qui permet de déterminer l'agressivité de la tumeur. Sa différence par rapport à d'autres cellules similaires est que son effet n'est pas cumulatif.

Par conséquent, dans le cancer du rein, celui-ci pénètre rapidement et en quantité suffisante dans le sang. Cependant, ses grands indicateurs peuvent parler d'une tumeur au sein ou au tractus gastro-intestinal.

Reddition et sang pour déterminer le niveau de CSC. C'est une glycoprotéine synthétisée dans les cellules de l'épithélium squameux de divers organes. Il change la structure des cellules normales, agissant à travers la membrane.

Vessie

Le plus révélateur est UBC. C'est une protéine enzymatique qui pénètre dans le sang. Il est sensible chez 70% déjà aux premiers stades du cancer. Pour clarifier le diagnostic est attribué NMP22.

Le marqueur tumoral est principalement utilisé pour évaluer l'efficacité du traitement. Le troisième marqueur du cancer de la vessie est le TPS. Cependant, il peut être élevé même lorsque la tumeur est localisée dans d'autres zones. Taux particulièrement élevés de métastases.

Ganglions lymphatiques

L’éducation dans le système lymphatique entraîne une augmentation de la β2-microglobuline. C'est un antigène protéique qui se lève avec une tumeur de n'importe quelle origine. Par sa quantité, l'étape du processus est déterminée.

Cerveau

Pour le diagnostic, on prélève du sang pour la détermination de l'AFP, du PSA, du Ca 15-3 et du CYFRA-21,1. Les marqueurs tumoraux spécifiques n'existent pas. Par conséquent, les études sont menées dans l'ensemble.

Certains montrent qu'il y a des métastases dans le cerveau d'une tumeur formée dans un autre organe. Par exemple, le CA 15-3 est caractéristique de l'oncologie du sein, mais peut indiquer l'apparition de cellules dans le cerveau.

Pour le cancer de la peau

S-10 et TA-90 sont indicatifs d'un mélanome. Leur nombre peut augmenter en présence de métastases. Ces analyses sont particulièrement informatives lorsqu'elles sont combinées avec d'autres études.

Pendant longtemps, il n'y avait pas de marqueur indiquant un cancer de la peau. Par conséquent, la suspicion de la maladie a été évoquée lorsque d’autres espèces ont donné de bons résultats et qu’il y avait également de petits durcissements ou des plaques squameuses sur la peau.

Tissu osseux

Le plus informatif est TRAP 5b. C'est une enzyme formée par les ostéoclastes. La substance biologique peut être contenue en différentes quantités dans le corps d'un homme et d'une femme, de sorte que le déchiffrement est effectué exclusivement par un oncologue.

Gorge

Pour déterminer le cancer, le niveau de deux marqueurs tumoraux est examiné. CYFRA 21-1 - composé protéinique de l'épithélium, qui se manifeste par des taux élevés dans de nombreuses oncologies.

La seconde est SCC. Il est reconnu comme un antigène du cancer épidermoïde.

En présence d'oncologie de la gorge, le niveau de cette dernière augmente de plus de 60%. Mais ses indicateurs sont en hausse et avec certaines maladies somatiques.

Glandes surrénales

Pour un diagnostic précis, la concentration et le ratio de diverses hormones dans le sang et l'urine sont estimés. Essentiellement attribué à l'analyse des DEA-s.

L'enquête est complétée par la livraison de l'analyse pour CEA, CHA 72-4, CA 242, Tu M2-RK. Ce dernier fait référence à des indicateurs non spécifiques et est utilisé pour évaluer la présence de rechutes.

Marqueur tumoral NSE

L'énolase spécifique des neurones détermine les tumeurs neuroendocrines. Détecte le rétinoblastome, le neuroblastome et le carcinome à cellules insulaires pancréatiques.

L'analyse est effectuée à jeun. L'enzyme est détectée dans les plaquettes, les érythrocytes et le plasma. Par conséquent, le sérum au laboratoire est séparé des cellules sanguines le plus rapidement possible. L'activité de ces cellules interagissant avec les états cliniques, l'analyse est donc utilisée pour surveiller et évaluer le pronostic.

marqueur tumoral s100

Marqueur pour détecter le cancer de la peau. C'est une protéine. Les réactions cellulaires et extracellulaires sont surveillées.

Des taux plus élevés renseignent sur les mélanomes malins et d'autres formes de cancer. Des taux accrus peuvent indiquer d'autres affections néoplasiques, le lupus érythémateux systémique et d'autres.

Des femmes

Celles-ci incluent le CA-125, produit par les cellules malignes de l'ovaire. Les femmes en bonne santé ont des antigènes, mais en petites quantités.

Dans le cancer du sein, le CA-15-3 est prescrit. Ceci est un marqueur très spécifique du cancer du sein. Il se situe non seulement dans la zone de développement oncologique, mais également dans les cellules épithéliales normales de la glande mammaire. SCC indique un cancer du col utérin, ainsi que des organes respiratoires, du nasopharynx et de l'oreille.

HE4 est un autre oncomarker féminin, qui indique un cancer de l'ovaire et de l'endomètre.

Le MCA est un antigène capable de détecter une maladie mammaire bénigne et maligne. Surtout souvent utilisé lors du suivi du traitement. La HCG peut détecter un carcinome de l'ovaire et du placenta. Dans le cancer utérin, les résultats faussement positifs ne sont pas observés.

Hommes

Avec la détection du cancer du testicule, les indicateurs d'hCG et d'AFP augmentent. Ils sont la preuve de métastases et de tumeurs dans le foie.

Parmi l'antigène spécifique de la prostate spécifique est libéré. C'est révélateur du cancer de la prostate.

L'antigène prostatique exempt de PSA est également testé. Leur concentration est comparée. Les résultats peuvent déterminer la lésion maligne ou bénigne.

Comment passer un test sanguin pour les marqueurs?

Dans presque tous les cas, le sang est donné à jeun, le matin même. Pour que les indicateurs soient aussi fidèles que possible, il est recommandé de ne pas consommer de boissons alcoolisées pendant trois jours. Il n’est pas nécessaire en même temps dans le régime d’avoir des aliments gras ou d’en faire trop avec de l’exercice.

Le jour de l'étude ne peut pas fumer et prendre des médicaments. De nombreux marqueurs tumoraux sont influencés par d'autres facteurs, tels que les maladies somatiques. Par conséquent, avant l'accouchement, il est préférable de consulter un médecin.

Combien d'analyses est faite?

La plupart des marqueurs tumoraux sont déterminés en 1-2 jours. Des informations plus précises peuvent être obtenues dans le laboratoire où l'analyse est soumise.

Si le résultat doit être obtenu de toute urgence, l'interprétation peut être donnée au médecin littéralement le jour de l'étude. Si le laboratoire n'est pas situé dans un établissement médical où une personne est observée, le résultat devra alors attendre plusieurs jours, parfois environ une semaine.

Tableau avec décodage des marqueurs tumoraux en fonction de la localisation

Quand les indicateurs sont-ils élevés?

Les marqueurs tumoraux ne sont pas toujours élevés lorsque des cellules malignes apparaissent dans le corps. Souvent, leur nombre est affecté par des maladies somatiques, des processus inflammatoires, des ARVI.

En raison de cette sensibilité, la plupart des antigènes ne sont pas étudiés pour détecter un cancer, mais pour surveiller l’état et étudier l’effet du traitement.

Les marqueurs tumoraux révèlent une tumeur bénigne ou maligne.

Dans le premier cas, le nombre de cellules est légèrement surestimé. En cas de cancer, une analyse de sang peut révéler des valeurs 10 fois supérieures à la normale. Les médecins notent que plus le score est élevé, plus il est probable que le processus de métastase a commencé.

Avis de test

Les analyses de l'analyse varient. Certains marqueurs présentent des résultats faux positifs et faux négatifs. Dans le premier cas, il en résulte des émotions négatives. Par conséquent, avant de commencer à paniquer, montrez les données de recherche à l'oncologue.

Il existe un avis selon lequel les marqueurs tumoraux sont informatifs uniquement en présence d'une tumeur. Chez les personnes en bonne santé, les taux surestimés ne parlent de rien. Cette opinion est partiellement vraie, mais il existe des cellules qui permettent de détecter un cancer avant même les premiers symptômes de son apparition.

Il est rappelé aux oncologues que si les indicateurs augmentent une fois, il est conseillé de repasser le test au bout de quelques jours (généralement 10).

Une augmentation ponctuelle des résultats ne signifie rien. Si, lors de la nouvelle livraison, les données sont restées à un niveau élevé, l'oncologue affectera des méthodes de recherche supplémentaires.

Combien coûte la recherche?

Un test sanguin est pris pour les oncomarkers. Le coût est souvent bas et, dans les cliniques et les hôpitaux municipaux, il peut être pris en charge gratuitement, conformément à la politique.

Le coût dépend du matériel et des réactifs nécessaires au décodage. Cela affecte également les cellules à analyser.

Où passer?

Il a déjà été noté que l'étude sur les marqueurs tumoraux est en cours de location dans des cliniques privées ou municipales. Seul un médecin peut prescrire un test spécifique. Par conséquent, même avant de visiter un laboratoire rémunéré, vous devez le visiter.

Dans les cliniques municipales et les dispensaires oncologiques, les résultats peuvent varier. Tout dépend de l'équipement utilisé. Par conséquent, les experts recommandent de toujours effectuer l'analyse au même endroit.

Quels sont les marqueurs tumoraux et comment aident-ils à identifier une tumeur maligne? Ceci indiquera la vidéo suivante:

Oncomarkers

Les pathologies cancéreuses constituent un problème grave pour l’humanité, car le nombre de cas de morbidité et de décès augmente chaque année. Les facteurs suivants influencent les statistiques décevantes: le stade du processus oncologique, le type de tumeur, les capacités matérielles du patient, etc. Pour éviter la mort, il est important d'identifier la maladie au stade I ou au stade II. Avec un diagnostic opportun, le patient a plus de chances de se rétablir complètement.

Quels sont les marqueurs tumoraux, quels types de marqueurs existent pour le diagnostic du cancer, qui doit être testé pour les marqueurs tumoraux et comment s'y préparer correctement, pour obtenir le résultat le plus fiable qui soit, à quel degré de confiance, et quel devrait être le taux de marqueurs dans le sang - les réponses à ceux-ci et bien d'autres les questions que vous trouverez dans cette catégorie.

Analyse des marqueurs du cancer

L'analyse des marqueurs tumoraux est une méthode efficace pour déterminer la pathologie et surveiller le processus de traitement. Ce type de diagnostic est utilisé pendant la recherche et la thérapie. Il est très important de trouver un oncologue expérimenté qui évalue correctement la fiabilité des résultats, car la concentration de marqueurs du cancer peut légèrement augmenter au cours de processus non oncologiques.

Les marqueurs tumoraux sont des structures protéiques avec des composants de graisses et d'hydrates de carbone qui se trouvent dans une tumeur ou dans le plasma sanguin et indiquent un processus malin dans le corps. Ces protéines produisent des cellules tumorales, des cellules, des tissus environnants ou le corps en réponse à un processus oncologique. Leur nombre et leur composition sont significativement différents des composants présents dans le sang d'un patient en bonne santé.

Les résultats du test sanguin pour les marqueurs tumoraux montrent la présence de tumeurs bénignes et malignes.

À ce jour, il existe environ 190 marqueurs tumoraux, dont 11 sont utilisés pour identifier et traiter les pathologies cancéreuses. Cette méthode vous permet de diagnostiquer et de traiter des maladies dangereuses: cancer des ovaires, de la prostate, des organes digestifs, des seins, etc.

Il est important que le sang collecté soit livré au laboratoire pour qu'il effectue les recherches au plus tard une heure et demie après son prélèvement et que le tube à essai soit entreposé dans une boîte spéciale dans laquelle la température n'est pas maintenue supérieure à 8 ° C.

Avec une diminution de la concentration de marqueurs tumoraux lors des tests sanguins après chimiothérapie, on peut parler de l'efficacité du traitement. Si les chiffres ne changent pas, alors la tactique de traitement devrait être modifiée.

Le test des marqueurs du cancer est prescrit aux fins suivantes:

  • Effectuer un diagnostic différentiel des tumeurs malignes et bénignes;
  • Identifier les tumeurs avec d'autres méthodes de diagnostic;
  • Identifier les métastases;
  • Évaluer l'efficacité du traitement en comparant la concentration de marqueurs tumoraux avant et après le traitement;
  • Pour contrôler la maladie après la fin du traitement;
  • Prévenir la récurrence du cancer.

But de l'analyse

L'étude des marqueurs tumoraux est montrée dans les cas suivants:

  • Prédisposition génétique (si le cancer a été diagnostiqué chez des parents proches, le patient peut également tomber malade);
  • Il est nécessaire de clarifier le diagnostic (dans ce cas, un diagnostic complet);
  • Des études sont menées pour surveiller l'efficacité du traitement du cancer;
  • L'analyse est prescrite pour prévenir la récurrence de la tumeur après le traitement.

Le diagnostic des marqueurs tumoraux permet de prédire l'évolution de la maladie, de détecter les métastases dans le temps.

Une légère augmentation des marqueurs tumoraux indique des pathologies non oncologiques:

  • Ovaire polykystique;
  • Péritonite;
  • L'hépatite;
  • Tumeurs bénignes du sein;
  • 3 trimestre de grossesse;
  • Cholécystite;
  • Pierres dans les voies biliaires;
  • Maladies des organes génitaux, etc.

L'analyse des marqueurs du cancer est prescrite pour la détection rapide des processus tumoraux, le suivi de l'évolution de la maladie, l'évaluation de l'efficacité des tactiques de traitement et la prévention des rechutes.

Préparation à l'étude

Pour obtenir des résultats fiables, vous devez suivre les recommandations du médecin qui a demandé l'analyse. Le principal matériel biologique à examiner est le sang veineux.

La préparation à l'analyse du niveau des marqueurs tumoraux inclut le respect des règles suivantes:

  • Si vous présentez des symptômes d'inflammation ou de menstruation, vous devez avertir le médecin, car ces facteurs affectent les performances de l'étude, ce qui les pousse à augmenter. Dans ce cas, l'analyse est prise 5 jours après le soulagement de la réaction inflammatoire ou après la fin de la période menstruelle;
  • Il est recommandé d’abandonner les boissons alcoolisées la veille de l’étude;
  • Il est préférable de faire un don de matériel biologique le matin, car il est recommandé de prendre sa clôture à jeun (le dernier apport alimentaire devrait avoir lieu 8 heures avant l'analyse);
  • Au cours de l'étude, le patient passe une série de tests utilisant du sang veineux. Le test est recommandé dans le même laboratoire, car la sensibilité des réactifs dans différents laboratoires est différente, ce qui signifie que le médecin aura plus de difficulté à déchiffrer les résultats.
  • Seul un oncologue qualifié peut déchiffrer les résultats d'une étude.

Le médecin détermine la fréquence de l'étude séparément pour chaque personne. Après traitement chirurgical du cancer, l'analyse est effectuée tous les 3 mois.

Fiabilité de l'analyse des marqueurs tumoraux

Toutes les tumeurs ne provoquent pas une augmentation de la concentration de marqueurs du cancer, en particulier au stade initial de la maladie. Le plus souvent, une étude est prescrite pour la détection précoce du cancer et l'évaluation du traitement anticancéreux.

Causes du manque de fiabilité des marqueurs tumoraux:

  • La composition de composés biologiquement actifs comprend non seulement des cellules normales, mais également des cellules atypiques;
  • Un résultat de test positif indique souvent une maladie chronique d'origine non tumorale;
  • Dans certains cas, la concentration de marqueurs tumoraux dans le sang n’augmente pas, en particulier au stade initial de la maladie oncologique;
  • Chez certains patients, la maladie oncologique ne modifie pas la composition cellulaire du sang;
  • Une concentration accrue de marqueurs du cancer peut indiquer des types nosologiques de cancer.

Les caractéristiques suivantes des marqueurs du cancer affectent la précision des résultats:

  • Degré de sensibilité. De nombreuses substances protéiques ont une faible sensibilité et il est donc souvent impossible d'identifier la maladie au stade initial;
  • Spécificité du marqueur du cancer. Les substances peuvent indiquer un type de cancer ou différents types de pathologies cancéreuses.

Un test de marqueur tumoral est effectué si une tumeur est suspectée. Dans ce cas, après cette étude, des diagnostics instrumentaux et matériels sont effectués.

La deuxième catégorie de patients devant subir un test de recherche des marqueurs tumoraux est constituée des personnes atteintes d'un cancer déjà diagnostiqué. Dans ce cas, les médecins, à l'aide de recherches, observent le déroulement du processus pathologique, évaluent l'efficacité du traitement et préviennent les rechutes.

Types de marqueurs tumoraux

Les marqueurs du cancer sont des protéines qui produisent des cellules tumorales. Les marqueurs de tumeur sanguine sont de deux types: basiques, utilisés pour la recherche et indicatifs, avec lesquels vous pouvez confirmer ceci ou un diagnostic.

Les principaux marqueurs tumoraux utilisés pour la recherche:

  • Le PSA est un marqueur spécifique de la prostate;
  • HCG - gonadotrophine chorionique humaine;
  • AFP - α-foetoprotéine;
  • Le CA-125 est un marqueur du cancer des ovaires.

Les substances indicatrices restantes sont moins sensibles et servent à confirmer le diagnostic ou à évaluer le traitement:

  • Le CA-15-3 est un antigène du cancer du sein;
  • CA19-9 - un antigène du cancer du pancréas;
  • CEA - antigène embryonnaire du cancer;
  • La β2М - β-2 microglobuline est une substance indicatrice du cancer du sang;
  • A (CgF) - un marqueur de tumeurs neuroendocrines;
  • BCR-ABL (gène hybride) - leucémie myéloïde chronique;
  • Cyfra-21-1 (fragment de cytokératine 19) est un marqueur de tumeur du poumon;
  • Les anticorps sont des marqueurs de multiples cancers des plasmocytes et des tumeurs de la moelle osseuse.
  • UBC est un indicateur d'une tumeur de la vessie;
  • HE-4 - marqueur de tumeur ovarienne;
  • Le SCC est un marqueur du cancer du cancer du col utérin;
  • NSE (énolase spécifique de neurone) - un marqueur du cancer du poumon;
  • Cyfra-21-1 - marqueur tumoral du cancer bronchique non à petites cellules;
  • LDH (lactate déshydrogénase) - un marqueur pour identifier les tumeurs des cellules germinales.

Types de marqueurs tumoraux pour le diagnostic:

Chez de nombreux patients, la concentration d'ECA augmente non seulement dans le contexte du cancer du foie, mais également lors de l'hépatite, ainsi que pendant la croissance de la tumeur sur les ovaires ou les testicules.

Dans les cas de myélome multiple ou de lymphomes, les médecins examinent le sang pour détecter la présence de B2M. Avec une augmentation de la concentration de CA-15-3 et CA-27.29, nous parlons de cancer du sein, mais au stade initial, leur niveau n’est pas beaucoup plus élevé que les niveaux normaux.

La déviation des marqueurs tumoraux CA-125, CA-72-4, LASA-P des normes indique un cancer de l'ovaire, ces marqueurs peuvent également indiquer un cancer des poumons ou du tube digestif. Une augmentation de CA-19-9 indique des processus tumoraux dans le pancréas, les intestins ou les voies biliaires.

Norma oncomarkers

Après avoir identifié le niveau de marqueur de cancer, le médecin compare le résultat au taux de cette substance chez les hommes et les femmes et l’ajoute à l’image diagnostique globale.

Tableau de normes des marqueurs tumoraux:

Pas toujours quand on élève le niveau, on parle de cancer. On peut parler de formation de cancer si l'indicateur est 5 fois ou plus supérieur à la norme.

Décodage des marqueurs oncologiques

L’AFP est l’un des principaux marqueurs tumoraux. Il s’agit d’un composé protéique normalement localisé à la surface des cellules de l’embryon et de certains types de cellules souches d’un patient adulte.

Une légère augmentation de la concentration en AFP est observée dans la période de gestation, avec une cirrhose du foie et une hépatite. Avec un fort excès de la norme, nous parlons de cancer hépatocellulaire.

B2M est situé dans presque toutes les cellules, contrôle la fonctionnalité du système immunitaire et reçoit une quantité minimale d'urine. Une légère augmentation indique un dysfonctionnement des reins, des processus inflammatoires.

Le PSA est une enzyme de la prostate qui contrôle la densité du sperme. Cette protéine est constituée de la fraction libre et liée du PSA. Pendant le diagnostic, faites attention à son niveau général et au rapport de ses fractions. Si la concentration d'un marqueur tumoral est supérieure à 6 - 8 ng / ml chez les hommes de plus de 40 ans, on parle alors de la pathologie de la prostate. Si la fraction libre de PSA est inférieure à 15% avec une augmentation de son niveau global, cela indique une tumeur maligne.

Le CEA est isolé des cellules du tube digestif du bébé et nul chez les adultes. Cette substance dans le sang peut indiquer un processus tumoral dans le tube digestif, les poumons, la poitrine, les ovaires et la prostate. Une légère augmentation de sa concentration indique une tuberculose et des maladies auto-immunes.

HCG est produite dans le corps d'une femme enceinte, il est nécessaire pour une gestation normale. Si une substance est trouvée dans le corps d'un patient non enceinte ou d'un homme, nous parlons alors d'un processus tumoral (cancer des ovaires ou des testicules).

La NSE est une enzyme située dans certains types de cellules nerveuses et dans les cellules du système endocrinien diffus. L'augmentation du niveau de cette substance indique la renaissance de ces sites. De plus, le niveau de NSE augmente avec le mélanome et le cancer du poumon.

Le CA-15-3 est un marqueur spécifique pour une tumeur au sein. Il est utilisé pour confirmer le diagnostic ou l'évaluation du patient après le traitement.

Le marqueur CA-125 est augmenté en cas de maladies oncologiques des ovaires, de la muqueuse utérine et du sein. Une légère variation du niveau de ce marqueur est observée pendant la grossesse ou la menstruation.

Le CA-19-9 est un marqueur spécifique du tractus gastro-intestinal. Sa concentration augmente fortement avec le cancer de l'estomac, du foie et d'autres organes digestifs.

UBC est un marqueur spécifique du cancer de la vessie. On peut dire que le corps subit des dommages oncologiques lorsque l'indicateur est 150 fois ou plus élevé.

Parfois, avec le cancer, la concentration de plusieurs marqueurs augmente. Cela vous permet de mener une étude plus sélective pour un diagnostic précis. Par exemple, dans le cancer du testicule, les niveaux d'AFP et d'hCG sont contrôlés.

Partant de ce qui précède, les tumeurs malignes sont des pathologies extrêmement graves qui menacent non seulement la santé, mais aussi la vie humaine. En utilisant l'analyse des marqueurs tumoraux, il est possible d'identifier la maladie au stade initial et d'éviter le décès du patient. Toutefois, pour sauver la vie d’une personne, il convient de l’associer à d’autres méthodes de diagnostic.

Vous aimez cet article? Partagez-le avec vos amis sur les réseaux sociaux:

Un test sanguin pour les marqueurs de l'hépatite de type B et C

Les marqueurs de l'hépatite B et C sont des antigènes et des anticorps spécifiques, dont la détection dans le sérum sanguin confirme le diagnostic. Les antigènes sont des particules de la membrane cytoplasmique de l'agent pathogène (antigène de surface) ou des particules de la coque de la nucléocapside (antigène interne). L'hépatite virale, quel que soit son type, infecte les hépatocytes. Le système immunitaire d'une personne en bonne santé perçoit les cellules touchées comme génétiquement étrangères et les détruit donc par la production d'anticorps. La mort cellulaire provoque le développement du processus inflammatoire.

Test sanguin pour les marqueurs

Pour confirmer le diagnostic, un certain nombre de tests sont nécessaires, dont le but est d'identifier des antigènes - des particules de virions ou d'anticorps, des immunoglobulines plasmatiques. Vous permet de détecter les marqueurs des analyses d'hépatite virale B et C par PCR et ELISA.

Grâce à un dosage immunoenzymatique, des antigènes ou des anticorps sont détectés et la quantité de virus, son activité et son génotype sont déterminés par PCR.

Un test sanguin pour les marqueurs de l'hépatite virale ne peut être pris que 8 heures après le dernier repas. Les patients sont souvent préoccupés par la question de savoir combien de temps attendre les résultats des tests. Lors de l'exécution de l'IFA, il faut de 1 à 10 jours. La PCR peut être effectuée en quelques heures.

Le test de dépistage des hépatites B et C est motivé par:

  1. Préparation à la vaccination ou évaluation de l'efficacité du vaccin.
  2. Augmentation des niveaux de AlAt (alanine aminotransférase), AsAt (aspartate-aminotransférase). Ces enzymes sont également des marqueurs de l'hépatite virale, mais d'un point de vue fonctionnel. Ils sont synthétisés par les cellules du foie, mais leur nombre dans le plasma sanguin n'augmente qu'après la mort massive des cellules du profil.
  3. La présence de symptômes cliniques de la maladie.
  4. Le patient a une inflammation chronique du foie ou des maladies des voies biliaires.
  5. Contact sexuel avec un transporteur.
  6. Manipulation parentérale dans des conditions douteuses.
  7. Planification ou dépistage pendant la grossesse.
  8. Préparation à l'hospitalisation.
  9. Enquête auprès des donneurs.
  10. Inspection des personnes en danger.

Marqueurs VHB

Les cellules du virus sont constituées de la membrane externe, du cytoplasme et de la nucléocapside - le noyau, enfermé dans sa propre membrane. Le noyau contient l'ADN du pathogène porteur de son information génétique et l'enzyme ADN polymérase, nécessaire à la réplication des virions.

La cellule pathogène contient les marqueurs suivants d'hépatite virale de ce type:

  1. AgHBs (antigène de surface de l'hépatite B). Ce complexe de protéines de la membrane cellulaire de l'agent pathogène est le facteur déterminant pour le diagnostic. La détection de l'antigène HBs dans le sérum est une confirmation absolue de la présence d'un virus chez un patient. La découverte de cette substance 6 mois après l'infection indique une forme chronique de la maladie.
  2. HBcorAg (antigène central du VHB). Ce sont des protéines de l'enveloppe nucléaire du virion, que l'on ne trouve que dans les hépatocytes. Mais le plasma du patient ne peut contenir que des anticorps anti-HBcorAg.
  3. AgHBe (antigène précoce / d'enveloppe de l'hépatite). Il s'agit d'un antigène viral précoce détecté au stade de la réplication active de l'agent pathogène.
  4. HBxAg est un antigène dont la signification pour la vie du virus n’a pas été déterminée et n’est donc pas encore prise en compte pour le diagnostic.

Le test de dépistage de l'hépatite B vise à confirmer la présence de l'agent pathogène sur la base de la détection de marqueurs, de la détermination du stade de la maladie et de l'activité de l'agent infectieux.

Que disent les marqueurs

HBsAg est nécessaire pour que le virus forme sa propre coquille. Au stade initial de la maladie, il est synthétisé en excès, sa quantité dépasse même les besoins de l'agent pathogène. Cet antigène viral a été découvert en premier, il conduit au diagnostic. Cette substance peut être détectée 1 à 10 semaines après l'infection, 2 à 6 semaines avant l'apparition des premiers signes cliniques d'inflammation du foie. Ce marqueur viral vous permet de déterminer la forme de la maladie: si l’antigène HBs reste dans le sang 6 mois après l’infection, cela indique une forme chronique. En cas d'élimination de l'agent pathogène et de la récupération clinique du patient, des anticorps anti-HBs ou HBsAb anti-HBs sont détectés après la disparition de l'antigène lui-même.

Parfois, lors du dépistage des marqueurs de l'hépatite, l'antigène HBs n'est pas détecté. Cela peut indiquer que le système immunitaire détruit les cellules affectées plus rapidement que HBsAg n'a le temps d'entrer dans le sang. Dans ce cas, le diagnostic repose sur la détection de HBcorAb IgM. L'absence d'antigène HBs sur fond de progression aiguë de la maladie confirmant le diagnostic par la présence d'IgM dans le sang est généralement observée chez 20% des patients et conduit souvent à une issue fatale.

Puisque l'antigène viral HBcor ne peut pas être détecté dans le sang, les anticorps anti-HBcor, les immunoglobulines de classe M et G, sont des marqueurs de sa présence.

L'IgM est un signe du stade aigu de la maladie, qui ne dure pas plus de 6 mois. Cette immunoglobuline peut être détectée dès les premières semaines après l’infection, puis disparaît progressivement. Dans 20% des IgM infectés, il est détecté pendant 2 ans. Dans la forme chronique de l'inflammation du foie, la concentration de cet anticorps est négligeable.

L'IgG est un signe de contact avec un agent infectieux, il est présent dans le sérum tout au long de la vie d'une personne, quelle que soit sa forme.

AgHBe est un signe de réplication du virion et un degré élevé de contagiosité des porteurs. Si dans le résultat suivant de l'analyse de l'hépatite B, on détecte la disparition de cet antigène, on enregistre l'apparition d'anticorps dirigés contre lui, il s'agit d'un signe de rémission.

La présence dans l'analyse de l'ADN du virus de l'hépatite B indique une forme aiguë de la maladie. À un stade précoce, la présence de ce marqueur est un symptôme majeur de la réplication du VHB. Il est détecté par PCR (réaction en chaîne de la polymérase), dont l’essence consiste à doubler plusieurs fois l’ADN de l’agent pathogène à l’aide d’enzymes spéciales afin d’obtenir une quantité suffisante de matériel de détection.

La copie ne se produit que sur une partie spécifique du génome. Une telle précision permet de détecter même une seule molécule d'ADN dans le matériel et d'établir la présence du virus dans la période préclinique. La précision de la réaction est de 98%. La méthode est applicable pour identifier le matériel génétique de virus contenant de l'ARN.

Décryptage

Décrypter l'analyse, c'est interpréter les résultats. Le résultat est considéré négatif si aucun marqueur n'est trouvé dans le sang. La détection d'HBsAg indique la présence d'un virus chez un patient et la présence d'anticorps anti-HBs et d'IgG est un signe de maladie ou de vaccination.

Marqueurs de l'hépatite virale AgHBe, de l'ADN polymérase, de l'ADN viral et de l'IgM - un indicateur de la reproduction active des cellules pathogènes. De plus, les anticorps anti-HBe indiquent une concentration élevée de l'agent pathogène, la contagiosité du porteur de l'infection, ainsi que la possibilité d'une infection périnatale. La présence d'anticorps anti-HBe est un signe de réplication complète du virion.

Il est généralement recommandé de donner du sang pour trois indicateurs simultanément: HBsAg, Anti-HBs, Anti-Hbcor. Ces substances sont détectées par ELISA. La PCR confirme la présence de l'ADN du virus, la quantité de l'agent pathogène, son génotype.

Marqueurs du VHC

Les marqueurs de l'hépatite virale C sont des anticorps dirigés contre le virus et son ARN. Tout d'abord, pour confirmer la présence de l'agent pathogène dans l'organisme, il est nécessaire de passer une analyse anti-VHC - anticorps totaux dirigés contre le virus de l'hépatite C. Les études immunologiques révèlent des marqueurs d'agent pathogène, qui sont des anticorps des classes M et G. Ils sont produits en réponse à la présence de facteurs structurels. et des particules de protéines non structurelles de virions. Les IgM et G peuvent être détectés pendant les 14 premiers jours de la maladie et après le rétablissement clinique.

La détection d'immunoglobulines totales peut être un signe d'évolution aiguë et chronique de la maladie. De plus, pour déterminer des termes d'infection plus précis, la forme de la maladie doit faire l'objet d'un don de sang pour chacun des anticorps séparément. Il arrive que des tests immunologiques détectent les immunoglobulines quelques mois seulement après la manifestation du tableau clinique de l’inflammation du foie.

Décrypter le résultat de l'analyse immunologique:

  1. L'absence d'anticorps peut indiquer que l'hépatite C n'est pas détectée chez le patient, que la période d'incubation de la maladie n'est pas encore terminée ou qu'il s'agit d'une variante séronégative de l'agent pathogène.
  2. La détection des IgM est un signe de réplication virale active et du fait que l'hépatite C progresse et est en phase aiguë.
  3. La présence d'IgG est un indicateur de la présence de l'agent pathogène ou d'un contact avec celui-ci dans le passé.

Les immunoglobulines sont présentes dans le sang des convalescents jusqu'à 10 ans, alors que leur concentration diminue progressivement.

Comme les tests immunologiques peuvent donner un résultat faux négatif ou faux positif, des marqueurs supplémentaires de l'hépatite virale C, tels que des IgG spécifiques des antigènes du virus central, NS1 NS2, NS3, NS4, NS5, sont également détectés. Le résultat de l'analyse est considéré comme positif si des anticorps dirigés contre 2 antigènes ou plus de ce groupe sont trouvés.

La réaction en chaîne de la polymérase est utilisée pour déterminer le génotype de l'agent pathogène et sa quantité. Cette étude vous permet d'identifier l'ARN dans les stades précoces de la maladie et même pendant la période d'incubation, lorsque les marqueurs sérologiques ne sont toujours pas détectables. Pour la réplication en utilisant une partie stable du génome viral. De plus, la méthode PCR permet de déterminer le nombre de copies d'ARN viral par unité de volume de sang (copies / ml ou copies / cm3). Cet indicateur est utilisé pour évaluer l'efficacité du traitement antiviral. De plus, la PCR permet de déterminer le sérovariant de l'agent pathogène. L'OMS recommande d'effectuer une réaction PCR à trois reprises pour détecter l'ARN de HVC afin de confirmer le diagnostic.

L'hypersensibilité de la réaction PCR peut entraîner un résultat faussement positif. Par conséquent, pour établir un diagnostic final, une analyse complète des paramètres sanguins, tant sérologiques que biochimiques, est nécessaire. Elle permet de suivre l'évolution de ces indicateurs au fil du temps, ainsi que l'évaluation morphologique de l'organe affecté.