loader
Recommandé

Principal

Sarcome

Qu'est-ce qu'un angiomyolipome dangereux?

L'angiomyolipome est une tumeur bénigne formée à partir de cellules mutées des tissus vasculaire, musculaire et adipeux. Cette pathologie touche principalement les reins et, dans de rares cas, les glandes surrénales et le pancréas. La maladie est 4 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

En fonction du stade de croissance pathologique, la taille du foyer oncologique peut varier de 1 mm à 20 cm. Chez environ 75% des patients cancéreux, il existe une lésion unilatérale. Dans ce cas, le diagnostic est posé: "angiomyolipome du rein gauche" ou "angiomyolipome du rein droit".

Étiologie de la maladie

L'angiomyolipome rénal peut être congénital ou acquis. Les nouvelles croissances qui se produisent immédiatement après la naissance de l'enfant affectent simultanément deux reins. Cette pathologie représente 10% des cas cliniques d'angiomyolipomatose.

Les facteurs de risque suivants jouent un rôle important dans l'apparition de tumeurs bénignes:

  1. Processus inflammatoires et destructeurs chroniques dans les reins.
  2. Cancers associés du système urinaire.
  3. Prédisposition génétique.
  4. Période de gestation L'augmentation du risque d'angiomyolipome chez la femme enceinte est due à une augmentation de la concentration d'œstrogènes et de progestérone dans le sang.

Les symptômes exacts de l'angiomyolipome

Aux premiers stades du processus oncologique, l'angiomyolipome est petit et ne provoque aucune sensation subjective chez le patient. L'évolution asymptomatique de la maladie au cours de cette période complique le diagnostic précoce du cancer. Par exemple, l'angiomyolipome du rein gauche - de quoi s'agit-il? Il est possible de déterminer l’oncologie à ce stade uniquement à l’aide de méthodes de diagnostic du matériel.

Une tumeur bénigne a tendance à augmenter activement en taille. En raison de la croissance intensive des fibres musculaires mutées, les vaisseaux sanguins sont endommagés, ce qui s'accompagne d'un saignement spontané. Les signes de symptômes d'hémorroïdes incluent:

  • syndrome de douleur chronique, localisé dans le bas de l'abdomen;
  • sauts brusques de la pression artérielle;
  • faiblesse générale et étourdissements pouvant entraîner une brève perte de conscience;
  • anémie et, par conséquent, pâleur de la peau;
  • L'hématurie est l'apparition soudaine de cellules sanguines dans l'urine.

L'angiomyolipome est-il dangereux pour la vie du patient?

Lorsqu'une tumeur atteint une taille significative, il existe un risque de rupture du rein. Dans de tels cas, le patient développe des saignements intra-abdominaux étendus pouvant être fatals!

Diagnostic moderne de l'angiomyolipome

Le succès du traitement du cancer dépend d’un diagnostic opportun. Pour déterminer le processus tumoral dans les tissus rénaux, les médecins utilisent les mesures suivantes:

Le balayage du tissu rénal avec des ondes sonores à haute fréquence permet d'identifier le foyer pathologique et de déterminer sa taille.

Imagerie par résonance magnétique et calculée:

Les données d'examen consistent en un traitement numérique des données de rayons X. Cela vous permet de définir la structure et la localisation des tumeurs bénignes.

Tests sanguins généraux et détaillés:

Indiquer l'état du système urinaire.

La méthode de détection des angiomyolipomes est basée sur la détermination de la pathologie du réseau vasculaire rénal.

C'est une mesure diagnostique de base pour la détection des tumeurs des tissus durs et mous.

C'est un moyen d'établir le diagnostic oncologique final en fonction des résultats des analyses histologiques et cytologiques d'une petite portion de tissu pathologique. Pour le diagnostic du patient, on prélève une biopsie (matériel d'analyse) par une méthode chirurgicale ou par ponction.

Traitement aujourd'hui

Sur la base des diagnostics, le spécialiste développe un plan de traitement individuel, qui prend en compte le stade de croissance, la taille et l'emplacement de la tumeur bénigne.

Selon les normes oncologiques modernes, les tumeurs d'un diamètre inférieur à 4 cm sont soumises à une méthode de traitement attentiste. Cette thérapie consiste en une surveillance périodique de l’état du patient. Pendant cette période, un diagnostic annuel par ultrasons et par rayons X est réalisé pour le patient cancéreux.

Le traitement de l'angiomyolipome, dont la taille dépasse 4 cm, comprend la mise en œuvre d'une intervention radicale. En plus du seuil de volume de la tumeur, les indications chirurgicales sont les suivantes:

  1. Tableau clinique prononcé de la maladie avec progression des symptômes malins.
  2. La croissance rapide de la tumeur.
  3. Le développement de l'insuffisance rénale chronique.
  4. Hématurie périodique.

En pratique oncologique, les techniques suivantes sont utilisées pour le traitement chirurgical de l'angiomyolipome:

  1. Résection d'une partie du rein atteinte d'une tumeur bénigne. Une telle opération concerne des interventions chirurgicales ménageant des organes.
  2. Embolisation Cette technologie prévoit l'introduction d'un médicament spécial dans l'artère qui alimente l'angiomyolipome. L’effet de cet outil vise à bloquer la lumière du vaisseau. Cette technique est utilisée comme étape préparatoire avant la chirurgie. Dans de rares cas, l’embolisation peut servir de méthode thérapeutique indépendante.
  3. Énucléation Au cours d'une telle intervention, le chirurgien enlève le néoplasme sans endommager les tissus rénaux adjacents.
  4. La cryoablation est un moyen moderne d'exfolier une tumeur en utilisant des températures extrêmement basses. Cette technique est présentée uniquement avec des tumeurs de petite taille.
  5. Résection complète du rein. Dans certains cas, avec une quantité importante de néoplasme, le chirurgien est obligé de retirer l'organe.

Pronostic et survie pour angiomyolipa

L'angiomyolipome est considéré comme une tumeur bénigne située dans la capsule du tissu conjonctif. À cet égard, le traitement de cette pathologie a une issue favorable. Chez la majorité des patients après la chirurgie, le rétablissement est complet.

Qu'est-ce que l'angiomyolipome du foie?

Angiomyolipome - une tumeur bénigne des reins combinée

La défaite du tissu rénal par des formations ressemblant à des tumeurs est l'une des rares pathologies rencontrées en neurologie pouvant perturber le travail des reins et de l'organisme tout entier. L'angiomyolipome du rein, qui présente une structure complexe, une étiologie diverse et des symptômes prononcés, est considéré comme l'un des rares types communs de tumeurs bénignes du cours bénin. En neurologie, ce type de tumeur peut être trouvé sous le terme "hémarthrome rénal". La maladie peut survenir à tout âge, mais est plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées de 40 à 60 ans, alors que les femmes sont 4 fois plus susceptibles de souffrir de cette pathologie que les hommes.

Entrée

L'angiolipome est un type de tumeur bénigne du groupe des tumeurs mésenchymateuses. Avant d'examiner la pathologie et d'en étudier les causes et les symptômes, il est important de comprendre ce qu'est l'angiomyolipome du rein, quelles en sont les conséquences, s'il est dangereux pour la vie et quelles méthodes de traitement néphrologie nous fournit.

L'angiomyolipome rénal peut affecter les organes gauche et droit. La tumeur affecte les glandes surrénales, se propage à d'autres tissus, affecte le pancréas. Dans la pratique des médecins, il y avait des cas où l'angiomyolipome des reins germait dans la cavité de la veine cave inférieure ou rénale, des ganglions lymphatiques périrénaux (autour du rein lui-même), ce qui complique grandement l'évolution de la maladie et nécessite des méthodes de traitement radicales.

Les formes et leurs caractéristiques

En néphrologie, il existe deux types principaux d'angiomyolipomes rénaux, dont le traitement doit être effectué sous la surveillance d'un médecin et uniquement après les résultats de toutes les méthodes de recherche en laboratoire et par la méthode instrumentale.

  1. Tumeur héréditaire (congénitale) - affecte les deux reins et peut avoir plusieurs foyers. Ce type de tumeur est rare et n’existe que dans le contexte de la sclérose tubéreuse héréditaire.
  2. Tumeur sporadique (acquise) - une forme d'éducation courante, représente 75% des cas. Il se développe principalement dans le contexte d'autres maladies du système urinaire. Selon les statistiques, l'angiomyolipome du rein gauche est plus fréquent.

La deuxième classification de la maladie la divise en formes:

  • une forme typique - une formation des reins semblable à une tumeur est constituée de plusieurs éléments tissulaires;
  • atypique - dans le processus de formation de la tumeur, il n’ya pas d’inclusions graisseuses, ce qui la rend souvent maligne.

L'angiolipome du rein présente le danger que la croissance de la tumeur puisse se produire en même temps que d'autres processus ressemblant à la tumeur ou en conjonction avec des pathologies chroniques des organes du bassin et du système urinaire.

Quel est le danger d'un angiomyolipome?

Si vous ne diagnostiquez pas l'angiomyolipome des reins à temps, la maladie progressera, la taille de la tumeur grossira, ce qui augmentera le risque de développer des complications assez graves et des processus parfois irréversibles dans les tissus rénaux.

En l'absence de traitement médical, une rupture des vaisseaux sanguins et des saignements menaçant le développement d'une péritonite peuvent survenir. Avec des dommages importants aux vaisseaux sanguins augmente le risque de saignement majeur avec une issue fatale. Avec une grosse tumeur, il va comprimer les organes, les tissus et les vaisseaux adjacents, perturbant leur travail. Par exemple, lorsqu'un angiomyolipome du rein droit est diagnostiqué, une pression sur l'appendice ou le foie peut se produire, ce qui augmente le risque d'inflammation et de rupture de l'appendicite ou d'altération de la fonction hépatique.

La mort du tissu hépatique (nécrose) est une menace pour cette maladie. Dans de tels cas, les reins cessent complètement de fonctionner, il y a une accumulation excessive de liquide dans le corps, une intoxication grave, suivie d'un effet métallique. Dans la pratique des médecins, il y avait des situations où un angiomyolipome bénin devenait malin. Compte tenu des graves conséquences de la maladie, il est très important de ne pas retarder la visite chez le médecin, car dès les premiers signes de la maladie, on se précipite chez le médecin.

Les causes

Il n'y a pas de données fiables pouvant provoquer un processus ressemblant à une tumeur, mais il y a plusieurs hypothèses, facteurs.

  1. Maladies aiguës ou chroniques des reins: pyélonéphrite, gloméronéphrite.
  2. Insuffisance rénale.
  3. Période de grossesse dans le contexte d’une production excessive d’hormones.
  4. Prédisposition génétique.
  5. Maladies auto-immunes.
  6. Maladie rénale polykystique.
  7. Tumeurs dans les organes adjacents.
  8. Déséquilibre hormonal.

La gâchette agit souvent pendant la grossesse. Au cours de la gestation, une grande quantité d’hormones œstrogéniques est synthétisée dans le corps de la femme. Un déséquilibre hormonal entraîne la formation d'une tumeur angiomyolipomateuse.

Les symptômes

Les signes cliniques des angiomyolipomes dépendent de la taille de la tumeur, des maladies associées du corps. Avec une légère éducation, qui ne dépasse pas 3 à 4 cm, les symptômes peuvent être absents ou présenter de légères perturbations dans le travail du système urinaire.

  1. L'apparence de lourdeur à gauche ou à droite du dos.
  2. Syndrome douloureux d'intensité différente - peut se propager à d'autres parties du corps, donner au pelvis, à l'aine, au dos.
  3. La douleur peut être tiraillante, sourde, aggravée à n'importe quel tour du corps.
  4. Sang dans l'urine.
  5. Mictions fréquentes.
  6. Gouttes fréquentes de la pression artérielle.
  7. Pâleur de la peau.
  8. Fatigue accrue.

Les symptômes ci-dessus peuvent être le signe d'autres maladies. Il est donc important de savoir comment obtenir de l'aide médicale le plus rapidement possible.

Comment diagnostique-t-on l'angiomyolipome?

Si vous suspectez un angiomyolipome du rein, le médecin examinera le patient, étudiera l’histoire de la maladie et prescrira un certain nombre d’études de laboratoire et d’instruments.

  1. Échographie (échographie) - reconnaît les phoques, évalue le travail des reins et du système urinaire.
  2. IRM ou TDM - révèle le tissu adipeux de la tumeur, les moindres changements et irrégularités dans le travail du système urinaire.
  3. Analyse en laboratoire de l'urine et du sang.
  4. Angiographie par ultrasons - reconnaît les vaisseaux sanguins rénaux.
  5. Diagnostic par rayons X - évalue l'état des uretères, détermine les changements pathologiques dans la structure et la fonction des reins.
  6. Biopsie - vous permet de déterminer la nature de la tumeur, de reconnaître sa malignité.

Les résultats de la recherche permettent au médecin d’obtenir une image complète de la maladie, de déterminer l’emplacement et la taille des tumeurs, de poser le diagnostic correct et de prescrire le traitement nécessaire.

Méthodes de traitement

Le traitement de l'anomyolipome rénal dépend directement de la taille de la tumeur, du nombre de nœuds et de leur localisation. Si des tumeurs de moins de 4 centimètres se développent lentement, le médecin peut vous prescrire un traitement conservateur, en surveillant le patient pendant 1 an. Il est conseillé au patient de consulter périodiquement un médecin, de subir une échographie et de traiter des pathologies associées.

Le programme de traitement est élaboré par le médecin individuellement pour chaque patient. Cela inclut le contrôle constant de la maladie, la prise de certains médicaments qui inhibent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. Le traitement conservateur devrait durer au moins un an.

Contrôle permanent de la maladie, l'utilisation de certains médicaments va réduire la taille de la tumeur, arrêter la croissance. Les partisans de la médecine alternative pour traiter avec des remèdes populaires, mais les médecins interdisent catégoriquement l'auto-traitement et utilisent des prescriptions discutables. Les experts estiment qu'en utilisant des méthodes de traitement non conventionnelles, une personne malade perd un temps précieux.

Quand une tumeur atteint 5 cm ou plus, la seule méthode de traitement peut être la chirurgie pour enlever la masse.

  1. Embolisation supersélective - une substance spéciale est utilisée qui permet de bloquer la nourriture des vaisseaux responsables de la croissance de l'éducation. L'effet après traitement est d'environ 90%.
  2. Énucléation - permet d’enlever une tumeur sans blesser les tissus environnants.
  3. La cryoablation est une opération laparoscopique qui permet de détruire une tumeur et ses cellules.

Avec une tumeur volumineuse, des ganglions multiples ou une évolution maligne, la néphrectomie, qui consiste à retirer complètement un rein malade et les tissus adjacents, peut constituer le seul moyen opératoire.

Toute intervention chirurgicale comporte des risques postopératoires. Par conséquent, après un traitement chirurgical, vous devez subir des examens périodiques, consulter un médecin, prendre des médicaments ou subir une hémodialyse.

Est-il possible d'empêcher l'apparition d'une tumeur?

La prévention des angiomyolipomes consiste en des consultations médicales et génétiques régulières, en un traitement opportun de toutes les maladies associées, ainsi qu’en un traitement immédiat chez le médecin lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent.

L'angiomyolipome est une maladie grave et évolutive. En l'absence de traitement approprié, cela peut avoir des conséquences graves, notamment une invalidité et la mort. Les personnes souffrant de pathologies du système urinaire doivent savoir de quoi il s'agit - l'angiomyolipome des reins et comment cette maladie peut nuire à la santé.

Angiomyolipome: causes, localisation, symptômes, diagnostic, traitement

Les angiomyolipumas font partie des rares tumeurs bénignes. Sa part dans l'incidence totale du cancer ne dépasse pas 0,2%. Le plus souvent, la pathologie se rencontre chez la femme, ce qui est associé à la dépendance hormonale des cellules tumorales, et l'organe le plus touché est les reins.

L'angiomyolipome provient des tissus mésenchymateux - muscles, vaisseaux sanguins et gras, ce qui en fait une structure complexe et multicomposante. L'angiomyolipome du rein représente jusqu'à 3% des tumeurs d'organes. Peut-être la formation d'angiomyolipomes dans d'autres organes: foie, pancréas, utérus et trompes de Fallope, gros intestin, région rétropéritonéale, cerveau, etc. En principe, un angiomyolipome peut apparaître dans n'importe quel organe du corps humain, car son substrat (vaisseaux, cellules musculaires lisses) se trouve dans presque tous les tissus. Les angiomyolipomes extrarénaux sont si rares qu’environ quatre douzaines de cas de ce type sont décrits dans la littérature.

L'angiomyolipome peut être associé à une pathologie génétique - la soi-disant sclérose tubéreuse, qui se manifeste par la défaite du système nerveux, de la peau et la formation de tumeurs bénignes dans différents organes. Un tel angiomyolipome est retrouvé dans la cinquième partie des cas, jusqu'à 80% des tumeurs survenant de manière épisodique par un angiomyolip.

Les angiomyolipomes non liés à l'hérédité sont généralement isolés et se rencontrent chez les personnes jeunes et matures - environ 40 à 50 ans. Parmi les patientes, les femmes prédominent quatre fois plus que les hommes, ce qui est associé à la dépendance hormonale de la tumeur à la progestérone produite par les ovaires.

L'angiomyolipome du rein droit représente jusqu'à 80% des cas de toutes les tumeurs d'une telle structure. On ignore encore pourquoi cela se produit, car le rein gauche peut également porter un néoplasme d'origine mésenchymateuse et les symptômes ne différeront pas de la localisation du côté droit.

Les questions concernant l'origine de l'angiomyolipum n'ont pas encore été résolues. On pense que leur source provient des cellules de l'épithéliode situées autour des vaisseaux, qui conservent la capacité de se reproduire activement. Il est possible que tous les composants de la tumeur proviennent de cellules du même type, comme en témoignent les études immunohistochimiques et génétiques moléculaires de ces dernières années.

Il est supposé que l'effet sur la croissance de la tumeur a un statut hormonal. Ceci est confirmé par la fréquence élevée de la tumeur chez la femme, son développement après la puberté et la découverte de récepteurs de progestérone hormone féminine sur les membranes des cellules tumorales.

Les manifestations de la tumeur varient selon que celle-ci est associée à une sclérose tubéreuse génétiquement déterminée ou qu'elle est d'origine indépendante. Dans ce dernier cas, il existe un flux caché et une détection aléatoire de pathologie avec ultrasons ou scanner.

Causes et structure des angiomyolipomes

Les angiomyolipomes, dont les causes sont encore inconnues, se développent souvent en présence d'une pathologie rénale concomitante et de modifications des taux hormonaux. Lorsqu'elle est isolée, non associée à des troubles génétiques, la forme assume le rôle de conditions défavorables externes:

  • Maladies chroniques du parenchyme rénal;
  • Propension à former d'autres néoplasmes mésenchymateux;
  • Malformations rénales;
  • Déséquilibre hormonal.

On remarque que pendant la grossesse, l'angiomyolipome déjà existant commence à se développer rapidement et activement. Cela est compréhensible, car le niveau de progestérone augmente considérablement lorsqu’on porte un fœtus.

Les angiomyolipomes héréditaires sont causés par des mutations des gènes TSC1 et TSC2 situés dans les chromosomes responsables de la croissance et de la reproduction cellulaires.

L'aspect d'un angiomyolipome est déterminé par le composant tissulaire le plus important. Il peut ressembler au carcinome à cellules rénales en raison de lésions jaunâtres constituées de lipocytes, ainsi que d'hémorragies survenant dans le parenchyme tumoral. L'incision de l'angiomyolipome est de couleur rose jaunâtre, avec une frontière claire avec le parenchyme du rein, mais ne possède pas sa propre capsule contrairement à beaucoup d'autres néoplasies bénignes.

L'angiomyolipome est formé à la fois dans le cortex et dans la médulla du rein. Dans un tiers des cas, il est multiple mais limité à un rein, bien que la localisation bilatérale du néoplasme soit également retrouvée. Chez 25% des patients, il est possible de remarquer la germination d'une capsule rénale par une tumeur, qui n'est pas tout à fait caractéristique d'un processus bénin.

Parfois, un angiomyolipome non seulement fait germer une capsule, mais peut également envahir les tissus entourant l'organe, les vaisseaux veineux, à la fois dans le rein et au-delà. La croissance multiple et l'introduction dans les vaisseaux peuvent être considérées comme des signes d'une maladie maligne.

Les angiomyolipomes malins peuvent métastaser aux ganglions lymphatiques voisins, les métastases à distance du parenchyme pulmonaire et hépatique sont extrêmement rares.

Les angiomyolipomes atteignent souvent une taille importante et ont le caractère d'un processus invasif. La couleur peut être grise, brune ou blanche. Dans le tissu du néoplasme, il existe des zones d'hémorragie et de nécrose.

image histologique de l'angiomyolipome

Au microscope, la tumeur est représentée par trois groupes principaux de cellules d'origine du tissu conjonctif: le muscle lisse (myocytes), les cellules adipeuses (lipocytes) et le système vasculaire endothélial, qui peuvent avoir une proportion égale ou prévaloir sur l'autre groupe.

Les cellules épithélioïdes ressemblant à l'épithélium sont regroupées principalement autour des vaisseaux. Les éléments tumoraux se multiplient activement, formant des couches et des amas autour du composant vasculaire. La présence de foyers de nécrose, l'introduction d'une tumeur dans l'espace perrénal, la division active de ses cellules déterminent la malignité et le mauvais pronostic de la maladie.

Un angiomyolipome typique comprend tous les groupes de cellules énumérés. Parfois, les lipocytes ne sont pas détectés, ils parlent alors de la forme atypique de la tumeur, qui peut être confondue avec une tumeur mésenchymateuse maligne. La bénignité des angiomyolipomes atypiques est confirmée par biopsie par aspiration.

Manifestations d'angiomyolipome

La symptomatologie de la maladie dépend du fait que la tumeur soit associée ou non à des mutations génétiques, tandis que l'angiomyolipome du rein gauche apparaît de la même manière que la tumeur du côté droit.

Avec une forme sporadique isolée de la maladie, les principales caractéristiques seront:

  1. Douleur dans le côté de l'abdomen;
  2. Formation de tumeur palpable dans la cavité abdominale;
  3. La présence de sang dans les urines.

L'angiolipome peut être asymptomatique pendant longtemps et lorsqu'il atteint une grande taille (plus de 4 cm), il dégonfle les reins et s'accompagne de modifications secondaires de son propre parenchyme. Les patients commencent alors à se plaindre de:

  • Douleur abdominale et perte de poids;
  • Hypertension artérielle;
  • Faiblesse et fatigue.

Souvent, les symptômes augmentent graduellement à mesure que la taille de la tumeur augmente. Dans le contexte d'une légère perte de poids, de douleurs sourdes dans l'abdomen, le bas du dos, le côté commence à être perturbé, la patiente remarque l'instabilité de la pression, qui "devient" de plus en plus forte. Ces symptômes peuvent être attribués à d'autres maladies pendant longtemps - hypertension, ostéochondrose, etc., mais l'apparition de sang dans les urines est toujours alarmante et les patients présentant ce symptôme peuvent consulter leur médecin.

Plus l'angiomyolipome est important, plus les symptômes s'aggravent et plus le risque de complications augmente. Lorsqu'une tumeur devient significative - jusqu'à 4 centimètres ou plus, des hémorragies se produisent à la fois dans la cellule elle-même et dans la fibre rénale environnante. En cas de croissance maligne invasive, on observe une compression des organes adjacents, des ruptures tumorales avec saignement important et une nécrose du parenchyme sont possibles.

L'angiomyolipome de grande taille, même s'il présente une structure absolument bénigne, est dangereux au risque de complications potentiellement mortelles. La rupture possible d'angiomyolipomes et les saignements sont accompagnés d'une clinique de «l'abdomen aigu» - douleur intense, anxiété, nausée et vomissements, ainsi que d'une image de choc hémorragique en cas de perte de sang importante.

En cas de choc, la pression artérielle commence à diminuer progressivement, le patient devient lent, s'évanouit, les reins cessent de filtrer l'urine, la fonction du cœur, du foie et du cerveau est perturbée. La rupture de la tumeur est lourde de péritonite et nécessite un traitement chirurgical d'urgence.

Diagnostic et traitement des angiomyolipomes

  1. Échographie;
  2. CT, MSCT;
  3. Angiographie des vaisseaux rénaux;
  4. IRM
  5. Percez ou aspirez la biopsie.

L'échographie semble être l'un des moyens les plus simples et les plus abordables de suspecter la présence d'un angiomyolipome. Son rôle est important dans le dépistage des pathologies asymptomatiques.

Le MCCT est effectué avec des contrastes, il permet de prendre des photos du rein avec une tumeur dans différentes projections et est considéré comme l’un des moyens les plus précis de diagnostiquer un angiomyolipome.

L'IRM, contrairement au MSCT, ne s'accompagne pas d'une exposition aux rayons X, mais est également très informative. L'inconvénient de la méthode peut être considéré comme son coût élevé et sa disponibilité non dans toutes les cliniques.

L'angiographie et la biopsie de ponction sont effectuées avant l'opération prévue. L’étude des vaisseaux permet de déterminer l’échelle de l’invasion par la tumeur des tissus environnants et la biopsie par ponction - structure microscopique de la tumeur et son potentiel malin.

Traitement

Le traitement de l'angiomyolipome dépend de la taille de la tumeur et de ses symptômes. S'il n'atteint pas 4 cm, s'il est détecté par hasard et ne préoccupe pas le patient, une observation dynamique est alors possible avec une surveillance annuelle par ultrasons ou par tomodensitomètre.

Certaines cliniques proposent un traitement ciblé contre l'angiomyolipome, qui aide à réduire le tissu tumoral et le risque de complications. Pour les tumeurs de grande taille, les médicaments ciblés facilitent la suite de la chirurgie et peuvent réduire le néoplasme à une taille telle que, au lieu de l'opération, il est possible d'effectuer une ablation par radiofréquence, une cryodestruction ou une résection par laparoscopie au lieu d'une opération traumatique du rein ouvert.

Le traitement ciblé des angiomyolipomes est généralement au stade des essais cliniques, une toxicité des médicaments est notée, ce qui limite la généralisation de cette méthode de traitement.

embolisation tumorale

Des tentatives assez réussies ont été faites pour embolir sélectivement les vaisseaux tumoraux, ce qui non seulement maintient le fonctionnement du parenchyme rénal, mais permet également d'éviter la chirurgie et les saignements de la tumeur.

Au cours de l'embolisation, un cathéter est introduit dans le système vasculaire de la tumeur, lui fournissant de l'alcool éthylique ou une substance inerte, provoquant une adhérence ou une obstruction du vaisseau. La procédure est accompagnée de douleur, nécessite donc la nomination d'analgésiques. Une telle opération est considérée comme difficile et n’est donc pratiquée que dans des cliniques spécialisées par des angiosurgeons expérimentés.

Le syndrome de post-embolisation est associé à la destruction du tissu tumoral et à la libération de produits de dégradation dans la circulation systémique. Il se manifeste par de la fièvre, des nausées et des vomissements et des douleurs abdominales pouvant durer jusqu'à une semaine.

Pour les grosses tumeurs, un traitement chirurgical avec l'ablation d'une partie ou de la totalité du rein avec résection tumorale ou néphrectomie totale est indiqué. Les résultats sont meilleurs lorsque vous utilisez des systèmes chirurgicaux robotiques qui vous permettent de sauver le rein autant que possible et d'éliminer la tumeur de manière mini-invasive.

La néphrectomie est une mesure extrême. Une opération supprime tout le rein avec un accès libre à l'espace rétropéritonéal. Après la chirurgie, l’hypertension secondaire est fréquente et nécessite une correction médicale. Avec une augmentation de l'insuffisance rénale après la chirurgie ou dans le contexte d'hémodialyse multiple d'angiomyolip est réalisée.

Si un patient présente une tumeur déchirée ou un saignement, une intervention chirurgicale d'urgence avec ligature de vaisseau, élimination du tissu tumoral, élimination des effets de la péritonite est nécessaire. Dans ce cas, il est également nécessaire de traiter la maladie au moyen d'une perfusion, d'une détoxification et d'agents antibactériens.

Le pronostic de l'angiomyolipome est souvent favorable. Si la tumeur a été détectée à temps, si elle n’a pas atteint une taille gigantesque et n’a pas causé de complications, des techniques peu invasives peuvent sauver le patient de la pathologie. En cas de dommages importants au tissu rénal, d'augmentation de la défaillance d'organes, d'invasion de néoplasie dans les tissus environnants et de métastases, le pronostic est grave.

Angiomyolipoma: médicaments ciblés vs compétences chirurgicales

Maria Igorevna Volkova
Ph.D., scientifique senior Département d'urologie FGBU "CRRC. N.N. Blokhina "RAMS, secrétaire académique

Il y a quelques mois, la FDA a approuvé un médicament applicable au traitement de l'angiomyolip (AML) associé à des mutations génétiques héréditaires. Qui aura besoin de pilules approuvées par la FDA et pourront-elles remplacer les mains du chirurgien?

- Qu'est-ce que la LMA et à quelle fréquence les urologues les rencontrent?

- La LMA est une tumeur bénigne rare provenant du tissu mésenchymateux. La LAM peut survenir dans presque tous les organes - du foie, de l’utérus, du cerveau et du vagin. Le pénis, le cordon spermatique ou la cavité nasale ne sont pas des exceptions. Mais le plus souvent, cette tumeur se trouve dans les reins. Si nous parlons de données épidémiologiques, environ 95% des néoplasmes rénaux bénins des reins sont exactement des LMA.

Environ 80% des reins de la LAM sont sporadiques et les 20% restants sont associés à une maladie héréditaire, la sclérose tubéreuse. AML de rein isolé (sporadique) est plus souvent solitaire, et selon nos recherches, menée sur la base des RONT eux. N.N. Blokhin, chez les femmes, les formes sporadiques de LAM se retrouvent 10 fois plus souvent que chez les hommes.

- Existe-t-il des différences fondamentales entre la LAM rénale sporadique et associée au TCA?

- En règle générale, les LAM sporadiques sont simples, de petite taille et affectent un rein. Chez les patients atteints de LMA ASL bilatérale et plus grande, y compris atteindre des tailles gigantesques - 30-40 cm de diamètre. Du point de vue du fond génétique, les causes de la LMA chez TC sont plus ou moins claires. Ainsi, il est connu que la TS est une maladie génétique autosomique dominante avec un large éventail de manifestations cliniques (dans la TS, tous les organes peuvent être affectés, à l'exception des muscles squelettiques, des nerfs périphériques et de la moelle épinière). Deux gènes jouent un rôle clé: TSC1 et TSC2. Les mutations génétiques sont associées à la dérégulation de mTOR (un complexe protéique qui participe à plusieurs chaînes de transmission du signal intracellulaire, y compris celles impliquées dans les processus de croissance tumorale et d'angiogenèse).

Les mutations spécifiques des LAM sporadiques ne sont pas décrites: la présence d'une mutation est indiquée si elle est trouvée dans plus de 50% des échantillons de tissus. Cependant, selon certains chercheurs, une mutation du gène TSC2 est détectée dans 10% des cas de LMA non associés à la CT, et aucune altération de TSC1 n'est détectée. Malgré de nombreuses tentatives, il n'a pas encore été possible d'identifier d'autres mutations caractéristiques de la forme sporadique de la LMA.

- Autrement dit, pour le moment, il ne fait aucun doute que la LMA est associée à des mutations, non?

- Oui, et par conséquent, la nature de la tumeur AML ne fait aucun doute. Bien que de nombreux chercheurs considèrent la LMA comme un hamartome, c’est-à-dire une formation ressemblant à une tumeur, résultant du développement embryonnaire altéré de divers organes et tissus et consistant en les mêmes éléments cellulaires que l’organe ou le tissu d’origine, mais avec une direction de différenciation légèrement différente. Contrairement à la véritable tumeur, les hamartomes sont polyclonaux et ne présentent aucune altération génétique.

- Quelle est la différence entre la LMA et les autres tumeurs, quelles sont les caractéristiques histologiques de la LAM?

- La LMA, en règle générale, ne se manifeste pas tant qu’elle n’atteint pas une taille suffisante. Les tumeurs de plus de 4 cm sont sujettes à des ruptures spontanées accompagnées d'un saignement rétropéritonéal. C’est cette caractéristique qui distingue la LMA d’autres néoplasmes malins et bénins des reins.

Histologiquement, la LMA est représentée par des fibres musculaires lisses, des vaisseaux sanguins à parois épaisses et un tissu adipeux mature dans diverses proportions. Dans la plupart des cas, le tissu adipeux prédomine dans la LAM, ce qui permet de diagnostiquer une tumeur presque sans erreur sans vérification morphologique. Par conséquent, le principal rôle dans le diagnostic de la LAM est joué par une combinaison d'échographie, qui révèle les formations hyperéchogènes, et de tomodensitométrie (CT), qui détermine les indicateurs densitométriques de la tumeur, correspondant au tissu adipeux.

- Autrement dit, il n'est pas nécessaire de pratiquer une biopsie, n'est-ce pas?

- La déclaration est vraie dans la plupart des cas. Mais dans certaines situations, une biopsie est indispensable. Selon les données obtenues dans notre service sur la base de l'analyse des cas de LAM, dans 15% des cas, il était impossible d'établir le diagnostic de LAM rénale avant l'opération.

Les difficultés de diagnostic sont généralement associées à une petite taille de tumeur, à une faible teneur en tissu adipeux, à des hémorragies, à une croissance agressive atypique de la LMA, à de multiples lésions tumorales des reins ou à une variante histologique rare (LMA de type épithélioïde).

Par exemple, avec la prédominance d'éléments musculaires dans une tumeur lors d'un examen standard, les inclusions graisseuses peuvent ne pas être détectées. Dans ce cas, la LMA est une formation de tissu mou iso-échogène. Une différenciation avec le carcinome à cellules rénales s'impose, car il est impossible de distinguer cliniquement la LMA et le cancer du rein dans un tel cas.

Les difficultés de diagnostic peuvent également provoquer une hémorragie dans la tumeur ou un saignement rétropéritonéal à la rupture de la LMA, le sang masquant alors le tissu adipeux. La LAM est dans ce cas une formation homogène avec un contour flou et irrégulier avec des inclusions fluides, visualisée par ultrasons; L'image CT de la LMA à la rupture et au saignement est diverse et non spécifique.

La présence de tissu adipeux est en général un signe pathognomonique de la LMA. Toutefois, il convient de garder à l'esprit que le composant gras peut être présent dans d'autres tumeurs du rein: tumeurs de Wilms, tératome, liposarcome. De plus, des cas de carcinome à cellules rénales contenant des inclusions grasses dans les tumeurs sont décrits.

- Quel type de cellules joue le rôle le plus important dans la pathogenèse de la maladie, les LAM peuvent-elles métastaser?

- Dans la LMA, les 3 germes se multiplient, il n'y a pas de concept de tumeur «mature» et «immature». Pour les LAM, les métastases ou la croissance localement perturbatrice ne sont pas caractéristiques. Cependant, il est décrit des cas rares de métastases de LAM au niveau de ganglions lymphatiques régionaux ou de tumeurs se propageant dans la lumière de la veine rénale.

L'un des cas uniques que nous avons observés au CRRC. N.N. Blokhina - dans notre service, un patient accidentellement identifié à une LAM se propageait dans la veine rénale et la veine cave inférieure. Le thrombus tumoral par son extrémité supérieure a atteint l'oreillette droite et y est entré de 3 cm, mais je le répète, ces cas sont rares.

- Quelle est la stratégie de traitement pour les patients atteints de LAM?

- En principe, compte tenu de la possibilité de traiter toute maladie, nous devons évaluer le rapport bénéfice / risque. Étant donné la nature bénigne de la tumeur, elle ne pouvait formellement pas toucher.

Cependant, en cas de croissance localement invasive avec thrombose rénale et de veine cave inférieure, un traitement chirurgical est indiqué en raison du risque de complications thromboemboliques, ainsi que de la nature maligne possible du thrombus avec LMA associée à un carcinome à cellules rénales. Bien que l'on pense que le traitement chirurgical devrait être évité en cas de LMA rénale avec thrombose rénale et de veine cave inférieure, nous pensons qu'un thrombus tumoral dans la veine cave inférieure est une indication absolue de la chirurgie. Le fait est que, dans une telle situation, il existe un risque d'embolie pulmonaire.

Comme la LMA a une structure plutôt fragile, la tumeur a tendance à se rompre pour les grandes tailles. Il peut se rompre en raison d'un impact physique minimal ou d'une blessure mineure - les saignements peuvent mettre la vie en danger. Par conséquent, des tumeurs d'une taille inférieure à 4 cm sont observées et d'autres sont déjà opérées. Compte tenu de la qualité de la tumeur, quelle que soit sa taille, nous essayons de réaliser des opérations de préservation des organes: même si la taille de la tumeur atteint par exemple 20 cm, il est intéressant de noter que techniquement, la résection du rein dans la LMA est une opération assez compliquée, car la LAM peut se décomposer pendant l'intervention.

- Le risque de rechute après traitement radical de la LMA est-il élevé?

- Les tumeurs bénignes, y compris les LAM, ne se reproduisent pas. Par conséquent, notre tâche principale est de sauver une personne du risque de saignement.

Par ailleurs, il existe des preuves de la monoclonalité des LMA; les cas de croissance localement invasive, d’invasion vasculaire et de lésions ganglionnaires indiquent indirectement une nature néoplasique. Ces faits peuvent indiquer la malignité potentielle de ce type de tumeur.

- Dans quels cas l'angioembolisation est-elle utilisée, dans quelle mesure l'utilisation de cette méthode est-elle justifiée?

En général, un patient atteint de LAM peut se débarrasser une fois de la tumeur, alors je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'appliquer une angioembolisation s'il est possible d'effectuer un traitement radical. L'angioembolisation est justifiée dans les tumeurs inopérables - afin de limiter le flux de nutriments dans la tumeur. Cependant, il convient de rappeler que l’embolisation ne tue pas la tumeur, mais limite la nutrition. De plus, chaque organisme dispose de mécanismes d’adaptation à l’un ou l’autre des états mettant la vie en danger. Dans le cas des maladies oncologiques, les mécanismes d'adaptation ne profitent pas à l'ensemble de l'organisme: l'ischémie se développe pendant l'angioembolisation et les mécanismes compensatoires agissent dans l'organisme - l'angiogenèse locale est activée, de nouveaux capillaires apparaissent dans la zone d'ischémie, fournissant à la tumeur des substances essentielles.

L'angioembolisation dans certaines cliniques est réalisée pendant la période préopératoire - afin de prévenir les saignements abondants lors de l'ablation chirurgicale de la tumeur. Il n'est pas nécessaire de traiter la LMA avec la méthode d'angioembolisation, car l'angioembolisation entraîne une crise cardiaque et, par conséquent, un syndrome de la douleur, une inflammation aseptique, etc.

- Existe-t-il des informations sur le traitement médicamenteux de la LMA?

- À ce jour, les données sur le traitement médicamenteux ne concernent que les patients pour lesquels la LMA est associée à une maladie héréditaire - TS. Récemment, la FDA (États-Unis) a autorisé l'utilisation dans la LMA associée à la CT, le médicament cible Afinitor est un inhibiteur de mTOR (cible mammalienne de la rapamycine). Au début de mai, le médicament est enregistré en Russie.

Le fait est que 70 à 80% des patients atteints de TS sont atteints de LMA rénale. En règle générale, les tumeurs du rein chez cette catégorie de patients sont multiples, bilatérales, peuvent atteindre des tailles importantes, ce qui ne permet souvent pas de compter sur le succès des opérations de préservation d'organes.

Des mutations des gènes TSC1 et TSC2 sont associées à la dérégulation de mTOR (un complexe protéique impliqué dans un certain nombre de chaînes de transmission du signal intracellulaire, y compris celles impliquées dans les processus de croissance tumorale et d'angiogenèse). À cet égard, mTOR est une cible potentielle d'exposition aux médicaments dans la LMA associée à la TS. Dans une étude à double insu et contrôlée par placebo portant sur 118 patients, les patients (âgés de 3 à 34 ans) ont été randomisés selon un ratio de 2: 1 pour le traitement par Afinitor ou pour recevoir un placebo (jusqu'à 48 mois). En cas de croissance tumorale, le transfert des patients du groupe placebo au traitement par Afinitor était autorisé. Tous les patients avaient des tumeurs bilatérales et dans 40% des cas, ils avaient déjà été traités pour saignements. Chez 42% des patients du groupe Afinitor, une diminution de la taille de la tumeur a été enregistrée, laquelle a persisté pendant au moins 5 mois après la fin du traitement. Dans le groupe placebo, la tumeur n'a diminué en aucune observation.

- Quelles sont les perspectives de développement de traitements pour les patients atteints de LAM?

- Il existe un avis selon lequel le rôle du chirurgien en oncologie sera réduit à la nécessité de pratiquer une biopsie, le reste étant assuré par des médicaments ciblés. Je pense qu'une telle évaluation du rôle des médicaments anticancéreux est grandement exagérée. Au moins à notre époque, le rôle principal dans le traitement de la LAM sporadique sera joué par les compétences chirurgicales, l’amélioration de la technique de réalisation de l’opération, l’amélioration et la diffusion de méthodes de résection moins invasives, etc.

Le manque de données indiquant des mutations des gènes de TC dans les tumeurs sporadiques ne permet pas encore de s'appuyer sur l'effet d'un traitement ciblé visant à bloquer la transmission du signal dépendant de la TSC chez ces patients. Je pense que d’autres études génétiques permettront de clarifier ou d’identifier d’autres cibles moléculaires prometteuses pour le traitement médicamenteux de la LAM sporadique.

Alla Solodova a enregistré la conversation
correspondant spécial de journal
Urology Today, correspondant
du magazine «Détails du monde»

Comment traite-t-on une tumeur du foie?

Une tumeur du foie est une tumeur bénigne ou maligne pouvant survenir dans les voies biliaires ou dans les vaisseaux sanguins d'un organe. L'adénome hépatique est une tumeur qui appartient au premier groupe de la maladie. Selon la classification moderne, les médecins désignent les tumeurs bénignes du foie. L'hépatome peut être considéré comme un type malin de la maladie.

Classification générale des tumeurs du foie

Ce type de maladie peut être divisé en deux grands groupes selon les critères et caractéristiques suivants:

  1. Formes bénignes de tumeurs du foie: adénomes des voies biliaires, hépatoadénomes, cystodénomes biliaires, papillomatose, hémangiome, ainsi que de troubles tels que l'hamartome du foie. Ces néoplasmes sont généralement constitués de composants d'organes conjonctifs et épithéliaux. Le type mésodermique comprend les lymphangiomes et les hémangiomes. Rarement, les lipomes, les fibromes et les hamartomes peuvent se manifester. Les formes non parasitaires du kyste peuvent être associées à des types de lésions telles que des tumeurs du foie.
  2. Les lésions malignes comprennent les carcinomes hépatocellulaires, les cholangiocarcinomes, les angiosarcomes et les hépatoblastomes. Ils peuvent apparaître avec des facteurs de risque tels que la cirrhose du foie, la cystosomiase, l'opisthorchiase, la syphilis, l'exposition à des agents cancérigènes d'origine chimique, l'intoxication alimentaire, l'hémochromatose. Les néoplasmes sont primaires et secondaires. Dans le premier cas, les hommes âgés de plus de cinquante ans peuvent être classés comme présentant un risque, dans le second cas, les tumeurs malignes apparaissent beaucoup plus fréquemment, car les cellules cancéreuses peuvent pénétrer dans le foie avec le flux sanguin.

Les causes de l'apparition d'une tumeur peuvent être complètement différentes. Cela se produit généralement lorsque le corps devient froid ou si des agents pathogènes des hépatites B et C y pénètrent.

Les adénomes peuvent se développer chez les femmes avec de grandes quantités de contraception orale. Certains types de tumeurs bénignes renaissent en cancer de nature hépatocellulaire. Les angiomes - la formation de tumeurs vasculaires sur le foie, sont les plus courants. Ils proviennent du réseau veineux de l'organe et se présentent sous la forme de tubes. Parmi ces types de maladies, on distingue les cavernomes et les hémangiomes. De nombreux médecins pensent que ces maladies sont congénitales.

L'hyperplasie nodulaire est due à des troubles locaux dans différentes parties du corps. On trouve souvent des signes de cirrhose et cela peut se transformer en une tumeur maligne. Un kyste apparaît sur le foie en raison de divers processus inflammatoires, de blessures ou d’origine congénitale.

Pour la formation d'une tumeur maligne, la principale cause de l'événement peut être une personne infectée par l'hépatite. Dans le même temps, la probabilité de développer un cancer augmente fortement (deux cents fois). La cirrhose, l'invasion de parasites et l'hémochromatose sont un autre facteur de l'apparition de tumeurs malignes.

Souvent sur la table, le chirurgien souffrant de maladies du foie reçoit des alcooliques. La syphilis peut entraîner le développement de tumeurs indésirables dans le corps. Les intoxications chimiques, telles que le tétrachlorure de carbone ou les aliments, entraînent également les mêmes conséquences.

Symptômes de lésions bénignes et malignes

Dans les néoplasmes du premier type, la maladie peut être asymptomatique, car ils se développent plutôt lentement et n'affectent généralement pas le bien-être de la personne. Les hémangiomes peuvent atteindre une taille considérable, ce qui entraîne des douleurs, des nausées, une lourdeur de l'épigastre et provoque des éructations dues à l'air. La rupture des tumeurs et l'apparition de saignements dans la région péritonéale sont particulièrement dangereuses. Peut-être l'apparition d'une hémobilie ou la torsion des jambes à la tumeur elle-même.

L'adénome du foie à la réalisation de grandes dimensions provoque des douleurs abdominales. Il peut être détecté par palpation dans la zone située sous les côtes droites. Avec des complications, une rupture d'adénome se produit. Ensuite, l'hémopéritoine commence à se développer.

L'adénome hépatocellulaire survient principalement chez les femmes. La maladie ne se manifeste généralement pas. Si elle s'ouvre, des saignements se produisent et ces phénomènes peuvent se produire:

  1. Une personne s'assombrit dans les yeux.
  2. Le vertige commence.
  3. Il y a une douleur aiguë dans l'abdomen.
  4. La peau devient pâle et la soif apparaît.
  5. Le patient peut s'évanouir et transpirer froid.
  6. De l’adynamie ou une excitation motrice peuvent se produire.
  7. La pression artérielle baisse.
  8. La tachycardie est possible.

Lorsque les symptômes d'hyperplasie nodulaire sont extrêmement pauvres. À la palpation, une hépatomégalie est détectée, mais des ruptures de ce type de néoplasme se produisent très rarement. Le kyste de grande taille se manifeste par la pression et la lourdeur sous les côtes. Avec des complications, ils ont tendance à se casser. Il y a des signes de jaunisse, peut-être une hémorragie dans la cavité du néoplasme. Il y a suppuration.

Peut-être que le développement de l'angiomyolipome sur le foie est une tumeur bénigne, constituée de cellules épithéliales, de tissu adipeux et musculaire et de vaisseaux sanguins. Il se transforme rarement en forme maligne. Ce type de maladie survient généralement chez les femmes de plus de 65 ans. Le plus souvent trouvé dans l'examen du patient à l'aide d'une échographie.

Les tumeurs malignes immédiatement après l’apparition peuvent provoquer une faiblesse générale, divers maux, des nausées et des vomissements, une perte d’appétit, des douleurs sous les côtes du côté droit et provoquer la perte de poids du patient. Manifestation possible de subfebrile. Avec la croissance en taille, la tumeur devient très inégale et dense. À un stade avancé de développement, il peut causer une ascite, une insuffisance hépatique, une anémie, une jaunisse ou une intoxication. Une tumeur peut conduire au développement du syndrome de Cushing. Il peut y avoir un gonflement des jambes lorsque la tumeur en développement de la veine inférieure est comprimée. Lorsque l'érosion des vaisseaux sanguins peut saigner dans la cavité abdominale. L'adénocarcinome peut causer des métastases qui affectent tout le corps du patient. Les cellules cancéreuses peuvent se développer dans la prostate, le pancréas ou le foie.

Diagnostic des formations tumorales

Pour examiner les patients et établir un diagnostic, les médecins utilisent les méthodes suivantes:

  1. Orgue à ultrasons.
  2. Hépatoscintigraphie et hépatangiographie.
  3. Tomographie par ordinateur.
  4. Laparoscopie avec biopsie du foie.
  5. Recherche de biopsie.
  6. Dans l'adénome, des données peuvent être prises pour la biopsie à travers la peau du patient.
  7. Dans une tumeur maligne, des échantillons sont prélevés sur le foie et forment un coagulogramme.
  8. L'imagerie par résonance magnétique est utilisée.

Si nécessaire, il est possible d'utiliser des méthodes radiographiques, mammographie, coloscopie et EDHDS pour examiner un patient. Vous devrez peut-être passer une échographie des glandes mammaires.

Traitement et pronostic des tumeurs du foie

Les tumeurs bénignes peuvent se transformer en une phase maligne. Ainsi, lorsqu'elles sont guéries, l'intervention chirurgicale est considérée comme la méthode principale. Cela se fait par résection de l'organe. Les parties du foie touchées sont retirées des tissus sains. Le volume de l'opération dépend de l'emplacement et de la taille de la tumeur principale et peut consister en une résection marginale, une segmentectomie, une hémihépatoectomie ou une lobectomie.

Si un kyste est trouvé dans l'organe, alors son excision est réalisée, un drainage ouvert ou endoscopique, une marsupnalisation, ou un patient est implanté avec une cystoduodénoastomose.

Le traitement d'une tumeur maligne est réalisé par son élimination radicale du corps du patient. Le lobe du foie est généralement réséqué. Si un cholangiocarcinome s'est développé, les médecins retirent le canal et imposent des fistules.

Si des ganglions uniques se trouvent sur le foie au cours de l'examen, il est alors possible de l'éliminer par chimiothérapie, cryo-étiquetage ou à l'aide d'un équipement à radiofréquence.

Une tumeur bénigne avec un pronostic a généralement une issue favorable. Les formes malignes peuvent se développer rapidement et sans traitement en temps voulu entraîner la mort du patient dans les 24 mois.

Si l'opération est pratiquée à temps, l'espérance de vie de ces personnes est généralement de deux à trois ans et le taux de survie à cinq ans ou plus de ces patients ne dépasse pas vingt pour cent.

Stranacom.Ru

Un blog sur la santé rénale

  • Accueil
  • Échographie rénale d'angiomyolipome

Échographie rénale d'angiomyolipome

Angiomyolipome rénal

L'angiomyolipome rénal (AML) est l'une des tumeurs bénignes du rein les plus courantes. Cette tumeur se développe à partir du type de tissu mésenchymateux et comprend les vaisseaux sanguins, les muscles lisses et le tissu adipeux. C'est à cause de sa composition que cette maladie a été appelée angiomyolipome du rein. La taille de la tumeur varie de 1 mm à 20 cm de diamètre.

Ces tumeurs peuvent survenir sporadiquement et 4 fois plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Dans 75% des cas de LAM sporadique, un seul rein est affecté. Les angiomyolipomes rénaux peuvent être associés à n’importe quel autre type de tumeur rénale. ou simplement développer sur le fond d'une maladie d'organe. Bien que l'angiomyolipome rénal soit lié à des maladies bénignes, une partie importante de l'angiomyolip (88%) s'étend au-delà de la capsule fibreuse du rein. Une croissance invasive de la veine rénale ou de la veine cave inférieure et des ganglions lymphatiques périrénaux peut également être observée.

Causes de

La pathogenèse de l'angiomyolipome est mal connue: on ignore si la forme isolée de la maladie est liée à des malformations congénitales (hamartome) ou s'il s'agit d'une véritable tumeur.

Les symptômes

La plupart des angiomyolipomes sont asymptomatiques, cependant, avec une éducation plus de 4 cm. les symptômes apparaissent chez 68 à 80% des patients. Avec la croissance d'une tumeur la probabilité de sa rupture augmente. La raison en est peut-être une augmentation de la demande en oxygène de la tumeur et une augmentation du débit sanguin. L'effet résultant sur la paroi vasculaire augmente, augmentant ainsi le risque d'anévrisme. En outre, les vaisseaux de la tumeur peuvent se rompre accidentellement - ceci est dû au fait que les fibres musculaires se développent et se développent beaucoup plus rapidement que les vaisseaux qui, physiologiquement, ne peuvent pas se développer au même rythme et ne les suivent pas. Par ailleurs, des hémorragies au niveau des angiomyolipomes rénaux ont également été observées avec de petits néoplasmes.

Ainsi:

L'échographie fait partie des principales priorités en matière de dépistage. Dans le cas où la tumeur est homogène, de petite taille (plus de 5 à 7 mm) et limitée au parenchyme rénal, le signal hautement négatif qui en découle, contrairement au parenchyme rénal, rend très probable le diagnostic d’un angiomyolipome rénal.

La tomodensitométrie est actuellement reconnue comme la méthode la plus objective et la plus précise pour le diagnostic du rein angiomiolip. Cela est dû à la haute résolution et à l'objectivité de l'évaluation des images, à la rapidité de la formation des images et à la possibilité d'obtenir des informations fonctionnelles.

IRM (IRM)

L'IRM est non invasive, ne nécessite pas l'utilisation d'agents de contraste contenant de l'iode, est exempte de radiation et permet d'obtenir une image dans différents plans.

Angiomyolipome IRM du rein droit.

Étude angiographique

L'examen angiographique est important dans le diagnostic préopératoire, pour la différenciation avec diverses tumeurs de la nature graisseuse du rein et localisées de manière périréphale. Un signe angiographique caractéristique de la plupart des angiomyolip est un niveau élevé de leur vascularisation.

Biopsie à l'aiguille

A est une macropreparation du rein droit avec une tumeur (angiomiolipome) et une fibre périrénale.

B - une macropreparation sur une coupe: un ganglion tumoral (angiomyoliopma) de couleur gris jaunâtre avec des sites de carie.

Traitement de l'angiomyolipome rénal

Il existe différents types de traitement pour angiomyolip rénal:

  • Le traitement chirurgical (résection du rein ou néphrectomie) est indiqué chez les patients présentant une tumeur volumineuse lorsque le risque de rupture de LAM et de saignement rétropéritonéal est très élevé. Une autre indication pour la chirurgie de l'angiomyolipome est la présence de manifestations cliniques ou une croissance tumorale intensive.
  • Les patients atteints de petites tumeurs sans manifestations cliniques bénéficient d'une observation dynamique.

    Toutefois, les tactiques généralement acceptées et les indications précises concernant l'un ou l'autre type de traitement n'ont pas été développées. Le traitement des patients atteints d'angiomyolipomes multiples est particulièrement difficile. L'embolisation des vaisseaux rénaux est une méthode fondamentalement nouvelle et inexplorée de prévention des saignements chez les patients atteints d'angiomyolipome rénal. angiomyolipomy d'alimentation. Les avantages de la méthode sont la préservation du parenchyme fonctionnel du rein par une embolisation supersélective du vaisseau et également (ce qui est tout aussi important pour le patient) la possibilité d’éviter une intervention chirurgicale et une anesthésie.

    En outre, il existe un traitement médicamenteux de l'angiomyolipome rénal avec un médicament ciblé utilisé dans notre clinique. Le traitement médicamenteux des patients atteints d'un angiomyolipome rénal de grande taille peut réduire la tumeur à des paramètres pour lesquels le risque de rupture diminue et, par conséquent, la nécessité d'un traitement chirurgical disparaît. Au moins, une pharmacothérapie préparera le patient à des méthodes de traitement peu invasives (ablation par cryofréquence et radiofréquence ou résection laparoscopique), dans lesquelles la taille du site tumoral est le facteur déterminant.

    La chirurgie est effectuée par un chirurgien, urologue, oncologue Pshikhachev Akhmed Muhamedovich.

    ANGIOLIPOMA REINY

    Annonce d'un consultant:

    La consultation des absents a pour seul but de déterminer la nature du problème et la façon de le résoudre. Elle a un caractère informatif préliminaire et ne peut remplacer une consultation en personne d'un spécialiste! Le diagnostic primaire n’est pas réalisé par contumace et aucun traitement spécifique n’est prescrit. Si vous n'êtes pas satisfait de la réponse, vous pouvez lire ICI.

    Svetlana | (Féminin. 48 ans, Dnepropetrovsk) | 21/01/2010 13:56

    Cher site de médecins consmed.ru! Merci beaucoup pour la consultation! Je veux vous demander de vous familiariser avec la description de mon échographie (je devais les mettre plus tôt, désolée).

    J'avais des doutes après que l'urologue ait rapporté que 90% des tumeurs étaient malignes.

    Échographie du 15 septembre 2009. Dimensions: droite 11,3x4,8 cm, gauche 10,5x4,8 cm, non modifiée. Les contours sont lisses, clairs. Parenchyme hétérogène dans le rein droit, structural. L'échogénicité du parenchyme est normale. L'épaisseur du parenchyme est normale. La zone du sinus rénal n'est pas élargie. La structure du sinus rénal est inhomogène en raison d'inclusions de sel unitaires dans les deux reins. CLS non développé, non compacté.

    Modifications focales: au tiers moyen du rein droit, on visualise une formation arrondie hyperéchogène à contours nets et uniformes, de structure homogène et de 0,9 cm.

    Les ganglions lymphatiques périrénaux ne sont pas visualisés. Région surrénale: sans formations pathologiques.

    Conclusion: angiomyolipome du rein droit.

    Échographie du 26 novembre 2009 (effectuée par un autre spécialiste sur un autre équipement): les dimensions ne sont pas modifiées. Les contours sont lisses, clairs. Parenchyme hétérogène dans le rein droit, couche différenciée cortico-cérébrale. CLS non étendu. Les inclusions d'écho sont petites, jusqu'à 3 mm. Le rapport du parenchyme sur le CLS - non changé à droite, à gauche.

    Modifications focales: formation échogène dense jusqu'à 6 mm de forme arrondie à contours nets.

    CONCLUSION: Angiomyolipome du rein droit de petite taille.

    Le fait est que le 18 janvier, j’ai subi une opération laparoscopique pour enlever la plaie de la vessie. Les points de suture seront enlevés le 26 janvier. Je ne peux pas encore passer l'échographie de contrôle. Je comprends que la question n’est pas correcte et pourtant: avec de telles descriptions d’échographie, je devrais me dépêcher ou j’ai encore le temps et puis-je au moins attendre que les points de suture soient enlevés? À quel point ma situation est-elle dangereuse? Je suis très inquiet! S'il vous plaît dites-moi! Merci pour la réponse.

    Angiomyolipome rénal: diagnostic et traitement approprié.

    Les angiomyolipomes rénaux sont des tumeurs bénignes qui se développent à partir des tissus mous d'un organe. La tumeur est assez commune, elle est souvent découverte accidentellement lors d'une échographie ou d'une tomographie. Cette éducation représente 1% de tous les processus de volume dans les reins, le plus souvent chez les personnes de plus de 45 ans. Les femmes tombent malades plus souvent que les hommes 4 fois.

    Trois tissus germinatifs - vasculaire, muscle lisse et graisse - participent à la formation de la tumeur. L'angiomyolipome du rein se distingue des autres tumeurs par sa teneur élevée en tissu adipeux.

    Il peut être isolé ou primaire (dans 80% des cas) et héréditaire (20%). On trouve souvent une tumeur chez des patients atteints de sclérose tubéreuse, une maladie génétique appelée maladie de Bourneville-Prillet. Dans ce dernier cas, se développent des tumeurs du tissu rénal, des convulsions, un retard mental et des lésions cutanées sous la forme d'un adénome des glandes sébacées.

    Auparavant, la tumeur était attribuée à une dysplasie tissulaire, c'est-à-dire formations avec développement tissulaire anormal. Actuellement, l'angiomyolipomie est considérée comme une tumeur épithélioma périvasculaire. Un bon apport sanguin, ainsi que des modifications de la paroi vasculaire de la tumeur, provoquent souvent sa rupture et un saignement dans la région rétropéritonéale. Les cellules musculaires lisses de la paroi vasculaire sont partiellement remplacées par du tissu conjonctif, ce qui les rend plus denses. En conséquence, les vaisseaux peuvent se tordre en spirale, former des "grappes de raisin", des anévrismes apparaissent et la perforation de leurs parois se produit facilement.

    Bien que la tumeur soit qualifiée de processus bénins, elle peut germer dans la cellulose péri-rénale, dans les ganglions lymphatiques voisins, les vaisseaux rénaux ou la veine cave inférieure.

    Formes de la maladie

    Il existe une forme typique (le tissu graisseux ou musculaire peut prévaloir) et une forme atypique, caractérisée par l'absence de cellules adipeuses. Parfois, une forme atypique est confondue avec un processus malin, une biopsie par aspiration aide à identifier les différences.

    Localisation

    En règle générale, un angiomyolipome est situé dans le cortex ou la moelle des reins, délimitée par du tissu capsulaire sain. Dans le cas d'un écoulement sporadique, le processus est plus souvent unilatéral, par exemple, un angiomyolipome du rein droit est détecté. La propagation de la tumeur est multiple dans la sclérose tubéreuse.

    Causes de l'angiomyolipome rénal

    On pense que la localisation bilatérale de la tumeur se produit dans la pathologie de Bourneville-Prilla, la maladie étant transmise selon un mode de transmission autosomique dominant. Des études modernes ont révélé des modifications des chromosomes 9 et 16. Un tiers des patients atteints d'angiomiolipome avaient une sclérose tubéreuse.

    Une croissance tumorale rapide étant observée pendant la grossesse, son apparition peut être due à une modification de la quantité d'hormones (progestérone et œstrogène) chez la femme.

    D'autres lésions rénales peuvent également déclencher la croissance d'angiomyolipomes.

    Symptômes de la maladie

    Les angiomyolipomes de petite taille ne se manifestent souvent pas et ne préoccupent pas les patients.

    Avec des tumeurs de plus de 5 cm, il peut y avoir une douleur persistante dans le bas du dos ou sur le côté de l'abdomen, des modifications de l'analyse d'urine (apparition de globules rouges), des sauts de pression artérielle. Les patients peuvent se plaindre d’inconfort du côté affecté, de faiblesse, parfois même de patients palpant dans leur abdomen une formation de volume élastique.

  • Une hémorragie dans le tissu rénal, le rein ou l'espace rétropéritonéal. Les saignements massifs peuvent entraîner une péritonite et un choc hémorragique.
  • Presser les organes adjacents.
  • Nécrose ou rupture d'une tumeur.
  • Thrombose des vaisseaux sanguins.

    Traitement de la maladie

    On utilise des tactiques d’observation lorsque la taille de la tumeur est inférieure à 4 cm Il est recommandé aux patients de contrôler périodiquement le processus à l’aide d’une échographie ou d’une IRM (cette opération est effectuée une ou deux fois par an, à la discrétion du médecin). Si la tumeur conserve sa taille, un traitement chirurgical n'est généralement pas nécessaire. Par exemple, un angiomyolipome du rein gauche de 2 cm de taille sans tendance à augmenter ne nécessite que l'observation régulière de l'urologue.

    Chez la plupart des patients, la croissance tumorale à long terme ne se produit pas. Dans de rares cas, il y a eu une lente augmentation de l'éducation (jusqu'à 1 cm par an). La prolifération rapide des angiomyolipomes se produit généralement chez les patients atteints de sclérose tubéreuse.

    Un traitement chirurgical est prescrit dans les cas suivants:

    Si un médecin décide de retirer une masse, l'opération est effectuée de manière à préserver le tissu rénal non affecté. La résection de la zone endommagée peut être réalisée lorsqu'une partie de l'organe est retirée tout en maintenant des tissus sains.

    Embolisation supersélective - introduction de substances provoquant l’occlusion (fermeture) des vaisseaux qui alimentent la tumeur, après la chirurgie, la formation de volume diminue en taille, sa croissance s’arrête. L'efficacité de l'embolisation est prouvée dans 90% des cas (selon des auteurs étrangers).

    Enucléation - les tissus endommagés sont séparés des zones saines, puis découpés. Cette méthode est aussi appelée "décorticage". Il est utilisé pour enlever les tumeurs bénignes avec une capsule dense.

    La cryoablation est une méthode alternative pour enlever les petites lésions, y compris celles des reins. L'opération est réalisée par laparoscopie avec des dommages minimes. Une tumeur supporte mal des températures inférieures à 40 degrés, sa destruction et la mort de ses cellules se produisent.

    Le prélèvement de tout l'organe est réalisé dans des cas exceptionnels, avec le développement de complications ou de lésions multiples des nodules tumoraux.

    1. Échographie (détecter les structures hyperéchogènes).
    2. Tomodensitométrie (des zones de faible densité sont détectées aux endroits où le tissu adipeux est présent)
    3. Sang et urine (total), analyse biochimique (créatinine et urée).
    4. Angiographie par ultrasons.
    5. Radiographie des reins.
    6. Biopsie (pour processus présumé malin).

    Angiomyolipome rénal

    Laisser un commentaire

    En urologie, l'angiomyolipome rénal est considéré comme la tumeur rénale la plus courante. Cette tumeur bénigne est constituée de tissu adipeux et musculaire, ainsi que de vaisseaux sanguins déformés. La pathologie acquise affecte un rein, congénitale se caractérise par des lésions des deux reins. Avec le développement rapide de l'angiomyolipome peut devenir une menace pour la vie.

    Il existe un type de pathologie des reins, dans lequel une tumeur se forme sur l'organe à partir du tissu conjonctif et du tissu adipeux.

    Formes de pathologie

    Il existe deux formes de cette pathologie. Le nom du formulaire indique sa fonctionnalité:

  • Congénital (héréditaire). Affecte immédiatement deux reins. La pathologie est une formation multiple résultant de la sclérose tubéreuse.
  • Acquis sporadique (isolé). Il représente 80 à 90% des cas de diagnostic d’angiomyolipome. Il affecte un rein.

    Facteurs

    La nature de la survenue d'une LAM rénale n'est toujours pas complètement comprise. Les raisons provoquant l'apparition de tumeurs sont différentes. Souvent, la maladie se développe sous l’influence de facteurs tels que:

  • Pathologie rénale chronique ou aiguë.
  • La grossesse Il est considéré comme la cause la plus commune. Pendant la grossesse, le fond hormonal de la femme change: des hormones féminines sont activement produites - œstrogènes et progestérone, qui provoquent le développement de la tumeur. C'est à cause de l'action de ces hormones que les femmes sont 4 fois plus susceptibles de souffrir de cette pathologie que les hommes.
  • La présence de tumeurs similaires dans d'autres organes.
  • Prédisposition génétique.

    Symptômes principaux

    Un angiomyolipome rénal se forme et se développe de manière asymptomatique. La tumeur se développe rapidement, mais les vaisseaux qui alimentent l'angiomyolipus se développent plus lentement que le tissu musculaire et se rompent pour cette raison. Le début du saignement est accompagné des symptômes suivants:

  • douleur constante dans le bas du dos;
  • il y a de fortes baisses de la pression artérielle;
  • fatigue, vertiges, évanouissements;
  • peau pâle;
  • sang dans l'urine.

    En cas d'apparition de ces signes, il est nécessaire d'emmener immédiatement la personne à l'hôpital pour diagnostic et traitement. Son degré de danger dépend de la taille d'un angiomyolipome, car une grosse tumeur peut casser un organe. En conséquence, une hémorragie interne se produit, la tumeur se développe dans les ganglions lymphatiques les plus proches. Cela conduit à l'apparition de plusieurs métastases.

    Angiomyolipome rénal et grossesse

    Pendant le port de l'enfant dans le corps d'une femme, il se produit une masse de changements. En particulier, à ce stade, la production d’hormones sexuelles féminines est activée. On pense que les modifications du fond hormonal contribuent au développement des angiomyolipomes. Dans ce cas, la tumeur peut être détectée lors d'une échographie planifiée. L'angiomyolipome déjà existant pendant la grossesse se développe plus intensément. Cette tumeur ne pose pas de risque de fausse couche et ne nuit pas à l'enfant.

    Est-ce dangereux pour la vie du patient?

    Le principal danger de cette maladie pour la vie est la rupture des angiomyolipomes. La raison de la rupture est la différence dans le développement des vaisseaux sanguins et du tissu tumoral. Dans de rares cas, l’écart se produit au stade initial de développement. Les saignements internes commencent et une hospitalisation urgente est nécessaire. Si la tumeur est fortement élargie, cela peut déclencher une rupture du parenchyme rénal. Au cours des 10 dernières années d’étude de la maladie, il a été constaté que ce phénomène pouvait changer et devenir une tumeur maligne. Dans ce cas, le danger pour la vie est comparable à n'importe quelle oncologie. Si vous ne commencez pas le traitement à temps, la pathologie peut provoquer un foie anormal.

    Diagnostics

    L'échographie permet de déterminer la pathologie en identifiant les phoques sur le fond d'un parenchyme rénal sain.

    Plus la pathologie est diagnostiquée tôt, plus les chances de guérison complète sont grandes. Comme la pathologie affecte souvent un organe, le diagnostic aboutit à un angiomyolipome du rein droit ou du gauche. Les méthodes suivantes sont utilisées pour détecter les tumeurs:

  • Échographie. Détermine la présence de phoques.
  • IRM et CT. Identifie les zones de tissu de faible densité (tissu adipeux).
  • Des analyses de sang en laboratoire indiquent un état général des reins.
  • Angiographie par ultrasons. Détection de pathologies des vaisseaux sanguins rénaux.
  • Diagnostic par rayons X. Il montre l'état des organes et des uretères, la présence de changements dans la structure et le fonctionnement.
  • Biopsie. Pour exclure la possibilité du développement d'une tumeur maligne, une particule d'un néoplasme est utilisée pour étudier sa nature et ses caractéristiques.

    Les stades précoces des angiomyolipomes des reins sont guéris sans intervention chirurgicale. Retour à la table des matières

    Traitement et pronostic

    L'angiomyolipome est une tumeur bénigne située dans une capsule de tissu conjonctif. Par conséquent, le traitement opportun a un pronostic favorable. Après l'opération, le patient récupère complètement. Cependant, l'opération est une mesure extrême, utilise immédiatement un traitement médical en combinaison avec un régime alimentaire.

    Tactique d'observation

    Le programme de traitement est élaboré par le médecin individuellement pour chaque patient en fonction des résultats du diagnostic. Le nombre de tumeurs, leur taille et leur localisation sont pris en compte. Si le patient a reçu un diagnostic d'angiomyolipome du rein gauche et que la tumeur mesure moins de 4 cm de diamètre, il n'est pas nécessaire de recourir à la chirurgie, car les petites tumeurs se développent lentement, sans complications. L'observation est prescrite, le patient est examiné périodiquement par un médecin et une échographie ou une tomographie est réalisée une fois par an.

    Intervention chirurgicale

    Si, à la suite du diagnostic, un angiomyolipome unilatéral est détecté, dont le diamètre est supérieur à 5 cm, et que le second rein fonctionne normalement, une opération est programmée. En cas de développement rapide de la tumeur, le risque de complications augmente. À tout moment, la maladie peut entraîner des saignements, une intoxication par le sang et la mort. La tumeur est enlevée pour empêcher cela.

    Résection rénale

    La résection rénale implique l'ablation d'une partie seulement de l'organe avec le néoplasme. Il existe 2 types de cette opération:

  • Classique. Dans la région lombaire est une grande incision pour l'accès au corps.
  • Laparoscopique. Plusieurs petites coupures sont faites.

    Énucléation

    Au cours de l'opération, le décollement d'une tumeur se produit à partir de l'organe. L'énucléation rend relativement facile l'élimination d'une tumeur si elle se trouve dans une capsule, avec une perte de sang minime. Il s'agit d'un nouveau moyen d'éliminer la LAM du rein, grâce à quoi le rein lui-même ne subit aucune modification. Cette méthode n'est applicable qu'en présence d'une tumeur bénigne.

    Embolisation

    L’embolisation implique l’introduction dans les vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur, un médicament spécial qui provoque leur blocage. La procédure est réalisée sous contrôle radiographique. En conséquence, la chirurgie est beaucoup plus facile. Dans certains cas, en raison d'une embolisation, une intervention chirurgicale n'est pas nécessaire.

    L'exécution d'une néoplasie rénale nécessite une intervention chirurgicale. Retour à la table des matières

    Cryoablation

    Cette méthode est utilisée pour éliminer les angiomyolipomes de petite taille en les exposant à la température. L'effet de la procédure est comparable à une intervention chirurgicale avec moins de contre-indications et de complications. De plus, l'avantage de la cryoablation est le minimum d'intervention dans le corps du patient, une courte période de rééducation et la possibilité d'une seconde intervention.

    Néphroctomie

    Avec une augmentation significative de la tumeur (plus de 7 cm), le médecin est contraint de pratiquer une néphroctomie - élimination complète du rein affecté. Cette méthode est utilisée s'il est impossible de sauver l'organe en raison de modifications irréversibles ou d'un risque élevé de complications graves. Dans le même temps, il est important que le deuxième rein fonctionne pleinement. L'opération est réalisée sous anesthésie générale. La méthode ouverte (classique) ou la laparoscopie est appliquée.

    Régime et régime

    Si un angiomyolipome du rein est diagnostiqué, un régime spécial doit être strictement observé, ce qui inhibe le processus de développement des néoplasmes et prévient l'exacerbation de la maladie. Dans ce cas, il est nécessaire de minimiser la consommation de sel. Les règles de nutrition pour l'angiomyolipome sont réduites à l'abandon complet des boissons alcoolisées et du café, une consommation alimentaire en petites portions 6 fois par jour, une consommation d'au moins 1,5 litre de liquide par jour. Il est permis de consommer des produits laitiers faibles en gras, des bouillons de légumes, des soupes / bortsch maigres, de la viande faible en gras, des céréales, des pâtes, des œufs, des légumes et des escalopes à la vapeur Le thé est autorisé faible. Les fruits sucrés, les pommes au four, le miel et la confiture sont autorisés.

    En présence d'angiomyolipomes, il est nécessaire de refuser de tels produits:

  • bouillons (viande, poisson);
  • viande / poisson gras;
  • aliments fumés et salés;
  • les légumineuses;
  • épices, épices, cornichons, sauces;
  • raifort, ail, oignon, radis;
  • persil, épinards, oseille.
  • Retour à la table des matières

    Traitement des remèdes populaires

    On pense que l'utilisation de remèdes populaires pour l'angiomyolipome du rein en vain et peut provoquer de graves complications, et une perte de temps pour l'auto-traitement aggrave encore la situation. Un certain nombre de techniques peuvent être utilisées parallèlement au traitement conservateur, mais vous devez d’abord consulter votre médecin.

    Ces remèdes populaires sont utilisés comme:

  • la décoction ou la teinture à l'alcool d'une coquille de noix;
  • décoction de fleurs de calendula, infusion d'absinthe;
  • le pollen;
  • décoction de pommes de pin au miel.

    La survenue d'angiomyolipomes rénaux est impossible à prédire. Grâce aux examens médicaux de routine, il est possible de diagnostiquer une pathologie au stade initial de développement, de prévenir sa progression et de l'éliminer rapidement. Le refus de la thérapie nécessaire, ou un traitement avec des remèdes populaires sans ordonnance du médecin, entraîne des complications graves et la mort.

    Angiomyolipome du rein droit et gauche: causes et traitement

    L'angiomyolipome rénal (hémarthrome) est un type de néoplasme bénin du tissu rénal, constitué d'épithélium cellulaire, de tissu adipeux et de muscle lisse, de vaisseaux sanguins. C'est l'une des variétés de tumeurs des tissus mous - tumeur mésenchymateuse. Parfois, ces formations sont localisées dans les glandes surrénales, le pancréas, la peau. De telles tumeurs bénignes sont généralement de petite taille et ne présentent pas de manifestations prononcées.

    Il existe deux formes de la maladie:

  • Héréditaire ou congénitale - est due à la sclérose tubéreuse, caractérisée par de multiples néoplasmes et des lésions des deux organes simultanément.
  • Sporadique acquise ou isolée - la forme la plus commune de la maladie, souvent exprimée de manière unilatérale. Par exemple, un seul angiomyolipome du rein gauche est souvent détecté.

    Cette pathologie est plus fréquente chez les femmes d'âge moyen (après 40 ans), en raison de la présence importante d'œstrogènes et de progestérone (hormones sexuelles féminines).

    Causes de la maladie

    Les causes de l'angiomyolipome rénal peuvent être différentes. Le plus souvent, la maladie apparaît:

  • En cas d'insuffisance rénale aiguë ou chronique.
  • Pendant la grossesse, une augmentation de la production d'hormones pendant l'accouchement provoque la survenue d'une tumeur.
  • S'il existe des tumeurs similaires dans d'autres organes (angiofibromes).
  • En présence d'une prédisposition génétique.

    Au stade initial de la maladie, la tumeur est petite et, en règle générale, l'angiomyolipome est localisé dans le rein droit ou le rein gauche. La symptomatologie en même temps n'est pas montrée en aucune façon. Les lésions primaires des deux organes sont extrêmement rares, uniquement en présence d'un facteur héréditaire.

    La tumeur a tendance à se développer rapidement et les vaisseaux sanguins ont une paroi musculaire dense, mais de faibles plaques élastiques ne suivent pas le rythme de la croissance des fibres musculaires. En conséquence, il y a une rupture des vaisseaux sanguins avec des hémorragies. Dans de tels cas, les symptômes sont assez prononcés:

  • sensations de douleur persistante dans la région lombaire;
  • chute soudaine de la pression artérielle;
  • faiblesse, vertige sévère, même évanouissement;
  • hématurie - l'apparition d'un grand nombre d'éléments sanguins dans l'urine;

    La présence de ces symptômes est la base d'un traitement d'urgence chez le médecin et permet de déterminer le diagnostic exact. Puisque plus l'angiomyolipome du rein est grand, plus ses conséquences peuvent être dangereuses.

    Les grandes tumeurs peuvent provoquer une rupture spontanée du rein et des saignements intra-abdominaux massifs. La germination de la tumeur dans les ganglions lymphatiques adjacents ou dans la veine rénale menace la formation de métastases multiples.

    Diagnostic de la maladie

    Seule une détection précoce de l’angiomyolipome est une garantie de guérison complète. Les méthodes sensibles telles que celles utilisées pour diagnostiquer avec précision la maladie:

    • échographie - aide à identifier les zones plus denses de la tumeur sur le fond du tissu rénal normal;
    • imagerie par résonance magnétique et par spirale en spirale - détection de zones de faible densité en présence de tissu adipeux;
    • tests sanguins généraux et biochimiques - pour déterminer le niveau de créatinine et d'urée qui caractérise la qualité des reins;
    • angiographie par ultrasons - détection de pathologies vasculaires des reins;
    • Diagnostic par rayons X (urographie excrétrice) - détermination de l’état morphologique et fonctionnel des reins, du pelvis et des uretères;
    • biopsie rénale - prise d'un morceau de néoplasme tissulaire pour un examen microscopique afin d'exclure les processus malins.

    Sur la base des données de diagnostic obtenues, un plan de traitement individuel est élaboré pour l’angiomyolipome du rein, qui prend en compte les caractéristiques spécifiques de la tumeur.

    Les méthodes de traitement de la maladie sont déterminées en fonction du nombre de ganglions tumoraux, de leur taille et de leur localisation. Les néoplasmes de petite taille (moins de 4 cm) se développent lentement, sans complications, et dans de tels cas, les tactiques d'observation sont utilisées sans mesures thérapeutiques actives. Des études de contrôle sont menées une fois par an.

    En cas de néoplasmes dépassant le seuil autorisé de 5 cm, une intervention chirurgicale est recommandée.

  • Chirurgie préservant les organes (résection d'une partie du rein) - en présence d'un deuxième organe fonctionnant normalement.
  • Embolisation - sous contrôle radiographique, un médicament (mousse métallique en spirale ou en alcool polyvinylique) est introduit dans l'artère en fournissant à la tumeur un dispositif spécial (stable) pour la bloquer. Cette procédure simplifie la chirurgie ou peut la remplacer complètement.
  • Chirurgie de conservation du néphron - applicable aux tumeurs à tumeurs à foyer multiple dans les deux organes afin de préserver leurs fonctions.
  • Enucléation - élimination de la tumeur, la méthode d'exfoliation avec la préservation du corps est presque intacte.
  • La cryoablation est une méthode moderne peu invasive utilisée pour le traitement de l'angiomioolip de petite taille. Les avantages de la méthode, la procédure avec une intervention minimale dans le corps, la possibilité de durcir les structures adjacentes afin de prévenir les saignements, la procédure peut être répétée, une courte période postopératoire et un pourcentage minimal de complications.

    Les indications pour le recours à une intervention chirurgicale sont:

  • tableau clinique violent de la maladie avec manifestations prononcées;
  • augmentation rapide de la taille de la tumeur;
  • insuffisance circulatoire rénale;
  • hématurie importante;
  • tumeur maligne de tumeurs précédemment bénignes.

    Il convient de noter que le traitement des angiomyolipomes rénaux avec des remèdes populaires est non seulement inefficace, mais conduit également à des résultats plutôt pitoyables. La perte de temps aggravera la situation avec des complications irréversibles.

    Vous pouvez être intéressé par:

    Signes d'angiomyolipome rénal

    Les reins humains sont des organes extraordinaires qui ont pour fonction de filtrer et d’éliminer les liquides du corps. Une insuffisance rénale entraîne des douleurs, des changements dans l'urine et une mauvaise santé. Les pathologies de ces organes peuvent être différentes. Parfois, en raison d'un processus pathologique, un seul de ces organes peut être affecté. L'angiomyolipome rénal est une maladie courante.

    Échographie de la tumeur

    Par cette maladie, on entend une formation bénigne tumorale d'une structure complexe. La tumeur est formée de tissu adipeux cellulaire, d'articulations musculaires et de vaisseaux affectés. Les angiolipomes touchent principalement les reins, mais dans certains cas, la croissance de tumeurs dans le pancréas, la peau et les glandes surrénales est possible.

    Une telle éducation bénigne n'est pas rare. On le trouve souvent par hasard lors d'un examen de routine. La maladie affecte les personnes de plus de 40 ans. Les femmes sont sujettes à cette maladie plusieurs fois plus souvent que les hommes.

    L'angiomyolipome du rein se divise en deux types: isolé ou sporadique et congénital. Un type isolé d'angiolipome du rein est retrouvé dans 90% des cas. Une pathologie congénitale se développe en présence de sclérose tubéreuse. Dans de tels cas, la formation de la tumeur affecte les deux reins. L'angiomyolipome se transforme rarement en une tumeur maligne.

    Ce qui déclenche la maladie

  • développement d'autres tumeurs, par exemple les angiofibromes;
  • facteur héréditaire;
  • période de gestation;
  • la présence d'autres pathologies des reins.

    Le type héréditaire d'angiomyolipome du rein est associé à la maladie de Bourneville. La maladie de Bourneville, ou sclérose tubéreuse, est une pathologie génétique caractérisée par la formation de tumeurs bénignes dans différents organes, par exemple le cœur, les poumons et les reins. Avec une telle pathologie congénitale, des formations semblables à des tumeurs se développent dans les deux reins.

    Dans d'autres cas, l'angiomyolipome affecte le rein gauche ou droit. Pendant la grossesse, des modifications hormonales se produisent dans le corps de la femme, ce qui peut avoir un impact significatif sur la croissance de l'éducation. Des études cliniques montrent que la tumeur existante se développe plus rapidement pendant la grossesse. Cependant, cela n'a pas d'effet négatif grave sur le fœtus.

    Les femmes qui ont un angiomyolipome rénal doivent suivre toutes les recommandations des médecins.

    Certains médecins associent la formation de tumeurs à d'autres affections rénales, par exemple la pyélonéphrite.

    Signes typiques de la maladie

    Des symptômes sévères d'angiomyolipome rénal peuvent être absents au début de la maladie. Cependant, si la maladie continue à se développer et qu'aucun traitement approprié n'est administré, les symptômes suivants sont possibles:

  • sensation de lourdeur dans la partie du dos où se trouve la tumeur (l'angiomyolipome du rein gauche se manifeste par une douleur du côté gauche);
  • douleur de tirer, douleur, ou caractère terne;
  • augmentation de la douleur lors de la rotation, de la flexion et d'autres mouvements du corps;
  • sauts de tension artérielle (surviennent soudainement et sans raison);
  • grosses tumeurs pouvant être palpées;
  • la présence de sang dans l'urine;
  • la faiblesse;
  • des vertiges;
  • pâleur de la peau;
  • évanouissement (évanouissement).

    Ces symptômes peuvent se manifester non seulement à l'angiomyolipome du rein droit, mais également au gauche. Certains symptômes et douleurs associés à cette maladie sont liés à la taille de la tumeur et à son emplacement. Les angiomyolipomes rénaux, d’une taille inférieure à 4 cm, ne présentent aucun symptôme particulier. Si elle est négligée, la tumeur peut atteindre un diamètre de 20 cm, ce qui peut provoquer une douleur intense, signe de complications graves.

    Parfois, une tumeur du rein gauche peut provoquer des sensations douloureuses au côté gauche de la poitrine, ce qui provoque chez les patients de fausses craintes d'une crise cardiaque ou d'autres maladies cardiaques. Avec l'angiomyolipome, les symptômes les plus perturbants sont les nausées et les vomissements graves. La manifestation de tels symptômes indique une hémorragie.

    Complications causées par la tumeur

    Toute maladie négligée a des conséquences graves. Ceci s'applique également aux angiomyolipomes des reins. Si la tumeur atteint une très grande taille, elle peut éclater soudainement. Dans ce cas, le patient présentera une hémorragie interne grave. Si vous ne fournissez pas d'assistance à un tel moment, la mort est possible.

    Bien que l’éducation soit considérée comme bénigne et traitable, elle peut se transformer en maladie oncologique si elle est négligée. Avec la croissance intensive d'une tumeur dans le rein droit, une compression de l'annexe peut se produire, le foie et des caillots sanguins peuvent se former. L'angiolipome du rein peut exercer une pression sur les organes situés à proximité, ce qui perturbe leur fonctionnement normal. Dans certains cas, il existe une menace de nécrose (mort tissulaire). Avec ce phénomène, les reins cesseront de remplir leurs fonctions et la personne mourra.

    Si vous soupçonnez cette maladie, le patient doit se présenter à la consultation avec le médecin. Les sondages suivants seront également requis:

  • consultation interne de l'urologue;
  • Échographie des reins;
  • IRM
  • Radiographie
  • analyse générale du sang et de l'urine;
  • test sanguin biochimique;
  • tomographie par ordinateur.

    Toutes les procédures sont sécuritaires et abordables pour presque tous les patients. Si une tumeur est trouvée moins de 5 cm, aucun traitement spécial n'est requis. Ces patients sont sous observation.

    Méthodes de traitement des maladies

    Les méthodes de traitement dépendent de la taille de l’éducation et de la condition du patient. Pour les grandes tailles, la chirurgie est nécessaire. Les médecins retirent la tumeur et une partie de l'organe touché. Pour recourir à la néphroectomie - l'ablation complète du rein. Les raisons doivent être très graves. Cette procédure est nécessaire dans le cas où il n'est pas possible de sauvegarder l'orgue.

    Angiomyolipoma rein peut être traité avec des remèdes populaires. Mais pour cela, vous devez consulter votre médecin. Il est important de respecter une nutrition spéciale. Le régime exclut les aliments gras, frits, salés et le pain blanc.

    Le traitement des remèdes populaires consiste à admettre des fonds qui contribuent à la résorption des tumeurs. Il est nécessaire d'utiliser du jus de bardane. Faites-le sortir des feuilles et prenez 1 c. une demi-heure avant les repas. Au cours des deux premiers jours, vous devez prendre 2 fois par jour, les 2 prochains jours, 3 fois par jour, puis 3 fois 1 c. La durée du traitement n’est pas inférieure à 1 mois.

    Quelle que soit la taille de la tumeur rénale. le traitement ne peut être effectué indépendamment. Cela est particulièrement vrai pour les femmes enceintes.

    Angiomyolipoma rein - causes, symptômes, traitement.

    L'angiomyolipome rénal est l'une des tumeurs bénignes du rein les plus courantes. Cette tumeur se développe à partir du type de tissu mésenchymateux et comprend les vaisseaux sanguins, les muscles lisses et le tissu adipeux. En raison de sa composition, cette maladie s'appelait l'angiomyolipome du rein. Les cellules musculaires lisses de la tumeur sont bénignes et organisées en faisceaux et en couches, les vaisseaux sanguins ont une paroi musculaire assez épaisse, mais des plaques élastiques faibles. En outre, les vaisseaux de la tumeur peuvent se rompre accidentellement - ceci est dû au fait que les fibres musculaires se développent et se développent beaucoup plus rapidement que les vaisseaux qui, physiologiquement, ne peuvent pas se développer au même rythme et ne les suivent pas.

    L'angiomyolipome du rein peut être associé à tout autre type de tumeur du rein ou simplement se développer sur le fond d'une maladie organique. Bien que l'angiomyolipome du rein soit lié à des maladies bénignes, il existe des cas exceptionnels dans lesquels une tumeur se développe dans les ganglions lymphatiques adjacents ou dans la veine rénale. Mais, il s’agit plutôt d’une exception aux règles, la tactique réservée de traitement chirurgical applicable à cette maladie est donc pleinement justifiée.

    L'angiomyolipome rénal affecte souvent les personnes d'âge moyen et plus âgé. Les femmes souffrent de cette maladie quatre fois plus souvent que les hommes. En outre, il existe 2 formes de cette maladie - la première (80% de tous les cas) est sporadique, la seconde (20%) est congénitale, associée à la sclérose tubéreuse.

    Ces douleurs sont dues aux hémorragies de la tumeur, qui résultent de la rupture des vaisseaux sanguins. En outre, une hémorragie excessive dans certains cas peut provoquer une péritonite et un choc hémorragique chez un patient.

  • Tumeur palpable
  • Hématurie
  • Augmentation de la pression artérielle

    Diagnostic de la maladie

    Lors d'une échographie chez un patient souffrant d'une maladie telle que l'angiomyolipome du rein, une néoplasie arrondie homogène présentant une échogénicité accrue est clairement visible.

    Le scanner montre également une tumeur ronde.

    Peut-être lors de la réalisation d'études par rayons X à l'aide d'urografin.

    Angiomyolipoma rein - traitement

    Les patients avec des tumeurs de petite taille n'ont pas besoin de traitement chirurgical. Par exemple, un patient ayant un diagnostic d'angiomyolipome du rein droit, de 4 cm de diamètre, serait simplement prescrit pour consulter un spécialiste et sera soumis à une échographie ou à un scanner une fois par an. Si la tumeur ne progresse pas, elle ne peut pas être enlevée.

    Un traitement chirurgical est nécessaire pour presque tous les patients dont la taille de la tumeur dépasse 5 cm de diamètre et pour lesquels le deuxième rein en santé fonctionne normalement. Le fait est qu'avec cette taille de tumeur, il existe un risque de complications hémorragiques, c'est-à-dire d'hémorragies internes, qui non seulement causent de la douleur chez le patient, mais peuvent également être fatales en raison de la survenue d'une septicémie dans le corps.

    L'ablation chirurgicale d'une tumeur est possible de deux manières: la première consiste en une simple résection du rein, dans laquelle une partie du rein est prélevée en même temps que la tumeur, et la seconde, en une énucléation de la tumeur. L'énucléation est une méthode d'élimination des tumeurs dans laquelle les tissus des organes ne sont pratiquement pas affectés, à l'exception des incisions destinées à pénétrer dans la tumeur. Lors de l'énucléation (ou de l'expulsion d'une tumeur), les tissus autour de la formation sont exfoliés, tout en maintenant la capsule du néoplasme lui-même. La deuxième méthode est applicable uniquement aux tumeurs bénignes.

    Hémarthromie ou angiomyolipome du rein droit: symptômes et signes, méthodes d'élimination d'une tumeur bénigne

    Si tous les organes et systèmes fonctionnent normalement, le corps est en bonne santé. Mais de nombreuses maladies perturbent le mode de vie normal. Parmi les pathologies qui se développent dans les reins et affectent leur fonctionnalité, il existe un angiomyolipome (hémarthrome) du rein droit.

    Il s’agit d’une formation bénigne composée de tissus vasculaires, adipeux et musculaires, l’épithélium des reins. Les angiomyolipomes sont appelés mésenchymateux, c'est-à-dire ceux qui affectent les tissus mous. Diagnostiquer la pathologie chez les personnes d'âge moyen ou âgées. Les femmes souffrent d'angiomyolipomes plus souvent que les hommes 4 fois.

    Informations générales sur la maladie

    Les types de tumeurs, tels que les angiomyolipomes, affectent les reins. Les tissus adipeux de l'organe sont davantage impliqués dans le processus pathologique.

    Il existe 2 formes de formations:

  • primaire (sporadique);
  • déterminé génétiquement.

    Si l'angiomyolipome n'est apparu que dans le rein droit, il est défini comme étant unilatéral. Il existe des angiomyolipomes typiques et atypiques. Une forme typique de pathologie est caractérisée par la prédominance des tissus adipeux et musculaires. L'angiomyolipome atypique est caractérisé par l'absence de tissu adipeux. La forme atypique est plus difficile à traiter car le tissu adipeux est plus facile à éliminer sans complications. En outre, le diagnostic de cette forme de la maladie est difficile en raison de la possibilité de confondre une tumeur bénigne avec une tumeur maligne.

    Généralement, le processus pathologique se développe dans la corticale et la médullaire du rein droit. Le néoplasme est une capsule qui est protégée des tissus intacts. Mais si des conditions favorables sont créées (par exemple, un traitement inapproprié des maladies concomitantes), le néoplasme se développe dans les ganglions lymphatiques, le tissu pararénal et les vaisseaux les plus proches. Dans certains cas, les vaisseaux endommagés se rompent, provoquant des hémorragies. Ils peuvent se tordre, former des spirales vasculaires.

    Les violations de l'intégrité des vaisseaux sanguins provoquent de graves saignements, qui peuvent être très dangereux pour la santé humaine. Le sang pénétrant dans la cavité abdominale se propage à travers celle-ci et peut entraîner la mort du patient.

    Informez-vous sur les symptômes de la maladie d'Itsenko-Cushing et sur le traitement de l'insuffisance surrénalienne.

    Phosphates amorphes dans l'urine d'un enfant: qu'est-ce que cela signifie et quelles maladies est-il indiqué? Lisez la réponse dans cet article.

    Causes probables

    La particularité de cette pathologie est qu’elle est très rare. Plus souvent, ses causes proviennent de mutations héréditaires. Dans la plupart des cas, les angiomyolipomes sont accompagnés d'une maladie rare d'origine génétique, la sclérose tuberculeuse, caractérisée par la présence de multiples tumeurs dans différents organes. En tant que maladie indépendante du rein droit, l'angiomyolipome ne survient que dans 20% des cas. Pour la plupart, les femmes dans la période de la ménopause et avant il sont exposés.

    Une telle tumeur est considérée comme hormono-dépendante et survient souvent pendant la grossesse. Un facteur favorable dans son développement est une augmentation de la quantité de progestérone et d’œstrogènes.

    Les processus pathologiques dans les reins peuvent être le mécanisme déclencheur de la formation des angiomyolipomes. Il peut s'agir d'une insuffisance rénale. autres formations tumorales (angiofibrome, polykystique et autres).

    Tableau clinique

    Au début de son développement, un angiomyolipome du rein droit peut ne pas se manifester activement, le diagnostic est difficile. La formation de 4-5 cm de diamètre peut exister longtemps dans les reins, sans affecter les tissus environnants.

    Pendant cette période, les patients sont observés:

  • douleur dans le bas du dos;
  • saignements dans l'urine;
  • chute de pression;
  • des vertiges;
  • pâleur de la peau.

    Complications possibles

    Nous ne pouvons garantir une guérison complète qu’avec un diagnostic précoce. Pour déterminer l'utilisation d'un néoplasme:

    Options de traitement efficaces

    La tactique du traitement dépendra des résultats des analyses et de la dynamique de croissance du néoplasme. Si l'angiomyolipome ne montre pas de tendance à augmenter, alors respectez les tactiques d'observation. Il est nécessaire de passer une échographie des reins et une IRM pour surveiller la tumeur. Si le diamètre de la formation ne dépasse pas 2-4 cm, le traitement n'est pas effectué. Avec une croissance de l’angiomyolipome de 0,5 à 1 cm par an, une intervention médicale peut être nécessaire à un moment donné.

    En savoir plus sur les causes de la néphrite chronique des reins et les options de traitement pour la maladie.

    Sur les causes probables de l’urine orange et le traitement des maladies associées est écrit sur cette page.

    Rendez-vous sur http://vseopochkah.com/bolezni/drugie/nefropatiya.html pour en savoir plus sur les stades de la néphropathie diabétique des reins et les options de traitement pour cette maladie.

    Médicaments

    Des scientifiques ont mené des études qui ont confirmé que l'utilisation d'agents ciblés du groupe des inhibiteurs de mTOR au cours de l'année contribuait à réduire de 45 à 50% la taille de l'angiomyolipome du rein droit chez la plupart des patients. Bien qu'il n'existe pas de données fiables sur la tolérance des médicaments, leur efficacité peut être discutée.

    Si la tumeur commence à se développer rapidement, perturbant la fonctionnalité des reins et des organes voisins, une intervention chirurgicale est nécessaire. Les indications chirurgicales sont la taille des tumeurs de plus de 4 cm.

    Plusieurs types d'opérations sont utilisés pour éliminer un angiomiolip:

  • Enucléation - d'abord, les tissus sains sont séparés des malades, puis la tumeur est enlevée. Une telle opération ne peut être réalisée qu'avec des tumeurs de petite taille.
  • Résection - élimination de l'angiomyolipome avec une partie du rein. Après la chirurgie, l'organe peut fonctionner, ses tissus sains sont préservés.
  • Embolisation - le chevauchement de l'apport sanguin de la tumeur à la tumeur par les vaisseaux, ce qui empêche l'oxygène et les nutriments de s'écouler. La croissance des tumeurs s'arrête.
  • La cryoablation est la congélation du tissu rénal endommagé, qui meurt et est ensuite éliminé.
  • La néphroectomie est le moyen le plus radical de traiter l'angiomyolipome du rein droit. L'ablation complète du rein est réalisée dans le cas de la taille énorme d'un néoplasme, qui se développe rapidement, affecte tous les tissus de l'organe et peut évoluer en malin.

    L'angiomyolipome du rein droit est une pathologie grave qui nécessite un traitement obligatoire. La chirurgie est le meilleur moyen de se débarrasser des tumeurs. Si la tumeur est petite, ne présente pas de tendance à la croissance, vous devez la garder constamment sous contrôle. Seule une approche qualifiée du traitement aidera à maintenir la fonction rénale normale du patient et son état de santé général.

    En savoir plus sur ce qu'est l'angiomyolipome du rein et sur la façon de se débarrasser du spécialiste en éducation, racontera-t-on dans la vidéo suivante: