loader
Recommandé

Principal

La cirrhose

Grossesse après chimiothérapie

Chaque année, les cancers ont de plus en plus tendance à se propager parmi la jeune génération. Par conséquent, la chimiothérapie et la grossesse constituent un sujet d'actualité pour la médecine.

Si une femme se sent satisfaite au cours du traitement du cancer et dans l'intervalle des traitements de chimiothérapie, une relation intime avec un partenaire est tout à fait acceptable. Par conséquent, beaucoup s’intéressent aux questions, est-il nécessaire de recourir à des méthodes contraceptives pendant cette période et une conception est-elle possible en principe pendant une chimiothérapie? Pour répondre à ces questions, examinons comment les cytostatiques (les principaux médicaments pour lutter contre le cancer) affectent le système de reproduction des femmes.

Puis-je tomber enceinte pendant la chimiothérapie?

En fonction de leur composition, les produits chimiques endommagent les ovaires à des degrés divers. Certains n'affectent pratiquement pas leur fonctionnement, d'autres provoquent de graves modifications des tissus, qu'elles soient réversibles ou irréversibles. Le cyclophosphamide est le médicament le plus toxique pour la santé des femmes.

Le degré de dommage d'un même médicament est différent et dépend de:

  1. l'âge de la femme;
  2. classe de drogue;
  3. durée d'utilisation.

Les changements dans les ovaires après la «chimie» sont fonctionnels et structurels:

  1. diminution du nombre de follicules, jusqu'à leur disparition et de la fibrose (remplacement par du tissu conjonctif avec formation de cicatrice);
  2. dommages aux follicules matures;
  3. la destruction de la structure ovarienne elle-même - ovocytes (ovule immature) et cellules de la granulosa;
  4. l'apparition d'une insuffisance ovarienne prématurée (PAN).

L'aménorrhée (absence de cycle menstruel) est l'un des principaux effets secondaires de la chimiothérapie chez les femmes.

Chez les jeunes filles, le dysfonctionnement des ovaires est moins prononcé et on observe des altérations temporaires dysfonctionnelles sous la forme d'un cycle irrégulier. Les femmes adultes développent la ménopause. Cela est dû au fait que leur nombre d'ovocytes est beaucoup plus petit.

L’effet des cytostatiques sur la capacité biologique de la femme à concevoir (fécondité) au cours du traitement n’a pas été complètement étudié et est imprévisible. Mais une chose que la science sait à coup sûr:

C'est important!

Enceinte pendant la chimiothérapie est catégoriquement PAS pour deux raisons. Premièrement, les médicaments chimiques ont un effet toxique sur le fœtus, entraînant son développement anormal ou la mort. Deuxièmement, pendant la grossesse, un ajustement hormonal important a lieu dans le corps de la femme. Un afflux d'hormones peut provoquer une croissance rapide de la tumeur et provoquer ses métastases.

Par conséquent, dans les antécédents médicaux des patientes du service d'oncologie, il est obligatoire de fournir une colonne «Méthodes de contraception», dont les méthodes et les moyens sont choisis par le médecin pour chaque femme individuellement.

Une grossesse est-elle possible après une chimiothérapie?

Le risque d'infertilité après la chimiothérapie est élevé. Cela peut être temporaire ou permanent. Le moment de la reprise de la fonction de reproduction des femmes dépend:

  1. la gravité de la maladie et la localisation de la tumeur (par exemple, dans le cancer de l'ovaire, le risque d'infertilité augmente);
  2. les types de produits chimiques spécifiques ont une faible dose de gonadotoxicité (effet toxique sur les glandes sexuelles), non spécifique une dose élevée;
  3. le nombre de cours de chimiothérapie;
  4. réduction de la capacité du corps;
  5. l'âge

D'après les observations de la pratique médicale, la période de récupération après la chimiothérapie dure en moyenne de 2 à 5 ans. Les jeunes femmes de moins de 30 ans ont toutes les chances de tomber enceintes naturellement, de porter et de donner naissance à un enfant en bonne santé. Après 30 ans, ces chances diminuent rapidement. Néanmoins, il est impossible d'affirmer avec exactitude que la fonction de reproduction sera complètement rétablie.

Compte tenu de ce fait, avant de prescrire un tel traitement chez les femmes en âge de procréer, le médecin doit déterminer si elle envisage une future grossesse. Si tel est le cas, des médicaments bloquants spéciaux sont prescrits pour préserver et protéger les ovaires au cours du traitement.

Comment restaurer la fonction de reproduction après la chimiothérapie?

Il existe de nouvelles méthodes pour préserver la fertilité après la chimiothérapie. L'un d'eux est la vitrification des ovocytes (retard de la maternité). L'essence de la technique consiste à éliminer les ovocytes par ponction de l'ovaire puis congélation. Ainsi, quelque temps après la chimiothérapie, une femme peut tomber enceinte par FIV.

Pour éliminer les violations dans la région génitale après un traitement chimique, prescrire un traitement préventif aux médicaments et un médicament à base de plantes, qui est la nomination d'antioxydants et d'agonistes.

Antioxydants - Ce sont des molécules chargées négativement qui attirent les toxines et les éliminent du corps. Leur plus grand contenu dans les légumes, les fruits, les verts.

Les agonistes ─ substances qui interagissent avec les récepteurs inhibent complètement le fonctionnement de la cellule. Leur tâche principale est de désactiver le processus de division des cellules de l'explosion (précurseurs immatures des œufs) des ovaires. Étant au repos, les cellules germinales sont peu touchées par la chimiothérapie.

Les principaux groupes de plantes pour la restauration de la fonction de reproduction après un traitement chimiothérapeutique:

  1. Antioxydant rose rose de chien, romarin, aubépine, absinthe.
  2. Antigonadotrope P Pilule de Bruant à tête rouge, consoude,
  3. Phytoestrogènes contenant ─ luzerne, semis, houblon commun, trèfle rouge, réglisse, sauge.
  4. Adaptogènes ─ rose radiola, Eleutherococcus, ginseng, Aralia Manchu.

Les herbes améliorent la sécrétion de stéroïdes sexuels dans les ovaires et restaurent la maturation de l'œuf.

C'est important!

La décision concernant la grossesse à venir ne doit pas être émotionnelle, mais équilibrée et prise non seulement par la femme elle-même, mais également par les oncologues, les gynécologues et les membres de la famille. C'est la garantie d'une issue favorable pour la future grossesse et la santé du bébé!

La chimiothérapie est-elle sans danger pendant la grossesse (y compris ectopique)?

Que faire si le diagnostic de cancer est établi pendant la grossesse? En règle générale, le gynécologue qui l'observe est informé de la présence d'une éventuelle tumeur.

Tout d’abord, évaluez la taille de la tumeur, la structure et la nature de sa dynamique. S'il existe une base (croissance tumorale lente), le moment de la chimiothérapie est reporté pour une période post-partum.

Si un traitement au cours du premier trimestre est inévitable, une interruption artificielle de la grossesse est indiquée, car les préparations chimiques entraînent une pathologie du développement du fœtus incompatible avec la vie. Une chimiothérapie est effectuée au cours des périodes ultérieures, lorsque la pose des organes et des systèmes du fœtus est déjà terminée. Mais il peut y avoir les complications suivantes:

  • prématurité et accouchement prématuré;
  • bébés de faible poids à la naissance;
  • une violation ou un manque de lactation.

La chimiothérapie est également utilisée pour éliminer la grossesse extra-utérine. Le médicament «méthotrexate» est une alternative efficace à une intervention chirurgicale. Il élimine non seulement l'ovule, mais restaure également la perméabilité des trompes de Fallope. Cette méthode est utilisée lorsque la taille de l'embryon ne dépasse pas 3,5 cm.

La chimiothérapie et la grossesse dans certaines situations sont tout à fait compatibles. Et, malgré tous les mythes et les préjugés, le traitement par chimiothérapie ne prive pas la femme du bonheur de la maternité.

Grossesse après chimiothérapie

Beaucoup de femmes, ayant survécu à une chimiothérapie au cours d'un traitement en oncologie, ont peur d'avoir des enfants, croyant que l'enfant peut adopter une prédisposition génétique au cancer ou naître avec des anomalies. Certains pensent que la grossesse après la chimiothérapie est impossible en raison de troubles de la reproduction.

L'effet de la chimiothérapie sur la capacité de reproduction

Sans aucun doute, la chimiothérapie a un effet dévastateur sur le corps de la femme, en particulier sur sa capacité à concevoir et à avoir des enfants. Mais les médecins ont noté que l'endomètre ne souffrait pas en même temps, ce qui signifie que l'utérus est capable d'accepter un ovule fécondé. Cela augmente les chances de faire un bébé en bonne santé.

Quel est l'effet de la chimiothérapie sur les organes de la femme?

  • La fonction des ovaires diminue ou est totalement perdue, ce qui se traduit par une diminution du nombre de follicules qui mûrissent en un ovule pour une fertilisation ultérieure. Si les follicules sont détruits, une aménorrhée survient et la menstruation est absente. Cela peut durer plusieurs mois, puis le cycle est rétabli et la femme peut à nouveau tomber enceinte. Le pronostic dépend des médicaments utilisés pour traiter le cancer.
  • L’utérus ne subit pratiquement pas de chimiothérapie, mais il peut perturber l’approvisionnement en sang et la capacité de croissance, ce qui ne peut pas influer sur le déroulement de la grossesse. Une femme ne devient pas stérile, mais il y a un risque de ne pas pouvoir supporter un enfant. La grossesse après la chimiothérapie est lourde de fausse couche ou de naissance prématurée. Une conséquence négative peut être une pénétration du placenta ou un poids insuffisant de l'enfant.

Si la capacité de tomber enceinte est perdue, la femme peut utiliser d'autres méthodes pour concevoir un enfant.

Puis-je tomber enceinte pendant la chimiothérapie?

Les médicaments utilisés en oncologie ont un effet destructeur différent sur le corps de la femme. Cela dépend des facteurs suivants:

  • l'âge de la femme;
  • type de médicament et son degré de toxicité;
  • durée de la chimiothérapie.

L'aménorrhée est le principal effet indésirable après le traitement. Le cycle menstruel peut se rétablir chez les filles plus jeunes et, chez la femme plus âgée, la ménopause survient généralement.

L’effet de la chimiothérapie sur la capacité de concevoir d’une femme n’est pas entièrement compris, la science ne peut affirmer sans équivoque si une grossesse aura lieu ou non. Par conséquent, chaque femme en âge de procréer sous traitement doit prendre en charge la contraception. Une grossesse au cours d'une chimiothérapie n'est pas recommandée. Cela est dû aux conséquences négatives suivantes:

  • développement pathologique du fœtus ou sa mort due aux effets toxiques de produits chimiques lourds;
  • en cas de grossesse, le corps de la femme commence à se reconstruire et à se préparer à la procréation, ainsi que des modifications hormonales pouvant entraîner une forte augmentation des tumeurs malignes et l'apparition de métastases.

Par conséquent, au moment du traitement, le médecin choisit la méthode de contraception individuellement, mais si la grossesse est survenue, elle doit être interrompue.

Grossesse après chimiothérapie

Après avoir suivi une chimiothérapie, toutes les femmes n'oseront pas accoucher, et encore moins le risque de devenir stérile est très grand. Néanmoins, beaucoup se demandent si une grossesse est possible après la chimiothérapie. Pour de nombreuses femmes, la fonction de reproduction est rétablie au fil du temps, la période dépend de nombreux facteurs:

  • localisation et gravité de l'oncologie;
  • types de médicaments utilisés pour le traitement;
  • durée du traitement;
  • l'état du système immunitaire et la capacité de récupération de l'organisme;
  • l'âge de la femme.

Sur la base de la moyenne, les femmes jeunes et fortes se rétablissent en 3-5 ans. Une femme de moins de 30 ans est tout à fait capable de concevoir un enfant et de le mener à bien sans recourir à des méthodes auxiliaires. Les personnes de plus de 30 ans peuvent ne pas récupérer, mais sont tout à fait capables de donner naissance à un bébé par insémination artificielle.

Chimiothérapie chez l'homme

Le traitement de l’oncologie chez l’homme prévoit également des traitements de chimiothérapie, qui affectent négativement les capacités de reproduction du corps, ce qui se traduit par les modifications suivantes:

  • La mobilité et le nombre de spermatozoïdes sont considérablement détériorés, ce qui réduit considérablement la capacité de fertilité de l'ovule. Ainsi, un homme peut devenir stérile.
  • Les médicaments utilisés pour le traitement ont un effet toxique sur les cellules germinales, en provoquant des modifications génétiques. Un enfant à la conception peut prendre en charge ces cellules, la naissance de ces enfants peut entraîner une déformation. Les effets les plus négatifs sur la fonction de reproduction des hommes sont notamment les suivants: cisplatine, cyclophosphamide.
  • L'irradiation des cellules cancéreuses peut également entraîner une infertilité masculine, en raison du fait que la radiothérapie a un effet néfaste sur la motilité des spermatozoïdes. Chez les jeunes hommes, le rétablissement survient au bout de 1,5 à 2 ans. Si l'exposition était totale, la fertilité pourrait ne pas être restaurée.

La capacité des hommes à fertiliser les cellules féminines d'oncologie des organes reproducteurs est particulièrement affectée.

Effets secondaires après la chimiothérapie

Les médicaments chimiothérapeutiques sont injectés par voie intraveineuse et ont un effet destructeur non seulement sur les cellules cancéreuses, mais également sur les cellules saines. Un patient qui suit un cours de chimie se sent mal, mais ensuite, il y a une amélioration, les cellules pathologiques sont détruites et le corps commence à récupérer progressivement.

Les cellules normales sont moins touchées, ceci est dû au fait que les cellules anormales se divisent plus rapidement et que les médicaments agissent principalement sur elles. De plus, les cellules saines ont la capacité de récupérer, malgré les effets secondaires transférés:

  • calvitie, le plus souvent complète;
  • développement de l'ostéoporose;
  • l'anémie;
  • la complication la plus grave est la leucémie;
  • problèmes de cœur et de vaisseaux sanguins;
  • nausée avec vomissements;
  • des problèmes gastriques et intestinaux peuvent provoquer une perte complète de l'appétit;
  • selles avec facultés affaiblies;
  • troubles psycho-émotionnels;
  • les poches;
  • perte complète ou déclin temporaire de la fonction de reproduction;
  • inflammation des yeux, accompagnée de larmoiement.

La gravité des effets secondaires après un traitement par chimiothérapie dépend de la forme de l’oncologie, de l’âge et du corps du patient, ainsi que de la composition des médicaments. La chimiothérapie n'a pas toujours un impact négatif sur la fertilité masculine et sur la capacité de donner naissance à des enfants chez une femme.

Les hommes peuvent être sujets à la psychosomatique, cela cause souvent une impuissance temporaire, une perte d'intérêt pour l'intimité. Dans ces moments-là, il est très important de soutenir moralement l'homme, avec le temps, la fonction sexuelle peut complètement se rétablir. Après un traitement de deux ans, un homme doit appliquer des moyens de protection (prédatifs) afin d'éviter la conception et la naissance d'un enfant immature. Les anomalies physiques et mentales peuvent ne pas se révéler immédiatement, mais se manifester chez un enfant après plusieurs années.

Comment restaurer la fonction de reproduction après la chimiothérapie?

Aujourd'hui, il existe des moyens modernes pour restaurer la fonction de reproduction. Afin d'éliminer les violations après la radiothérapie et la chimie, un traitement spécial est prescrit:

  • en prenant des antioxydants, qui ont la capacité d'attirer les toxines et de les éliminer du corps, on les trouve principalement dans les fruits et les légumes frais, ainsi que dans les légumes verts;
  • les agonistes qui agissent sur les cellules germinales en inhibant leur fonction au moment du traitement, de sorte qu'ils ne soient que peu exposés aux produits chimiques;
  • les phytohormones pour restaurer les niveaux hormonaux et la capacité de concevoir;
  • l'herbe, en restaurant la maturation de l'oeuf.

Si la capacité de concevoir est perdue, vous pouvez utiliser la FIV. Plus une femme est âgée, moins le nombre d'œufs dans son corps mûrit et moins elle risque d'être enceinte. Par conséquent, avant de commencer une chimiothérapie, il est demandé aux femmes de conserver des œufs en bonne santé et de les conserver jusqu'à une période propice à la fécondation.

L'infertilité masculine après une chimiothérapie ne se produit pas toujours. Chez les jeunes hommes, la fertilité est souvent rétablie spontanément après quelques mois. Si les spermatozoïdes sont mobiles mais ne peuvent pas quitter les testicules, un traitement chirurgical est effectué.

Certains hommes acceptent de faire don de sperme pour le stockage et l’utiliser ultérieurement pour la fécondation des cellules de la femme. La science moderne a la capacité de sélectionner les échantillons les plus mobiles et de les appliquer à l'avenir.

Un aspect important pour la restauration de la fonction de reproduction est le mode de vie, la valeur nutritionnelle, le sommeil et le repos et la présence d’émotions positives.

Le risque de cancer chez un enfant

Les enfants nés de parents atteints d'un cancer ne risquent pas davantage d'être atteints du cancer que ceux nés de parents en bonne santé. Un enfant ne peut hériter que d'une prédisposition génétique à l'oncologie.

Les cas de développement de tumeurs cancéreuses chez les enfants nés de parents guéris n'ont pas été enregistrés. Mais pour concevoir un bébé en bonne santé, il est préférable de planifier une grossesse deux à trois ans après une chimiothérapie, une radiothérapie ou une radiothérapie. Ces recommandations sont associées à la nécessité de restaurer le corps d'une femme et d'un homme après la prise de médicaments hautement toxiques.