loader
Recommandé

Principal

Prévention

Les résultats de la biopsie cervicale

La biopsie cervicale est considérée comme l’une des méthodes de recherche diagnostique les plus fréquemment utilisées en gynécologie. Cette méthode implique l'excision d'un fragment de tissu de la partie vaginale de l'utérus cervical et de la région visible du canal cervical à des fins d'analyse histologique. Le site cervical ayant subi des modifications pathologiques est étudié en détail au microscope. Une biopsie montre la structure des tissus et la composition cellulaire, le degré de modification du noyau, du cytoplasme, le processus de division cellulaire et sa nature, le nombre de mitoses en couches, que des processus atypiques soient présents ou non.

Faire une biopsie du col de l'utérus, afin d'exclure le cancer. Comme lors d’un examen gynécologique au miroir de nombreuses pathologies se ressemblent, un verdict exact permet de procéder à un examen histologique au microscope. Une fois que le médecin a passé des tests de cytologie (test PAP, oncocytologie), obtenu le résultat et déterminé le nombre de cellules et la quantité de tissu ayant subi des modifications, la décision de procéder à une biopsie est prise.

But de la biopsie

Les femmes qui consultent chaque année un gynécologue subissent plusieurs tests de dépistage montrant la présence de processus de fond et de processus précancéreux. Ces études comprennent:

  • raclage du canal cervical sur la cytologie;
  • Test PAP;
  • frottis sur la flore;
  • analyse des IST par PCR;
  • colposcopie étendue;
  • Échographie;
  • Digene-test.

Combien de méthodes à utiliser, le gynécologue décide dans chaque cas. L'examen du patient commence par un examen dans les miroirs. Cette méthode simple montre à quel point les tissus de la surface de la partie vaginale sont modifiés. Normalement, la région cervicale a une couleur rose pâle, une surface lisse et brillante. Le médecin évalue la quantité de décharge contenue dans le canal cervical et son caractère: la décharge doit être translucide, sans odeur. Le montant est déterminé par la phase du cycle.

Si un spécialiste visualise les modifications - zones hyperémiques ou gris-blancs, papillomes, polypes, érosion hémorragique - des tests sont effectués.

  1. Un frottis sur la flore montre combien de leucocytes, d'épithélium sont présents dans le tractus génital féminin. Cette analyse démontre la présence de flore pathogène - Trichomonas, gonocoques, Gardnerell, microflore normale - bâtons de Doderlein. Lors de la coloration selon la méthode de Romanovsky-Giemsa, elle montre la présence de chlamydia. Sur la base de cette analyse, le gynécologue juge en grande partie le processus inflammatoire.
  2. Une analyse de la cytologie ou du test PAP montre combien de cellules ont subi des modifications atypiques, à savoir la présence de coylocytes, de cellules atypiques de l'épithélium plat et cylindrique, de processus précancéreux et cancéreux. Ces troubles sont dus à la persistance et à l'activation du VPH oncogène à haut risque. La prochaine étape consistera donc en une analyse du VPH par PCR et biopsie. Le cytogramme montre la présence de dysplasie, d'ectopie, de cancer et d'inflammation. La cytologie en milieu liquide est considérée comme l'une des analyses les plus fiables.
  3. Une étude sur la présence de divers types de VPH est réalisée par PCR ou à l'aide d'un test Digene moderne, qui montre la charge virale - le nombre de particules virales présentes dans le canal cervical ainsi que le spectre des souches.
  4. Une étude sur les IST est considérée comme une méthode de dépistage obligatoire pour le diagnostic des infections génitales chez les femmes. L'analyse montre combien et quels types de bactéries et de virus circulent dans le canal cervical. Les infections mixtes les plus fréquemment enregistrées sont la chlamydia, l'urée et la mycoplasmose, l'herpès génital, l'infection à HPV.
  5. La colposcopie montre la présence et la surface de zones modifiées de l'épithélium cervical. Un microscope gynécologique a la capacité d'augmenter de vingt à quarante fois la taille de l'épithélium de la partie vaginale du col de l'utérus. Ce que le médecin n'a pas vu dans les miroirs, montre une colposcopie. Le cou est traité avec une solution acétique et le spécialiste évalue combien de vaisseaux sont changés de manière atypique, quelle partie de la région cervicale est couverte par un autre type d'épithélium. L'épithélium acétowhite - zone trop pâle - montre une dysplasie, une leucoplasie, indiquant l'activation du VPH. Les vaisseaux sains réagissent à l'acétate avec des spasmes et les malades sont caractérisés par un manque de réaction (vaisseaux atypiques). Les changements précancéreux sont jugés par la présence d'une mosaïque grossière - capillaires cervicaux dilatés. Le traitement de surface de l’organe avec de l’iode indique le nombre de zones qu’ils ne tachent pas - ils indiquent une ectopie ou une dysplasie.

Variétés de procédure

Après avoir reçu les résultats des tests de dépistage, le gynécologue décide du type de biopsie cervicale à utiliser. Il existe plusieurs types:

  • biopsie ciblée ou de ponction;
  • couteau;
  • conchotomie (pinces gynécologiques);
  • conisation (laser, onde radio);
  • biopsie en boucle électrique;
  • curetage;
  • circulaire

Différents types de biopsie du col utérin sont utilisés en fonction des modifications identifiées dans l'analyse. La méthode la plus courante - la biopsie de visée ou de ponction - des techniques peu invasives et faciles à utiliser. Cette analyse est utilisée dans les cas de suspicion d'ectopie ou de dysplasie d'un degré. Des méthodes plus invasives - excision au couteau, à l'anse, conisation, coupes circulaires - sont utilisées en association avec une leucoplasie, une dysplasie de 2,3 degrés et un cancer non invasif. Les polypes du canal cervical nécessitent un curetage. Les techniques invasives sont à la fois des analyses et des méthodes d'élimination des polypes, des verrues et de la dysplasie.

Lors de la conisation à des fins de biopsie, la méthode des ondes radioélectriques doit être choisie. Les techniques laser et électrochirurgicales conduisent à l'excitation des bords du cône pendant l'excision, ce qui peut conduire à un diagnostic histologique incorrect.

Pour qu'une biopsie cervicale donne des résultats fiables, un spécialiste doit capturer un site sain et pathologique en même temps. Ceci suggère la nécessité d'une sélection minutieuse de la clinique pour analyse. Seuls un gynécologue expérimenté et un diagnosticien peuvent déterminer de manière adéquate la quantité de tissu qui a été changée et le trajet du col utérin affecté.

Beaucoup de femmes se demandent combien de jours après la menstruation devraient s'écouler pour effectuer une biopsie du col utérin? Il a été établi que pour l'analyse, les jours les plus favorables sont les 7-14 e jours du cycle.

Résultat de biopsie normal

La biopsie du col de l'utérus montre les principales caractéristiques des tissus, la composition cellulaire, la structure du noyau et du cytoplasme, les processus de division, le nombre de noyaux et d'inclusions pathologiques dans le cytoplasme. Tous les termes qui seront indiqués dans la conclusion sont liés à la forme des éléments cellulaires et au noyau, au type de tissu, à sa structure.

Un col de l'utérus en bonne santé dans sa partie vaginale présente un épithélium squameux stratifié, de structure similaire à la peau, mais ne présentant aucune aptitude à la kératinisation. Normalement, il se compose de 3 couches.

  • Basique ou basale - la couche est directement adjacente à la membrane basale du tissu conjonctif, sous laquelle se trouvent déjà les muscles. Les cellules de cette couche sont grandes et arrondies (ont la forme d'un prisme).
  • Moyen ou épineux - avec la base forment une couche de germe.
  • Surface - les éléments sont plats, leur durée de vie est de cinq jours, puis ils sont exfoliés et mis à jour.

Le canal cervical du col utérin a un type de tissu différent - un épithélium glandulaire monocouche (cylindrique ou prismatique). Éléments cellulaires allongés, rectangulaires, glandes situées entre eux.

Une zone spéciale du col de l'utérus, qui est le plus souvent soumise à une pathologie, est la zone de transition - l'endroit où deux types d'épithélium se connectent. En histologie, on parle d'épithélium métaplasique.

La membrane basale est présentée dans le canal cervical ainsi que dans la partie vaginale du col de l'utérus.

Une femme en bonne santé subit une biopsie à «résultat négatif», qui peut être entendue de deux manières différentes.

  • "Sans pathologie" - l'analyse montre combien de cellules forment un épithélium squameux stratifié, qui forme des éléments cellulaires dans une couche cylindrique, la structure des glandes. Les tissus ne sont pas modifiés et sont situés aux endroits correspondant à l'anatomie normale.
  • "Changements mineurs" - ce résultat décrit uniquement les changements de forme des cellules.

Pathologie

Le résultat d’une biopsie peut contenir le nom de la maladie identifiée et les caractéristiques des structures.

Les pathologies de fond bénignes incluent:

  • l'ectopie;
  • ectropion érodé (inversion de l'endocol);
  • l'endométriose;
  • endocervicitis.

Les conditions précancéreuses comprennent:

  • dysplasie légère (CIN 1, ASCUS ou ASC-H), modérée (CIN 2, LSIL), grave (CIN 3, HSIL);
  • leucoplasie avec atypie;
  • l'adénomatose;
  • erythroplakia;
  • la polypose;
  • condylome.

Une biopsie cervicale montre un cancer à la fois préinvasif et invasif.

Pour indiquer certains changements dans les tissus, les histologues utilisent une terminologie spécifique.

  1. Coylocytes - indiquent une infection à papillomavirus causée par le VPH à haut risque oncogène. Le plus souvent, la koilocytose est inhérente à la dysplasie sévère (CIN 3, HSIL ou Papanicolaou de type 4). L'histologue peut indiquer le nombre de cellules détectées, par exemple, elles sont simples ou multiples. Les coylocytes semblent vides. Les noyaux sont sujets à la dystrophie et autour d'eux se forment des vacuoles. Cela signifie qu’à tout moment, ils peuvent renaître cancéreux.
  2. Les cellules atypiques dans un épithélium squameux stratifié - la forme, la taille des éléments cellulaires sont changés en irrégulière, ils peuvent contenir plusieurs noyaux, les noyaux sont élargis. L'analyse de la biopsie indique combien d'entre eux se trouvent dans la biopsie. Ces résultats de biopsie cervicale indiquent souvent une dysplasie ou un cancer, et moins souvent une inflammation.
  3. Acanthosis - le nombre de cellules dans la couche épineuse intermédiaire est augmenté, il est possible qu'il existe une indication du nombre de cellules visualisées. Ceci est le résultat de l'analyse de la biopsie cervicale pour les infections à HPV, en particulier les papillomes, la dysplasie et la leucoplasie.
  4. Kératose - indique le degré d'activation du VPH, à savoir la leucoplasie ou la papillomatose. Kératinisation marquée de l'épithélium plat. Le diagnosticien indique combien de ces cellules. S'il y en a beaucoup, ils parlent d'hyperkératose;
  5. Dystrophie de l'épithélium - la division et la maturation sont ralenties, les tissus sont éclaircis. Montre l'inflammation ou la condition de la préménopause.
  6. L'endométriose est l'apparition de l'endomètre dans l'endocol.
  7. Infiltration de leucocytes - un grand nombre de leucocytes, dont certains sont détruits. Peut indiquer combien de leucocytes. Ce résultat de biopsie cervicale montre une inflammation.
  8. Hypertrophie des glandes - les cellules des glandes ont une taille et un nombre accrus, les contours sont irréguliers, les noyaux sont modifiés. L'analyse montre l'adénomatose.
  9. La prolifération est une membrane cellulaire amincie, les cellules sont petites et leur nombre est grand.

Si le résultat de la biopsie indique un cancer, la combinaison des termes décrits sera indiquée en conclusion, mais le nombre de cellules anormales sera important, la prolifération et la kératose sont exprimées, de nouveaux vaisseaux sont marqués et il n'y a pas de stratification de l'épithélium. Si le processus n'atteint pas la membrane basale - ils parlent du cancer préinvasif, dans le cas de la germination de la membrane basale - de la forme invasive.

Biopsie du col de l'utérus: son déroulement, les indications de l'étude

Dans certains cas, après un test Pap, un examen sur une chaise gynécologique ou une colposcopie, le gynécologue peut prescrire une procédure de diagnostic telle qu'une biopsie du col de l'utérus. Cette étude consiste à prélever un ou plusieurs échantillons de tissu cervical et à en effectuer une analyse histologique afin de déterminer les anomalies, la dégénérescence des cellules précancéreuses ou cancéreuses.

Pour qu'une telle méthode de diagnostic donne les résultats les plus fiables possibles, il est nécessaire de déterminer les indications et contre-indications de sa mise en œuvre, de sélectionner la date correcte de mise en œuvre et un type de technique de prélèvement de tissu. Avant la procédure, la femme doit suivre la formation nécessaire, dont l’exactitude déterminera également la fiabilité de l’analyse.

Dans cet article, nous allons vous familiariser avec les indications, les contre-indications, les moyens de préparer et d’effectuer une biopsie cervicale.

Des indications

Un gynécologue peut prescrire une telle procédure de diagnostic pour tout changement pathologique suspecté dans les tissus du col utérin.

Le plus souvent, une biopsie est réalisée dans les cas cliniques suivants:

  • résultats douteux ou négatifs au test de Pap (frottis cytologique);
  • la présence sur le col de l'utérus leucoplasie, érosion, verrues, polypes;
  • détection de modifications suspectes au cours de la colposcopie (vaisseaux atypiques, zones négatives pour l'iode, mosaïque rugueuse et ponctuation, épithélium blanc acétonique, etc.).

Contre-indications

Parfois, une biopsie cervicale ne peut être réalisée avant l'élimination de certaines contre-indications:

  • processus infectieux et inflammatoires dans les organes génitaux;
  • des anomalies dans le système de coagulation du sang;
  • menstruation.

Une autre contre-indication relative à la réalisation d'une biopsie peut être une grossesse. Dans ce cas, cette procédure de diagnostic n'est pas toujours effectuée.

Quand pouvez-vous effectuer une biopsie cervicale pendant la grossesse?

Lorsque des modifications pathologiques des tissus cervicaux sont détectées pendant la grossesse, la décision de procéder à une biopsie est toujours prise individuellement.

Dans les périodes précoces (jusqu'à 12 semaines) ou tardives, une telle procédure peut être dangereuse et entraîner une fausse couche ou un accouchement prématuré. C'est pourquoi les gynécologues recommandent en général de prélever des tissus au cours du deuxième trimestre de la grossesse, lorsque le risque de telles complications devient minime.

Si d'autres études montrent que les lésions pathologiques identifiées dans les tissus du col de l'utérus ne nécessitent pas de diagnostic immédiat, une biopsie peut être effectuée dès le post-partum. Dans ce cas, l’étude est réalisée 6 semaines après l’accouchement.

Types de biopsie cervicale

Des échantillons de tissus cervicaux peuvent être collectés par différentes méthodes. Le choix de l'une ou l'autre méthode dépend d'un diagnostic préliminaire et d'un certain nombre d'autres paramètres. Certaines des méthodes de biopsie ne sont pas seulement des procédures de diagnostic, mais également des procédures médicales.

Il existe de tels types de biopsie cervicale:

  1. Observation (ou ponction). Cette technique est la plus courante et est réalisée pendant la colposcopie. Pour l'analyse, les zones tissulaires les plus suspectes sont collectées. Pour les obtenir, on utilise une aiguille spéciale pour biopsie, capable de contenir une colonne de tissu. Cette procédure peut être réalisée en ambulatoire, ne nécessite pas d'anesthésie rachidienne, épidurale ni d'anesthésie générale. Au cours de la procédure, le patient ne ressent qu'une légère sensation de picotement ou une pression qui passe en 5 à 10 secondes.
  2. Konhotomny. Ce type de biopsie est presque identique à la biopsie par ponction, mais pour son exécution, il est utilisé par conchot (un outil qui ressemble à des ciseaux pour son apparence). La procédure peut être effectuée en ambulatoire et une anesthésie locale est utilisée pour l'anesthésie. Après avoir pris le matériel pour analyse, la femme peut avoir des taches pendant un moment.
  3. Boucle (ou électrochirurgical, électroscission). Au cours d'une telle procédure, les zones de tissu modifiées du col de l'utérus sont comme décollées à l'aide d'un outil de forme similaire à celle de la boucle. Un courant électrique le traverse, ce qui assure la séparation des tissus nécessaires. La procédure peut être effectuée en ambulatoire après une anesthésie locale. On pense que ce type de biopsie peut fausser les résultats de l'analyse, car dans les tissus collectés, il y a des particules «carbonisées». Après avoir prélevé un échantillon du matériau de cette manière, la cicatrisation prend plus de temps et le patient peut ressentir un écoulement sanguinolent du vagin pendant plusieurs semaines. En outre, certains spécialistes ne recommandent pas cette procédure aux femmes qui planifient une future grossesse, car après la collecte du tissu cicatriciel, des modifications cicatricielles peuvent se produire, nuisant à la conception normale ou à la mise bas.
  4. Coin (ou couteau, étendu, couteau froid, conisation du col de l'utérus). Cette procédure est effectuée à l'aide d'un scalpel chirurgical conventionnel. Un petit morceau du col utérin triangulaire est prélevé comme échantillon de tissu. Les incisions sont faites de sorte que les couches les plus suspectes de cette partie de l'utérus soient prises pour analyse. Cette méthode d'échantillonnage peut être non seulement diagnostique, mais également thérapeutique. Elle est toujours réalisée en milieu hospitalier, car elle nécessite l’utilisation d’une anesthésie suffisante (anesthésie générale, anesthésie rachidienne ou épidurale). Après l'intervention, la femme peut être libérée le jour même ou le lendemain. Au cours des prochaines semaines, elle peut ressentir une légère douleur à l'abdomen et observer des pertes sanguines abondantes et abondantes dans le vagin.
  5. Circulaire (ou circulaire). Cette méthode est un type de conisation cervicale et est réalisée avec un scalpel ou un couteau à ondes radio. Au cours de l'intervention, une grande partie du tissu est collectée avec capture obligatoire d'une partie du canal cervical. Une telle méthode peut être prescrite à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Il est réalisé sous anesthésie générale, anesthésie rachidienne ou épidurale en milieu hospitalier. Comme après la conisation cervicale, une femme peut ressentir une douleur au bas de l'abdomen pendant plusieurs semaines après la procédure et observer des écoulements sanglants plus ou moins abondants dans le vagin.
  6. Onde radio. Cette technique est réalisée à l'aide du couteau à ondes radioélectriques de l'appareil Surgitron et ne laisse pas de dommages importants sur le col de l'utérus. Après le prélèvement des tissus de la femme, de petits saignements peuvent se produire, mais ils s’arrêtent après 2-3 jours. Cette procédure provoque rarement des complications et des cicatrices restent sur l'organe. Ce type de biopsie est souvent recommandé aux femmes qui envisagent encore une grossesse.
  7. Laser. La collecte des tissus pour analyse est effectuée à l'aide d'un couteau laser dans un hôpital, car une telle intervention nécessite une anesthésie générale. Cette technique cause rarement des complications, a un impact faible et ne nécessite pas de réadaptation à long terme (le saignement cesse au cours des premiers jours suivant la procédure).
  8. Curetage endocervical. Cette technique de biopsie diffère quelque peu des précédentes, car elle consiste à racler le canal cervical. Grâce à cette manipulation, il est possible d'obtenir des tissus directement à partir du canal cervical afin d'identifier les cellules atypiques. La procédure peut être effectuée après une anesthésie intraveineuse.

Quel jour du cycle menstruel une biopsie est-elle pratiquée?

Les jours les plus favorables pour la collecte de tissus sont les premiers jours du cycle menstruel, soit 5 à 7 jours après le premier jour des règles, immédiatement après leur achèvement. Les experts recommandent de pratiquer une biopsie précisément ces jours-ci afin que les lésions tissulaires qui se forment après la procédure puissent complètement guérir avant le début des règles suivantes.

Quels tests sont nécessaires avant une biopsie?

La collecte de tissus cervicaux est une procédure invasive et, une fois celle-ci effectuée, des dommages subsistent à la surface de l'organe, ce qui peut devenir un point d'entrée pour l'infection ou une source de saignement. Pour exclure de telles complications de la biopsie, plusieurs études de diagnostic sont attribuées à une femme:

  • test sanguin clinique;
  • coagulogramme;
  • tests pour détecter les infections: frottis sur la microflore, analyse de l'infection latente, tests sanguins pour l'hépatite, la syphilis et le VIH;
  • frottis cytologique.

Comment se préparer à la biopsie

Pour obtenir les résultats les plus fiables de l’étude et éviter les complications, une femme doit respecter un certain nombre de règles lors de la préparation de la biopsie:

  1. 2 jours avant la procédure pour refuser le sexe.
  2. 2 à 3 jours avant l’étude, arrêtez de faire des seringues, n’utilisez pas de tampons et n’injectez pas de drogues dans le vagin.
  3. S'il est nécessaire d'effectuer une anesthésie locale, effectuez un test afin d'identifier une éventuelle réaction allergique à l'anesthésique utilisé.
  4. S'il est nécessaire d'effectuer une anesthésie générale, consultez un anesthésiste et, si nécessaire, suivez ses recommandations (recherches supplémentaires, prise d'un sédatif avant la procédure, etc.).
  5. Avant la procédure, prenez une douche hygiénique.
  6. Si vous prévoyez d'effectuer une anesthésie générale, le dernier repas et le dernier liquide doivent avoir lieu 8 à 12 heures avant l'intervention.
  7. Signer les documents de consentement à la réalisation de la biopsie.

Quels types d'anesthésie sont utilisés pour effectuer la procédure

L'intensité de la douleur lors d'une biopsie cervicale dépend des paramètres suivants:

  • méthode d'exécution de la procédure de collecte de tissus;
  • le niveau de sensibilité à la douleur du patient;
  • volume d'intervention invasive.

S'il n'y a qu'un seul petit foyer pour le prélèvement de tissu, l'anesthésie peut ne pas être réalisée car il n'y a pas de récepteurs de la douleur sur le col de l'utérus. Si une intervention invasive de grande envergure est prévue ou si le patient est très sensible à la douleur, ressent de la douleur ou est nerveux, des anesthésiques locaux peuvent alors être utilisés pour éliminer la douleur. Ces médicaments sont appliqués sur le col de l'utérus sous forme de spray ou injectés dans ses tissus par injection. En outre, il est recommandé à la femme de se détendre pendant la prise de tissu. Cette condition réduit le risque de contraction de l'utérus et rend la douleur moins palpable.

Pour certains types de biopsie, une anesthésie générale, une anesthésie épidurale ou rachidienne peut être recommandée. Dans de tels cas, la femme devrait consulter un anesthésiste. Si nécessaire, ce spécialiste peut prescrire des tests de diagnostic supplémentaires (ECG, tests, etc.) qui lui permettront d’évaluer l’état de santé général et de sélectionner les médicaments les mieux adaptés à la conduite sans danger de l’anesthésie.

Comment mener des recherches

La méthode de réalisation d'une biopsie cervicale dépendra de la méthode choisie par le médecin. Après la désignation d'une procédure, il doit nécessairement familiariser le patient avec les principes de base de sa mise en œuvre.

Biopsie cervicale utérine en ambulatoire

Si la procédure est effectuée à la clinique, l'anesthésie rachidienne, épidurale ou générale ne sera pas utilisée pour la réaliser.

Une biopsie sera réalisée comme suit:

  1. Le patient est allongé sur le fauteuil gynécologique, comme pour un examen de routine.
  2. Un miroir est inséré dans le vagin et une lumière brillante est envoyée au col de l'utérus.
  3. Une anesthésie locale est réalisée si nécessaire (irrigation du col de l'utérus avec une solution d'anesthésique local ou son injection sous forme d'injection).
  4. Un échantillon de tissu suspect est prélevé et le matériel obtenu est envoyé à un laboratoire pour analyse histologique.
  5. Après la procédure, le patient peut rentrer chez lui.

La durée de cette procédure ne dépasse pas une demi-heure. Une fois l’opération terminée, la spécialiste spécifie une date pour le prochain examen, donne à la patiente des recommandations sur certaines limitations et présente les symptômes, au cas où elle devrait consulter un médecin.

Biopsie du col utérin à l'hôpital

Si une femme subit un type de biopsie, qui doit être effectuée après une anesthésie rachidienne, épidurale ou intraveineuse, elle devra être hospitalisée pendant un à deux jours. La procédure est effectuée dans la salle d'opération sur une chaise gynécologique.

Après avoir effectué une anesthésie rachidienne ou épidurale, la femme est consciente, mais ne sent pas la moitié inférieure du corps et, après une anesthésie générale, elle s’endort. Selon le cas clinique, la durée d'une telle intervention peut aller de 40 minutes à 1,5 heure.

Après la biopsie, le patient doit rester sous surveillance médicale pendant plusieurs heures ou jusqu'au lendemain matin. Après cela, en l'absence de complications, elle est déchargée et devra suivre un certain nombre de recommandations médicales. À la sortie, le médecin prescrit la date de la prochaine inspection.

Après la procédure

Si la biopsie a été réalisée dans une polyclinique, la femme est alors en congé de maladie pendant 1-2 jours. Lors de la procédure à l'hôpital, un certificat d'incapacité de travail est généralement délivré pour une durée de 7 à 10 jours. Les résultats de l'étude sont obtenus en 10-14 jours, et la prochaine admission et l'examen par un gynécologue sont effectués en 4 à 6 semaines.

Après une biopsie, presque toutes les femmes ont un écoulement sanguin du vagin. Leur durée et leur abondance dépendent de la méthode d'échantillonnage du matériau utilisée. Après avoir effectué une biopsie au laser, au laser, par ponction ou conchotomique, il existe de rares exsudats qui cessent après 2-3 jours. Si une femme subit une biopsie en forme de coin, circulaire ou en boucle, un écoulement est observé sur plusieurs semaines. Dans les premiers jours, ils sont assez abondants et ressemblent à des pertes pendant la menstruation, puis deviennent maculants.

Après la procédure de biopsie, les tampons ne doivent pas être insérés et seuls des tampons doivent être utilisés. Parfois, des solutions spéciales sont utilisées lors de la biopsie. Dans de tels cas, pendant plusieurs jours, les excrétions peuvent être brunes ou verdâtres. Cela ne devrait pas effrayer une femme.

En outre, après une telle étude pendant plusieurs jours, certaines femmes peuvent ressentir une légère douleur au bas de l'abdomen ou au vagin. Pour les éliminer, aucun analgésique n'est nécessaire, et bientôt, ils sont éliminés d'eux-mêmes.

Après une biopsie, une femme doit observer les recommandations du médecin suivantes:

  1. S'abstenir de tout effort physique et de tout rapport sexuel. Au minimum, une telle restriction doit être observée pendant les 14 premiers jours, mais selon la méthode de collecte du matériel de recherche, le terme peut être différent. Plus précisément, la durée de ces restrictions déterminera le médecin.
  2. Ne pas utiliser de tampons, de formes posologiques vaginales (bougies, crèmes, pilules, etc.) et ne pas se doucher.
  3. Ne prenez pas de bain, n'utilisez pas de saunas, de bains, de piscines. Pour des raisons d'hygiène, utilisez seulement une douche.
  4. Ne soulevez pas plus de 3 kg.

Quand devrais-je voir un médecin immédiatement?

Dans certains cas, après une biopsie, une femme peut commencer à saigner ou développer une complication infectieuse. La raison de la visite immédiate chez le médecin devrait être l'apparition des symptômes suivants:

  • saignements excessifs (sang écarlate ou sombre avec des caillots);
  • la décharge est semblable en profusion à la menstruation, dure plus de 7 jours;
  • saignements rares mais prolongés pendant plus de 2 à 3 semaines;
  • l'apparition de pertes jaunâtres avec une odeur désagréable;
  • montée en température supérieure à 37,5 ° C;
  • douleurs intenses dans le bas-ventre ou le vagin.

Complications possibles

Dans la plupart des cas, il n'y a pas de conséquences indésirables après une biopsie conchotomique, par perforation, par laser et par ondes radio. Après une biopsie en boucle, circulaire ou conique, des modifications cicatricielles peuvent rester sur le cou. Dans certains cas, ils peuvent devenir un obstacle à l’apparition d’une future conception et d’une grossesse normale.

Quelles maladies l'étude révèle-t-elle?

La formulation des tests de biopsie cervicale obtenus est à bien des égards similaire au test de Pap, mais les résultats d'une telle étude sont plus fiables (environ 98%). Déchiffrer correctement les données de laboratoire ne peut que le médecin traitant.

Après une biopsie cervicale et une analyse des tissus obtenus, un spécialiste sera en mesure d'identifier les maladies suivantes:

Après le diagnostic, le médecin vous prescrira un traitement pour la maladie. Dans la plupart des cas, tous les changements pathologiques émergents du col utérin répondent bien au traitement. Les seules exceptions sont les stades avancés du cancer du col utérin.

Quel médecin contacter

Un gynécologue ou un oncologue peut prescrire une biopsie cervicale. Une telle procédure de diagnostic peut être motivée par différents cas: cancer suspecté, leucoplasie, polypes, érosion, verrues, résultats négatifs ou discutables d’un test Pap ou d’une colposcopie.

Une biopsie cervicale est un test invasif, mais sa valeur diagnostique justifie pleinement une telle procédure. Selon le cas clinique, différents types de cette méthode d'examen peuvent être recommandés aux femmes. Certaines peuvent être réalisées sans anesthésie, d'autres nécessitent une anesthésie locale, spinale, épidurale ou générale.

Les experts de la Moscou Doctor Clinic parlent de biopsie cervicale:

Biopsie cervicale: indications, méthodes et procédure, conséquences, décodage

La pathologie du col utérin est extrêmement commune. Selon diverses sources, certains changements se produisent chez au moins une femme sur deux, quels que soient leur âge et leur mode de vie. Ces indicateurs sont extrêmement alarmants, car le cancer du col de l’utérus reste le chef de file en matière de prévalence dans les pays en développement et dans les pays où les soins médicaux sont élevés.

Pour dépister précocement les modifications du col utérin, diverses méthodes sont utilisées - de l'inspection à la biopsie cervicale, considérée comme la procédure la plus informative, permettant de déterminer la nature du processus pathologique avec une précision absolue, confirmant ou éliminant la possibilité d'une croissance maligne.

un type de biopsie cervicale

Une biopsie est pratiquée à la fois chez les jeunes filles et les femmes entrées en ménopause, mais les indications en la matière doivent être clairement définies pour exclure la probabilité d'interventions inutiles, en particulier chez les patientes qui ne donnent pas.

Une biopsie du col de l'utérus a longtemps été transférée à la catégorie des procédures de diagnostic ordinaires, appartenant à chaque gynécologue. Il est sûr, simple à réaliser, ne nécessite pas d’anesthésie et est de courte durée, et le risque de complications est minime. Il est prescrit à un large éventail de patients pour la détection de lésions suspectes dans le cou.

Souvent, une biopsie est également thérapeutique. Ceci s'applique aux situations dans lesquelles de petites lésions pathologiques du col utérin sont complètement retirées et soumises à un examen histopathologique. En d'autres termes, le médecin atteint deux objectifs à la fois: l'établissement d'un diagnostic précis et l'élimination complète du processus pathologique.

On sait que plus tôt un médecin détecte une maladie, plus il sera facile de la traiter. Cela concerne en premier lieu le cancer, qui ne donne de bons taux de survie qu'en cas de détection précoce. La biopsie permet non seulement de poser un diagnostic précis avec une tumeur existante, mais également d’en assumer la probabilité élevée en cas de dysplasie grave, de lésions virales et d’autres changements d'organes dangereux.

Un diagnostic précoce permettra d'élaborer un plan de traitement à temps, d'établir une observation dynamique du patient et de l'aider à prévenir ou à éliminer complètement le cancer. Le rôle de la biopsie en tant que principale source d'informations ne peut donc pas être surestimé.

Quand avez-vous besoin d'une biopsie?

Théoriquement, tout processus pathologique du col de l’utérus peut constituer la base de l’étude. Cependant, étant donné le caractère invasif de la procédure, il n’est pas pratiqué pour tous les patients. Certaines maladies ne nécessitent pas de confirmation morphologique détaillée et ne constituent pas une menace pour la vie. Une biopsie peut donc être évitée.

Dans le cas des jeunes filles et des femmes qui n’ont pas encore accouché, les modalités de rendez-vous pour la biopsie sont encore plus strictes, même si on pense que la procédure elle-même n’entraîne pas de complications et conduit rarement à des cicatrices. Pour éviter d'éventuels problèmes de grossesse à l'avenir, il est nécessaire d'abandonner les biopsies déraisonnables, qui blessent d'une certaine manière la surface de l'organe.

Une biopsie cervicale est réalisée lorsque:

  • Détection de modifications focales suspectes au cours de la colposcopie;
  • Mauvais résultats de l'analyse cytologique de l'épithélium cervical;
  • Cancer suspecté ou diagnostiqué avec colposcopie.

Avant la biopsie, examen colposcopique du col de l'utérus et réalisation d'un frottis cytologique, pouvant donner lieu à une suspicion de carcinome ou à un risque élevé de survenue de ce cancer dans un proche avenir. Pendant la colposcopie, le gynécologue peut détecter des zones blanches de l'épithélium sous l'action de l'acide acétique, de l'absence de réponse à l'iode, des zones rouges érodées. La cytologie fournit des informations sur la structure des cellules, leur activité proliférative, la présence d'atypie.

Faire une biopsie sous le contrôle du colposcope augmente la valeur de l'analyse morphologique, car le médecin agit avec précision et prélève les fragments de cou les plus modifiés.

La raison la plus convaincante de prescrire une biopsie est la suspicion de cancer ou la transformation maligne naissante de foyers non cancéreux existants. Un examen microscopique détaillé permet de distinguer un processus bénin, une dysplasie sévère, un carcinome invasif ou un cancer qui n'a pas encore commencé à se développer sous la couche épithéliale. Les tactiques de traitement ultérieures dépendront du résultat de l’étude.

Une autre raison de l'examen pathologique peut être la présence de changements structurels dans le cou lorsque l'infection par des souches hautement oncogènes du papillomavirus humain est prouvée par la méthode PCR. Le virus lui-même peut provoquer des lésions visibles semblables à un carcinome, mais seul un examen histologique peut permettre de distinguer le cancer des modifications causées par le virus dans l'épithélium.

Une biopsie cervicale au cours de l'érosion (vraie) est rarement pratiquée en raison de sa fragilité et de son faible risque de malignité, alors que l'endocervicose (pseudo-érosion), souvent désignée par le terme incorrect «érosion», pourrait bien être à l'origine d'un cancer. Dans la pseudo-érosion, une étude morphologique est présentée lorsqu'il existe des raisons de supposer une transformation maligne des foyers de glandes à érosion.

L’indication absolue de la biopsie cervicale est un centre tumoral visible à l’œil, exophytique, une prolifération externe saillante de l’épithélium, en particulier avec des ulcérations, une inflammation secondaire, une abondance de vaisseaux hémorragiques.

Les obstacles à l’étude sont peu nombreux en raison de son faible traumatisme. Ils sont:

  • Pathologie de l'hémostase due au risque de saignement;
  • La menstruation;
  • Changements inflammatoires aigus, infections chroniques exacerbées dans le tractus génital (après élimination complète du processus inflammatoire, la biopsie peut être considérée comme étant sans danger).

La grossesse est considérée comme une contre-indication relative à la procédure. Une courte période de temps peut provoquer un avortement spontané et une naissance prématurée pour un grand. La période la plus sûre pour le diagnostic invasif de pathologie cervicale est le deuxième trimestre de la gestation.

Si la pathologie cervicale décelée pendant la grossesse ne nécessite pas de biopsie urgente, le médecin préférera la reporter à plus tard. Avec la très probable croissance d'une tumeur maligne chez une femme enceinte, les résultats médiocres de l'examen cytologique, le gynécologue peut même exiger une biopsie. Parfois, afin de préserver la vie et la santé du patient, la grossesse doit être interrompue.

Préparation à l'étude

La préparation à une biopsie cervicale planifiée comprend un certain nombre d'examens standard pouvant être effectués à votre clinique. Des analyses de sang générales et biochimiques, un coagulogramme, un examen de la syphilis, de l'hépatite et du VIH sont prescrits.

Avant la procédure, une femme doit nécessairement consulter un gynécologue, subir une colposcopie avec prélèvement de frottis pour cytologie, microflore vaginale. Si nécessaire, une échographie des organes génitaux internes.

L'étude est accompagnée d'un traumatisme à la couche externe de l'organe, elle doit donc être prescrite dans la première phase du cycle menstruel (5-7 jours) afin que le défaut puisse s'épithélialiser lors de la prochaine menstruation.

Deux jours avant la manipulation, il est nécessaire d’exclure les contacts sexuels, les douches vaginales, l’utilisation de suppositoires vaginaux, de pommades, de capsules, de tampons non plus, car tout cela peut fausser les résultats de l’étude. Lors de la planification d’une anesthésie générale, une femme ne doit pas manger ni boire de liquide à partir de 18 heures la veille de l’étude.

Après avoir passé les examens et les activités préparatoires, la patiente doit donner son consentement écrit à la prise de tissus pour examen.

Méthodes et techniques d'échantillonnage de tissus

Selon la technique d'obtention du tissu pour l'examen histologique, il existe:

  • Biopsie par ondes radio;
  • Konchotnomu;
  • Observation (ponction);
  • Bouclage;
  • Laser;
  • Résection Wedge.

Biopsie par ondes radio

La tendance récente de la chirurgie est la recherche des méthodes de diagnostic et de traitement les moins traumatiques et les moins invasives, qui ne sont pas accompagnées de complications, mais sont très informatives. L'un d'eux est considéré comme la méthode des ondes radio. Il présente plusieurs avantages et est préférable pour les femmes de tous âges dans toutes les pathologies du col utérin.

biopsie par ondes radio à l'aide de l'appareil Surgitron

La biopsie par ondes radio est basée sur l’effet de la température élevée sur les cellules, dont la partie liquide s’évapore. L'outil principal est une boucle par laquelle passent les ondes radio haute fréquence. La boucle ne s’applique pas au tissu excisé, c’est-à-dire à la méthode sans contact. L'évaporation des tissus s'accompagne de la formation de vapeur qui coagule les vaisseaux et empêche ainsi les saignements.

La biopsie par ondes radioélectriques est pratiquement indolore, elle permet de préserver l’intégrité du fragment de tissu retiré et des tissus environnants; elle est donc extrêmement informative et peu invasive. Le risque de brûlures, de cicatrices et de complications de nature infectieuse-inflammatoire est extrêmement faible, de même que l'infection due à l'effet désinfectant des ondes radio. La guérison progresse beaucoup plus rapidement qu'après les interventions chirurgicales normales.

La technique des ondes radioélectriques est préférable pour les femmes non enceintes qui envisagent une grossesse ultérieure, car elle ne laisse pas de malformation cicatricielle et, par conséquent, aucun risque de fausse couche ou de fausse couche.

La biopsie par ondes radio peut être réalisée en ambulatoire. Sans anesthésie, sans préparation spécifique, elle est simple à réaliser et disponible pour un large éventail de patients. Pour sa mise en œuvre, utilisez l'appareil Surgitron, présent dans de nombreuses cliniques prénatales et hôpitaux gynécologiques.

En raison des avantages énumérés de la méthode, la biopsie par ondes radio est pratiquement exempte de contre-indications. Elle ne peut pas être réalisée sur des patients porteurs d'un stimulateur cardiaque et c'est probablement la seule raison pour laquelle une telle méthode de diagnostic a été refusée au profit d'une intervention chirurgicale standard.

Biopsie de ponction

La biopsie cible reste l’un des moyens les plus courants de prélever du tissu cervical pour une analyse morphologique. Elle est réalisée sous le contrôle de la colposcopie et le médecin excise les fragments de tissu qui semblent le plus suspects au cours de l'examen. Le matériel sous la forme d'une colonne est pris à l'aide d'une aiguille de ponction.

La biopsie de ponction est réalisée dans les conditions des cliniques pour femmes, ne nécessite aucune formation ni aucun soulagement de la douleur. L'inconfort subjectif est de courte durée et limité aux secondes où l'aiguille pénètre dans le corps.

Technologie de conchotomie

Une biopsie conchotale est réalisée avec un instrument spécial (conchotome) ressemblant à des ciseaux. Elle ne nécessite pas non plus d'hospitalisation, mais peut être douloureuse et est le plus souvent accompagnée d'une anesthésie locale.

Biopsie en boucle et au laser

La biopsie en boucle implique l'excision d'un tissu par l'action d'un courant électrique traversant une boucle spéciale. L'excision électrique est douloureuse, elle nécessite donc une anesthésie locale, mais aucune hospitalisation n'est nécessaire.

L'excision d'un tissu par un courant électrique est assez traumatisante, le défaut est cicatrisé et épithélialisé pendant plusieurs semaines, et une femme peut se plaindre d'un écoulement sanguinolent du tractus génital.

Après l'action de la boucle électrique, il existe un risque de formation de cicatrices denses qui déforment le col de l'utérus et gênent la grossesse. Cette méthode de biopsie est donc hautement indésirable pour les patientes qui ne prévoient pas avoir d'enfants.

La biopsie au laser repose sur l'utilisation d'un faisceau laser comme outil de coupe. Cette manipulation est accompagnée de douleur et se fait donc sous anesthésie générale. Les avantages sont une guérison rapide et une faible probabilité de difformités cicatricielles.

Biopsie en coin (conisation)

Dans le cas d'une résection en forme de coin, le médecin prend un matériau sous la forme d'un cône, à la fois l'épithélium de surface et la couche sous-jacente tombent. Ce type de biopsie est considéré comme étendu, car des fragments de l'organe délétés sont prélevés sur les tissus pathologiquement modifiés et environnants, ce qui permet d'étudier la région de transition et d'appliquer ce type de biopsie en tant que mesure thérapeutique.

Conisation du col utérin traumatique, car il est réalisé avec un scalpel ordinaire sans l'utilisation de courant électrique ou d'ondes radio. Cette procédure est douloureuse et nécessite une anesthésie, de l'anesthésie locale à l'anesthésie générale ou à la colonne vertébrale.

Biopsie circulaire

L'une des options pour l'excision chirurgicale d'un fragment du col utérin pour l'analyse histologique est une biopsie circulaire dans laquelle une grande partie du col utérin est prélevée à l'aide d'un scalpel ou d'un couteau radio, ainsi que de la section initiale du canal cervical.

La biopsie circulaire est traumatisante, réalisée en salle d'opération, toujours sous anesthésie. Si cette opération supprime toute la partie du tissu modifiée sur le plan pathologique, la manipulation est diagnostique et thérapeutique.

Curetage Endocervical

Une manière complètement différente de la biopsie cervicale est considérée comme le curetage endocervical. Son objectif est de diagnostiquer la pathologie du canal cervical par curetage de sa membrane muqueuse, sous anesthésie locale. Le tissu résultant est placé dans du formol et envoyé au laboratoire.

La technique de biopsie n’est pas un problème pour un spécialiste expérimenté. Si une procédure ambulatoire est prévue, la femme devrait se rendre à la clinique à l'heure convenue avec les résultats des examens. La patiente est dans un fauteuil gynécologique, un miroir spécial est placé dans le vagin afin d'améliorer la visibilité, un contrôle colposcopique est possible.

Si le test peut provoquer des douleurs, le col est coupé avec un anesthésique local, puis à l'aide d'un scalpel, d'un couteau radio, d'un conchotome, d'un fil électrique, la zone touchée est retirée et immédiatement placée dans un récipient contenant du formol et envoyée au laboratoire d'histopathologie.

Au cours d'une biopsie sous anesthésie générale, un anesthésiologiste s'entretient avec une femme avant l'intervention et lors de la collecte des tissus, la patiente dort et ne ressent aucune douleur. Pendant l'anesthésie de la colonne vertébrale, le patient ne dort pas, mais ne ressent pas de gêne lors de manipulations sur le cou.

La prise de matériel de recherche dure en moyenne une demi-heure environ. Dans le cas d'une anesthésie générale, l'opération dure une heure et demie. Après une biopsie ambulatoire, la patiente peut rentrer chez elle immédiatement et lors d'un examen sous anesthésie, elle reste à la clinique jusqu'à 10 jours, selon son état.

La plupart des femmes qui subissent une biopsie du col utérin s'inquiètent de la douleur éventuelle de l'étude. Les sensations dépendront du type de manipulation: avec une ponction et une biopsie par ondes radio, la femme ne sera pas blessée; dans certains cas, une anesthésie locale n'est même pas nécessaire. Une biopsie au scalpel, une boucle, la technologie laser sont assez douloureuses, mais les analgésiques et l’anesthésie aident à survivre à la douleur.

La période postopératoire et les complications possibles

Dans la plupart des cas, après une biopsie du col de l'utérus, les femmes se sentent bien, les analgésiques soulagent une douleur éventuelle et la capacité de travailler n'est pas perturbée. Quelle que soit la méthode utilisée pour prélever le tissu, après son excision, des saignements d'intensité et de durée variables apparaissent.

La sélection après une biopsie n’est pas trop abondante et dure plusieurs jours. Dans le cas des méthodes d'échantillonnage tissulaire peu invasives, elles dérangent les 2-3 jours suivants, tandis que les techniques de biopsie en boucle, d'électroconisation ou au couteau donnent des saignements assez prononcés au cours de la semaine, puis que la décharge devient maculante et peut être présente pendant encore 2-3 semaines.

Après une biopsie, les médecins déconseillent fortement l'utilisation de tampons, de douches vaginales et de restaurations sexuelles jusqu'à ce que le saignement cesse complètement. Une visite à la piscine, aux bains, aux saunas et aux poids et haltères de plus de 3 kg au cours des deux semaines suivant l’étude ou plus ne doit pas être exclue si le rejet n’a pas cessé.

Parmi les plaintes déposées par les patients qui ont subi une biopsie du col de l'utérus, il peut y avoir des douleurs au bas de l'abdomen et dans le tractus génital. Ils sont associés à une lésion cervicale et passent généralement rapidement. Dans certains cas, les gynécologues conseillent de prendre des analgésiques dans les premiers jours suivant la procédure.

Les conséquences négatives après la biopsie cervicale sont très rares, mais ne sont toujours pas exclues. Parmi ceux-ci, les saignements et les infections, ainsi que les déformations cicatricielles à long terme après résection au scalpel, conchotomie ou courant électrique, sont considérés comme les plus probables.

Une femme doit être alertée par des saignements abondants, un écoulement de plus de 2-3 semaines, de la fièvre, un écoulement trouble et nauséabond de l'appareil génital. Ces symptômes sont une raison pour consulter d'urgence un médecin.

Interprétation des résultats de la biopsie cervicale

Souvent, le problème le plus douloureux pour une femme n’est pas la biopsie elle-même, mais le temps d’attente des résultats, qui peut durer jusqu’à 10 jours ou plus. Habituellement, la réponse est prête dans 5 à 7 jours et la femme s’adresse à son médecin. Il est préférable de ne pas s’engager en amateur et de ne pas tenter d’interpréter de manière indépendante les résultats, car des termes inconnus et leur interprétation incorrecte conduiront à des conclusions erronées.

Les processus les plus fréquents qui apparaissent dans les conclusions des pathologistes sur les résultats de la biopsie cervicale sont les suivants:

  • Cervicite aiguë ou chronique - inflammation du col de l'utérus;
  • Pseudo-érosion (endocervicose) - simple, glandulaire, papillaire, épidermisée - ectopie de l'épithélium endocervical cylindrique;
  • La koilocytose virale de l'épithélium squameux stratifié (MPE) - indique indirectement une lésion cervicale avec papillomavirus;
  • Dysplasie de l'épithélium de petit à grave;
  • Les verrues planes ou génitales sont le résultat de l'activité du papillomavirus;
  • Leucoplasie (kératinisation) de l'épithélium plat du col de l'utérus - à surveiller en raison du risque de malignité.

L'interprétation des résultats doit être effectuée par le médecin traitant. Sur la base des informations reçues, il vous prescrira le traitement approprié. Dans le cas de modifications inflammatoires, les lésions virales, la pseudo-érosion, la thérapie antivirale, antibactérienne et anti-inflammatoire conservatrice sont indiquées et une surveillance dynamique est établie pour la femme.

Un problème beaucoup plus grave est la dysplasie - un processus précancéreux, mais même avec une telle conclusion, il est prématuré de paniquer. Une dysplasie légère ou modérée peut être traitée de manière plus conservatrice si les lésions ont été complètement éliminées par biopsie. Dans d'autres cas, elles sont excisées après une intervention répétée.

En cas de dysplasie sévère, le médecin suggérera une excision du foyer pathologique pour prévenir la transformation maligne, un traitement antiviral actif pour le diagnostic du VPH et la rééducation de l'infection.

A propos des méthodes de biopsie cervicale, de ses résultats et de sa récupération après la procédure

Le col de l'utérus est la partie la plus étroite de l'organe, située en dessous et reliant celui-ci au vagin. Le canal cervical est situé dans l'épaisseur du cou. La biopsie est l’une des procédures de diagnostic les plus fréquentes des maladies du col utérin.

Qu'est-ce qu'une biopsie cervicale? Il s'agit d'une intervention chirurgicale au cours de laquelle un petit morceau de tissu est prélevé dans la partie vaginale de l'organe. Il est ensuite examiné au microscope.

But de la procédure

A quoi sert une biopsie?

Il est généralement prescrit après la découverte d'une pathologie quelconque dans la région cervicale lors d'un examen externe ou d'un frottis. Cela se produit généralement lorsqu'il y a des signes de changements précancéreux ou de cancer, ainsi que la détection du virus du papillome humain pouvant provoquer une tumeur maligne de l'organe. La biopsie est également prescrite pour le diagnostic des verrues génitales et des polypes.

Que révèle cette étude?

Il fournit des informations complètes sur la structure des cellules du col et vous permet de déterminer les signes morphologiques (structurels) des maladies. La conclusion histologique après diagnostic microscopique donne au médecin l’opportunité de poser un diagnostic, de déterminer le pronostic de la maladie et de constituer le plan de traitement approprié pour le patient.

Une biopsie cervicale est utilisée pour confirmer le diagnostic prévu. C'est une partie très importante du diagnostic de la maladie cervicale, sans laquelle il est impossible d'aider efficacement une femme. Le but principal de la procédure est le diagnostic de conditions précancéreuses et de tumeurs malignes du col utérin.

Quand une biopsie est-elle pratiquée?

La première étape du diagnostic consiste à examiner la surface du col de l'utérus à l'aide d'un appareil optique gynécologique - un colposcope. Au cours de la colposcopie, le médecin examine non seulement la surface, mais effectue également des tests de diagnostic permettant de détecter des lésions pathologiques.

Les indications de l’étude sont formulées après réception des résultats. On trouve de tels signes anormaux:

  • les zones blanches de l'épithélium qui apparaissent après un traitement à l'acide acétique (solution) et qui sont le signe exact d'une dysplasie;
  • les sites qui ne sont pas peints après traitement par une solution d'iode lors du test de Schiller; ils sont généralement représentés par des cellules kératinisantes sous lesquelles les tissus altérés peuvent se cacher; une telle image est observée, en particulier avec la leucoplasie cervicale;
  • ponctuation ou taches rouges sur la surface de la muqueuse causées par la croissance des vaisseaux sanguins;
  • mosaïque représentant des zones de papilles stromales ramifiées (sous-muqueuses) séparées par de petits vaisseaux;
  • zone de transformation atypique, combinant plusieurs des caractéristiques ci-dessus;
  • une surface inégale ou inégale pouvant être un signe de cancer;
  • les condylomes;
  • l'inflammation;
  • atrophie;
  • véritable érosion;
  • polype;
  • endométriose.

Un examen histologique des tissus altérés est nécessaire pour toutes les maladies et conditions énumérées.

En outre, une biopsie est réalisée avec une combinaison de signes colposcopiques d'infection à papillomavirus humain, associée à la détection de ce virus hautement oncogène:

  • la leucoplasie;
  • mosaïque et ponctuation.

De tels changements peuvent être un signe précoce de cancer du col utérin.

L’étude montre également si des frottis de grade 3-5 sont retrouvés chez un patient:

  • cellules individuelles avec une structure altérée du noyau ou du cytoplasme (coilocytes);
  • cellules individuelles avec des signes évidents de malignité;
  • cellules cancéreuses en grand nombre.

En décryptant un frottis corporel, dans lequel une biopsie est nécessaire, les désignations suivantes peuvent se produire:

  • ASC-US - cellules épithéliales altérées, apparues sans raison apparente;
  • ASC-H - cellules altérées qui indiquent un précancer ou une tumeur;
  • AGC - cellules modifiées de l'épithélium cylindrique, caractéristiques du canal cervical;
  • HSIL est un précancer de l'épithélium;
  • L'AIS est un précancer du canal cervical.

Il est nécessaire de demander au médecin en détail ce que signifient les changements détectés. Cela aidera la femme à prendre la bonne décision quant à la poursuite du traitement.

L'étude est contre-indiquée lors de maladies inflammatoires des organes génitaux et d'autres organes, en particulier lors de colpites ou d'infection respiratoire aiguë. Il n'est pas pratiqué en cas d'hémopathies accompagnées de troubles hémorragiques graves (thrombocytopénie, hémophilie).

La biopsie est retardée pendant un certain temps principalement à cause des maladies infectieuses des organes génitaux. En outre, si nécessaire, l'anesthésie générale peut comporter des limitations associées à des allergies médicamenteuses, à une maladie cardiaque grave, à l'épilepsie et au diabète.

Variétés de manipulation

Types de biopsie cervicale:

  1. Excisional (ponction). Un petit morceau de tissu est prélevé avec un outil spécial - une pince à biopsie. Pour déterminer l'emplacement de l'analyse, le médecin peut prétraiter le cou avec de l'acide acétique ou de l'iode.
  2. Une conformation en forme de coin consiste à retirer une section du cou en forme de cône avec un scalpel, un faisceau laser ou d'autres facteurs physiques. L'anesthésie générale est utilisée pour cette procédure.
  3. Raclage du canal cervical - élimination des cellules du canal cervical à l'aide d'une curette.

Le choix de la méthode d’intervention dépend de la maladie recherchée, de sa gravité et de l’état général du patient.

La préparation

La procédure est planifiée conformément au cycle menstruel. Quel jour du cycle manipulent-ils? Généralement 5 à 7 jours après le premier jour de menstruation. Cela est nécessaire pour guérir la plaie avant les prochaines règles, ce qui réduit le risque d'inflammation ultérieure. De plus, les cellules de l'endomètre qui tombent sur la plaie non cicatrisée pendant la menstruation peuvent s'y consolider et causer davantage d'endométriose.

Les études suivantes sont attribuées:

  • analyses de sang et d'urine;
  • si indiqué, les taux sanguins de bilirubine, les tests de la fonction hépatique, la créatinine, l'urée et le sucre sont déterminés;
  • coagulogramme (test de coagulation du sang);
  • frottis pour la détection de la microflore;
  • Frottis vaginal;
  • tests d'hépatite virale, VIH, syphilis;
  • tests de chlamydia, ureaplasmose, mycoplasmose;
  • colposcopie.

Si un processus infectieux est détecté, une biopsie ne peut être effectuée qu'après son retrait.

Vous devez d’abord informer votre médecin de la prise de médicaments. Il est nécessaire d’annuler les médicaments qui augmentent le risque de saignement, par exemple:

En plus de la liste des médicaments pris, le médecin doit fournir les informations suivantes:

  • allergique aux médicaments ou aux aliments;
  • saignements anormaux récurrents chez une patiente ou des membres de sa famille;
  • la présence de diabète, d'hypertension artérielle, de maladie cardiaque;
  • thrombose veineuse profonde ou thromboembolie pulmonaire préalablement transférée;
  • interventions chirurgicales antérieures (retrait de l’annexe, vésicule biliaire, etc.) et caractéristiques du rétablissement après celles-ci.

Au moins un jour avant la procédure, il est nécessaire d'arrêter les douches vaginales, de ne pas utiliser de tampons, ni de crèmes ou de bougies vaginales médicamenteuses.

Avant toute manipulation, il n'est pas nécessaire d'utiliser des produits d'hygiène intime, de fumer et de consommer de l'alcool. Les personnes atteintes de diabète doivent d’abord consulter un endocrinologue: vous devrez peut-être modifier temporairement la dose d’insuline ou de médicaments hypoglycémiants.

Avant la biopsie, un examen de routine du patient et un examen gynécologique sont effectués. Après avoir discuté avec le médecin de la nécessité de la procédure, de la procédure à suivre pour la mener à bien, des complications possibles, la femme signe son consentement à la manipulation.

Si une anesthésie est prévue, la préparation à la biopsie du col de l’utérus est accompagnée d’un rejet de nourriture, de liquide et de médicament 12 heures avant l’intervention.

Il est possible qu'une femme connaisse des saignements après une biopsie. Par conséquent, vous devriez prendre un joint d'étanchéité. Après l'anesthésie, la patiente sera somnolente et ses proches devront l'emmener à la maison. Elle-même au volant est extrêmement indésirable.

Selon les exigences modernes, la procédure doit toujours être effectuée sous le contrôle d'une biopsie du col de l'utérus ciblée sur la colposcopie.

L'ordre de la manipulation

Comment se déroule une biopsie cervicale?

En fonction du volume de tissu à prélever, il peut être réalisé en clinique prénatale sous anesthésie locale ou à l'hôpital sous anesthésie générale.

La procédure commence par un examen normal par un gynécologue. Pour l'anesthésie, on utilise l'irrigation du cou avec de la lidocaïne ou l'introduction de ce médicament directement dans les tissus d'un organe. Si une biopsie cervicale circulaire est pratiquée, une anesthésie rachidienne, épidurale ou intraveineuse est nécessaire. Elle est utilisée uniquement en milieu hospitalier.

Un dilatateur est inséré dans le vagin, le col de l'utérus est saisi avec une pince et abaissé plus près de l'ouverture vaginale et traité avec de l'acide acétique ou de l'iode pour détecter les zones suspectes. Si la manipulation est effectuée sans anesthésie, le patient peut alors ressentir une légère sensation de brûlure. Le médecin enlève le tissu anormal avec une pince à biopsie, un scalpel ou un autre outil.

Une biopsie cervicale fait-elle mal?

Avec une anesthésie appropriée, la femme ne ressent aucun malaise. Il y a peu de récepteurs de la douleur dans le cou; les manipulations peuvent donc être inconfortables, mais pas douloureuses. Si une anesthésie intraveineuse, rachidienne ou épidurale est utilisée, l'examen est totalement indolore.

Comment faire une biopsie en fonction de la méthode d'intervention?

Un morceau de tissu prélevé dans la zone pathologique découverte pendant la colposcopie. S'il existe plusieurs foyers de ce type et qu'ils ne paraissent pas uniformes, prélevez plusieurs échantillons. Le médecin découpe au scalpel une zone cunéiforme à la limite d’une partie saine et altérée du cou. Il doit être suffisamment grand: 5 mm de largeur et jusqu'à 5 mm de profondeur pour capturer le tissu sous-jacent. Cela est nécessaire pour évaluer le degré de pénétration des cellules altérées sous l'épithélium.

Le dispositif Surgitron pour une biopsie par ondes radioélectriques, dite. "Radiohead"

Lorsque vous utilisez un instrument spécial du conchotome, qui ressemble à une pince, la structure du tissu peut être endommagée, ce qui le rend difficile à diagnostiquer. La biopsie diathermique ou en boucle du col de l'utérus peut être accompagnée d'une carbonisation des bords de l'échantillon, ce qui réduit également la qualité. Par conséquent, il est préférable d'utiliser un scalpel. Mais la meilleure variante de la procédure consiste à utiliser des ondes radio, c'est-à-dire une biopsie du col de l'utérus Surgitron. Il s'agit d'un appareil chirurgical appelé «radiohead», à l'aide duquel un matériel de biopsie est prélevé rapidement, sans effusion de sang et avec précision.

Après la procédure, des points de suture de catgut séparés sont appliqués sur la plaie dans la région cervicale, qui se dissoudra par la suite. Si une biopsie au couteau a été réalisée, une éponge hémostatique ou un tampon imbibé de fibrine ou d'acide aminocaproïque est inséré dans le vagin. Il faut arrêter le saignement. Avec la diathermocoagulation ou la biopsie par ondes radio, ces manipulations ne sont pas nécessaires, car la chaleur «scelle» les vaisseaux endommagés et le sang cesse immédiatement.

La biopsie du col de l’utérus doit toujours être accompagnée d’un examen du canal cervical afin d’éviter les modifications précancéreuses.

L'échantillon de tissu obtenu est fixé dans une solution de formaldéhyde et envoyé au laboratoire pour recherche au microscope.

La conisation, ou biopsie circulaire, est accompagnée par le retrait de plus de tissu. L'excision circulaire du cou est réalisée sous la forme d'un cône, avec la base dirigée vers le vagin et la pointe dans le canal cervical. Vous devez capturer au moins un tiers du canal. Pour ce faire, utilisez un scalpel spécial, la pointe de Rogovenko, un radiobiome ou une biopsie par ultrasons du col utérin.

Biopsie cervicale circulaire

La biopsie circulaire est non seulement diagnostique, mais aussi une manipulation thérapeutique. Le prélèvement des tissus doit être effectué de manière à ce que toutes les cellules altérées et une partie du col de l'utérus sain soient dans la biopsie.

Cette étude est menée dans de tels cas:

  • lésion du canal cervical qui s'étend du col utérin;
  • précancer du canal selon le curetage diagnostique;
  • germination suspectée de la tumeur dans les tissus sous-jacents au cours de la colposcopie, ce qui n’a pas été confirmé lors d’une biopsie normale.

Indications pour effectuer l'intervention à l'hôpital:

  • conisation;
  • biopsie au laser;
  • la nécessité d'une anesthésie par voie intraveineuse.

Période de récupération

Une biopsie excisionnelle du col est réalisée en ambulatoire, après quoi le patient peut rentrer chez lui. Le lendemain, elle peut aller au travail ou elle est en congé de maladie pour un à deux jours.

Après conisation, la femme reste sous la surveillance de médecins pendant 1-2 jours. La liste de maladie lui est donnée pour une période maximale de 10 jours.

Dans les premiers jours, une légère douleur dans le bas de l'abdomen et un léger écoulement sanglant peuvent être préoccupants. Parfois, ils ont une teinte verdâtre en raison du traitement du cou avec une solution d'iode. Ces signes ne persistent pas plus d'une semaine. Si la douleur après une biopsie entraîne un inconfort, vous pouvez utiliser des analgésiques conventionnels. Vous pouvez appliquer une compresse chaude sur le bas du dos ou vous envelopper dans un châle de laine.

Pour la prévention des complications infectieuses, le médecin peut vous prescrire certains médicaments, par exemple les comprimés vaginaux de Terginan. Ils doivent entrer la nuit pendant 6 jours.

Autres médicaments qu'un médecin peut vous prescrire dans les premiers jours suivant une biopsie:

  • médicaments antimicrobiens métronidazole ou ornidazole sous forme de comprimés;
  • suppositoires rectaux Genferon pour stimuler l'immunité locale;
  • suppositoires vaginaux Betadine.

Des suppositoires peuvent être administrés pour accélérer la guérison et empêcher la formation de cicatrice, par exemple, le Depantol.

Il est recommandé aux femmes de porter des sous-vêtements en coton et d’utiliser des tampons absorbants. Il est nécessaire de se laver tous les jours avec du savon sans parfum et de bien sécher la zone de l’entrejambe. Vous pouvez conduire une voiture seulement après une journée.

Ce qui ne peut pas être fait après une biopsie: ramasser des objets pesant plus de 3 kg, utiliser des tampons ou des douches vaginales pendant une semaine avec une biopsie excisionnelle ou un mois après la conisation. Les rapports sexuels ne sont pas autorisés dans les 4 semaines suivant la procédure normale et 6 à 8 semaines après la conisation. Selon des recommandations étrangères, la limitation de l'activité sexuelle après une biopsie par ponction ne dure qu'une semaine. Dans les 2-4 semaines, vous n'avez pas besoin de prendre un bain, allez au sauna, à la piscine.

La cicatrisation de la plaie se produit en 4 à 6 semaines, selon la quantité de tissu prélevé. Après cette période, une femme rend visite à un gynécologue qui effectue un examen du col utérin à l'aide de miroirs.

Tous les mois après la biopsie a lieu à l'heure habituelle, car la procédure n'affecte pas le statut hormonal ni l'état de l'endomètre. Il peut y avoir un léger décalage dans le cycle associé à la réponse émotionnelle du patient ou aux caractéristiques de la période de récupération.

Complications possibles

Facteurs de risque augmentant le risque de complications:

  • l'obésité;
  • fumer;
  • âge avancé;
  • taux élevés de sucre et / ou d'hémoglobine glyquée chez les personnes atteintes de diabète;
  • altération de la fonction rénale avec augmentation des taux d'urée et de créatinine dans le sang;
  • perturbation du foie avec augmentation du taux de bilirubine, de transaminases et d'autres échantillons de foie;
  • maladie pulmonaire chronique;
  • troubles de la coagulation;
  • maladies auto-immunes et autres maladies chroniques;
  • immunité affaiblie.

Les conséquences désagréables de la biopsie cervicale surviennent généralement lors du développement d'une infection et se manifestent dans des conditions telles que:

  • douleur abdominale basse;
  • pertes vaginales avec une odeur désagréable et des démangeaisons dans le périnée;
  • température corporelle élevée;
  • l'apparition de décharges lourdes après leur quasi disparition;
  • écoulement de caillots de sang noir;
  • couleur jaune;
  • détérioration de l'état général.

Vous devriez aller à l'hôpital s'il y a du sang dans le vagin et qu'il ne s'agit pas de saignements menstruels. Après plus d'une semaine de menstruation après une biopsie, cela peut être le signe d'une grossesse survenue après le non-respect des restrictions imposées à la vie sexuelle. Dans tous les cas, si le cycle menstruel échoue, vous devez consulter un gynécologue.

Parfois, des complications peuvent survenir en raison d’allergies au médicament anesthésique. Dans ce cas, une réaction sous forme d'urticaire, d'œdème de Quincke, voire de choc anaphylactique est possible. Ces effets se développent presque immédiatement après l’introduction du médicament, ce qui permet aux médecins de fournir une assistance immédiate au patient.

Lors d'une anesthésie rachidienne ou épidurale, une femme peut ressentir de la faiblesse dans les jambes et des douleurs au dos pendant un certain temps. Si ces symptômes persistent dans les 2 jours, vous devriez consulter un médecin.

Si le médecin procède techniquement correctement et que la femme se conforme à toutes ses recommandations, des complications après une biopsie du col utérin se développent très rarement. En cas de conisation étendue ou d'ablation importante du canal cervical, un rétrécissement cicatriciel du col utérin est possible, ce qui empêche encore davantage la conception et une grossesse normale. Avec un grand volume de tissu retiré, un épithélium cylindrique peut se développer du canal à la surface du col, et une ectopie (pseudo-érosion) se produira.

Les résultats

Que montre une biopsie cervicale?

À l'aide d'un examen histologique du matériel obtenu, le médecin détermine s'il existe des cellules altérées à la surface de l'organe. Ces troubles ne peuvent pas menacer les conséquences graves ou être un signe de pré-cancer et une tumeur maligne.

Selon la classification de l'OMS, on distingue une dysplasie légère, modérée ou grave et un carcinome in situ - un stade précoce du cancer. Le degré d'intranéoplasie cervicale (CIN) est également déterminé. Cette division est effectuée en fonction de la profondeur de pénétration des cellules altérées dans l'épithélium et les tissus sous-jacents. De plus, les modifications du col provoquées par le virus de la papillomatose sont déterminées.

Le déchiffrement des résultats d'analyses vous permet d'affecter les modifications détectées à l'un des groupes suivants:

1. Contexte

Qui ne se transforment pas en un précancer, mais peuvent servir de base pour le développement de la maladie:

  • hyperplasique inhabituelle (endocervicose, polype, papillome sans signes d'atypie, leucoplasie simple et endométriose);
  • inflammatoire (véritable érosion, cervicite);
  • post-traumatique (rupture cervicale, ectropion, cicatrices, fistule cervico-vaginale).

2. précancéreux

Lesquelles ne sont pas encore malignes, mais avec une certaine probabilité (environ 50%), si elles ne sont pas traitées, elles peuvent se transformer en tumeur:

  • dysplasie sur un cou en bonne santé ou au cours de processus en arrière-plan;
  • leucoplasie avec atypie;
  • adénomatose.

3. cancer du col utérin

Tumeurs directement malignes:

  • préclinique - stade précoce de la maladie, asymptomatique (cancer in situ, avec invasion initiale, microcarcinome);
  • cliniquement prononcé (squameux, glandulaire, cellule claire, peu différenciée).

En fonction des modifications constatées chez le patient, le médecin établit un diagnostic et prescrit un traitement différent. Par conséquent, la biopsie est une méthode indispensable qui permet dans de nombreux cas de reconnaître le cancer à un stade précoce et d'aider le patient à temps.

La fiabilité des données de biopsie pour la détection des maladies précancéreuses et du cancer est de 98,6%. Cela signifie que si de tels résultats sont obtenus, dans la très grande majorité des cas, une erreur de diagnostic est exclue.

La biopsie, réalisée sous le contrôle d'une biopsie, améliore la qualité du diagnostic de 25%. Par conséquent, l'inspection colposcopique devrait être une partie obligatoire de la procédure.

Le seul inconvénient de cette méthode est sa capacité limitée à l’utiliser plusieurs fois avec la même femme. Par conséquent, la question de savoir combien de fois vous pouvez faire une biopsie, la réponse est: un réexamen n’est désigné que lorsque cela est absolument nécessaire. Une lésion du col de l’utérus peut entraîner des modifications cicatricielles qui rendent plus difficile la grossesse et l’accouchement. La reconfestation est le plus souvent effectuée à des fins de traitement et non de diagnostic.

L'échantillon obtenu par biopsie est envoyé au laboratoire. Là, il est traité et des coupes sont préparées, que le pathologiste étudie au microscope. Le résultat de l'étude est généralement prêt 2 semaines après la biopsie, mais dans certains établissements, cette période est réduite à 3 jours.

Après avoir reçu des données de biopsie, de nombreuses femmes se sentent confuses et ne comprennent pas ce que cette information signifie. Si les explications du médecin ne semblent pas assez claires pour la patiente, celle-ci peut s’adresser à un autre spécialiste pour obtenir un «deuxième avis» et dissiper ses doutes quant au diagnostic et aux tactiques de traitement.

Biopsie et grossesse

Le retrait d'un morceau de tissu du cou provoque en outre la formation d'une petite cicatrice constituée de tissu conjonctif. Il est inélastique et ne s'étire pas pendant l'accouchement. Par conséquent, à la naissance, le risque de rupture du cou augmente.

De grandes cicatrices peuvent déformer le col de l'utérus, entraînant une fermeture lâche des parois du canal cervical. Cela peut conduire à une menace d'avortement et à d'autres complications.

Par conséquent, une biopsie du col de l'utérus doit être effectuée aussi précisément que possible. Chez de telles femmes, l'électro-excision ou la diathermocoagulation (élimination de tissu à l'aide d'une boucle chauffée électriquement) ne doivent pas être utilisées, car cette procédure provoque une petite brûlure de la membrane muqueuse environnante. Cela augmente la probabilité d'une cicatrice. La biopsie par ondes radio est la meilleure option pour les femmes qui planifient une grossesse future.

La grossesse après une biopsie se déroule normalement, si la procédure a été réalisée à l'aide d'un couteau laser, à ultrasons ou à radio. Dans d'autres cas, la cicatrice qui en résulte peut entraîner une défaillance du cou.

Une biopsie du col utérin pendant la grossesse n’est prescrite que dans des cas exceptionnels, par exemple pour diagnostiquer un cancer, dans lequel un enfant ne peut pas naître. Généralement, cela n’est pas fait au cours du premier trimestre, car cela augmente le risque de fausse couche. Dans le deuxième trimestre, cette procédure est plus sécurisée. Au troisième trimestre, une biopsie n’est généralement pas utilisée non plus, afin de ne pas provoquer de naissance prématurée.

La conisation n’est pratiquée qu’avec une suspicion justifiée de cancer. Gratter le canal cervical pendant la grossesse n'est pas utilisé.

Quand pouvez-vous tomber enceinte?

La vie sexuelle est autorisée après la guérison complète du col, c'est-à-dire 4 à 8 semaines après la manipulation, selon son type. Le degré de récupération est déterminé par le médecin lors du réexamen. Si la plaie a guéri sans complications, vous pouvez avoir une vie sexuelle et devenir enceinte.