loader
Recommandé

Principal

La cirrhose

Biopsie cervicale: indications, méthodes et procédure, conséquences, décodage

La pathologie du col utérin est extrêmement commune. Selon diverses sources, certains changements se produisent chez au moins une femme sur deux, quels que soient leur âge et leur mode de vie. Ces indicateurs sont extrêmement alarmants, car le cancer du col de l’utérus reste le chef de file en matière de prévalence dans les pays en développement et dans les pays où les soins médicaux sont élevés.

Pour dépister précocement les modifications du col utérin, diverses méthodes sont utilisées - de l'inspection à la biopsie cervicale, considérée comme la procédure la plus informative, permettant de déterminer la nature du processus pathologique avec une précision absolue, confirmant ou éliminant la possibilité d'une croissance maligne.

un type de biopsie cervicale

Une biopsie est pratiquée à la fois chez les jeunes filles et les femmes entrées en ménopause, mais les indications en la matière doivent être clairement définies pour exclure la probabilité d'interventions inutiles, en particulier chez les patientes qui ne donnent pas.

Une biopsie du col de l'utérus a longtemps été transférée à la catégorie des procédures de diagnostic ordinaires, appartenant à chaque gynécologue. Il est sûr, simple à réaliser, ne nécessite pas d’anesthésie et est de courte durée, et le risque de complications est minime. Il est prescrit à un large éventail de patients pour la détection de lésions suspectes dans le cou.

Souvent, une biopsie est également thérapeutique. Ceci s'applique aux situations dans lesquelles de petites lésions pathologiques du col utérin sont complètement retirées et soumises à un examen histopathologique. En d'autres termes, le médecin atteint deux objectifs à la fois: l'établissement d'un diagnostic précis et l'élimination complète du processus pathologique.

On sait que plus tôt un médecin détecte une maladie, plus il sera facile de la traiter. Cela concerne en premier lieu le cancer, qui ne donne de bons taux de survie qu'en cas de détection précoce. La biopsie permet non seulement de poser un diagnostic précis avec une tumeur existante, mais également d’en assumer la probabilité élevée en cas de dysplasie grave, de lésions virales et d’autres changements d'organes dangereux.

Un diagnostic précoce permettra d'élaborer un plan de traitement à temps, d'établir une observation dynamique du patient et de l'aider à prévenir ou à éliminer complètement le cancer. Le rôle de la biopsie en tant que principale source d'informations ne peut donc pas être surestimé.

Quand avez-vous besoin d'une biopsie?

Théoriquement, tout processus pathologique du col de l’utérus peut constituer la base de l’étude. Cependant, étant donné le caractère invasif de la procédure, il n’est pas pratiqué pour tous les patients. Certaines maladies ne nécessitent pas de confirmation morphologique détaillée et ne constituent pas une menace pour la vie. Une biopsie peut donc être évitée.

Dans le cas des jeunes filles et des femmes qui n’ont pas encore accouché, les modalités de rendez-vous pour la biopsie sont encore plus strictes, même si on pense que la procédure elle-même n’entraîne pas de complications et conduit rarement à des cicatrices. Pour éviter d'éventuels problèmes de grossesse à l'avenir, il est nécessaire d'abandonner les biopsies déraisonnables, qui blessent d'une certaine manière la surface de l'organe.

Une biopsie cervicale est réalisée lorsque:

  • Détection de modifications focales suspectes au cours de la colposcopie;
  • Mauvais résultats de l'analyse cytologique de l'épithélium cervical;
  • Cancer suspecté ou diagnostiqué avec colposcopie.

Avant la biopsie, examen colposcopique du col de l'utérus et réalisation d'un frottis cytologique, pouvant donner lieu à une suspicion de carcinome ou à un risque élevé de survenue de ce cancer dans un proche avenir. Pendant la colposcopie, le gynécologue peut détecter des zones blanches de l'épithélium sous l'action de l'acide acétique, de l'absence de réponse à l'iode, des zones rouges érodées. La cytologie fournit des informations sur la structure des cellules, leur activité proliférative, la présence d'atypie.

Faire une biopsie sous le contrôle du colposcope augmente la valeur de l'analyse morphologique, car le médecin agit avec précision et prélève les fragments de cou les plus modifiés.

La raison la plus convaincante de prescrire une biopsie est la suspicion de cancer ou la transformation maligne naissante de foyers non cancéreux existants. Un examen microscopique détaillé permet de distinguer un processus bénin, une dysplasie sévère, un carcinome invasif ou un cancer qui n'a pas encore commencé à se développer sous la couche épithéliale. Les tactiques de traitement ultérieures dépendront du résultat de l’étude.

Une autre raison de l'examen pathologique peut être la présence de changements structurels dans le cou lorsque l'infection par des souches hautement oncogènes du papillomavirus humain est prouvée par la méthode PCR. Le virus lui-même peut provoquer des lésions visibles semblables à un carcinome, mais seul un examen histologique peut permettre de distinguer le cancer des modifications causées par le virus dans l'épithélium.

Une biopsie cervicale au cours de l'érosion (vraie) est rarement pratiquée en raison de sa fragilité et de son faible risque de malignité, alors que l'endocervicose (pseudo-érosion), souvent désignée par le terme incorrect «érosion», pourrait bien être à l'origine d'un cancer. Dans la pseudo-érosion, une étude morphologique est présentée lorsqu'il existe des raisons de supposer une transformation maligne des foyers de glandes à érosion.

L’indication absolue de la biopsie cervicale est un centre tumoral visible à l’œil, exophytique, une prolifération externe saillante de l’épithélium, en particulier avec des ulcérations, une inflammation secondaire, une abondance de vaisseaux hémorragiques.

Les obstacles à l’étude sont peu nombreux en raison de son faible traumatisme. Ils sont:

  • Pathologie de l'hémostase due au risque de saignement;
  • La menstruation;
  • Changements inflammatoires aigus, infections chroniques exacerbées dans le tractus génital (après élimination complète du processus inflammatoire, la biopsie peut être considérée comme étant sans danger).

La grossesse est considérée comme une contre-indication relative à la procédure. Une courte période de temps peut provoquer un avortement spontané et une naissance prématurée pour un grand. La période la plus sûre pour le diagnostic invasif de pathologie cervicale est le deuxième trimestre de la gestation.

Si la pathologie cervicale décelée pendant la grossesse ne nécessite pas de biopsie urgente, le médecin préférera la reporter à plus tard. Avec la très probable croissance d'une tumeur maligne chez une femme enceinte, les résultats médiocres de l'examen cytologique, le gynécologue peut même exiger une biopsie. Parfois, afin de préserver la vie et la santé du patient, la grossesse doit être interrompue.

Préparation à l'étude

La préparation à une biopsie cervicale planifiée comprend un certain nombre d'examens standard pouvant être effectués à votre clinique. Des analyses de sang générales et biochimiques, un coagulogramme, un examen de la syphilis, de l'hépatite et du VIH sont prescrits.

Avant la procédure, une femme doit nécessairement consulter un gynécologue, subir une colposcopie avec prélèvement de frottis pour cytologie, microflore vaginale. Si nécessaire, une échographie des organes génitaux internes.

L'étude est accompagnée d'un traumatisme à la couche externe de l'organe, elle doit donc être prescrite dans la première phase du cycle menstruel (5-7 jours) afin que le défaut puisse s'épithélialiser lors de la prochaine menstruation.

Deux jours avant la manipulation, il est nécessaire d’exclure les contacts sexuels, les douches vaginales, l’utilisation de suppositoires vaginaux, de pommades, de capsules, de tampons non plus, car tout cela peut fausser les résultats de l’étude. Lors de la planification d’une anesthésie générale, une femme ne doit pas manger ni boire de liquide à partir de 18 heures la veille de l’étude.

Après avoir passé les examens et les activités préparatoires, la patiente doit donner son consentement écrit à la prise de tissus pour examen.

Méthodes et techniques d'échantillonnage de tissus

Selon la technique d'obtention du tissu pour l'examen histologique, il existe:

  • Biopsie par ondes radio;
  • Konchotnomu;
  • Observation (ponction);
  • Bouclage;
  • Laser;
  • Résection Wedge.

Biopsie par ondes radio

La tendance récente de la chirurgie est la recherche des méthodes de diagnostic et de traitement les moins traumatiques et les moins invasives, qui ne sont pas accompagnées de complications, mais sont très informatives. L'un d'eux est considéré comme la méthode des ondes radio. Il présente plusieurs avantages et est préférable pour les femmes de tous âges dans toutes les pathologies du col utérin.

biopsie par ondes radio à l'aide de l'appareil Surgitron

La biopsie par ondes radio est basée sur l’effet de la température élevée sur les cellules, dont la partie liquide s’évapore. L'outil principal est une boucle par laquelle passent les ondes radio haute fréquence. La boucle ne s’applique pas au tissu excisé, c’est-à-dire à la méthode sans contact. L'évaporation des tissus s'accompagne de la formation de vapeur qui coagule les vaisseaux et empêche ainsi les saignements.

La biopsie par ondes radioélectriques est pratiquement indolore, elle permet de préserver l’intégrité du fragment de tissu retiré et des tissus environnants; elle est donc extrêmement informative et peu invasive. Le risque de brûlures, de cicatrices et de complications de nature infectieuse-inflammatoire est extrêmement faible, de même que l'infection due à l'effet désinfectant des ondes radio. La guérison progresse beaucoup plus rapidement qu'après les interventions chirurgicales normales.

La technique des ondes radioélectriques est préférable pour les femmes non enceintes qui envisagent une grossesse ultérieure, car elle ne laisse pas de malformation cicatricielle et, par conséquent, aucun risque de fausse couche ou de fausse couche.

La biopsie par ondes radio peut être réalisée en ambulatoire. Sans anesthésie, sans préparation spécifique, elle est simple à réaliser et disponible pour un large éventail de patients. Pour sa mise en œuvre, utilisez l'appareil Surgitron, présent dans de nombreuses cliniques prénatales et hôpitaux gynécologiques.

En raison des avantages énumérés de la méthode, la biopsie par ondes radio est pratiquement exempte de contre-indications. Elle ne peut pas être réalisée sur des patients porteurs d'un stimulateur cardiaque et c'est probablement la seule raison pour laquelle une telle méthode de diagnostic a été refusée au profit d'une intervention chirurgicale standard.

Biopsie de ponction

La biopsie cible reste l’un des moyens les plus courants de prélever du tissu cervical pour une analyse morphologique. Elle est réalisée sous le contrôle de la colposcopie et le médecin excise les fragments de tissu qui semblent le plus suspects au cours de l'examen. Le matériel sous la forme d'une colonne est pris à l'aide d'une aiguille de ponction.

La biopsie de ponction est réalisée dans les conditions des cliniques pour femmes, ne nécessite aucune formation ni aucun soulagement de la douleur. L'inconfort subjectif est de courte durée et limité aux secondes où l'aiguille pénètre dans le corps.

Technologie de conchotomie

Une biopsie conchotale est réalisée avec un instrument spécial (conchotome) ressemblant à des ciseaux. Elle ne nécessite pas non plus d'hospitalisation, mais peut être douloureuse et est le plus souvent accompagnée d'une anesthésie locale.

Biopsie en boucle et au laser

La biopsie en boucle implique l'excision d'un tissu par l'action d'un courant électrique traversant une boucle spéciale. L'excision électrique est douloureuse, elle nécessite donc une anesthésie locale, mais aucune hospitalisation n'est nécessaire.

L'excision d'un tissu par un courant électrique est assez traumatisante, le défaut est cicatrisé et épithélialisé pendant plusieurs semaines, et une femme peut se plaindre d'un écoulement sanguinolent du tractus génital.

Après l'action de la boucle électrique, il existe un risque de formation de cicatrices denses qui déforment le col de l'utérus et gênent la grossesse. Cette méthode de biopsie est donc hautement indésirable pour les patientes qui ne prévoient pas avoir d'enfants.

La biopsie au laser repose sur l'utilisation d'un faisceau laser comme outil de coupe. Cette manipulation est accompagnée de douleur et se fait donc sous anesthésie générale. Les avantages sont une guérison rapide et une faible probabilité de difformités cicatricielles.

Biopsie en coin (conisation)

Dans le cas d'une résection en forme de coin, le médecin prend un matériau sous la forme d'un cône, à la fois l'épithélium de surface et la couche sous-jacente tombent. Ce type de biopsie est considéré comme étendu, car des fragments de l'organe délétés sont prélevés sur les tissus pathologiquement modifiés et environnants, ce qui permet d'étudier la région de transition et d'appliquer ce type de biopsie en tant que mesure thérapeutique.

Conisation du col utérin traumatique, car il est réalisé avec un scalpel ordinaire sans l'utilisation de courant électrique ou d'ondes radio. Cette procédure est douloureuse et nécessite une anesthésie, de l'anesthésie locale à l'anesthésie générale ou à la colonne vertébrale.

Biopsie circulaire

L'une des options pour l'excision chirurgicale d'un fragment du col utérin pour l'analyse histologique est une biopsie circulaire dans laquelle une grande partie du col utérin est prélevée à l'aide d'un scalpel ou d'un couteau radio, ainsi que de la section initiale du canal cervical.

La biopsie circulaire est traumatisante, réalisée en salle d'opération, toujours sous anesthésie. Si cette opération supprime toute la partie du tissu modifiée sur le plan pathologique, la manipulation est diagnostique et thérapeutique.

Curetage Endocervical

Une manière complètement différente de la biopsie cervicale est considérée comme le curetage endocervical. Son objectif est de diagnostiquer la pathologie du canal cervical par curetage de sa membrane muqueuse, sous anesthésie locale. Le tissu résultant est placé dans du formol et envoyé au laboratoire.

La technique de biopsie n’est pas un problème pour un spécialiste expérimenté. Si une procédure ambulatoire est prévue, la femme devrait se rendre à la clinique à l'heure convenue avec les résultats des examens. La patiente est dans un fauteuil gynécologique, un miroir spécial est placé dans le vagin afin d'améliorer la visibilité, un contrôle colposcopique est possible.

Si le test peut provoquer des douleurs, le col est coupé avec un anesthésique local, puis à l'aide d'un scalpel, d'un couteau radio, d'un conchotome, d'un fil électrique, la zone touchée est retirée et immédiatement placée dans un récipient contenant du formol et envoyée au laboratoire d'histopathologie.

Au cours d'une biopsie sous anesthésie générale, un anesthésiologiste s'entretient avec une femme avant l'intervention et lors de la collecte des tissus, la patiente dort et ne ressent aucune douleur. Pendant l'anesthésie de la colonne vertébrale, le patient ne dort pas, mais ne ressent pas de gêne lors de manipulations sur le cou.

La prise de matériel de recherche dure en moyenne une demi-heure environ. Dans le cas d'une anesthésie générale, l'opération dure une heure et demie. Après une biopsie ambulatoire, la patiente peut rentrer chez elle immédiatement et lors d'un examen sous anesthésie, elle reste à la clinique jusqu'à 10 jours, selon son état.

La plupart des femmes qui subissent une biopsie du col utérin s'inquiètent de la douleur éventuelle de l'étude. Les sensations dépendront du type de manipulation: avec une ponction et une biopsie par ondes radio, la femme ne sera pas blessée; dans certains cas, une anesthésie locale n'est même pas nécessaire. Une biopsie au scalpel, une boucle, la technologie laser sont assez douloureuses, mais les analgésiques et l’anesthésie aident à survivre à la douleur.

La période postopératoire et les complications possibles

Dans la plupart des cas, après une biopsie du col de l'utérus, les femmes se sentent bien, les analgésiques soulagent une douleur éventuelle et la capacité de travailler n'est pas perturbée. Quelle que soit la méthode utilisée pour prélever le tissu, après son excision, des saignements d'intensité et de durée variables apparaissent.

La sélection après une biopsie n’est pas trop abondante et dure plusieurs jours. Dans le cas des méthodes d'échantillonnage tissulaire peu invasives, elles dérangent les 2-3 jours suivants, tandis que les techniques de biopsie en boucle, d'électroconisation ou au couteau donnent des saignements assez prononcés au cours de la semaine, puis que la décharge devient maculante et peut être présente pendant encore 2-3 semaines.

Après une biopsie, les médecins déconseillent fortement l'utilisation de tampons, de douches vaginales et de restaurations sexuelles jusqu'à ce que le saignement cesse complètement. Une visite à la piscine, aux bains, aux saunas et aux poids et haltères de plus de 3 kg au cours des deux semaines suivant l’étude ou plus ne doit pas être exclue si le rejet n’a pas cessé.

Parmi les plaintes déposées par les patients qui ont subi une biopsie du col de l'utérus, il peut y avoir des douleurs au bas de l'abdomen et dans le tractus génital. Ils sont associés à une lésion cervicale et passent généralement rapidement. Dans certains cas, les gynécologues conseillent de prendre des analgésiques dans les premiers jours suivant la procédure.

Les conséquences négatives après la biopsie cervicale sont très rares, mais ne sont toujours pas exclues. Parmi ceux-ci, les saignements et les infections, ainsi que les déformations cicatricielles à long terme après résection au scalpel, conchotomie ou courant électrique, sont considérés comme les plus probables.

Une femme doit être alertée par des saignements abondants, un écoulement de plus de 2-3 semaines, de la fièvre, un écoulement trouble et nauséabond de l'appareil génital. Ces symptômes sont une raison pour consulter d'urgence un médecin.

Interprétation des résultats de la biopsie cervicale

Souvent, le problème le plus douloureux pour une femme n’est pas la biopsie elle-même, mais le temps d’attente des résultats, qui peut durer jusqu’à 10 jours ou plus. Habituellement, la réponse est prête dans 5 à 7 jours et la femme s’adresse à son médecin. Il est préférable de ne pas s’engager en amateur et de ne pas tenter d’interpréter de manière indépendante les résultats, car des termes inconnus et leur interprétation incorrecte conduiront à des conclusions erronées.

Les processus les plus fréquents qui apparaissent dans les conclusions des pathologistes sur les résultats de la biopsie cervicale sont les suivants:

  • Cervicite aiguë ou chronique - inflammation du col de l'utérus;
  • Pseudo-érosion (endocervicose) - simple, glandulaire, papillaire, épidermisée - ectopie de l'épithélium endocervical cylindrique;
  • La koilocytose virale de l'épithélium squameux stratifié (MPE) - indique indirectement une lésion cervicale avec papillomavirus;
  • Dysplasie de l'épithélium de petit à grave;
  • Les verrues planes ou génitales sont le résultat de l'activité du papillomavirus;
  • Leucoplasie (kératinisation) de l'épithélium plat du col de l'utérus - à surveiller en raison du risque de malignité.

L'interprétation des résultats doit être effectuée par le médecin traitant. Sur la base des informations reçues, il vous prescrira le traitement approprié. Dans le cas de modifications inflammatoires, les lésions virales, la pseudo-érosion, la thérapie antivirale, antibactérienne et anti-inflammatoire conservatrice sont indiquées et une surveillance dynamique est établie pour la femme.

Un problème beaucoup plus grave est la dysplasie - un processus précancéreux, mais même avec une telle conclusion, il est prématuré de paniquer. Une dysplasie légère ou modérée peut être traitée de manière plus conservatrice si les lésions ont été complètement éliminées par biopsie. Dans d'autres cas, elles sont excisées après une intervention répétée.

En cas de dysplasie sévère, le médecin suggérera une excision du foyer pathologique pour prévenir la transformation maligne, un traitement antiviral actif pour le diagnostic du VPH et la rééducation de l'infection.