loader
Recommandé

Principal

Tératome

Comment se remettre d'une chimiothérapie, de recettes utiles et de médicaments

«Comment éliminer la chimie du corps?» - se demande à plusieurs reprises un patient atteint de cancer.

La rééducation après la chimiothérapie est un processus difficile et fastidieux. Elle est une mesure nécessaire pour le corps humain, car celui-ci est trop affaibli après ce traitement.

Afin de récupérer rapidement, vous aurez besoin d'une correction de votre style de vie, du rejet de vos mauvaises habitudes, d'un changement de nutrition, du strict respect des rendez-vous des médecins en réadaptation, et de l'humeur avec laquelle tout cela sera fait. Le soutien des proches et des proches va considérablement élever l'esprit du patient.

Une personne avec un diagnostic de tumeur maligne est affaiblie non seulement physiquement, mais aussi moralement. Par conséquent, l'aide d'un psychothérapeute et un traitement de spa accompagné de phytothérapie sont le plus souvent nécessaires.

Avant de comprendre comment vous remettre rapidement d'une chimiothérapie, vous devez comprendre ce qui cause l'intoxication et comment elle se manifeste.

Symptômes concomitants avec la chimiothérapie

Dans les centres de cancérologie, de nouveaux médicaments largement utilisés minimisent l'apparition d'effets indésirables. La prémédication est effectuée pour protéger la muqueuse gastro-intestinale. Les cytostatiques, les médicaments hormonaux et les traitements ciblés du cancer du sein s'améliorent.

Cependant, chaque organisme est individuel, le degré de développement du cancer, ses métastases, son âge, le poids du patient jouent un rôle crucial dans la survenue d'effets secondaires.

Les plaintes fréquentes sont:

  1. Nausées, vomissements, brûlures d'estomac, selles bouleversées.
  2. Malaise, maux de tête, vertiges.
  3. Violation de l'acuité visuelle.
  4. Perte de cheveux, disparition de la pigmentation de la peau.

Cela peut être dû à la fois à la chimiothérapie et aux maladies existantes: gastrite, œsophagite, gastro-duodénite, colite.

Dépression immunitaire

L'utilisation transférée de médicaments de chimiothérapie ne passe pas sans laisser de traces pour les organes et les tissus humains. Les toxines s'accumulent pendant le cancer et pendant le traitement. Leur retrait est requis. Les médicaments suppriment l'activité des cellules, de sorte que la croissance et le développement de la tumeur s'arrêtent et que son involution commence.

Cependant, dans le contexte de la suppression d'un néoplasme, des formes cellulaires saines sont affectées - les cellules responsables de l'immunité.

En raison d'une réponse immunitaire affaiblie, le patient présente un risque élevé de développer des complications graves dues à des maladies concomitantes. Il semblerait que la bronchite simple, les infections virales respiratoires aiguës, la pneumonie bénigne puissent être guéries en 5 à 10 jours, mais chez les personnes ayant subi une chimiothérapie, non seulement le temps de récupération peut être allongé, mais également des conséquences graves ou une récidive.

Numération sanguine

Des tests sanguins peuvent être utilisés pour évaluer l'efficacité du traitement et l'état de santé général. Si une personne a surmonté le premier stade - les principales réactions de la chimiothérapie, le second stade suit - le stade des manifestations cachées.

Il ne fait aucun doute que les indicateurs du test sanguin biochimique, clinique et étendu (le nombre et le degré de maturité cellulaire) changeront. La formule des leucocytes évolue vers des cellules moins matures. Il y a la leucopénie, la thrombocytopénie, l'anémie. Tout cela est lié aux dommages et à la mort de la germination du sang dans la moelle osseuse.

Les manifestations peuvent être: saignements spontanés des organes internes, apparition d'hématomes, œdème, infiltration et destruction de tissus, perturbation de la structure cellulaire de la muqueuse muqueuse du tractus gastro-intestinal, ainsi que de tous les tissus qui se divisent constamment.

Pour permettre aux cellules sanguines de récupérer, ils utilisent en médecine un traitement substitutif consistant en globules rouges lavés transfusés, masse plaquettaire, plasma congelé frais, greffe de moelle osseuse.

Agents infectieux

Dans le corps humain, il existe une microflore pathogène et conditionnellement pathogène. Par pathologie conditionnelle, on entend un ensemble de bactéries, de virus qui contribuent au fonctionnement normal des organes, mais uniquement avec un certain titre.

Si la quantité dépasse la norme, des changements indésirables se produisent. Ainsi, après la chimiothérapie, les champignons sont activés et la candidose se manifeste.

Le staphylocoque se multipliant, se dépose dans certaines zones de la paroi vasculaire - apparition d'une inflammation, d'une nécrose, de la formation de microfissures dans les capillaires et les artérioles. En conséquence, la septicémie se développe.

Normalement, les plaquettes sont impliquées dans le processus hémostatique, leurs couches superposées obstruent le site du saignement. Cependant, ils ne présentent pas une sélectivité élevée et sont capables de s’installer dans des espaces étroits des vaisseaux sanguins, des sites d’inflammation, des infiltrations graisseuses - une thrombose se produit.

Vous devriez examiner attentivement la température élevée, même si elle est de faible qualité. Peut-être cela est-il la preuve d'un processus infectieux inflammatoire en développement dans lequel les champignons, les virus et les bactéries peuvent participer.

Par conséquent, il est très important de contrôler l’état de santé, ainsi que le respect des recommandations du médecin, qui peuvent être effectuées non seulement en clinique interne, mais également à la maison.

Récupération après chimiothérapie

Le plus souvent, les patients qui ont été choisis individuellement, les médicaments, la posologie, sont prémédiqués, les organes protecteurs qui peuvent être affectés négativement par les substances actives des agents chimiques, ne nécessitent pas de réadaptation.

Si la thérapie était pratiquée de manière urgente, «sans perdre de temps», malgré l'état de santé grave et le statut psycho-neurologique, alors ces personnes ont besoin de récupérer.

Dans les conditions d'un hôpital s'appliquent:

  1. Installation de sondes entérales, avec cachexie prononcée.
  2. Hémosorption, plasmasorption.
  3. Installation de cystostom, nefrostom.
  4. Drainage transhépatique percutané en cas de jaunisse.
  5. Stimulants hématopoïétiques. Transfusion de composants sanguins.
  6. Traitement de la douleur (analgésiques narcotiques).

Pouvoir

La récupération principale après une chimiothérapie sévère à domicile prévoit un mode de vie et une nutrition particuliers, notamment un sommeil réparateur, les promenades en plein air. La teneur en protéines, vitamines et micro-éléments des aliments doit être équilibrée. Dans ce cas, la force sera restaurée.

Pour éliminer les substances toxiques, le régime alimentaire doit être rempli de fruits, de légumes (crus / compotés), de tous les types de produits laitiers fermentés. Il soulage les symptômes d'intoxication par la liaison des radicaux libres et des produits de dégradation des tissus.

Utile: œufs et œufs de caille (acceptés non cueillis, s'il n'y a pas de pathologie associée au tractus gastro-intestinal), variétés de volaille et de poisson faibles en gras, bœuf, veau, lapin, céréales.

Manger un corps humain affaibli doit être composé de petites portions. Ceci est important car les fonctions des cellules se rétablissent lentement et une aversion pour la nourriture peut se développer. Une réception fréquente est importante - jusqu'à 6-7 fois par jour.

Nous devrons oublier les sauces, les produits en conserve, fumés, épicés, marinés. Ce type de nourriture retient les liquides dans le corps et il y a gonflement, stress sur le muscle cardiaque, les reins. Respect du régime de consommation - boire de l'eau / du jus / de la compote fraîchement préparée à raison de 35 ml pour 1 kg de poids par jour.

Il est recommandé de boire des jus de fruits récoltés ou fraîchement préparés, à l'exception du citron, de la tomate et du pamplemousse.

Traitement Spa

Des soins complets, l’attention du personnel médical, un déchargement psycho-émotionnel aideront à soulager le stress du patient cancéreux.

Ce qui est important, c’est la sélection d’un sanatorium optimal avec des programmes spéciaux de rééducation, des cours de soutien psychologique pour cette catégorie de personnes. Sélection personnelle des conditions climatiques, les sources thermales sont les bienvenues.

Culture physique médicale

Les complexes de thérapie physique, physiothérapie, durcissement à l'eau renforceront le système immunitaire et amélioreront la fonction de drainage lymphatique. Ainsi, les composés chimiques et les substrats de la désintégration tumorale seront éliminés plus rapidement.

Les activités sportives sous forme de cardio, gymnastique vont améliorer la condition physique. L'intensité des charges est choisie strictement individuellement par un spécialiste.

Phytothérapie

Les recettes sont largement utilisées: flocons d'avoine à la vapeur dans le lait, infusion de graines de lin, teinture de feuilles d'aloès défilant dans un hachoir à viande.

Plantain, Medunitsa, menthe poivrée, citron vert, citron vert, ortie, bourgeons de bouleau - contribuent à la régénération cellulaire, à la restauration de la sécrétion, à la motilité de l'estomac et des intestins, ont des propriétés curatives pour la muqueuse gastro-intestinale, organes génitaux féminins.

Inclusion dans le régime:

  • grenade (effet cholérétique, analgésique, anti-inflammatoire);
  • sésame (contient de grandes quantités de calcium, de vitamine B12);
  • thé avec mélisse (agit comme un nauséabond, antiémétique);

Les préparations de médecines douces contribuent à l'amélioration de l'état du corps, à l'élimination des symptômes pathologiques. Ils doivent être pris en association avec le traitement principal et uniquement après avoir consulté le médecin traitant.

Intoxication après chimiothérapie

L'empoisonnement du corps après la chimiothérapie survient si le patient est intoxiqué par les produits de la destruction d'un cancer de qualité inférieure qui est distribué par le système circulatoire dans tout le corps.

Les principaux composants des médicaments de chimiothérapie sont les poisons et les toxines qui inhibent la croissance et le développement des métastases. Cependant, ils s’accumulent dans le corps et exercent un effet dévastateur.

Les symptômes d'intoxication après la chimiothérapie dépendent de:

• la localisation du cancer;
• type et stade de la maladie;
• l'ampleur des dommages et la taille de l'oncologie;
• la présence de métastases;
• la catégorie d'âge du patient;
• capacité d'adaptation du corps et ainsi de suite.

Comment s'exprime l'intoxication chez un patient atteint de cancer?

La symptomatologie n’est pas trop expressive, car l’oncologie peut être placée dans n’importe quelle partie du corps. Cependant, l'intoxication après la chimiothérapie a une liste générale de symptômes, qui comprend généralement:

• fatigue
• perte d'appétit;
• nausées et vomissements;
• essoufflement;
• teinte bleutée de la peau;
• perte de poids.

En outre, l'intoxication après la chimiothérapie se manifeste par une modification des principales caractéristiques du sang: la vitesse de sédimentation des érythrocytes augmente, le nombre de leucocytes augmente, le niveau de protéines diminue et d'autres incohérences par rapport à la norme. En cas de traitement retardé en oncologie, des signes d'anémie, d'insuffisance rénale et pulmonaire se manifestent.

Méthodes de lutte contre l'intoxication du corps

Avant de mener des activités axées sur la cessation de l'intoxication après la chimiothérapie, il faut établir que les produits du métabolisme et de la destruction des tumeurs cancéreuses après exposition à la chimiothérapie sont à l'origine de l'intoxication. Éliminer les signes d'intoxication, aide à nettoyer le sang des toxines et des poisons nocifs.

Il existe un certain nombre de méthodes médicales axées sur la lutte contre ce problème:

1. dialyse péritonéale;
2. diurèse améliorée;
3. enterosorption.

Dialyse péritonéale

Il s'agit d'un processus visant à nettoyer le sang des éléments toxiques, y compris l'intoxication après une chimiothérapie.

La base de cette technique est l'utilisation de systèmes de drainage qui sont placés dans la cavité abdominale du patient. Une solution spécifique est introduite dans les tubes - le dialysat, qui absorbe les produits toxiques dans la cavité abdominale lors de leur excrétion ultérieure.

Lorsque la procédure est effectuée pour la première fois, environ 20 litres sont passés dans la cavité abdominale. Les manipulations considérées sont effectuées dans les 2-3 jours. Cependant, il convient de rappeler que la dialyse est interdite chez les patients présentant des adhérences de la paroi abdominale et des processus purulents aigus.

Diurèse améliorée

L'intoxication après une chimiothérapie peut être affaiblie par la méthode de la diurèse améliorée, qui permet de nettoyer le corps en augmentant la quantité d'urine administrée aux patients. La mise en œuvre de la procédure contribue à augmenter le volume sanguin, ce qui diminue la concentration de toxines et les élimine pendant la miction.

Cette manipulation est basée sur l'introduction dans la veine d'une solution spécifique comprenant du glucose, de l'albumine et du bicarbonate de sodium. Ensuite, il y a l'injection de Furosimide. La diurèse améliorée n'est pas recommandée chez les patients présentant une insuffisance rénale et cardiovasculaire, une thrombose vasculaire ou une maladie péricardique.

Enterosorption

Comme le montre la pratique, l’entérosorption est une méthode «traditionnelle» de lutte contre l’empoisonnement de l’organisme, qui n’a par ailleurs aucune contre-indication. La procédure est que le patient utilise un sorbant dont la fonction principale est l’absorption de substances toxiques et nocives.

L'agent considéré peut être utilisé à la fois oralement et avec une sonde. Le traitement dure environ 3 à 5 jours.

Intoxication par chimiothérapie

Aujourd'hui, les tumeurs malignes occupent la deuxième place dans la structure des causes de mortalité en Russie après les maladies de l'appareil circulatoire, devant les blessures et les empoisonnements. Mais non moins important est le fait que dans notre pays environ 190 000 personnes sont reconnues handicapées chaque année en raison de l'apparition du cancer. Quelle est la raison de ces statistiques si tristes? Mode de vie? L'écologie?

Dans ce cas, pourquoi la thérapie de détoxification n'est-elle pas effectuée pour tous les patients subissant une chimiothérapie?

L'auteur de l'article est un médecin oncologue-chimiothérapeute, Anton Aleksandrovich Naletov.

Nous aidons les toxicomanes
et leurs familles

Gouttes d'intoxication après chimiothérapie

À ce jour, la chimiothérapie est le traitement le plus courant du cancer. Cette méthode de traitement implique un impact sur le développement d'une tumeur maligne à l'aide de poisons et de toxines d'origine végétale. Ces substances agissent de manière destructrice sur les cellules cancéreuses sans nuire pratiquement au corps humain.

Malheureusement, c'est précisément le mot "pratiquement" qui implique l'intoxication de l'organisme. L'intoxication du corps dans le cancer est une partie inévitable de tout le processus de traitement. Les poisons entrants, en plus des cellules cancéreuses, agissent sur le cœur, le foie, le système circulatoire, le cerveau et le système endocrinien dans son ensemble.

Moyens de réduire la toxicité dans le traitement du cancer

  • Les médecins ont mis au point toute une gamme d’actions visant à réduire la quantité de toxines et de poisons qui pénètrent dans le corps au cours d’un seul cycle de traitement.
  • En particulier, le traitement repose le plus souvent sur le principe des «diapositives». Dans ce cas, la consommation de poisons augmente progressivement et atteint trente gouttes par jour au milieu du processus.
  • Après l'équateur, il recommence à diminuer jusqu'à atteindre la marque initiale. Comme un filet de sécurité supplémentaire est donné une semaine pour se reposer avant la prochaine session.
  • Un tel programme de prise de poisons peut réduire la dose de poisons et mieux contrôler le processus de traitement d'un patient. C'est une partie très importante de tout le processus, car une intoxication excessive du corps va interrompre le traitement et tous les précédents apports de poison seront vains.

Symptômes d'intoxication dans le cancer

Les symptômes apparaissant au cours du traitement du cancer démontrent clairement que les effets des poisons et des cellules cancéreuses se propagent à tout le corps, affectant tous les systèmes en même temps. Au stade 2-3 du cancer, le corps du patient est affaibli et sujet à presque toutes les maladies extérieures. Le plus gros problème du corps - un manque constant d'oxygène. De plus, les cellules cancéreuses absorbent la majeure partie du glucose et des oligo-éléments. Si l’on ajoute à cela le fait que le patient manque constamment d’appétit et d’indigestion, il n’est pas surprenant que la plupart des patients atteints de cancer maigrissent de façon spectaculaire et aient l’air affaiblis et épuisés.

Les autres symptômes caractéristiques de ces stades de cancer sont les suivants: douleur persistante à la tête, stress, modification de la composition du sang et dystrophie du myocarde. Ce ne sont que des symptômes courants d'intoxication dans le cancer. Dans chaque cas individuel, il peut y avoir une douzaine d’autres symptômes parfois même plus graves que ceux énumérés. Les symptômes dépendent principalement du type de cancer chez le patient. Si le patient est confronté à un cancer du système digestif, les symptômes dans ce cas seront une violation de la chaise, des dysfonctionnements de la digestion, un manque d'appétit.

Intoxication du corps à la maison

Curieusement, les remèdes traditionnels faits maison sont la principale méthode de traitement de l’intoxication à la suite d’un cancer. Pour le traitement de l'intoxication devrait utiliser le même congé de la semaine. Au cours de cette semaine, vous devez recourir à des méthodes de nettoyage lent du corps. Ces méthodes contribuent à l'élimination progressive des toxines, sans alourdir le corps.

La base de cette méthode sont les teintures à base de plantes, qui peuvent être bues en quantités illimitées. Ces teintures peuvent être brassées à la main, mais vous devez d'abord consulter votre médecin.

Teinture de graines de lin

Le bouillon est préparé de la manière suivante: une cuillerée à soupe et demie de graines de lin par tasse d’eau bouillante. Faites bouillir le tout et ajoutez une cuillère à thé de miel pour parfumer. Très probablement, en cours de chimiothérapie, l’acidité de l’estomac a diminué. Par conséquent, vous devez ajouter 1-2 cuillères à café d’argousier. Buvez un demi-verre toutes les 2 heures et un verre plein avant de vous coucher.

Cette tisane n'est peut-être pas la plus agréable à déguster, mais elle est efficace. Nous coupons 4-5 aiguilles de pin, plusieurs morceaux de pelure d'oignon et deux églantiers. Verser de l'eau bouillante sur tout le mélange et laisser reposer toute la nuit. Après cela, vous devez filtrer la boisson et boire sans limite pendant la journée en petites portions.

Les lavements sont une autre direction dans l'élimination des toxines à domicile. Cette option de nettoyage du corps est plus appropriée pour les personnes qui ont eu le temps de diagnostiquer un cancer. Au stade initial du cancer, le corps est toujours plein d'énergie et, par conséquent, de nombreuses options de traitement et ne sont pas soumis à de telles restrictions.

La recette du lavement au café est la suivante: Ajoutez trois cuillères à soupe de café naturel à trois verres d’eau de 250 mm. Toute cette affaire est bouillie et filtrée. Après cela, ajoutez un demi-verre d'eau plate et un autre demi de teinture de camomille. En conséquence, nous obtenons un litre de teinture, ce qui sera un excellent matériau pour un lavement. Ce lavement n'affecte pas le coeur et stimule bien le foie. Pendant la journée, la session a lieu deux fois.

-Lavement du lait. Pour 1 litre de lactosérum, ajoutez 1 cuillère de bicarbonate de soude et de la teinture d'ail. Le mélange est chauffé et avant de commencer à bouillir, assurez-vous de l'éteindre. Le mélange conservera donc toutes ses propriétés bénéfiques. Les vitamines, acides aminés et autres oligo-éléments utiles constitueront un cadeau pour un corps affaibli.

Nourriture contre l'ivresse

En plus des médicaments cuits dans le régime devrait inclure du jus de fruits et légumes frais. L'argousier, la mandarine et le jus de pamplemousse sont les meilleures options pour les patients atteints de cancer. Cependant, ces jus doivent être utilisés avec prudence, car ils ont une acidité et une netteté élevées. Leur utilisation, contrairement aux teintures, devrait se faire progressivement, à petites doses.

La nutrition est une composante majeure du succès du traitement du cancer. Souvent, les médecins eux-mêmes développent un régime alimentaire pour les personnes atteintes de cancer. Ce régime comprend des légumes verts, du thé, des fruits et des suppléments. De plus, des produits exotiques sont souvent utilisés.

La bile d'ours est un excellent neutralisant des poisons végétaux. Une journée devrait être prise 60 gouttes, divisées en 3 séries de 20 gouttes après un repas. Ce produit a un effet bénéfique sur les cellules du foie, l’activant et le forçant à éliminer les toxines du corps à un taux élevé.

En plus d'une nutrition adéquate, les personnes atteintes de cancer doivent avoir un mode de vie sain. Marcher au grand air et faire de l'exercice avec une forme légère ont des effets bénéfiques sur le corps, améliorant l'appétit, accélérant le métabolisme et obligeant tous les systèmes de l'organisme à fonctionner plus rapidement. Par exemple, pendant l'effort physique, la transpiration augmente et, avec elle, l'élimination des toxines.

L'intoxication du corps dans le cancer est un effet secondaire inévitable. Dans ce cas, l’essentiel est d’organiser correctement son régime alimentaire, son mode de vie et son humeur. Si un patient atteint de cancer ne manifeste aucun désir, le processus de traitement complet peut alors être réduit à zéro.

Remarqué une erreur? Veuillez sélectionner le texte avec une erreur et appuyez sur Ctrl + Entrée pour le signaler à l'éditeur.

Tout le monde veut être en bonne santé et ne jamais tomber malade, mais cela ne se produit pas. Tôt ou tard, la maladie frappera à notre porte.

Le charbon actif est un outil qui a fait ses preuves depuis longtemps et qui possède des propriétés uniques d’absorption des substances nocives.

La vie d'une personne moderne se caractérise par un rythme effréné. Par conséquent, il est important d'avoir une bonne santé pour pouvoir faire face à la situation.

Saviez-vous qu'avec l'arrivée du printemps, notre corps a besoin d'un nettoyage en profondeur, d'une détoxification? Le fait est que dans le temps.

Copier des documents uniquement en référence à la ressource.

Récupération après chimiothérapie

Les personnes qui ont subi une chimiothérapie subiront un autre test difficile: pour en transférer les effets, restaurer le corps. La chimiothérapie affecte tous les organes et tissus, altérant leurs fonctions et causant des dégâts énormes. Par conséquent, la thérapie réparatrice vise également à améliorer la condition de tout l'organisme, de tous les organes endommagés.

L'effet de la chimiothérapie sur la maladie rénale

Après la chimiothérapie, des vomissements indomptables et une diarrhée abondante sont possibles, lesquels s'accompagnent de très grandes pertes de liquide. Le corps perd du chlorure de sodium, indispensable à l'activité vitale de toutes les cellules, de l'acide chlorhydrique, qui est simplement nécessaire au bon fonctionnement des glandes surrénales et des reins. L'épithélium des tubules rénaux est incapable de réabsorber le liquide filtré dans le sang. En conséquence, une insuffisance rénale survient. Ensuite, le duodénum reprend une partie du travail du rein. En raison de la perte de chlorure de sodium, les glandes surrénales ne remplissent plus leurs fonctions: libérer les hormones nécessaires à l'organisme. Les principales hormones surrénaliennes sont l'adrénaline, la noradrénaline, les hormones minéralocorticoïdes et les glucocorticoïdes. Une insuffisance rénale aiguë émergente peut en outre conduire à une défaillance du travail d'autres organes en raison d'une intoxication impressionnante.

Lésions rénales et métabolisme

Lorsque les protéines se décomposent, un produit tel que l'acide urique se forme. En raison de la désintégration intensive de la tumeur à la suite de la chimiothérapie, une grande quantité d'acide urique est libérée, ce qui entraîne une altération du fonctionnement et de la structure des cellules rénales par la néphropathie. La néphropathie de l'acide urique est souvent prédite comme un effet secondaire de l'utilisation de poisons métaphasiques - médicaments, la vinblastine, la vincristine. Ces poisons sont largement utilisés dans les thérapies combinées de maladies oncologiques en raison de leur capacité à augmenter la sensibilité des tumeurs malignes à l'action d'autres médicaments. Mais l'acide urique peut endommager les reins non seulement à cause de l'utilisation de poisons en métaphase, mais aussi après avoir pris d'autres médicaments.

La néphropathie est associée à une difficulté ou à une miction douloureuse lors de l'utilisation d'antibiotiques antitumoraux (mitomycine, doxorubicine, épirubicine). Une quantité significative d'insuffisance rénale a été enregistrée lors de la prise de rituximab, une préparation d'un groupe d'anticorps monoclinaux. Un tel groupe a récemment été utilisé dans la pratique en oncologie, par conséquent, il existe très peu de données sur les effets indésirables et l'innocuité de ces médicaments.

Après la chimiothérapie, la surveillance du fonctionnement et de l'état des reins est obligatoire et est activement effectuée individuellement pour chaque patient. Il est essentiel de restaurer la fonction rénale après une chimiothérapie - filtration glomérulaire, réabsorption tubulaire. Il est nécessaire de prévenir la formation de calculs urinaires et d'infections rénales, qui ne peuvent qu'aggraver l'état des reins déjà exposés à la chimiothérapie.

Récupération de sang

Il existe plusieurs critères selon lesquels l’état du sang est observé - ESR, formule sanguine complète, formule leucocytaire, analyse biochimique. En étudiant ces indicateurs, on peut évaluer et tirer des conclusions sur l'état général du patient et l'efficacité de la thérapie elle-même. La chimiothérapie a souvent pour conséquence d'endommager les germes de sang, qui n'apparaissent qu'après un certain temps.

Les patients qui ont subi avec succès la première étape de la réaction d’une maladie chimique devront subir la seconde étape. La deuxième phase de la maladie dure de 3 à 7 jours, au cours desquels toutes les inflammations se développent: œdème d'abord, puis infiltration, ce qui entraîne une nécrose et une destruction supplémentaire du tissu gastro-intestinal, des pousses de moelle osseuse et d'autres organes se divisant constamment.

Pendant cette période, les germes érythrocytaires de la moelle osseuse meurent sous l'effet cytotoxique des médicaments ou par la perturbation des processus métaboliques. Cela conduit souvent à une anémie, une leucopénie, une thrombocytopénie, des ecchymoses, des saignements possibles dans les organes internes. La seule solution est une transfusion sanguine. Dans certains cas, une masse de globules rouges ou de plaquettes peut nécessiter une greffe de moelle osseuse.

Restauration de la microflore et de l'immunité

Après la chimiothérapie, l'immunité est réduite, de sorte que la microflore sous condition pathogène se développe comme pathogène et nuit à l'organisme. Après une intoxication, les conditions de fonctionnement des bactéries, des champignons et des virus changent. La candidose se produit souvent après la médication. Lors de la prise d'antibiotiques, le risque de candidose est presque de 100%.

Le staphylocoque peut s'installer et provoquer des maladies dans presque tous les organes. Avec des conditions favorables au staphylocoque après la chimiothérapie, il commence à se multiplier activement et se propage dans les vaisseaux sanguins. L'inflammation se développe dans les vaisseaux, il y a des foyers de nécrose, des zones perforées, des saignements et une septicémie, après quoi la mort survient dans 70% des cas. Les antibiotiques dans ce cours n’aident pratiquement pas. Une forte fièvre et une transpiration peuvent indiquer une infection possible. Les antibiotiques antitumoraux ne peuvent pas être utilisés avec les infections existantes en raison de l'exacerbation probable pouvant aller jusqu'à la septicémie.

Récupération du foie

Le métabolisme dépend de la santé et de la fonctionnalité de tous les organes. Les produits du métabolisme et de la carie sont excrétés dans le corps par les reins, les poumons, les intestins, la peau et le foie. Ce sont les cellules du foie qui sont les principales responsables du traitement et de l'élimination des substances nocives du corps. De plus, le foie participe aux réactions d'immunité. Par conséquent, tout médicament a un impact sur la fonction hépatique. Le médicament lui-même a un effet direct et indirect - ses métabolites ou des changements dans le corps après l'avoir pris. Les modifications du sang après la chimiothérapie ou une infection massive désactivent gravement les cellules du foie. L'insuffisance rénale ne parvient pas à transférer l'intégralité de la fonction d'intoxication aux cellules du foie.

Restauration du système cardiovasculaire

Avant la chimiothérapie, la plupart des patients souffrent d'hypertension. Après la chimiothérapie, les maladies cardiovasculaires se manifestent principalement sous la forme hypotonique. La pression peut se stabiliser après le retrait de la tumeur. Les effets secondaires de la chimiothérapie peuvent être une cardiotoxicité, l'apparition d'une thrombophlébite, une insuffisance cardiaque. La doxorubicine forme des radicaux libres qui endommagent les membranes cellulaires et est considérée comme un puissant médicament cardiotoxique.

Récupération de l'intestin

La dysfonction intestinale provoque de nombreuses plaintes des patients après la chimiothérapie. Ces effets secondaires apportent aux patients beaucoup de désagréments et de souffrances. Pour éviter les nausées et les vomissements, qui se produisent souvent après la chimiothérapie, utilisez des médicaments appropriés qui réduisent la sensibilité du centre de vomissements.

Le problème est de protéger la muqueuse intestinale de l'inflammation, des médicaments qui empêchent l'inflammation dans les intestins, n'existe pratiquement pas. Par conséquent, les douleurs épigastriques, les perturbations hormonales, l'indigestion, le manque d'appétit, la diarrhée, la dysbiose, la candidose sont très fréquents.

Les intestins enflammés ne peuvent pas remplir leurs fonctions, ne sont pas capables de digérer complètement les aliments, ce qui aggrave considérablement l'état du patient après la chimiothérapie.

Récupération de drogue

Les médecins prescrivent une rééducation après une chimiothérapie. Ce traitement comprend généralement un groupe de médicaments antihypoxiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens et stéroïdiens, des antioxydants, des vitamines complexes, souvent des analgésiques. Chez certains patients, le bien-être et l'état général s'améliorent après l'administration de tels médicaments. Cependant, pour la plupart des patients, l'administration de tous ces médicaments n'apporte aucun soulagement. De nombreuses personnes souhaitent récupérer après une chimiothérapie grave à l'aide de remèdes naturels et sans danger. Pour ces demandeurs, il est proposé d'utiliser la phyto-cicatrisation et la photothérapie d'accompagnement, qui est également réalisée pour prévenir certains des effets possibles de la chimiothérapie.

En ligne

• envoyer des copies des documents médicaux et

chèque de paiement 1000 roubles

[email protégé]

* En envoyant un courriel aux dossiers médicaux, vous acceptez la politique de confidentialité des données.

appelez tel:

Question: Bonjour, docteur. J'ai un T2N1M0 en 2011, une mastectomie, une ovariectomie. En 2012, il y a eu une rechute.

Question: Bonjour. Ma mère a un cancer du sein T4N2M1. Elle a reçu en novembre 2013 le Taxol (7 cours).

Question: Bonjour, chers docteurs. Ma mère après avoir effectué une radiothérapie

Intoxication par le cancer: stades, traitement et pronostic

L'intoxication par le cancer consiste à empoisonner tout le corps avec les produits de décomposition d'une tumeur maligne. Ce complexe de symptômes apparaît aux dernières étapes du processus oncologique. L'intoxication tumorale est un état normal de développement du cancer, ainsi que le résultat d'un traitement anticancéreux intensif. Donc, la rupture d'une tumeur est-elle bonne ou mauvaise? Malheureusement, c’est précisément l’intoxication qui est la principale cause de décès par cancer.

L'intoxication du cancer

Toutes les pathologies oncologiques sans traitement requis en temps voulu entraînent dans la plupart des cas des conséquences irréparables, qui se traduisent par les complications les plus graves, entraînant la mort.

La mort du patient est due à la défaillance d’un organe ou de systèmes entiers, mais au dernier stade, c’est-à-dire au stade terminal, une autre complication se forme. Il est directement lié au développement du cancer. Nous parlons d'intoxication tumorale, qui est considérée comme l'un des syndromes consécutifs au cancer, représentant l'empoisonnement du corps humain avec des composants qui se forment lors du processus de désintégration du cancer.

Une maladie similaire peut également apparaître en raison d'une chimiothérapie prolongée, car les médicaments qui y sont utilisés sont hautement toxiques. Comme dans les cas où l’empoisonnement a été provoqué par des poisons ou des métaux lourds, ce type d’intoxication est un facteur majeur de dommage aux organes multiples et d’affaiblissement important du système immunitaire.

L'intoxication par le cancer n'a pas de code CIM spécifique, car il s'agit d'un complexe de divers symptômes liés à certains types de tumeurs. De ce fait, les symptômes peuvent varier en intensité et en temps d'apparition, de durée et de localisation du cancer, ainsi que d'âge du patient.

Il convient de noter que plus une tumeur est proche d'organes particulièrement importants, plus le stade terminal de son développement est difficile et plus la mort par effondrement de la tumeur peut survenir rapidement. La durée de vie du patient ne peut être déterminée qu’après un examen approfondi.

Étapes de la progression de l'intoxication

Au stade 4 du processus tumoral, la pathologie comporte neuf stades, après lesquels la mort survient. Ils passent dans l'ordre suivant:

  1. Une tumeur maligne commence à devenir incontrôlable.
  2. Les petits vaisseaux ne peuvent pas assumer leur fonction dans le domaine du cancer, car la taille de la tumeur grossit rapidement, ce qui entraîne des troubles circulatoires locaux et une pression faible.
  3. Il y a une pénurie de nourriture dans cette région, le processus de la mort des cellules cancéreuses commence.
  4. Démarre le processus de désintégration de la tumeur. Toutes les substances pénètrent dans le corps et se déplacent avec le sang. Ainsi commence l’empoisonnement progressif.
  5. La première conséquence est un trouble métabolique.
  6. De plus, une insuffisance rénale se développe car les reins ne peuvent pas fonctionner normalement. Cette condition est due à l'ingestion de cristaux d'urine. Et le dysfonctionnement mène à la déshydratation progressive.
  7. L'anémie se développe rapidement.
  8. À la fin de la mort du patient d'une intoxication par le cancer. La cause de la mort est principalement la septicémie (empoisonnement du sang) et le dysfonctionnement d'organes importants.

Causes de

L'une des principales caractéristiques d'une tumeur maligne est sa capacité à se développer rapidement, ce qui ne peut pas être contrôlé. En règle générale, le taux d'augmentation de la perméabilité vasculaire est toujours en retard sur la croissance de la tumeur. Les cellules cancéreuses ont la capacité de survivre pendant une courte période au cours de l'hypoxie, mais sans saignement normal, le processus de leur disparition commencera toujours. La mort cellulaire massive est un facteur majeur de carie.

Pour cette raison, une quantité énorme de produits de dégradation est libérée dans le corps, provoquant des troubles métaboliques et des perturbations dans le fonctionnement de divers organes et systèmes. L'intoxication est considérée comme un facteur majeur d'augmentation de la concentration d'urée. Les cristaux d'urée obstruent les tubules rénaux, entraînant l'apparition d'une insuffisance rénale. En raison de l'augmentation de la concentration en phosphate, il existe un manque important d'ions calcium, ce qui entraîne un dysfonctionnement du système nerveux. Une teneur élevée en calcium affecte négativement le fonctionnement du muscle cardiaque.

Chez les patients intoxiqués par le cancer, une arythmie est ajoutée aux symptômes. Dans des situations extrêmement difficiles, une cessation complète de la fonction cardiaque est possible. Un taux élevé de radicaux libres provoque la dégradation des érythrocytes et la formation d'anémie.

Les symptômes d'intoxication peuvent survenir différemment selon les cas. La création d’un tableau clinique dépend de la gravité de l’état de la personne, du taux de destruction de la tumeur, de la concentration de toxines dangereuses dans le sang, de la localisation et de la nature de la maladie oncologique.

Symptômes de pathologie

Les manifestations les plus courantes de la maladie sont une faiblesse persistante aggravée et une fatigue, parfois sans cause apparente. En outre, l'apparence des patients change: perte de poids jusqu'à la cachexie, couleur de peau pâle, jaune ou jaunâtre, complétée par une peau sèche et des muqueuses. Dans de rares cas, une cyanose des membres est possible. Chez les patients présentant une insuffisance hépatique, on observe l'apparition d'une sclérotique ictérique due à un empoisonnement aigu. Les symptômes sont accompagnés d'une transpiration accrue, aggravée la nuit.

Lors d’une enquête standard, un spécialiste a révélé qu’une diminution rapide du poids corporel s’était produite sur une courte période et était associée à des troubles de l’appétit: un dégoût inexplicable pour les aliments, en particulier les plats à base de viande, ainsi qu’une perversion des préférences gustatives. En outre, lors de l’intoxication du corps, les signes oncologiques sont complétés par des complications dyspeptiques:

En outre, les fonctionnalités suivantes sont notées:

  • Une élévation prolongée de la température corporelle jusqu’à subfebrile (37,1–38 degrés), dans de rares cas jusqu’à fébrile (38–39 degrés). Il y a des douleurs dans les os et les articulations.
  • Les patients indiquent la présence d'une migraine régulière et de crises de vertiges soudaines.
  • En interrogeant les patients et leurs proches, on peut apprendre que les patients présentent des anomalies mentales et émotionnelles. Ils peuvent être observés: apathie, transformation en dépression, irritabilité élevée, labilité émotionnelle.
  • Des troubles du cycle du sommeil, tels que l'insomnie et un sommeil superficiel, peuvent survenir, tandis que vous vous endormez, des difficultés surviennent, la nuit ou des réveils matinaux. Pas moins souvent, il est possible de diagnostiquer une arythmie.
  • Lorsque l'intoxication par le cancer augmente le risque de formation de caillots sanguins et tend à provoquer des lésions infectieuses.

Diagnostic d'empoisonnement

Au fond, l'intoxication par le cancer ne constitue pas une nouvelle inattendue pour le patient, car elle se forme par étapes, depuis longtemps déjà connue. Mais il arrive parfois qu'une personne ne soupçonne même pas l'apparition d'une tumeur maligne. Elle commence à croître rapidement et l’intoxication est l’une des manifestations de la croissance. Pour identifier les causes d'une intoxication aiguë, les méthodes suivantes sont utilisées:

  1. Tomographie par ordinateur.
  2. Imagerie par résonance magnétique.
  3. Tests cliniques de sang et d'urine - vous permettent de détecter la pénétration de produits de décomposition et de noter l'empoisonnement. De plus, ce processus pathologique est caractérisé par une diminution de la quantité d'hémoglobine et d'érythrocytes dans le sang et par une augmentation de la concentration de protéines dans les urines. En outre, l’étude permet de déterminer le nombre de leucocytes et le taux de sédimentation des érythrocytes.
  4. Biopsie de la tumeur.
  5. Scintigraphie - permet de détecter la présence d’une tumeur en croissance.
  6. La procédure standard de l'échographie (échographie) - aidera à détecter le cancer, mais pour des résultats plus précis devrait être effectuée un examen histologique.

Comment faire face à l'ivresse

Le traitement de l'intoxication par le cancer implique l'élimination des tumeurs malignes et des métastases. S'il est impossible d'éliminer chirurgicalement la tumeur, une chimiothérapie ou une radiothérapie est effectuée. Le traitement de désintoxication en oncologie vise à éliminer les composants dangereux du patient, à restaurer le métabolisme et à réduire les effets nocifs des médicaments utilisés en chimiothérapie.

Le soulagement de l'intoxication tumorale s'effectue de plusieurs manières:

  1. On utilise la diurèse forcée pour éclaircir le sang. Elle est injectée par voie intraveineuse à l’aide d’un compte-gouttes et d’une grande quantité de liquide sous la forme d’une solution de glucose. Après avoir atteint un certain niveau d’eau dans le corps, un médicament diurétique est prescrit au patient. Dans le même temps, les systèmes respiratoire et cardiovasculaire du patient font l’objet d’une surveillance constante à temps pour déceler la menace qui pèse sur sa vie.
  2. Une autre méthode efficace de désintoxication est l’établissement d’un drainage spécial dans la cavité abdominale. Dès le premier jour, plus de 20 litres de fluide passent dans des tubes spéciaux.
  3. L'intoxication du corps est arrêtée par la prise de médicaments adsorbants en grande quantité.
  4. Dans le cas où deux organes ou plus sont endommagés immédiatement, on utilise la technique de l'oxydation du sang, qui consiste à injecter de l'hypochlorite de sodium directement dans la veine. Une option de traitement similaire est utilisée pour infecter les métastases du foie, des reins ou du pancréas.
  5. Le traitement par hémodialyse et hémodiafiltration est la connexion d'une personne à un appareil spécial, qui remplace le rein du patient. Avec cette méthode, vous pouvez combler le liquide perdu et nettoyer complètement le sang. Mais cette méthode a peu d'indications d'utilisation: elle est utilisée uniquement avec de très faibles niveaux de bicarbonate. Il est à noter que ce filtrage est contre-indiqué aux stades avancés de la progression de la pathologie.
  6. Si le patient est dans un état particulièrement grave, on lui prescrit une série d'injections de Reamberin. L’ingrédient actif principal de la préparation a des effets anti-hypotiques et de détoxication, et est également capable de rétablir l’équilibre acide du patient.
  7. Hémosorption. Ceci est une autre méthode éprouvée par le temps pour soulager les symptômes d'intoxication. Le sang passe dans un appareil spécial avec un absorbant, puis retourne dans la veine. Cette méthode, comme l'hémodialyse, comporte de nombreuses contre-indications. Il est interdit de l'utiliser si une personne présente des saignements internes, une défaillance multiviscérale, une déshydratation sévère, une pression artérielle basse ou des problèmes de muscle cardiaque.

Pronostic et prévention

Le pronostic pour l'oncologie sévère ou terminale ne peut être optimiste. Si l'intoxication a commencé, le processus de développement de la tumeur commence et les conséquences seront terribles.

Néanmoins, au stade terminal de la plupart des pathologies cancéreuses, il est possible de prolonger la vie du patient pendant un certain temps. Il est donc nécessaire d’être traité dans toutes les situations, sans succomber au pessimisme et à la dépression.

Pour prévenir le syndrome, il ne faut pas laisser la maladie progresser. Pour ce faire, il est nécessaire d'éliminer tous les troubles qui surviennent à temps, de passer régulièrement les examens d'un médecin, de bien manger, de ne s'adonner qu'à des sports légers, de se débarrasser des mauvaises habitudes.

L'intoxication oncologique est un empoisonnement grave et un désordre métabolique du corps, mais elle est traitée avec succès par la médecine moderne. Ne désespérez donc pas.

Effets secondaires après la chimiothérapie

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) identifie plus de vingt types d’effets secondaires après la chimiothérapie.

Ceux-ci comprennent:

  1. Lésions gastro-intestinales:
    • l'apparition de stomatite,
    • la survenue d'une oesophagite,
    • détection de la gastrite,
    • émergence d'un extracolyte,
    • la survenue d'une dysbiose avec infection fongique,
    • nausées et vomissements
    • l'apparition de l'anorexie,
    • détection de dommages au foie.
  2. Dommages au sang et au système sanguin:
    • la survenue d'anémie,
    • l'apparition de la leucopénie,
    • apparition de neutropénie (fièvre fébrile).
  3. L'apparition d'immunodéficience:
    • la survenue d'infections fréquentes des voies respiratoires,
    • l'apparition d'herpès récurrent,
    • détection d'infections fongiques.
  4. L'apparition d'une insuffisance rénale:
    • l'apparition de la fréquence des mictions,
    • détection de l'augmentation de la teneur en protéines dans l'urine, ainsi que des leucocytes et des érythrocytes.
  5. Fonctionnement altéré du système reproducteur:
    • apparition d'une insuffisance ovarienne,
    • l'apparition de troubles menstruels chez les femmes
    • apparition d'une insuffisance testiculaire,
    • l'apparition de violations de la spermatogenèse.
  6. La survenue de lésions du système nerveux:
    • l'apparition de polyneuropathie,
    • détection de troubles de la conscience.
  7. L'apparition de lésions cardiaques.
  8. La survenue de lésions du système respiratoire.
  9. Perturbation du système cutané:
    • l'apparition de dermatite.
  10. Perte de cheveux.
  11. L'apparition de réactions allergiques.

L'OMS classe les effets indésirables après la chimiothérapie en fonction de leur gravité:

  • 0 degré - aucun changement dans l'état du patient et les données de laboratoire n'ont été observés.
  • I degré - des changements minimes sont enregistrés qui n’affectent pas l’état général du patient; le témoignage d'études de laboratoire enregistre des changements mineurs ne nécessitant pas de mesures correctives.
  • II degré - il y a des changements dans un niveau modéré dans la condition et l'activité du patient, ses organes internes; Les données des analyses sont considérablement modifiées, ce qui nécessite des mesures correctives.
  • Grade III - apparition de troubles aigus nécessitant un traitement somatique intensif, ainsi que le transfert de séances de chimiothérapie ou l'annulation du traitement
  • Degré IV - l'apparition de désordres dans le corps qui constituent une menace pour la vie du patient; cela nécessite l'arrêt immédiat de la chimiothérapie.

Température après chimiothérapie

Chez certains patients, après un traitement, la température corporelle globale augmente. Ceci est dû à une diminution de l'immunité du patient, qui est toujours observée après la chimiothérapie. La température peut augmenter en raison de la pénétration dans le corps du patient d'infections diverses, qui se manifestent par la survenue de diverses maladies à caractère bactérien viral.

L'augmentation de la température corporelle suggère que le corps présente des foyers d'infections nécessitant un traitement antibiotique. Par conséquent, dans la plupart des cas, après la chimiothérapie, le patient reçoit un traitement antibactérien.

Une température corporelle élevée constante signifie que le corps du patient ne peut pas faire face aux foyers de la maladie. Cette caractéristique est due à une diminution du nombre de leucocytes dans le sang, responsables de la protection du corps humain contre diverses infections. Les processus d'inflammation dans le corps du patient à ce stade peuvent considérablement progresser, le traitement doit donc commencer immédiatement après les premiers symptômes de la maladie.

L'exactitude des médicaments sélectionnés est déterminée en effectuant une analyse de sang et en déterminant le type d'infection pour lequel un traitement est requis. Dans ce cas, vous ne pouvez pas utiliser de médicaments sans consulter un médecin, cela s’applique à tous les médicaments, y compris les antipyrétiques.

Pour éviter l'infection, il est nécessaire, après la chimiothérapie, de refuser de se rendre dans les endroits à forte concentration de personnes et d'éviter tout contact avec des patients atteints de diverses infections.

Intoxication après chimiothérapie

Les médicaments de chimiothérapie - les cytostatiques - ont un effet toxique prononcé sur le corps. L'intoxication après la chimiothérapie peut se manifester à des degrés divers allant de zéro à cinquième, correspondant à la gravité des conséquences après la chimiothérapie.

L'effet toxique des médicaments est qu'ils agissent de la même manière sur toutes les cellules en croissance et en division actives: malignes et saines. Les cellules saines qui se multiplient rapidement comprennent les cellules de la peau, les follicules pileux, les cellules épithéliales des organes internes - la membrane muqueuse, les cellules de la moelle osseuse. Par conséquent, les nausées et les vomissements, la chute des cheveux, une hématopoïèse altérée, des modifications inflammatoires et dystrophiques des muqueuses, des saignements fréquents sont considérés comme des complications fréquentes après la chimiothérapie.

L'intoxication du corps après la chimiothérapie se traduit par la défaite de pratiquement tous les tissus et organes internes, car les toxines cytotoxiques agissent de la même manière sur les cellules malades et les cellules saines.

Faiblesse après la chimiothérapie

Après la chimiothérapie, tous les patients se plaignent de faiblesse dans tout le corps, de léthargie et de fatigue constante.

Les sentiments de faiblesse chez les patients se manifestent pour les raisons suivantes:

  1. Intoxication générale du corps - habituellement, ces sensations disparaissent peu de temps après la fin du traitement de chimiothérapie. Cependant, chez les patients âgés ayant subi de nombreux processus oncologiques, le sentiment de faiblesse peut durer très longtemps.
  2. La présence de dommages aux organes internes - l'apparition d'insuffisance cardiaque, rénale, hépatique et pulmonaire.
  3. L'apparition d'une anémie due à l'inhibition de la fonction de formation du sang.
  4. La pénétration d'infections dans le corps en raison d'une immunité réduite.
  5. L’émergence de stress émotionnel dû au traitement différé et aux facteurs qui en découlent.
  6. Perte de poids due à:
    • détérioration de la transformation des aliments et absorption des nutriments par le tube digestif;
    • augmenter le besoin d'énergie du corps pour récupérer;
    • capacité réduite de consommer des aliments - manque d'appétit, nausées et vomissements, diarrhée ou constipation, etc.
  7. Les perturbations des processus métaboliques dans le corps.
  8. L'apparition de troubles hormonaux dus à une intoxication de la glande thyroïde et des glandes surrénales, qui se traduit par un dysfonctionnement de ces organes.
  9. La présence d'hypodynamique - une faiblesse accrue provoque le désir de rester toujours au repos. Mais le manque de mouvement entraîne une diminution du tonus musculaire et une perte musculaire, une diminution de l'endurance physique du patient et la capacité de mener une vie active. Tout cela renforce l'état de faiblesse déjà existant et conduit à un cercle vicieux de causes et d'effets.
  10. Troubles du sommeil - l'incapacité de bien dormir et de récupérer entraîne une augmentation de la faiblesse et de la fatigue. Tout cela explique également le changement du côté négatif de l'état psychoémotionnel du patient.
  11. La douleur dans tout le corps conduit également à la faiblesse. Des douleurs épuisantes et constantes entraînent fatigue et épuisement, ainsi que le manque de volonté de bouger et de mener une vie active.
  12. La présence de nausées et de vomissements - l’apparition de ces symptômes ne permet pas au liquide et aux aliments d’être normalement absorbés par le corps, ce qui en provoque l’épuisement et la déshydratation, et donc l’apparition de faiblesses.
  13. Tous les changements susmentionnés dans l'état du patient peuvent entraîner de l'anxiété et une dépression, ce qui ne fait qu'augmenter la sensation de faiblesse du corps. Dans le contexte de ces troubles, la faiblesse physique ne fait qu'augmenter, mais même si ses causes sont éliminées, elle provoque l'apparition de la fatigue et de la léthargie de nature psycho-émotionnelle.

Pour réduire les manifestations de faiblesse, les patients doivent recourir à certaines mesures:

  • Augmentez le niveau d'hémoglobine dans le sang en passant à un régime alimentaire spécial et à l'utilisation de certains suppléments.
  • Augmentez le nombre de globules blancs avec une nutrition et des médicaments appropriés.
  • Pratiquez une activité physique régulière - gymnastique légère le matin, marchant souvent au grand air.
  • Pour organiser une courte journée de repos, il est préférable de dormir pendant une heure.
  • Couchez-vous à l'heure prévue, au plus tard à 22h30. Et la durée d'une nuit de sommeil devrait être d'au moins neuf heures.
  • Pour vous décharger de ces choses que les autres peuvent attendre ou gérer. Essayez de vous épargner et de minimiser la charge.

Œdème après chimiothérapie

De nombreux patients ayant subi une chimiothérapie commencent à souffrir d'œdème. La boursouflure peut se produire soit sur tout le corps, soit sur ses parties séparées. Gonflement observé du visage, des mains, de toutes les mains, des pieds ou de toute la surface des jambes. En outre, les poches se manifestent par un gonflement de l'abdomen et l'apparition d'une sensation de ballonnement dans tout l'abdomen ou juste en dessous.

L'enflure après la chimiothérapie est le résultat d'une détérioration du fonctionnement des reins, due aux dommages toxiques subis par la chimiothérapie et aux fortes charges qui se posent sur les reins pendant le traitement. Par conséquent, dans ce cas, il est nécessaire non seulement d'éliminer l'œdème, mais également de restaurer l'ensemble du corps dans un complexe.

Dans ce cas, les poches peuvent être accompagnées des symptômes suivants:

  1. La détérioration de la qualité de la respiration - il devient plus difficile de respirer.
  2. L'apparition d'interruptions dans le fonctionnement du coeur.
  3. La survenue rapide d'un œdème dans tout le corps.
  4. Forte augmentation du poids corporel.
  5. L'apparition d'interruptions de la miction - presque pas de vidange de la vessie ou de rares cas de ce phénomène.

Si vous avez ces symptômes, vous devriez immédiatement consulter un médecin pour obtenir des conseils et de l'aide.

Que peut-on faire pour réduire le gonflement du corps? Il y a un certain nombre de conseils à utiliser:

  1. Il est nécessaire d'abandonner l'utilisation de sel et de le remplacer par de la mer ou de l'iode. Dans ce cas, la quantité quotidienne de sel devrait être minimale. Le meilleur de tous, quelques jours pour abandonner complètement l'utilisation de sel et d'aliments salés. Au lieu de sel, vous pouvez utiliser du chou marin sec en poudre - thalle de varech.
  2. Dans les aliments, vous devez ajouter des herbes avec un effet diurétique, à savoir le persil et l'aneth. Le jus de citron frais a les mêmes propriétés. Les verts peuvent et doivent être consommés frais en grande quantité.
  3. Vous devez manger des légumes, des fruits et des baies avec un effet diurétique. Ceux-ci incluent les pastèques, les melons, les airelles, les fraises, les canneberges, les viornes, les mûres, les citrouilles, les carottes, les concombres, les tomates, les pommes, les abricots secs (abricots secs, abricots, kaisa).
  4. Il est nécessaire d'éviter les aliments et les aliments augmentant la viscosité du sang. Ceux-ci incluent la gelée, la gelée et la gelée, le rowan et ainsi de suite. Pour obtenir un effet diurétique, vous devez consommer des aliments qui ont un effet d’éclaircissement sur le sang - framboises, groseilles noires et rouges, citrons et ail.
  5. La boursouflure est également due au fait que, grâce à la chimiothérapie, les oligo-éléments bénéfiques ont été éliminés du corps. Tout d'abord, cela concerne les réserves de potassium. Pour saturer le corps avec cette substance bénéfique, vous devez manger beaucoup d’abricots et de pêches, de bananes, d’abricots secs, de miel et de feuilles de laitue.
  6. Les jus frais sont bons pour gonfler. Dans des proportions égales, vous devez mélanger le jus de betterave frais, le concombre et la carotte. Jus appropriés également à base de persil et de céleri. Une troisième tasse de ce jus remplace une pilule diurétique.

Certains conseils de médecine traditionnelle aident à éliminer l'œdème:

  1. Prenez de l'huile de ricin et de la térébenthine dans les proportions 1: 2. L'huile est chauffée et versée dans de la térébenthine. Après cela, ce liquide est appliqué sur le site de l'œdème.
  2. Une cuillère à soupe de vinaigre de cidre est mélangée au jaune d'oeuf, puis une cuillère à soupe de térébenthine est ajoutée. Après cela, cet outil doit rectifier les zones oedémateuses.
  3. Prenez des herbes qui ont un effet anti-œdème. Une infusion est préparée à partir d’eux, qui est ensuite coulée dans des moules et congelée. La glace de guérison résultante a frotté des endroits d'œdème. À ces fins, les fleurs de camomille, les fleurs de tilleul, les feuilles de la busserole, la soie du maïs, l’herbe des renouées, l’herbe des prêles, les feuilles de menthe poivrée, les fleurs de bleuet bleu conviennent bien.

Oedème des jambes après chimiothérapie

Un gonflement des jambes après la chimiothérapie est observé en raison d’une activité rénale anormale. Cela a été discuté plus en détail dans la section précédente.

Pour aider à éliminer les poches des membres inférieurs, vous devriez suivre les conseils donnés dans la section sur l'œdème après la chimiothérapie.

Stomatite après chimiothérapie

La stomatite est un effet secondaire fréquent après la chimiothérapie. Les préparations médicinales agissent sur les cellules de la cavité buccale.

La stomatite se manifeste par une rougeur et un gonflement de la membrane muqueuse, ainsi que par l'apparition de petits ulcères. En même temps, on observe une perte de cellules épithéliales et la cavité buccale est très sèche et présente des fissures sur les lèvres. L'apparition de saignement des gencives.

La stomatite est une complication temporaire après la chimiothérapie. La maladie disparaîtra lorsque le taux de leucocytes dans le sang redeviendra normal.

Les actions préventives visant à réduire le risque de stomatite peuvent être les suivantes:

  • Rincer la bouche avec des élixirs dentaires - Pepsodent, Elkadent.
  • Périodiquement, le rouge à lèvres graisse à lèvres, vous pouvez incolore hygiénique.
  • Avant de commencer une chimiothérapie, il est nécessaire de réorganiser la cavité buccale sous forme de traitement de la carie dentaire.
  • Plusieurs fois par jour, vous pouvez vous rafraîchir la bouche avec des glaçons.

En cas de stomatite, il est recommandé de prendre les mesures suivantes:

  • Pour remplacer le brossage des dents par le rinçage de la cavité buccale avec les élixirs dentaires ci-dessus.
  • Il est recommandé de se rincer la bouche avec une solution de soude - une demi-cuillère à thé de soude se dissout dans un verre d'eau. Il est également bon de recourir au rinçage avec une solution saline - une cuillerée à thé de sel se dissout dans un litre d'eau.
  • Les infusions et les décoctions d'herbes médicinales sont des outils utiles dans le traitement de la stomatite. La camomille, l'écorce de chêne, la sauge et le millepertuis devraient être utilisés à cette fin.
  • Vous devez boire beaucoup de liquide, au moins deux litres d'eau par jour.

Perte de cheveux après chimiothérapie

La perte de cheveux après la chimiothérapie est un phénomène fréquent dont souffrent la plupart des patients. Le patient commence à perdre les poils de tout le corps environ trois semaines après la fin du traitement. Cela est dû aux effets toxiques des médicaments sur les follicules à partir desquels les cheveux poussent et à leur destruction. Quelque temps après la chute des cheveux, les follicules se rétablissent et les cheveux repoussent.

Des informations plus détaillées sont données dans la section sur les cheveux du patient après la chimiothérapie.

Alopécie après chimiothérapie

L'alopécie après la chimiothérapie survient à la suite d'une exposition aux follicules à partir desquels les cheveux poussent, médicaments. Les follicules sont détruits et les cheveux de la tête tombent complètement ou partiellement. Quelque temps après la chimiothérapie, les cheveux commencent à repousser et deviennent plus sains et plus épais qu'auparavant.

Engourdissement des membres après chimiothérapie

L'engourdissement des membres après la chimiothérapie est le résultat d'une lésion des fibres nerveuses du système nerveux périphérique. Au cours du traitement, les fibres nerveuses subissent une altération de la structure et perdent la capacité de conduire de manière adéquate les impulsions nerveuses des récepteurs situés dans la peau aux zones correspondantes du cerveau.

Un engourdissement des membres se manifeste par une perte de sensation dans les bras et les jambes, ainsi que par une perte de souplesse des membres. La sensation d'engourdissement commence par le bout des doigts et des orteils, des pieds et des mains et s'étend ensuite sur toute la surface des membres et le long de la colonne vertébrale. Les sensations d'engourdissement peuvent aussi être accompagnées de symptômes vifs de picotement, de brûlure, de picotement dans les membres ainsi que de douleur.

Cela réduit la sensibilité du corps et de la peau, la capacité réduite de mouvement, ainsi que la manipulation d'objets pendant le self-service. Les patients peuvent difficilement attacher les lacets et attacher les boutons, ils peuvent souvent trébucher et tomber, il leur est difficile de maintenir l'équilibre et de maintenir la coordination des mouvements. Ce phénomène est considéré comme l’un des symptômes de la polyneuropathie, qui a été décrit dans la section correspondante.

Acné après chimiothérapie

Après la chimiothérapie, certains patients commencent à remarquer la présence d'acné sur leur peau. L'acné résulte de lésions toxiques de la peau et d'une immunité réduite du patient. L'acné suggère que le bon fonctionnement des glandes cutanées est altéré, ce qui provoque l'apparition de processus inflammatoires sur la peau.

La présence de l'acné suggère que les processus métaboliques dans le corps sont en déséquilibre. Par conséquent, pour éliminer l'acné sur la peau, tout d'abord, il est nécessaire de prendre des mesures pour restaurer le bon fonctionnement de tous les organes et systèmes. Cela concerne en premier lieu les processus immunitaire, hormonal et hématopoïétique.

Pour éviter l'acné, il est recommandé d'utiliser un savon antibactérien pour les soins de la peau, puis d'appliquer une crème hydratante sur l'endroit lavé.

Basse pression après chimiothérapie

Après la chimiothérapie, certains patients commencent à ressentir les symptômes suivants: apparition de léthargie, apparition de vertiges, fatigue accrue. Dans le même temps, lorsque vous vous levez de la position assise, vous remarquerez l'apparition d'une «étoile» devant les yeux, de nausées et même d'évanouissements, notamment de graves faiblesses soudaines et graves. Ces manifestations sont des signes d'hypotension artérielle.

La diminution de pression après la chimiothérapie est causée par une diminution de la quantité de sang qui traverse les vaisseaux sanguins du système circulatoire. La pression artérielle diminue en raison du fait qu'une plus petite quantité de sang fait osciller le cœur dans l'artère. La raison de l'hypotension artérielle peut être liée à l'expansion de petites artères et à l'augmentation de leur flexibilité, elles sont donc moins résistantes à la circulation sanguine. En même temps, les veines sont également dilatées et davantage de sang y est stocké, et une plus petite quantité retourne au cœur.

Lorsque le flux sanguin est perturbé, le pourcentage d'oxygène et de nutriments administrés aux organes internes diminue, ce qui entraîne une détérioration de leur fonctionnement.

Point culminant après la chimiothérapie

L'apparition de la ménopause dans la vie d'une femme est un événement naturel auquel le corps et le psychisme féminins se préparent progressivement. Après la chimiothérapie, la ménopause peut survenir soudainement et de manière abrupte, ce qui entraîne un stress grave et une détérioration de l'état mental et émotionnel des patientes. Dans le même temps, la ménopause est toujours considérée comme précoce, c'est-à-dire qu'elle a commencé prématurément et s'appelle provoquée.

Les manifestations de la ménopause au cours de cette période peuvent être tellement prononcées qu'une femme ne peut tout simplement pas y faire face toute seule. Les symptômes de la ménopause sont:

  • fin du flux menstruel
  • bouffées de chaleur
  • prise de poids
  • l'apparition de sécheresse dans le vagin,
  • l'apparition de sautes d'humeur,
  • apparition de faiblesse, fatigue, perte de force,
  • changements dans la structure de la peau et des cheveux,
  • l'apparition d'ostéoporose,
  • perte de mémoire.

Certains patients peuvent avoir des pertes vaginales à ce moment.

L'entrée dans la période précoce de la ménopause est perçue par beaucoup de femmes avec une acuité telle qu'elle peut mener à la dépression. Dans ce cas, il est impossible de se passer d'aide extérieure et la femme a besoin de l'aide qualifiée d'un psychothérapeute, ainsi que de l'attitude attentive et attentive de ses proches.

Cystite après chimiothérapie

La cystite est une maladie inflammatoire de la vessie qui se manifeste par une inflammation de l'épithélium (muqueuse).

Les symptômes de la cystite sont:

  • l'apparition de douleurs, de coupures ou de brûlures lors de la vidange de la vessie,
  • apparition de mictions fréquentes,
  • l'incapacité de se retenir lorsqu'il y a une envie d'uriner et l'obligation pour le corps d'uriner immédiatement,
  • l'apparition de rougeur d'urine ou de sang dans l'urine,
  • l'apparition de signes de fièvre,
  • l'apparition de frissons.

Lorsque les symptômes ci-dessus apparaissent, il est recommandé de boire beaucoup d'eau et de liquides, au moins deux litres par jour, ainsi que des jus de fruits frais. L'augmentation de la quantité d'urine provoquera le rinçage des toxines du corps, ce qui contribuera à réduire l'effet irritant des poisons sur la vessie du patient.

Dépression après chimiothérapie

À la fin de la chimiothérapie, certains patients signalent une détérioration de leur état psycho-émotionnel. Cela se traduit par une diminution du tonus émotionnel, des changements brusques d'humeur et une dépression générale.

La dépression après la chimiothérapie survient chez quinze à vingt pour cent des patients. L'apathie et la léthargie, l'anxiété et les larmes, une vision lugubre du monde, le manque de confiance en la guérison, la réticence à retrouver une vie normale, l'isolement et l'aliénation constants, le sentiment d'angoisse et de désespoir, sont des manifestations de dépression. Il y a aussi une diminution de la concentration, une détérioration de l'activité mentale et mentale, des problèmes de mémoire

La cause de la dépression après la chimiothérapie est considérée comme étant:

  • Intoxication générale du corps, qui inhibe les systèmes nerveux central et périphérique.
  • La défaite de certaines parties du cerveau qui sont directement liées à l'humeur émotionnelle et à la stabilité mentale du patient.
  • Modifications des niveaux hormonaux dues à des lésions du système endocrinien.
  • Grande détérioration de la santé, qui affecte la qualité de l'état émotionnel général et la stabilité mentale après la chimiothérapie.
  • La manifestation de la duodénite - maladie inflammatoire du duodénum. Dans cette section de l'intestin grêle, des hormones sont produites qui sont non seulement associées à la digestion, mais affectent également le comportement humain. Dans les processus inflammatoires, ces hormones ne peuvent pas être produites en quantité suffisante, ce qui provoque une dépression duodénale.

Les états dépressifs apparus dans le contexte de troubles somatiques graves ne font qu'augmenter leurs manifestations. Il arrive que lorsque la condition physique s'améliore grâce au traitement correct, la dépression entraîne une détérioration du bien-être. Cela est dû à la présence de processus complexes d'interrelation de l'activité mentale humaine et de ses processus somatiques.

Muguet après chimiothérapie

Le muguet chez les femmes est une décharge du vagin qui est blanche et a une condition cheesy et a une odeur aigre. Dans cette maladie, des symptômes supplémentaires peuvent survenir:

  • Inconfort dans le vagin - démangeaisons sévères des organes génitaux externes pendant le premier jour; Une sensation de brûlure peut se produire le deuxième ou le troisième jour.
  • L'apparition de douleurs dans la région des organes génitaux externes lors de l'urination - l'urine affecte de manière irritante les lèvres labiales, ce qui provoque une douleur intense.
  • Apparition de douleur pendant les rapports sexuels - la membrane muqueuse du vagin due au muguet est également enflammée.
  • L'apparition d'un gonflement grave des grandes lèvres, et parfois, et de l'anus.

Certaines femmes observent elles-mêmes l’apparition de tous les symptômes mentionnés ci-dessus et d’autres - une partie seulement.

L'apparition du muguet est causée par une diminution générale de l'immunité après une chimiothérapie et par l'incapacité du corps à résister aux infections. Les experts appellent muguet "candidose" - la maladie est causée par la levure Candida. Ce champignon vit sur la peau de toute personne, mais en petite quantité. La propagation du champignon est contrôlée par le système immunitaire humain et la microflore favorable. Avec une diminution de l’immunité et la destruction de la microflore bénéfique, le champignon Candida commence à se multiplier rapidement et à pénétrer dans le vagin, où il provoque l’apparition de muguet.

Insomnie après chimiothérapie

L'insomnie est un trouble qui cause de la difficulté à s'endormir. À ce moment-là, le sommeil devient intermittent, une personne dort avec sensibilité et se réveille de tout stimulus étranger, et aussi sans raison apparente.

L'insomnie ne donne pas à une personne l'occasion de se détendre et de reprendre des forces la nuit. Par conséquent, pendant la journée, les patients se sentent fatigués, ce qui affecte leur humeur, leur bien-être et leur qualité de vie.

Les signes d'insomnie sont:

  • Une longue période pendant laquelle le patient s’endort la nuit.
  • Eveils fréquents et déraisonnables la nuit.
  • Matin tôt réveil.
  • Fatigue qui ne disparaît pas après une nuit de repos.
  • La sensation de fatigue et de somnolence accompagnant le patient pendant la journée.
  • Irritabilité émotionnelle accrue, exprimée par un état irritable, une anxiété, des attaques non motivées d'anxiété et de peur, une dépression ou un état mental déprimé.
  • Diminution de l'attention et difficulté à se concentrer.
  • L'apparition de maux de tête.
  • Une préoccupation constante et passagère quant à la façon de s'endormir la nuit.

L'insomnie après la chimiothérapie est causée par plusieurs raisons:

  • Pour les patients cancéreux caractérisés par une modification du rythme et de la qualité du sommeil, l'apparition de l'insomnie.
  • Chez la femme, l'insomnie est associée à la ménopause précoce (ou ménopause).
  • L'apparition d'une insomnie peut être l'un des symptômes de la dépression.
  • La défaite de certaines parties du cerveau et du système nerveux central peut provoquer des troubles du sommeil et de l'insomnie.
  • Une douleur et un inconfort importants dans le corps peuvent causer des troubles du sommeil.
  • Les troubles gastro-intestinaux, tels que la duodénite, peuvent modifier l'état psycho-émotionnel à l'origine de l'insomnie.

Ganglions lymphatiques enflés après chimiothérapie

Après la chimiothérapie, de nombreux patients observent une augmentation des ganglions lymphatiques. Les raisons de ce changement dans les ganglions lymphatiques ont été décrites dans la section «Ganglions lymphatiques après chimiothérapie».

Saignement après chimiothérapie

Après la chimiothérapie, le nombre de plaquettes est considérablement réduit. Ces éléments de sang affectent l'arrêt du saignement, s'accumulent sur le site de la lésion vasculaire et se collent les uns aux autres. Dans le même temps, ils produisent des substances qui stimulent le rétrécissement des vaisseaux sanguins et conduisent à la formation d'un caillot sanguin, qui empêche le saignement.

Après la chimiothérapie, le taux de plaquettes dans le sang est considérablement réduit, ce qui empêche une bonne coagulation du sang. Toute coupure ou lésion de la peau et des muqueuses peut provoquer des saignements prolongés et des plaies ne cicatrisant pas.

Les premiers signes de saignement sont l'apparition d'ecchymoses sous la peau causées par la rupture de vaisseaux sanguins et par des hémorragies cutanées. Des saignements spontanés après la chimiothérapie sont observés au niveau des muqueuses des gencives et de la cavité buccale, des cavités nasales et du tractus gastro-intestinal. Cela indique en premier lieu que les médicaments ont endommagé les cellules en division active, qui sont des cellules des muqueuses. Des ulcères peuvent apparaître à leur surface, ils ne guérissent pas longtemps et saignent constamment. Les hémorragies des organes internes, qui peuvent être dangereuses pour la santé du patient, sont plus dangereuses.

Pour éviter les saignements prolongés, il est nécessaire d'augmenter le niveau de plaquettes dans le sang, comme décrit dans la section correspondante.

Éditeur expert médical

Portnov Alexey Alexandrovich

Éducation: Université de médecine nationale de Kiev. A.A. Bogomolets, spécialité - "Médecine"