loader
Recommandé

Principal

Les symptômes

Comment reconnaître le cancer du cerveau, quels tests passer?

Le cancer est l'une des maladies humaines les plus dangereuses et les plus difficiles à traiter. Le cancer du cerveau peut apparaître dans différentes coquilles et structures cérébrales. Les personnes d'âges différents sont sujettes à la maladie, mais le risque augmente avec l'âge. Les tumeurs qui se développent directement à partir du tissu cérébral représentent plus de 50% de tous les types de tumeurs et la tumeur maligne du cerveau représente 1,5% de toutes les tumeurs malignes identifiées.

Tumeur cérébrale

En raison de la localisation intracrânienne, il est extrêmement difficile de reconnaître la tumeur. Parfois, les néoplasmes de grande taille sont asymptomatiques, alors que les plus petits peuvent produire des symptômes vifs et violents. Pire encore, les gens ne demandent pas d’aide tant que les symptômes ne sont pas rares et n’apportent pas beaucoup d’anxiété. Ils consultent déjà un médecin lorsque leur état de santé est gravement compromis et qu’il n’ya pratiquement aucune chance d’économiser.

Comment ne pas manquer les premiers symptômes de la maladie?

Les premiers symptômes à ne pas ignorer:

  • Mal de tête Souvent, elle est inconstante, terne, inquiète la nuit plus tard. Au fil du temps, le mal de tête s’inquiète de plus en plus, ne disparaît pas après avoir pris des analgésiques.
  • Vomissements. Se pose le matin à jeun, malgré les maux de tête, des vomissements peuvent survenir lors du changement de position de la tête.
  • Vertiges. Il apparaît généralement dans les derniers stades de la maladie. Des vertiges sont notés à certaines inclinaisons de la tête.
  • Troubles psychiatriques. Les proches du patient peuvent remarquer des foyers de troubles de la mémoire, de concentration, de pensée. Un malade ne peut pas se souvenir d'éléments élémentaires, ne reconnaît pas ses proches et ses connaissances, devient agressif, est capable d'actes stupides et peut voir des hallucinations.
  • Troubles du mouvement. En fonction du type et de l'emplacement de la tumeur, l'activité motrice de différentes parties du corps ou de tous les membres dans son ensemble peut tomber.
  • Crampes Il devrait être alarmant si la première crise convulsive est apparue après 20 ans. Les convulsions peuvent être le premier et le seul symptôme de la maladie.
  • Vision floue Le patient peut se plaindre de vision brouillée, d'apparition de mouches, d'éclairs et de flashes. Un ophtalmologiste à la réception peut diagnostiquer un œdème du nerf optique.
  • La faiblesse chronique et la fatigue apparaissent.
  • Les perturbations hormonales sont possibles.

Méthodes d'enquête

La première étape de l'examen d'une tumeur cérébrale présumée est la consultation d'un neurologue. L’examen consiste en un examen de la fonction motrice des yeux, du diagnostic de l’ouïe, des réflexes tendineux, d’une altération de la sensibilité et de l’odorat. En outre, un neurologue étudie la coordination des mouvements, le tonus musculaire et la capacité d'un malade à maintenir son équilibre.

Si un neurologue soupçonne une tumeur, il oriente le patient vers les principales méthodes d’examen - scanner ou IRM.

La méthode d'imagerie par résonance magnétique est la méthode la plus utilisée et parfois la plus fiable pour le diagnostic du cancer du cerveau. En d'autres termes, elle constitue une étape cruciale pour un malade. Au cours de l'étude, des images tridimensionnelles du cerveau dans les sections les plus minces sont créées. Avec l'aide de l'IRM, vous pouvez voir de très petites tumeurs, des tumeurs situées près des os de la tête, un cancer du tronc cérébral, tout type de cancer au stade initial de développement.

Avec l'aide de l'IRM, le cancer n'est pas seulement diagnostiqué, la méthode est également prescrite avant l'opération: les images servent de carte de guidage au neurochirurgien et, à l'aide de l'IRM, la dynamique du traitement du cancer du cerveau est évaluée.

Imagerie par résonance magnétique

La tomodensitométrie est une méthode moins sensible pour détecter le cancer aux stades initiaux, les tumeurs situées près des os et du tronc cérébral. La méthode CT permet de déterminer la localisation et le type de tumeur maligne de la tête, d'hématomes et d'œdème cérébral associés à des affections tumorales.

Un scanner est utilisé pour évaluer la réponse de la maladie au traitement et pour diagnostiquer une rechute.

Tomographie par émission de positrons. Cette méthode est basée sur la propagation du sucre marqué radioactivement dans le cerveau, ce qui donne des informations sur l'activité du cerveau - les cellules tumorales absorbent le glucose beaucoup plus rapidement. Avec l'aide de PET, vous pouvez obtenir des informations sur les cellules cancéreuses récemment apparues et mortes. La TEP n'est pas la seule méthode de diagnostic: il est préférable pour eux de compléter l'IRM ou la TDM pour le test de gravité du cancer.

PET CT est un outil de diagnostic puissant.

Méthodes d'enquête supplémentaires

  • SPECT. Tomographie informatisée à émission de photons - la méthode n’est pas très efficace, elle ne permet pas toujours de distinguer les cellules tumorales nouvellement apparues de la cicatrice formée après le traitement. Plus souvent, cet examen est prescrit après la tomodensitométrie et l'IRM pour déterminer le degré de malignité du cancer du cerveau.
  • MEG. La magnétoencéphalographie est assignée à la mesure du rayonnement magnétique des cellules nerveuses. Cette technique fournit des informations sur le travail de toutes les parties du cerveau.
  • Angiographie IRM. La méthode est prescrite pour évaluer la circulation sanguine des structures internes de la tête. La méthode est recommandée avant la chirurgie pour l'ablation du cancer, qui est très bien fourni.
  • Ponction rachidienne. Le but de la ponction lombaire est d'obtenir du liquide céphalo-rachidien. De plus, en laboratoire, la présence de cellules cancéreuses et de marqueurs tumoraux dans la liqueur est déterminée. Les marqueurs tumoraux sont des composés biologiques produits par une tumeur et un tissu sain en réponse à l'introduction de cellules cancéreuses dans le tissu. La détection de marqueurs tumoraux permet de suspecter un cancer aux premiers stades de développement.

L'une des dernières découvertes de l'étude du liquide céphalo-rachidien est la détermination du micro-ARN qu'il contient, qui donne des résultats fiables pour le diagnostic du cancer du cerveau mortel commun - le glioblastome.

  • Identification des marqueurs tumoraux dans le sang. Il s'agit d'une méthode d'analyse sanguine spéciale qui détermine la présence de marqueurs tumoraux. Certains marqueurs peuvent indiquer avec précision un certain type de cancer. En utilisant l'éclairage infrarouge du sang et l'utilisation de biomarqueurs, les cellules tumorales primaires peuvent être détectées. Le rayonnement infrarouge sérique peut confirmer la malignité d'une tumeur.

L'identification des marqueurs tumoraux dans le sang est une méthode de diagnostic de dépistage qui permet de détecter le cancer à un stade précoce chez les personnes ne présentant pas de problèmes de santé.

Test sanguin pour les marqueurs tumoraux

  • Biopsie. Une biopsie est une méthode d'investigation chirurgicale dans laquelle des cellules ou des tissus sont prélevés du corps pour un examen microscopique à la recherche de signes de malignité. Une biopsie après scanner, une IRM est prescrite si après l’étude une tumeur cérébrale présumée apparaît. Selon les résultats d'une biopsie, vous pouvez obtenir des informations précises sur le type, la structure de la tumeur et sa malignité. Une biopsie est prescrite s'il est impossible d'obtenir des informations précises et complètes à l'aide d'autres méthodes non chirurgicales.

Pour les gliomes situés dans le tronc cérébral, une aiguille fine ou une biopsie est effectuée sous observation informatique, car la recherche classique peut affecter négativement les fonctions vitales du corps.

Le pronostic du cancer du cerveau dépend de deux éléments: la rapidité et la fiabilité du diagnostic. Les personnes qui ont commencé le traitement aux stades initiaux ont un taux de survie à cinq ans dans 70% des cas. Lors d'une demande de soins médicaux dans un état de négligence, l'espérance de vie ne peut être supérieure à 2 mois.

Comment identifier une tumeur au cerveau

Les tumeurs cérébrales constituent un groupe spécifique de néoplasmes malins hétérogènes et divers dans le crâne. Ils peuvent apparaître à la suite du début du processus de pression cellulaire anormale incontrôlée, qui jusqu’à récemment était des composants normaux du tissu cérébral (cellules gliales, neurones, oligodendrocytes, astrocytes, cellules épendymales), vaisseaux sanguins du cerveau, tissus lymphatiques, membranes cérébrales, nerfs dans le cerveau, formations glandulaires cerveau (glande pinéale et hypophyse) ou métastases de l'enseignement primaire qui sont apparus plus tard, situés dans un autre organe.

Causes d'une tumeur au cerveau

Les premières tumeurs dans le cerveau peuvent se développer à partir de différents types de tissus cérébraux, par exemple des cellules gliales et d'autres types de cellules cérébrales. Le cancer du cerveau mitotique est la propagation de cellules malignes au cerveau à partir de divers organes. Il convient de noter que les raisons de la "transformation" des cellules saines en cancer et de leurs métastases n'ont pas été complètement étudiées.

Les preuves scientifiques suggèrent que les personnes présentant un facteur de risque particulier sont plus susceptibles de contracter cette maladie. Les personnes présentant des facteurs de risque tels que les chimistes travaillant dans une raffinerie de pétrole, les ouvriers du caoutchouc et les embaumeurs présentent des taux plus élevés de cancer du cerveau. Dans certaines familles, plusieurs membres peuvent avoir un cancer du cerveau en même temps, mais le rôle de l'hérédité en tant que cause du développement de ce type de tumeur n'a pas été prouvé. D'autres facteurs de risque, notamment le VIH, les radiations, le tabagisme, ont également été mentionnés comme causes du cancer du cerveau, mais n'ont pas été prouvés.

Comment identifier le cancer du cerveau?

Toutes les tumeurs cérébrales de la tête peuvent être divisées entre elles pour plusieurs raisons.

Selon l'objectif principal:

  • en dehors du cerveau humain (métastase tumorale);
  • directement à l'intérieur du cerveau.

Pour déterminer le type de cancer du cerveau, il est également possible par la composition des cellules:

  • tumeurs neuroépithéliales (astrocytome, gliome, épendymome). Leur développement est réalisé directement à partir du tissu cérébral. Composent environ 60%;
  • tumeurs obstructives (méningiome). Leur développement provient des tissus de la muqueuse du cerveau;
  • tumeurs hypophysaires (adénome hypophysaire). La formation de telles formations se produit à partir des cellules hypophysaires;
  • névromes (tumeurs des nerfs crâniens). Apparaître le long des nerfs crâniens;
  • métastases provenant de foyers situés à l'extérieur du cerveau. Ils sont capables d’être dans le cerveau des foyers restants dans le corps au moyen de métastases;
  • tumeurs diesembriogénétiques. Ils apparaissent lors de l'embryogenèse, un type de pathologie assez rare, mais en même temps extrêmement grave.

Clinique

La détection clinique des tumeurs situées dans le cerveau, dans la plupart des cas, est déterminée par leur présence dans un volume limité de la cavité crânienne.

La destruction ou la compression du tissu cérébral de la tête au site de formation (à la suite de la germination de la tumeur) provoque des symptômes focaux ou primaires. À mesure que la maladie progresse, des symptômes cérébraux peuvent survenir, provoqués par une hypertension intracrânienne et une altération de l'hémodynamique.

Symptômes focaux

Dans la plupart des cas, la présence d'une tumeur cérébrale peut être déterminée par un certain nombre de symptômes mis en évidence. Alors, quels peuvent être les symptômes d’une telle formation maligne dans le cerveau?

Sensibilité altérée

Disparaît complètement ou diminue la capacité de perception des stimuli externes que peut fournir à la peau - tactile, douloureux, thermique. La capacité de déterminer l'emplacement dans l'espace de parties de son propre corps peut disparaître. Par exemple, un patient ayant fermé les yeux ne peut pas dire s'il tourne la paume de sa main vers le haut ou le bas.

Troubles du mouvement (paralysie, parésie)

Il y a une diminution de l'activité musculaire à la suite de dommages aux voies capables de transmettre des impulsions motrices. Selon l’emplacement exact de la tumeur, l’image générale de la lésion peut également différer. Il peut y avoir à la fois des parties séparées du corps et partiellement ou complètement atteint du tronc et des extrémités.

En cas de perturbation de la transmission des impulsions motrices du cortex cérébral, une paralysie centrale commence à se produire. En d'autres termes, les muscles reçoivent un signal de la moelle épinière, ils sont en hypertonie, mais les signaux de contrôle du cerveau de la tête ne peuvent pas atteindre la moelle épinière, il est impossible de faire des mouvements arbitraires. Si une moelle épinière a été touchée, une paralysie périphérique se développe, le signal du cerveau de la tête passe dans la moelle épinière, mais celle-ci, à son tour, n'est pas capable de la transmettre aux muscles, ceux-ci sont en hypertonus.

Crises d'épilepsie

Les crises convulsives résultent de la formation d'un centre d'éveil congestif dans le cortex cérébral.

Altération de la parole et de la reconnaissance auditive

En cas de lésion du nerf auditif, il se produit une perte de capacité à recevoir un signal des organes auditifs. Si une partie du cortex cérébral est affectée par le patient, ce qui est responsable de la reconnaissance de la parole et du son, tous les sons entendus par lui deviennent des sons dénués de sens.

Déficience visuelle, reconnaissance de texte et d'objets

Si une tumeur maligne se trouve dans la région du quadrilatère ou du nerf optique, la personne subira une perte de vision partielle ou complète. Cela est dû à l'impossibilité de transmettre un signal de la rétine au cortex cérébral. Si les zones du cortex cérébral responsables de l'analyse des images sont affectées, divers troubles peuvent survenir, allant de l'incapacité à percevoir les signaux qui vont à l'incapacité de reconnaître les choses en mouvement et de comprendre le discours écrit.

Trouble de la parole et de l'écriture

Si la lésion se situe dans la région du cortex cérébral, responsable du langage oral et écrit, il se produit alors une perte partielle ou totale. En règle générale, un tel processus est progressif et, au fur et à mesure que la tumeur grandit, elle commence à s'intensifier: au début, le patient parle vaguement, son écriture peut changer, puis il y a une augmentation des impossibilités de percevoir complètement le discours, et l'écriture devient une ligne déchiquetée.

Perturbations végétatives

De tels symptômes d’une tumeur au cerveau peuvent se manifester sous forme de fatigue, de faiblesse, le patient n’est pas capable de se lever rapidement, il commence à avoir des vertiges, des fluctuations de la pression artérielle et du pouls se produisent. Cela est dû principalement à la violation du contrôle de l'état des vaisseaux et de l'influence du nerf vague.

Problèmes d'hormone

Le fond hormonal peut changer, parmi les symptômes, il convient de noter la fluctuation du niveau de toutes les hormones dépendant de l'hypophyse et de l'hypothalamus.

Manque de coordination

Si la lésion est située dans la région du mésencéphale et que l'on observe une perturbation de la coordination du cervelet, une démarche sans mouvement oculaire se produit, une personne non contrôlée par les yeux ne peut plus effectuer de mouvements précis. Par exemple, il peut rater, s'il essaye d'atteindre le bout du nez avec les yeux fermés, il ne peut pas rester dans la position de Romberg.

Troubles psychomoteurs

Trouble de l'attention et de la mémoire, le patient devient irritable, distrait, des changements de caractère se produisent. La gravité des symptômes dépend de l'emplacement et de la taille de la lésion. La liste des symptômes peut aller de la distraction à la perte totale d’orientation dans le temps, le soi et l’espace.

Hallucinations

En règle générale, ces hallucinations sont élémentaires: le patient entend des sons monotones, voit des éclairs de lumière, est capable de détecter des odeurs fortes. En règle générale, de telles hallucinations ne peuvent pas supporter de charges sémantiques, elles durent longtemps, sans changer ni s'arrêter.

Symptômes cérébraux

Les symptômes cérébraux généraux sont appelés ces symptômes qui apparaissent avec une augmentation de la pression intracrânienne, une compression des principales structures cérébrales.

Maux de tête

Les maladies oncologiques du cerveau ont pour caractéristique principale une intensité élevée et la nature constante des maux de tête, l'impossibilité de les arrêter sans utiliser d'analgésiques non narcotiques. Le soulagement peut entraîner une réduction de la pression intracrânienne.

Vomissements (peu importe les repas)

En règle générale, les vomissements de la genèse centrale surviennent à la suite d'une exposition au centre émétique situé dans le cerveau moyen. Le patient est constamment préoccupé par les vomissements et les nausées. Un réflexe émétique se produit lors de variations de la pression intracrânienne. Dans certains cas, le patient ne peut pas prendre de nourriture et boit parfois de l'eau en raison de l'activité accrue du centre émétique. Tout objet étranger se trouvant à la racine de la langue provoque des vomissements.

Vertige

Peut commencer en raison de la compression du cervelet. Il y a une perturbation dans le travail de l'analyseur vestibulaire, le patient commence à avoir des vertiges de type central, un type horizontal de nystagmus, et il y a souvent le sentiment qu'il ne bouge pas, ne bouge pas, ne tourne pas, ne se déplace pas. En outre, les étourdissements peuvent être provoqués par une augmentation de la tumeur, ce qui entraîne une détérioration de l'apport sanguin au cerveau de la tête.

Raisons

Facteurs de risque qui augmentent le risque de tumeur au cerveau:

  • agents chimiques;
  • exposition aux radiations;
  • l'hérédité;
  • l'âge On observe souvent une tumeur au cerveau chez les personnes de plus de 45 ans (seul le médulloblastome survient le plus souvent dans l'enfance);
  • la course. Le plus souvent, une tumeur au cerveau survient chez des personnes de race européenne (seul le méningiome est plus caractéristique des personnes de race négroïde).

Diagnostics

L'examen systématique du cerveau et du crâne à l'aide de rayons X ne permet pas d'utiliser des informations complètes pour diagnostiquer une tumeur maligne (à l'exception de certains types d'adénomes et de méningiomes hypophysaires). Tout type de néoplasme situé dans le cerveau est clairement visible en imagerie par résonance magnétique (IRM) ou en tomodensitométrie (CT). Avec leur aide, vous pouvez identifier leur emplacement exact et leur taille. Afin de préciser le type de tumeur retrouvé sur une IRM ou une tomodensitométrie, des études supplémentaires seront nécessaires.

L'apparition de certaines tumeurs peut entraîner une modification de la quantité d'hormones dans le sang, mais cela n'est pas caractéristique pour la plupart des formations. Pour déterminer le type de tumeur et déterminer si elle est maligne, une biopsie doit être effectuée (en prenant une petite particule de la tumeur et en l'examinant au microscope).

Dans certains cas, les cellules malignes peuvent être déterminées en examinant au microscope le liquide céphalo-rachidien obtenu lors de la ponction lombaire. Il est impossible de faire une ponction si vous soupçonnez une forte augmentation de la pression intracrânienne, car de brusques changements de pression peuvent conduire à un clivage - l'une des complications les plus dangereuses du cancer du cerveau.

Au cours de l'insertion, la pression accrue conduit à la pénétration du tissu cérébral dans l'ouverture, entraînant une contraction de la partie inférieure du cerveau, le tronc. Cela conduit à une violation des fonctions vitales gérées par lui: réduction de la pression artérielle et du rythme cardiaque, problèmes respiratoires. Si le temps ne corrige pas la situation, la personne tombera dans le coma, entraînant une issue fatale.

Vous pouvez faire une biopsie pendant l'opération, dans laquelle une partie de la tumeur est enlevée ou la totalité de celle-ci est enlevée. Souvent, la tumeur est profonde dans le cerveau humain et le chirurgien ne peut la retirer. Dans ce cas, la biopsie est effectuée à l'aide d'un appareil spécial vous permettant de fournir une image en trois dimensions et de surveiller la position de l'aiguille nécessaire pour prélever des cellules de la tumeur.

Récupération après traitement

La réadaptation peut être l’une des étapes nécessaires à la récupération, dans la mesure où des tumeurs au cerveau peuvent se développer dans les parties de celle-ci responsables du contrôle de la pensée, de la vision, de la parole et de la motricité. Dans certains cas, le cerveau est capable de récupérer de lui-même après avoir traité une tumeur ou une blessure, mais cela nécessite beaucoup de patience et de temps.

Réaliser la réhabilitation des fonctions cognitives vous permet de résoudre le problème de la perte ou de restaurer les capacités cognitives précédemment perdues. La physiothérapie permet de restaurer la force musculaire ou motrice perdue. Le rétablissement de la capacité de travail vous permet d’aider le patient à retrouver un mode de vie normal après le traitement de tumeurs au cerveau.

En résumé

Pour le moment, la médecine n'est pas encore en mesure de dire sans équivoque ce qui cause le cancer du cerveau, même chez les jeunes. Il existe aujourd'hui de nombreuses théories différentes, dont l'une est considérée comme une cause hormonale, à savoir la prise de contraceptifs oraux, la grossesse ainsi que la stimulation de la production d'œufs pour la procédure de FIV. De nombreux experts considèrent l'oncologie comme une maladie de civilisation, car tout ce à quoi une personne moderne s'est habituée n'a pas les meilleurs effets sur sa santé.

Diagnostic d'une tumeur au cerveau: types, processus, objectifs

Une tumeur au cerveau est considérée comme l'une des maladies oncologiques les plus dangereuses. Le diagnostic opportun est entravé par la localisation de la tumeur.

Souvent, au début de la maladie, la maladie ne présente aucun symptôme, si bien que la personne se tourne trop tard vers le médecin, au moment où la tumeur commence à influencer activement l'état du corps.

Méthodes matérielles

L'imagerie par résonance magnétique est la principale méthode de détection et de détermination des tumeurs dans le cerveau. À l'aide d'un appareil spécial et d'ondes électromagnétiques, une image à trois couches d'un néoplasme est formée en couches. L'IRM fournit des images de haute qualité de tumeurs même très petites.

De plus, cette méthode permet de déterminer la présence d'un cancer à un stade précoce. L'IRM est utilisée lors d'une intervention chirurgicale pour préciser la taille du néoplasme et établir des caractéristiques importantes: structure, localisation, prédiction de la propagation.

Pour obtenir une image précise des structures saines à l'aide de la tomographie assistée par ordinateur, un équipement spécifique pour les rayons X est utilisé, ainsi qu'une installation informatique. Il est à noter qu'une telle méthode de diagnostic par rapport à l'imagerie par résonance magnétique n'est pas très sensible.

Mais dans certains cas spécifiques, une telle enquête est considérée comme très utile. Ceci est assuré par l'introduction dans le corps d'un patient d'une substance présentant des propriétés de contraste, ce qui facilite grandement la détection des tumeurs.

La tomodensitométrie vous permet de définir la localisation des tumeurs, ainsi que leur type. En outre, le scanner permet de détecter le gonflement des organes, les hémorragies internes et d’autres manifestations symptomatiques. Il est souvent utilisé pour évaluer l’utilité des mesures thérapeutiques et pour identifier la possibilité d’une rechute.

Pneumographie

L'essence de la pneumographie est basée sur l'utilisation de l'air en tant que contraste introduit dans l'espace des ventricules cérébraux. S'il existe des néoplasmes volumétriques dans la zone d'étude, les informations obtenues reflètent les modifications des caractéristiques de base des ventricules et des espaces sous-arachnoïdiens.

Ces indicateurs sont déterminés en fonction de l'emplacement, de la taille et de la structure de la tumeur existante.

Angiographie

L'angiographie est réalisée à l'aide d'un appareil à rayons X et d'un agent de contraste qui est inséré dans les vaisseaux. Après cela, un instantané est pris, sur la base duquel un examen plus approfondi est effectué. En particulier, un indicateur significatif est le changement de position des vaisseaux et le déplacement de leurs branches - ceci est un signe de la présence d'un néoplasme.

Une autre caractéristique importante est la présence de vaisseaux nouvellement formés, qui se forment dans le corps de la tumeur. Une telle méthode de diagnostic permet de déterminer avec précision et très rapidement non seulement la localisation d'un néoplasme dans le cerveau, mais également son type.

Neurosonographie

La technique est basée sur les ondes ultrasonores. Il est utilisé pour déterminer les formations oncologiques chez les enfants âgés de moins de 12 mois.

En fait, les vagues de ce type n'ont pas la capacité de pénétrer dans les os du crâne. Mais un petit enfant a certaines caractéristiques physiologiques - les fontanelles - qui sont des extensions naturelles entre les parties du crâne.

C'est à travers de telles extensions que les ondes ultrasonores pénètrent. La neuronographie permet d'établir la présence de formations dans le cerveau, ainsi que de modifier la position des structures de l'organe.

Dans cet article, des informations sur le cancer épidermoïde de bas grade de l'œsophage.

Échographie cérébrale

Auparavant, il a été noté que les ultrasons ont une faible capacité de pénétration - ils ne peuvent pas traverser les os du crâne et pénétrer dans le cerveau. Il est évident que dans une situation différente, de nombreuses autres méthodes seraient sans intérêt en raison des avantages indéniables des ultrasons.

Mais il existe toujours une méthode spéciale pour déterminer les formations dans le cerveau à l'aide d'ultrasons: le "M-écho". Selon les résultats de sa mise en œuvre, il est possible d'établir le degré de déplacement des structures médianes du corps en question. De tels changements dans la plupart des cas indiquent la présence d'une tumeur.

SPECT

La tomographie par émission de photons unique est réalisée à l'aide d'une caméra gamma standard. Il n’est pas suffisamment efficace pour déterminer les cellules tumorales et la structure cicatricielle après des mesures thérapeutiques. Dans la plupart des cas, il est utilisé après un scanner ou une IRM afin d'établir le degré de malignité de la tumeur existante.

Électroencéphalographie

L'essence de cette technique est basée sur la spécification temporelle des potentiels électriques du cerveau. L’électroencéphalographie utilise des plaques spéciales fixées à la tête du patient. Dans certaines situations, il est possible d’utiliser des aiguilles - et de les injecter directement dans le cerveau. À l'aide des résultats obtenus, il est possible d'établir les foyers de la pathologie de l'impulsation pour une section d'organe spécifique.

Encéphalographie magnétique

Les caractéristiques du champ magnétique, formé par les cellules nerveuses en état d'activité électrique, sont mesurées. L'encéphalographie magnétique est utilisée pour déterminer l'évaluation spécifique de l'activité des parties du cerveau intéressées.

Ponction lombaire

La ponction lombaire - cérébro-spinale est une procédure spécifique dont le principe repose sur le retrait du liquide céphalo-rachidien du corps humain afin de déterminer la présence de maladies ou de troubles pathologiques dans le système au cours de recherches ultérieures.

L'aiguille est insérée exactement entre les 3ème et 4ème vertèbres de la taille. Une fois que l’instrument est correctement positionné dans l’espace sous-arachnoïdien, il devient possible de mesurer la pression du LCR et, par conséquent, l’entrée du liquide lui-même.

À l'avenir, l'échantillon est envoyé au laboratoire pour qu'il effectue des recherches sur la présence de cellules tumorales et de marqueurs - des substances qui indiquent la maladie. Mais il convient de noter que, jusqu'à présent, aucun marqueur tumoral indiquant le stade initial du cancer du cerveau n'a été identifié.

En outre, pour des raisons de sécurité, il est vivement recommandé de vous soumettre à un scanner ou à une IRM avant la procédure.

Nous discutons ici des types de lymphome intestinal.

Biopsie

La technique est chirurgicale. Son essence consiste à prélever au microscope un petit fragment de tissu de la zone touchée afin de rechercher des indicateurs permettant de déterminer le degré de malignité. Les résultats sommaires peuvent également fournir des informations sur le type de cellules tumorales. Une biopsie peut être réalisée pendant la chirurgie et séparément.

Mais il convient de considérer quelques contre-indications d'une telle procédure. Par exemple, en présence de gliomes, une biopsie standard est suffisamment dangereuse. À cause de cela, des structures saines peuvent être endommagées, ce qui peut entraîner des perturbations dans des fonctions importantes.

Dans de tels cas, le médecin utilise d'autres types de biopsie: à l'aiguille fine ou stéréotaxique. Ce dernier a lieu avec l'utilisation d'un équipement informatique, qui contrôle.

Méthodes thérapeutiques

Vérifier la coordination et les mouvements

Une mesure de diagnostic importante pour déterminer la pathologie du cerveau consiste à vérifier les mouvements. Cette technique vous permet de définir les structures affectées du corps. En particulier, le médecin demande au patient de bouger sa tête ou sa langue, ses bras ou ses jambes.

En outre, le patient devra sourire ou se rider - c’est ainsi que l’activité des muscles du visage est contrôlée. En cas d’exécution, cela peut indiquer la présence d’une tumeur dans l’organe considéré.

Vous pouvez également vérifier l'exactitude de la coordination. Dans ce cas, on demande au patient de fermer les yeux et de toucher le bout du nez avec son doigt.

Test de sensibilité tactile

C'est un fait fiable, selon lequel des impulsions nerveuses sont formées à la suite de l'activité du cerveau. Par conséquent, en utilisant la définition de la sensibilité tactile, vous pouvez déterminer la présence de certaines perturbations dans le corps.

Pour une telle procédure, un objet pointu est utilisé - une aiguille émoussée, à titre d'exemple. Le spécialiste frotte doucement certaines parties du corps et identifie les zones de perte ou de dégradation.

Test d'audition

Une tumeur avec sa taille peut affecter négativement l'audition. Pour le tester, un mécanisme assez simple est utilisé - un diapason. Cette procédure vous permet d’établir le fait de violation des nerfs, lesquels assurent l’interaction de l’organe de l’audience et du cerveau.

Contrôle réflexe

Réflexes - réaction involontaire du corps, résultant de l'exposition à un stimulus particulier. Un exemple d'une telle procédure de diagnostic est l'utilisation d'un marteau pour un coup de poing doux au genou - une telle situation est peut-être familière à toute personne.

Mais en plus du réflexe du genou, il existe d'autres variétés: gag, pupillaire ou cornéenne, par exemple. Il convient de garder à l’esprit que la réaction qui détermine la contraction musculaire est contrôlée par les centres situés dans la moelle épinière.

Des parties spécifiques du cerveau sont responsables de réflexes spécifiques. Comme explication visuelle, la réaction des élèves à la lumière peut être donnée. Par conséquent, si l'organe a été touché par un néoplasme, il sera alors possible de deviner si les réflexes ont été perturbés. Selon le type de réflexe, il est possible de déterminer dans quel département la tumeur est localisée.

Dans la vidéo suivante, vous apprendrez la différence entre l'IRM et la TDM:

Diagnostic des tumeurs (cancers) du cerveau

Le cancer du cerveau est l’une des maladies du cerveau les plus dangereuses et les plus difficiles à traiter. La maladie appartient à un certain nombre de maladies oncologiques du tronc, du cervelet et d’autres parties du cerveau. Apparaît comme une tumeur dans n'importe quelle partie du cerveau et conduit à des changements structurels dans tout le corps humain. Selon les statistiques, environ 1,5% de tous les cas de tumeurs malignes sont atteints d'un cancer du cerveau.

Le cancer du cerveau est dangereux car asymptomatique à ses débuts et prend la vie de personnes jeunes et actives en quelques mois. Même en l'absence de signes d'oncologie ou de symptômes communs, le processus inflammatoire dans l'organisme peut être suspecté. Par conséquent, vous devez faire attention aux changements en cours, car le cancer du cerveau commence toujours par un précancéreux.

Recherche sur le cerveau

Avec la croissance de la tumeur et la compression du tissu cérébral, la pression intracrânienne augmente et la personne se plaint de maux de tête. De plus, la sensibilité, l'audition, la vue, les discours écrits et oraux sont violés. Si le cerveau gauche est affecté, les symptômes apparaissent du côté droit du corps.

Lorsque les troubles végétatifs apparaissent, des vertiges accompagnent les tumeurs cérébrales. Les patients fluctuent la pression artérielle et le pouls. Des troubles du mouvement entraînent une paralysie et une parésie. Les syndromes convulsifs ne doivent pas être ignorés, en particulier lorsque plusieurs groupes musculaires sont impliqués. Lorsque des troubles hormonaux peuvent être suspectés oncologie de l'hypothalamus ou de l'hypophyse. En cas de manque de coordination, il convient de vérifier l'état du cervelet.

Pour la prévention, une fois par an, vous devez suivre le programme CHECK-AP, quelle que soit la rapidité ou la lenteur du développement d'une tumeur au cerveau. Avec son aide, les patients de tout âge peuvent détecter le cancer dans le cerveau et les organes internes à temps et commencer le traitement du cancer du cerveau.

Le diagnostic oncogénétique spécialisé des tumeurs cérébrales est nécessaire pour ceux qui ont des proches parents traités avec onco-tumeurs avec du sang. Et aussi, si des métastases du cancer du cerveau étaient détectées à partir de la tumeur primitive.

Causes du cancer du cerveau

Très souvent, les médecins, et nous nous posons nous-mêmes la question de savoir ce qui cause une tumeur au cerveau? Il n'y a pas de réponse définitive à ce jour. Néanmoins, certains facteurs contribuent au développement du cancer du cerveau.

Les médecins ont relevé plusieurs facteurs susceptibles d’affecter le développement d’une tumeur dans le corps:

  1. tabagisme et alcoolisme;
  2. conditions de travail nuisibles et vie dans une zone contaminée;
  3. a déjà souffert de lésions cérébrales;
  4. tumeur secondaire, qui tend à se développer dans presque tous les cas;
  5. l'influence des impulsions électromagnétiques;
  6. la présence de virus dans le sang, les infections de la tige;
  7. l'exposition aux fins d'examen, une personne peut examiner une maladie et ainsi nuire au corps et tomber malade d'une autre;
  8. génétique: certaines maladies sont un catalyseur du cancer tout au long de la vie. Par exemple, le syndrome de Turkot ou le syndrome de Li-Fraumeni, ainsi que le syndrome de Gorlin ou la maladie de von Hippel-Landau.

Comment diagnostiquer une tumeur au cerveau?

  • Diagnostic radiologique

Effectuez-le à l'aide d'ultrasons, de rayons X, de résonance radio-magnétique pour déterminer la localisation de l'éducation: maligne ou bénigne, sa taille, ses contours et ses inclusions.

  • Diagnostic de laboratoire

Avec cela, vous pouvez en apprendre davantage sur la santé générale du patient. Mais il est impossible de reconnaître une tumeur cérébrale à l’aide de diagnostics de laboratoire: ce sont uniquement leurs processus inflammatoires qui sont déterminés, ainsi que leurs stades, qui suggèrent des maladies, notamment des cancers.

Souvent, en laboratoire, ils étudient l'alcool. Le cancer du cerveau se caractérise par une teneur en protéines trop élevée, trois fois supérieure à la normale, ainsi que par une cytose modérée formée par des lymphocytes.

  • Diagnostic radio-isotopique

Il est nécessaire d'identifier les troubles caractéristiques de tumeurs oncologiques spécifiques.

  • Diagnostic endoscopique

Cystoscopie, laparoscopie, coloscopie, gastroscopie sont effectuées pour déterminer l'état des muqueuses à l'intérieur des organes. Dans le même temps, prenez une biopsie tissulaire.

La recherche tissulaire est considérée comme une analyse importante, car il est possible d'identifier une tumeur au cerveau par la présence de cellules cancéreuses dans le matériau sélectionné.

Biopsie du cancer du cerveau

Une biopsie est une intervention chirurgicale dans laquelle un tissu prélevé sur une zone suspecte doit être examiné à la recherche de signes de malignité au microscope. Les résultats indiquent le type de cellules tumorales. Une biopsie est réalisée en tant que procédure de diagnostic distincte «biopsie à l'aiguille» et, lorsqu'une tumeur est retirée, «biopsie combinée avec un traitement». Avec les gliomes, la biopsie standard est très dangereuse. Les dommages causés aux tissus sains peuvent altérer des fonctions corporelles importantes.

La biopsie stéréotaxique est réalisée sous contrôle informatique. Dans ce cas, les images obtenues à partir de la tomodensitométrie ou de la résonance magnétique nous permettent d'estimer l'emplacement exact de la tumeur.

Une ponction rachidienne (lombaire) est une procédure dans laquelle une ponction est pratiquée pour obtenir un échantillon de la moelle épinière. Ce matériau est à l'étude pour la présence de cellules cancéreuses. Également dans ce fluide, il est possible de détecter la présence de certains marqueurs (substances indiquant la présence d'une tumeur). Une aiguille de ponction est insérée entre les vertèbres lombaires 3 et 4.

Analyse de la recherche

Lorsque le bien-être général du patient change, il est envoyé au laboratoire pour un test sanguin général prélevé au doigt. Avec une augmentation du nombre de leucocytes et de la RSE dans le sang (vitesse de sédimentation des érythrocytes), on peut parler de processus inflammatoire. Mais une analyse sanguine générale du cancer du cerveau ne permet pas de diagnostiquer l'oncologie. Il convient de prêter attention à la présence de myéloblastes et de lymphoblastes dans le frottis sanguin, à un taux de sédimentation érythrocytaire élevé, avec une bonne nutrition, un mode de vie normal et aucune perte de sang. Avec une diminution du nombre de plaquettes et une aggravation de la coagulation du sang, vous pouvez suspecter une leucémie, un cancer du foie et la propagation de métastases au cerveau.

L'analyse d'urine est examinée pour déterminer l'état des systèmes urinaire et génital. Les indications erronées de l'analyse générale de l'urine dans le processus inflammatoire dans les organes pelviens donnent lieu à une suspicion d'oncologie et à un examen complet. C'est ainsi que le diagnostic précoce du cancer du cerveau à la suite d'une métastase est effectué. La haute densité d'urine montre le travail des reins, la présence de sucre ou d'acétone indique un diabète sucré.

Important à savoir! En plus de l'oncologue, vous devez être examiné par un neurologue et un ophtalmologiste. Le neurologue évalue la force des bras et des jambes, vérifie l'équilibre, les réflexes, le psychisme et la sensibilité. L'ophtalmologiste détecte souvent l'inflammation du nerf optique, ce qui confirme l'augmentation de la pression intracrânienne. Toute anomalie dans ces études peut résulter d'une augmentation de la formation de la substance dans le cerveau.

Si une hémoglobine réduite est détectée dans le sang, on peut alors suspecter un cancer de l'estomac, des intestins et des métastases cérébrales. Pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire d'effectuer un test sanguin pour les marqueurs tumoraux - une protéine qui produit des cellules cancéreuses dans une tumeur cérébrale. Le sang est prélevé dans une veine à jeun. La protéine est toujours présente dans le corps et augmente dans tous les processus inflammatoires. Une augmentation du taux d'antigènes peut également survenir pendant la grossesse. Par conséquent, les marqueurs tumoraux du cancer du cerveau sont définis comme un diagnostic supplémentaire, et non le principal.

Chaque forme de cancer a un marqueur tumoral spécifique. Le diagnostic du cancer à un stade précoce (avec métastases cérébrales) est réalisé avec la détection de marqueurs tumoraux:

  • HE 4 - en présence d'un processus dans les ovaires;
  • PSA - pour le cancer de la prostate;
  • CA 72-4 - avec oncologie de l'estomac et des poumons;
  • CA 19-9 - dans le cancer d'organes tels que le foie, les intestins, l'estomac et le pancréas;
  • CYFRA 21-1 - au cours des premiers stades du cancer de la vessie et des poumons;
  • Antigène CEA - indique l'oncologie des glandes mammaires, de la prostate, des poumons, des ovaires, de l'utérus, du rectum et du côlon, de l'estomac;
  • ACE - augmente dans le cancer ou les métastases dans le foie, les testicules ou les ovaires, en présence d'hépatite ou de cirrhose du foie;
  • B-2-MG - survient en cas de lymphome (y compris le cerveau), de leucémie lymphocytaire, de myélome multiple et d'insuffisance rénale;
  • CA-242 - pour le cancer de la vessie.

Malheureusement, il n’existe pas de marqueur tumoral spécifique du cancer du cerveau.

C'est important! Les personnes de plus de 50 ans doivent vérifier si le sang occulte est excrété dans les selles, ce qui indique une tumeur dans l'intestin: directe ou par le colon. Et aussi chaque année devrait examiner les frottis pour les femmes qui ont des relations sexuelles, afin de ne pas rater l'éventuelle condition précancéreuse du col de l'utérus.

Méthodes de diagnostic de base pour confirmer l'oncologie cérébrale

Diagnostic en IRM

Une tumeur cérébrale est détectée à l'IRM, mais aucun rayonnement ionisant (rayons X) n'est utilisé. L'image des structures cérébrales en détail est obtenue à l'aide de champs magnétiques puissants, d'impulsions haute fréquence et d'un système informatique. L'IRM peut détecter des changements pathogènes dans les tissus et le cancer du cerveau chez les enfants, ainsi que chez les patients atteints de démence (démence acquise).

Le programme informatique traite les signaux et crée une série d’images avec une fine section de tissu. Cela vous permet de les étudier sous différents angles et de distinguer les tissus sains du patient.

Comment préparer et identifier le cancer du cerveau sur une IRM sans nuire à la santé? Pour cela:

  • les patients portent des vêtements amples sans pinces métalliques ou une chemise d'hôpital;
  • respecter les règles établies concernant la consommation de nourriture et les médicaments;
  • Avant d'introduire un agent de contraste dans le sang, le patient informe le médecin de l'absence de: réactions allergiques à ces substances, y compris l'iode et d'autres médicaments, d'asthme bronchique;
  • un médecin est informé des maladies chroniques et des opérations récemment effectuées, de la grossesse;
  • les patients atteints de claustrophobie reçoivent un sédatif facile;
  • les patients quittent leurs bijoux, cartes de crédit, appareils auditifs, épingles, épingles à cheveux, briquets métalliques, stylos, lunettes, couteaux pliants, retirent le piercing pour ne pas affecter l'aimant situé à l'intérieur de l'IRM.

C'est important! Patients avec implants métalliques intégrés: clips et stimulateurs cardiaques et neurostimulateurs, valves, stents IRM, appareils électroniques, endoprothèses de joints, plaques avec vis, goupilles, supports ne tiennent pas, à quelques exceptions près.

Comment identifier une tumeur cérébrale en IRM?

Examen des tumeurs cérébrales

L’assistant radiologue du patient s’installe sur une table amovible. Il attache le corps avec des ceintures et des rouleaux spéciaux pour créer une immobilité. Autour de la tête sont placés des appareils avec des fils qui envoient et reçoivent des ondes radio.

Le produit de contraste est inséré dans le bras via le cathéter. Avant son introduction avec une solution saline, un rinçage constant du système est assuré afin d'éviter tout encrassement. De plus, la table avec le patient se déplacera à l'intérieur de l'aimant et l'ensemble du personnel quitte la pièce.

Après l’étude, le médecin analyse les images obtenues et le patient reste sur la table, si nécessaire, pour lui faire une série supplémentaire d’images ou effectuer une spectroscopie par résonance magnétique afin d’évaluer les processus biochimiques à l’intérieur des cellules. À la fin de la procédure, retirez le cathéter. IRM + MRS prend 45 à 60 minutes.

Un examen neurologique est effectué lorsque le patient se plaint de certains symptômes indiquant une tumeur au cerveau. L'examen comprend la vérification des mouvements oculaires, de l'audition, des sensations, de la force musculaire, des odeurs, de l'équilibre et de la coordination. Il est également nécessaire de vérifier l'état mental et la mémoire du patient.

Méthodes de diagnostic supplémentaires

Les stades du cancer du cerveau, l’oedème de la substance, l’hémorragie peuvent être détectés au cours de la tomodensitométrie et l’utilisation d’appareils de radiographie sophistiqués avec un logiciel.

Tomographie par émission de positrons (TEP) - analyse du cerveau pour déterminer une tumeur maligne. Une petite quantité de glucose (sucre) est injectée dans la veine. Un scanner PET tourne autour du corps et prend en parallèle des photos de tout le corps, qui montrent ensuite les tissus qui absorbent le glucose à un rythme intense. La différence entre les cellules réside dans le fait que les cellules cancéreuses absorbent le glucose de manière beaucoup plus intensive. Les diagnostics par TEP peuvent compléter la TDM et l'IRM pour déterminer l'étendue du processus tumoral et établir un diagnostic plus précis. PET et CT sont souvent combinés et diagnostiqués par PET-CT. Ces PET peuvent améliorer la précision des nouvelles méthodes de radiochirurgie.

L'image de la tête est obtenue:

  • La tomographie par émission de photons uniques (SPECT) est très similaire au PET, mais elle ne distingue pas aussi efficacement les cellules tumorales et les tissus cicatriciels après le traitement. Cette méthode d’examen peut être utilisée après un scanner ou une IRM pour distinguer les tumeurs de degré élevé ou faible de malignité;
  • La magnétoencéphalographie (MEG) mesure les champs magnétiques créés par les cellules nerveuses par rapport à leur activité électrique. Cette technique est utilisée pour évaluer la performance de différentes parties du cerveau.
  • L'angiographie par IRM évalue le flux sanguin cérébral. L'utilisation de l'angiographie par IRM se limite généralement à la planification de l'ablation chirurgicale de tumeurs présentant un apport sanguin important.

Les diagnostics non invasifs prennent en compte les études neurologique et pathopsychologique, neuro-ophtalmologique et otoneurologique, l’échoencéphalographie (échographie) et l’électroencéphalographie.

Comment déterminer la présence d'une tumeur au cerveau chez les enfants et les adultes

Comment identifier une tumeur au cerveau? Les néoplasmes apparaissant dans une zone donnée du corps humain peuvent être bénins ou malins. Dans la plupart des cas, ils se présentent sous des formes avancées, de sorte que tout le monde devrait connaître les premiers signes d'un cancer du cerveau. Comment détecter une tumeur au cerveau?

La dépendance des symptômes de la maladie depuis son stade

Une tumeur cérébrale se développe habituellement en 4 étapes, qui peuvent être remplacées rapidement. Il existe des cas où le degré du processus pathologique ne peut pas être distingué. La première étape est caractérisée par la présence d'une petite tumeur, les signes sont généralement légers. Si une pathologie est détectée à ce stade, le patient a toutes les chances de se rétablir. La croissance et le développement des tumeurs contribuent à l'apparition d'une faiblesse générale, de maux de tête et de vertiges. De tels symptômes ne sont pas caractéristiques uniquement du cancer du cerveau, il est donc impossible de poser un diagnostic à partir de ceux-ci.

À l'étape suivante, la tumeur commence à se propager aux tissus environnants. Malgré cela, les chances de guérison restent assez élevées. Les symptômes décrits précédemment ajoutent des nausées, dont l'apparition n'est pas associée à la prise de nourriture. Le réflexe nauséeux est déclenché par une augmentation de la pression intracrânienne. Des convulsions et des crises d'épilepsie peuvent survenir.

Au troisième stade, le taux de développement du processus pathologique augmente, la tumeur infecte les tissus voisins et donne des métastases. À ce stade, le cancer du cerveau est considéré comme inopérable. Le traitement n'est pas efficace dans tous les cas. Le tableau clinique devient plus prononcé, ce qui pousse une personne à consulter un médecin.

Au stade 4, la maladie est considérée comme incurable. La prévision dans la plupart des cas est défavorable. Une tumeur à croissance rapide se propage au tissu cérébral, son œdème se développe. La douleur devient insupportable, une personne perd rapidement du poids. Le traitement est efficace dans 5% des cas au maximum.

La radiothérapie postopératoire vous permet d'arrêter la propagation de cellules atypiques. Ce degré de cancer se caractérise par l'apparition de changements irréversibles. Comment reconnaître une tumeur à ses débuts?

Le tableau clinique des stades précoces du cancer du cerveau

Les tumeurs de cette localisation sont divisées en primaire et secondaire. La première catégorie comprend les lésions provenant du tissu cérébral. Les effets secondaires sont une conséquence de la pénétration des métastases. Les deux types de cancer ont un tableau clinique commun. Le mal de tête est un symptôme qui accompagne presque toujours le développement d'une tumeur au cerveau. La gravité de la douleur dépend du lieu de formation de la tumeur. Une douleur lancinante survient après le réveil et devient moins intense après quelques heures. Les sensations désagréables peuvent être accompagnées de nausées et de confusion. La double vision est un autre symptôme caractéristique des tumeurs cérébrales.

Le fait de comprimer le néoplasme de certaines parties du corps contribue à l'apparition de parésie et de paralysie, engourdissement des extrémités. Les douleurs sont aggravées par les mouvements brusques, l'effort physique, la toux et les éternuements. Sur la base des maux de tête, il est impossible de diagnostiquer. Bien qu'ils soient considérés comme un signe du stade précoce du développement d'une tumeur au cerveau, seulement 1% des patients qui ont consulté leur médecin ont présenté des lésions intracrâniennes. Seul un examen approfondi permet d'établir un diagnostic précis. Les douleurs cancéreuses sont têtues et ne peuvent pas être soulagées avec des analgésiques classiques.

Une tumeur cérébrale peut se manifester par des vertiges persistants. Son apparence n'est pas associée à une activité motrice. L'apparition de ce symptôme contribue à une augmentation de la pression crânienne. La tumeur du cervelet entraîne une altération de la coordination des mouvements, qui devient une autre cause de vertige. La perte de poids nette est un signe caractéristique du cancer. Une légère perte de poids peut être observée lors du changement de régime, du temps chaud, de la déshydratation. Cependant, la perte de plus de 20% du poids corporel devrait être une raison pour aller chez le médecin. Les produits de désintégration des cellules cancéreuses empoisonnent le corps en perturbant les processus métaboliques.

Une augmentation de la température peut être observée dans tous les types de néoplasmes malins du cerveau. Montant aux valeurs fébriles, il est maintenu à ce niveau pendant une longue période. Ce trait est associé au processus de production des anticorps nécessaires pour lutter contre les cellules altérées. Au fil du temps, les substances toxiques sécrétées par la tumeur commencent à supprimer le travail du système immunitaire et la température baisse. L'intoxication par le cancer se développe aux derniers stades du processus pathologique. La maladie est caractérisée par une faiblesse générale, des nausées et des vomissements. Si le système circulatoire est affecté, une anémie grave est diagnostiquée.

Les vomissements dans le cancer du cerveau se produisent le matin. Son apparition peut être associée à un changement brusque de la position du corps. Par la suite, il existe des signes plus prononcés de la tumeur: diminution de l’acuité visuelle, surdité, troubles neurologiques. Comment identifier une tumeur au cerveau chez un enfant?

Signes de cancer du cerveau chez les enfants

Le cancer du cerveau chez les enfants est beaucoup plus répandu que chez les adultes. Les médulloblastomes sont considérés comme le type de tumeur le plus courant. Ils ne métastasent presque jamais, aussi le tableau clinique est-il caractérisé par des symptômes de compression du tissu cérébral par une tumeur. Chez les enfants de moins de 3 ans, le tour de tête augmente, le printemps gonfle et se raidit. La divergence des sutures crâniennes est clairement visible, le maillage vasculaire apparaît sous la peau. En raison de la divergence des os du crâne, la pression interne peut ne pas augmenter.

Les symptômes d’une tumeur au cerveau chez les enfants sont presque les mêmes que chez les adultes. Les jeunes enfants ne peuvent pas décrire avec précision leurs sentiments. Les parents doivent donc être attentifs au comportement de l'enfant. Il devient agité, hurlant constamment. Vomissements caractéristiques, non associés à un changement de régime alimentaire. Dans les premiers stades des crises se produisent au moins 1-2 fois par semaine. Un symptôme typique est la dilatation des vaisseaux du fundus, l'œdème de la rétine et les hémorragies multiples.

Cela conduit à une diminution de l'acuité visuelle, y compris la cécité. Les crises se développent dans les derniers stades de la maladie. D'autres signes apparaissent en fonction de l'emplacement de la tumeur. Tous les symptômes décrits ci-dessus peuvent faire naître des soupçons sur une tumeur au cerveau, mais il n’est pas facile de diagnostiquer cette maladie. Identifié à temps, le cancer du cerveau chez l'enfant a un pronostic plutôt favorable.

Diagnostic des tumeurs

Même des signes bénins de la maladie devraient être une raison pour aller chez le médecin. Pour la détection du cancer du cerveau, un examen complet est effectué, y compris les procédures de laboratoire et du matériel. Les méthodes les plus informatives pour le diagnostic des tumeurs sont l'IRM, la TDM et la MEG. Une ponction lombaire peut détecter des cellules malignes. Des méthodes d'examen supplémentaires sont: la tomographie par émission de photons uniques, la biopsie et la TEP. Sur la base des résultats de l'examen, le schéma thérapeutique le plus efficace est sélectionné. Le traitement peut nécessiter une hospitalisation du patient. Le traitement sera effectué dans une clinique d'oncologie, incluant chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.