loader
Recommandé

Principal

La cirrhose

Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne de la prostate et se développe à partir de l'épithélium de la glande à cellules alvéolaires.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate est une maladie insidieuse courante chez les hommes d'âge moyen et plus âgés. Il se classe au deuxième rang du taux de mortalité des hommes dans tous les pays, puisque le cancer de la prostate touche un homme sur huit. Selon des études récentes, on sait que l'oncologie des organes urinaires s'est encore accrue au cours des 30 dernières années et que le carcinome de la prostate s'est hissé au troisième rang des maladies oncologiques.

En Russie, le cancer de la prostate représente 3 à 5% de tous les cancers du bassin chez les hommes, cancer des testicules compris.

Cancer de la prostate chez les hommes symptômes, traitement

La prostate est située à l'intérieur du système urogénital. C'est un organe musculo-glandulaire, semblable à la taille de la noix. Sous la vessie (à l'anus et à la base du pénis), comme un bracelet, il recouvre l'urètre dans la zone initiale: la partie initiale de l'urètre ou de l'urètre, à travers laquelle le corps élimine l'urine et le sperme.

La prostate est responsable de la production de liquide séminal et du maintien de ses fonctions vitales. La fonction de reproduction dépend de l'éjaculation, à laquelle participe directement la prostate. La prostate sécrète une substance qui fait partie du sperme afin de maintenir l'activité du sperme.

Le processus pathologique interne du cancer de la prostate aux premiers stades passe inaperçu. Par conséquent, les plaintes des patients apparaissent lorsqu'une tumeur maligne de la prostate grossit et commence à se métastaser. Les patients ne peuvent pas reconnaître les principaux symptômes du fait que la tumeur maligne de la prostate se développe dans sa capsule et qu’elle est éloignée de l’urètre.

En outre, un adénocarcinome de la prostate peut se dissimuler derrière les manifestations de l'hyperplasie bénigne - une prostate hypertrophiée adjacente à l'urètre. L'hyperplasie affecte également la miction, tout comme le cancer, bloquant l'écoulement de l'urine, la rendant faible et provoquant des envies fréquentes.

Le cancer dépasse la capsule de la prostate et, le long des fibres nerveuses, atteint le lit lymphatique, affecte les os et métastase aux ganglions lymphatiques et aux organes distants.

Causes du cancer de la prostate

La science ne peut pas encore nommer les causes spécifiques du cancer de la prostate chez les hommes. Les médecins ne peuvent que mettre en garde contre les facteurs de risque de l'oncologie: âge, hérédité, tabagisme et alimentation déséquilibrée et de mauvaise qualité, écologie et conditions de vie médiocres. Le cadmium affecte le corps lorsque vous travaillez sur des machines à souder, avec du caoutchouc ou dans un atelier d'impression.

En cas de suspicion de cancer de la prostate, il faut en rechercher les causes dans les maladies du système urogénital (adénome de la prostate) qui l'accompagnent, lors de l'apparition d'un cancer secondaire par métastase, par exemple du foie. On sait que le cancer de la prostate et l’alcool sont interdépendants. Les hommes qui boivent développent une cirrhose et un cancer du foie, ce qui augmente le risque de cancer des organes pelviens.

Des études menées par des scientifiques suédois ont montré que le médicament Dutasterid est à l'origine du cancer de la prostate, à l'instar du finastéride, publié dans le FDA (Service fédéral de contrôle de la qualité des aliments et des médicaments).

C'est important! Ces médicaments traitent l'hyperplasie bénigne et la calvitie. Par contre, ils augmentent le risque de développer une tumeur agressive de la prostate. Dangereux envisager la posologie de 1-5 mg avec la prise quotidienne de médicaments à long terme. Chez les hommes âgés de plus de 50 ans, l'apparition d'un cancer particulièrement agressif est possible.

Information! L'American National Cancer Institute a mené des études cliniques et a révélé qu'Avodart (Dutastérid) inhibait le développement du cancer du pancréas à un stade précoce. De ce fait, le traitement agressif appliqué est réduit, mais des effets secondaires apparaissent: augmentation du nombre de glandes mammaires et augmentation du dysfonctionnement sexuel chez l'homme.

On voit que les informations de recherche des scientifiques suédois et américains sont quelque peu différentes. Le service fédéral de la FDA a récemment annoncé que les inhibiteurs de la 5-alpha réductase dans le traitement du cancer de la prostate étaient plus susceptibles de conduire à un cancer de la prostate de haut grade. Les scientifiques en urologie de la Caroline du Nord suggèrent que le traitement ne sera probablement pas médical ou invasif. L'avenir réside dans la thérapie à haute température qui élimine les symptômes du cancer de la prostate.

Symptômes du cancer de la prostate chez l'homme

Les signes de cancer de la prostate chez les hommes commencent par une miction inconfortable: envies fréquentes, sensation de brûlure, vidange incomplète de la vessie. Les signes de cancer de la prostate chez l'homme sont similaires à ceux d'un grossissement bénin de la prostate (avec adénome). Ne comptez pas sur cela, mais passez un examen approfondi afin de ne pas manquer le temps d'un traitement précoce.

Les symptômes du cancer de la prostate chez les hommes peuvent indiquer:

  • difficulté à uriner;
  • jet faible sans pression, interrompu pendant la miction;
  • aller aux toilettes toutes les demi-heures, surtout la nuit, ce qui nuit à la psyché;
  • température élevée dans le cancer de la prostate;
  • sensation de douleur dans les organes génitaux pendant la miction.

Aux stades ultérieurs, les symptômes et les signes du cancer de la prostate sont indiqués: incontinence urinaire, dysfonction érectile, douleur autour du pubis, sang dans les urines et sperme (géospermie).

Avec la croissance tumorale et la métastase, les symptômes du cancer de la prostate indiquent:

  • douleur dans la région lombaire et les os;
  • lymphostase - gonflement des jambes;
  • manque d'appétit, des nausées et des vomissements, ce qui entraîne une perte de poids.

Les symptômes tardifs comprennent des affections associées à un empoisonnement du sang et à la rupture des vaisseaux sanguins.

Les changements pathologiques dans le cancer de la prostate durent lentement - 15-20 ans. Le cancer est sujet aux métastases aux ganglions lymphatiques, au bassin, aux cuisses, au foie, à la colonne vertébrale, aux glandes surrénales et à d'autres organes. Si le traitement est effectué avant l'apparition des métastases, il peut être guéri sans entraîner de conséquences graves pour le corps de l'homme.

Diagnostic du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate chez l'homme est réalisé en fonction des symptômes et des stades. Le diagnostic rectal du cancer de la prostate est effectué et un test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate ou le PSA est examiné. Une substance spéciale est détectée dans le sang produit par les cellules de la prostate. En d'autres termes, le test de dépistage du cancer de la prostate par PSA est un marqueur du cancer.

Méthode du doigt

Méthode de diagnostic médical

Le diagnostic du cancer de la prostate à l'aide de la palpation est réalisé comme suit: par le rectum, le médecin sonde le tissu de la prostate avec son doigt. En même temps, des sensations douloureuses et inconfortables sont détectées. Des écarts dans la consistance des sécrétions sont détectés.

S'il y a une petite tumeur, elle peut ne pas être palpable ou être hors de portée des doigts. Ensuite, un antigène spécifique de la prostate (PSA) est effectué pour le cancer de la prostate. Le test de l'APS est presque le seul moyen de détecter le cancer de la prostate en l'absence de symptômes, ce qui explique pourquoi l'APS revêt une grande importance dans le cancer de la prostate.

Quand PSA

Indications pour PSA:

  • la présence d'une tumeur présumée après un examen des doigts ou une échographie;
  • surveillance active du cancer de la prostate pour déterminer l'état du patient après le traitement;
  • identification de l'efficacité du traitement.

Le PSA pour le cancer de la prostate est effectué tous les 3 à 4 mois après le traitement antitumoral radical. Un examen préventif est réalisé chez les hommes de plus de 40 ans et révèle la dynamique du PSA après le retrait du cancer de la prostate.

Commun pour tous les âges, les valeurs normales de PSA devraient être -0-4,0 ng / ml. Si les hommes de 40 ans et plus, les indicateurs de PSA dépassent 2,5 ng / ml, 50 ans - 3,5 ng / ml, cela peut alors être associé à des maladies telles que la prostatite ou l'hyperplasie bénigne de la prostate (adénome).

Le PSA augmente temporairement pendant l'action mécanique sur la prostate: massage de la prostate, biopsie, cystoscopie, ainsi que pendant la miction, cathétérisme de la vessie.

Le PSA pour le cancer de la prostate peut atteindre 10 ng / ml.
Confirme le développement possible du taux de croissance du PSA tumoral dans le cancer de la prostate - 0,75 ng / ml ou plus par an.

La taille de la prostate est prise en compte avant de déterminer le cancer de la prostate en fonction du taux de PSA. Auparavant, on pensait qu'une glande plus grosse avait un PSA plus élevé. Mais cela s'est avéré être une idée fausse. En pratique, à une faible concentration de PSA, une tumeur d'oncotomie peut se développer.

Dans le sang, le contenu de PSA est observé sous forme liée et sous forme libre. Si l'antigène libre dans le sang est faible et qu'il augmente, cela est associé au développement d'un cancer.

Voici comment le cancer de la prostate se manifeste chez l'homme en pourcentage de PSA libre et dans le sérum:

Selon des études menées à Rotterdam (ERISRP, ERSPC), le dépistage du stade du cancer de la prostate et des taux de PSA est le suivant:

Si le taux de PSA dans le cancer de la prostate à 3 degrés est élevé et supérieur à 8,0 ng / ml, le pourcentage de probabilité de développer un cancer est assez faible - supérieur à 30%. Cet écart indique encore une fois un long processus de changements pathologiques et la guérison du cancer avant l'apparition de métastases.

PSA standard après le retrait du cancer de la prostate devrait être chez les hommes:

  • jusqu'à 40 ans - 1,4 à 2,5 ng / ml;
  • jusqu'à 50 ans - 2,0-2,5 ng / ml;
  • jusqu'à 60 ans - 3,1-3,5 ng / ml;
  • jusqu'à 70 ans - 4,1 - 4,5 ng / ml;
  • après 70 - 4,4 - 6,5 g / ml.

S'il est inférieur à 2,5, les scores de PSA après une chirurgie du cancer de la prostate + les résultats normaux de l'étude avec un doigt, considèrent alors que le patient est en bonne santé et que l'étude est répétée après un an. Si les valeurs de PSA sont supérieures à 2,5 ng / ml + indicateurs normaux / pathologiques de l'examen de la prostate au doigt, un test de biopsie est indiqué. Si le score de PSA est de 4-10 ng / ml, c'est un signe de la maladie ou de la norme physiologique. Pour évaluer plus précisément le% de probabilité de cancer, examinez le PSA libre et comparez-le au total. Si le PSA libre ne dépasse pas le total de 20-15%, ceci est considéré comme normal. Pour l'année, le chiffre ne doit pas dépasser 0,75 ng / ml.

Dans le traitement du cancer de la prostate avec les inhibiteurs de la 5 alpha réductase (Finasterid), le PSA et la taille de la prostate diminuent de 2 fois, mais le PSA libre à total reste tout de même dans la fourchette normale - 25%. Si le rapport baisse, suspectez le cancer de la prostate. Si le PSA atteint une valeur supérieure à 20 ng / ml, une scintigraphie osseuse pelvienne est réalisée en cas de suspicion de métastase.

Il est également réalisé en cas de suspicion de diagnostic de cancer de la prostate:

  • échographie de la prostate;
  • CT scan au début du cancer;
  • recherche: radiologique et isotope;
  • échographie transrectale: un capteur spécial est inséré dans le rectum et le tissu de la prostate est examiné à l'écran, permettant d'identifier facilement la tumeur et de diagnostiquer le cancer;
  • résultats de biopsie: la présence d'une pathologie dans les tissus indique un cancer.

Vidéo informative

Stades du cancer de la prostate. La classification de la maladie selon le système international TNM

Étapes du cancer de la prostate (système Juith-Whitemore):

  • le premier est qu'il n'y a pas de symptômes, la cellule se développe dans la prostate, la prostate commence à se développer;
  • A - pas de symptômes, les cellules se développent dans la prostate;
  • B - une tumeur dans la prostate peut être palpée lors de l'examen;
  • C - la tumeur envahit la prostate, se développant sur la membrane de la prostate, le taux de PSA est élevé;
  • D - La métastase atteint l'UL régionale et les organes distants.

Prévalence du cancer de la prostate

Selon le système de classification TNM:

  • T 0-4 - indique la tumeur primitive, son état et sa luxation;
  • N X, 0, 1 - indique les ganglions lymphatiques régionaux;
  • M X, 0, 1 - métastases distantes.

Durée de vie du cancer de la prostate

Lorsque le cancer de la prostate est diagnostiqué, le pronostic de survie dépend du stade de la maladie:

  1. Si le cancer de la prostate du 1er degré est confirmé, l'espérance de vie pour 5 ans peut être de 96 à 99% en l'absence de métastases.
  2. Cancer de la prostate À 2 degrés, le pronostic à 5 ans est de 85 à 95% en l'absence de métastases, avec l'apparition de métastases - de 80 à 90%.
  3. Cancer de la prostate de grade 3 - le pronostic à cinq ans est le suivant: si la capsule a germé de la prostate, mais qu'il n'y a pas de métastases - 50 à 60%, avec métastases - à 40-45%.
  4. Cancer de la prostate stade 4 avec métastases - jusqu'à 20-30% de la survie du patient pendant 3-5 ans.

Traitement du cancer de la prostate

Le traitement du cancer de la prostate est utilisé en standard:

  • traitement médicamenteux;
  • l'exposition;
  • méthodes d'intervention chirurgicale.

Ils retirent l'organe de la prostate en tant que traitement du cancer de la prostate, dans des cas exceptionnels, en l'absence de métastases dans les organes distants et les ganglions lymphatiques. Si les méthodes opératoires de traitement du cancer de la prostate sont correctement mises en œuvre, il est prédit qu'il n'y aura aucune conséquence néfaste pour le corps masculin et la rechute.

Le traitement du cancer de la prostate à l'aide de médicaments comprend des médicaments hormonaux qui réduisent ou bloquent complètement les niveaux de testostérone dans le sang au cours des premiers stades de la maladie. Mais avec un blocage complet des taux de testostérone, l'hormonothérapie du cancer de la prostate n'annule pas complètement le développement pathologique du tissu prostatique.

Avec la radiothérapie - irradiation de la tumeur, le processus pathologique dans les tissus de la prostate est réduit et les métastases vers d'autres organes sont minimisées aux stades précoces.

Si la radiothérapie est réalisée pour le cancer de la prostate, les conséquences peuvent être les suivantes:

  • fatigue accrue;
  • peau irritée sur le site de l'exposition aux rayons;
  • il y a une envie rare ou fréquente d'uriner, accompagnée de brûlures et de picotements;
  • des hémorroïdes, une irritation rectale et des saignements peuvent se développer;
  • la température corporelle augmente;
  • l'impuissance se développe après une formation de 2 ans;
  • peut causer des selles molles, de la diarrhée et des problèmes intestinaux.

Pour réduire les effets des radiations et améliorer l'effet thérapeutique, un médicament est ajouté. La curiethérapie pour le cancer de la prostate fait référence à une forme alternative de radiation. En même temps, des granules d'iode radioactif sont injectés dans la prostate, ce qui ne nuit pas au tissu tumoral environnant.

Symptômes et traitement du cancer de la prostate

La chimiothérapie pour le cancer de la prostate est utilisée aux stades avancés en même temps que la thérapie hormonale. Au début, la chimie n'aura pas d'effet positif, car un traitement toxique et systémique détruit les cellules cancéreuses ainsi que les cellules saines. La chimie agit sur les cellules en présence d'un métabolisme accru. On sait que la tumeur se développe lentement et que le taux de division de ses cellules est identique à celui des cellules saines. Par conséquent, il n'y a pas de métabolisme accru, ce qui pourrait agir cytostatiques.

La chimiothérapie est utilisée s’il existe des métastases pour le cancer de la prostate, également en complément d’un traitement hormonal.

La chirurgie pour enlever le cancer de la prostate est réalisée par différentes méthodes:

  • résection transurétrale (TUR);
  • thermodestruction par radiofréquence transurétrale (TURT);
  • opération laser;
  • chirurgie laparoscopique, y compris avec la robotique mini-invasive DaVinci;
  • prostatectomie postérieure radicale avec lymphodénectomie;
  • prostatectomie périnéale.

Remèdes populaires pour le cancer de la prostate

  1. Immunothérapie avec des préparations d'abeilles Savina qui suppriment le cancer. Il redémarre le système immunitaire pour lutter contre le cancer. Parallèlement, les cellules mononucléées sont activées, le nombre et l'activité des cellules tueuses naturelles augmentent, la production d'interférons, un certain nombre de cytokines nécessaires et des facteurs de protection non spécifiques contre la tumeur sont renforcés. Démarre le processus naturel de guérison du corps.
  2. Utilisation de la grenade pour réduire les effets des toxines de la cisplastine. Des études de laboratoire montrent que la grenade est plus efficace que le taxol (paclitaxel cytostatique). La composition du jus de grenade contient de nombreuses substances permettant de supprimer les cellules cancéreuses: flavonoïdes, anthocyanes, tanins (acide ellagique, quercétine, punicalagine). L'antioxydant le plus actif de la grenade est la punicalagine: il existe des catéchines, comme dans le thé vert.
  3. La silymarine, qui est contenue dans le chardon-Marie tacheté, augmente l'effet de la chimiothérapie et réduit ses effets secondaires.

Important à savoir! Shiitake, Meytake, Reishi, Cordyceps et Birch Chaga ont des propriétés anticancéreuses. Ils renouvellent le système immunitaire et ralentissent la croissance de la tumeur.

Le Cordyceps, un lentinane polysaccharidique à base de shiitake, tonifie, prolonge la vie, comme le ginseng, et présente une activité anticancéreuse. Le reishi active l'immunité et améliore ses propriétés antibactériennes, antivirales et antifongiques.

Les champignons Mitake sont capables d'inhiber la croissance des cellules cancéreuses et de stimuler l'apoptose (mort programmée) des cellules. L'extrait de champignon (fraction D) avec la présence d'une activité anticancéreuse empêche le développement de métastases. Meytake inhibe l'angiogenèse (croissance vasculaire) en abaissant le taux de facteur de croissance VEGF.

Prévention du cancer de la prostate

La prévention du cancer de la prostate est la réalisation opportune du dépistage urologique:

  • vérification d'un test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate (PSA);
  • faire un examen de la prostate avec la méthode des doigts;
  • examiner la prostate par voie transrectale à l'échographie.

Si nécessaire, effectuez une biopsie multifocale de la prostate.

Modifications nutritionnelles du cancer de la prostate: les aliments frits et gras, les aliments frits sont exclus, les aliments contenant des caroténoïdes - fruits et légumes frais - une augmentation du régime alimentaire. Et aussi avec les phytoestrogènes, de composition similaire aux hormones sexuelles féminines naturelles pour réduire le niveau de testostérone dans le sang sans perdre le pouvoir sexuel des hommes. Cela réduit le risque de développer un cancer de la prostate.

Le mode de vie change également: le tabagisme, l'alcool et les drogues sont exclus. L'activité physique et le durcissement réduisent le risque de cancer de la prostate.

Cancer de la prostate: symptômes et signes de développement

Quelle est la prostate, sa fonction. Causes du cancer de la prostate et facteurs prédisposants.

Méthodes de prévention et de diagnostic précoce. Signes et symptômes du cancer de la prostate masculin. Réceptions et méthodes d'examen. Le pronostic de la maladie.

La prostate, ou prostate, est un organe glandulaire interne situé sous la vessie et recouvrant les voies urinaires.

À propos de la maladie

Le fer, faisant partie du système reproducteur, produit un secret qui assure la viabilité du sperme. Dans le volume total de liquide séminal, ce secret peut être d'environ 30%. L'importance de la prostate réside également dans la capacité à retenir l'urine à l'intérieur de la vessie.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate: symptômes, pronostic? Le cancer de la prostate est considéré comme une maladie courante. Il s’agit d’une tumeur maligne qui s’est développée dans les tissus glandulaires. Le cancer de la prostate peut produire des métastases, comme toute tumeur maligne.

Cancer de la prostate - symptômes, pronostic à vie: selon les statistiques médicales, la maladie touche plus de 12% des hommes de plus de cinquante ans. Le nombre de décès par cancer de la prostate dans le monde en termes de fréquence est la troisième place après les maladies cardiovasculaires et le cancer du poumon chez les hommes âgés.

Chaque année, plus de 400 000 cas de cancer de la prostate sont enregistrés dans le monde. Dans les statistiques de localisation, les signes d'oncologie de la prostate dans les pays européens se classaient au 2 e rang après le cancer du poumon. En Russie, l'incidence atteint jusqu'à 6% et constitue l'un des cas de cancer les plus fréquemment signalés.

On sait que les résidents d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Afrique sont moins susceptibles de souffrir de ce type de cancer que les résidents d’Amérique du Nord et d’Europe.

Causes de développement

La médecine ne dispose pas de données précises sur les causes de la maladie. Il a été établi que le responsable de l'apparition d'une tumeur maligne est la modification de l'ADN des cellules de la glande, dont la cause n'a pas été établie.

On sait que plus l'homme est âgé, plus la probabilité d'apparition de la maladie est élevée.

Conformément aux conclusions des statistiques médicales, le facteur héréditaire joue un rôle important.

La présence de cancer de la prostate chez les proches parents augmente le risque de maladie de 2 fois ou plus

Des recherches ont montré que la maladie est associée à un excès de testostérone, une hormone sexuelle masculine.

La probabilité de maladie et l’agressivité d’une tumeur dépendent directement du niveau de testostérone dans le sang d’un homme.

La médecine officielle suggère les facteurs de risque suivants pour l'apparition de la maladie:

  • consommation excessive de graisse animale, manque de fibres dans le régime alimentaire;
  • plus de 50 ans;
  • cas de cancer de la prostate chez des parents directs;
  • adénome de la prostate;
  • mauvaise situation environnementale;
  • facteurs de production nocifs (travaux d'impression, de soudage).

Le risque de maladie augmente pour les amateurs d'aliments gras, de viande "rouge" - bœuf, porc, agneau, dans le contexte d'une consommation réduite de fibres.

Pour réduire le risque de maladie, vous pouvez utiliser plusieurs règles:

  1. Inclusion dans le régime d'une quantité suffisante de fibres végétales.
  2. Mode de vie actif, sport.
  3. Maintenir un poids normal.
  4. Consommation modérée de graisses animales, viande "rouge".

Comment reconnaître la maladie?

Les premiers signes de cancer de la prostate ne sont pas ressentis, il n'y a pas de malaise jusqu'à ce que la tumeur maligne commence à se développer. Pour cette raison, il est recommandé aux hommes de plus de 40 ans de se soumettre à des examens de routine réguliers pour détecter une pathologie de la prostate.

Cancer de la prostate: symptômes, signes

Comment le cancer de la prostate se manifeste-t-il chez l'homme?

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • sensation de brûlure en urinant;
  • l'envie de ré-uriner dans les 30 à 60 minutes qui suivent la précédente;
  • sensation de vidange incomplète après la miction;
  • réduction de la pression et des jets intermittents pendant la miction;
  • temps réduit entre les visites aux toilettes, surtout la nuit.

La présence de plusieurs ou de l’un des symptômes énumérés suffit à consulter un spécialiste - urologue ou oncologue.

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • manque d'érection;
  • l'impuissance;
  • réduction du sperme lors de l'éjaculation.

De tels symptômes de l'oncologie de la prostate se retrouvent souvent chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Identique au cancer, il existe des symptômes de l'adénome de la prostate, une tumeur bénigne. Par conséquent, il devrait être examiné d'urgence dans un établissement médical pour un diagnostic précis.

Dans les derniers stades du cancer de la prostate, on peut observer:

  • sang dans le sperme ou l'urine;
  • dans le cancer de la prostate, douleur au périnée.

Dans les cas avancés de métastases, les premiers symptômes et signes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • douleur dans la colonne vertébrale, les hanches ou la poitrine;
  • la rétention urinaire peut se développer en raison de la croissance de la tumeur.

L'intoxication par le cancer est caractéristique aux derniers stades de la maladie, ce qui se manifeste par:

  • une forte diminution du poids corporel;
  • la faiblesse;
  • fatigue rapide.

Dans le même temps, la peau du patient acquiert une teinte pâle-terreuse caractéristique.

En savoir plus sur les stades du cancer de la prostate ici.

Symptômes du cancer de la prostate - photo:

Diagnostics

Tant que la maladie a une localisation limitée et que la période de métastase n'est pas venue, les symptômes peuvent être absents. Il est donc important de passer un test de détection de PSA ou d'un antigène spécifique de la prostate, qui est produit par une glande saine et se trouve dans le sang.

Une augmentation de ce facteur dans le sérum, ainsi qu'une modification du rapport entre la forme libre et la forme liée de l'antigène, est un facteur probabiliste indiquant la présence d'un néoplasme malin. Plus le PSA est élevé, plus le risque de cancer est élevé.

Lors de l'examen d'un patient pour le cancer de la prostate, une série de tests et d'études est réalisée:

  1. Numération sanguine avancée, qui comprend la définition du PSA et des marqueurs tumoraux.
  2. Tests d'urine - généraux, biochimiques, ainsi que l'ensemencement.
  3. Échographie de la région urogénitale, IRM de la prostate.
  4. Études du système osseux utilisant la tomodensitométrie pour détecter les métastases.
  5. Examen consultatif par un oncologue.
  6. Palpation, palpation de la glande.
  7. Biopsie tissulaire de la prostate.

Chances de guérison et de thérapies

Selon les statistiques médicales, plus de 80% des patients après le diagnostic ont réussi à vaincre la maladie. Souvent, les symptômes évidents de la maladie se manifestent à un stade avancé, lorsque la maladie est négligée et que les chances de guérison rapide diminuent rapidement.

Le principal facteur favorable est le diagnostic opportun, ainsi que l’utilisation de méthodes de traitement avancées.

Si le diagnostic est confirmé, le traitement doit commencer immédiatement. Si la tumeur a une localisation claire, une ablation endoscopique ou chirurgicale de la prostate est indiquée. Une méthode efficace est la radiothérapie utilisant un équipement médical avancé.

Les patients après une intervention chirurgicale ou une radiothérapie se voient prescrire un traitement antitumoral à long terme visant à bloquer la testostérone. La chimiothérapie est également utilisée.

Cancer de la prostate - les premiers signes et symptômes, étapes, diagnostic et traitement de la tumeur

Carcinome, adénocarcinome, tumeur de la prostate, cancer de la prostate - nom d’une maladie unique, qui est le type d’oncologie le plus répandu chez les hommes de plus de 50 ans. La plupart des représentants du sexe fort à cet âge ont une forme asymptomatique sous-clinique de cette maladie. Selon des études, un homme sur trois dont la cause de décès n'était pas en oncologie de la prostate a révélé des zones d'ozlokachestvlenie auparavant cliniquement incertaines. Après 80 ans, un problème similaire se produit chez 80% des hommes.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

La prostate (prostate) est la glande endocrine, qui appartient au système reproducteur masculin, remplit la fonction de production de liquide séminal et participe à l'éjaculation. La prostate est située sous la vessie près du gros intestin et ressemble à une noix qui entoure l'urètre. Le fer affecte directement la capacité de retenir l'urine. Cet organisme est très sensible aux changements liés à l’âge, notamment en oncologie.

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe à partir du tissu glandulaire de l'épithélium. Comme d’autres cancers, le cancer de la prostate tend à propager des métastases vers d’autres organes, mais la progression de la maladie est lente et peut prendre 10 à 15 ans entre l’apparition des signes microscopiques de la tumeur et le stade critique. Même une petite tumeur de la prostate peut propager des métastases, principalement dans le système squelettique, le foie, les ganglions lymphatiques, les poumons et les glandes surrénales.

C'est là que réside la plus grande traîtrise de la maladie: si une tumeur peut être retirée chirurgicalement avant que les métastases ne se replient, aucun médecin ne sera en mesure de faire face au problème lorsque la métastase s'agrandira. Dans ce cas, les prédictions seront très tristes, voire fatales. Il est donc important de détecter rapidement le cancer de la prostate chez les hommes. Pour ce faire, écoutez votre corps et consultez régulièrement un urologue, en particulier après 50 ans.

Combien vivent avec un cancer de la prostate

Des études statistiques montrent que chaque septième homme âgé de cinquante ans et plus est atteint d'un cancer de la prostate. Cette maladie est une cause fréquente de décès chez les hommes âgés. En règle générale, la survie est élevée: ils prennent 5 ans pour une valeur estimée, tout dépend du stade de la maladie et de la désignation d'un traitement adéquat:

  • Dans la première étape, la tumeur vit longtemps, le taux de survie est de 100%, à condition que les ordres du médecin soient remplis. Cependant, la maladie est très insidieuse et se transmet sans symptômes dès les premiers stades; il n’est donc pas toujours possible de la déterminer et de commencer le traitement à temps.
  • La deuxième étape - le taux de survie est de 85% des patients avec un traitement approprié avec des résultats positifs.
  • Le troisième stade est caractérisé par la croissance d'un néoplasme en dehors de l'organe et le pronostic de survie est de 50%.
  • La quatrième étape est caractérisée par un cours critique, métastases aux organes, donc avec un traitement agressif, les patients ne vivent pas plus de trois ans. Cinq ans ne peuvent pas vivre plus de 20% des patients. Le principal problème du cancer de la prostate est la détection tardive, car les hommes sont très frivoles pour leur santé, pour diverses raisons évitant les examens.

Les symptômes

Les principaux signes de cancer de la prostate chez l'homme sont très similaires aux signes d'adénome de la prostate (tumeur bénigne). Aux stades avancés de la maladie, les symptômes sont les suivants:

  • la douleur
  • difficulté miction douloureuse;
  • violation de la fonction érectile, se transformant en impuissance;
  • sang dans les urines (hématurie);
  • besoin fréquent de se lever la nuit pour uriner;
  • une sensation de débordement de la vessie et un vif désir d'aller aux toilettes;
  • le flux d'urine est faible, interrompu, il est nécessaire de filtrer4
  • sensation de vessie pas complètement vide.

Lorsque des métastases pénètrent dans des organes et des tissus proches ou lointains aux stades avancés du cancer, cela provoque une douleur et un inconfort permanents de nature différente:

  • fractures douloureuses et non syndicales dans les régions métastasées des os;
  • rhumes fréquents, maladies virales dues à une immunité réduite;
  • douleur dans d'autres organes métastasés;
  • la constipation;
  • matières fécales avec du sang et du mucus;
  • apathie et fatigue;
  • hématurie;
  • tousser avec des expectorations sanglantes;
  • pyélonéphrite, douleur dans la région lombaire;
  • perte de poids spectaculaire;
  • la peau devient une teinte terreuse pâle.

Symptômes à un stade précoce

L'évolution lente de la maladie, sans symptômes visibles à un stade précoce, ne fait qu'augmenter ses risques. Il est presque impossible de remarquer les symptômes du carcinome de la prostate à un stade précoce, aussi les hommes de plus de 45 ans devraient-ils être examinés et testés. La détection précoce et le traitement de la maladie augmentent les chances du patient. Peut-être que rien de grave ne sera trouvé, mais il est nécessaire de vérifier cela après l'examen. Il doit être alerté et consulter un médecin si:

  • la nuit, il faut souvent aller aux toilettes;
  • la tête du jet est faible;
  • la vidange est mise à rude épreuve par des sensations de brûlure douloureuses.

Raisons

L'incidence du cancer de la prostate varie selon les régions géographiques. Par exemple, en Asie du Sud et de l'Est, selon certaines études, l'occurrence de la maladie est beaucoup plus faible que dans la région européenne. La science n'a pas encore été en mesure d'identifier les véritables causes de malignité, mais les principaux groupes à risque sont connus:

  1. L'hérédité. Selon les résultats de l'étude sur les jumeaux, 40% de toutes les maladies associées à l'oncologie de la prostate concernaient des hommes, dont les ancêtres ont également souffert de cette pathologie.
  2. Effets sur le corps des facteurs cancérogènes.
  3. Manière de nutrition. Les aliments riches en graisses et en calories, le manque de légumes dans le régime alimentaire augmentent le risque d'oncologie.
  4. Progression de l'adénome de la prostate.
  5. Âge après 45 ans.
  6. Course Les peuples africains sont plus exposés à l'oncologie.
  7. Mode de vie sédentaire.

Les étapes

La classification généralement admise des carcinomes, utilisée dans les cliniques européennes d'urologie, a adopté le système de billes sur l'échelle de Gleason: ses stades sont évalués en fonction du degré de malignité. Le cancer peu agressif est estimé à 1 point et très agressif - à 5 points. En règle générale, si plusieurs foyers apparaissent pendant le carcinome, le matériel histologique prend au moins deux grosses tumeurs et résume les résultats des études, en obtenant un indice sur l'échelle de Gleason. Ainsi, l'indice minimum - 2 points, le maximum - 10 points.

La méthode de classification suivante est le système de Juit-Whitemore, qui permet de différencier une tumeur en fonction de sa taille, de la lésion des ganglions lymphatiques et de la présence de métastases. La prévalence de la tumeur:

  1. Le premier stade est A. Les cellules malignes sont presque identiques à la normale, la tumeur est encapsulée, la maladie est asymptomatique.
  2. La deuxième étape est B. La tumeur est encapsulée, est située dans l'organe, n'est pas palpable par voie rectale, on observe une croissance tumorale, le taux de PSA est élevé, l'évolution est asymptomatique.
  3. Le troisième stade C. La tumeur commence à dépasser la glande et se propage aux ganglions lymphatiques les plus proches. Elle pénètre dans la vessie et dans l’urètre, ce qui rend difficile la sortie de l’urine.
  4. La quatrième étape est D. Tumeur métastatique, taux de PSA élevé, lésions étendues des métastases des ganglions lymphatiques régionaux, des tissus et des organes, le risque de rechute après traitement est élevé.

Diagnostics

Ne paniquez pas dès les premiers problèmes de miction. Il s’agit peut-être d’une légère inflammation ou d’un adénome, mais vous devez absolument consulter votre médecin pour obtenir une image précise du problème. Le diagnostic comprend:

  1. Palpation rectale (palpable à un stade avancé).
  2. Analyse du taux de PSA (antigène spécifique de la prostate). Si un homme a un cancer de la prostate, les taux de PSA augmentent.
  3. Spécification des méthodes d'examen - échographie avec capteur rectal (TRUS), tomographie par ordinateur, biopsie (prélèvement d'un morceau de glande à l'aide d'une aiguille spéciale).

Biopsie - Examen histologique des tissus pour confirmation finale ou réfutation du diagnostic. Afin d’obtenir des résultats objectifs, il sera nécessaire d’enquêter sur une dizaine d’échantillons de tissu prostatique glandulaire ou plus prélevés dans différentes parties de la glande. Cependant, cette méthode de diagnostic a des effets secondaires sous forme de sang dans les selles, le sperme et l'urine. Bien que ces complications disparaissent normalement après deux jours, il est possible que le processus inflammatoire de la prostate se développe sur le site d'un fragment de tissu et que des saignements prolongés se produisent.

Traitement

En fonction des résultats de l'enquête, en tenant compte de l'âge du patient, du stade de la maladie, de la présence de métastases, un traitement est prescrit. Il existe plusieurs moyens de lutter contre le cancer de la prostate:

  1. L'opération (méthode chirurgicale) est l'excision complète de la prostate (prostatectomie).
  2. Drogue - thérapie hormonale. Les effets secondaires sont rares et ne nécessitent pas de traitement.
  3. Radiothérapie, curiethérapie - exposition aux rayonnements.
  4. Ablation par ultrasons focalisés de haute intensité de la prostate (HIFU) - impact des ondes ultrasonores.
  5. Monothérapie antiandrogène - castration des médicaments.
  6. Enlèvement à l'aide d'un laser.

Opération

La procédure d'ablation de la tumeur peut être réalisée de trois manières: chirurgie abdominale ouverte, laparoscopie, prostatectomie robotique. La chirurgie abdominale traditionnelle est extrêmement traumatisante et comporte de nombreuses complications (incontinence urinaire, impuissance). Cette dernière méthode vous permet de minimiser les pertes de sang, de maintenir la fonction érectile et le fonctionnement normal de la vessie. L'efficacité de l'opération n'est élevée qu'en l'absence de métastases. Une opération réussie et opportune est une garantie de délivrance complète de la maladie.

Enlèvement de tumeurs

Les opérations abdominales pour enlever une tumeur de la prostate sont réalisées sous anesthésie générale ou locale. Au cours de l'opération, une petite incision est pratiquée dans le bas-ventre, le fer est séparé de la vessie, de l'urètre et excisé avec les vésicules séminales. En même temps, si possible, les nerfs responsables de la fonction érectile (Nerve Sparing) sont préservés s’ils ne participent pas au processus cancéreux. Le moignon urétral est ensuite connecté à la vessie via un cathéter, qui est retiré deux semaines après l'opération.

Préféré à la fois pour le médecin et le patient, le procédé laparoscopique pour enlever la tumeur. C'est moins traumatisant, moins de perte de sang, une récupération plus rapide, les coutures sont presque invisibles. Lors de la première étape, on pratique de petites incisions de 1 cm dans le péritoine. Des instruments optiques sont insérés dans les trous, à l'aide desquels l'organe, les vésicules séminales et les ganglions lymphatiques régionaux sont prélevés. Une prostatectomie par laparoscopie est présentée pour les tumeurs capsulées sans métastases.

Une technique innovante pour l'élimination de l'adénocarcinome - la prostectomie robotique de Da Vinci. Dans les pays européens, cette méthode est utilisée plus souvent. L'opération est effectuée à distance à l'aide d'un robot. Les «tentacules» du robot sont introduits dans la cavité abdominale par de petits trous qui transmettent au moniteur informatique une image de l'organe en cours de fonctionnement. Commandes adressées au robot, mouvement à exécuter, le chirurgien transmet au moyen d'un appareil spécial, effectuant des mouvements avec des joysticks spéciaux.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est utilisée pour traiter une tumeur avec métastase dans les derniers stades. En outre, les indications sont l'insensibilité du néoplasme à la thérapie hormonale, une rechute après une prostatectomie, une tumeur localement avancée de la prostate. La chimiothérapie bloque la croissance des cellules cancéreuses et les métastases avec des substances toxiques. En fait, les médicaments de chimiothérapie sont toxiques pour les cellules cancéreuses. Lorsqu'il pénètre dans la circulation sanguine, le médicament se répand avec du sang dans tout le corps et trouve les métastases les plus éloignées.

Cependant, les médicaments agissent de la même manière que les cellules normales. Un remède à effet sélectif n'ayant pas encore été inventé, les effets de la chimiothérapie peuvent se manifester par des symptômes d'intoxication:

  • nausée avec vomissements;
  • la diarrhée;
  • la faiblesse;
  • l'anémie;
  • manque d'appétit;
  • perte de cheveux;
  • des vertiges;
  • fatigue

Radiothérapie

Pour réduire le taux de division de la tumeur, on utilise l’apparition de métastases, la radiothérapie ou la radiothérapie - radiation radioactive. Cependant, la radiothérapie pour le cancer de la prostate ne garantit pas une victoire complète sur la maladie maligne. En règle générale, l'irradiation est associée à un traitement médicamenteux pour renforcer l'efficacité du traitement du cancer de la prostate.

La curiethérapie est une méthode alternative de radiation de haute intensité dans les premiers stades de la maladie. La méthode est basée sur l'introduction d'iode radioactif dans la prostate. La procédure est effectuée sous le contrôle de l'appareil à ultrasons. En raison de cet effet localisé dans la zone touchée, le niveau de radiation augmente et les tissus voisins ne subissent pas d'effet indésirable puissant. La curiethérapie peut être effectuée en ambulatoire, cela prend environ une heure.

Traitement médicamenteux

La testostérone (une hormone sexuelle masculine) stimule la croissance du cancer de la prostate. Le traitement médicamenteux consiste à utiliser des hormones qui réduisent la synthèse de la testostérone. Le traitement du cancer de la prostate avec des médicaments, tels que la gonadolibérine, inhibe uniquement la croissance tumorale et la propagation des métastases, réduit les symptômes, améliore le bien-être des patients, mais ne guérit pas la maladie.

Traitement des remèdes populaires

Pour vaincre le cancer, de nombreux facteurs doivent être pris en compte: détection précoce en temps voulu, traitement réussi, immunité renforcée, etc. C'est un processus long et difficile. Il n'y a aucune garantie que le traitement du cancer de la prostate avec des remèdes populaires aidera. Dans tous les cas, vous ne pouvez pas hésiter, cherchez le moyen le plus simple, traitez-vous indépendamment avec des herbes, des racines et d’autres drogues. Consultez un médecin et les remèdes populaires les laisseront s’ajouter au traitement principal. Il est possible qu'ils facilitent l'état du patient, renforcent le système immunitaire, éliminent les toxines du corps.

Pour le cancer de la prostate, les médecins recommandent les plantes et les frais suivants:

  1. Pulmonaire.
  2. Collection: camomille, absinthe, feuilles de cassis, feuilles de bouleau, célandine, avoine, branches de gui, herbe de blé, achillée millefeuille.
  3. Collection de rose sauvage, herbe de blé, racine de calamus, bardane, peuplier noir.
  4. Collection de feuilles d’épine-vinette, de cynorrhodon, de feuilles d’airelles et de fraises, fleurs de sureau, primevère, calendula.
  5. Collection: épine-vinette, écorce d'argousier, feuilles d'érable, feuilles de bouleau, pervenche, drapeau doux, fleurs de trèfle des prés.
  6. Infusion sur l'alcool des cônes de houblon.
  7. Infusion d'alcool dans les boucles d'oreilles en saule frais.
  8. Bouillon de thé au saule.
  9. Infusion aqueuse ou alcoolique de jeunes pousses de thuja recouvertes de feuilles. (Attention! Le thuya est toxique en grande quantité).
  10. Suppositoires rectaux et bains de propolis.

Prévisions

Le choix du médecin pour le pronostic du cancer de la prostate dépend du stade de la maladie nouvellement découverte. La détection à un stade précoce augmente les chances du patient de vaincre complètement la maladie. En Allemagne, par exemple, une attention particulière est accordée à cette maladie, les hommes sont examinés régulièrement et seulement 18% des cas de cancer de la prostate sont diagnostiqués. En Amérique, 80% des hommes ayant reçu le même diagnostic ont guéri du cancer. Une attitude positive dépend de votre attention à votre santé.

Prévention

Le meilleur traitement pour la maladie est sa prévention. Il existe un certain nombre de recommandations pour la prévention du cancer de la prostate:

  1. Mode de vie sain - renoncement à l'alcool et au tabac, activité physique.
  2. Puissance Augmenter la consommation de fruits et de légumes, limiter l’utilisation de graisses animales, de produits contenant du calcium, d’œufs.
  3. Des examens réguliers chez l'urologue, afin de ne pas rater le moment crucial du cancer.

Vidéo

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Comment déterminer le cancer de la prostate par les premiers signes et les meilleures méthodes pour son diagnostic

Le diagnostic du cancer de la prostate chez l’homme dès les premiers stades de sa formation est la tâche première des professionnels de la santé. La maladie survient le plus souvent chez les hommes âgés de 45 à 65 ans et plus, lorsque des processus inflammatoires et une hyperplasie existent déjà dans les tissus des organes. Par conséquent, évaluer uniquement les plaintes subjectives n’est pas pratique. Requis pour effectuer des examens de laboratoire et instrumentaux chez les hommes ayant postulé avec un cancer de la prostate présumé. Avec une détection rapide du cancer, le pronostic est très favorable.

Conditions précancéreuses et facteurs provoquants

La plupart des hommes d'âge moyen ont des déviations dans l'activité de leur «second cœur» - la glande de la prostate. Ils peuvent vivre pendant des années avec un nidus de cancer déjà formé, même sans se douter de leur maladie.

Les affections précancéreuses suivantes peuvent être à l'origine du cancer de la prostate chez l'homme:

  1. Hyperplasie atypique de l'organe - dans le parenchyme des tissus des nodules de la prostate se forment, les cellules dans lesquelles la structure change, se multiplient plus rapidement sous l'influence de facteurs négatifs de l'extérieur ou de l'intérieur. Dans une situation prédisposante, un foyer de cancer peut bien survenir.
  2. Hyperplasie maligne - volume accru, par exemple, en raison de l'évolution chronique de la prostatite, la prostate sous l'influence de facteurs agressifs, commence soudainement à se modifier dans ses sections individuelles, les cellules changent de structure, deviennent malignes et se transforment en cancer.

Le risque de tumeur maligne de la prostate chez l'homme augmente les facteurs négatifs suivants:

  • abus de tabac, d'alcool;
  • emploi dans des industries dangereuses, avec une intoxication toxique constante;
  • les hommes âgés
  • exacerbation fréquente des maladies infectieuses du bassin chez les hommes;
  • situations longues et stressantes;
  • un affaiblissement significatif des structures immunitaires chez l'homme - l'état d'immunodéficience;
  • prédisposition héréditaire négative.

Les hommes qui présentent un ou plusieurs des facteurs contributifs susmentionnés doivent porter une attention particulière à leur santé et se soumettre à un examen médical préventif annuel, ainsi qu'à un examen du cancer de la prostate.

Signes d'avertissement

Atteignant un certain âge et veillant au maintien de leur santé, les hommes demandent souvent à un spécialiste lors d’une visite prophylactique de déterminer le cancer de la prostate avant l’apparition de symptômes évidents.

Des signes suspects, tels que divers troubles urinaires, permettent de suspecter un processus malin dans la région de la prostate. Ainsi, les hommes commencent à être de plus en plus dérangés par le besoin de se rendre aux toilettes, surtout le soir et la nuit. Alors qu'un écoulement d'urine à part entière n'est pas observé - il sort en petites portions, parfois même en gouttes.

Dans le même temps, il reste insatisfait de la miction - un sentiment de vidange incomplète de la vessie, de sa surpopulation. Le désir d'uriner chez un homme demeure, alors qu'il n'y a rien à laisser ou qu'il y a des obstacles à cela.

Moins souvent, le processus de visite aux toilettes s'accompagne d'une gêne dans le bassin, la zone sacrée. Les impulsions de douleur chez les hommes sont un caractère non permanent, intermittent et douloureux. Le plus souvent, ils sont perçus par eux comme des manifestations d'autres pathologies, par exemple de la même prostatite. Il est impossible de diagnostiquer le foyer du cancer uniquement sur cette base.

L’apparition de caillots sanguins dans l’urine, le changement de couleur de celui-ci en une teinte plus foncée, «sanglante», la couleur de «viande boueuse» incitent les hommes à se faire soigner. Dans le cadre d'une évolution grave de la maladie, un homme peut éprouver une rétention urinaire aiguë, sans la présence de conditions prédisposantes. Ou bien, une insuffisance rénale se forme - apparition d'une faiblesse grave, bouche sèche chez l'homme et sensation de soif constante, douleur dans la région lombaire, épuisement brutal du corps. Des soins médicaux spécialisés immédiats sont nécessaires.

Cependant, le plus souvent, le cancer de la prostate au stade 1-2 de son apparition chez l'homme ne se manifeste en aucune manière. Le cancer de la prostate devient un examen annuel de prévention préventif extrêmement désagréable à la clinique.

Cancer de la prostate ou adénome

Ne voulant pas passer son temps à visiter des hôpitaux et des laboratoires, ou, craignant d'entendre le terrible diagnostic de cancer, l'homme tarde à mener une enquête exhaustive. Cela provoque des dommages importants pour la santé, en atténuant l’apparition de sensations désagréables lors de l’hyperplasie prostatique liée à l’âge.

Considérant qu'un diagnostic précoce est la clé du succès dans la mise en œuvre des mesures thérapeutiques et du rétablissement intégral de la santé. Ne confondez pas le cancer de l'organe mâle avec l'adénome. La différence caractéristique entre ces deux maladies purement masculines est l'apparition de cellules cancéreuses atypiques. Mais sans analyse spéciale - biopsie, la différenciation est tout simplement impossible.

L'adénome de la prostate chez l'homme est une pathologie bénigne. Mais sous certaines conditions - l'impact des facteurs traumatiques, cela peut se transformer en processus malin. Cependant, il n'y a pas de relation évidente entre ces deux maladies - le cancer et l'adénome.

Une autre caractéristique distinctive peut être la croissance d’une tumeur. Le plus souvent, le cancer se concentre dans la prostate d'un homme et se développe vers l'extérieur, alors qu'avec l'adénome, non seulement vers l'extérieur, mais vers l'intérieur. Cela provoque un problème avec l’urètre chez l’homme. Une prostate élargie serre le canal urinaire. Un examen de laboratoire et des instruments est nécessaire pour confirmer ou infirmer le cancer chez les hommes.

La durée des symptômes alarmants est également importante: l'adénome de la prostate chez l'homme peut suivre un cours lent pendant plusieurs décennies, le dérangeant parfois. Cancer de la prostate déjà dans 2-4 ans en l'absence d'un traitement à part entière, affectera le bien-être - il se dégrade fortement. La maladie progresse chez l'homme et donne de graves complications.

Premiers symptômes du cancer de la prostate

L'évolution du cancer dans les tissus de la prostate a son propre ordre spécifique - si au premier stade de la formation du foyer de manifestations spécifiques de l'atypie, en règle générale, n'est pas disponible, alors l'homme ne s'en préoccupe pas.

Cela dépendra beaucoup de la forme de cancer, de la taille de la tumeur, de l'état de santé initial de l'homme. Aide à détecter les analyses de laboratoire sur le cancer, telles que le sang pour PSA - une hormone masculine qui pénètre dans le sang après un dysfonctionnement de la glande. Chez un homme en bonne santé, ses paramètres vont de 0,5 à 1 ng / ml. L'augmentation de la valeur de la glycoprotéine peut indiquer à la fois le processus inflammatoire dans l'organisme et l'origine du cancer. Le spécialiste évaluera toutes les informations issues des examens de laboratoire et instrumentaux.

Une collection minutieuse d'anamnèse chez un homme permet de découvrir que depuis un certain temps, il souffre de symptômes tels que:

  • problèmes avec le début de la miction - il y a un désir, et la séparation de l'urine ne se produit pas;
  • le jet en sort faible, intermittent, même en gouttelettes;
  • il y a un sentiment que la vessie est restée pleine;
  • L'incontinence urinaire est possible - à un degré ou à un autre;
  • l'envie de visiter les toilettes règne la nuit et le soir, tandis que le jour, la nécessité de vider la vessie chez un homme reste inchangée;
  • au début de l'urine dans le canal lui-même ou dans le petit bassin, il y a une gêne, voire une douleur, des symptômes similaires peuvent être observés même après la fin de la production d'urine;
  • souvent exacerbation de pathologies de la région urogénitale de la man urétrite, pyélonéphrite, prostatite.

L'identification de ces troubles de la prostate, dont les symptômes et les signes n'avaient pas été observés auparavant chez l'homme - tout cela nécessite une clarification obligatoire, ainsi que des mesures de diagnostic.

Examens de laboratoire et instrumentaux pour le cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate est basé sur la principale méthode de vérification: prendre un biomatériau pour un examen cytologique. La biopsie vous permet d'évaluer la présence de cellules cancéreuses dans le parenchyme de l'organe, leur nombre, leur structure, leur différenciation haute ou basse.

Tout cela contribuera à un diagnostic adéquat du cancer. Les autres méthodes recommandées par l'expert à mener sont auxiliaires:

  • examen rectal - palpation de la prostate par un médecin par le rectum, examen obligatoire des hommes de plus de 40 ans, permettant d'établir le stade initial de la formation de la maladie;
  • augmentation de la concentration d'antigène spécifique de la prostate dans le sang - lorsqu'elle dépasse plus de 10, la biopsie de la prostate est obligatoire;
  • Échographie - visualisation de la prostate, clarification de la présence dans le parenchyme des glandes de la prostate, des phoques, autres déviations de la norme;
  • TDM, IRM des structures pelviennes de l'homme - évaluation de la prévalence du processus tumoral, implication d'autres tissus et organes, ganglions lymphatiques dans le cancer;
  • La PET-CT est efficace pour rechercher de petites métastases, par exemple, admises dans la prostate à partir d'un foyer primaire différent du cancer.

Seule une information complète, soigneusement étudiée par un oncologue, lui permet de poser un diagnostic différentiel adéquat. Cela peut causer certaines difficultés, surtout si l'homme a déjà des tumeurs bénignes dans la prostate. Cependant, un spécialiste hautement qualifié non seulement établira rapidement un diagnostic complet du cancer, mais sélectionnera également le traitement approprié. Améliorer le pronostic du cancer de la prostate plus tôt en demandant des soins médicaux.

Ce que vous pouvez faire vous-même

Afin d'identifier rapidement une maladie aussi redoutable avec ses complications et ses conséquences, telles que le cancer de la structure de la prostate, il est recommandé à un homme de prendre les mesures préventives suivantes:

  • surveillez de près leur propre santé - écoutez les signaux de tous les organes, en particulier du bassin et de la prostate;
  • traitement rapide de tous les foyers de lésions inflammatoires et infectieuses, y compris les adénomes et l'hyperplasie prostatique;
  • suivez les recommandations de l'andrologue - prenez des anti-inflammatoires prophylactiques, passez des tests de laboratoire;
  • éviter l'hypothermie générale ou locale - la prostate est très sensible aux basses températures et peut souvent s'enflammer de ce fait;
  • percevoir les contacts sexuels non seulement comme un plaisir, mais également comme des mesures visant à prévenir la stagnation dans le bassin et, par conséquent, le cancer.

Si un homme commence soudainement à être dérangé par des troubles de la miction, des brûlures, une gêne, un affaiblissement du jet - il est recommandé de répéter immédiatement la consultation avec le médecin. La détection précoce du cancer est une condition préalable à la réussite du combat et du rétablissement.