loader
Recommandé

Principal

Fibrome

Fibromes utérins après la ménopause: symptômes et traitement

Les fibromes utérins sont une tumeur bénigne dont le développement commence dans la couche musculaire d'un organe. Les raisons du développement de cette maladie aujourd'hui ne sont pas clarifiées de manière fiable. Le plus souvent, ce diagnostic est posé aux femmes à naître âgées de 30 ans et plus, avant leur entrée dans la période ménopausique. Les myomes après la ménopause peuvent parfois parfois disparaître seuls, ce qui s’explique par une diminution de la production d’œstrogènes dans le corps - des hormones, dont le niveau joue probablement un rôle important dans la formation d’une tumeur.

Veuillez noter que ce texte a été préparé sans le soutien de notre conseil d'experts.

Selon les dernières recherches génétiques, le myome n'est pas sujet aux tumeurs malignes. Si le fibrome n'apporte pas beaucoup d'inconfort, les médecins ne s'empressent généralement pas de le retirer, préférant une tactique d'observation et un traitement médical. Toutefois, pour les tumeurs volumineuses, douleurs aiguës, saignements abondants, stérilité, associés à la présence de ganglions dans l'utérus, les myomes doivent être supprimés: de manière chirurgicale ou selon la méthode moderne d'embolisation de l'artère utérine (EMA).

La méthode la plus progressive et, malgré sa «jeunesse», qui a déjà prouvé son efficacité dans le traitement des fibromes utérins, est aujourd'hui considérée comme une EMA. Vous trouverez plus d'informations sur la technique de l'EMA et les résultats de la procédure sur notre site Web.

Causes des fibromes après la ménopause

Selon les experts, le rôle principal dans le développement du noeud du myome, à la fois avant et après la ménopause, appartient aux changements hormonaux. En période d'extinction de la fonction de reproduction, une perturbation hormonale est observée et le myome est considéré comme une tumeur hormono-dépendante.

La formation de ganglions myomateux après la ménopause est plus susceptible de se produire chez les femmes souffrant de maladies inflammatoires fréquentes des organes pelviens, ainsi que d'obésité.

Les médecins attribuent le facteur héréditaire au développement des fibromes: la probabilité d'une tumeur bénigne de l'utérus est plus élevée chez les femmes dont les parents étaient atteints de cette pathologie.

Plusieurs facteurs prédisposants déclenchent le développement de fibromes dans le corps de la femme:

  • traumatismes fréquents à l'utérus dus à de multiples avortements, travail compliqué, traitement diagnostique et thérapeutique;
  • processus inflammatoires dans les organes reproducteurs de la femme;
  • maladies infectieuses non traitées des organes pelviens;
  • en surpoids.

En outre, il a été constaté que la probabilité de formation de nœuds de myomes pendant la ménopause est beaucoup plus élevée chez les femmes souffrant d'hypertension ou de diabète.

La discorde sexuelle peut également affecter le développement de la pathologie.

Les causes des fibromes utérins chez les femmes avant et après la ménopause sont décrites dans cet article.

Symptômes de fibromes utérins avant et après la ménopause

Les fibromes utérins, avant et après la ménopause, peuvent se poursuivre sans tableau clinique caractéristique, jusqu'à ce que la tumeur atteigne une taille impressionnante ou que des complications surviennent. Cette maladie peut se développer chez les femmes avant la ménopause et, lors de la ménopause, des symptômes peuvent se manifester activement. Par conséquent, les fibromes sont souvent diagnostiqués à un stade avancé, lorsque le tableau clinique atteint son apogée.

Il est bien connu que l’évolution de la ménopause chez une femme comporte plusieurs étapes:

  • préménopause - à l'âge de 45 ans avant le début de la ménopause:
  • ménopause - vers l'âge de 50 ans environ, après la dernière menstruation;
  • ménopausée - après la dernière menstruation et jusqu'à la fin de la vie.

Le développement des fibromes utérins dans la période précédant la ménopause est accompagné de symptômes de troubles menstruels. La présence de noeuds myoma perturbe la structure de l'endomètre. En outre, les modifications initiales du niveau d'hormone peuvent se produire. En règle générale, une femme de cet âge attribue toutes ces violations à l’apparition de la ménopause, ne prête pas l’attention voulue à sa santé et ne présume pas de la présence de fibromes. Cependant, avec ces symptômes, elle doit consulter un gynécologue pour confirmer ou infirmer la ménopause et le diagnostic possible de fibromes utérins. Grâce au diagnostic précoce, le pronostic du traitement est significativement amélioré.

Avec le développement des fibromes utérins peuvent manifester une variété de symptômes:

  • saignements;
  • douleur abdominale basse;
  • sensation de lourdeur dans la région pelvienne;
  • l'apparition de gêne lors d'un rapport sexuel;
  • diminution du désir sexuel;
  • dysfonctionnement du rectum, de la vessie;
  • anémie ferriprive chronique secondaire.

Ce tableau clinique apparaît lorsque le myome atteint des volumes importants.

Les symptômes des fibromes utérins à la ménopause présentent des différences en fonction de la localisation des ganglions myomateux.

Symptômes de fibromes sous-séreux

En règle générale, lorsqu’il s’agit d’une forme sous-cutanée de la maladie, il n’ya aucune violation de la fonction menstruelle. La labilité de la position inhérente à de telles tumeurs peut entraîner leur déplacement, leur torsion ou leur nécrose de la jambe du ganglion du myome, à la suite de quoi une clinique d'abdomen aigu peut être observée. La douleur peut être non vive, mais sourde, douloureuse, constante, associée à une irritation du péritoine ou des terminaisons nerveuses. En outre, une femme peut se plaindre d'une sensation de lourdeur dans l'abdomen.

Les ganglions myomateux sous-cutanés de grande taille s'accompagnent d'une compression des organes adjacents. La compression du rectum se manifeste par la difficulté de l'acte de défécation, de la vessie, de sa réactivité et de ses difficultés à uriner.

Sur fond de compression, il se produit une violation des écoulements veineux et lymphatiques, une stagnation dans le petit bassin et des hémorroïdes se développent.

La présence de ganglions sous-séreux de myomes peut provoquer le développement de symptômes neurologiques locaux provoqués par la compression des structures nerveuses: développement de paresthésies, ostéochondroses de la colonne lombaire. Dans de tels cas, le diagnostic correct de la pathologie est particulièrement important, plutôt que le traitement de ces troubles neurologiques.

Symptômes de fibromes sous-muqueux

Le myome utérin sous-muqueux se caractérise par une clinique moins prononcée en termes de syndrome de compression, mais avec des manifestations locales plus prononcées. Il peut y avoir des saignements utérins intermenstruels ou des saignements vaginaux si la ménopause est déjà arrivée. Cette décharge est caractérisée par une douleur, tandis que la douleur localisée dans le bas de l'abdomen, ont un caractère lancinant. À l'infection de la tumeur du myome, peut se développer le processus inflammatoire infectieux, accompagné des sécrétions jaune-vert avec le syndrome de l'odeur désagréable et de l'intoxication.

Symptômes de fibromes intraligamentaires

Une autre localisation fréquente du noeud de myome est l'intraligamentaire - lorsque la tumeur est située entre les ligaments de l'utérus et les ovaires. Avec cette forme de fibromes, une femme peut se plaindre de symptômes associés à la compression des uretères. Le développement de l'hydronéphrose, des coliques néphrétiques, de la pyélonéphrite n'est pas exclu. Diagnostiquer de tels nœuds est assez problématique.

Symptômes de fibromes diffus

Les fibromes utérins diffus se caractérisent le plus souvent par une évolution asymptomatique, due à sa localisation dans l'épaisseur de la couche de muscle utérin et à une augmentation uniforme de tout l'organe génital. Il s'agit d'une augmentation du volume de l'utérus et provoque une sensation d'augmentation de l'abdomen ou une pression désagréable dans la région pelvienne. À l'accomplissement par un myome similaire des grandes tailles, un traitement radial est requis. Par conséquent, même en période de ménopause, une femme doit effectuer un examen annuel complet de dépistage gynécologique.

Symptômes de fibromes après la ménopause

Les fibromes utérins après la ménopause manifestent les mêmes symptômes qu'auparavant:

  • douleur prolongée dans le bas-ventre, semblable à la menstruation, donnant au sacrum et au bas du dos;
  • sensations douloureuses pendant les rapports sexuels;
  • saignements utérins prolongés et intermittents avec le développement d'un état anémique;
  • sensation de pression sur les organes du bassin;
  • augmentation du volume de l'abdomen et de la taille;
  • mictions fréquentes dues à la pression sur le nœud de la vessie;
  • constipation douloureuse et épuisante;
  • douleurs dans le dos, les extrémités supérieures et inférieures.

Diagnostic des fibromes utérins

En règle générale, les ganglions myomateux de petite taille ne sont pas accompagnés de sensations douloureuses, de plaintes et de malaises, de sorte qu'un examen gynécologique et une échographie sont nécessaires pour détecter la maladie. Pour déterminer avec précision la taille et l'emplacement des fibromes utérins, une échographie avec un agent de contraste est prescrite.

La résonance magnétique ou la tomodensitométrie est prescrite moins souvent.

Pour déterminer le niveau hormonal, effectuez une analyse sanguine du niveau de certaines hormones.

Pour procéder à un examen histologique, une hystéroscopie est réalisée avec un apport en biomatériau.

Après l’apparition de la ménopause - l’arrêt complet de la menstruation, de nombreuses femmes atteintes d’un myome s’améliorent considérablement. Cependant, lorsque des saignements vaginaux sanglants se produisent, il est nécessaire de contacter immédiatement un gynécologue, qui écartera le myome ou confirmera sa présence et vous prescrira le traitement approprié.

À la ménopause, on peut observer à la fois une diminution du nombre de nœuds de myomes et une croissance intensive. Lors de l'examen, une échographie, une dopplerométrie, une colposcopie, des analyses de sang permettant de déterminer le statut hormonal de la femme, des marqueurs tumoraux doivent être réalisés. Afin d'éviter la renaissance de fibromes dans une tumeur de nature maligne, une hystéroscopie et un curetage diagnostique de la cavité utérine sont réalisés.

Traitement des fibromes utérins avec la ménopause

Lors du choix d'une méthode de traitement des fibromes utérins ménopausés, les tailles spécifiques des ganglions myomateux, leur nombre, leur taille et leur localisation sont prises en compte. Le traitement peut être effectué par médication, chirurgie ou en utilisant une nouvelle méthode qui a prouvé son efficacité - EMA (embolisation de l'artère utérine).

Traitement médicamenteux

Pour le traitement des fibromes après la ménopause, divers groupes de médicaments sont utilisés, dont l’action vise à inhiber l’action de l’œstrogène sur les récepteurs du tissu musculaire. Le choix de certains médicaments dépend de l'intensité de la croissance des ganglions myomateux, de la tolérabilité des médicaments, de la présence de pathologies gynécologiques et somatiques concomitantes. Une approche compétente du choix d'une méthode thérapeutique assure la régression des symptômes cliniques de la maladie et la réduction de la taille de la tumeur.

Indications du traitement conservateur

Traitement des médicaments de fibromes utérins prescrits dans les cas suivants:

  • la taille des nœuds de myome n’excédant pas 12 semaines de grossesse;
  • avec localisation intra-muros et sous-séreuse de noeuds myomateux à large base;
  • s'il existe des contre-indications à l'utilisation de méthodes chirurgicales pour le traitement des fibromes;
  • en l'absence d'anémie ferriprive associée à un saignement utérin.

Le traitement conservateur du myome utérin implique principalement l’utilisation de médicaments hormonaux qui inhibent la production d’hormones sexuelles féminines - les œstrogènes.

Cette méthode a certaines contre-indications et certains effets secondaires. Par conséquent, si une femme a certaines maladies associées, elle doit informer le médecin traitant de leur présence.

La phytothérapie et les recettes de la médecine traditionnelle en tant que méthode principale de traitement ont démontré leur faible efficacité. De bons résultats ne sont obtenus qu'avec une combinaison de préparations à base de plantes et de médicaments traditionnels.

Traitement chirurgical

L'intervention chirurgicale visant à enlever les ganglions myomateux chez les femmes après la ménopause représente le plus souvent l'extirpation de l'utérus simultanément aux appendices et aux tumeurs. Nos spécialistes parlent des particularités de l'ablation de l'utérus après 50 ans.

Indications du traitement chirurgical

Le traitement chirurgical des fibromes après la ménopause est indiqué dans les cas suivants:

  • en cas de croissance rapide et anormale des noeuds du myome;
  • leurs grandes tailles (dépassant 13-14 semaines de grossesse);
  • jambes de nœud de torsion;
  • suspicion de dégénérescence d'une tumeur bénigne dans un sarcome;
  • "Naissance" du noeud;
  • en présence de symptômes négatifs: saignement anémique, compression d'organes adjacents, etc.

Pour éliminer les fibromes asymptomatiques, une méthode laparoscopique ou une embolisation de l'artère utérine est utilisée, visant à suspendre la croissance des ganglions myomateux et à les éliminer.

Les femmes atteintes d'un myome après la ménopause doivent faire l'objet d'une surveillance médicale obligatoire. Seul le médecin traitant doit choisir le choix final de la tactique de traitement: donner la préférence à la tactique d’attente, à la pharmacothérapie ou à un traitement radical. Cependant, même en l'absence de symptômes, une intervention chirurgicale est généralement pratiquée pour enlever les ganglions ou l'utérus atteints de myome, si la femme présente une prédisposition héréditaire ou une affection précancéreuse.

L'observation au dispensaire à vie est indiquée pour les femmes atteintes d'un myome. Après le début de la ménopause, elle doit être examinée régulièrement par un gynécologue, au moins une fois tous les six mois, afin de réaliser une échographie de contrôle.

Selon les indications, un traitement de physiothérapie peut être prescrit pour favoriser la régénération tissulaire rapide après la chirurgie, optimiser le flux sanguin et rétablir le métabolisme cellulaire.

Un obstétricien-gynécologue du candidat en sciences médicales Dmitry Lubnin répond aux questions les plus fréquemment posées.

Indications et contre-indications pour l'embolisation

Une embolisation de l'artère utérine peut être proposée aux femmes présentant les problèmes suivants:

  • la croissance du myome utérin;
  • gros nœuds myomateux;
  • contre-indications pour le traitement chirurgical; saignements abondants;
  • douleur abdominale sévère.

Cette procédure est un moyen idéal d'éliminer les fibromes pour les femmes qui planifient une future grossesse.

Comme toute intervention, l’EMA présente un certain nombre de contre-indications:

  • processus inflammatoires dans les organes pelviens;
  • réactions allergiques au médicament utilisé pour l'embolisation;
  • la grossesse
  • tumeurs malignes dans le corps;
  • insuffisance rénale.

La méthode EMA est relativement contre-indiquée pour la croissance rapide des fibromes et la localisation sous-séreuse du nœud du myome sur la tige mince.

Préparation à la procédure EMA

Avant une EMA, une femme devrait subir un examen complet:

  • échographie transvaginale;
  • tests de laboratoire de sang et d'urine;
  • un frottis vaginal sur la microflore et l'infection;
  • analyse de l'oncocytologie;
  • colposcopie - examen microscopique des parois du col de l'utérus;
  • ECG - électrocardiogramme du coeur;
  • consultations de spécialistes restreints sur la présence de pathologies concomitantes.

En soi, la préparation à l'embolisation des artères utérines ne constitue en rien une tâche difficile: le matin, une femme doit refuser de manger et de boire, afin de retirer ses cheveux de la zone inguinale. En cas de forte agitation, un sédatif peut être prescrit avant la procédure.

L'embolisation des artères utérines est définitivement recommandée aux femmes qui ne prévoient pas devenir enceintes et qui donnent naissance à la ménopause et après.

Cette procédure de haute technologie est réalisée dans des cliniques modernes, équipées d'un équipement spécial pour l'EMA. La liste des cliniques est présentée sur notre site Web.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin et obtenir les conseils des meilleurs spécialistes par téléphone.

Myoma + ménopause: quels sont les avantages et les inconvénients d'un tel tandem?

Fibromes utérins - une tumeur bénigne des cellules musculaires lisses du corps ou de l'organe cervical. Il a la forme d'un noeud bien défini entouré d'une capsule fibreuse, une telle structure de la néoplasie facilite le traitement.

Le développement de la néoplasie présente deux pics: l’âge de procréer et la ménopause. Pendant les années de fécondité, les femmes rencontrent un problème dans 20 à 70% des cas cliniques (selon diverses estimations: les scientifiques russes parlent d’un chiffre allant de 30 à 35%, l’occidental entre 50 et 70%, un écart aussi important est peut-être dû à des facteurs géographiques, nutrition, conditions environnementales). Le nombre minimum de cas enregistrés est compris entre 35 et 45 ans (seulement 25% des situations cliniques). La deuxième incidence maximale de fibromes utérins primaires atteint les patients âgés de 50 ans et plus. Le point culminant est associé à la régression des néoplasies, mais pas toujours.

Les fibromes utérins sont bénins, rarement malins (transformés malinement), mais réduisent considérablement la qualité de vie du patient en raison de la gravité des symptômes de l'appareil reproducteur et des organes environnants.

Les fibromes utérins disparaissent-ils pendant la ménopause?

Non Même lorsqu'un néoplasme s'est formé avant la ménopause. Peut-être une diminution de l'activité proliférative, une diminution de l'éducation, mais le développement complètement inverse du processus n'est jamais observé.

Plus d'informations sur le myome utérin, ses causes, ses types peuvent être trouvées dans une revue séparée.

L'étiologie du processus, les facteurs de risque de formation pendant la ménopause

La régression des fibromes utérins pendant la ménopause est souvent observée, mais pas toujours. Le processus inverse est possible. Les raisons de la croissance des fibromes utérins à la ménopause ont été insuffisamment étudiées, malgré l'abondance de données empiriques et les données d'études spécialisées. En résumant les informations, vous pouvez mettre en évidence les points suivants:

  1. Les fibromes utérins ont une dépendance hormonale prononcée. Le développement d'une néoplasie est associé à une modification de l'équilibre en œstrogènes et en progestérone dans le corps du patient. Notez l'excès du premier et le manque de ce dernier. Peut-être la violation de la réception par les cellules des tumeurs myocytaires de ces substances actives. Pendant la ménopause, les taux d'œstrogènes diminuent plus lentement que ceux de progestérone. Ceci est associé à la croissance continue de la néoplasie pendant un certain temps après le début du pic hormonal. Les néoplasmes primaires se forment juste au moment où l'activité proliférative des cellules est maximale. Certaines sources indiquent indirectement une cancérogénicité des œstrogènes, ce qui est faux. Apparemment, ce n'est pas le seul mécanisme pathologique.
  2. Prédisposition génétique. Si, dans la lignée des parents, une femme souffrait d'un myome utérin pendant la ménopause, la probabilité d'un processus néoplasique chez la progéniture augmente. Les chiffres exacts ne sont pas donnés. Le déterminisme génétique n'est pas prouvé et reste une hypothèse. Mais le fait de l'influence de l'histoire familiale est indiscutable.

Les facteurs de risque sont déterminés par:

  1. Situations stressantes. Le stress émotionnel est associé à une augmentation de la concentration de catécholamines, des corticostéroïdes. Ils inhibent la production d'hormones sexuelles et affectent indirectement le rythme de développement de la pathologie, en favorisant eux-mêmes la prolifération.
  2. Obèse Les troubles de l'équilibre lipidique entraînent des perturbations hormonales généralisées. Il existe un arôme (transformation) des androgènes accumulés en œstrogènes. Libérés, ils augmentent le taux de division cellulaire, initiant une nouvelle progression de la maladie. Ceci est particulièrement visible pendant la ménopause.
  3. Fin de grossesse premier enfant, manque d'accouchement. L'influence de ce facteur est confirmée par les résultats de l'observation à long terme des groupes de contrôle des femmes des périodes de fertilité et de ménopause.
  4. Début précoce du cycle menstruel (indiquant une saturation en œstrogène élevée).
  5. Appartenant à la race négroïde.

Il s'agit également du potentiel non réalisé du corps de la femme en tant que mère, des antécédents gynécologiques défavorables avec des pathologies inflammatoires fréquentes de la région pelvienne, des avortements et une contraception inadéquate.

Malgré tout, on ignore quel facteur est en train de déclencher. Les scientifiques et les praticiens soulignent la polyétiologie du processus. Surtout en période de ménopause, quand il y a une combinaison de facteurs hétérogènes. Paradoxalement, le tabagisme réduit le risque de processus myomateux.

Classification

La néoplasie peut être dactylographiée pour diverses raisons. Selon la position anatomique de la tumeur, il existe: un myome intramural, sous-séreux et sous-muqueux, une tumeur cervicale, interstitielle. La classification de ce type joue le rôle le plus important dans la détermination de la tactique de traitement.

Types de nœuds de myome

Selon les caractéristiques histologiques sont déterminés: leiomyoma, leiomyoblastome, leiomyomy malin.

Processus de localisation: 95% des cas sont le lieu de formation de la tumeur - le corps de l'utérus. 5% - le cou de l'organe.

Symptomatologie

L'intensité des symptômes à la ménopause diminue, ce qui est associé à une régression spontanée de l'éducation. Pendant la ménopause, les néoplasies nouvellement formées sont de petite taille. Cela peut s'expliquer par une courte période de conservation de la concentration en œstrogènes avec une petite quantité de progestérone. La croissance est également notée pour une période minimale (jusqu’à un an).

Les manifestations cliniques dépendent de la localisation, de la taille du noeud du myome.

Les petits fibromes sont asymptomatiques, latents. Des signes isolés d'un seul montant sont possibles.

Dans la période pré-ménopausique, les symptômes des fibromes utérins sont particulièrement prononcés: le cycle menstruel persiste pendant un certain temps. Plus tard, la clinique n’est déterminée que par des manifestations spécifiques. Parmi eux: crampes intenses dans le bas de l'abdomen (projection de l'utérus). Redonner, l'aine, les membres inférieurs. Lors de la création d'un effet de masse, lorsque la néoplasie appuie sur le tissu environnant, une augmentation de la douleur est possible. La nature de l'inconfort: douleur, traction, balle.

Le deuxième symptôme le plus fréquent est le saignement en présence d'un nœud de myome pendant la ménopause. L'intensité est différente. Il y a des cas d'hémorragie aiguë de la structure nodulaire (avec une pression croissante, des maladies infectieuses) avec effusion de sang dans la cavité abdominale. C'est une complication terrible et mortelle. Des saignements utérins d'un type différent sont retrouvés dans 70% des cas rapportés. Dans environ la moitié des situations, nous parlons de situations d'urgence nécessitant l'hospitalisation du patient dans un hôpital gynécologique. Décharge des passages sexuels avec une forte odeur putride ou sans. En fonction de la présence du composant infectieux. La couleur de l'exsudat varie du transparent au jaunâtre ou au verdâtre.

Avec une taille d'éducation importante, la vessie et le rectum sont susceptibles de provoquer des symptômes. Dans le premier cas, les phénomènes de dysurie (absence totale de miction), de pollakiurie (envie fréquente et non productive de vider la vessie) augmentent. Dans le second cas, il existe une violation du processus de défécation jusqu’à la constipation, des modifications du relief des masses fécales (fèces en forme de ruban).

Souvent, la formation d'une hyperplasie secondaire de l'endomètre, l'adénomyose, ne fait qu'aggraver le déroulement du processus pathologique et augmente le risque de transformation maligne.

Caractéristiques de la maladie chez les patients âgés

La ménopause survient chez les patientes atteintes d’un myome utérin 1 à 2 ans plus tard que chez les femmes en bonne santé. Au cours des deux prochaines années, la phase de régression de la néoplasie commence. Mais pas toujours. Possible poursuite de la croissance continue avec une diminution ultérieure de la taille du nœud. Un patient sur deux a des antécédents de fibromes, en particulier de gros, causant un syndrome climatérique sévère avec des sauts de tension importants, de l'ostéoporose, des troubles généralisés du corps, une diminution des performances et une instabilité émotionnelle.

Les femmes qui ne présentent pas une progression inverse de la maladie sont soumises à des tests obligatoires effectués régulièrement par un oncologue. Une vigilance supplémentaire est causée par: une taille importante de néoplasie, une hyperplasie récurrente de l’endomètre, une adénomyose de 2 à 3 degrés, une localisation sous-muqueuse du noeud, un manque de dynamique positive dans le contexte d’une involution à long terme des structures utérines. Tous ces facteurs sont des facteurs de risque de dégénérescence des fibromes utérins en sarcomes, car après le début de la ménopause, les processus de prolifération sont hormonaux et indépendants.

Pronostic et probabilité de transformation en cancer

Le pronostic des fibromes utérins à la ménopause est presque toujours favorable. La malignité maligne, selon diverses estimations, survient dans 0,3 à 0,7% des cas cliniques. Les risques sont directement liés à l'âge du patient: à 60 ans, la probabilité de malignité augmente de 40%, et ainsi de suite.

Mesures de diagnostic

Les tâches d’une importance primordiale consistent à identifier la nature de la tumeur, la caractérisation histologique, les signes de transformation maligne aux stades précoces. Les patientes ménopausées sont régulièrement examinées par un gynécologue (tous les 6 mois). Selon le témoignage consulté par un oncologue. La liste des études nécessaires est présentée par les événements suivants:

  1. Interviewer un patient pour des plaintes. L'objectivation des symptômes peut être réalisée à l'aide de questionnaires spéciaux.
  2. Recueillir l'histoire. La période de ménopause, le statut gynécologique, la présence d'avortements dans le passé, le nombre de grossesses, la présence d'interventions chirurgicales sur les organes de reproduction, leur nombre, leur mode de vie, leur régime alimentaire, leurs mauvaises habitudes, etc. jouent un rôle important.
  3. Echographie des structures utérines. Il est considéré comme le principal moyen de diagnostiquer les fibromes utérins. Cependant, les résultats et le degré d'informativité de la procédure dépendent directement de l'expérience du médecin, des compétences du diagnostiqueur. Elle est réalisée à l'aide de capteurs transvaginaux et abdominaux. Vous permet d'évaluer la nature de l'hémodynamique locale, l'activité proliférative des cellules myocytaires, la structure de la néoplasie. Distinguer le processus d'un caractère similaire. L'échographie est également indiquée pour l'observation dynamique chez les patientes ménopausées qui, le plus souvent, connaissent déjà leur diagnostic.
  4. Échohystérographie. Étude de contraste. Elle est réalisée pour déterminer la localisation de la néoplasie.
  5. Diagnostic radiologique. Il est sans danger pendant la ménopause, car il n'est plus nécessaire de préserver la fertilité.
  6. Tomodensitométrie (CT). Nécessaire pour l'évaluation de l'hémodynamique, de l'apport sanguin au néoplasme, ce qui est important lors de la planification d'une intervention chirurgicale. Les fibromes utérins actuels à long terme présentent des zones de pétrification (accumulations de sels de calcium), ceci ne peut être observé que par scanner.
  7. IRM Technique plus précise. L'imagerie par résonance magnétique fournit une image détaillée du processus. Vous permet de déterminer la taille, la localisation de la tumeur et de formuler des hypothèses sur sa nature. Au cours de l'étude, un signal hyper-intense ou iso-intensif est détecté.
  8. Analyse morphologique de biopsie (échantillon de noeud). Il met fin à la question du type de néoplasme. Après confirmation de la qualité ou de la malignité naissante du processus, la question de la nomination du traitement est résolue. Les tissus sont prélevés par laparoscopie diagnostique.

Traitement

Les préparations pour le traitement des fibromes pendant la ménopause ne s'appliquent pas. Une intervention chirurgicale est indiquée. Une telle stratégie thérapeutique est associée à l’absence de dépendance hormonale d’une tumeur utérine après l’apparition de la ménopause.

Pendant la période préménopausique, l'efficacité du traitement conservateur est supérieure. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens, de l'acide tranexamique, des progestatifs, des agonistes des gonadotrophines, des inhibiteurs de l'aromatase et des antagonistes de la progestérone sont prescrits. Les noms des médicaments et des schémas thérapeutiques sont déterminés par le principal gynécologue. L'hormonothérapie ménopausique est effectuée avec prudence, la croissance des nœuds est possible.

La chirurgie est-elle toujours nécessaire?

Presque. Indications absolues du traitement chirurgical: croissance rapide de l’éducation, présence de douleurs pelviennes graves, saignements de toute intensité, implication dans le processus pathologique des organes pelviens. Chez les femmes plus âgées, l'opération est réalisée avec une dynamique négative de la maladie. Il existe différentes options d'intervention.

Chirurgie du myome utérin

L'hystérectomie totale est considérée comme la seule option thérapeutique pour les tumeurs de grande taille ou pour la localisation sous-muqueuse. Elle consiste à enlever les structures utérines avec la formation d’une souche. Avec une petite tumeur sans signe de malignité, une myomectomie est indiquée: une opération permettant de préserver un organe. Cependant, cela n'a pas beaucoup de sens. Les méthodes de traitement sont utilisées lorsque le patient refuse de subir une hystérectomie.

Mesures préventives

La prévention de la progression ou la formation de processus myomateux pendant la ménopause n'est pas spécifique. Il est nécessaire d'abandonner les mauvaises habitudes, la réalisation adéquate de la fonction de reproduction dans les premières années, l'utilisation prudente de contraceptifs oraux, le traitement rapide des pathologies inflammatoires et autres de la sphère sexuelle. Il est recommandé aux gynécologues de surveiller régulièrement les patients âgés de 45 à 50 ans lors du dépistage précoce des processus pathologiques du genre néoplasique avec échographie, évaluation du tractus génital et examen physique.

Le poids corporel est recommandé pour maintenir un niveau normal. Au cours des dernières années, la conversion périphérique des œstrogènes aromatisés à partir du tissu adipeux des androgènes joue un rôle majeur.

Lorsque les fibromes utérins sont détectés, un traitement planifié est recommandé selon un schéma simple (âge précoce) et radical (années tardives, ménopause). La thérapie conservatrice est représentée par des médicaments à base d'hormones synthétiques, mais ne joue pas un grand rôle. Une excision totale du tissu est nécessaire. Cela évitera des conséquences néfastes à l'avenir et améliorera la qualité de la vie.

Fibromes utérins avec ménopause - se passe-t-il ou a-t-il besoin d'une intervention chirurgicale?

Une femme, à tout âge, peut souffrir de maladies gynécologiques. Les fibromes constituent l’une de ces maladies avec lesquelles une femme peut vivre toute sa vie. Au cours de la ménopause, son évolution peut s’améliorer ou s’aggraver.

Climax - pathologie ou norme

Le point culminant n'est pas une pathologie. Il s'agit de la période physiologique de la vie d'une femme, associée à des modifications de l'équilibre hormonal liées à l'âge. L'âge moyen d'une femme présentant des signes de ménopause est de 50 ans. L’apparition de la ménopause avant 45 ans sera considérée comme pathologique.

Chaque femme a la ménopause de manière individuelle. Quelqu'un n'a presque pas de symptômes, mais quelqu'un a besoin d'une correction médicale.

Une période climatérique comprend plusieurs périodes:

  • Période pré-ménopausée - un an ou deux avant la fin de la menstruation. À ce stade, les patientes constatent des violations du cycle menstruel - la menstruation est irrégulière, le volume des saignements menstruels change.
  • En fait, la ménopause. Il dure généralement un an et à ce stade, tous les symptômes caractéristiques sont observés. Mensuel avec no.
  • La ménopause. La restructuration de l'équilibre hormonal est terminée et le corps atteint la norme d'âge physiologique. La menstruation et les symptômes de la ménopause non.

Les principaux signes de ménopause, qui se retrouvent chez toutes les femmes, mais à des degrés de gravité variables:

  • déséquilibre émotionnel, labilité de l'humeur;
  • "Saute" dans la pression artérielle;
  • sensation de battement de coeur;
  • symptôme très caractéristique est des bouffées de chaleur. Il s'agit d'une sensation soudaine de chaleur dans tout le corps et de rougeur de la peau du visage et du décolleté.

Toutes ces manifestations sont directement liées aux changements hormonaux. Naturellement, la période de ménopause implique la disparition de la fonction de reproduction.

À la ménopause, de nombreuses maladies gynécologiques changent de cap - pour le meilleur ou pour le pire. Les fibromes utérins sont une maladie qui, pendant la ménopause, peut régresser ou être compliquée par des processus plus graves, tels que les néoplasmes de l'utérus.

Myoma - ce que vous devez savoir sur la maladie

La pathologie gynécologique, qui est un processus tumoral bénin (néoplasme), provenant du myomètre (couche musculaire de l'utérus). La maladie a un caractère hormonal. C'est pourquoi la ménopause a un effet prononcé sur l'état de la tumeur.

L’essence du processus pathologique du myome utérin réside dans la prolifération excessive des cellules du myomètre. Les myocytes peuvent augmenter de taille et leur nombre peut augmenter.

Ce processus est affecté par les hormones œstrogène et progestérone. Le myome résulte d'un déséquilibre entre eux. La croissance tumorale est due au fait que son tissu contient plus de récepteurs d’œstrogène et de progestérone que le myomètre inchangé. En conséquence, les effets hormonaux sur le myome plus. Climax implique également une violation de la synthèse des hormones œstrogène et progestérone.

Combien de fois le myome se produit

Cette maladie n'est pas rare en pratique gynécologique. Les fibromes utérins se trouvent chez les femmes en âge de procréer. Avant la ménarche et pendant la ménopause, la tumeur bénigne primitive est pratiquement introuvable.

Que peut causer le myome

Facteurs provocateurs pour le développement des fibromes:

  • la grossesse
  • processus inflammatoires dans les organes pelviens;
  • infections génitales;
  • immunodéficience;
  • hérédité chargée;
  • pathologie du cycle menstruel;
  • troubles métaboliques;
  • grattage fréquent de la cavité de l'organe;
  • facteur de stress émotionnel.

Les foyers myomateux se forment aux endroits où il y a une inflammation ou des dommages mécaniques.

Intéressant Il est supposé que les cellules à partir desquelles les fibromes sont formés sont en retrait dans la période de développement embryonnaire. Ce processus est associé à une prédisposition génétique.

Comment est classé le myome

La structure des fibromes peut inclure, outre le muscle, davantage de tissu conjonctif. En fonction du type de tissu prédominant, la tumeur s'appellera:

  • Myoma - plus de tissu musculaire;
  • fibrome - plus de tissu conjonctif;
  • fibromyome - le même contenu de muscle et de tissu conjonctif.

Si les fibromes ont tendance à croître rapidement, on parle de prolifération.

Une tumeur utérine peut se former dans différentes couches de la paroi de l'organe:

  1. Sous-muqueux (sous-muqueux) - situé sous l'endomètre et se développe dans la cavité de l'organe, ce qui augmente son volume.
  2. Fibromes sous-péritonéaux - situés sous la muqueuse extérieure de l'utérus, situés dans la cavité pelvienne.
  3. Interstitiels (intermusculaires) - les nœuds se développent à l'intérieur de la couche musculaire et déforment la paroi de l'organe.

Manifestations des fibromes à la ménopause

Le myome pendant la ménopause peut indépendamment régresser et presque disparaître. Cependant, il existe également des options opposées - lorsqu'un néoplasme non seulement ne diminue pas, mais se développe encore plus.

La tumeur peut grossir, mais les symptômes seront plutôt rares. Les manifestations généralement observées ne sont pas considérées par la plupart des femmes comme une raison pour contacter un gynécologue.

Le patient doit faire attention aux symptômes suivants:

  1. Avant l’apparition de la ménopause, on observe un syndrome hypermenstruel - une réduction du temps entre les menstruations, des périodes plus abondantes;
  2. Violation de la régularité de la menstruation;
  3. L'apparition de saignements entre les règles;
  4. Douleur intense avant et pendant la menstruation;
  5. Douleurs constantes ou persistantes dans le bas de l'abdomen;
  6. Le patient note une augmentation de l'abdomen à des degrés divers, en fonction de la taille du nœud;
  7. Selon la localisation de la tumeur, il peut y avoir des violations des organes adjacents - difficulté à uriner et défécation;
  8. Avec des saignements fréquents, une femme remarquera les symptômes de l'anémie - faiblesse, vertiges, acouphènes, noircissement des yeux, peau pâle;
  9. Les femmes en âge de procréer ne peuvent pas devenir enceintes.

La présence d'au moins un de ces signes permettra au gynécologue de suspecter des fibromes utérins et de planifier un examen.

Intéressant La taille d'une tumeur bénigne est déterminée en semaines de grossesse. L'utérus, et en conséquence, l'abdomen peut être élargi à 15-16 semaines. Ces tumeurs sont considérées comme géantes et nécessitent un traitement chirurgical.

En soi, une tumeur bénigne à la ménopause ne constitue pas un inconvénient particulier pour la femme. Mais la ménopause est caractérisée par le fait que les processus hyperplasiques sont sujets à la renaissance.

Les fibromes utérins peuvent être malignes et se transformer en tumeur maligne. Et le cancer de l’utérus est la principale cause de mortalité gynécologique chez les femmes âgées de plus de 50 ans.

La condition précancéreuse des fibromes utérins est appelée prédarsarcome. Il est déterminé uniquement histologiquement. Des foyers de croissance accélérée apparaissent dans le tissu du néoplasme, contenant des cellules atypiques. Augmente la vitesse de la division cellulaire.

Comment diagnostiquer le myome

  1. Tout d'abord, le gynécologue recueille un historique détaillé - les plaintes de la patiente, les caractéristiques du cycle menstruel. Il s'avère qu'il existe un facteur héréditaire. Il s'avère également la gravité des manifestations de la ménopause.
  2. Avec un examen gynécologique à deux mains, les nœuds sous-séreux et les sous-muqueux naissants peuvent être détectés. Les ganglions interstitiels, surtout s'ils sont petits, ne peuvent être détectés qu'indirectement - avec une densité excessive de la paroi de l'organe et de sa tubérosité.
  3. La méthode la plus fiable qui confirme la présence de fibromes utérins reste l’échographie. Les capteurs à ultrasons, notamment intracavitaires, sont disponibles sur toutes les parois de l'utérus. Un nœud est défini comme une éducation avec une échogénicité accrue. À l'aide de l'échographie, vous pouvez voir une tumeur d'un diamètre inférieur à un centimètre.
  4. La dopplerographie est utilisée comme méthode de recherche supplémentaire pour évaluer la capacité de croissance des fibromes. Le myome utérin prolifératif est caractérisé par un flux sanguin prononcé à la fois au centre du noeud et à la périphérie.
  5. L'hystéroscopie peut être utilisée pour évaluer visuellement la surface du néoplasme. Un dispositif endoscopique (hystéroscope) est inséré dans la cavité utérine et permet d’inspecter le noeud.
  6. Le curetage diagnostique est effectué pour recueillir un matériau tumoral pour un examen histologique afin de prévenir une tumeur maligne des fibromes.

Traitement des fibromes à la ménopause: une intervention chirurgicale est-elle nécessaire?

Une tumeur de petite taille, sans tendance à proliférer, ne nécessite pas de traitement. À la ménopause, ces fibromes régressent et se lysent habituellement.

Le patient dans ce cas subit régulièrement un examen gynécologique pour surveiller la taille de la tumeur.

Si la tumeur prolifère, il existe une lésion multiple, la période de ménopause est accompagnée d'un saignement utérin, un traitement conservateur est prescrit.

Objectifs du traitement de la toxicomanie:

  • Fin de la prolifération.
  • Réduction maximale de la tumeur.
  • Correction des irrégularités menstruelles avant la ménopause.
  • Traitement des affections causées par un myome utérin - il s'agit le plus souvent d'anémie due à un saignement utérin.

Les progestatifs sont prescrits pour la régression tumorale. Ceux-ci incluent la norkolut et la médroxyprogestérone. La prise de progestatifs réduira la taille des tumeurs à 3 semaines de grossesse. À la ménopause, ces hormones sont prises en continu pendant six mois.

Antagonistes de la libération gonadotrope - hormone - buséréline - dépôt. Ce médicament bloque l'activité de l'hormone hypophysaire, sous l'action de laquelle augmente la production d'œstrogènes. En conséquence, la taille de la tumeur est réduite. Le traitement le plus efficace de ce médicament chez les femmes ménopausées.

Pour réduire les saignements utérins dans l’utérus, une spirale Mirena contenant du lévonorgestrel est installée. La réception du médicament se poursuit pendant cinq ans. Climax n'est pas une contre-indication à l'installation d'un dispositif intra-utérin.

La question du traitement chirurgical des fibromes. Une guérison complète des fibromes utérins est possible par chirurgie. Il existe deux types de traitement chirurgical - radical et préservant les organes.

Le traitement radical implique l'ablation de l'utérus avec le col de l'utérus.

Indications pour l'hystérectomie:

  • La taille de l'utérus, comme à la 14e semaine de grossesse.
  • Prolifération active des tumeurs bénignes.
  • Nécrose du noeud en violation de son pouvoir.
  • L'emplacement de la tumeur dans le col utérin.
  • Métrorragies abondantes, conduisant à une anémie sévère.

Les opérations de préservation des organes comprennent la myomectomie - excision des ganglions sans retirer l'utérus. Le point culminant n’est pas l’indication d’une opération radicale; les femmes, même pendant la ménopause, se voient proposer le choix de la chirurgie, s’il en existe une.

Il existe également des méthodes non opérationnelles de traitement des fibromes utérins à la ménopause:

  1. Embolisation de l'artère utérine. Ce type de traitement est le plus souvent utilisé avant l’apparition de la ménopause chez les femmes en âge de procréer. Dans l'artère utérine injecté des substances qui bloquent la circulation sanguine. Les nœuds d'alimentation sont arrêtés et réduits.
  2. Clementing. L'imposition de ligatures sur l'artère utérine. Le principe d'action est le même que pour l'embolisation, mais l'efficacité de ce traitement est moindre.

Fibromes utérins pendant la ménopause: causes, symptômes, traitement

Chez les femmes, à tout âge, des maladies gynécologiques peuvent survenir, en particulier au début de la ménopause. Les plus courants sont les fibromes utérins qui, avec le début de la ménopause, peuvent à la fois s'aggraver et régresser. Examinons plus en détail comment se déroulent la période ménopausique et les fibromes du corps de la femme, ainsi que ses signes, symptômes et traitements possibles.

Tumeur bénigne

Le myome est la formation d'une tumeur bénigne hormono-dépendante, principalement localisée dans divers tissus de l'utérus lui-même.

La taille d'une tumeur peut varier à des degrés divers: elle peut être très petite, à peine perceptible, mais elle peut également atteindre des tailles impressionnantes lorsque la tumeur commence à être maligne. Dehors, le fibrome ressemble à un nœud rond avec une gaine brillante.

Avec l'apparition de petits nœuds, cette pathologie se déroule généralement sans manifestation de symptômes caractéristiques. Avec le développement d'au moins deux de ces tumeurs, ainsi que l'augmentation de leur croissance, une femme peut présenter des signes tels que des hémorragies et des douleurs au bas de l'abdomen.

Selon la localisation de la tumeur, cette pathologie peut être:

  • subserous;
  • intra-muros;
  • sous-muqueux;
  • Intraligamental.

Le nœud sous-séreux de ce changement pathologique est localisé dans la région du tissu musculaire externe de l'utérus, également appelé sous-péritonéal. Ce nom de la tumeur était dû à sa croissance dans la direction de la région pelvienne.

Une tumeur intra-muros, ou une tumeur myomateuse intermusculaire, est localisée dans les couches internes du tissu musculaire, entraînant une augmentation de la taille de l'abdomen.

Le nœud sous-muqueux est localisé sous les membranes muqueuses de l'utérus, ce qui assure ce processus de développement de la tumeur du deuxième nom - le nœud sous-muqueux.

Enfin, une tumeur intraligamentaire apparaît et commence à se développer dans la zone située entre les ligaments de l'utérus.

Ce processus pathologique à ce jour n'a pas été complètement étudié par des médecins spécialistes. Les raisons de la formation de fibromes peuvent être:

  • troubles hormonaux dans le corps de la femme associés à l’apparition de la ménopause, on dit souvent que fibromes et ménopause sont deux processus combinés;
  • prédispositions héréditaires;
  • complications postopératoires;
  • maladies infectieuses, transmises principalement par contact sexuel;
  • début précoce de la menstruation (jusqu'à 11 ans);
  • usage fréquent de boissons alcoolisées;
  • écologie non appropriée.

La présence d'un facteur génétique contribuant au développement de cette maladie au début de la ménopause n'est pas exclue.

Le développement des fibromes utérins avec la ménopause, ses symptômes et son traitement

Le stade initial du développement d’une tumeur bénigne peut être asymptomatique si les ganglions myomateux sont très petits, et leur présence ne peut être détectée qu’après un examen par un gynécologue.

S'il est nécessaire de confirmer le diagnostic et l'emplacement exact des noeuds, la femme devra subir un examen par ultrasons. Une hystérosalpingographie peut également être prescrite par un médecin. Dans de rares cas, il peut être nécessaire de se soumettre à des examens supplémentaires, tels qu'une IRM ou un scanner.

Dans le développement plus avancé des fibromes utérins, ses symptômes et signes pendant la ménopause peuvent se manifester comme suit:

  • l'apparition d'hémorragies abondantes se poursuivant pendant une longue période;
  • l'apparition de symptômes douloureux de la douleur, localisés principalement dans le tiers inférieur de l'abdomen;
  • il y a une sensation de pression sur le vagin et d'autres organes du bassin;
  • mictions fréquentes accompagnées de sensations douloureuses;
  • selles avec facultés affaiblies, se manifestant par la formation de constipation;
  • lors des selles, il peut y avoir une douleur dans les intestins.

Il est à noter que les symptômes des fibromes utérins avec la ménopause sont légèrement différents de ceux du développement des ganglions myomateux en âge de procréer. Par conséquent, lors de la détection de violations anormales de l'âge, il est nécessaire de contacter d'urgence les spécialistes pour identifier les causes et le diagnostic.

En outre, les fibromes post-ménopausiques surviennent également, en particulier ces derniers temps. Les cas de fibromes utérins après 55 ans, lorsque la période post-ménopausique a commencé, sont devenus très fréquents.

Le traitement des noeuds myomateux peut être effectué de manière opératoire ou conservatrice. Avec le développement des fibromes à une taille assez grande, le risque de développer un cancer peut être élevé. Par conséquent, dans de tels cas, seul un traitement chirurgical visant à enlever la tumeur avec l'utérus ou avec la préservation des organes reproducteurs est nécessaire.

Si la taille d'une tumeur bénigne est relativement petite, des méthodes médicales de traitement peuvent être utilisées pour la réduire, dans lesquelles les plus petits nodules myomateux peuvent être complètement absorbés.

Types de traitement chirurgical

L'intervention chirurgicale visant à enlever une tumeur bénigne est le traitement le plus efficace. L'opération de retrait des fibromes utérins, dans laquelle les organes génitaux sont préservés, est appelée myomectomie, qui se divise en trois zones:

  • ablation de tumeur abdominale: réalisée avec préservation de l'utérus, mais s'il n'y a pas plus de quatre nœuds myomateux;
  • Ablation par laparoscopie: vise à éliminer les néoplasmes sous-séreux et intra-muros.
  • et l'élimination hystéroscopique est appropriée pour l'élimination des tumeurs localisées sur les surfaces muqueuses de l'utérus.

Comme mentionné ci-dessus, le degré de développement le plus avancé d'une tumeur bénigne, dont les dimensions sont relativement grandes, ne sera plus guéri, et la seule solution dans cette situation sera une opération avec un retrait de 100% de la tumeur avec l'utérus, appelé hystérectomie.

Cette opération peut être réalisée soit par voie laparascope par voie vaginale, soit par voie ouverte. Les première et deuxième méthodes d’hystérectomie ont un effet esthétique, c’est-à-dire qu’après l’intervention chirurgicale, le corps de la femme ne sera ni marques ni cicatrices.

Rappelez-vous: le type de chirurgie dépend entièrement de l'âge du patient et du degré de développement des fibromes.

Dans la plupart des cas, les médecins préfèrent utiliser des substances spéciales à invasion minimale qui sont injectées dans les artères qui alimentent les nœuds myomateux. En conséquence, l'alimentation des nœuds myomateux cesse et le myome cesse de croître.

Traitements conservateurs pour une éducation bénigne

En présence de petits nodules de myome, les médecins ne prescrivent aucun traitement, mais ne font que contrôler la femme de façon constante et surveillent les progrès du développement de la tumeur. Ceci est plus vrai pour les femmes dont les fibromes utérins sont apparus pendant la ménopause. Avec le début de la période ménopausique, une femme devra subir un test de biopsie pour exclure la possibilité de développer un cancer.

Le traitement des fibromes à la ménopause devrait consister en une sélection complète de médicaments destinés au traitement des symptômes de la ménopause et des tumeurs bénignes. Dans le même temps, les préparations hormonales ne doivent pas contenir d’œstrogènes.

Les fibromes utérins avec la ménopause peuvent être traités avec des médicaments si:

  • les tailles des noeuds myomateux sont relativement petites et n’atteignent pas 2,5 cm de diamètre;
  • ganglions myomateux de type intramural ou sous-séreux;
  • l'utérus n'est pas trop élargi;
  • Il n'y a pas de complications de la manifestation clinique de la maladie;
  • il n'y a pas de processus pathologique dans les organes adjacents;
  • les phoques grandissent à un rythme lent;
  • pas de réaction allergique aux médicaments.

Si une femme est entrée dans la ménopause et que les nœuds myomateux sont très petits, un traitement spécial peut ne pas être nécessaire. Cela est dû au fait que très souvent cette pathologie devient régressive lors de la ménopause. Mais avec l’utilisation de médicaments hormonaux pour le traitement des symptômes ménopausiques, contenant des œstrogènes naturels ou synthétiques, la taille des fibromes peut recommencer à augmenter.

Parmi les femmes qui commencent le développement de la ménopause avec des fibromes, la question suivante se pose souvent: «Les fibromes utérins peuvent-ils se dissoudre et passer avec la ménopause, ou pas?

Les fibromes utérins lors de la ménopause peuvent diminuer de taille en raison de la diminution naturelle du taux d'œstrogènes dans le corps de la femme, provoquée par des changements hormonaux. Avec un résultat positif, la tumeur elle-même peut passer à la ménopause sans traitement spécifique. Les cas où les fibromes utérins peuvent disparaître complètement ne sont pas complètement étudiés du point de vue de la médecine, mais les opinions des femmes ainsi guéries en prouvent la possibilité absolue.

Mais n'oubliez pas que dans la grande majorité des cas, les fibromes pendant la ménopause ne peuvent pas régresser, mais au contraire, commencent à se développer avec une plus grande intensité. Dans ce cas, la pathologie peut succomber aux processus de malignité et évoluer en tumeur cancéreuse.

Aux fins du traitement médical de l'utérus pendant la ménopause, il convient de prendre en compte les facteurs suivants:

  • arrêter la croissance tumorale;
  • réduction de sa taille;
  • ajustement du flux menstruel jusqu'à la ménopause;
  • guérison des manifestations symptomatiques que le myome forme pendant la ménopause.

Pour réduire les tumeurs de l'utérus, il est possible de prescrire des médicaments contenant des hormones progestatives. Parmi ceux-ci, les plus efficaces sont le Norkolut et la Medroxyprogesterone. Pendant la ménopause, ces médicaments doivent être pris au moins 6 mois.

Pour bloquer l'hormone contenue dans l'hypophyse, sous l'influence de laquelle la production d'oestrogènes peut être accrue, même pendant la ménopause, un antagoniste gonadotrope, Buserelin-Depo, est prescrit. Lorsque vous prenez ce médicament, le myome ne se développe plus, mais commence à régresser.

Afin de minimiser les hémorragies utérines dans la cavité utérine, l'installation de Mirena dans la marine est prescrite, laquelle inclut le médicament lévonorgestrel. Le stérilet peut être installé pendant la ménopause.

Le corps de la femme est par nature très endurant et patient, mais pour subir diverses pathologies gynécologiques, en particulier pendant la ménopause, il est nécessaire de soutenir le corps en prenant des médicaments complexes. L'action des médicaments aidera non seulement à réduire les maux symptomatiques, mais également à guérir un certain nombre de maladies, même telles que les fibromes, mais uniquement grâce à un traitement rapide par des spécialistes.