loader
Recommandé

Principal

Les symptômes

Polypes dans l'utérus - traitement, élimination, symptômes, causes, complications, classification, diagnostic et prévention

La polypose de la couche endométriale de l'utérus est une situation clinique courante. Les principales causes de modifications pathologiques des muqueuses sont de multiples facteurs externes et internes. Dans de nombreux cas, les polypes de l'endomètre sont des excroissances bénignes mais, en fonction de la structure, les excroissances peuvent constituer une menace réelle pour la santé et la vie d'une femme. Malheureusement, les excroissances polypeuses sont diagnostiquées à un stade avancé ou par hasard, lorsque l’on doit examiner la fonction de reproduction de la femme pour détecter la stérilité et d’autres symptômes pathologiques.

Caractéristiques de la polypose endométriale et quel est le degré de dangerosité des polypes?

Dans la majorité des polypes dans l'utérus prévalent - des formations bénignes, sur la base du fond de l'hypertrophie des membranes muqueuses des parois de l'organe - l'endomètre. Les polypes ont l'apparence d'un processus, ne dépassant généralement pas 2-3 cm de longueur. S'il y a plusieurs excroissances, on parle alors de polypose.

La structure de la croissance comprend 3 composantes principales:

De là, les polypes des jambes sont classés et plats, sans eux. Le second cas présente les risques oncogéniques les plus justifiés en raison de la croissance généralisée de la membrane muqueuse hypertrophiée de la couche endométriale.

Le néoplasme peut être localisé ou multiple, avoir une structure différente selon la nature du tissu du corps du néoplasme.

La couleur du corps du polype est également différente. La teinte varie du rose clair au violet foncé.

Une méthode de traitement prometteuse est la chirurgie, qui résout non seulement le problème d'une néoplasie, mais réduit également de 20% le risque de récurrence d'une pathologie.

Types principaux

En gynécologie, les excroissances pathologiques ont plusieurs types principaux reflétant pleinement la structure du tissu corporel de la néoplasme, ainsi que les risques associés à la dégénérescence oncologique:

  • Ferrugineux. La base est convertie à partir de tissu glandulaire de l'endomètre. Plus fréquent chez les jeunes femmes.
  • Hyperplasique Formé à partir du tissu conjonctif modifié de l'utérus.
  • Placentaire. Les galles sont formées chez les femmes en âge de procréer ayant subi un ou plusieurs genres. Formé à partir de résidus du placenta avec localisation au bas de l'utérus ou à la base de l'organe.
  • Adénomateux Les excroissances s'accompagnent de la formation d'adénomes. En gynécologie oncologique, de telles formations sont considérées comme les plus dangereuses en ce qui concerne les risques de malignité.
  • Mixte. Formé à partir de tissu modifié fibreux avec des fragments de structures glandulaires.
  • Angiomateux. Le corps des polypes consiste en une composante vasculaire saturée dans laquelle circule un flux sanguin intense.

Presque tous les polypes ont un corps et une jambe. Le corps par rapport à la base est plus volumineux. La jambe est un composant vasculaire puissant qui nourrit le corps et provoque sa croissance rapide. Si le pédicule est trop long, le polype peut chevaucher l'entrée vaginale et la lumière cervicale.

Polype sur une jambe

Presque toutes les tumeurs bénignes se situent sur le pédicule, ce qui nourrit le corps du polype et stimule sa croissance.

Ces excroissances, principalement bénignes, facilement éliminables, réduisent le risque de lésions de l'épithélium muqueux. Avec un traitement opportun, les tissus renaissent rarement dans des tumeurs malignes.

Tumeur sans tige

Les excroissances pathologiques sans jambes ont une base large et un renflement au-dessus de la surface de l'endomètre. Ces excroissances présentent généralement des risques élevés de malignité, se développent autour du périmètre du tissu muqueux des parois de l'utérus.

Faites attention! Contrairement à la polypose nasale, les symptômes des polypes dans l'utérus restent longtemps flous et ne se manifestent pas complètement. La durée d'existence est le principal danger en relation avec la dégénérescence oncologique des tissus de la croissance pathologique.

Qu'est-ce qui cause la croissance, y compris après l'accouchement?

Les polypes sont généralement formés chez les femmes de plus de 30 ans, mais la pathologie est souvent diagnostiquée chez les jeunes femmes.

Les perturbations hormonales, les avortements différés, l'accouchement, la ménopause, les fausses couches et les grossesses gelées peuvent tous affecter la formation de polypose de l'endomètre.

Facteurs dans la formation de croissance chez les jeunes femmes donnant naissance

Les jeunes filles à naître peuvent souffrir de polypose endométriale pour les raisons suivantes:

  • troubles endocriniens;
  • diabète sucré;
  • maladies des organes et systèmes internes;
  • prédisposition génétique à l'oncologie, polypose;
  • l'obésité;
  • avortements différés;
  • inflammation chronique du système urogénital.

Récemment, les cliniciens ont discuté de la probabilité d'effet des contraceptifs oraux sur les néoplasmes pathologiques. Le traitement médicamenteux à long terme, en particulier les médicaments hormonaux, est un facteur important.

Pathologie à la ménopause

La ménopause, la ménopause et la période ménopausée sont accompagnées de:

  • Puissant pic hormonal;
  • Instabilité émotionnelle;
  • Le stress.

Parallèlement à ces effets, le risque de transformation endométriale de l'utérus et de formation de polypes est presque naturel.

Avec l’âge, la muqueuse subit des modifications physiologiques, mais sous l’influence de certains facteurs, des structures polyposiques peuvent se développer avec une tendance à la malignité.

Les cliniciens identifient les causes suivantes de la polypose endométriale en période d’extinction de la fonction de reproduction:

  • déséquilibre hormonal de toute origine;
  • maladies infectieuses chroniques, y compris vénériennes;
  • amincissement des muqueuses (âge ou pathologique);
  • maladies endocrinologiques;
  • pathologies mentales et neurologiques;
  • stress, instabilité émotionnelle.

Les femmes ayant un statut dépressif accru et une maladie psychosomatique compliquée sont beaucoup plus susceptibles de former des polypes ayant tendance à être malignes.

Les néoplasmes peuvent-ils se dissoudre seuls ou avec les règles?

En pratique clinique, il existe des cas d’auto-retrait de polypes et d’expulsion de leurs particules, accompagnés de saignements menstruels. Cela est dû aux fortes poussées hormonales, ainsi qu’à la mise à jour mensuelle de l’endomètre.

C'est important! Si le polype n’en est qu’à ses balbutiements, si l’immunité de la femme est suffisamment forte, il n’ya pas d’autres facteurs provocants, la formation de polypes peut bien se produire et être éliminée avec les règles.

Psychosomatique

Du point de vue des psychosomatiques, la formation de la membrane muqueuse est considérée comme une déchirure non réclamée, une source de stress non exploitée.

Ces femmes peuvent être victimes d'infractions à la vie, d'hommes, d'une mauvaise situation financière. Les femmes ne comprennent généralement pas pourquoi leur vie ne s'additionne pas en termes de maternité, un mariage stable et stable.

Les psychologues conseillent de pardonner tout le ressentiment secret, de ne pas mettre à exécution de projets de vengeance, de supprimer la cruauté et la dureté des relations avec les membres de la famille ou les étrangers.

La psychologie explique tous les maux:

  • troubles nerveux;
  • attirer des émotions désagréables qui affectent non seulement la qualité de la vie, mais aussi la santé de la femme.

À quelle vitesse les polypes se développent et pourquoi se forment-ils à nouveau?

La taille des structures polypes peut être différente, mais dépasse rarement 10 mm.

Au début, le néoplasme ne cause pas de problèmes particuliers, mais sous l'influence de certains facteurs, un polype peut continuer à se développer. Le danger ne réside pas dans la taille, mais dans la tendance à la transformation des cellules cancéreuses.

Étant donné la structure du polype - le corps du polype, le pédicule et la base, la base joue le rôle principal dans les facteurs récurrents. La muqueuse hypertrophiée, quand seul un polype est enlevé, a tendance à se propager de manière généralisée. À quel jour du cycle un polype est enlevé dans l'utérus, découvrez-le ici.

Biologiquement, les tissus jouent un rôle compensatoire et transforment un polype distant avec une nouvelle transformation de tissu pathologique. Par conséquent, dans de nombreux cas, un nouveau traitement est nécessaire.

Douleur symptomatique

Les douleurs chez les polypes surviennent généralement lors de la torsion de ses jambes. Le pédicule a un large parcours vasculaire, ainsi que des fragments de tissu conjonctif à terminaisons nerveuses.

Donc, s'il y a une torsion, alors les femmes apparaissent:

  • saignements
  • douleur
  • décharge atypique.

La douleur peut également apparaître dans le contexte de la croissance rapide d'une tumeur pathologique. Dans d'autres cas, les polypes ne présentent aucun symptôme, y compris une douleur.

Le principal danger de la polypose de l'endomètre

Les polypes sont dangereux en termes de développement de l'endométriose de l'utérus, d'infertilité avec une maternité non réalisée. Le principal danger réside dans les risques de dégénérescence maligne du tissu endométrial.

Au début de la grossesse, de telles tumeurs peuvent nuire à l'état du fœtus, en particulier si la localisation du polype est concentrée à la base de l'utérus, ainsi que dans le canal cervical.

Lorsqu'il est possible de planifier une grossesse après le retrait d'un polype dans l'utérus, nous avons écrit dans un article séparé.

Un néoplasme peut-il évoluer en cancer?

Les polypes en pratique clinique sont a priori considérés comme une condition précancéreuse. C'est pourquoi les patients sont assignés à une ablation chirurgicale suivie d'un examen histologique.

En fonction de la taille de l'opération, de l'emplacement des polypes et de leur nombre, la question d'une amputation élevée de l'utérus avec appendices peut se poser.

Les facteurs suivants peuvent déterminer le degré d’influence sur la dégénérescence oncologique:

  1. Immunité réduite de diverses origines;
  2. Infection du corps;
  3. Exacerbations régulières du processus inflammatoire;
  4. Troubles hormonaux;
  5. Situations stressantes;
  6. Bronzage au solarium;
  7. Épisodes de surchauffe, de choc thermique.

La cause la plus fréquente de la malignité du foyer pathologique est son traumatisme.

Les motifs de blessure peuvent être:

  • manipulations gynécologiques,
  • douches permanentes
  • avortements,
  • livraison dans des polypes précédemment inexplorés.

Les principaux critères de diagnostic sont:

  • polype échographique de données de l'utérus,
  • examen physique,
  • données de tests sanguins pour les marqueurs tumoraux,
  • examen histologique.

Qu'est-ce qui diffère des fibromes?

Le myome présente des symptômes similaires avec la polypose endométriale - l'absence de signes évidents au début de la maladie. Seuls les résultats d'études de diagnostic peuvent identifier et différencier une maladie d'une autre.

Il est important de comprendre les concepts eux-mêmes:

  • Le myome est une tumeur bénigne basée sur le tissu musculaire. La pathologie est localisée à l'intérieur de l'utérus.
  • Le polype est une prolifération bénigne de la muqueuse endométriale hypertrophiée, dont le corps est constitué de ses tissus modifiés. Les muqueuses peuvent se développer dans le canal cervical et le vagin.

Les principales différences sont les aspects suivants:

  1. Les polypes sont plus concentrés dans le canal cervical, le fibrome est diagnostiqué à l'intérieur de la cavité de l'organe;
  2. La taille des polypes peut varier et, parfois, se dissoudre complètement. Les fibromes ne vont nulle part.
  3. Les polypes atteignent rarement des tailles de 15 mm;
  4. Le fibrome peut atteindre les volumes d'une balle moyenne;
  5. Les formations polypes affectent plus de femmes en âge de procréer, lorsque les fibromes sont diagnostiqués chez les femmes après la ménopause.

Des points similaires sont également:

  • probabilité de distribution locale et généralisée;
  • difficulté à uriner;
  • douleur dans le bas du dos et le bas de l'abdomen;
  • saignements entre les menstruations.

Le processus de traitement est également similaire, habituellement la chirurgie est prescrite.

Pathologie combinée: endométriose, hyperplasie et kystes

Les polypes de l'endomètre apparaissent souvent dans le contexte de l'endométriose, lorsque surviennent des transformations hypertrophiques de l'épithélium muqueux.

Les composants kystiques, l'hyperplasie de l'endomètre et l'endométriose ont un mécanisme d'apparition pathogénique commun, provoqué par des processus prolifératifs. La prolifération est caractérisée par la formation de cellules anormales, leur transformation et le risque de développer une tumeur maligne. Malgré cela, tous les néoplasmes pathologiques ne peuvent pas menacer la malignité des tissus tumoraux.

Faites attention! Les changements prolifératifs ne pouvant indiquer qu'indirectement le risque de pathologie, une femme doit être soumise à des tests de diagnostic réguliers.

Pour plus d'informations sur les polypes de l'endomètre, voir l'obstétricien-gynécologue dans cette vidéo:

Polypose dans le tube utérin

La localisation des polypes est souvent le canal cervical et les trompes de Fallope. Un tel arrangement contribue rarement au diagnostic opportun d'un examen diagnostique typique utilisant une échographie, ainsi qu'à un examen gynécologique instrumental.

Les polypes dans l'utérus sont souvent diagnostiqués par hasard. La raison de la manifestation du diagnostic est une étude dans les cas de suspicion d'infertilité, de saignements intermenstruels et d'autres symptômes atypiques. Le traitement principal est la chirurgie, qui ne devrait pas être retardée si on le souhaite, afin de préserver la santé reproductive de la femme.

Polypes dans l'utérus: causes, symptômes, traitement

Les polypes de l'utérus sont des excroissances localisées de l'endomètre, constituées de tissu glandulaire et fibreux, de vaisseaux sanguins et recouvertes d'épithélium.

Certains chercheurs considèrent qu'il s'agit d'une variante de l'hyperplasie focale, mais il existe un point de vue selon lequel il s'agit initialement d'une maladie différente.

1. À quelle fréquence se rencontrent-ils?

La proportion de processus hyperplasiques de l'endomètre représente 5% de toutes les pathologies gynécologiques.

Cependant, le nombre réel de patients est inconnu, en raison de la nécessité d'une confirmation histologique du diagnostic.

Les polypes utérins sont diagnostiqués dans 5 à 25% des cas selon différentes sources. Le plus souvent, les femmes tombent malades pendant la ménopause.

Chez les femmes présentant un saignement utérin, non associé à la menstruation, le polype en est la cause dans 10 à 24% des cas.

2. Types et tailles de polypes utérins

Selon la structure déterminée lors de l'examen histologique, on distingue les types de polypes suivants:

  1. 1 Glandulaire - dérivé de la couche basale de la membrane muqueuse, composé de stroma avec une prédominance de tissu glandulaire.
  2. 2 Fibre ferrique - composée de tissu conjonctif et d'une petite quantité de glandes.
  3. 3 Fibreux - riches en stroma du tissu conjonctif, les glandes peuvent être absentes.

Les polypes adénomateux sont une forme précancéreuse de la maladie. Les ferrugineux apparaissent souvent chez les femmes fertiles, fibreux - au cours de la période précédant et suivant la périménopause, fibreux - après la ménopause.

En âge de procréer, des néoplasmes peuvent être détectés sur le fond de l'hyperplasie de l'endomètre.

Chez les femmes, après la ménopause, les polypes sont plus souvent solitaires et se développent sur la membrane muqueuse atrophiée de l'utérus.

Les néoplasmes peuvent être d'une taille considérable, s'étendre au-delà du corps de l'utérus et imiter un polype du canal cervical.

Le polype placentaire est d'un type différent. Il est formé de résidus de tissu placentaire après l'accouchement, d'avortement artificiel ou spontané.

C'est l'une des causes du saignement dans la période post-partum, ainsi que quelque temps après la manipulation intra-utérine.

La taille du polype de l'endomètre varie de quelques millimètres à 5 à 10 cm. Les formations de plus de 1 cm sont appelées grandes, plus de 4 cm sont gigantesques.

3. Causes

La cause de la formation de polypes n’est pas complètement établie. Endometrium est sensible aux fluctuations des niveaux d'hormones sexuelles. Par conséquent, le rôle principal dans leur apparition est attribué au déséquilibre hormonal.

Pour le développement de l'hyperplasie, un état d'hyperestrogénie absolue ou relative est nécessaire.

L'hyperestrogénisme absolu est un excès de la norme d'âge des œstrogènes dans le sang, tandis que le relatif est un déséquilibre entre les niveaux d'œstrogène et de progestérone.

La croissance des polypes est souvent observée dans le contexte de telles conditions:

  1. 1 Anovulation, violation de la deuxième phase du cycle.
  2. 2 Processus hyperplasiques dans les ovaires (kystes folliculaires, hyperplasie stromale).
  3. 3 néoplasmes (tumeurs granulocellulaires et tekokletochnaya ovariennes).
  4. 4 Hyperplasie des glandes surrénales.
  5. 5 Mauvais médicaments hormonaux.

Les autres facteurs de risque incluent:

  1. 1 type d'obésité viscérale.
  2. 2 Syndrome des ovaires polykystiques.
  3. 3 Diabète sucré de type 2.
  4. 4 infections génitales.
  5. 5 Manque de travail en liaison avec le rejet de la contraception hormonale.

Dans le développement de la polypose, le rôle des facteurs infectieux n'est pas exclu. 95% des femmes atteintes de polypes glanduleux-fibreux présentent diverses infections de l'endomètre.

Chez les femmes atteintes d'endométriose, les modifications hormonales entraînent la stérilité et l'hyperplasie de l'endomètre.

Des études ont montré que la fréquence de formation de polypes chez ces patients était considérablement plus élevée (jusqu'à 45%).

La grossesse et les contraceptifs oraux protègent en revanche l'endomètre.

4. Le risque d'oncologie

Le polype adénomateux est une probabilité dangereuse de malignité. Dans des études de scientifiques russes, un tel résultat est possible dans 2-3% des cas.

Les chercheurs occidentaux estiment que les prévisions doivent s’appuyer sur la taille du polype. Certains d'entre eux croient que les néoplasmes de plus de 1 cm sont associés à une tumeur maligne.

Il est à noter que les signes histologiques d'un processus précancéreux sont observés dans 6,7% des cas et que la transformation en cancer se produit chez 2,2% des patients.

Il est recommandé d'éliminer tous les néoplasmes détectés de l'utérus. Cette déclaration s'applique aux polypes cervicaux.

5. Les symptômes les plus fréquents

Dans de rares cas, il n’ya pas de symptômes de polypes.

Les signes de pathologie dépendent de la période de la vie de la femme:

  1. 1 En âge de procréer, on observe généralement une ménométrorragie - périodes abondantes et prolongées.
  2. 2 En préménopause - saignement utérin acyclique.
  3. 3 Ménopause - écoulement sanglant.

L'augmentation de la durée de la menstruation et de la perte de sang se produit progressivement.

Certaines femmes s'y habituent et considèrent les saignements abondants comme une variante normale.

Une pathologie doit être suspectée si le mensuel dure plus de 7 jours et que la quantité de sang libérée pendant toute la période de menstruation dépasse 80 ml.

Après 45 ans, des saignements intermenstruels surviennent souvent. Ils commencent soudainement, sans égard aux causes externes. Les tentatives pour les arrêter par eux-mêmes ne sont pas efficaces.

C'est la raison pour laquelle vous demandez de l'aide médicale. À ce stade, la polypose est généralement diagnostiquée.

En cas de polypes, des saignements de contact peuvent survenir pendant ou après les rapports sexuels, au cours de l'examen ou lors d'interventions gynécologiques. Les grosses tumeurs peuvent provoquer des crampes dans le bas de l'abdomen.

Une perte de sang régulière mène à l'anémie. Dans les cas graves, avec une hémoglobine inférieure à 70 g / l, la tachycardie et une baisse de la pression artérielle pour améliorer la maladie peuvent nécessiter une transfusion sanguine.

Les rapports sexuels peuvent être accompagnés de douleur. Parfois, il y a une leucorrhée pathologique. La grossesse sur le fond de la pathologie se développe rarement, il y a un risque de son interruption dans la période précoce.

6. Méthodes de diagnostic

L’examen des femmes souffrant de saignements abondants, menstruels ou dysfonctionnels, commence par une échographie. Le plus informatif est l'échographie transvaginale.

6.1. Échographie

Lors d'une échographie, l'épaisseur du M-écho est estimée, ce qui dépend de la phase du cycle et de l'âge de la femme.

À 5-7 jours chez les femmes en âge de procréer, l'épaisseur de la membrane muqueuse est minimale. Son maximum est observé de 15 à 28 jours du cycle standard et est de 11-15 mm.

Chez les femmes en âge de ménopause, le M-écho normal va jusqu'à 4 mm. L'épaisseur de 5-8 mm pendant cette période nécessite une attention particulière et un examen supplémentaire.

Dans la polypose, la précision du diagnostic par ultrasons varie de 80 à 98%. Le résultat de l'étude affecte:

  • l'obésité;
  • les adhérences;
  • la présence de fibromes;
  • adénomyose.

Le sang menstruel à l'intérieur de l'utérus ou du sérosomètre augmente la précision du diagnostic.

Le contenu liquide de la cavité utérine contraste ses frontières et permet de visualiser la formation.

Les signes échographiques d'un polype sont:

  1. 1 Épaississement local M-echo.
  2. 2 Inclusions d'une échogénicité accrue ou inégale.
  3. 3 inclusions rondes ou ovoïdes.
  4. 4 Le flux sanguin en eux - enregistré dans 40% des cas avec la cartographie Doppler.

Diagnostic compliqué des polypes glandulaires. Ils sont proches de l’endomètre sur le plan échogène; leur configuration plate ou en forme de feuille les rend presque invisibles.

6.2. Hystéroscopie

L'hystéroscopie est une méthode plus informative. Il vous permet d'inspecter l'utérus de l'intérieur, si nécessaire, le diagnostic peut être associé à des mesures thérapeutiques.

Selon les signes extérieurs, on peut supposer le type de néoplasme:

  1. 1 Polypes fibreux simples, petits, rose pâle. D'habitude, une jambe, de texture dense, peut ressembler à des nœuds myomateux.
  2. 2 Les fibres fibreuses glandulaires peuvent atteindre des tailles gigantesques, souvent simples. La forme est oblongue, conique, parfois irrégulière, a des cavaliers. La surface est lisse, mais des formations kystiques sont possibles. La couleur est rose pâle avec une teinte jaune ou grise. Parfois, son sommet devient cramoisi foncé. Sur la surface sont des vaisseaux bien visibles.
  3. Les polypes glandulaires sont souvent situés près de la bouche des trompes de Fallope et sont de petite taille. Ils ressemblent à des formations friables et mates de teinte grisâtre.
    À partir du flux de liquide ou de gaz de croissance introduit dans l'utérus, la forme peut changer. Ils s’aplatissent, gonflent, avec une diminution de la pression qui s’étire et fluctue.

6.3. Examen histologique

La dernière étape du diagnostic - l'examen histologique des tissus obtenus à la suite d'un curetage. Elle est réalisée dans le laboratoire du département de pathologie anatomique et permet d’exclure les affections précancéreuses et l’oncologie.

7. Méthodes de traitement

Les polypes endométriaux peuvent être traités avec des médicaments et des opérations peu invasives.

7.1. Polypectomie

La base du traitement des polypes utérins est leur retrait ciblé - la polypectomie.

En gynécologie, il est réalisé lors d'une hystéroscopie. Le traitement sans chirurgie est inefficace. Les chercheurs occidentaux indiquent que tout polype utérin nécessite une intervention.

Le retrait d'un polype est effectué mécaniquement à l'aide d'un couteau électrochirurgical ou d'un couteau laser.

Gratter l'utérus est inefficace. Le médecin travaille à l'aveugle, cela ne permet pas de retirer complètement le tissu pathologique. Une conséquence fréquente est une rechute de la maladie.

L'hystéroscopie est réalisée sous le contrôle des organes de la vision. Un gynécologue peut saisir une tumeur avec un manipulateur spécial et le dévisser avec la jambe.

La plaie résultante est cautérisée par un électrocoagulateur. Il est conseillé aux femmes ménopausées de compléter l’intervention par une ablation de l’endomètre.

Après l'opération, vous pouvez ressentir une douleur lancinante dans le bas de l'abdomen, un écoulement sanguinolent. Les complications sont rares.

Ceux-ci comprennent:

  1. 1 infection.
  2. 2 saignements.
  3. 3 Rechute de la maladie.

Selon les résultats de l'examen histologique, d'autres tactiques de traitement sont sélectionnées.

S'il y a des signes d'atypie qui indiquent un processus malin, l'utérus est enlevé.

7.2. Médicaments hormonaux

Nommé après le retrait des polypes glandulaires et fibreux glandulaires.

Les schémas thérapeutiques en âge de procréer et en période de périménopause sont présentés dans le tableau 1. Une approche différente est utilisée après la ménopause (tableau 2).

Tableau 1 - Schémas de médicaments hormonaux pour les polypes chez les femmes en âge de procréer

Tableau 2 - Schémas utilisés pendant la période postménopausique

Pour contrôler la guérison, une échographie est effectuée après 3, 6 et 12 mois. L'observation au dispensaire est effectuée pendant un an après le rétablissement de la menstruation chez les femmes en âge de procréer.

L'auto-hormonothérapie est possible chez les femmes non enceintes et les adolescentes.

Avec la récurrence de la pathologie, l'inefficacité des médicaments est effectuée opération. Si un polype adénomateux se reproduit sur le fond de l'atypie, une hystérectomie (ablation de l'utérus avec appendices) est recommandée.

Débarrassez-vous des polypes à l'aide de remèdes populaires impossible. À la maison, il est déconseillé d'utiliser des seringues de décoction d'herbes prenant des perfusions. Cela ne permet pas de guérir la maladie, mais entraîne souvent le développement de complications, de saignements abondants et d'anémie.

Les polypes dans l'utérus et comment peuvent-ils être dangereux?

Parmi les formations utérines bénignes et les polypes sont formés à partir de la membrane muqueuse interne de l'utérus.

Ces tumeurs sont présentes chez environ 10% des femmes et, parmi les problèmes gynécologiques, les polypes représentent environ un quart des cas. Une telle image statistique indique une prévalence considérable de cette maladie.

En fait, les polypes sont une sorte de processus intra-utérins faisant saillie dans la cavité utérine. Ce sont des croissances muqueuses anormales qui ont une tige ou se développent sur une base large.

Ils diffèrent par la structure, l'emplacement, la taille, la structure histologique et peuvent se développer complètement asymptomatique. Bien que le plus souvent, les polypes utérins manifestent des symptômes douloureux, des saignements et de l'infertilité.

Causes de la polypose endométriale

La principale raison de la formation de polypes utérins sont des facteurs neurohormonaux et des modifications inflammatoires de l'endomètre.

  • Ils provoquent l'apparition de polypes tels que l'hyperestrogénie ou le dysfonctionnement hormonal ovarien. Ces conditions sont accompagnées par des modifications hyperplasiques de l'endomètre sous la forme de croissance à caractère polypoïde. De telles conditions sont souvent accompagnées de pathologies telles que le fibrome utérin, les processus mastopathiques ou l'hyperplasie glandulaire de l'endomètre, l'adénomyose ou la maladie polykystique ovarienne, caractéristiques du taux élevé d'œstrogènes.
  • La polypose endométriale contribue aux processus pathologiques chroniques: inflammations féminines telles que l'oophorite, les annexites ou l'endométrite, lésions infectieuses génitales, lésions de l'utérus lors d'avortements et de raclures, port prolongé du dispositif intra-utérin.
  • Les spécialistes du groupe à risque de polypes de l'endomètre comprennent les femmes obèses, atteintes de troubles neuropsychiatriques, de perturbations immunitaires, de pathologies de la thyroïde, d'hypertension ou de diabète.
  • Les excroissances vasculaires peuvent également provoquer le développement d'une polypose. Lorsque le blocage ou la croissance des canaux vasculaires autour d'eux commence la reproduction active des cellules épithéliales.
  • Il arrive que la polypose utérine soit provoquée par une prédisposition génétique, un mode de vie hypodynamique ou une utilisation à long terme du tamoxifène. Ce médicament est utilisé en thérapie antitumorale pour bloquer les récepteurs sensibles aux hormones. En conséquence, les formations polypes commencent à se développer activement chez certains patients.

Types de polypes utérins

Les polypes ont une structure assez simple, incluant la jambe et le corps.

Photo d'un polype sur une jambe dans l'utérus

Selon les signes histologiques, les polypes utérins sont répartis dans les types suivants:

  1. Fibreuses - de telles formations sont formées à partir de cellules du tissu conjonctif, ont une structure dense, surviennent principalement chez les femmes après 40 ans au cours de la période pré-ménopausique ou ménopausique, lorsque des modifications hormonales massives se produisent dans le corps de la femme;
  2. Ferreux - se composent de structures cellulaires ferrugineuses. Ces polypes surviennent généralement chez des patients relativement jeunes. Ils peuvent se développer sous la forme de formations kystiques avec un fluide à l'intérieur. La cause la plus fréquente de cette polypose est l'hyperplasie de l'endomètre.
  3. Des structures cellulaires altérées adénomateuses - atypiques sont présentes dans leur composition. De telles formations sont sujettes à la malignité;
  4. Ferro-fibreux - constitué d'un mélange de tissu conjonctif et de structures cellulaires glandulaires;
  5. Placentaire - de telles formations polypeuses sont formées chez les femmes après l'accouchement s'il reste des cellules placentaires dans la cavité utérine, à partir desquelles des polypes se développent par la suite.

Symptômes et signes

Les polypes utérins peuvent parfois se développer de manière latente, c’est-à-dire à découvert, mais avec le temps, la pathologie acquiert un ensemble caractéristique de symptômes, qui sont les suivants:

  • Lorsque le stade de développement latent est terminé, la patiente commence à être perturbée par des saignements de l'utérus de nature dysfonctionnelle de type acyclique ou cyclique. La menstruation devient abondante et douloureuse et les pertes vaginales brunâtres les dérangent;
  • Tout contact sexuel provoque une gêne et des douleurs, et après elles des décharges sanglantes sont également troublantes;
  • Chez les patients en âge de ménopause, des saignements inhabituels se produisent;
  • Les saignements fréquents provoquent l'apparition d'une carence en fer, qui se manifeste parfois par des formes anémiques très graves. La patiente éprouve souvent des faiblesses, des vertiges, sa peau acquiert des teintes pâles;
  • Si plusieurs polypes ou un seul atteignent une taille importante, le patient est concerné par une douleur localisée juste au-dessus de la région pubienne. Les symptômes douloureux peuvent être constamment gênants et avoir un caractère persistant. Chez certains patients, la douleur ressemble à du raisin et se manifeste périodiquement;
  • La polypose endométriale chez la femme s'accompagne souvent de pertes muqueuses vaginales;
  • Les polypes peuvent provoquer des fausses couches et la stérilité. Par conséquent, si vous avez de tels problèmes, vous devez nécessairement subir les tests nécessaires pour détecter la polypose.

Des symptômes similaires sont caractérisés par des pathologies utérines telles que l'endométriose, des formations myomateuses, un diagnostic qualifié est donc nécessaire pour identifier la maladie.

Qu'est-ce qu'une maladie dangereuse?

En dépit de son origine bénigne, les polypes peuvent menacer la santé des femmes. Parmi les effets les plus "inoffensifs", les experts distinguent l’échec chronique de la menstruation.

Mais la polypose endométriale peut provoquer des problèmes plus graves tels qu'une grossesse compliquée, la stérilité ou la naissance d'un polype. Ce dernier cas peut entraîner l'ablation du corps utérin.

La conséquence la plus dangereuse d'un polype peut être une tumeur maligne, lorsque la tumeur renaît en tumeur maligne. Par conséquent, les polypes nécessitent une surveillance médicale obligatoire.

Polype dans l'utérus et la grossesse

Les formations polypes peuvent causer l'infertilité ou une fausse couche, elles sont donc très dangereuses pour la grossesse. L'option idéale consiste à éliminer les polypes avant la grossesse.

Les experts considèrent qu'une telle combinaison n'est pas très agréable, mais pas tragique non plus. Si une femme peut tomber enceinte en présence de polypose, la grossesse se déroule généralement sans complications particulières.

Bien sûr, il y a des risques d'avortement, mais tout dépend de la situation. Dans tous les cas, après la naissance du bébé, les polypes sont enlevés.

Parfois, des formations polypeuses se forment dans le corps utérin après l'accouchement. Typiquement, les polypes placentaires apparaissent sur le site des résidus de placenta. Dans une situation similaire après l'accouchement, une femme pendant environ trois semaines s'inquiète de saignements utérins abondants.

Les polypes placentaires sont enlevés chirurgicalement avec les restes du placenta, puis grattés.

Dimensions de croissance et à quelle vitesse peut-il croître?

Les polypes de l'utérus peuvent avoir différentes tailles de 1 à 30 mm, bien que le plus souvent de telles formations ne dépassent pas 10 mm.

Pendant longtemps, un polype peut ne pas se développer ni causer de problèmes au patient, mais en présence de facteurs provocants tels qu'un déficit en progestérone, une grossesse, un avortement, un curetage, l'intensification des formations polypeuses peut s'intensifier.

Diagnostics

Après examen médical, le patient est envoyé pour des procédures de diagnostic:

  1. Échographie;
  2. Diagnostic hystéroscopique;
  3. Grattage;
  4. Métrographie - Examen aux rayons X de la cavité utérine.

Diagnostic par échographie d'un polype dans l'utérus

Si nécessaire, le diagnostic des polypes utérins est complété par d'autres études.

Traitement de l'éducation

Le principal moyen de se débarrasser des polypes utérins est le retrait par endoscopie.

Polypectomie réalisée lors d'une hystéroscopie. Habituellement, la procédure est effectuée pendant 2-3 jours après la menstruation. Ces périodes s’expliquent par le fait qu’au cours de cette période, la couche endométriale est mince et que les formations de polypose sont clairement visibles. Le retrait est effectué par une boucle électrique et le lieu de séparation est cautérisé.

Si les formations sont petites, le médecin peut alors recommander un traitement hormonal. Les médicaments contenant des hormones peuvent réduire la production d'œstrogènes et, au contraire, augmenter le taux de progestérone.

En conséquence, les causes hormonales de la polypose sont éliminées, la formation se contracte et quitte l'utérus pendant les prochaines règles.

Si une polypose est apparue en raison d'une inflammation de l'endomètre, un traitement antibiotique est indiqué.

En raison de la nature multiple de la polypose, le traitement peut être complété par un curetage de l’endomètre dans les zones où il existe une accumulation de polypes. Après raclage, les zones endommagées sont désinfectées avec une solution spéciale. Les polypes retirés sont envoyés pour histologie.

Avis de traitement

Victoria:

J'ai enlevé le polype utérin en grattant. L'anesthésie a été faite, la région où se trouvait le polype a été raclée - et c'était tout. Pas grave. Quelques heures après la procédure, je suis rentré chez moi.

Anastasia:

J'ai eu 2 fois le polype d'hystéroscopie a été enlevé et encore une rechute. Après chaque retrait, un traitement hormonal a eu lieu. Quoi qu'il en soit, après 1,5 à 2 ans, le polype réapparaît. Fait dans différentes cliniques.

A propos de la rechute

Il n’existe aucun moyen de traiter la polypose utérine, qui serait protégée à 100% contre les récidives de pathologie. Presque tous les 10 patients après l'élimination réussie de la croissance, il y a une rééducation.

Mesures préventives

Il n’existe pas de prophylaxie spécifique des polypes; par conséquent, les principales mesures de prévention de telles formations suggèrent l’élimination des facteurs provoquants:

  • Normalisation hormonale, menstruation et ovulation;
  • Éviter l'utilisation à long terme de la contraception hormonale;
  • Visite annuelle chez le gynécologue;
  • Contrôle du poids corporel, si nécessaire, diète et exercice pour perdre du poids;
  • Élimination des dispositifs intra-utérins tels que l'avortement, le grattage, etc.

Du fait du respect de ces recommandations, le développement de polypes est tout à fait réaliste à éviter.

La vidéo sur le polype de l'utérus ressemble à une échographie:

Polypes dans l'utérus - qu'est-ce que c'est et comment est-il traité?

Chers lecteurs, nous allons parler aujourd'hui de polypes dans l'utérus. Malheureusement, beaucoup de femmes font face à de tels problèmes. Qu'est-ce qu'un polype utérin, quelles en sont les causes, que faut-il savoir sur le traitement d'un polype, s'il convient de l'éliminer - cela fera l'objet de l'article d'aujourd'hui.

Tout d’abord, parlons du concept même de polype dans l’utérus. Un polype dans l'utérus est un néoplasme de nature bénigne, localisé dans le col de l'utérus. Le polype se développe dans sa lumière. En fait, il s'agit d'une verrue ordinaire, qui s'est formée non sur la peau, mais dans le canal cervical. Peut apparaître comme un seul polype et plusieurs à la fois.

Les scientifiques croient que les causes les plus probables de leur croissance sont les désordres hormonaux, les désordres du système immunitaire, le stress fréquent et les modifications du corps causées par l'âge de la femme. Les manifestations cliniques de l'apparition de ces excroissances fongoïdes dans le col utérin sont le plus souvent absentes. Dans le cas où une infection secondaire rejoint ou des polypes provoquent des transformations cervicales, des sensations douloureuses tirant, le développement de l'hémorragie et l'apparition d'un écoulement séreux sont possibles.

Les polypes représentent un quart des modifications non malignes du col utérin. Nous parlons de pseudo-érosions et érosions, de papillomes, de condylomes à sommets, d'érythroplaques et de leucoplasies. En relation avec la menace de leur malignité, il est important que chaque femme garde en tête un examen préventif annuel. Cela vous laissera du temps pour détecter les polypes existants ou d’autres tumeurs et pour les éliminer.

Selon les statistiques, la part des polypes représente 4% des cas de la masse totale de toutes les maladies gynécologiques. L'âge auquel une femme rencontre pour la première fois cette croissance bénigne est en moyenne de 45 ans et plus, en raison de son entrée dans la période post-ménopausique. Mais parfois, ils se retrouvent même dans l’enfance chez les filles de moins de 9 ans. Quant à la menace de transformation de l’éducation en cancer, elle équivaut à 1,5% de tous les cas de la maladie.

Polypes dans l'utérus. Les causes

Quelle est la raison de l'apparition d'un polype n'est toujours pas déterminée avec précision par les médecins.

Par conséquent, les scientifiques ne mettent en garde que sur les facteurs de risque susceptibles de déclencher une augmentation de l'éducation:

  • Les maladies génitales chez les femmes qui provoquent une perturbation hormonale dans le corps. Les plus dangereux à cet égard sont considérés comme les kystes ovariens, leur dysfonctionnement, les fibromes et l'endométriose.
  • Epidémies hormonales (grossesse) et extinction causées par l'âge (ménopause).
  • Tension émotionnelle, fréquentes dépressions, situations stressantes, surmenage chronique. Toutes ces conditions conduisent à des défaillances du système immunitaire et peuvent donc provoquer une prolifération excessive.
  • Dommages à la nature mécanique du col utérin. Cela peut se produire à la fois lors du passage des examens gynécologiques (hystéroscopie, curetage thérapeutique, etc.) et en raison de processus inflammatoires (endocervicite). De plus, le col de l'utérus peut être blessé pendant le travail ou lors d'un avortement.
  • Jusqu'à 70% des polypes sont présents en présence de comorbidités telles que: érosion, cervicite, leucoplasie, colpite atrophique, polypes de l'endomètre et pseudo-érosion.
  • Une prolifération peut apparaître sur le fond d'une infection sexuellement transmissible, ainsi qu'en cas de violation de la microflore vaginale. Les maladies telles que l'herpès, l'urée, la candidose, la mycoplasmose, la chlamydia sont dangereuses à cet égard. En outre, l'infection peut être de type mixte.

Polyp utérus. Les symptômes

Comment se manifestent les polypes? Lorsqu'un polype est petit ou simple, les symptômes sont généralement complètement absents. Une femme apprend qu’elle a une tumeur seulement dans le bureau du médecin lors d’une visite programmée. Les signes cliniques de la maladie n'apparaissent que lorsque l'inflammation se développe ou qu'un polype s'infecte à la suite de la blessure.
Dans ce cas, les symptômes suivants peuvent commencer à déranger:

  • Augmentez le nombre de blancs.
  • L'émergence de la douleur, tirant le caractère. Ils ont tendance à augmenter au moment de la prochaine menstruation. La plupart des douleurs surviennent en présence de gros polypes. Ils peuvent également déranger une femme pendant l'intimité.
  • L'apparition de sang dans la décharge, non liée au cycle menstruel. Le symptôme similaire est observé à un traumatisme de croissance.

En outre, il existe un lien entre les polypes et l'infertilité, que l'on retrouve chez les femmes en âge de procréer. Cela se produit à la fois en raison d'une défaillance hormonale et en raison du polype recouvrant l'entrée du canal cervical. Les formations conduisent à des défaillances du cycle menstruel établi. La menstruation devient plus longue et plus abondante, en raison de l'augmentation des niveaux d'œstrogène et de l'épaississement de la couche muqueuse utérine.

Les polypes utérins peuvent-ils conduire à l'oncologie?

La question la plus pressante pour les femmes atteintes de polypes est la suivante: peuvent-elles mener au cancer? Cela peut arriver, mais la probabilité de malignation n’est pas élevée et ne dépasse pas 2%.

Si le processus de renaissance commence, le polype passe par plusieurs étapes:

  • La prolifération du tissu épithélial cervical (hyperplasie);
  • Transformation d'une couche épithéliale en une autre (métaplasie);
  • L'apparition de cellules précancéreuses dans la couche de métaplasie, qui ont tendance à devenir cancéreuses (en présence de facteurs provocateurs);
  • Ozlokachestvlenie éducation.

Même si une femme parvient à concevoir un enfant, le polype devient souvent un provocateur de fausse couche spontanée. Cela est dû au fait que le col de l'utérus est constamment irrité par les réflexions existantes. Une autre complication pendant la grossesse avec un polype existant est la position basse du placenta, ainsi que l'insuffisance du col de l'utérus et du cou.

En outre, vous devez être examiné par un gynécologue, s’il existe un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • Une femme en âge de procréer ne peut pas tomber enceinte;
  • Dans les périodes entre les menstruations, il y a une sélection de couleur brune;
  • Après ou pendant l'intimité, une femme a des douleurs et des saignements;
  • Chaque mois dure plus de 6 jours, des saignements utérins se produisent périodiquement;
  • Les règles sont rares.

Un signe qui doit obligatoirement alerter la femme pendant la ménopause - il s'agit d'un spotting et de saignements abondants. Dans ce cas, le rôle ne joue pas leur durée ni leur fréquence. Même si cela s'est produit une fois, il est nécessaire de consulter un médecin. Une telle décharge peut être le premier signe d'hypoplasie ou de cancer. Le danger est l'apparition de pertes sanguines d'une femme de plus de 45 ans après une absence prolongée de menstruations (après la ménopause).

Qu'est-ce qu'un polype dangereux dans l'utérus? Dois-je le supprimer?

Souvent, après la découverte de polypes dans l'utérus, la question de leur élimination se pose. Cela est dû au fait qu'ils représentent un certain danger pour la santé des femmes, notamment:

  • Le développement de saignements utérins. Au fil du temps, un polype, s'il n'est pas traité, acquiert ses propres vaisseaux. Cependant, ses murs ne sont pas trop denses, comparés à d'autres organes humains. À la suite du traumatisme de la formation, la femme saigne périodiquement entre ses règles. Parfois, la décharge est assez insignifiante, ce qui passe même inaperçu. Cependant, même de petites pertes de sang menacent le développement de l'anémie. En outre, les gros polypes peuvent entraîner des saignements prononcés, qui ne peuvent pas s’arrêter seuls.
  • L'incapacité de concevoir un enfant. Plus le nombre de formations et leur taille sont importants, plus les problèmes de possibilité de grossesse seront sérieux. Après tout, un œuf fécondé ne pourra pas pénétrer dans la cavité utérine ni s’implanter sur son endomètre. Dans ce cas, le polype constitue un obstacle mécanique sur son parcours et doit être éliminé.
  • Complications de porter un enfant. Lorsqu'une femme parvient à tomber enceinte mais qu'elle a en même temps un polype, celui-ci risque de provoquer une fausse couche, un détachement du placenta. De plus, le risque de grossesse extra-utérine augmente.
  • Formation de foyers d'infection chronique. Lorsqu'il pénètre dans la cavité utérine de l'agent pathologique, il commence son action dans la région du polype. Cela est dû à l'incapacité de la coque du polype à résister aux infections.
  • Tumeur maligne. Une transformation abrupte des cellules de la formation en une cellule maligne peut se produire. Le plus souvent, cela se produit avec des polypes adénomateux. La croissance de Ozlokachestvlenie complique le traitement, contribue à la destruction des tissus adjacents, augmente le risque de saignements utérins et constitue une menace directe pour la vie d'une femme.

En rapport avec de telles complications terribles, de nombreux gynécologues recommandent de retirer toutes les formations immédiatement après leur détection.

Diagnostic des polypes dans l'utérus

Il y a plusieurs façons de déterminer les formations sur le col utérin, parmi lesquelles:

  • Examen du vagin par un gynécologue. Même au cours de cette procédure standard, réalisée à l’aide de miroirs, le médecin peut voir les formations en saillie. Le plus souvent, ils ont une couleur rouge vif ou rose. les formes de polypose sont rondes ou uviformes. Le col est hypertrophié et épaissi. Dans le cas où le polype est kératinisé et est recouvert d'un épithélium stratifié à l'extérieur, sa couleur peut être blanche. Sur la violation de la circulation sanguine dans la croissance indique sa couleur pourpre ou bordeaux. La structure du néoplasme est douce ou élastique.
  • Cervicoscopie et colposcopie. La cervicoscopie est un examen instrumental du col utérin utilisant un hystéroscope. La caméra vidéo vous permet de voir même les plus petits polypes, la nécrose existante, entourant la formation d’ulcères ou le processus inflammatoire. Cette technique de diagnostic vous permet de déterminer la structure des excroissances. Afin de réfuter ou de confirmer une éventuelle dégénérescence cancéreuse, le médecin procède à une biopsie et à un curetage fractionnel de la paroi utérine au cours de la procédure d'examen. En outre, le matériau est examiné au microscope. Si le polype est miniature, il peut être retiré même pendant la biopsie. La colposcopie vous permet d'évaluer l'état du col de l'utérus à l'aide d'un colposcope.
  • Diagnostic échographique Lorsqu'une femme a des polypes au niveau du col utérin, il y a toujours un risque d'apparition de ceux-ci dans l'endomètre. Pour les détecter, une échographie est en mesure de fournir des informations sur l'épaisseur de la couche endométriale et sa structure. De plus, des informations supplémentaires sur l'état des trompes et des ovaires seront obtenues.

Questions et réponses populaires

Puis-je tomber enceinte avec un polype dans l'utérus?

Concevoir un enfant avec un polype dans l'utérus est possible, surtout si l'éducation n'est pas trop grande. Ce n'est pas un obstacle à la grossesse, mais peut en perturber le cours. Lorsqu'un polype a une taille impressionnante, il peut bloquer l'entrée du cou et gêner le passage de l'œuf fécondé. En outre, les tumeurs malignes peuvent conduire à la stérilité.

Est-il possible d'accoucher avec un polype dans l'utérus?

Lorsque l'éducation est retrouvée après la fécondation, il n'est pas nécessaire de se débarrasser de l'enfant. Cependant, la gestion de ces femmes enceintes a une certaine tactique. Premièrement, on montre plus souvent le passage des ultrasons, qui renseigneront sur le taux de croissance du polype, son effet sur le déroulement de la grossesse. Deuxièmement, il est nécessaire de faire un don de sang pour la biochimie et de faire une analyse des hormones. Troisièmement, une femme ne doit pas manquer les visites chez le médecin, car il ne surveille pas seulement les progrès de la maturation du fœtus, mais aussi la dynamique de la croissance de l’éducation. Quatrièmement, en cas de besoin, le médecin peut prescrire le retrait du polype même pendant la grossesse. Mais s'il n'y a pas de menaces supplémentaires (tumeur maligne, saignement, douleurs exprimées et rupture du cou lors de la sortie de l'enfant), il est alors possible de donner naissance à un néoplasme.

Polype dans l'utérus. Traitement

Comment traiter un polype dans l'utérus? Un tel néoplasme nécessite un traitement complexe, il comprend un traitement médicamenteux, qui se réduit à l'administration symptomatique de médicaments, à l'élimination des polypes et à leur prévention.
En ce qui concerne le traitement symptomatique, il est nécessaire d’éliminer les manifestations de la maladie.

Ainsi, en présence de douleurs sévères au bas de l'abdomen, les médicaments suivants peuvent être recommandés au patient:

Prendre l’un de ces analgésiques pendant une longue période ne devrait pas être, car il menace de graves problèmes avec le tractus gastro-intestinal et le foie. Par conséquent, ils ne sont prescrits que pour soulager la douleur jusqu'à l'élimination du polype.

Si une femme a des saignements, elle doit être lavée avec des antiseptiques. Protègera contre les infections: collargol, septadine, permanganate de potassium. Il s’agit également uniquement d’un traitement symptomatique, qu’il est conseillé d’appliquer uniquement avant la chirurgie.

Le retrait d'un polype utérin peut s'effectuer par diverses méthodes (cryodestruction, retrait au laser, curetage, dissection de la jambe à l'aide d'une boucle électrique ou d'un résectoscope, dévissage de la tige du polype). L'intervention chirurgicale est la principale méthode pour débarrasser une femme d'un néoplasme, car même un traitement hormonal ne peut pas l'éliminer du corps. Avec l'aide d'hormones, vous ne pouvez arrêter la croissance d'un polype.

Pour parvenir à une rechute persistante, il est nécessaire non seulement d'éliminer la cause de la formation de la croissance, mais également d'effectuer certaines procédures post-chirurgicales. Pour se débarrasser de la cause de la survenue d'un polype, antibactérien, hormonothérapie, une correction du statut immunitaire ou une intervention chirurgicale sur les ovaires peuvent être prescrits. Les mesures postopératoires sont réduites à la cautérisation du site de fixation d'un polype avec des préparations chimiques, des impulsions électriques ou un laser. Il est également important de prévenir les dommages aux tissus sains, ce qui a été rendu possible par les méthodes thérapeutiques modernes.

Écoutons les recommandations des médecins concernant le traitement d'un polype dans l'utérus.

Enlèvement du polype dans l'utérus

Une des méthodes modernes d'élimination des excroissances est l'hystéroscopie et le curetage et la polypectomie ultérieurs. L’étude ultérieure du matériel enlevé n’est pas moins importante. Parfois, les médecins utilisent des méthodes distinctes pour éliminer les excroissances: curetage diagnostique et traitement au laser.

La tactique de traitement de la maladie est déterminée par de multiples facteurs. Ainsi, joue le rôle du nombre d'années vécues par la femme, de la présence de maladies associées, de la taille, de la structure et du type de croissance, des raisons de son apparition. L'opération est essentielle lorsque:

  • La femme a un polype fibreux.
  • Le patient est diagnostiqué avec une formation de fibrose biliaire, ce qui se produit clairement lors de troubles hormonaux. Après l'élimination de ces excroissances, une hormonothérapie est indiquée.
  • On diagnostique chez une femme des polypes adénomateux qui menacent de se transformer en cancer, ainsi que si la patiente est au stade de changements climatériques dans le corps. Dans ce cas, même l'ablation de l'utérus, des appendices et des ovaires peut être prescrite.

Hystéroscopie du polype de l'utérus

Lorsqu'une femme est chargée d'éliminer un polype, elle doit trouver une clinique où l'hystéroscopie est pratiquée, l'équipement pour la procédure et un médecin disposant des connaissances, des compétences et des compétences professionnelles nécessaires.

Cette méthode moderne d’intervention chirurgicale éliminera la croissance tout en minimisant le nombre de complications possibles après la chirurgie. Toute la procédure est effectuée sous le contrôle visuel du médecin opérateur, ce qui la rend aussi douce que possible. Le moment optimal pour effectuer une hystéroscopie est jusqu'à 10 jours après la fin de la menstruation suivante. Cela vous permet de mieux considérer la tumeur et la cavité sur laquelle elle se trouve. La préparation à l'intervention commence 6 heures avant. Une femme à ce moment-là doit refuser de manger et de boire. Ceci est fait dans le but qu'après la chirurgie, le patient n'ait plus ni nausée ni vomissement.

Pour éliminer les excroissances, les médecins sont le plus souvent pris après une anesthésie générale. L'opération est rarement réalisée sous anesthésie locale. Pour commencer, le chirurgien insère un hystéroscope dans la cavité utérine, qui est un mince tube pouvant fléchir parfaitement. À son extrémité se trouve une caméra vidéo miniature qui diffuse tout ce qui se passe sur le moniteur situé dans la salle d'opération. L'utérus est soigneusement examiné à l'aide de ce dispositif, un polype est déterminé et visualisé, sa taille est spécifiée. Après cette croissance est supprimée. Un hystéroscope est également utilisé à cet effet car il est équipé d’outils spéciaux. Les tissus coupés doivent être envoyés au laboratoire à des fins de recherche.

La procédure ne prend pas beaucoup de temps. Sa durée moyenne est de 10 minutes à une demi-heure, ce qui dépend de l'état de l'endomètre utérin. Si un polype sur la jambe est diagnostiqué chez une femme, il est alors «tordu». Le lieu de fixation de la croissance, appelé le lit, est soumis à un traitement obligatoire. Il est cautérisé par laser, froid ou électrocoagulation. Ainsi, le médecin parvient à la destruction complète des tissus douloureux et empêche sa re-formation.

Gratter l'utérus

On sait que jusqu'à 30% des polypes ont tendance à se reproduire. Par conséquent, les médecins sont si sérieux au sujet de l'opération visant à éliminer un polype dans l'utérus. Pour exclure la possibilité d'une rechute, il est nécessaire de blesser le moins possible les tissus environnants et de coaguler soigneusement le lit de croissance. Le curetage diagnostique systématique comporte le risque de laisser la jambe du néoplasme, car le médecin n’a pas la capacité de visualiser. Par conséquent, le curetage avec l'hystéroscopie est prioritaire. Cependant, toutes les cliniques ne disposent pas du matériel nécessaire et de médecins qualifiés pour cela. À cet égard, le raclage est toujours pratiqué, bien qu'ils essaient de s'en éloigner.

La médecine moderne reconnaît que le grattage n'est absolument pas une méthode efficace. Cela résulte du fait que l'hystéroscopie permet de séparer une croissance, de cautériser sa jambe et seulement ensuite de réaliser un curetage. Et cela n’est fait que dans le but d’obtenir des cellules épithéliales pour des recherches plus poussées sur leur malignité.

Le curetage est souvent une mesure d'urgence, qui est effectuée afin de stopper le saignement qui s'est ouvert sur l'arrière-plan d'un polype existant. Mais le but dans ce cas n’est pas d’enlever la croissance, mais seulement l’hémostase, qui est causée par le caractère inattendu du saignement qui en résulte. Cette procédure se déroule comme suit: le cou se dilate, une boucle en métal y est insérée, appelée curette. Ensuite, les polypes sont raclés des parois utérines. Les matériaux résultants sont envoyés pour étude en laboratoire. Cette procédure nécessite nécessairement une anesthésie générale.

Enlèvement au laser de polypes utérins

Pour enlever un polype au laser, une femme malade devra se rendre à Moscou. À l’heure actuelle, une procédure similaire n’est appliquée que dans la capitale, mais elle touchera prochainement toutes les villes du pays. Le laser peut éliminer les excroissances de l’observation sans blesser les tissus voisins. Après une telle intervention, il n'y aura pas de cicatrice sur le cou et la femme ne perdra pas l'occasion de se reproduire. Par conséquent, cette méthode d'élimination des tumeurs est une priorité pour les femmes qui envisagent de donner naissance à un enfant. En outre, l'élimination du laser ne nécessite pas l'hospitalisation du patient. L'ensemble de la procédure ne prend pas plus de 180 minutes et ne nécessite pas les soins d'une femme à l'hôpital.

En outre, il existe la possibilité d'un diagnostic approfondi par minihystéroscopie. Cette procédure ne nécessite pas l'introduction d'une anesthésie et ne blesse pas le col de l'utérus. Après avoir évalué l’état de santé de la femme, le médecin déterminera les tactiques de traitement les plus appropriées. L'équipement pour l'hystéroscopie en cabinet médical vous permet d'identifier tout processus pathologique survenant dans l'utérus (myome, synéchie, hypoplasie).

L'enlèvement d'un polype à l'aide d'un laser à ce moment est la procédure la plus efficace et la plus sûre. Cela vous permet de vous débarrasser de l'éducation en couches, car le médecin est capable de contrôler avec précision la profondeur à laquelle le faisceau laser pénètre. Cela rend la période de récupération beaucoup plus courte, ne permet pas le saignement de s'ouvrir, n'affecte pas la possibilité d'une conception future. Se remettant totalement d'une telle intervention, la femme réussira au bout de six mois seulement.

L'examen programmé par un médecin doit avoir lieu au plus tard une semaine après le retrait de la croissance. Le médecin prescrira à la femme le traitement de rééducation nécessaire, en fonction des caractéristiques individuelles du patient. Tout d'abord, un traitement supplémentaire découle de la cause ayant conduit à la formation du polype.

Après avoir enlevé le polype dans l'utérus

Que devez-vous savoir sur les conséquences après une intervention chirurgicale pour éliminer les polypes de l'utérus? Les conséquences après le retrait d'un polype du corps dépendent en grande partie du type d'intervention.

Cependant, vous devez consulter un médecin si:

  • Le saignement s'est ouvert;
  • Les décharges ont une odeur désagréable, assombrie;
  • La température corporelle commence à augmenter;
  • Il y a des douleurs sévères dans l'abdomen.

Si le raclage a été effectué, la femme peut éprouver:

  • Perforation de la paroi utérine due à leur faible expansion ou à leur friabilité accrue. Si une grande surface est perforée, elle doit être suturée.
  • Inflammation de l'utérus, qui commence sur le fond d'une infection non traitée ou en violation des normes sanitaires pendant la chirurgie.
  • Hématomètre, qui s'accompagne d'une douleur intense et d'une absence de saignement après la chirurgie.

Quels sont les pertes vaginales après le retrait des polypes utérins?

Toutes les sécrétions pouvant apparaître après une opération visant à éliminer les polypes ont été divisées en plusieurs catégories:

  • Décharges correspondant à la norme physiologique. Si une intervention à faible impact a été choisie, le congé est absent ou ne dure pas plus de 2 jours. Après le raclage, ils peuvent déranger la femme jusqu'au croissant. Ils doivent être collants, avoir une teinte rouge, leur volume n'excède pas 50 ml en une journée. Le plus souvent, ils s’arrêtent complètement le cinquième jour après l’intervention.
  • Saignements pouvant survenir à la suite de lésions des vaisseaux utérins. Il a une couleur rouge, sans odeur désagréable. Si des caillots sont détectés, il peut s'agir de sang accumulé dans l'utérus et non libéré immédiatement après la chirurgie. Normalement, de telles sécrétions peuvent se produire pendant plusieurs jours. Lorsque le sang frais ne cesse pas de se détacher pendant plus de cinq jours, vous devriez consulter un médecin.
  • Un écoulement purulent est observé lorsqu'une infection bactérienne se joint. Au fil du temps, ils deviennent troubles, peuvent devenir verts ou jaunes. Il y a souvent une augmentation de la température corporelle, des douleurs dans le bas de l'abdomen. Dans ce cas, un traitement urgent avec des agents antibactériens est nécessaire.
  • La putréfaction est observée lorsque les Clostridia pénètrent dans la cavité utérine. Ils donnent à la décharge un aspect mousseux, les rendent plus visqueux, l’odeur devient extrêmement désagréable. Dans ce cas, vous devez également consulter votre médecin en temps utile.

Traitement après élimination du polype dans l'utérus

Lorsque l'intervention est effectuée à l'aide d'un hystéroscope, les complications sont peu probables. Cette procédure est considérée comme relativement sûre et à faible impact. Cependant, la raison de la prolifération d'un polype doit nécessairement être clarifiée. Cela déterminera les tactiques de traitement ultérieures.

Les trois premiers jours, après l’intervention, la femme doit prendre un médicament anesthésique - No-silo. Le nombre de réceptions par jour est de trois. Cela détendra les muscles utérins et évitera l'hématomètre (accumulation de sang due à un spasme du col utérin).

Comme l'inflammation existante est souvent à l'origine du développement des excroissances, on prescrit aux médecins un traitement post-opératoire anti-inflammatoire avec des cures courtes.

Lorsque les résultats de l'histologie effectuée sont prêts, ils doivent absolument être découverts et demander au médecin s'il est nécessaire de poursuivre le traitement. En règle générale, ils arrivent 10 jours après l'envoi.

Lorsque des polypes se forment en raison d’un déséquilibre hormonal, une femme doit suivre un traitement hormonal. Dans le même temps, les progestatifs sont prescrits (Utrogestan, Duphaston, Norkolut). Les femmes quittent les contraceptifs pour Janine, Regulon, Dimia, Yarin, Jess.

Sans consultation préalable avec un gynécologue, les remèdes homéopathiques et populaires sont contre-indiqués.

De manière plus détaillée, il est nécessaire de s'attarder sur certains aspects de la thérapie de rééducation pratiquée par les médecins modernes. Ainsi, le traitement antibactérien peut durer jusqu'à 10 jours (la période minimale est de 2 jours). Parfois, il n'est pas recommandé de prendre ce cours.

Dans cette affaire, la décision est prise par un médecin. En règle générale, il découle des considérations suivantes:

  • La femme souffre-t-elle de maladies chroniques du système génito-urinaire? Naturellement, il vaut mieux s'en débarrasser avant l'intervention. Si cela ne se produit pas, il y a un risque que des microbes pathogènes pénètrent dans la plaie existante. Cela peut entraîner le développement de complications graves et il est donc conseillé de suivre un traitement antibactérien après la chirurgie.
  • L'acceptation des anti-inflammatoires peut être due à la nécessité de se débarrasser de la cause de la formation de polypes. Dans ce cas, cela est fait pour éviter une nouvelle croissance.
  • Un traitement antibactérien est presque toujours nécessaire après le curetage, lorsqu'un polype est croisé avec un scalpel ou une boucle. Cela est dû au caractère hautement invasif de ces méthodes et évite une possible inflammation inflammatoire.

L'hormonothérapie après la chirurgie est prescrite lorsqu'un déséquilibre hormonal se manifeste dans le corps d'une femme. Cela est dû au fait qu'en l'absence de traitement adéquat, le polype se formera à nouveau et que l'intervention sera inefficace.

On peut prescrire aux femmes non seulement des analgésiques, mais aussi des sédatifs. Cela est particulièrement vrai avec des lésions tissulaires graves. Pour soulager la douleur, une femme se voit proposer de l'analginum, de l'ibuprofène, du paracétamol. Dexalgin est prescrit pour les douleurs sévères. Diminuer le stress et accélérer le processus de récupération aidera à la décoction d’herbes (valériane, menthe, mélisse).

Un traitement stimulant aidera à stimuler le processus de récupération. Pour ce faire, une femme doit prendre des complexes de vitamines et de minéraux en accordant une priorité aux vitamines A et C.

En outre, une femme devrait faire attention à votre régime alimentaire. Un régime bien préparé réduira le risque de complications et facilitera un prompt rétablissement.

Par conséquent, vous devez suivre ces règles:

  • Augmenter le contenu calorique (en raison de la viande maigre et du poisson);
  • Inclure dans le régime alimentaire des fruits et légumes;
  • Ne consommez pas d'aliments salés et épicés;
  • Éliminer complètement l'alcool.

Dans le même temps, il est important que le régime alimentaire ait été compilé avec le médecin traitant.

Des procédures physiothérapeutiques, une attention particulière devrait être portée à l'électrophorèse, à la thérapie magnétique et à la thérapie par ultrasons. Ces procédures empêcheront la formation d'adhérences et accéléreront la récupération.

Qu'est-ce qu'une femme ne devrait pas faire après la chirurgie?

Après le retrait de la croissance, une femme n'est pas recommandée pendant trois semaines:

  • Visitez les saunas et les bains, prenez un bain chaud. Cela est dû au fait que la surchauffe peut provoquer des saignements. Toutes les procédures de soins doivent être effectuées sous la douche.
  • Il est interdit de traiter avec de l'aspirine, acide acétylsalicylique, car cela augmente le risque de saignement.
  • Mois ne peut pas faire du sport et soulever des poids.
  • L'hygiène intime devrait être particulièrement rigoureuse.
  • Au moins un mois, vous ne pouvez pas avoir de relations sexuelles ni faire de douche.

Article préparé en conjonction avec le site Yazdorov.ru

Et pour l'âme, nous écouterons aujourd'hui GIOVANNI MARRADI - Only You

Je vous souhaite à tous la santé, la sagesse. Faites toujours attention à votre santé.