loader
Recommandé

Principal

Les symptômes

Causes d'une tumeur au cerveau

Pourquoi les tumeurs apparaissent-elles dans des tissus cérébraux sains? La réponse à cette question donnera tôt ou tard les résultats de nombreuses études scientifiques, mais à ce jour, les scientifiques ne sont que sur le chemin de la compréhension des mécanismes sous-jacents de l'oncogenèse.

Bien que les causes exactes des tumeurs cérébrales n'aient pas encore été établies, les «facteurs de risque» susceptibles de provoquer le développement de la maladie sont bien étudiés.

La probabilité d'une tumeur dans le cerveau peut augmenter en raison de:

  • impact environnemental agressif (facteurs de risque environnementaux);
  • une mauvaise hérédité, ainsi qu'une réduction des défenses immunitaires naturelles et des troubles métaboliques avec l'âge (facteurs de risque génétiques).

Effets environnementaux négatifs - causes avérées et présumées du cancer du cerveau

Au cours de la recherche scientifique, des chercheurs de différents pays ont tenté de découvrir le lien entre l'apparition d'une tumeur dans le cerveau et des facteurs environnementaux potentiellement dangereux. Un seul lien de ce type a clairement été mis en évidence: le risque de développement de néoplasmes a été accru sous l'action des rayonnements ionisants.

La connexion de conversations téléphoniques mobiles avec une augmentation de la probabilité d'une tumeur dans le cerveau n'a pas encore reçu de justification convaincante.

Les résultats de l'étude des effets d'autres facteurs externes sont contradictoires. Cela est dû en particulier aux difficultés objectives de tels tests. Cependant, certains experts ont tendance à penser que la probabilité d'une croissance néoplasique peut augmenter lorsque l'on consomme des aliments contenant des nitrates, lorsqu'on utilise un téléphone portable, dans la zone de rayonnement électromagnétique provenant de lignes électriques.

Dans le même temps, selon certains chercheurs, le risque de néoplasmes est plus faible chez les personnes dont le régime alimentaire est dominé par les fruits et les légumes frais. En outre, les allergies alimentaires et la varicelle transférées au cours de l’enfance peuvent réduire le risque de formation de foyers tumoraux.

Le rôle des maladies génétiques

Cumulées au fil des ans, les recherches suggèrent que seulement 5% à 10% des cancers du cerveau sont dus au fait que l’enfant a hérité des gènes défectueux de ses parents.

La plupart des facteurs de risque génétiques ne sont pas hérités, mais se forment au cours du processus de vieillissement. Dans ce cas, les gènes qui empêchent la croissance de la tumeur, deviennent inactifs ou ne fonctionnent plus correctement.

Les anomalies chromosomiques peuvent provoquer des néoplasmes dans le cerveau.

L'apparition d'une tumeur dans le cerveau peut également être associée à des anomalies chromosomiques. Comme vous le savez, chaque cellule normale du corps humain contient 23 paires de chromosomes. Le plus souvent, lorsque des néoplasmes sont détectés dans le cerveau, des modifications sont observées sur les chromosomes 1, 10, 13, 17, 19 et 22. Parallèlement, les oligodendrogliomes sont généralement diagnostiqués chez des patients présentant des modifications des chromosomes 1 et 19, des méningiomes chez des personnes présentant des modifications du chromosome 22.

Cancer du cerveau et tumeurs bénignes: les causes de divers types de tumeurs

Le terme «cancer du cerveau» dans les médias de masse regroupe les foyers de croissance tumorale malins les plus divers, dont l'apparition peut être provoquée par l'un ou l'autre des facteurs suivants:

  • Le risque de croissance de la plupart des néoplasmes malins dans le cerveau augmente avec l'âge. Ceci s'applique aux glioblastomes, astrocytomes, chondrosarcomes. Cependant, certains types de cancer, en revanche, sont détectés principalement chez les enfants et les jeunes. En particulier, les tumeurs tératoïde-rhabdioïde très rares et extrêmement agressives sont généralement diagnostiquées chez les enfants de moins de 3 ans, la médullobastomie chez les enfants jusqu'à 10 ans, les tumeurs germinales chez les patients âgés de 11 à 30 ans, le médullobastome. Les craniopharyngiomes sont formés chez les enfants de moins de 14 ans ou chez les patients de plus de 45 ans, et ne surviennent presque jamais chez les personnes d'âge moyen.
  • Le lien entre la probabilité d'apparition de certains néoplasmes et la race est noté Par exemple, les craniopharyngiomes sont plus fréquents chez les patients à la peau foncée.
  • Dans certains cas, l'incidence de l'incidence du sexe du patient est retracée: les glioblastomes se trouvent plus souvent chez les hommes, les tumeurs hypophysaires - chez les femmes.

Lymphomes multiples chez un patient infecté par le VIH

  • La probabilité de formation d'hémangioblastome chez les patients atteints du syndrome de Hippel-Lindau est presque cent pour cent. Le risque de lymphome est plus élevé chez les personnes infectées par le VIH et les personnes atteintes de maladies auto-immunes. Des anomalies génétiques et chromosomiques sont observées chez les patients atteints de médulloblastomes.

Les causes du développement de divers types de tumeurs bénignes sont également activement étudiées et, en fonction des résultats des études réalisées, certaines caractéristiques ont été identifiées. Y compris trouvé que:

  • Certains types de kystes se forment au cours de la période de développement embryonnaire. Toutefois, les experts n’ont pas encore compris comment cela se produit et ont trouvé un moyen d’empêcher ou d’arrêter ce processus.
  • La cause de la formation de méningiomes peut être une irradiation de la tête dans le cadre du traitement précédent. Le risque de tumeurs est également plus élevé chez les patientes atteintes de neurofibromatose de type 2 et ayant des antécédents de cancer du sein. Parallèlement, chez 5% à 15% des patients atteints de neurofibromatose, des foyers multiples se forment. Certains méningiomes ont des récepteurs qui se lient aux hormones sexuelles - progestérone, androgènes et œstrogènes (moins souvent). Les experts notent que ces tumeurs se développent plus rapidement pendant la grossesse.

Des modifications des niveaux hormonaux pendant la grossesse peuvent contribuer au développement des méningiomes

  • Le défaut du gène responsable de la prévention de son apparition contribue à la formation de schwannome.

En conclusion, nous devons ajouter que les neuro-oncologues opèrent aujourd'hui avec une quantité d'informations fondamentalement différente de celle d'il y a quelques décennies. Et il y a tout lieu de penser que, dans un avenir très proche, les causes du cancer du cerveau humain cesseront d'être un mystère. Cela signifie que les médecins auront la possibilité non seulement de traiter avec succès les patients atteints de tumeurs cérébrales, mais également de prévenir leur apparition.

Tumeur cérébrale: symptômes, stades, causes, traitement de l'enlèvement et pronostic

Qu'est-ce qu'une tumeur au cerveau?

Les tumeurs cérébrales représentent environ 4 à 5% de toutes les lésions et sont divisées en intracérébrales et extracérébrales. Ces derniers comprennent les tumeurs des méninges, les racines des nerfs crâniens, les tumeurs qui se développent dans la cavité du crâne à partir de ses os et de ses cavités accessoires, etc.

Selon le lieu d'origine, on distingue les tumeurs primitives (celles qui se sont développées directement dans le cerveau) et les tumeurs secondaires (métastases d'autres organes et tumeurs se développant dans la cavité du crâne).

Les tumeurs sont également divisées en fonction des tissus affectés (épithélium, coquilles nerveuses, méninges du cerveau, etc.). Une tumeur cérébrale est relativement rarement multiple et métastase (se déplace) vers d'autres organes.

L'une des caractéristiques de ces tumeurs est que, dans la plupart des cas, elles se développent et germent dans les tissus environnants, ce qui les empêche de retirer complètement une tumeur au cerveau.

Une telle croissance est caractéristique non seulement des tumeurs malignes, mais également des tumeurs bénignes à croissance lente. Parfois, cette germination est combinée à l’extension des limites de la tumeur et à la compression du tissu cérébral environnant.

Causes d'une tumeur au cerveau

La seule cause établie de tumeurs cérébrales est la radiation. Les années précédentes, les enfants atteints de teigne causée par une infection fongique du cuir chevelu recevaient une radiothérapie à faible dose. Par la suite, cela a entraîné un risque accru de développer des tumeurs.

Actuellement, la plupart des cas de cette maladie sont causés par l'irradiation de la tête par d'autres types de tumeurs malignes. Certains suggèrent que l'exposition au chlorure de vinyle (gaz incolore utilisé dans la fabrication de produits en plastique), à ​​l'aspartame (substitut du sucre) et aux champs électromagnétiques des téléphones portables ou des lignes de transmission à haute tension pourrait être à l'origine de la maladie.

Stade de tumeur cérébrale

Du degré de malignité de la tumeur, il y a 4 étapes de son développement:

Éducation bénigne

Ils se développent lentement, les cellules ressemblent à la normale, la tumeur est clairement délimitée du tissu sain.

Education avec un minimum de symptômes malins

La croissance lente, cependant, la tumeur a la capacité d'invasion et revient souvent, et peut également se transformer en une forme plus agressive.

L'éducation avec des signes prononcés d'agressivité

Il se développe rapidement dans les tissus sains, a des contours flous, les cellules diffèrent de la normale.

Éducation agressive

Très rapidement, la nécrose et les hémorragies se développent à l'intérieur du tissu cérébral.

Symptômes d'une tumeur au cerveau

Les symptômes d'une tumeur cérébrale dépendent de la partie du cerveau touchée par la tumeur et des symptômes cérébraux généraux. Le mal de tête est généralement lié à des symptômes cérébraux - il s’agit généralement du premier signe de la maladie. Le mal de tête se cambre, survient plus souvent le matin, après le sommeil, lorsque la tête est inclinée, la tension des abdominaux, etc.

Avant l'apparition de la douleur, il y a une sensation de lourdeur, de distension dans la tête, de nausée. Peu à peu, le mal de tête devient constant, accompagné de nausées et de vomissements. Les autres symptômes incluent également divers troubles mentaux, plus fréquents chez les personnes âgées:

  • divers troubles de la conscience;
  • l'attention et la concentration sont réduites;
  • perception et compréhension difficiles de ce qui se passe;
  • les patients parlent lentement;
  • trouver des mots avec difficulté, etc.

Avec une augmentation de la pression intracrânienne, cette condition augmente et peut sombrer dans le coma. Les symptômes locaux d'une tumeur incluent divers troubles du mouvement, par exemple, sous la forme de paralysie d'une moitié du corps, de convulsions convulsives de certaines parties du corps, de troubles visuels, auditifs, etc.

Descriptions des symptômes d'une tumeur au cerveau

Diagnostic d'une tumeur cérébrale

En cas de suspicion de tumeur au cerveau, on procède tout d'abord à un examen neurologique approfondi du patient, ainsi qu'à un examen obligatoire du fond de l'œil (l'état des vaisseaux sanguins alimentant en sang l'organe visuel peut indiquer une augmentation de la pression intracrânienne). Les capacités auditives, olfactives, gustatives, vestibulaires (équilibre), etc.

Pour clarifier le diagnostic sont appliqués:

Traitement des tumeurs cérébrales

Actuellement, les méthodes suivantes sont utilisées pour traiter une tumeur au cerveau: thérapie conservatrice, chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Le plus efficace est une approche intégrée.

Les patients ayant reçu un diagnostic de tumeur au cerveau sont traités par plusieurs spécialistes à la fois:

Traitement de la toxicomanie

Le traitement conservateur (sans chirurgie) est dans ce cas auxiliaire. Des médicaments sont prescrits pour soulager l'enflure du cerveau et réduire la pression intracrânienne, ce qui entraîne une diminution des manifestations cérébrales.

Les analgésiques sont prescrits en cas de forte migraine persistante. Dans la plupart des cas, en ce qui concerne les tumeurs cérébrales, le traitement chirurgical est effectué dans des services de neurochirurgie spécialisés.

La chirurgie

S'il existe une menace immédiate pour la vie du patient (si la zone vitale du cerveau est comprimée, par exemple avec une vision réduite, une paralysie, etc.), des opérations urgentes sont effectuées. Toutes les opérations sur le cerveau peuvent être divisées en radical et palliatif.

Les opérations radicales sont, par exemple, l’enlèvement complet d’une tumeur bénigne et les opérations palliatives sont des opérations destinées à améliorer l’état du patient, par exemple à réduire la pression intracrânienne et, par conséquent, les maux de tête.

Radiothérapie

La radiothérapie des tumeurs est réalisée par la méthode d'implantation radiochirurgicale ou par irradiation à distance. Dans le premier cas, des préparations radiopharmacologiques solides ou liquides sont implantées directement dans une tumeur cérébrale.

L'irradiation à distance est réalisée principalement après une intervention chirurgicale en tant que phase d'un traitement complexe. En l'absence de cas d'auto-guérison, un traitement, y compris une intervention chirurgicale, est nécessaire.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est l’une des méthodes de traitement les plus efficaces, elle n’est utilisée qu’après confirmation histologique de la tumeur. Le médicament, sa posologie et sa voie d'administration dépendent de la maladie, des circonstances concomitantes et des caractéristiques du patient.

Traitement d'une tumeur au cerveau en Israël

Il existe plusieurs types de traitement des tumeurs cérébrales en Israël. Les facteurs suivants influencent la décision du médecin: quel type de tumeur cérébrale, son emplacement, sa taille, ainsi que son âge et son état général. En règle générale, les méthodes de traitement des enfants et des adultes diffèrent. Le médecin établit un plan de traitement individuel pour chaque patient.

De nombreux patients sont généralement intéressés par les questions suivantes:

  • Quel type de traitement sera effectué?
  • Quels sont les avantages attendus du traitement proposé?
  • Quels sont les dangers du traitement?
  • Que peut-on faire pour atténuer les effets secondaires?
  • La participation du patient aux études cliniques est-elle?
  • S'il faut changer le mode de vie habituel, pour quelle période de temps?

Le traitement d'une tumeur au cerveau en Israël comprend les activités suivantes:

  • ablation d'une tumeur au cerveau,
  • radiothérapie (radiothérapie),
  • chimiothérapie.

Peut-être que la combinaison entre les traitements et cela dépend de la condition physique du patient.

Au cours du traitement, le patient est informé:

  • neurochirurgien;
  • oncologue;
  • radiologue;
  • nutritionniste;
  • une infirmière et dans certains cas un travailleur social.

Avant de commencer le traitement, on prescrit habituellement des stéroïdes au patient. Certains patients se voient prescrire des médicaments contre les spasmes et les crampes.

Traitement d'une tumeur au cerveau en Allemagne

Le diagnostic des néoplasmes cérébraux en Allemagne est réalisé à l'aide des données les plus récentes issues de la science et de la technologie médicales, impliquant des consultants de domaines connexes, et repose sur des données obtenues:

  • examen neurologique classique;
  • examen ophtalmologique;
  • examen oto-rhino-laryngologique;
  • tomodensitométrie (CT) 4
  • imagerie par résonance magnétique (IRM) 4
  • tomographie par émission de positrons (PET);
  • échoencéphalographie;
  • test sanguin pour onco-marqueurs;
  • examen cytologique du liquide céphalorachidien.

Le traitement de chaque patient atteint de néoplasmes cérébraux en Allemagne est effectué selon un plan strictement individuel et combine l'utilisation des méthodes de traitement suivantes:

  • chirurgical;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie.

Le traitement chirurgical des tumeurs cérébrales en Allemagne associe un radicalisme maximal pour retirer une tumeur cérébrale afin d’empêcher sa récurrence, en utilisant la technique la plus douce pour les tissus non touchés.

Le retrait chirurgical des tumeurs en Allemagne fait nécessairement appel à un système de neuro-positionnement informatisé, qui permet d'effectuer les manipulations nécessaires dans le cerveau à une fraction de millimètre près.

Pendant l'opération, une tomographie du cerveau est effectuée en permanence, une technique de microchirurgie est largement utilisée. L'un des types de radiothérapie est le gamma knife qui permet de traiter les petites tumeurs situées profondément dans le cerveau, évitant ainsi un accès chirurgical traumatique pour les tissus sains.

La chimiothérapie dans le traitement des tumeurs cérébrales en Allemagne vise les effets les plus localisés des médicaments de chimiothérapie sur la tumeur cérébrale, pour lesquels l'administration de médicaments par endoscopie est utilisée aussi près que possible du nidus.

Stades de la tumeur cérébrale et pronostic de survie

Il faut comprendre que toute donnée statistique sur la survie des tumeurs cancéreuses:

Étape 1

Si, dès les premiers symptômes de la maladie (maux de tête, incoordination), le patient se rend à la clinique pour un diagnostic détaillé, le médecin peut effectuer une opération en temps voulu pour retirer toute la tumeur (si la localisation le permet) ou sa partie principale.

Dans ce cas, le patient peut vivre 5 ans ou plus s'il continue à prendre des médicaments et à se rendre dans des établissements médicaux pour le traitement adjuvant. Cela peut être une radiothérapie, une thérapie ciblée ou d'autres formes d'exposition.

Il est également nécessaire de procéder à une correction complète du mode de vie - se conformer au sommeil et au repos, éviter le stress, les surtensions, l'exposition aux rayons ultraviolets. Une nutrition adéquate et le soutien des forces immunitaires du corps jouent un grand rôle.

Étape 2

Dans la seconde étape, le pronostic est moins favorable, car les cellules tumorales commencent à se développer rapidement et exercent une pression sur les lobes adjacents. Si la tumeur est localisée directement dans le cerveau, l'opération risque de ne pas être appropriée.

Cependant, souvent, seule une intervention chirurgicale peut prolonger la vie du patient. L'opération doit être réalisée par un neurochirurgien hautement qualifié. Avec des soins appropriés et la poursuite du traitement après le retrait de la tumeur, l'espérance de vie est d'environ 2-3 ans.

L'âge du patient compte également. Après 65 ans, le taux de survie des patients opérés, soumis à une radiothérapie ou à une chimiothérapie est beaucoup plus bas que chez les patients jeunes et les patients d'âge moyen. Ceci est simplement expliqué - le jeune organisme a une plus grande capacité de résistance.

Étape 3

Habituellement, à ce stade, les opérations sont rarement effectuées. Les patients dépassent rarement le seuil de deux ans. Souvent, les tumeurs se développent rapidement et une personne commence à disparaître sous nos yeux, perdant sa vitalité en quelques mois.

Il existe des méthodes de traitement alternatives et expérimentales qui, dans certains cas, sont efficaces et permettent de guérir le cancer au 3ème degré. Par exemple, les médecins européens et américains utilisent le dernier nanovaccin, qui a un effet thérapeutique extraordinaire. Certes, il n’existe aucune information officielle sur les essais cliniques de ce médicament.

Étape 4

Si les médecins diagnostiqués avec un cancer du cerveau de grade 4, les chances de guérison du patient sont pratiquement absentes - la famille et les amis du patient devraient en venir à bout. Dans la pratique médicale nationale, il n’est pas habituel d’informer le patient de la durée de vie prévue, puisqu’après ces peines, 90% des patients abandonnent et meurent encore plus rapidement.

Si une personne n'est pas au courant des prévisions et poursuit le traitement, la division des cellules pathologiques peut cesser et le patient continuera à prendre des médicaments pendant de nombreuses années.

Tumeur bénigne du cerveau

Une tumeur cérébrale bénigne ne se propage pas vers d'autres organes, ne s'étend pas au-delà du tissu cérébral et n'infecte pas les autres organes. Elle se caractérise par une croissance lente et leurs symptômes dépendent de l'emplacement de la tumeur elle-même. Pour les tumeurs cérébrales bénignes comprennent les types suivants:

Tumeur cérébrale maligne

Une tumeur maligne du cerveau est un néoplasme pathologique du tissu cérébral. Une tumeur peut rapidement grossir, germer dans les tissus voisins et les détruire. Une tumeur se développe à partir de cellules immatures du tissu cérébral ou de cellules qui ont pénétré dans le cerveau à partir d'autres organes du corps humain en y pénétrant par le système circulatoire.

Une tumeur maligne du cerveau est une métastase de tumeurs cancéreuses qui se développent dans d'autres parties du corps: cancer des glandes mammaires, poumons, maladies malignes de la lymphe et du sang qui se propagent dans le système circulatoire et peuvent pénétrer dans le cerveau. Les métastases surviennent soit dans une zone du cerveau, soit dans plusieurs à la fois.

Une tumeur cérébrale peut être primaire et secondaire. Les cellules primaires sont formées à partir de cellules cérébrales. En règle générale, il s’agit de gliomes formés de cellules gliales. La tumeur maligne la plus courante du groupe des gliomes est le glioblastome multiforme, ainsi que l'astrocytome et l'oligodendrogliome en croissance assez rapide.

Astrocytome cérébral

L'astrocytome cérébral est un néoplasme glial formé par des astrocytes (cellules neurogliales assurant une fonction de support). C'est la forme la plus courante de gliome. Il peut toucher des personnes de tout âge, mais il est plus fréquent chez les adultes, principalement chez les hommes d'âge moyen.

Les astrocytomes peuvent se développer dans n’importe quelle partie du cerveau, mais ses endroits préférés sont:

  • hémisphères cérébraux du cerveau - chez l'adulte;
  • nerf optique - chez les enfants;
  • tronc cérébral;
  • cervelet.

Chez les enfants et les jeunes, les astrocytomes se développent le plus souvent à la base du cerveau. Dans le même temps, la tumeur forme souvent des kystes.

Cancer du cerveau

Dans le cancer du cerveau, les cellules cancéreuses malignes se développent dans les tissus cérébraux. Les cellules cancéreuses se développent pour former un cancer qui affecte le fonctionnement du cerveau, tel que le contrôle musculaire, la mémoire, etc.

Les tumeurs malignes sont des tumeurs constituées de cellules cancéreuses et les tumeurs constituées de cellules non cancéreuses sont appelées tumeurs bénignes.

Les cellules cancéreuses qui se développent dans les tissus cérébraux sont appelées tumeurs primaires. Selon différentes sources, le cancer du cerveau se développe chaque année chez environ 20 000 personnes dans un pays développé distinct du monde.

Méningiome

Le méningiome est une tumeur qui se développe à partir de cellules de la dure-mère - le tissu entourant le cerveau. Les méningiomes sont assez fréquents. Les méningiomes peuvent se former dans n’importe quelle partie du crâne, à la fois de façon convexe et à la base du crâne.

Les manifestations de la maladie dépendent de la localisation de la tumeur et peuvent être exprimées sous la forme des symptômes suivants:

  • faiblesse dans les membres (parésie);
  • diminution de l'acuité visuelle et perte des champs visuels;
  • apparition de fantômes et omission de la paupière;
  • troubles de la sensibilité dans diverses parties du corps;
  • crises d'épilepsie;
  • l'émergence de troubles psycho-émotionnels;
  • juste des maux de tête.

Les phases négligées de la maladie, lorsque le méningiome atteint une taille importante, entraînent un œdème et une compression du tissu cérébral, entraînant une forte augmentation de la pression intracrânienne, se manifestent généralement par de graves maux de tête avec nausée, vomissements, dépression de conscience et une menace réelle pour la vie du patient.

Kyste du cerveau

Par kyste cérébral, on entend une bulle de fluide qui se forme entre les structures du cerveau. Il existe deux principaux types de kystes. Il s’agit d’un kyste arachnoïdien caractérisé par une accumulation de liquide entre les couches collées des méninges et d’un kyste intracérébral caractérisé par une accumulation de liquide à la place de la partie décédée du cerveau.

Le kyste arachnoïdien est le plus souvent le résultat d'une inflammation de la muqueuse du cerveau, d'hémorragies ou de blessures. Ce nom du kyste provient du nom de la membrane arachnoïdienne du cerveau. Si le liquide contenu dans le kyste écrase beaucoup plus que la pression intracrânienne, cela peut entraîner une compression du cortex, ce qui entraînera de nombreux symptômes désagréables.

Questions et réponses sur le sujet "Tumeur cérébrale"

Question: Bonjour! Après le retrait de la tumeur dans le cerveau de la jambe gauche de son mari a échoué. Combien de temps faudra-t-il pour agir? L'opération a eu lieu le 02/09/2018, merci d'avance.

Question: On m'a diagnostiqué du dneo dans le cerveau par IRM. J'ai 50 ans Est-ce que ça vaut le coup d'opérer?

Question: Bonjour. 10/06/2016 J'ai enlevé une tumeur au cerveau dans le lobe frontal droit (astrocytome pilocetral). Dis-moi, comment devrais-je me sentir après autant de temps? Puis-je avoir des troubles sur le fond de la chirurgie? Je ne peux tout simplement pas retrouver mes esprits avant la fin, je souffre de dépression - je bois des antidépresseurs, une vision floue, je crains que tout ne se reproduise. En un mot, je suis à la limite, je n’ai pas encore fait d’IRM. Après la chirurgie, la tomodensitométrie a été réalisée avec contraste (les données concernant les résidus tumoraux n’ont pas été identifiées). Maintenant j'ai peur de le faire. Existe-t-il des symptômes spécifiques suggérant une rechute? Ou peut-être que le cerveau a besoin d'un peu de temps pour récupérer. En général, je vous demande conseil et j'espère une réponse rapide. Merci d'avance!

Question: Bonjour, mon fils de 23 ans a retiré totalement une tumeur au cerveau dans la région pariétale (elle était dans une capsule et un nodulaire). Malheureusement, la bopsia présentait un glioblastome au 4e rang. Pour le moment, il n'a aucune sensibilité pour les objets de la main gauche. Dites-moi, dans votre grand cabinet médical, y a-t-il des personnes qui avaient des foies longs avec un tel diagnostic? Dans votre vie, vous avez probablement examiné beaucoup de ces patients. Ou est-ce toujours une phrase? Pour le moment, il se sent bien, mais six mois seulement se sont écoulés après l'opération. Comment peut-il restaurer la sensibilité de la brosse? Est-il probablement mort d'une partie du cerveau qui en est responsable? Quelle pourrait être la prochaine?

Question: Quels sont les symptômes d’une tumeur cérébrale à un stade précoce et au-delà? Si vous avez réussi à faire une opération au début, combien de personnes vivront encore?

Question: Bonjour. Ma mère a 45 ans. Elle a eu une crise convulsive - il y avait des convulsions, paralysé du côté droit et ne pouvait pas parler. Une ambulance a été appelée, ils ont été emmenés à l'hôpital et le tomographe a été cassé. Après une journée, elle tomba dans le coma. 3 jours avant ce qui s'est passé, sa main s'est engourdie et elle a eu mal au dos. Le vingtième jour, le coma a commencé à ouvrir les yeux, à bouger les membres gauches, parfois à se concentrer. Ils ont donné un nouveau tomographe - le 23ème jour - un tomogramme a montré une tumeur au cerveau. Le médecin a déclaré qu'il était nécessaire de conduire à Barnaul - ne peuvent être traités que par chirurgie. Dites-moi s'il vous plaît, peuvent-ils l'opérer dans le coma ou doit-elle attendre jusqu'à ce qu'elle quitte le coma? Quelles sont les conséquences de l'opération et existe-t-il une chance de se rétablir complètement? Merci d'avance pour la réponse.

Question: Bonjour! En 2000, ma femme a subi une intervention chirurgicale pour enlever une tumeur au cerveau (astrocétome anaplasique du cerveau du lobe temporal gauche). En 2011, nous avons fait une IRM. À gauche, dans le lobe temporal, se trouve une zone de modifications kystiques étendues, entourée d'une petite zone de gliose, aux contours assez nets, de forme irrégulière, avec des tailles pouvant atteindre 4,9 * 5,0 * 2,2 cm, suspectant une croissance continue. Après l'introduction d'un agent de contraste (omniscan-10 ml), une section d'accumulation de FE de forme irrégulière de 1,5 * 0,9 * 0,8 cm a été trouvée. Après un examen à l'hôpital clinique régional de Tula, il a été décidé de reporter l'opération à 6 mois, avec recommandation d'une radiothérapie répétée. Nous vivons dans la ville de Murom, région de Vladimir. Son médecin traitant, un neurologue, nécessite une consultation urgente à l'Institut Burdenko, en rapport avec une atrophie partielle des nerfs optiques, une augmentation des crises d'épilepsie et des céphalées prolongées. Que devrait-elle faire?

Question: Bonjour. Je m'appelle Vitaly. J'ai 36 ans. En 2009, une tumeur au cerveau a été retirée (méningiome à MMU). Après 1,5 ans, une IRM a été réalisée, révélant la présence d'un kyste cérébral de 15 * 16 * 21mm. S'il vous plaît dites-moi si un kyste est dangereux, peut-il être une cause de graves maux de tête, que faut-il craindre?

Cancer du cerveau

Une tumeur cérébrale est constituée de cellules cancéreuses se traduisant par une croissance anormale du cerveau. Les tumeurs peuvent être à la fois bénignes (ne se propagent pas et ne pénètrent pas dans d'autres organes et tissus) et malignes (cancéreuses).

Qu'est-ce que le cancer du cerveau?

Cancer du cerveau: premiers symptômes

Lorsque des tumeurs intracrâniennes à division cellulaire incontrôlée sont détectées dans le cerveau, un cancer du cerveau est diagnostiqué. Auparavant, les cellules étaient des neurones normaux, des cellules gliales, des astrocytes, des oligodendrocytes, des cellules épendymales et constituaient les tissus du cerveau, les membranes du cerveau, le crâne, les formations cérébrales glandulaires (épiphyse et pituitaire).

Pour comprendre ce qu'est le cancer du cerveau, vous devez savoir ce que sont les tumeurs cérébrales. Ils peuvent être déployés à l'intérieur du crâne ou dans la région du canal rachidien central. Les tumeurs appartiennent à des groupes en fonction du foyer primaire et de la composition cellulaire.

Le cancer primitif du cerveau se forme à partir des tissus du cerveau, de ses membranes et des nerfs du crâne. Une tumeur maligne secondaire du cerveau se développe à la suite de la propagation de métastases de la tumeur primitive qui se produit dans un autre organe.

Chez l'adulte, une tumeur au cerveau est le plus souvent observée chez les femmes: bénigne ou maligne pour une raison hormonale - en raison d'une grossesse, prise de contraceptifs oraux, stimulation de la production d'un ovule pendant une procédure de FIV.

Une tumeur bénigne se développe lentement sans se propager à d'autres tissus. Une tumeur maligne se forme dans n’importe quelle région du cerveau, elle se développe et s’agrandit rapidement, endommage les tissus du système nerveux central, modifie les réflexes moteurs ou mentaux du corps, qui sont contrôlés par le cerveau.

Le cancer du cerveau chez les enfants est un médulloblastome, un neurome, un shavnom, un méningiome, un gliome, un craniopharyngome et d'autres tumeurs. L'oncologie du cerveau chez les enfants de moins de 3 ans se développe à partir de tumeurs de la ligne médiane du cerveau. Des formations de dégénérescence kystique peuvent se produire dans les hémisphères cérébraux. Ils occupent souvent 2-3 lobes adjacents des hémisphères.

Causes du cancer du cerveau

De ce qui semble être une tumeur cérébrale fiable, la science n’est pas encore connue. Les causes du cancer du cerveau sont associées à des troubles héréditaires de la génétique dans 15% des cas.

La croissance des cellules cancéreuses est stimulée par les récepteurs. Par exemple, dans le glioblastome, ils sont stimulés par les récepteurs du facteur de croissance épidermique. En fonction de l'origine moléculaire, les onchophopoles déterminent le déroulement du traitement de la chimie avec des médicaments standard et de la thérapie ciblée avec des agents biologiques.

Certaines anomalies génétiques causées par des tumeurs ne sont pas dues à un héritage, mais à des facteurs environnementaux ou autres ayant une incidence sur l'ADN des cellules. Par exemple, en relation avec des virus, des hormones, des produits chimiques, des radiations. Les scientifiques travaillent à l'identification de gènes spécifiques qui souffrent de certains déclencheurs environnementaux: catalyseurs et irritants.

2% des cas d'oncologie sont une tumeur au cerveau, dont les causes peuvent être associées aux facteurs de risque suivants:

  • sexe: en général, le cancer du cerveau le plus souvent des hommes et les méningiomes - les femmes;
  • âge: chez les adultes, les tumeurs se développent plus près de 65 à 79 ans. Chez les enfants après la leucémie, les tumeurs malignes du cerveau et de la moelle épinière sont à la deuxième place, le plus souvent après 8 ans.
  • race: les représentants du globe à la peau blanche sont plus souvent malades des races noires;
  • environnemental et professionnel: affecte les rayonnements ionisants et les produits chimiques tels que le chlorure de vinyle et le plomb, le mercure et l'arsenic, les produits pétroliers, les pesticides, l'amiante;
  • conditions médicales: troubles du système immunitaire, ainsi que transplantation d'organe, infections à VIH et chimiothérapie, qui affaiblissent le système immunitaire.

Types de tumeurs cérébrales

Que sont les tumeurs cérébrales?

Les néoplasmes cérébraux sont primaires et secondaires.

Moins fréquemment, le cancer primitif du cerveau se forme dans les tissus, dans la zone des frontières, les membranes, les nerfs crâniens, le corps pinéal et la glande pituitaire. Le développement des tumeurs primitives peut être bénin au début. Cependant, toute tumeur cérébrale inopérable est dangereuse pour une personne, qu'elle soit maligne ou bénigne. En raison de la mutation des cellules dans l'ADN de leur division et de leur croissance accélérées, des cellules anormales commencent à se développer et à former une tumeur.

Une tumeur du tronc cérébral peut être localisée dans différents secteurs du tronc et devenir un pont, s'infiltrer dans toutes les structures du tronc et être inopérable. En plus des astrocytomes diffus, il existe des tumeurs sous la forme de nœuds, avec délimitation et sous la forme de kystes. Ces formations sont soumises à un traitement chirurgical.

Tumeurs cérébrales

La classification des tumeurs de la tige comprend les néoplasmes:

  • Tige primaire:
  1. intrastrift;
  2. tige exophytique.
  • Tige secondaire:
  1. pénétrer dans le tronc cérébral à travers les jambes du cervelet ou le fond de la fosse rhomboïde;
  2. parastyle;
  3. étroitement épissé avec le tronc cérébral;
  4. déformer le tronc cérébral.

Les tumeurs de la tige primaire sont formées à partir des tissus du tronc cérébral, de la tige secondaire - du cervelet et des membranes du quatrième ventricule, puis germent dans le tronc cérébral. Dans le premier cas, le dysfonctionnement est détecté tôt, dans le second - dans les stades ultérieurs, de sorte que la formation est difficile à éliminer chirurgicalement.

Les cancers secondaires du cerveau se développent plus fréquemment en raison de métastases d'onco-tumeurs, par exemple de glandes mammaires ou de poumons, de reins ou de mélanomes de la peau. Les néoplasmes sont classés en fonction du type de cellules à partir desquelles ils sont formés et de l'endroit où ils se développent.

La classification du cancer du cerveau comprend:

  • Gliome

Le gliome cérébral, en tant que tumeur primitive, représente 80% de tous les néoplasmes. Il n'appartient à aucun type particulier de cancer, mais regroupe les tumeurs apparaissant dans les cellules gliales (cellules nerveuses glogulaires ou gliales) et effectuant un travail secondaire.) Dans les cellules gliales, à l'exception de la microglie, fonctions communes et partiellement d'origine. Les cellules gliales entourent les neurones et fournissent les conditions pour la transmission de l'influx nerveux. Ils sont construits en reliant ou en soutenant le tissu dans le système nerveux central.

Quatre classes (degrés) de gliomes reflètent le degré de développement malin:

  1. I et II sont de bas grade: ils se caractérisent par une croissance lente et moins de malignité;
  2. III et IV - à part entière: la classe III est considérée comme maligne avec une croissance tumorale modérée, la classe IV - fait référence aux tumeurs malignes des glioblastomes et aux formations oncologiques primaires agressives en croissance rapide.

Le développement des gliomes peut se produire à partir de différents types de cellules gliales.

Cellules gliales - les astrocytes constituent les astrocytomes. Ils représentent 60% de tous les néoplasmes malins primaires du cerveau.

  • Oligodendrogliome

Le développement provient des cellules gliales - les oligodendrocytes. Ils constituent un revêtement protecteur des cellules nerveuses. Les oligodendrogliomes appartiennent à des tumeurs de bas grade (classe II) ou anaplasiques (classe III). Ils sont rares, plus souvent dans les gliomes mixtes. Personnes malades jeunes et d'âge moyen.

Se développe à partir de cellules épendymales du secteur inférieur du cerveau et du canal central de la moelle épinière. La pathologie est fréquente chez les enfants et les adultes âgés de 40 à 50 ans. L'épendymome est de 4 catégories (classes):

  1. Classe I - épendymomes mixopapillaires;
  2. Classe II - épendymome;
  3. Grades III et IV - épendymome anaplasique.

Les gliomes mixtes consistent en un mélange de divers oncogliomes. La moitié d'entre eux sont constitués d'oligodendrocytes et d'astrocytes. Les gliomes contiennent également des cellules cancéreuses autres que les cellules gliales qui se développent à partir de cellules cérébrales.

  • Non-gliome, une tumeur maligne, comprenant plusieurs types de formations:
  1. médulloblastome - il se développe à partir du cervelet en direction du secteur postérieur du cerveau. La tumeur à croissance rapide représente 15 à 20% des formations chez l'enfant et 20% chez l'adulte;
  2. adénome hypophysaire, constituant 10% des formations primaires onco-et bénignes du cerveau. Il se développe lentement dans l'hypophyse, les femmes sont plus souvent malades;
  3. Lymphome du SNC - affecte les personnes en bonne santé et l'immunodéficience. Souvent due à d'autres maladies, transplantations d'organes, infection à VIH, etc. Le plus souvent, elle est déterminée dans les hémisphères du cerveau, moins souvent dans le liquide céphalo-rachidien, la moelle épinière et la zone des yeux.

Les non-gliomes bénins comprennent:

  • Le méningiome est une tumeur bénigne qui se développe dans la membrane recouvrant le cerveau et la moelle épinière (gaine du cerveau). Il représente 25% de toutes les tumeurs primitives et est fréquent chez les femmes âgées de 60 à 70 ans.
    Les méningiomes sont bénins (première année), atypiques (deuxième année) et anaplasiques (troisième année).

Tumeurs métastatiques secondaires

En relation avec le processus malin dans les organes et les tissus du corps et les métastases du cerveau, des néoplasmes secondaires se développent, par exemple, un sarcome du cerveau (du tissu conjonctif et de ses membranes) ou un lymphome du cerveau. La nouvelle croissance peut être le premier signe de cancer dans n'importe quel organe.

Metastasize au cerveau et donne lieu à une tumeur secondaire:

Symptômes et signes du cancer du cerveau

Il est important de savoir comment le cancer du cerveau se manifeste, car les symptômes imitent souvent d'autres troubles neurologiques. Cela rend le diagnostic difficile. Une tumeur peut endommager les nerfs cérébraux ou le système nerveux central et exercer une pression sur le cerveau. Si, par exemple, il touche la médulla oblongate, il se produira des troubles de la parole, de la respiration, des battements de coeur, de la motilité gastrique et une augmentation de la pression artérielle. Les signes les plus évidents de cancer du cerveau sont les céphalées persistantes avec tumeurs cérébrales, même les convulsions, des problèmes d'estomac et des intestins, des nausées, des vomissements, des picotements et des contractions musculaires. Le patient peut avoir des pensées confuses, il ne peut pas être clairement conscient des événements mentaux et émotionnels.

Indiquer les symptômes du cancer du cerveau associés aux changements mentaux. Le patient est dérangé:

  • concentration, la mémoire est perdue et la parole est difficile;
  • logique dans le raisonnement, le changement de comportement et de personnalité;
  • vision sur l'arrière-plan des maux de tête jusqu'à la perte de la vision périphérique d'un ou des deux yeux, vision double, hallucinations;
  • équilibre dans les mouvements, ils se perdent progressivement ou sensations dans les membres;
  • entendre avec ou sans vertige;
  • régime de jour avec une durée de sommeil accrue.

Le patient est spécifiquement affecté par la pression des tumeurs sur le cerveau, qui provoque des symptômes du cancer du cerveau, tels que des changements mentaux et émotionnels, des convulsions, un dysfonctionnement des muscles et une activité neurologique (audition, vision et parole). Même après une réponse positive au traitement, de nombreux enfants de moins de 7 ans survivants (en particulier de moins de 3 ans) peuvent ne pas reprendre pleinement le développement de leurs fonctions cognitives. Cela peut être dû non seulement à une tumeur au cerveau, mais également à son traitement par irradiation ou chimie, avec intervention chirurgicale.

Comment fonctionne un mal de tête dans une tumeur au cerveau?

Il s’agit du symptôme et de la nature les plus anciens et les plus fréquents des céphalées accompagnées de tumeurs au cerveau, qui se manifestent par des symptômes permanents ou temporaires, une douleur sourde et cambrée le matin, aggravée à la fin du jour ou de la nuit, lors d’un effort physique ou physique.

Vidéo informative

Stades du cancer du cerveau

Les tumeurs oncologiques primaires sont classées selon le stade du cancer du cerveau:

  1. Cancer du cerveau de stade 1 - clairement défini au microscope, moins malin, peut être guéri par chirurgie;
  2. cancer du cerveau au stade 2 - visible au microscope, les gliomes peuvent être agressifs. Certaines tumeurs peuvent faire l’objet d’un traitement chirurgical et de radiations, d’autres peuvent progresser;
  3. Le cancer du cerveau au stade 3 est marqué par une agressivité, en particulier avec les cellules tumorales diffuses de la surrénale, nécessitant une intervention chirurgicale, une radiothérapie et une chimiothérapie;
  4. Le cancer du cerveau au stade 4 peut contenir différentes classes de cellules. Leur différenciation se produit en fonction du plus haut grade de cellules dans le mélange.

Diagnostic du cancer du cerveau

Le diagnostic d'une tumeur cérébrale est réalisé en raison des plaintes du patient concernant les symptômes, ce qui donne lieu à une suspicion d'oncologie cérébrale. Le médecin vérifie le mouvement des yeux, l'audition, les sensations, la force musculaire, l'odorat, l'équilibre et la coordination, la mémoire et l'état mental du patient. Effectuer l'histologie et la cytologie, car sans eux le diagnostic ne sera pas éligible. Une biopsie ne peut être pratiquée que pour un examen neurochirurgical complexe.

Comment identifier une tumeur au cerveau? Il y a trois étapes de diagnostic:

  • Détection de tumeur

Malheureusement, en raison de la faiblesse de la clinique, les patients consultent un médecin uniquement aux deuxième et troisième stades, leur état de santé se détériorant rapidement. Selon la gravité de la maladie, le médecin hospitalise le patient ou prescrit un traitement ambulatoire. La condition est considérée grave si les symptômes focaux et cérébraux sont exprimés, il existe des maladies concomitantes graves.

Le patient examine un neurologue en présence de symptômes neurologiques. Après la première crise épileptique ou convulsive, un scanner cérébral est effectué pour identifier la pathologie oncologique.

La tomodensitométrie (CT) détermine:

  1. l'emplacement de l'éducation et déterminer son type;
  2. la présence d'œdèmes, de saignements et de symptômes qui leur sont associés;
  3. récidive de la tumeur et évaluer l'efficacité du traitement.
  • Enquête

En évaluant la gravité des symptômes, un neurologue établit un diagnostic différentiel. Il fait un diagnostic préliminaire et clinique après des examens complémentaires. Il détermine l'activité des réflexes tendineux, vérifie la sensibilité au toucher et à la douleur, la coordination, la paltsénovie, vérifie la stabilité dans la position de Romberg.

Si une tumeur est suspectée, le spécialiste dirigera le patient vers un scanner et une IRM. Lorsque vous effectuez une IRM, appliquez une amélioration du contraste. Si le tomogramme détecte une éducation volumétrique, le patient est hospitalisé.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) vous permet d'examiner clairement les images sous différents angles et de construire une image tridimensionnelle de la tumeur près du crâne, la formation du tronc cérébral et un degré de malignité faible. Pendant l'opération, l'IRM indique la taille de la tumeur, reflète fidèlement le cerveau et apporte une réponse au traitement. Avec l'aide de l'IRM, vous pouvez afficher en détail les structures complexes du cerveau, déterminer avec précision les formations oncologiques ou les anévrismes.

Le diagnostic du cancer du cerveau comprend les méthodes de diagnostic supplémentaires suivantes:

  1. La tomographie par émission de positrons (TEP) permet de se faire une idée de l'activité du cerveau en traçant les sucres marquant les émetteurs radioactifs. En utilisant la TEP, les spécialistes peuvent distinguer les tissus morts ou cicatriciels causés par le rayonnement de cellules récurrentes. La PET complète l'IRM et la TDM pour déterminer l'étendue de la tumeur et améliore la précision de la radiochirurgie.
  2. Tomographie par émission de photons uniques (SPECT) pour la détection de cellules tumorales de tissus détruits après traitement. Il est utilisé après un scanner ou une IRM pour déterminer le degré de malignité faible et élevé.
  3. Magnetoencéphalographie (MEG) - mesures par balayage des champs magnétiques qui créent des cellules nerveuses qui produisent du courant électrique. MEG évalue le travail de différentes zones du cerveau. La procédure ne s'applique pas aux produits largement disponibles.
  4. Angiographie IRM pour évaluer le flux sanguin. La procédure se limite à la réalisation d'une ablation chirurgicale de la tumeur, dans laquelle on soupçonne un apport de sang.
  5. Ponction rachidienne (ponction lombaire) pour obtenir un échantillon du liquide céphalorachidien et l'examiner pour détecter la présence de cellules tumorales à l'aide de marqueurs. Cependant, les tumeurs primaires ne sont pas toujours détectées avec les marqueurs tumoraux.
  6. Une biopsie est une procédure chirurgicale consistant à prélever un échantillon du tissu tumoral et à l'examiner au microscope pour détecter une tumeur maligne. Une biopsie aide à déterminer le type de cellules cancéreuses. Une biopsie est réalisée dans le cadre d'une opération d'élimination de la tumeur ou d'une procédure de diagnostic distincte.

C'est important! Une biopsie standard peut être dangereuse dans le cas de gliomes du tronc cérébral, car le retrait de tissu sain peut affecter les fonctions vitales. Dans de tels cas, procéder à une biopsie stéréotaxique - sur ordinateur. Il utilise des images d'IRM ou de TDM pour déterminer des informations précises sur l'emplacement de l'éducation.

En raison de la troisième étape du diagnostic, la question de la tactique de traitement est résolue.

Attention! Il est nécessaire de déterminer si le patient peut être opéré. Sinon, prescrire un traitement alternatif à l'hôpital: chimie ou radiation. Déterminer la faisabilité d'un traitement hospitalier après une chirurgie.

Pour confirmer le diagnostic, on répète la TDM ou l'IRM du cerveau. Lorsqu'ils prescrivent un traitement chirurgical, ils effectuent une biopsie de la tumeur et effectuent une vérification histologique ou utilisent une biopsie stéréotaxique pour sélectionner le mode optimal de traitement ultérieur.

Vidéo informative

Traitement du cancer du cerveau

Le traitement symptomatique d'une tumeur au cerveau atténue l'évolution du cancer, vous permet de sauver des vies et d'améliorer sa qualité, mais n'élimine pas la cause de la maladie.

Le traitement symptomatique du cancer du cerveau est effectué:

  • glucocorticoïdes (prednisolone) pour éliminer l’œdème tissulaire et réduire les symptômes cérébraux;
  • médicaments antiémétiques (métoclopramide) résultant de vomissements dus à une augmentation des symptômes cérébraux et à un traitement d'association: chimie et radiothérapie;
  • sédatifs pour soulager l'agitation psychomotrice et les troubles mentaux;
  • les remèdes non stéroïdiens pour l'inflammation (Ketonalom) et le soulagement de la douleur;
  • analgésiques narcotiques (Morphine, Omnolon) pour le soulagement de la douleur, l'agitation psychomotrice, les vomissements d'origine centrale.

Le traitement standard d'une tumeur cérébrale sans chirurgie est réalisé avec une radiothérapie (radiothérapie) ou une chimiothérapie afin de réduire la tumeur. Les méthodes sont utilisées séparément ou dans un complexe. La taille et l'emplacement de la tumeur, l'âge, l'état de santé général, les antécédents de la maladie affectent la séquence, la combinaison et l'intensité des procédures.

Le traitement du cancer du cerveau avec un système particulier est impossible car certaines tumeurs se développent lentement dans le tissu cérébral ou dans les voies nerveuses optiques. Les patients sont observés et non traités jusqu'à ce que des signes de croissance tumorale soient détectés.

Traitement chirurgical

Les opérations font référence au traitement principal de la plupart des cancers du cerveau. Les tumeurs telles que les gliomes et autres localisées profondément disséquer dangereux. La plupart des opérations visent à réduire le volume de la tumeur, puis connectent l'irradiation.

Craniotomie

La craniotomie ou craniotomie (retrait d'une partie de l'os du crâne) est réalisée pour permettre l'accès à la zone du cerveau située au-dessus de la tumeur et son retrait.

Détruire et enlever la tumeur par les méthodes chirurgicales suivantes:

  • microchirurgie au laser: dans le processus de génération de chaleur, le laser évapore les cellules tumorales;
  • aspiration par ultrasons: la tumeur du gliome est fractionnée par ultrasons en petits morceaux et aspirée.

Pendant la chirurgie, on utilise la TDM et l’IRM pour visualiser la tumeur. Certaines tumeurs nécessitent une radiation ou une chimie après la résection, puis une intervention chirurgicale supplémentaire.

Lorsqu'une tumeur est bloquée par une tumeur, le liquide céphalo-rachidien s'accumule dans le crâne, ce qui augmente la pression intracrânienne. Il est enlevé par shunting. Simultanément, des tubules flexibles (shunts ventriculo-péritonéaux) sont implantés et le liquide drainé.

Thérapie TTF

La thérapie TTF est l'effet d'un champ électrique sur les cellules cancéreuses, ce qui conduit à leur apoptose. Pour violation de la division rapide des cellules cancéreuses en utilisant une faible intensité du champ électrique. Pour éviter la récurrence et la progression de la tumeur après la chimie et le rayonnement, utilisez les électrodes d’un dispositif spécial.

Les électrodes sont placées sur le cuir chevelu (sur la projection de la tumeur) et connectent le champ électrique alternatif. Il agit uniquement sur la zone de la tumeur. Une certaine fréquence du champ électrique affecte le type de cellules cancéreuses souhaité. Les tissus sains ne nuisent pas aux ondes électriques.

Tumeurs métastatiques

Les métastases cérébrales des tumeurs primitives oncologiques d'autres organes donnent naissance et développement aux néoplasmes secondaires. Parfois, les métastases constituent la première manifestation clinique de la principale oncologie du cerveau. Ils pénètrent dans le sang, le système lymphatique ou par infiltration dans les tissus entourant le cerveau.

Le traitement est effectué par radiothérapie et par thérapie d'entretien avec des stéroïdes, des anticonvulsivants et des psychotropes. Avec des métastases simples et le contrôle de l'objectif principal, la chirurgie est effectuée. Il est effectué pour éliminer les tumeurs avec une localisation relativement sûre. Par exemple, dans le lobe frontal, le cervelet, le lobe temporal de l'hémisphère non dominant. Avec une forte augmentation de la pression intracrânienne passer de la kranitomie.

Si la tumeur est résécable, après la chirurgie, une chimie et / ou une radiothérapie sont prescrites. Après la chirurgie, une irradiation complète du cerveau est également prescrite pour réduire la taille des métastases et soulager les symptômes. Parfois, cette procédure est inefficace, des rechutes se produisent. Par conséquent, le médecin traitant choisit la méthode d’exposition, en tenant compte des effets secondaires, associe une exposition complète à la radiochirurgie.

Dans le processus d'une telle opération, les métastases sont irradiées avec un appareil spécial avec un mince faisceau de rayonnement à différents angles. Tous les faisceaux de rayonnement sont ensuite réduits à un seul point sur les métastases ou les tumeurs. Les tissus sains reçoivent la dose minimale de rayonnement. Cette méthode de radiochirurgie non invasive est réalisée sous le contrôle du scanner ou de l'IRM. Il élimine les coupures de tissus, l'anesthésie et la période de récupération postopératoire. Il n’ya pas de contre-indication à la méthode, elle est donc efficace lorsqu’il est impossible d’effectuer une intervention chirurgicale dans le cas de métastases cérébrales multiples, lorsque la chirurgie est contre-indiquée et impossible.

Complications après la chirurgie

Les chirurgiens limitent souvent l'ablation des tissus afin que les tissus cérébraux ne perdent pas leur fonction. Les opérations peuvent être compliquées par des saignements, l'apparition de caillots sanguins. Après la chirurgie, des mesures sont prises pour réduire le risque de formation de caillots sanguins.

Une hydrocéphalie se produit (accumulation de liquide dans le crâne) à la suite de particules de médulloblastome et d'autres tumeurs pénétrant dans le liquide céphalorachidien. Elle entraîne un œdème péritumoral - accumulation excessive de liquide dans les ventricules cérébraux (cellules contenant du liquide céphalo-rachidien qui soutient le cerveau). Dans ce cas, le patient commence par un grave mal de tête accompagné de nausées et de vomissements, d'inquiétude, de léthargie, de convulsions, de troubles de la vision. Les patients deviennent irritables et fatigués.

L'œdème péritumoral est éliminé avec les stéroïdes: Dexaméthasone (Decadrone). Les effets secondaires apparaissent sous forme d'hypertension, de sautes d'humeur, d'infections et d'appétit accru, d'enflure du visage, de rétention d'eau. Vidanger le fluide par shunt.
Les convulsions se produisent plus souvent dans les tumeurs cérébrales chez les jeunes patients. Le traitement des crises est effectué avec des anticonvulsivants: carbamazépine ou phénobarbital. Avec la chimiothérapie, des agents de traitement tels que l'acide rétinoïque, l'interféron et le paclitaxel interagissent bien.

La dépression et d'autres effets secondaires émotionnels éliminent les antidépresseurs.

Radiothérapie ou radiothérapie

Pour l'exposition aux radiations, la gamma-thérapie (DHT) est appliquée à distance une à deux semaines après la chirurgie. La durée du cours est de 7 à 21 jours avec une dose totale de rayonnement ionisant total du cerveau - pas supérieure à 20 Hz, avec une dose de rayonnement local - pas supérieure à 60 Hz. Dose unique d'une session - 0,5-2 Gy.

Même après une intervention chirurgicale, des cellules cancéreuses microscopiques peuvent rester dans les tissus. L'irradiation réduit la taille de la tumeur résiduelle ou arrête son développement. Même certains gliomes bénins nécessitent des radiations, car ils constituent un danger pour le cerveau, en particulier lorsqu'il n'existe aucun contrôle sur la croissance des tumeurs.

Si nécessaire, le rayonnement est combiné à la chimie, en particulier en présence d'une malignité élevée des formations. La radiothérapie est difficilement tolérée par les patients en raison de réactions aux radiations.

Avec la radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle, des balayages informatiques de la tumeur sont utilisés, puis des faisceaux de rayonnement sont envoyés, correspondant à la forme tridimensionnelle de la formation. Pour accroître l'efficacité du traitement et de l'utilisation du rayonnement, les chercheurs étudient des médicaments tels que les radiosensibilisateurs ou les radioprotecteurs.

Radiochirurgie stéréotaxique

La stéréothérapie ou la radiothérapie stéréotaxique est utilisée à la place de la radiothérapie conventionnelle. Il se concentre sur les petites tumeurs, n'affecte pas les tissus cérébraux sains. Les rayons enlèvent une tumeur comme un couteau chirurgical. Les gliomes peuvent être enlevés à fortes doses, en les concentrant sur les tissus, à l'exclusion des tissus sains. Cette méthode vous permet d’atteindre de petites tumeurs situées profondément dans le tissu cérébral et considérées comme inopérables.

Chimiothérapie

La chimiothérapie n'est pas une méthode efficace pour traiter les tumeurs cérébrales initiales. Les médicaments standard, y compris les médicaments, sont difficiles à atteindre dans les tissus cérébraux, car la barrière hémato-encéphalique est un moyen de défense pour eux. En outre, la chimie n’affecte pas tous les types de tumeurs cérébrales. La chimie est effectuée plus souvent après une chirurgie ou une irradiation.

Pendant la chimiothérapie:

  • Interstitiel - utilisez la plaque Gliadel (polymère en forme de disque). Ils sont imprégnés de Carmustine, le médicament chimiothérapeutique standard pour le cancer du cerveau, et implantés. Après la chirurgie, ils sont retirés de la cavité.
  • Intrathécal - Des produits chimiques sont injectés dans le liquide céphalo-rachidien.
  • Intra-artériel - utilisez de minuscules cathéters pour injecter de la chimie à haute dose dans les artères du cerveau.

Le traitement est effectué avec les médicaments suivants:

  • préparations standard: Temozolomidom (Temodar), Carmustine (Biknu), PVC (Procarbazine, Lomustine, Vincristine);
  • Les médicaments à base de platine: le cisplatine (platinol), le carboplatine (paraplatine), sont plus couramment utilisés pour traiter les gliomes et les médulloblastomes.

Les chercheurs étudient des médicaments pour le traitement de divers types de tumeurs, y compris celles du cerveau. Par exemple, le tamoxifène (Nolvadex) et le Paclitaxel (Taxol) traitent le cancer du sein, le topotécan (Hikamtin) - cancer des ovaires et du poumon, le Vorinostatom (Zolinza) traitent le lymphome à cellules T de la peau. Tous ces outils, ainsi que le médicament combiné - Irinotecan (Kamptostar), commencent à être utilisés pour traiter les onco-tumeurs du cerveau.

Parmi les préparations biologiques utilisées pour la thérapie ciblée, par exemple, le Bevacizumab (Avastin), qui bloque la croissance des vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur, par exemple, le glioblastome, qui progresse après la chimie et l'irradiation. Parmi les agents ciblés, le traitement est effectué avec des amikacines, des inhibiteurs de la tyrosine, bloquant les protéines impliquées dans la croissance des cellules tumorales. Ainsi que les inhibiteurs de la tyrosine kinase et d'autres nouveaux moyens. Cependant, tous ces médicaments sont hautement toxiques et ne font pas la distinction entre les cellules saines et les cellules cancéreuses. Cela conduit à des effets secondaires graves.

Cependant, la thérapie biologique cible au niveau moléculaire bloque les mécanismes qui affectent la croissance et la division des cellules.

Traitement folklorique

Le traitement des tumeurs cérébrales avec des remèdes populaires est inclus dans la thérapie complexe. Ils aident à éliminer les nausées, les vomissements et les maux de tête, à calmer les nerfs et à d'autres manifestations.

Gâteaux d’argile: à diluer avec de l’argile (tous types) avec du vinaigre jusqu’à l’état de 2 cm d’épaisseur, appliquer les gâteaux sur les tempes et l’arrière de la tête, fixer et conserver 2 heures (au maximum) des maux de tête et des névroses.

C'est important! L'argile ne peut pas être chauffée et réutilisée. La plupart des propriétés curatives de l'argile bleue, verte et rouge. Avant le traitement à l'argile, le matériau doit être maintenu sous les rayons directs du soleil le matin pendant 2-3 heures.

Lotion sur la tête: vaporisez le violet, les fleurs de citron vert, la sauge, l’achillée millefeuille, placez-les sur une épaisse couche de tissu et appliquez un bandage sur la tête en forme de bonnet. Gardez 6-8 heures.

Infusion: fleurs de charme (2 c. À soupe) à cuire à la vapeur avec de l’eau bouillante (500 ml) et insister pour un bain pendant 15 minutes. Prendre une demi-tasse pendant 2-2,5 mois.

Infusion: les fleurs de châtaignier (2 c. À soupe - fraîches et sèches - 1 c. À soupe) sont versées avec de l'eau - 200 ml. Porter à ébullition et laisser reposer pendant 8 heures. Prenez une gorgée pendant la journée - 1 à 1,5 litres de perfusion.

Teinture: à parts égales en poids, prendre l'origan et la racine de Maryin, la renoncule et l'arnica, la prêle et le gui, le veres et le thym, le mélilot, le trèfle, la menthe, la mélisse, le ginkgo biloba, la dioscorée, la lettre initiale et la sophora. Versez la collection (2 c. À soupe) avec de l'alcool - 100 ml et insistez 21 jours. Acceptez la teinture pendant 30 jours à partir de 3 gouttes.

Les grains de maïs germés doivent être consommés par 3 c. L., en buvant une tisane à base de calendula et de racine de fraise des bois (3 c. À soupe), d'immortelle et de fleurs de fraise des bois (2 c. À soupe.), Racine de marin - 0,5 c. La collection est broyée et cuite à la vapeur 2 c. l eau bouillante.

Nutrition et régimes

Avec un régime bien choisi, vous pouvez augmenter vos chances de guérison. Tout d’abord, la nutrition dans le cancer du cerveau exclut le sel, les aliments contenant du sodium (fromages, choucroute, céleri, fruits secs, moutarde). Inclure les aliments contenant du potassium, du calcium et du magnésium dans le régime alimentaire. Vous ne pouvez pas manger lourd et la nourriture qui contribue à la flatulence. La consommation d’ail est bénéfique - elle réduit la transformation néfaste des cellules du tissu. Les produits contenant des acides oméga (huile de lin et graines de lin, noix de Grenoble, poisson de mer gras) aident à combattre les tumeurs cérébrales.

Combien vivent avec une tumeur au cerveau?

Après élimination de tumeurs telles que l'épendymome et l'oligodendrogliome, le taux de survie à 5 ans est de 86-82% pour les personnes âgées de 20 à 44 ans, pour les patients de 55 à 64 ans: 69-48%. Le pronostic après glioblastome et autres types d’agressivité est de: 14% pour les jeunes de 20 à 44 ans et 1% pour les patients de 55 à 64 ans.

Prévention du cancer du cerveau

Après le traitement, les patients sont emmenés à l’inscription au dispensaire du lieu de résidence. Périodiquement dans la clinique, effectuez des examens répétés. Immédiatement après la chirurgie, le patient est examiné un mois plus tard, puis 3 mois après le premier traitement, puis 2 fois en 6 mois, puis 1 fois par an. En cas de rechute, répétez le traitement.