loader
Recommandé

Principal

Prévention

Chimiothérapie et ses effets

Le traitement de toute oncologie comprend un cours de chimiothérapie. Il est pratiqué dans les cas avancés de cancer, lorsque des foyers secondaires d'une tumeur maligne ont traversé les systèmes sanguin et lymphatique.

Pendant la chimiothérapie, des médicaments anticancéreux à usage médical puissants sont injectés par voie intraveineuse, ce qui a un effet puissant sur le corps humain.

Ils commencent à détruire les cellules anormales et peuvent détruire les cellules saines, car ils ne font pas la distinction entre le tissu malin et le tissu sain. Alors que la cellule cancéreuse est détruite, l’état général du patient se dégrade.

Les cellules anormales étant détruites plus rapidement que les cellules saines, la chimiothérapie n'est pas annulée. Une cellule anormale et malsaine se divise plus rapidement qu'une cellule en bonne santé. Les médicaments de chimiothérapie agissent donc de manière spécifique. Une cellule saine est moins touchée car elle se développe lentement.

Effets secondaires de la chimiothérapie

Ce traitement affecte tout le corps. Les complications après la chimiothérapie peuvent être différentes, il y en a beaucoup:

- la membrane muqueuse de la cavité buccale est atteinte (stomatite);

- la muqueuse de l'oesophage est enflammée (oesophagite);

- changements inflammatoires dans l'estomac (gastrite);

- inflammation du petit et du gros intestin (entérocolite);

- la microflore gastrique est perturbée, les lésions fongiques commencent;

- nausées et vomissements;

- perte d'appétit, une anorexie peut survenir;

- douleurs à l'estomac après une chimiothérapie.

  • Sang et système circulatoire:

- l'anémie, ou comme on l'appelle autrement - l'anémie;

- le nombre de leucocytes diminue;

- infection des voies respiratoires;

- augmentation des protéines, des leucocytes et des érythrocytes dans l'urine;

- dysfonctionnement des ovaires - les conséquences après la chimiothérapie chez l'homme;

- le cycle menstruel chez les femmes est perturbé;

- activité insuffisante des testicules;

- les cellules sexuelles mâles (spermatozoïdes) ne se développent pas correctement.

- le système nerveux est partiellement affecté;

  • Lésions cardiaques.
  • Troubles du système respiratoire.
  • Peau:
  • Perte de cheveux
  • Réaction allergique.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a divisé les effets indésirables en groupes. Cette séparation dépend de la gravité des effets:

  1. Zéro degré - l'état général du patient et les données de laboratoire sont restés inchangés, le patient ne se plaint pas de douleur après la chimiothérapie;
  2. Premier degré - les médecins ont noté les moindres changements, qui n'ont à leur tour aucun effet sur l'état du patient. Les études de laboratoire ont enregistré des changements mineurs;
  3. Le deuxième degré est un changement modéré de l'état général et de l'activité du patient. Lors de l'examen des organes internes, les modifications visibles nécessitant une certaine correction;
  4. Le troisième degré - l'état du patient se détériore de manière dramatique et un traitement somatique est nécessaire, la séance de chimiothérapie est reportée ou totalement annulée;
  5. Le quatrième degré - changements dans le corps qui mettent en danger la vie du patient. La chimiothérapie cesse complètement.

Effets secondaires de la chimiothérapie

Les cellules endommagées après la chimiothérapie sont restaurées après le traitement. Les cellules commencent à fonctionner correctement et sont restaurées, les effets secondaires passent. Cela dépend de l'état général du patient, donc chacun peut prendre un temps différent.

Si, avant la chimiothérapie, le patient ne présentait aucune anomalie dans le corps, il ne souffrait pas non plus de maladies chroniques, la réadaptation prendrait alors beaucoup de temps.

Il existe également des cas opposés lorsqu'un effet secondaire dure plusieurs mois, et parfois même des années. Cela est dû au fait que pendant la chimiothérapie, le cœur, les poumons, les reins ainsi que l’organe de la reproduction sont endommagés. Il y a des cas où l'effet secondaire se fait sentir après la chimiothérapie.

Les patients ont des complications à court terme. Avec les nouvelles technologies, la médecine a atteint un point tel que la prévention et le traitement des complications graves associées aux effets secondaires des médicaments aboutissent à un succès.

Cela signifie que la chimiothérapie affecte le tissu tumoral et que les cellules normales ne tombent pas sous son influence.

Le patient doit comprendre que la chimiothérapie élimine les cellules tumorales et ses conséquences sous forme d'effets secondaires - il ne s'agit que d'un phénomène temporaire et ne menace pas sa vie.

Beaucoup de patients sont mécontents de la durée de la chimiothérapie et de ses conséquences. Par conséquent, si vous avez des doutes, consultez votre médecin. Il existe des cas où des experts changent le schéma prescrit et donnent d’autres médicaments à des fins de traitement.

En outre, le médecin vous conseillera afin de minimiser les effets secondaires des médicaments anticancéreux.

Effets secondaires sous forme de modifications de la peau et des ongles

La chimiothérapie provoque souvent des douleurs sur la peau. La peau se dessèche et commence à se décoller. Les ongles deviennent fragiles et dès qu'ils poussent, ils se cassent immédiatement. Lorsqu'elle est exposée au soleil, la peau devient plus sensible.

Dès que vous remarquez des démangeaisons importantes de la peau, des éruptions cutanées ou de l'urticaire, si vous avez les ongles foncés ou jaunis, contactez immédiatement votre médecin.

Pour ne pas lui faire plus de mal, essayez de la traiter gentiment. Lubrifiez régulièrement avec de la crème ou une lotion (le médecin vous indiquera celles qui conviennent le mieux). La crème doit être douce et toucher doucement la peau.

Ils ne doivent contenir ni composants de parfumerie ni alcool. Abstenez-vous de marcher au soleil, essayez de le garder des rayons directs.

Avant de sortir par une journée ensoleillée, appliquez un écran solaire et appliquez un rouge à lèvres hygiénique sur vos lèvres. Strictement interdit de visiter le solarium.

Même par temps chaud, portez des vêtements et des pantalons à manches longues.

Vous devez comprendre que tout traitement abusif de la peau aggravera son état. Lorsque vous prenez un bain, essayez d’empêcher l’eau de ne pas être trop chaude, oubliez le gant de toilette pendant un moment. Les médecins recommandent l’utilisation de la fécule de maïs, à savoir la placer sur les plis de la peau (aisselles, genoux, sous la poitrine).

Essayez de ne pas vous raser pendant la période de réadaptation, car après le rasage, la peau commence à démanger, mais nous n’en avons pas du tout besoin.

Comme vous pouvez couper vos ongles courts, abstenez-vous de manucure pendant un moment. Lors du nettoyage lors de la vaisselle, utilisez des gants.

Conséquences de la chimiothérapie dans le système circulatoire

Même les possibilités actuelles de la médecine moderne ne peuvent empêcher l'action de médicaments anticancéreux sur le sang.

L'empoisonnement avec des substances toxiques est un effet secondaire fréquent de la chimiothérapie.

Alors, quelles complications de la chimiothérapie violent la formule du sang:

  • en raison de la réduction des leucocytes dans le sang, l'immunité diminue. Par conséquent, même un virus dangereux ne peut nuire à la santé du patient;
  • le niveau d'érythrocytes et d'hémoglobine diminue, ce qui entraîne une perte de force; le patient est immédiatement fatigué même après le moindre effort;
  • la carence en plaquettes commence, la coagulation du sang se détériore et la moindre blessure laisse derrière elle une ecchymose, une bosse ou un hématome.

Le nombre de leucocytes est réduit presque toujours et cela ne peut être évité. Dès les tests de laboratoire, les experts ont constaté un nombre de globules blancs inférieur à 4/109, puis des mesures préventives ont commencé pour éviter une maladie infectieuse, l’immunité étant réduite à presque zéro.

dans ce cas, le patient porte toujours un pansement de gaze, ne sort pratiquement pas dans la rue, évite les courants d'air, traite soigneusement les produits avec lesquels il mange.

Si le taux de leucocytes est inférieur à 2,5 / 109, Derinat est administré par voie intraveineuse.

Si le taux d'hémoglobine a diminué à 70 g / l, des transfusions sanguines contenant un nombre élevé de globules rouges sont effectuées. Une injection intraveineuse d'érythropoïétines peut être réalisée. Erythropoïétines - substances qui stimulent la production de globules rouges, ceci est fait par la moelle osseuse.

Les médecins recommandent de se reposer et, si possible, de dormir pendant la journée.

Les faibles taux de plaquettes dans le sang provoquent des saignements. Il est nécessaire d'essayer de ne pas être nerveux, de surveiller la pression artérielle, elle ne devrait pas augmenter, car le sang du nez peut aller, ainsi que d'éviter diverses blessures.

L'anémie peut commencer si la composition du sang est perturbée. Il est traité par transfusion sanguine, des préparations vitaminées sont prescrites. Ce type de traitement peut parfois ne pas être fait, car dans de rares cas, il provoque la progression d’un cancer.

Comment la chimiothérapie affecte-t-elle la température corporelle?

Il existe des situations où, après la chimiothérapie, la température corporelle globale du patient augmente. Cela est dû au fait que l’immunité du patient est réduite et qu’elle est toujours réduite après une chimiothérapie. La température augmente en raison d'une infection qui est entrée dans le corps pendant le traitement.

Si la température augmente, cela signifie que le patient a une infection dans le corps du patient et que des antibiotiques doivent être administrés. Par conséquent, tous les patients après la chimiothérapie sont traités avec des médicaments antibactériens.

Si la température ne diminue pas, cela signifie que le corps ne peut pas faire face à l'infection par lui-même. La raison principale en est une forte diminution du nombre de leucocytes dans le sang, qui sont responsables de la capacité de l'organisme à lutter contre les virus.

Au cours de la chimiothérapie, les processus inflammatoires progressent rapidement dès l'apparition des symptômes, le médecin vous prescrit un traitement supplémentaire.

Pour choisir les bons médicaments, il est nécessaire de déterminer le type d’infection, puis seulement un traitement approprié est prescrit. Tout médicament est pris après consultation du médecin, même un simple antipyrétique.

Pour éviter de telles conséquences, ne visitez pas les lieux publics, n'utilisez pas les transports en commun et ne communiquez pas non plus avec des personnes malades.

Perte de cheveux

Les conséquences de la chimiothérapie sont attribuées au fait que les cellules saines du corps commencent à mal fonctionner. Très souvent, les racines des cheveux en souffrent et pratiquement tous les patients commencent à tomber.

Les médicaments utilisés au cours de la chimiothérapie ont un effet important sur le corps, de ce fait, les cellules responsables de la croissance des cheveux sont détruites. Pour cette raison, les cheveux tombent partout. Ces actions de chimiothérapie sont appelées alopécie.

Il peut commencer immédiatement après le début du traitement, en quelques jours seulement. La perte de cheveux n'est pas dangereuse pour le corps humain, ils vont rapidement se rétablir, mais le patient ressent des émotions négatives et les femmes peuvent devenir dépressives.

Il existe des cas où vous pouvez empêcher cela.

Vous devez suivre les règles:

  • Avant de commencer le traitement, choisissez pour vous un shampooing et un gel douche à base de plantes naturelles, ils aideront à renforcer les racines des cheveux;
  • faites une courte coupe de cheveux, puis ce sera plus facile pour vous émotionnellement après le traitement;
  • si vos cheveux sont déjà tombés, commencez à surveiller la peau sur votre tête, évitez les courants d'air et portez toujours un chapeau, même lorsque vous dormez, portez un foulard chaud sur la tête;
  • utiliser un écran solaire en été, il empêche les dommages de la peau.

Effets négatifs sur les reins, le cœur et le foie

Les complications sous forme d'hypertension, de maladie cardiaque se retrouvent principalement chez les personnes âgées.

L'un des effets secondaires les plus graves de la chimiothérapie est la cardiotoxicité. Il agit comme une douleur cardiaque après une chimiothérapie, une arythmie, une tachycardie et une diminution de la pression artérielle.

Il existe des cas où quelques mois après le début du traitement, des troubles des muscles cardiaques et du ventricule cardiaque gauche se développent.

Par conséquent, pendant toute la chimiothérapie, les médecins procèdent à un électrogramme et à une échocardiographie pour détecter immédiatement tout changement.

Pour déterminer les dommages toxiques aux reins, il est nécessaire de passer des tests. Les dommages aux reins sont dus à des taux élevés d'urée, de protéines et de créatine, ainsi qu'à une augmentation de la miction.

Les médicaments antitumoraux cytostatiques utilisés en oncologie ont un effet hautement toxique sur les reins. Pour éviter cela, utilisez plus de liquide, si nécessaire, puis des médicaments diurétiques.

La chimiothérapie en oncologie affecte négativement le foie. Si le patient a contracté une hépatite avant le traitement, les complications rénales ne peuvent être évitées. Les lésions rénales peuvent être identifiées à l'aide de tests montrant la quantité de bilirubine dans le sang. Si le taux est élevé, le processus a déjà commencé.

Pour restaurer la fonction rénale, les médecins prescrivent des médicaments qui restaurent les cellules rénales et un régime hépatotoxique.

Lourdes conséquences

  1. L'ostéoporose se développe. Le tissu osseux s'affaiblit, les os deviennent fragiles et se blessent facilement, se brisant souvent.
  2. La complication la plus grave est considérée comme une leucémie, c'est-à-dire lorsque les cellules de la moelle osseuse commencent à muter et ne se développent pas en leucocytes matures normaux, puis deviennent des cellules cancéreuses. La leucémie provoque le cyclophosphamide, un médicament anticancéreux.
  3. Sécrétion accrue de liquide lacrymal, ce sont les effets secondaires de l'adriamycine.
  4. Les troubles cardiovasculaires sont à l’origine de l’administration de takoster. Par conséquent, une dose minimale est utilisée pendant le traitement. Le patient se plaint de douleurs cardiaques après la chimiothérapie.
  5. La calvitie grave, qui ne peut être guérie que dans de rares cas, n’est pas un fait qu’elle ne reviendra pas avec le temps. Ce phénomène est causé par les taxanes et l'abraxane.

La gravité des conséquences de la chimiothérapie en oncologie dépend de nombreux facteurs, de la force du médicament, du type d'oncologie choisi et de la particularité du corps du patient.

Que recommandent les experts?

Pour que le traitement soit sans complications, les médecins recommandent:

  • garder la force;
  • faire des choses importantes pendant la journée;
  • si les parents offrent de l'aide, ne refusez pas;
  • si vous êtes occupé par un long travail, faites une courte pause;
  • couchez-vous sur le lit pendant la journée et reposez-vous, ce sera bien si vous dormez l'après-midi;
  • le sommeil nocturne devrait durer au moins huit heures;
  • passez plus de temps à l'extérieur, si vous avez la force, faites des exercices légers;
  • Méfiez-vous de votre nourriture, dans votre régime alimentaire devrait être plus d'aliments riches en vitamines;
  • Boire plus, bien sûr, il vaut mieux boire de l’eau purifiée, mais vous pouvez aussi boire du jus, il suffit de les pré-diluer avec de l’eau.

Les patients sont souvent déprimés, se fatiguent rapidement, s’inquiètent constamment et c’est un phénomène normal.

Par conséquent, essayez de faire plus avec n'importe quelle entreprise, communiquez avec vos amis et votre famille, essayez de rire davantage. Rappelez-vous que le traitement prendra bientôt fin, que la douleur disparaîtra après la chimiothérapie et que vous commencerez une vie en bonne santé.

Conséquences de la chimiothérapie et de la radiothérapie

Effets à long terme de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

  • Introduction
  • Troubles endocriniens et métaboliques
  • Infertilité
  • Dysfonctionnement d'organes individuels
  • Tumeurs secondaires
  • Troubles neurologiques et mentaux

Introduction

Les dernières années ont été marquées par des avancées significatives dans le traitement de nombreuses tumeurs malignes, telles que les tumeurs à cellules germinales, les lymphomes, à la fois chez l'adulte et chez l'enfant. Pour la première fois, il est devenu possible de prolonger la vie de patients atteints d'un processus tumoral commun pendant de nombreuses années. La principale tâche de ces tumeurs déjà curables était l'augmentation maximale de l'espérance de vie des patients et, si possible, l'élimination des manifestations toxiques à long terme. Il est important de connaître les effets à long terme possibles du traitement des tumeurs malignes, car nombre de ces conséquences peuvent rendre la vie difficile pour les patients et, dans certains cas, la raccourcir. La surveillance des patients atteints d'un cancer guéri devrait durer des décennies.

Troubles endocriniens et métaboliques

La dysfonction de l'hypophyse survient souvent après l'irradiation de la tête entière. Dans plus de 90% des cas, un déficit en hormone somatotrope se développe, le tissu osseux se raréfie, le risque de complications cardiovasculaires augmente et l'état général s'aggrave. La surveillance du patient doit durer au moins 10 ans (tests de diagnostic en laboratoire: teneur en sérum de l’hormone somatotrope et du facteur de croissance analogue à l’insuline).

La méthode de cuisson généralement acceptée chez les enfants - traitement de substitution par une hormone somatotrope (s’il n’ya aucun signe de croissance tumorale), l’opportunité de la prescrire à des adultes est contestée. Il est également possible que le déficit en ACTH (provoquant à son tour une insuffisance surrénalienne), un dysfonctionnement de la thyroïde et des gonades se développe.

Insuffisance surrénale. L'inhibition du système hypothalamo-hypophyso-surrénalien avec l'administration prolongée de glucocorticoïdes synthétiques est la cause la plus fréquente d'insuffisance surrénale. Dans le contexte de la suppression de la sécrétion d'ACTH, la stimulation du tissu surrénal synthétisant du cortisol conduit à son atrophie. La sécrétion de minéralocorticoïdes reste généralement presque normale. Souvent, la fonction surrénalienne est rétablie, mais parfois l'insuffisance surrénale est persistante (tests de diagnostic en laboratoire: teneur en cortisol tôt le matin et échantillon de Synacthen). Les symptômes sont généralement non spécifiques (malaise chronique, anorexie). Les crises surrénaliennes se produisent rarement, mais dans des conditions de stress physiologique, telles que la septicémie, il est nécessaire d'augmenter la dose de glucocorticoïdes.

Un dysfonctionnement thyroïdien primaire se développe souvent après une irradiation du corps entier, après une irradiation craniospinale ou une radiothérapie pour des tumeurs au cou. Par exemple, la fréquence totale de cette complication sur 20 ans chez les patients atteints de lymphogranulomatose après une radiothérapie est proche de 30%. Les manifestations cliniques, y compris la fatigue, la perte de poids, l'intolérance au froid, la constipation, la dépression, peuvent être précédées d'une période prolongée d'insuffisance thyroïdienne latente. Les patients présentant un risque élevé d'hypothyroïdie font l'objet d'une étude de dépistage annuelle. Le traitement doit commencer lorsque des taux élevés d'hormone stimulant la thyroïde sont détectés, même si la concentration de thyroxine est normale. Cette approche évite la surstimulation de la glande thyroïde.

Syndrome métabolique. Chez 50% des enfants ayant survécu après une greffe de moelle osseuse, on peut identifier à long terme quatre signes inclus dans le concept de "syndrome métabolique": résistance à l'insuline, dyslipidémie, hypertension artérielle et obésité abdominale. Ils présentent un risque accru de développement précoce d'insuffisance coronarienne et cérébrovasculaire. Par conséquent, la surveillance à long terme de ces patients comprend une surveillance régulière des taux sériques de lipides et de glucose à jeun.

Infertilité

Les causes de l'infertilité peuvent être les suivantes.

  • Dommages directs aux tumeurs (par exemple, dans 5% des cas, le cancer est détecté in situ dans un autre testicule).
  • Intervention chirurgicale elle-même (ablation des organes génitaux).
  • Altération de la fonction de l'hypophyse et des gonades due à la radiothérapie (par exemple, l'infertilité se développe souvent chez l'homme et la femme après l'irradiation de tout le corps). Après une exposition à de faibles doses, les hommes peuvent développer une oligospermie transitoire. La radiothérapie, en comparaison avec la chimiothérapie, a un effet nocif plus prononcé sur les ovaires, et plus elle est forte, plus la patiente est âgée.
  • Chimiothérapie, en particulier avec des agents alkylants (par exemple, le cyclophosphamide) et le cisplatine.

L'infertilité se développe chez environ 30% des enfants guéris d'un cancer, mais peut aussi causer l'infertilité chez l'adulte. Les patients doivent toujours être conscients du risque de cette complication.

Dépendance à l'âge: plus la femme est âgée, plus le traitement peut conduire à la cessation de la menstruation (ménopause). Ainsi, la probabilité d'induction de la ménopause à la suite d'une chimiothérapie adjuvante aux anthracyclines et à la cyclophosphamide dans le cancer du sein chez une femme de 40 ans est de 70% et chez une femme de 25 ans - 10%. Les testicules de la période prépubère sont moins sensibles aux effets néfastes de la chimiothérapie que ceux de la période adulte.

Dépendance sexuelle: après la chimiothérapie avec des agents alkylants pour la maladie de Hodgkin, une infertilité se développe chez 90% des hommes, tandis qu'une ménopause prématurée survient chez 50% des femmes, bien que toutes ne développent pas la stérilité.

Fertilité et fonction sexuelle: la spermatogenèse étant plus sensible à la chimiothérapie qu'à la synthèse de la testostérone, l'infertilité peut donc se développer sans réduire le désir sexuel et l'altération de la fonction érectile.

Préservation du sperme: Cette question devrait être discutée avec les adultes responsables d'un donneur mineur. La conception utilisant le sperme en conserve se produit dans 30% des cas. Dans certaines maladies oncologiques (par exemple, la lymphogranulomatose, le cancer des testicules), la fonction testiculaire peut être altérée même avant le début de la chimiothérapie.

Les méthodes pour préserver la fonction ovarienne sont les suivantes.

  • Ovariopeksiya - intervention chirurgicale au cours de laquelle les ovaires se déplacent, en s'éloignant de la zone de rayonnement prévue. Les résultats d'une telle opération sont contradictoires. Apparemment, son rôle est limité, étant donné le risque de lésion du tissu ovarien par des radiations diffusées ou par le développement de modifications associées à une insuffisance de l'apport sanguin.
  • Assigner des analogues de la gonadolibérine (GnRH) pour obtenir une suppression réversible de la fonction ovarienne pendant la chimiothérapie. Les résultats de cette méthode ne sont pas concluants.
  • Préservation du tissu ovarien. Le nombre de personnes qui appuient cette méthode augmente après l’apparition d’annonces de grossesse réussie.

La conservation des embryons congelés est possible.

  • la femme doit avoir un partenaire sexuel;
  • la nécessité de retarder le traitement;
  • un ou plusieurs cycles de fécondation in vitro.

L'hyperstimulation ovarienne chez les femmes atteintes de tumeurs sensibles aux œstrogènes est indésirable et souvent inacceptable.

Dysfonctionnement d'organes individuels

Coeur Après une chimiothérapie à base d'anthracyclines (par exemple, la doxorubicine, l'épirubicine), plus souvent qu'après un traitement par d'autres médicaments de chimiothérapie, des complications cardiovasculaires, en particulier une cardiomyopathie dilatée, se développent à long terme. Il peut apparaître plusieurs années après le traitement. Plus le risque est élevé, plus la dose du médicament est élevée. La radiothérapie augmente le risque de développer des complications cardiovasculaires. Effectuer régulièrement EchoCG ou une étude multiprojection du cœur avec des érythrocytes marqués au 99 Tc (MUGA - Multigated Acquisition Scan) révèle généralement un mouvement paradoxal du septum interventriculaire avant que la fraction d’éjection ne diminue. Les patients dans de tels cas sont dirigés vers un cardiologue. Le traitement est généralement effectué avec des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ACE). Un intérêt considérable des spécialistes a récemment été provoqué par une diminution de la fonction contractile du coeur dans le traitement par le trastuzumab (Herceptin-). Les résultats d'études préliminaires sur des patients présentant cette complication ont montré que celle-ci est réversible.

Poids léger La chimiothérapie à la bléomycine (dans le traitement des tumeurs des cellules germinales, par exemple) peut entraîner le développement d'une fibrose pulmonaire. Les symptômes de l'effet toxique de ce médicament sur les poumons (dyspnée, toux sèche, douleurs à la poitrine) peuvent apparaître de manière aiguë ou progressive plusieurs mois après le traitement.

Les bourgeons. Certains médicaments de chimiothérapie utilisés en oncologie peuvent entraîner une insuffisance rénale chronique. Ceux-ci incluent les antibiotiques cisplatine et aminoside, souvent prescrits pour le sepsis qui se développe sur le fond de la neutropénie.

De l'audience Un certain nombre de médicaments de chimiothérapie entraînent une perte auditive irréversible. Habituellement, la perception des sons à haute fréquence est perdue et des acouphènes peuvent apparaître. Cette complication est causée par les médicaments à base de platine, la radiothérapie à haute dose et les aminosides.

Les nerfs. De nombreux médicaments de chimiothérapie, tels que le cisplatine, les taxanes, la vincristine, avec cumul conduisent au développement d'une neuropathie. Si elles ne sont pas annulées, la neuropathie (généralement sensorielle) suit un cours chronique.

Vision. Après une radiothérapie ou un traitement par de fortes doses de glucocorticoïdes, une cataracte peut se développer. De plus, il est bien connu que la radiothérapie peut conduire au développement du syndrome de Sjogren.

Les os. Un traitement prolongé aux glucocorticoïdes conduit à l'ostéopénie. Le développement de cette complication contribue également à la ménopause prématurée causée par la chimiothérapie et la radiothérapie. En cas de risque élevé d'ostéopénie, une densitométrie osseuse doit être effectuée périodiquement et, si nécessaire, des biphosphonates doivent être administrés.

Tumeurs secondaires

Les facteurs de risque pour le développement de tumeurs secondaires sont les suivants:

  • chimiothérapie antérieure avec certains médicaments (par exemple, agents alkylants, inhibiteurs de la topoisomérase II) ou radiothérapie;
  • prédisposition génétique (par exemple, polymorphisme de gènes prédisposant au cancer, portage des gènes BRCA1 et BRCA2);
  • changements environnementaux indésirables cancérogènes, tels que le risque élevé de cancer du poumon et d'urothélie chez les fumeurs passifs;
  • exposition prolongée à des facteurs nocifs (p. ex. le tabagisme).

Chez 5 à 10% des enfants guéris du cancer, des tumeurs secondaires se développent.

L'incidence maximale de la leucémie myéloïde secondaire se produit entre 2 et 10 ans après le traitement. Le pronostic est défavorable.

Le risque de développer des tumeurs solides secondaires chez les individus guéris du cancer du testicule par radiothérapie est 2 à 3 fois plus élevé que dans la population. Les leucoses sont également plus fréquemment diagnostiquées chez des individus après une chimiothérapie à base d'étoposide.

Chez les patients guéris atteints de la maladie de Hodgkin, l'incidence de la leucémie, des lymphomes non hodgkiniens et des tumeurs solides est accrue. Au Royaume-Uni, un programme de détection précoce du cancer du sein chez les femmes exposées à la zone du manteau en raison de la lymphogranulomatose a été mis en place.

Troubles neurologiques et mentaux

Les troubles neurologiques et mentaux à long terme après le traitement du cancer ne doivent pas être sous-estimés. Certains de ces troubles sont une conséquence directe de la thérapie antitumorale. Par exemple, l’irradiation de la tête chez les jeunes enfants à l’avenir entraîne une violation de la mémoire à court terme, de l’attention et de l’assimilation de l’information. Le coefficient de développement mental n'est généralement pas réduit afin que l'enfant puisse reconnaître qu'il est en bonne santé.

Dans d'autres cas, les troubles neurologiques et mentaux ne sont pas associés aux effets néfastes de la chimiothérapie ou de la radiothérapie, mais à la durée et à l'intensité du traitement conduisant à l'isolement social, à une longue séparation de l'école ou du travail. L'auto-évaluation est souvent réduite, ce qui peut être dû à des difficultés de retour dans l'équipe, à des changements d'apparence et de performance. Ultérieurement, le traumatisme psychologique associé à la violation persistante de la fonction sexuelle et au problème de l’emploi s’ajoute aux facteurs décrits.

Enfin, il convient de prendre en compte certains problèmes pratiques qui entravent l’intégration des patients dans la société, tels que la nécessité d’augmenter les primes de l’assurance maladie ou le refus de l’assurance maladie, les difficultés à obtenir un prêt hypothécaire.

Effets secondaires de la chimiothérapie

Traitement des maladies associées aux tumeurs malignes - comprend non seulement une intervention chirurgicale, mais également une radiothérapie et une chimiothérapie. Les cours, y compris l'utilisation de médicaments de chimiothérapie, sont prescrits par les médecins à un stade avancé du processus oncologique, lorsque de nombreuses métastases sont apparues (non seulement à proximité, mais également à distance).

Le cours de la chimiothérapie implique l'administration par voie intraveineuse de médicaments dont l'action est destinée à la destruction du cancer. Malheureusement, les toxines ne font pas la distinction entre les cellules malignes et les cellules saines. Après l'introduction de médicaments, les effets secondaires de la chimiothérapie apparaissent, mais les cellules cancéreuses sont partiellement détruites.

L'efficacité du traitement et les complications possibles

La technique impliquant l’utilisation de médicaments de chimiothérapie est très efficace, car les médicaments tuent non seulement la tumeur initiale, mais également ses métastases distantes.

Après la chimiothérapie, les cellules saines se rétablissent progressivement, mais les cellules malignes meurent complètement. Malheureusement, de nombreux patients ont des effets secondaires de la chimiothérapie.

De nombreux symptômes désagréables disparaissent complètement après avoir arrêté l'introduction de la chimie, mais certains d'entre eux peuvent durer des mois, voire des années.

La perte de cheveux est considérée comme la complication la plus dangereuse causant la prise de drogue. Mais, après l'arrêt du traitement, les cheveux sont restaurés.

La perte de cheveux n'est pas l'effet le plus dangereux de la chimiothérapie.

La chimiothérapie peut déclencher les effets secondaires les plus difficiles

Les conséquences les plus dangereuses du traitement incluent:

  • leucémie. C'est la complication la plus grave, mais elle est assez rare. Un effet secondaire de prendre le médicament Cyclophosphamide;
  • larmoiement excessif. L'effet secondaire chez de nombreux patients est l'administration du médicament Adriamycine;
  • Les médicaments de chimiothérapie peuvent causer l'ostéoporose, ce qui conduit à l'affaiblissement du tissu osseux. Les os deviennent fragiles, par conséquent, les patients exposés à des agents chimiothérapeutiques développent des entorses et des fractures;
  • Le médicament Tacoster, qui fait partie de certains schémas thérapeutiques, peut entraîner des problèmes de fonctionnement du système cardiovasculaire. Par conséquent, ce médicament est prescrit aux patients à petites doses;
  • Taxanes et Abraksan provoquent une calvitie grave, presque impossible à traiter.

En oncologie depuis l’introduction de la chimiothérapie, les effets secondaires peuvent se manifester à des degrés divers. Tout dépend de la composition du médicament, de l'impact et de la forme du processus oncologique.

Perte de cheveux

La chimiothérapie perturbe le travail des cellules saines, ce qui entraîne divers effets secondaires dans le corps. Les poisons et les toxines contenus dans les médicaments de chimiothérapie détruisent gravement les follicules pileux. C'est pourquoi de nombreux patients oncologiques sous chimiothérapie perdent leurs cheveux.

Les médicaments utilisés dans le traitement des patients cancéreux détruisent les cellules à partir desquelles se développent les cheveux, de sorte que les patients perdent leurs cheveux sur toutes les parties du corps. En médecine, ce processus s'appelle l'alopécie. La calvitie peut commencer quelques jours après l’introduction de drogues. Cet effet secondaire n’est pas nocif pour la santé du patient, mais provoque un inconfort psychologique.

Vous pouvez essayer de prévenir l’alopécie en suivant ces instructions:

  • ramassez les shampooings, baumes et masques capillaires qui renforcent les follicules pileux. Il est souhaitable que les produits de soins personnels soient développés sur la base de plantes naturelles;
  • s’habituer à une nouvelle image facilitera une coupe de cheveux courte, le contraste sera alors moins perceptible;
  • Il est impératif d'utiliser un écran solaire en été pour éviter les dommages à la peau.

L'anémie

Les manifestations anémiques provoquées par la chimiothérapie dans le cancer sont associées à un dysfonctionnement des cellules sanguines. Les tissus du corps humain sont alimentés en oxygène, qui provient des globules rouges, et si leur nombre diminue, la privation d'oxygène commence. Par conséquent, l'anémie. Un patient atteint de cancer note un essoufflement, une fatigue chronique, une faiblesse grave, une pâleur de la peau.

Aux premiers signes d'anémie, le traitement doit être rapidement prescrit.

Les manifestations anémiques nécessitent un traitement immédiat. Si le patient présente des signes de manque d’oxygène (vertiges, faiblesse, manque d’air, palpitations cardiaques), vous devez immédiatement consulter un médecin.

Si des signes d'anémie sont trouvés chez un patient, il peut être recommandé:

  • marcher dans l'air frais;
  • sommeil complet (au moins 7 à 8 heures par jour);
  • Nutrition équilibrée par des micro-éléments et des vitamines;
  • activité physique minimale.

Altération de la mémoire

Chez les patients cancéreux ayant subi une chimiothérapie, il peut y avoir une violation du processus de réflexion, ainsi que des problèmes de mémoire. Après le traitement, les patients ont du mal à se concentrer, à résoudre des problèmes mathématiques et logiques, à répondre à des questions.

Mais toute la connaissance est conservée dans la mémoire, il se crée une certaine inhibition lors des réponses. Il est difficile pour les patients atteints de cancer de se concentrer sur certaines pensées, ils ne se souviennent ni des noms ni des numéros de téléphone.
En cas de manifestation de symptômes tels que dépression, obscurcissement de la conscience, difficulté de penser, lourdeur à la tête, il est nécessaire de consulter l’oncologue.

Couleur des ongles et de la peau

La chimiothérapie médicamenteuse affecte la peau et les ongles. Si des médicaments puissants sont administrés à un patient atteint de cancer, il existe un risque d'allergie. Certains patients développent des plaies purulentes sur le corps, des éruptions cutanées, de l'urticaire.
Une transpiration accrue peut survenir ou, à l'inverse, la peau s'assèche, une infection secondaire se joint.

Les processus pathologiques se produisant dans les organes internes, affectent l'état des cheveux et de la peau. Chez les patients prenant une chimiothérapie, il existe des ulcères et autres éruptions cutanées.

Les oedèmes

La conséquence principale du traitement de la pathologie cancéreuse est un œdème associé à une altération de la circulation sanguine, une obstruction de la lymphe, un manque d'activité physique. Certaines formes de tumeurs nécessitent non seulement l'ablation de la tumeur, mais également les ganglions lymphatiques à proximité. L'élimination des nœuds régionaux provoque la stagnation dans le corps du liquide en excès qui s'accumule dans les poumons, les bras et les extrémités inférieures.

Appétit perturbé

La perte de poids et la perte d’appétit sont les effets secondaires les plus graves de la chimiothérapie, affectant l’état psychologique et physique du patient. Parce que vous devez choisir le bon régime alimentaire équilibré et vous y tenir avant et après le traitement. Le patient doit consommer le liquide en quantité suffisante, ce qui normalise l'équilibre hydrique et améliore son appétit.

L'ingestion de médicaments affecte l'appétit du patient. Certains refusent totalement de prendre de la nourriture, tandis que d'autres ont un sentiment de dégoût pour certains types d'aliments. Afin de préserver l'appétit et d'éviter l'épuisement, il est recommandé au patient de corriger le régime pour y inclure des aliments riches en protéines et en micro-éléments.

Manger pendant la durée du traitement et après le traitement est souhaitable en même temps pour que le corps s'habitue progressivement. Il est souhaitable de manger souvent, mais en petites portions, tandis que la nourriture doit être saine, fraîche et riche en calories.

Afin de minimiser les effets secondaires de la chimiothérapie, il est conseillé au patient de tenir un journal alimentaire indiquant le nombre et les types d'aliments qu'il a mangés pendant la journée. Avec l'aide du journal, le patient et son oncologue seront en mesure de choisir le régime optimal. Les registres aideront également à identifier les aliments que le corps rejette, pour ensuite les éliminer du régime alimentaire.

Troubles dyspeptiques

Vomissements fréquents, nausées, troubles intestinaux - tels sont les principaux effets indésirables causés par l'administration de médicaments de chimiothérapie. Les conséquences sont expliquées par l'effet négatif des médicaments sur les cellules de l'intestin et de l'estomac. Les cellules du tube digestif ont rapidement été détruites, mais elles ont récupéré non moins rapidement. Certains patients cancéreux ne remarquent même pas les troubles dyspeptiques, alors que d’autres, au contraire, se manifestent pleinement.

Les médicaments contre la douleur peuvent causer des nausées.

L'état émotionnel des patients a un effet direct sur les troubles dyspeptiques. Un stress important, qui survient chez un patient après le diagnostic, ainsi que la nécessité d'introduire des substances toxiques pendant la chimiothérapie, provoquent des problèmes au niveau du tractus gastro-intestinal.

Les nausées et les vomissements sont causés par divers facteurs, tels que l'utilisation d'analgésiques et de sédatifs. En outre, la constipation et les anomalies du tube digestif provoquent un réflexe émétique.

Afin de minimiser les troubles dyspeptiques, on prescrit à la patiente un traitement correctif visant à soulager les symptômes désagréables du tractus gastro-intestinal. Un oncologue peut recommander un traitement médicamenteux au patient, qui soulagera les principaux symptômes des troubles dyspeptiques.

Combien de temps durent les effets secondaires de la chimiothérapie?

Une fois l'introduction des médicaments toxiques terminée, les cellules saines des patients atteints de cancer commencent à se rétablir progressivement. Lorsque les cellules récupèrent complètement, les effets secondaires disparaissent.

Pour chaque patient, la durée de la période de récupération est différente, tout dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme.

Mais les cours de chimie ont des effets désagréables, qui se font connaître depuis longtemps (de plusieurs mois à deux ou trois ans). Nous parlons ici de dommages importants au système urogénital, aux poumons, au coeur, etc. En outre, certains problèmes et violations ne se manifestent pas immédiatement, mais après quelques mois.
Les patients cancéreux traités par chimie doivent savoir que leur tâche principale est de tuer la tumeur et que les complications qui accompagnent le traitement ne constituent pas une menace sérieuse pour la vie.

Si les effets du traitement sont très prononcés et empêchent la personne de mener une vie normale, vous devez en informer votre médecin. L'oncologue corrigera le schéma thérapeutique (remplacera un antitumoral par un autre) ou conseillera un traitement correctif permettant de supprimer les symptômes désagréables.

En conclusion, je voudrais ajouter que chaque effet secondaire affecte l’état du corps du patient à des degrés divers, certains disparaissent sans laisser de trace, alors que d’autres doivent être traités longtemps. Mais le plus important est de tuer les cellules cancéreuses et la santé va progressivement se rétablir.

Effets courants de la chimiothérapie et comment les éliminer

Dans le traitement de l'oncologie, la chimiothérapie est souvent utilisée comme méthode de traitement supplémentaire, voire fondamentale. Cette méthode de traitement est basée sur l'introduction dans le corps d'un patient cancéreux avec des produits chimiques ayant une activité antitumorale.

Ces fonds ne font pas la distinction entre les mauvaises et les bonnes cellules, ils détruisent donc tout, ce qui entraîne un grand nombre de conséquences et d'effets secondaires. C'est pourquoi, après un traitement chimiothérapeutique, il est nécessaire de mener une thérapie de rééducation spéciale.

Conséquences de la chimiothérapie en oncologie et méthodes de traitement

Les cellules cancéreuses sont capables de se diviser rapidement, de sorte que la tumeur se développe rapidement et se métastase aux structures intra-organiques adjacentes et distantes.

L'état du patient après la chimie

L'état après la chimiothérapie est même inclus dans la liste des maladies pour lesquelles le code Z54.2 lui a été attribué.

Après un traitement chimiothérapeutique, l’état des patients cancéreux est généralement considéré comme modérément grave ou grave.

Les patients cancéreux tolèrent différemment ce type de traitement, car chacun d’eux a un stade différent, le degré de malignité de l’oncologie et l’état du statut immunitaire.

Les symptômes

Il existe également des symptômes courants d'un état post-chimiothérapeutique, notamment:

  • Tous les indicateurs d'activité organique sont en baisse;
  • Il y a un changement dans le sang;
  • L'immunité tombe;
  • Augmente la susceptibilité aux infections;
  • Les structures cellulaires de la moelle osseuse, des follicules pileux et des muqueuses sont tuées;
  • Les toxines des médicaments affectent les structures pulmonaires et cardiaques, rénales et hépatiques, urinaires et gastro-intestinales, de la peau et autres.

En outre, chez les patients après la chimiothérapie, le système nerveux souffre, se développent polyneuropathie, dépression et fatigue excessive, faiblesse générale d'organe, etc.

Alopécie

Les cheveux commencent à tomber environ deux semaines après le début du cours de chimiothérapie. Mais toutes les drogues ne provoquent pas la calvitie caractéristique.

Lors de l'utilisation de certains d'entre eux, seule une petite quantité de cheveux tombe et les cheveux principaux sont préservés. Quelques mois après le traitement, les cheveux repousseront.

La perte de cheveux est observée non seulement sur la tête, mais également sur tout le corps - cils, sourcils, racine des cheveux sur les jambes et les aisselles, dans l'aine et sur la poitrine.

Pour minimiser l'alopécie, il est recommandé d'utiliser des shampooings doux pour bébés et de vous peigner les cheveux avec une brosse de massage douce. Mais des effets agressifs des sèche-cheveux, des rouleaux chauffants et du curling, divers fers et autres appareils doivent être abandonnés.

L'anémie

Les médicaments anticancéreux chimiothérapeutiques entraînent une diminution du nombre de globules rouges. Il en résulte une anémie de type hypochrome.

Le corps reçoit l'apport en oxygène précisément des globules rouges; ainsi, quand ils sont déficients, la privation d'oxygène se développe.

Patients concernés par de telles manifestations:

  1. Des vertiges;
  2. Essoufflement;
  3. Faiblesse constante;
  4. Fatigue chronique;
  5. Manifestations tachycardiques.

Pour éliminer l'anémie, il est nécessaire de restaurer les fonctions médullaires de la formation du sang. Ce qui est montré est la réception des stimulants de la division cellulaire de la moelle osseuse, qui accélèrent la formation de globules rouges.

Ceux-ci incluent l'érythropoïétine et ses dérivés, tels que Recormon, Epogen, Procrit et l'érythrostim, l'époétine, etc.

Faiblesse et fatigue

Tous les patients en chimiothérapie après des effets indésirables ont des effets indésirables tels qu'une fatigue excessive et une faiblesse.

Ce symptôme accompagne des complications du traitement anticancéreux telles que l'anémie, l'intoxication générale des organes, les troubles des échanges physiques, les troubles du sommeil, les états dépressifs, les infections et le syndrome de la douleur.

Perturbation du tractus gastro-intestinal

Les membranes muqueuses des structures du tractus gastro-intestinal subissent un renouvellement constant, leurs cellules étant constamment en train de se diviser, la chimiothérapie entraîne souvent des violations de ces modifications cellulaires et provoque constipation, diarrhée et autres conséquences.

Pour réduire les effets indésirables de cette nature, une thérapie diététique spécialement conçue pour les patients cancéreux est recommandée.

  • Lorsque la constipation est nécessaire pour augmenter l'apport de fluide et de fibres. Les grains entiers, le son et toutes sortes de légumes sont recommandés.
  • En cas de diarrhée, vous devez abandonner les aliments gras et les boissons alcoolisées contenant de la caféine. Il est préférable de manger des céréales et des bouillons légers, du riz et des bananes.

De plus, le médecin vous prescrira les médicaments nécessaires.

Stomatite

Pratiquement chez tous les patients cancéreux après la chimiothérapie, après environ une semaine et demie, une stomatite survient - des ulcérations commencent à apparaître dans la cavité buccale, provoquant une sécheresse et des brûlures. Lorsqu'un patient prend de la nourriture, son goût au cours de la stomatite change sensiblement.

Pour éviter la formation de stomatite, les experts recommandent, avec des précautions supplémentaires, de garantir une hygiène buccale:

  • Utilisez une brosse à dents souple.
  • Brossez-vous les dents après chaque prise de nourriture.

Si les premiers signes de stomatite ont commencé à apparaître dans la bouche, il est nécessaire d’abandonner les produits irritant les muqueuses - alcool, soda, citrus et tabac.

Syndrome palmaire et plantaire

Après certains types de chimiothérapie, les patients peuvent présenter un syndrome main-pied qui se manifeste par un gonflement, une douleur et une rougeur des pieds et des paumes.

Une réaction similaire est observée si un médicament anticancéreux suinte des capillaires des membres. En conséquence, des lésions tissulaires se produisent, qui se manifestent par des rougeurs, des irritations et des douleurs.

Les préparations topiques de corticostéroïdes, diméthylsulfoxyle, pyridoxine, etc. peuvent être recommandées pour le traitement.

Pour éviter un tel effet secondaire, il est recommandé d'éviter toute exposition prolongée aux paumes et aux pieds d'eau chaude, par exemple lors du bain ou de la vaisselle. Évitez tout contact avec des produits chimiques ménagers, travaillez avec des outils nécessitant une pression des mains, etc.

Toux

Pour un certain nombre de raisons, une toux peut survenir chez les patients cancéreux après une chimiothérapie. Provoque le:

  1. Réception des médicaments. Les médicaments provoquent un assèchement actif des muqueuses. À la suite du dessèchement, il se produit une irritation des structures respiratoires, qui se traduit par une toux sèche;
  2. Immunité réduite. Le corps après la chimie due à une barrière immunitaire pathologiquement basse manque facilement les agents pathogènes infectieux qui causent des maladies du système respiratoire. La toux indique la pénétration d'une telle infection, qui doit être traitée par un traitement antibiotique.

La mucosite

Une complication similaire se développe chez environ 40% des patients cancéreux recevant un traitement chimiothérapeutique. La spécificité de la maladie est associée à la formation de plaies et d'ulcères dans la bouche, se propageant souvent jusqu'à la gorge muqueuse.

Pour la prévention de la mucosite, il est recommandé de dissoudre des morceaux de glace avant et pendant chaque séance de chimiothérapie, ce qui réduira le risque de développement d’une inflammation muqueuse dans la bouche.

Le plus souvent, la mucosite se développe au cours du traitement avec des médicaments comme le 5-fluorouracile, etc. Les analgésiques ou anesthésiques sont recommandés pour soulager la douleur dans la myosite. Il est recommandé de se rincer la bouche avec une solution de saumure et de soude (½ petite cuillerée de sel et de soude par 200 ml d’eau).

Nausée

Un symptôme tel que la nausée après la chimiothérapie gêne beaucoup de patients. Pour éviter un tel effet secondaire est impossible, bien qu'il existe de nombreuses façons de l'éliminer à l'aide de médicaments, par exemple, Cerucal, Dexamethasone, Ondansetron, etc.

Avec une sélection adéquate et appropriée de médicaments, la nausée passe dans environ 90% des cas.

De plus, les manifestations nauséabondes du régime alimentaire, qui supposent l'exclusion du salé et du sucré, du gras et du frit, sont facilitées. La nausée enlève un peu de jus de raisin ou de canneberge, du Regidron, du thé à la menthe et au citron, de la gelée, des bananes.

Remède populaire pour la nausée

Largement utilisé contre les nausées post-chimiothérapie et les remèdes populaires, encore plus efficaces que les médicaments. Mais vous devez les utiliser uniquement sur la recommandation d'un oncologue.

La perfusion de mélisse est un remède efficace qui réduit les nausées-vomissements et restaure la fonction du tractus gastro-intestinal. Les matières premières sont broyées et brassées comme du thé, trempant environ 2 heures sous le couvercle. Tarif journalier - 2 verres, pris pendant la journée.

Neutropénie

La moelle osseuse produit en permanence des globules blancs - globules blancs, représentés par plusieurs variétés: neutrophiles, lymphocytes et monocytes.

Sous l'influence de la chimiothérapie, il y a une forte diminution de tous les types de globules blancs. Les neutrophiles diminués sont appelés neutropénie. Ces cellules revêtent une importance primordiale dans la lutte contre les infections et leur réduction entraîne donc un risque élevé de développement.

Pour le traitement de la carence en neutrophiles, on utilise le facteur granulocytaire stimulant les colonies, le G-CSF, qui contribue à la formation accélérée de neutrophiles.

Douleur dans les jambes, la tête, les os, l'estomac

Souvent, après un traitement contre le cancer, les patients atteints de cancer ressentent une douleur intense dans divers organes et parties du corps. Cela peut signifier que le risque d’endommagement de ces structures est élevé.

En outre, la cause de la douleur est l’effet des médicaments chimiothérapeutiques.

  • La douleur dans l'estomac survient lorsque les cytostatiques atteignent le tube digestif. La cause de la douleur dans l'estomac est une gastrite toxique.
  • Les maux de tête apparaissent au fond des lésions toxiques de certaines zones cérébrales. Cette douleur survient périodiquement et se manifeste avec une intensité et un caractère variables.
  • La douleur dans les jambes n'est pas rare non plus après un traitement anticancéreux. La cause du syndrome peut être une polyneuropathie, des anomalies de la moelle osseuse ou des lésions artérielles et veineuses graves.
  • La douleur dans les os est causée par des dommages aux structures de la moelle osseuse avec des médicaments anticancéreux médicamenteux.

Le traitement de toute douleur post-chimiothérapeutique est effectué de manière symptomatique, c'est-à-dire avec l'utilisation d'analgésiques prescrits par un oncologue.

Les oedèmes

Après la chimiothérapie, de nombreux patients oncologiques commencent à se plaindre d'un œdème, qui se manifeste dans tout le corps et dans ses différentes parties - sur les membres, le visage et l'abdomen.

L'hyper-œdème post-chimiothérapie est une activité rénale altérée.

Pour réduire les poches, il est recommandé d'exclure le sel ou au moins de le limiter substantiellement.

Il est utile d’inclure dans le menu des légumes et d’autres produits à effet diurétique comme l’aneth et le persil, les pastèques et les melons, les mûres et les fraises, les tomates et les concombres, les pommes, etc.

Engourdissement

Une conséquence assez fréquente de la chimiothérapie est un engourdissement dû aux fibres nerveuses périphériques. Engourdissement manifeste perte de sensibilité dans les membres. Il commence du bout des doigts, s'étend jusqu'aux bras et aux jambes, puis le long de la colonne vertébrale.

En outre, un engourdissement peut se manifester par des sensations douloureuses, une sensation de brûlure, une sensation de brûlure, des picotements, etc.

Il devient difficile pour certains patients de composer avec des boutons ou des lacets, leur équilibre est perturbé, ils tombent souvent et trébuchent. Un engourdissement indique généralement le développement d'une polyneuropathie.

Comment traiter les veines après la chimiothérapie?

Sur le fond de la chimiothérapie sur les patients, une lésion veineuse étendue se produit souvent, une phlébosclérose et une phlébite se développent.

La phlébosclérose est appelée épaississement des parois vasculaires dans le contexte de modifications dégénératives. La phlébite est une lésion inflammatoire des parois veineuses. Habituellement, de telles lésions sont observées aux épaules et aux coudes.

Pour le traitement des veines recommandé utiliser:

  • Les anticoagulants (Humbix);
  • AINS;
  • Des produits locaux comme la gépatrombine, le Troxevasin ou l’Indovazine.

Afin d'éviter de telles complications, il est nécessaire d'injecter lentement des antibiotiques anticancéreux et des cytostatiques, et de terminer l'administration avec une solution de glucose à 5%.

Allergie

Une complication assez fréquente est l'allergie post-chimiothérapie. Ces réactions se manifestent par divers symptômes, allant d'éruptions cutanées mineures légères à des symptômes graves tels que l'anaphylaxie et l'œdème pulmonaire ou cérébral.

Ces réactions ne font souvent qu'aggraver l'état du patient, mais les spécialistes n'associent souvent pas ces manifestations à un traitement de chimiothérapie.

Les hémorroïdes

Les hémorroïdes sont l’une des complications désagréables après un traitement anticancéreux. Cela peut être dû à la fois à la défaite des composants veineux des médicaments chimiothérapeutiques et à des lésions du tractus gastro-intestinal.

Si le patient a déjà souffert d'hémorroïdes, il va certainement s'aggraver après la chimiothérapie.

AVC

Les accidents vasculaires cérébraux après la chimiothérapie résultent de complications telles que la thrombocytopénie, une affection associée à une faible teneur en plaquettes, qui se manifeste par une diminution de la coagulation du sang.

Avec la thrombocytopénie, il existe une forte probabilité d'hémorragies internes dans divers organes internes, y compris le cerveau.

Une hémorragie cérébrale peut entraîner un accident vasculaire cérébral, après quoi le patient nécessite une rééducation à long terme.

La température

L'hyperthermie après la chimiothérapie est causée par une diminution de la protection immunitaire, dans laquelle diverses infections commencent à pénétrer librement dans l'organisme.

Un tel symptôme suggère que des foyers infectieux se sont formés dans le corps du patient cancéreux, afin de neutraliser ce qui est nécessaire pour effectuer un traitement antibactérien.

Le traitement doit commencer dès les premiers signes d'hyperthermie. Si la température est constamment élevée, le corps du patient ne peut plus faire face aux processus infectieux et il a besoin d'une aide urgente.

Habituellement, des antibiotiques à large spectre sont prescrits pour le traitement. Pour le bon choix du médicament, le patient est soumis à des tests sanguins de laboratoire afin d'identifier le type d'infection avec lequel il est censé être contrôlé.

Complications chez l'homme

Les conséquences du traitement anticancéreux chez les patients des deux sexes sont les mêmes, mais il existe certaines différences.

Les médicaments anticancéreux affectent sérieusement les fonctions sexuelles masculines, réduisant considérablement la reproduction, l'activité et le nombre de spermatozoïdes. En d'autres termes, un homme vient l'infertilité temporaire.

Avec un résultat positif, la fertilité masculine est rétablie au fil du temps. Bien qu’il y ait des exceptions, la stérilité devient irréversible.

Souffrant de chimiothérapie et de l'érection masculine, peut considérablement réduire la libido. Mais ces problèmes sont résolus avec le temps, toutes les fonctions sont retournées.

Mais dans le processus de traitement chimiothérapeutique et pendant un an après son achèvement, l'homme doit être protégé afin d'exclure la conception de son partenaire. Une telle mesure est nécessaire car le risque de graves déviations chez l'enfant est aussi élevé que possible.

Complications chez les femmes

Chez les femmes, en plus des effets chimiothérapeutiques courants, il existe des troubles dysfonctionnels des ovaires. Dans ce contexte, des défaillances menstruelles se produisent, les saignements deviennent irréguliers et peuvent disparaître pendant un certain temps.

En fait, une femme perd un temps la capacité de devenir enceinte. Après un certain temps, toutes les fonctions de procréation reviennent progressivement. À l'instar des hommes, les femmes ne peuvent pas devenir enceintes au cours de l'année en raison du risque d'avoir un enfant malade présentant une déficience intellectuelle grave.

Comment soulager le patient?

La chimiothérapie altère sérieusement la fonction du foie, il est donc nécessaire de prendre des hépatoprotecteurs pour le maintenir en cas de cancer.

Avec le développement de l'infection sur le fond de l'immunité diminuée, un traitement antibiotique est prescrit.

Les principes nutritionnels des patients oncopaciaux sont également importants, suggérant une alimentation équilibrée enrichie de vitamines et de minéraux.

En raison de cet effet, l'agressivité et la gravité des complications sont considérablement réduites. Bien prouvé en termes de réduction des effets des médicaments anticancéreux coller Enterosgel. Il est pris par voie orale en buvant beaucoup d'eau.

La chimiothérapie porte un coup dur au corps, mais cette technique peut sauver des vies en détruisant les cellules cancéreuses. Par conséquent, il est impossible de refuser un tel traitement par crainte d'effets secondaires, car la vie est beaucoup plus importante.

Vidéo sur les nausées et les vomissements au cours de la chimiothérapie: