loader
Recommandé

Principal

Tératome

Chimiothérapie pour le cancer du pancréas (chimie)

Les normes de cancer utilisées pour soigner les patients sont conçues pour systématiser le médicament. La chimiothérapie pour le cancer du pancréas utilise trois types de protocoles. Les cellules affectées de différents patients ne sont pas également sensibles aux différents médicaments. Par conséquent, certaines d'entre elles peuvent progresser malgré le traitement. Prescrire des médicaments après le diagnostic, l'approche est toujours individuelle.

Chimiothérapie pour le cancer du pancréas Gemzar

Le traitement avec Gemzar vous permet d’augmenter votre poids, d’améliorer votre niveau de vie de 20%, de réduire votre consommation de médicaments (analgésiques) et de réduire la douleur de moitié. L'outil réduit la tumeur de 10%, soulage un tiers des symptômes et conduit à des améliorations cliniques. La chimiothérapie est réalisée avec une surveillance constante des trobocytes et des leucocytes, en ajustant la dose. Le médicament est plus efficace que le fluorouracile (le taux de survie est six fois plus élevé), mais il est très toxique pour le sang des personnes âgées. Il est administré par voie intraveineuse (une demi-heure) pas plus d'une fois par semaine, au cours de trois injections.

Glande chimiothérapie Taxotere

Taxotere est utilisé en mode mono et les patients atteints de cancer survivent à une période de neuf mois. Les symptômes sont réduits d'un tiers (avec possibilité de contrôle), stabilisation de la tumeur à 20%, l'effet recherché par le traitement du pancréas est inférieur à 15%.

Combinaisons de chimiothérapie pour le cancer du pancréas

Combinaisons de médicaments utilisés depuis longtemps et avec succès, il existe plusieurs modes standard:

  • Le folfirnox est une méthode à quatre composants avec un effet de 30%, une stabilisation de 50% et une survie de 40% (un an).
  • Gemox - oxaliplatine et GS, deux fois avec un intervalle hebdomadaire et une pause de deux semaines, taux de survie de 10 mois, amélioration de la clinique de 60%
  • DG - DTT et TPS, cycle mensuel, stabilisation chez la moitié des patients, réduction de la taille de 20%
  • OGM - mitomycine et gemcitabine, cycles en un mois, améliorations cliniques du pancréas 45%, cancer - 25%
  • GP - cisplatine et gemcitabine, effet chez un tiers des patients, la moitié de la clinique, quarante personnes sur cent vivent jusqu'à un an
  • GF - Gemzar avec 5-PR selon un schéma complexe avec l'ajout de capécitabine, un tiers des patients vivent une année, la clinique avec cancer s'améliore à 60%, la néoplasie diminue à 19%
  • MGF - fluorouracile, cisplatine, mitomycine, collapsus tumoraux à 18%, taux de survie à neuf mois
  • FP - cisplatine avec fluorouracile, un taux de survie jusqu’à un an, l’effet de réduction du néoplasme est de 25%

La radiothérapie par ondes radio est souvent associée à la chimiothérapie pour le cancer du pancréas (mode GP). Les récidives postopératoires fréquentes constituent la base de la prévention de ces méthodes chez tous les patients, sans exception.

L'efficacité de la chimiothérapie pour le cancer du pancréas

À ce jour, il n'existe pas de norme unique pour les formes médicamenteuses de traitement du cancer du pancréas, qui a une forme non résécable. La plupart des études indiquent une faible efficacité de la chimiothérapie pour les tumeurs de cet organe. Il est scientifiquement prouvé que les patients n'ayant reçu que ce type de traitement n'ont pas vécu en moyenne plus de 3 mois. Dans le même temps, les experts ont noté que, dans le groupe de patients où d'autres médicaments antinéoplasiques avaient été utilisés, leur vie était considérablement prolongée et leur qualité de vie beaucoup plus élevée.

Jusqu'à récemment, le 5-fluorouracile était considéré comme le principal médicament utilisé pour la chimie du cancer du pancréas. Aujourd'hui, Gemzar est considéré comme l'un des remèdes les plus efficaces pour traiter les tumeurs de ce type. Des scientifiques de renom du monde entier mènent des recherches visant à produire un médicament de chimiothérapie encore plus puissant.

Tous ces outils utilisés dans le cancer du pancréas visent à:

  • réduction du cancer et de ses métastases;
  • amélioration clinique;
  • dynamique de la masse corporelle;
  • amélioration du statut sur l'échelle de Karnofsky.

Malheureusement, pour le moment, il n’existe aucune preuve fiable permettant de déterminer dans quel cas la chimiothérapie est plus efficace contre le cancer du pancréas - avant ou après la chirurgie. Cet aspect médical est uniquement étudié activement aujourd'hui. La recherche est compliquée par le fait que ce type de tumeur est hormono-dépendant. Par conséquent, procède différemment chez les femmes et les hommes.

Pancréatite après chimiothérapie

Comme mentionné ci-dessus, un tel traitement est effectué afin d'influencer les cellules dans le corps du patient, afin d'influencer la tumeur. Mais en même temps, il y a aussi un effet général sur le corps humain. Et ce n'est pas toujours positif. Après la chimiothérapie du pancréas, il existe un certain nombre d’effets secondaires: diminution de l’immunité, nausées, douleur à la bouche et bien d’autres. Au moins après la chimiothérapie, une pancréatite survient également. Afin de traiter cette affection acquise, un médicament supplémentaire compatible avec la chimie est prescrit. En outre, il est conseillé aux patients atteints de pancréatite de suivre un certain régime alimentaire, ainsi que de suivre un régime quotidien.

Traitement de chimiothérapie pour le cancer du pancréas

Chimiothérapie pour le cancer du pancréas (chimie)

Les normes de cancer utilisées pour soigner les patients sont conçues pour systématiser le médicament. La chimiothérapie pour le cancer du pancréas utilise trois types de protocoles. Les cellules affectées de différents patients ne sont pas également sensibles aux différents médicaments. Par conséquent, certaines d'entre elles peuvent progresser malgré le traitement. Prescrire des médicaments après le diagnostic, l'approche est toujours individuelle.

Chimiothérapie pour le cancer du pancréas Gemzar

Le traitement avec Gemzar vous permet d’augmenter votre poids, d’améliorer votre niveau de vie de 20%, de réduire votre consommation de médicaments (analgésiques) et de réduire la douleur de moitié. L'outil réduit la tumeur de 10%, soulage un tiers des symptômes et conduit à des améliorations cliniques. La chimiothérapie est réalisée avec une surveillance constante des trobocytes et des leucocytes, en ajustant la dose. Le médicament est plus efficace que le fluorouracile (le taux de survie est six fois plus élevé), mais il est très toxique pour le sang des personnes âgées. Il est administré par voie intraveineuse (une demi-heure) pas plus d'une fois par semaine, au cours de trois injections.

Glande chimiothérapie Taxotere

Taxotere est utilisé en mode mono et les patients atteints de cancer survivent à une période de neuf mois. Les symptômes sont réduits d'un tiers (avec possibilité de contrôle), stabilisation de la tumeur à 20%, l'effet recherché par le traitement du pancréas est inférieur à 15%.

Combinaisons de chimiothérapie pour le cancer du pancréas

Combinaisons de médicaments utilisés depuis longtemps et avec succès, il existe plusieurs modes standard:

    Le folfirnox est une méthode à quatre composants avec un effet de 30%, une stabilisation de 50%, une survie de 40% (annuel) de Gemox - oxaliplatine et de GS, deux fois avec un intervalle hebdomadaire et une pause de deux semaines, une survie de 10 mois, une amélioration de la clinique à 60% de DG - DTT et GST, cycle mensuel, stabilisation chez la moitié des patients, réduction de la taille de 20% de la GM-mitomycine et de la gemcitabine, cycles en un mois, améliorations cliniques du pancréas de 45%, cancer - 25% de la pression artérielle - cisplatine et gemcitabine, effet chez un tiers des patients, la moitié de la clinique, quarante personnes sur cent vivent jusqu'à un an - Gemzar de 5-FR à l'autre Un tiers des patients vivent une année avec l'ajout de capécitabine, les cliniques de cancérologie s'améliorent à 60%, les néoplasmes diminuent chez 19% des MGF - fluorouracile, cisplatine, mitomycine, tumeurs diminuant de 18%, survie à neuf mois FP - cisplatine avec fluorouracile, jusqu'à un an de survie, effet de réduction des tumeurs 25%

La radiothérapie par ondes radio est souvent associée à la chimiothérapie pour le cancer du pancréas (mode GP). Les récidives postopératoires fréquentes constituent la base de la prévention de ces méthodes chez tous les patients, sans exception.

L'efficacité de la chimiothérapie pour le cancer du pancréas

À ce jour, il n'existe pas de norme unique pour les formes médicamenteuses de traitement du cancer du pancréas, qui a une forme non résécable. La plupart des études indiquent une faible efficacité de la chimiothérapie pour les tumeurs de cet organe. Il est scientifiquement prouvé que les patients n'ayant reçu que ce type de traitement n'ont pas vécu en moyenne plus de 3 mois. Dans le même temps, les experts ont noté que, dans le groupe de patients où d'autres médicaments antinéoplasiques avaient été utilisés, leur vie était considérablement prolongée et leur qualité de vie beaucoup plus élevée.

Jusqu'à récemment, le 5-fluorouracile était considéré comme le principal médicament utilisé pour la chimie du cancer du pancréas. Aujourd'hui, Gemzar est considéré comme l'un des remèdes les plus efficaces pour traiter les tumeurs de ce type. Des scientifiques de renom du monde entier mènent des recherches visant à produire un médicament de chimiothérapie encore plus puissant.

Tous ces outils utilisés dans le cancer du pancréas visent à:

    réduction du cancer et de ses métastases; amélioration clinique; dynamique de la masse corporelle; amélioration du statut sur l'échelle de Karnofsky.

Malheureusement, pour le moment, il n’existe aucune preuve fiable permettant de déterminer dans quel cas la chimiothérapie est plus efficace contre le cancer du pancréas - avant ou après la chirurgie. Cet aspect médical est uniquement étudié activement aujourd'hui. La recherche est compliquée par le fait que ce type de tumeur est hormono-dépendant. Par conséquent, procède différemment chez les femmes et les hommes.

Pancréatite après chimiothérapie

Comme mentionné ci-dessus, un tel traitement est effectué afin d'influencer les cellules dans le corps du patient, afin d'influencer la tumeur. Mais en même temps, il y a aussi un effet général sur le corps humain. Et ce n'est pas toujours positif. Après la chimiothérapie du pancréas, il existe un certain nombre d’effets secondaires: diminution de l’immunité, nausées, douleur à la bouche et bien d’autres. Au moins après la chimiothérapie, une pancréatite survient également. Afin de traiter cette affection acquise, un médicament supplémentaire compatible avec la chimie est prescrit. En outre, il est conseillé aux patients atteints de pancréatite de suivre un certain régime alimentaire, ainsi que de suivre un régime quotidien.

Traitement du cancer du pancréas: chimiothérapie, hormonothérapie et autres

Soulagement de la douleur

Chimiothérapie

Compte tenu de la synergie de l’action de la gemcitabine et de la platine, des études cliniques ont été menées sur cette association. Les résultats sont les suivants: l’effet thérapeutique global est de 50-57%, une réduction partielle de la tumeur a été observée dans 17% des cas.

Traitement adjuvant et néoadjuvant

Tenter un traitement adjuvant par chimiothérapie sans irradiation concomitante du lit d'une tumeur retirée ne donne pas de bons résultats.

Hormonothérapie et perspectives thérapeutiques

• clonage de segments d'ADN mutants complémentaires;

• création d'un système de vecteurs, de vecteurs effecteurs - un vecteur adénoviral recombinant, de vecteurs viraux adéno-associés (à partir de larvovirus), d'un complexe lipidique cationique (izlilosomes), etc.

• introduction complémentaire de ce système dans la culture des cellules touchées, élimination du défaut.

Comment restaurer le pancréas?

Le pancréas joue un rôle important dans le corps humain: l’état des systèmes vitaux dépend en grande partie de son travail. Toute défaillance dans le fonctionnement du corps affecte immédiatement la santé et peut avoir les conséquences les plus graves. Il est donc important de procéder à la restauration de la glande en temps utile.

Dans ce cas, il est nécessaire d’organiser les activités de

Une altération de la fonction de l’organe digestif peut survenir en raison de l’exposition à un certain nombre de facteurs. L'abus d'alcool, de drogues et de certaines maladies du pancréas endommagent les cellules pancréatiques particulièrement graves.

Après la chirurgie

Pour les personnes qui ont subi une opération du système digestif, il est extrêmement important d'établir l'activité de la glande, car leur état de santé futur en dépend, et dans certaines situations de la vie. La récupération des cellules pancréatiques est nécessaire après le traitement chirurgical de la pancréatite et de la nécrose pancréatique.

Le diabète

Dans le diabète, le pancréas ne produit pas assez d'insuline et est soumis à un stress constant. Les mesures visant à améliorer le travail d'un organe aideront non seulement à le soulager, mais contribueront également à la normalisation de l'état général d'une personne.

Après beuveries

Les cellules pancréatiques sont plus sensibles à l'alcool que les cellules du foie et réagissent donc beaucoup plus fortement à l'alcool, en particulier si une personne prend des boissons fortes pendant une longue période. L'éthanol provoque un spasme des canaux pancréatiques et perturbe l'activité normale de l'organe. Par conséquent, dans l'alcoolisme dans cette zone, des processus inflammatoires se produisent souvent.

Après une consommation excessive, une personne est tenue de rétablir le fonctionnement de la glande, faute de quoi la perturbation du fonctionnement de ses cellules conduira au développement de maladies graves.

Après avoir terminé la chimiothérapie

La chimiothérapie implique l'utilisation de médicaments puissants qui sont toxiques pour le pancréas et peuvent détruire ses cellules. La restauration du corps est nécessaire non seulement après le traitement du cancer du pancréas, mais également après l'élimination des processus malins dans d'autres zones du corps.

Combien de temps cela prendra-t-il

Après exposition à des facteurs dommageables, le pancréas se rétablit extrêmement lentement. La durée de ce processus dépend du degré de dégradation de la cellule et des caractéristiques individuelles du métabolisme du corps humain. Pour normaliser le corps peut prendre de 1 à 12 mois.

Comment et quoi restaurer

La restauration du pancréas nécessite une approche intégrée responsable. Ne comptez pas pleinement sur l'action des médicaments ou des remèdes populaires. Afin de normaliser le fonctionnement du corps le plus rapidement possible, il est important de porter une attention particulière au mode de vie et au régime alimentaire.

Changement de mode de vie

En essayant d'ajuster le travail du pancréas, il est nécessaire d'abandonner les mauvaises habitudes, d'éliminer complètement la consommation d'alcool, de nicotine et de drogues. Toutes ces substances ont un effet toxique sur le tube digestif et aggravent l'état du corps. En outre, ils empêchent l'absorption de substances utiles, réduisent le niveau d'immunité et inhibent les processus de régénération dans le corps.

Pour accélérer la récupération des cellules pancréatiques, vous devez régulièrement faire un effort physique modéré, éviter le stress et bien manger.

Régime alimentaire

Dans la période de régénération du pancréas, il est nécessaire d'ajuster le régime alimentaire.

Le menu recommandé pour les dommages aux cellules d’un organe est basé sur des produits qui ne provoquent pas d’irritation mécanique et thermique des tissus pancréatiques et ne provoquent pas d’augmentation de la sécrétion digestive. Ceux-ci comprennent:

  • soupes muqueuses sur bouillons de viande maigre ou de légumes;
  • céréales (riz, semoule, flocons d'avoine, sarrasin, orge);
  • puddings et casseroles de céréales autorisés;
  • omelettes, œuf soufflé;
  • légumes à la vapeur, cuits au four ou bouillis (pommes de terre, courgettes, chou-fleur, carottes);
  • lait faible en gras, fromage, produits laitiers fermentés;
  • viandes maigres (veau, lapin, poitrine de poulet, dinde) - seulement bouillies, cuites au four, à la vapeur;
  • fruit non acide;
  • thé faible, gelée, eau minérale, bouillon de dogrose, compotes de fruits secs.

Les repas doivent être fondés sur l'exclusion complète des aliments frits, des viandes grasses, des plats préparés, des saucisses, des viandes fumées, des aliments épicés et épicés. Radis, oignons, chou blanc, navet, oseille, radis sont interdits des légumes, agrumes et raisins de fruits, jus aigre, café, thé fort de boissons. Il faut aussi abandonner le chocolat, les glaces et les pâtisseries.

Quels médicaments prennent

La pharmacothérapie de soutien pour les troubles du pancréas implique l’utilisation des médicaments suivants:

  • les antisécréteurs normalisant la production de suc pancréatique (rabéprazole, oméprazole, nolpaza);
  • des enzymes qui réduisent la charge sur la glande et aident à digérer les aliments (Festal, Mikrasim, Creon, Panzinorm);
  • analgésiques qui soulagent l'inconfort des maladies de l'organe (No-shpa, Buscopan).

Pour le traitement symptomatique, le médecin peut également prescrire des pilules antidiarrhéiques, antiémétiques et des médicaments cholérétiques. Dans les maladies graves de la glande, accompagnées d'un risque accru de complications, des antibiotiques sont nécessaires.

Si des troubles du travail du corps sont associés au diabète sucré, l’insulinothérapie est obligatoire.

Remèdes populaires

Les remèdes populaires apporteront un bon soutien au pancréas:

  1. 500 g d'avoine non polie versez 1 litre d'eau bouillante, insistez 30 minutes et prenez du liquide filtré 3 fois par jour, 100 ml chacun.
  2. 1 cuillère à soupe l farine de sarrasin mélangée à 200 ml de yaourt à prendre au petit-déjeuner.
  3. Insister 1 c. l plantain d'herbes sèches dans 200 ml d'eau bouillante pendant 1 heure. Filtrer et boire pendant la journée en petites portions au lieu de thé.
  4. 1 cuillère à soupe l sécher les feuilles de menthe broyées versez 0,5 litre d'eau chaude, faites bouillir et maintenez à feu moyen pendant 10 minutes. Puis infuser le bouillon pendant 10 minutes supplémentaires, filtrer et boire un demi-verre 15-20 minutes avant chaque repas.

Tous les médicaments à base de plantes à domicile doivent être utilisés avec beaucoup de prudence, car nombre d'entre eux présentent un certain nombre de contre-indications et peuvent provoquer des effets indésirables. Avant de commencer à utiliser des recettes de médecine alternative, vous devriez consulter votre médecin.

Ayurveda

Pour restaurer l’organe digestif, il est possible d’utiliser des remèdes homéopathiques qui agissent avec douceur mais efficacité sur les cellules pancréatiques, accélèrent leur régénération et soulagent les symptômes désagréables des troubles de l’organe. Ces médicaments comprennent: Apis, Iris versicolor, Lycopodium, Nux vomica, Duodenohel et Colozint.

Caractéristiques de la réparation cellulaire

Les gastro-entérologues affirment que la restauration complète des cellules du pancréas est extrêmement rare, surtout si l'organe a été gravement endommagé. Dans les tissus pancréatiques, des modifications diffuses irréversibles entraînent une perturbation chronique de l'activité de la glande.

Il y a plusieurs années, des scientifiques ont découvert que les cellules alpha du pancréas, qui produisent l'hormone glucagon, peuvent être obtenues à partir de tissus des canaux pancréatiques à l'aide de technologies spéciales, puis transformées en cellules bêta, qui produisent l'insuline. Ainsi, il est possible de procéder à la restauration du pancréas dans le diabète sucré.

Un autre moyen innovant de régénérer un organe est la transplantation de cellules bêta clonées.

Méthodes rapides

Pour arrêter la destruction des cellules du pancréas, il est permis de respecter une règle importante, à savoir le repos complet, l'abandon de tout aliment et le froid sur l'estomac dans la zone de projection de l'organe malade.

Il est nécessaire d’adhérer à un tel régime pendant au moins 3 jours, mais il est particulièrement important de ne pas négliger la famine thérapeutique, qui contribuera à soulager la glande autant que possible et ne permettra pas à la situation de s’aggraver.

Les avis

Galina, 43 ans, Kazan

Lorsque la douleur dans le pancréas est optimale, cela aide le froid, la faim et la paix. Au moins dans les 2-3 premiers jours suivant l'apparition des symptômes de la maladie, cette règle doit être strictement suivie. Ensuite, vous pouvez passer progressivement à un régime économe, commencer à prendre des médicaments - enzymes, agents antisécréteurs. Mais nous devons être préparés au fait que ce corps ne soit pas rapidement rétabli. Cela prendra plusieurs mois, pas moins. Je l'ai expérimenté sur moi-même. Il était difficile de respecter toutes les règles, mais la situation s’est beaucoup améliorée.

Maxim, 33 ans, Volgograd:

L'essentiel - s'en tenir à un régime, sans alcool ni malbouffe. Sans respect du régime, il est impossible de ramener le pancréas à un état normal.

Pavel, 27 ans, Saint-Pétersbourg:

Le pancréas est tombé malade et n'a pas bien fonctionné malgré la consommation prolongée d'alcool. Il n'y avait pas d'inflammation, mais à l'échographie, ils ont dit que les tissus avaient déjà été changés et qu'ils ne pouvaient plus être remis dans leur état initial. A commencé à suivre un régime strict, refusé de l'alcool, sur la prescription d'un médecin pendant un mois a pris Micrasim, Buscopan, Rabeprazole. La santé s'est progressivement améliorée, la digestion est revenue à la normale, mais de temps en temps, le fer se fait toujours sentir.

Méthodes de récupération efficaces après une chimiothérapie intensive

La chimiothérapie intensive ne passe pas pour les patients sans trace. Pratiquement tous les systèmes intra-organiques subissent de graves perturbations et défaillances. Sans aucun doute, un tel traitement entraîne une amélioration de l'état du patient atteint de cancer, mais son corps subit le choc des réactions indésirables le plus puissant, perdant ainsi son statut immunitaire déjà réduit.

Par conséquent, après le traitement, il est nécessaire de suivre un traitement de rééducation, qui peut être effectué non seulement à la clinique, mais aussi à la maison.

Comment restaurer le corps après une chimiothérapie à domicile?

Après des séances de chimiothérapie, la plupart des structures cellulaires malignes meurent, mais elles ne quittent pas le corps par elles-mêmes, mais se transforment en tissus nécrotiques.

Les cellules mortes pénètrent dans le sang et dans toutes les structures organiques, ce qui se traduit par une détérioration grave du bien-être général.

Des médicaments

Pendant la période de récupération, divers médicaments sont prescrits aux patients.

  • Étant donné que la chimiothérapie, en raison de sa toxicité, provoque des nausées et des vomissements chez tous les patients, des médicaments antiémétiques tels que Cerucal, Tropisetron, Dexamethasone et Navoban, Gastrosila et Torekan, Métoclopramide, etc. sont recommandés pour soulager les symptômes des patients.
  • Les structures hépatiques doivent également être restaurées, c'est pourquoi les hépatoprotecteurs Gepabene, Essentiale, Karsil, Heptral et autres sont indiqués.
  • Un effet secondaire caractéristique de la chimiothérapie est la stomatite, qui nécessite également un traitement. Des lésions inflammatoires apparaissent sur les joues, les gencives, la langue. Pour les éliminer, il est prescrit aux patients de se rincer par la bouche avec des solutions médicamenteuses telles que Hexoral et Corsodil, de l’éludril et de la chlorhexidine. Si la stomatite est ulcéreuse, il est recommandé d’utiliser Metrogil Dent.
  • Le sang doit être restauré. Pour augmenter le niveau de globules blancs, il est indiqué des médicaments tels que Filgrastim et des médicaments génériques tels que Neupogen, Leucostim, Granogen, Granocyte, etc., qui sont prescrits pour augmenter la leucopoïèse. En présence de diarrhée, lopéramide, Smecta, Neointesthopan, Octreotide, etc.
  • L'anémie hypochrome est également un effet secondaire de la chimiothérapie, car les toxines des médicaments anticancéreux inhibent la production de globules rouges. Pour éliminer cet effet secondaire, il est nécessaire de restaurer les fonctions de la moelle osseuse hématopoïétique. Les médicaments prescrits qui accélèrent la formation de globules rouges, par exemple Recormon, Erythrostim, Epogen et Epoetin. Tous ces outils sont fabriqués à base d'érythropoïétine - une hormone rénale synthétique qui stimule la formation de globules rouges.

Pouvoir

Une attention particulière après la chimiothérapie nécessite la ration du patient cancéreux. Il devrait être basé sur les principes d'une alimentation saine, contenir plus de vitamines et de minéraux nécessaires à la restauration rapide de toutes les structures organiques.

Chaque jour, les produits des catégories suivantes devraient être sur la table du patient atteint de cancer:

  1. Produits laitiers;
  2. Plats de fruits et légumes à la coque, cuits, frais;
  3. Œufs, viande maigre, poisson maigre et volaille;
  4. Céréales et céréales.

Après le traitement de chimiothérapie, le patient devra abandonner les produits en conserve, marinés et fumés. En outre, pour éliminer plus rapidement les toxines du corps, il est recommandé d’augmenter le régime de consommation d’alcool. Un patient doit boire au moins 2 litres de liquide par jour.

Amélioration de l'immunité

La tâche la plus importante de la rééducation après une chimiothérapie consiste à augmenter le statut immunitaire.

Pour renforcer la défense immunitaire prescrit des médicaments antioxydants et des vitamines. Excellente immunité renforce le médicament Immunal.

Survivre au traitement du cancer chimiothérapeutique n’est que la moitié du combat, et une aide psychothérapeutique est également nécessaire. Le patient doit créer toutes les conditions pour un retour rapide à la vie normale.

La thérapie par l'exercice visant à renforcer le corps élimine les poches et la douleur et accélère l'élimination des cellules cancéreuses. Les procédures de drainage lymphatique contribuent au soulagement de l'inflammation, renforcent les forces immunitaires et restaurent le métabolisme physique.

Vitamines

Après la chimiothérapie, le corps a terriblement besoin de vitamines, qui accélèrent la récupération et normalisent l'activité organique.

Des vitamines telles que l'acide ascorbique et folique, le carotène et la vitamine B sont nécessaires pour accélérer la récupération des tissus muqueux et lutter contre la thrombocytopénie.9

Par conséquent, on prescrit aux patients des médicaments tels que le folinate de calcium, le pangamata de calcium et le Neurobex.

En outre, pour accélérer la récupération, vous pouvez utiliser des suppléments bioactifs contenant des oligo-éléments et des vitamines, par exemple, Nutrimaks, Antiox, Liver-48, Coopers et Flor Essen, etc.

Remèdes populaires

La médecine traditionnelle a tout un arsenal de recettes pour restaurer le corps et éliminer les réactions indésirables après la chimiothérapie. Pour éliminer les troubles intestinaux et la diarrhée, il est recommandé d’utiliser la collection d’achillée millefeuille et d’hypericum.

Les herbes sont mélangées en quantités égales, puis 1 grande cuillerée du mélange est versée avec 0,2 l d’eau bouillante et laissée à infuser, puis prise deux fois par jour à chaud.

Il est bien établi dans le traitement de restauration post-chimiothérapie et cette collection:

  • Pyrei;
  • Trèfle des prés;
  • Millepertuis et menthe;
  • Framboise blanche et origan;
  • Ortie.

Toutes les herbes sont mélangées en quantités égales, puis brassées à raison d'une grosse cuillerée du mélange par tasse d'eau bouillante. Ce bouillon est pris 30-40 minutes avant les repas pour 2 grandes cuillères trois fois par jour. Ce remède à base de plantes nettoie bien le sang et augmente le taux d'hémoglobine.

Restauration des veines

Comme la chimiothérapie implique l’injection intraveineuse de médicaments toxiques anticancéreux, l’effet indésirable est une phlébite toxique ou une inflammation veineuse, qui se manifeste par des brûlures et des douleurs dans les veines.

En outre, au niveau des épaules et des coudes, les parois s'épaississent et les lumières des vaisseaux se rétrécissent, ce qui entraîne le développement de la phlébosclérose, laquelle interfère avec l'irrigation sanguine. Une telle complication nécessite l'imposition obligatoire d'un bandage élastique et d'un membre au repos.

Les préparations de pommade externes locales telles que Troxevasin, Indovazin ou Hepatrombin sont largement utilisées pour traiter les veines. La pommade est appliquée, sans frotter, sur la peau au-dessus de la veine trois fois par jour. La prise de comprimés Humbix associés à des agents thrombolytiques est également prescrite.

Traitement du foie

Les anticancéreux endommagent assez les cellules du foie. C'est le foie qui doit neutraliser les toxines et les composants médicinaux.

Pour faciliter l'activité hépatique après la chimiothérapie, il est recommandé d'utiliser de l'avoine.

Les flavonoïdes et les composés polyphénoliques qu'il contient améliorent le métabolisme des lipides, normalisent le fonctionnement des structures gastro-intestinale et hépatique.

La décoction d'avoine dans le lait est considérée comme le meilleur remède populaire pour restaurer la fonction hépatique. Une grande cuillerée de grains d’avoine doit être bouillie pendant un quart d’heure dans 250 ml de lait, puis infusée pendant une demi-heure. Avec la bonne approche en matière de rééducation, le foie se régénère rapidement.

Comment perdre du poids après une chimiothérapie?

De nombreux patients cancéreux après une chimiothérapie, malgré le syndrome de nausée-vomissements qui dérange constamment, prennent rapidement du poids.

Mais même dans cette situation, vous ne pouvez pas vous accrocher à des kilos en trop et chercher toutes sortes de méthodes pour perdre du poids. Si le patient réduit la quantité de nourriture consommée, le corps s'affaiblira et s'épuisera encore plus.

Pour que le poids redevienne normal, indépendamment et sans conséquences pour l'organisme, il est recommandé d'abandonner les sucreries et de limiter la farine.

Il est nécessaire d'augmenter le nombre de légumes dans le régime et de marcher davantage. Lorsque les forces du corps seront complètement rétablies, ces kilos en trop disparaîtront.

Vidéo sur la guérison après la chimiothérapie, déclare Olga Butakova:

Comment restaurer le pancréas dans la pancréatite chronique? Produits d'aide à la récupération

Le pancréas ou la glande à sécrétion mixte joue un rôle important dans le fonctionnement normal de tout l'organisme. Il participe au processus de digestion en sécrétant le suc pancréatique, composé d'enzymes qui améliorent la digestion. En produisant des hormones (insuline et glucagon), cet organe normalise la saturation du sang en sucre, tandis que les lipides produisent des lipides dans le foie, ce qui contribue à l'oxydation des acides gras.

Les douleurs dans le pancréas indiquent des échecs dans son travail, dont les causes peuvent être diverses maladies, un régime alimentaire malsain, des médicaments. De tels échecs entraînent une violation de la fonctionnalité de tout l'organisme.

Est-il possible de restaurer le pancréas et comment le faire?

Si une indigestion est observée, il existe un syndrome douloureux intense, une fatigabilité rapide et une détérioration de l'état de santé général, cela signifie que le processus de digestion est perturbé et que le suc pancréatique est généré en quantités insuffisantes. Dans ce cas, il est nécessaire d'équilibrer le régime alimentaire, qui doit être basé sur: les céréales, les bouillons de légumes, la viande bouillie maigre. Pendant le régime devrait abandonner les plats sucrés, épicés, gras, frits et fumés.

Une déficience de la fonction hormonale, à savoir l'insuline, peut entraîner un diabète sucré du premier ou du deuxième type. Dans le diabète du premier type, le pancréas ne peut pas être restauré. Cependant, des recherches ont montré que les chances de guérison de cet organe sont élevées, mais cela nécessite une greffe de moelle osseuse. En raison du risque accru de telles opérations, cette méthode n'est pas utilisée actuellement. Le traitement est réduit à des injections périodiques d’insuline et à une alimentation constante.

La question de savoir s'il est possible de restaurer le travail du pancréas dans le diabète du second type n'est pas encore complètement comprise. Selon de nombreuses études, les scientifiques ont conclu qu'il est possible de contrôler le travail de la glande à l'aide d'une perte de poids. Par conséquent, lors de la confirmation du diagnostic, prescrire un traitement de physiothérapie et un régime strict. En cas d’inefficacité de telles méthodes, faites appel à des hypoglycémiants oraux et à des médicaments appropriés.

Dans la pancréatite chronique, la douleur est permanente et exacerbée périodiquement. Un manque de liquide pancréatique contribue à l'indigestion, aux ballonnements, aux nausées et aux vomissements. Soulager la douleur aide le jeûne quotidien, réduit la charge sur la glande, permet l'utilisation d'eau minérale alcaline sans gaz et prend des médicaments qui éliminent les crampes. Après le soulagement de la douleur, vous devez consulter un médecin pour clarifier le diagnostic et attribuer le traitement approprié.

Si le temps de recourir au bon traitement, en observant toutes les indications du médecin traitant et un régime alimentaire, le pancréas peut être rétabli complètement. À l'avenir, évitez les exacerbations de pancréatite chronique.

Chez un enfant, une pancréatite peut se développer suite à une blessure, des anomalies glandulaires congénitales, une inflammation intestinale, une intolérance au lactose. Les symptômes diffèrent de ceux de la pancréatite chez l'adulte et le traitement est presque identique.

Lors de la prise d'antibiotiques, le pancréas et le foie souffrent également. La violation de leur fonctionnement est accompagnée d'un jaunissement de la peau, de fièvre, d'une soif intense, de douleurs dans le bas du dos, d'une décoloration de l'urine et des matières fécales, ainsi que de leur quantité quotidienne.

Après les antibiotiques, on prescrit des médicaments destinés à les extraire du corps et à restaurer la glande. Les plus efficaces à cet égard sont les préparations d’entérosorbant à base d’absorbants naturels. Ils collectent toutes les substances nocives, sels et micro-organismes, en les faisant ressortir avec les selles. En conséquence, le fonctionnement normal du foie et du pancréas.

La chimiothérapie est prescrite pour le traitement de l'oncologie, ce qui a un effet déprimant sur le fonctionnement du foie et du pancréas. Cela se traduit par des nausées persistantes après la procédure. Pour restaurer ces organes après la chimiothérapie prescrit un traitement d'hépatoprotecteurs et un régime alimentaire.

La thérapie générale pour l'inflammation de la glande comprend:

  1. Jeûner dans les 1-3 premiers jours, après - un régime.
  2. Recevoir des médicaments antispasmodiques, spectre d'action antihelminthique.
  3. Acceptation des médicaments de substitution aux enzymes et hormonaux en association avec la cholénolitique et la duspataline.

Ces activités soulagent la douleur et arrêtent le processus inflammatoire. Toutefois, dans les cas extrêmement graves, l’administration de médicaments par le compte-gouttes est utilisée.

Comment récupérer des enzymes?

La formation d'enzymes joue un rôle important dans l'assimilation des substances qui entrent dans le corps avec de la nourriture. Si ces enzymes sont sécrétées en quantités insuffisantes (lipase en particulier), alors il existe de tels symptômes:

  • selles molles;
  • fatigue
  • perte de poids due au manque d'appétit;
  • accumulation de gaz dans les intestins;
  • douleur abdominale;
  • nausée persistante et vomissements fréquents.

Avec un excès d'enzymes développe une pancréatite. Dans le même temps, une température plus élevée est ajoutée aux symptômes ci-dessus.

Il est possible de révéler des violations des substances émises au moyen d'analyses: biochimie du sang, de l'urine et du sérum sanguin.

Pour la reprise d'une sécrétion enzymatique normale, on utilise des médicaments de remplacement qui restaurent le pancréas, en combinaison avec un régime alimentaire:

Les noms des médicaments peuvent différer en raison du grand nombre de médicaments similaires contenant les mêmes substances actives.

Comment restaurer le travail du foie et des remèdes populaires du pancréas?

Souvent, avec des médicaments, recourir à la médecine traditionnelle. Il est souvent conseillé aux médecins eux-mêmes d’utiliser des remèdes traditionnels en association avec des médicaments. Il existe de nombreuses recettes pour soulager la douleur et même aider à traiter le foie et le pancréas. Avec cette thérapie, ils nettoient d’abord ces organes.

  1. Infusion de laurier. 10 feuilles pour 1 litre d'eau bouillante. Insister à partir de 1 heure. Il est valable pas plus de 24 heures. Prenez 50 grammes à 0,5 grammes avant un repas. En conséquence, le métabolisme des graisses carbonées et la glycémie sont normalisés.
  2. Le persil et le lait. Hachez la racine et versez le lait jusqu'à ce qu'il soit couvert. Placez le récipient dans le four et laissez mijoter à feu doux jusqu'à ce que le liquide soit complètement évaporé. Les racines finies sont écrasées en purée et prennent 2 cuillères à soupe 1 fois par heure.
  3. Un bon effet de renouvellement est donné par les dattes qui sont consommées le matin à jeun, lavées à l’eau si nécessaire. Après deux semaines d’administration, il est recommandé de manger des poires, ce qui favorise l’élimination des cellules mortes de l’estomac et des intestins. En outre, le pancréas et le foie sont nettoyés.

Propriétés pharmacologiques des ingrédients à base de plantes:

  • bardane, élécampane, calgan, sauge pilier - constituent la base de la thérapie principale et ont un effet anti-inflammatoire;
  • Les feuilles et les pousses de menthe poivrée, de millepertuis, de millefeuille et de tilleul agissent en douceur et ont un effet antibactérien, tonique et tonique. En raison de leur effet antimicrobien, ils peuvent affaiblir le système immunitaire en détruisant la microflore intestinale (pathogène et bénéfique).
  • utilisation productive de Hypericum, Immortelle, maïs et betteraves
  • pissenlit (racine), herbes de chélidoine et thé de saule; L'ortie, le bouleau, le cassis, le cerisier des oiseaux et l'airelle (feuilles), la tanaisie (fleurs) et la teinture de cônes de pin et de bouleau sont utilisés comme composants auxiliaires.

Racines de pissenlit (1 cuillère à soupe pour 2 tasses d'eau, bouillir pendant 10 minutes, insister 4 heures) - un excellent agent cholérétique. La teinture est recommandé de prendre 1/3 tasse 3-4 fois par jour.

Immortelle est efficace contre l'hépatite. Teinture: 2 cuillères à soupe de fleurs pour 2 tasses d'eau bouillante. Insister 2 heures et boire 1/4 tasse 3 fois par jour.

La chéline, les œufs en poudre et le calamus des marais (racine) conviennent aux maladies chroniques du foie et du pancréas. Une cuillère à soupe de tisane dans un rapport de 1: 4: 2 à 1 tasse d'eau bouillante. Insister 2-2.5 heures. Prendre 100 grammes 3 fois par jour.

Souvent, la question qui se pose chez les patients est de savoir s'il est possible de guérir le pancréas à domicile en utilisant la médecine traditionnelle. Les médecins répondent positivement, mais il faut savoir que cette thérapie est une mesure supplémentaire pour améliorer la situation. Le traitement repose sur la conscience du patient de la gravité et du danger de la maladie. Par conséquent, en ayant recours à la thérapie à domicile, vous devez suivre le régime alimentaire adéquat et surveiller le processus de traitement, tout en étant surveillé par un médecin.

Parmi les experts, il existe un avis selon lequel les remèdes populaires prétendent être à la pointe du traitement de la pancréatite.

On sait de manière fiable qu’à l’aide de produits bien choisis, il est possible de normaliser rapidement le travail du pancréas.

Quels produits restaurent le corps?

L'influence des produits alimentaires présents dans l'alimentation humaine sur cet organe peut être divisée en réanimation et anti-réanimation.

Si vous ressentez le moins de symptômes indiquant un dysfonctionnement de la glande, vous devez augmenter la consommation d'aliments légers:

  • produits à base de viande (viande de bétail, poulet et œufs domestiques);
  • fruits de mer (viande de poisson rouge et calmar);
  • produits laitiers fermentés
  • huiles végétales (olive, maïs et tournesol);
  • croupe (grec, avoine);
  • pâtes dures;
  • légumes (poivron, potiron, carotte, chou, courgette, concombre, maïs);
  • la verdure;
  • fruits, baies et fruits secs;
  • thé (y compris la camomille, rose sauvage);
  • bonbons (le sucre doit être remplacé par de la canne à sucre ou du fructose, vous pouvez manger de la guimauve, du chocolat amer, des biscuits à l'avoine).

Mais le montant des provisions lourdes doit être réduit ou éliminé complètement:

  • produits à base de viande (porc, saucisses);
  • de légumes (pommes de terre, tomates, légumineuses);
  • diverses sauces contenant des acides;
  • lait, sauf frais;
  • fruits et baies (baies rouges et agrumes de type orange);
  • à partir de boissons (café, cola et leurs dérivés);
  • doux n'est pas souhaitable.

Avec le respect des prescriptions du médecin, des règles et des recommandations, dans la plupart des cas, la restauration complète du pancréas est réelle. Les exceptions sont certaines maladies et formes avancées de la maladie.

Pour la prévention, vous devez respecter une nutrition adéquate et limiter les mauvaises habitudes (alcool, tabac). À propos, manger les bons aliments aide à réduire le poids de 2 kg par mois en moyenne.

Chimiothérapie du cancer du pancréas

La chimiothérapie d'une tumeur maligne du pancréas ou la thérapie cytostatique est un traitement visant à supprimer les cellules à croissance rapide, notamment les cellules tumorales.

Contrairement à certaines tumeurs malignes, développées à partir de cellules d'autres organes et ne pouvant être guéries qu'en utilisant des médicaments cytotoxiques et d'autres médicaments antitumoraux, le cancer du pancréas appartient à la tumeur chimiorésistante - insensible ou insensible aux effets des médicaments cytotoxiques; par conséquent, la chimiothérapie ne peut pas être complètement détruite les cellules cancéreuses. Avec les adénocarcinomes - les tumeurs malignes provenant de l'épithélium glandulaire des canaux pancréatiques - un tel traitement ne fait souvent que réprimer leur croissance et conduit rarement à une régression (diminution).

La chimiothérapie est un type de traitement médicamenteux antitumoral. Le traitement antitumoral du cancer du pancréas comprend la thérapie ciblée et l’immunothérapie.

A quoi sert la chimiothérapie?

Quel est le traitement pour lequel la tumeur est insensible? Après la chirurgie, un petit nombre de cellules cancéreuses peuvent rester dans les zones adjacentes à la tumeur retirée. Il est beaucoup plus facile de combattre de telles cellules individuelles que lorsqu'elles sont connectées par un seul organisme, une tumeur, s'il existe au moins une sensibilité minimale au traitement. Les micrométastases sont également plus susceptibles au traitement antitumoral.

Dans chaque cas, la réponse au traitement peut différer et, dans certains cas, il est possible d'obtenir, sinon un rétablissement, de longues périodes de rémission. Il a été prouvé que les patients recevant une chimiothérapie en association avec une opération radicale vivent en moyenne une fois et demie à deux fois plus longtemps que ceux qui n’ont subi qu’une opération chirurgicale.

Dans les cas où les médicaments cytotoxiques peuvent inhiber la croissance des cellules tumorales, en fonction du degré de sensibilité de ces dernières, la chimiothérapie peut:

  • conduire à une régression (réduction de taille ou disparition complète) de la tumeur et (ou) de ses métastases;
  • arrêter la croissance tumorale et / ou ses métastases;
  • ralentir la croissance de la tumeur et / ou de ses métastases.

Indications de chimiothérapie:

  • état après une chirurgie radicale pour le cancer du pancréas;
  • résectabilité douteuse de la tumeur (la tumeur est située trop près de gros vaisseaux, ce qui empêche son retrait chirurgical);
  • non résécabilité de la tumeur en raison de la propagation locale du processus;
  • refus du patient de l'opération.

La chimiothérapie est effectuée uniquement après confirmation en laboratoire (histologique) du caractère malin de la tumeur. Avant le traitement, l'activité des systèmes rénal, hépatique, respiratoire et cardiovasculaire est évaluée.

Contre-indications et limitations à l'utilisation de la chimiothérapie:

  • insensibilité de la tumeur au médicament prescrit;
  • Hypersensibilité (réaction allergique) aux composants du médicament;
  • déficience fonctionnelle grave du foie, des reins, du système cardiovasculaire ou respiratoire;
  • augmentation de la température corporelle (supérieure à 38 ° C);
  • maladie mentale;
  • état général grave;
  • changements persistants dans la composition du sang: anémie, leucopénie, thrombocytopénie;
  • saignements;
  • infection aiguë;
  • émaciation grave (cachexie).

Avec le développement de réactions allergiques, ainsi que l'insensibilité des cellules tumorales aux cytostatiques, il est nécessaire de prescrire un autre médicament. Dans le cas de troubles fonctionnels, la chimiothérapie est reportée jusqu'à ce qu'ils soient compensés.

Chimiothérapie adjuvante

La chimiothérapie adjuvante est un traitement conservateur des médicaments cytotoxiques, qui est effectué après la chirurgie.

Dans le cancer du pancréas (adénocarcinome canalaire et autres tumeurs du tissu épithélial), une chimiothérapie après l'opération est indiquée pour tous les patients dans un état général satisfaisant. Un traitement antitumoral est prescrit même dans les rares cas où la tumeur a été détectée aux stades précoces (stades 1 ou 2) et lorsque la tumeur primitive a été complètement retirée et qu'aucune métastase n'a été détectée dans les ganglions lymphatiques régionaux - selon les résultats d'un examen histologique du médicament retiré. Dans de tels cas, dans le cancer d'un certain nombre d'autres organes, la chimiothérapie n'est généralement pas indiquée, mais pas dans le cancer du pancréas.

L'adénocarcinome canalaire, qui représente 95% de toutes les tumeurs épithéliales malignes du pancréas, est extrêmement agressif - il est capable de se propager rapidement à d'autres tissus et organes par le système lymphatique, les fibres nerveuses et d'autres moyens. Même les petites tumeurs primitives (pas plus de 2 cm) sont susceptibles d'être accompagnées de métastases (y compris distantes).

Selon des études récentes, les cellules atypiques portant une mutation «cancéreuse», mais qui ne sont pas encore des cellules tumorales, peuvent dépasser l’épithélium pancréatique et se répandre dans le sang à travers différents organes et tissus, même au stade de changements précancéreux, lorsque la tumeur n'a pas eu le temps de se former. Au fil du temps, ces cellules subissent de nombreux changements et deviennent des foyers d'adénocarcinomes métastases dans les organes touchés.

Au stade de l'examen, lors de la détection d'une tumeur primitive, il est presque impossible de détecter ces micrométastases. Par conséquent, le patient est exposé par erreur à un stade précoce (par exemple, un second stade) du cancer. Si les caractéristiques de la tumeur primitive permettent un traitement chirurgical, l'opération est réalisée. Ainsi, l'objectif principal peut être complètement éliminé et les métastases restent. Selon les statistiques, des métastases à distance sont retrouvées dans 90 à 95% des cas au cours de l'année qui suit une opération radicale de l'adénocarcinome canalaire du pancréas.

C’est pour lutter contre les métastases très probables dans le cas d’une chirurgie radicale de l’adénocarcinome du pancréas que la chimiothérapie adjuvante est prescrite, ce qui aide, si ce n’est pas à les éliminer complètement, puis à arrêter ou à ralentir leur croissance.

En outre, chez la moitié des patients opérés, une rechute est enregistrée au cours de la même période - une nouvelle croissance de la tumeur principale (après la conclusion histologique de son élimination complète au cours de l'opération). La chimiothérapie donne une chance de prévenir les récidives ou au moins de ralentir la progression du processus.

Si des métastases existent, chaque cycle de chimiothérapie contribue à la suppression de leur croissance (si la tumeur est suffisamment sensible à un tel traitement). Quelque temps après la fin du traitement, la maladie peut recommencer à progresser, puis un nouveau traitement est prescrit. Si les cellules cancéreuses se sont «adaptées» à certains médicaments précédemment efficaces et si la tumeur présente des signes de croissance, malgré leurs effets toxiques, des médicaments de deuxième intention sont prescrits. Ainsi, dans de tels cas, le cancer est considéré comme une maladie chronique nécessitant un traitement contre les exacerbations.

Si des métastases et / ou des récidives locales sont détectées, la chimiothérapie est déjà considérée comme un traitement palliatif.

Chimiothérapie néoadjuvante

Chimiothérapie néoadjuvante - traitement avec des médicaments cytotoxiques avant la chirurgie.

Ce traitement est effectué en l'absence de métastases chez les patients chez qui le cancer du pancréas ne peut être enlevé par la méthode opératoire (non résécable), car il se situe dangereusement à proximité des gros vaisseaux. La chimiothérapie néoadjuvante a pour tâche de réduire la tumeur (et d'augmenter la distance qui la sépare du vaisseau) afin que l'opération soit possible.

Avant de procéder à une chimiothérapie pour le cancer de la tête du pancréas, il est nécessaire de garantir le flux normal de la bile (une décompensation des voies biliaires est effectuée).

Certains experts estiment que la thérapie néoadjuvante est également recommandée dans le cas de résécable (avec la possibilité technique de son retrait) de la tumeur en raison de plusieurs avantages:

  • dépistage des patients qui progressent rapidement dans le contexte de la chimiothérapie, des candidats à la poursuite du traitement agressif - chirurgie et chimiothérapie postopératoire;
  • augmentation de la probabilité d'élimination complète (radicale) de la tumeur primitive, car les médicaments cytotoxiques inhibent la capacité des cellules cancéreuses à envahir activement les tissus voisins; par conséquent, le risque de dissémination de tissus sains pendant la chirurgie sera réduit;
  • possibilité de chimiothérapie pour presque tous les patients - après la chirurgie, un quart des patients ne peuvent recevoir de chimiothérapie en raison des complications postopératoires développées.

Cependant, le traitement cytostatique préopératoire présente également des inconvénients:

  • même chez les patients potentiels en termes de traitement combiné ultérieur, la tumeur peut devenir non résécable, car la chimiothérapie dure longtemps;
  • certains patients ne seront pas en mesure d'effectuer l'opération en raison de la détérioration de l'état général dans le contexte des effets toxiques des médicaments cytotoxiques.

À ce jour, il existe déjà des résultats (controversés) d'un certain nombre d'études, ainsi que de nouvelles études sur l'opportunité d'une chimiothérapie préopératoire dans le cas du cancer du pancréas résécable. En l'absence de consensus à ce sujet, le traitement anticancéreux néoadjuvant n'est pas largement utilisé si une chirurgie radicale est possible.

Chimiothérapie pour le cancer du pancréas stade 4

En cas de cancer du pancréas avancé, une chimiothérapie palliative peut être prescrite. Si la chimiothérapie adjuvante et néoadjuvante vise à guérir, le traitement antitumoral palliatif a d'autres objectifs, à savoir l'amélioration de la qualité de la vie et de son extension.

Il est entendu que ralentir la croissance des foyers tumoraux avec un traitement réussi conduira à la fois à la prolongation de la vie et à l’amélioration de sa qualité. Cependant, dans la pratique, le résultat est souvent différent: le traitement anticancéreux prolonge quelque peu la vie et réduit la sévérité des symptômes associés à la croissance des néoplasmes, mais ces quelques mois de cancer peuvent difficilement être qualifiés de qualitatifs en raison des effets toxiques sur le corps des cytostatiques et autres médicaments anticancéreux.

Le traitement anticancéreux palliatif est moins agressif que le traitement curatif. Aux stades avancés de la maladie, l'objectif n'est pas d'obtenir l'effet antitumoral maximal à tout prix dans l'espoir d'un traitement curatif. Lors de la prescription d'un tel traitement, le médecin, en testant divers médicaments, à l'aide de doses et de schémas thérapeutiques, tente de maintenir un équilibre entre efficacité maximale et toxicité minimale pour le patient. S'il est possible de trouver un tel «juste milieu», le patient reçoit plusieurs mois supplémentaires (en moyenne) avec une qualité de vie acceptable.

Cependant, la chimiothérapie palliative peut ne pas être prescrite à tout le monde. Ainsi, chez les patients atteints d'un cancer de la tête pancréatique avancé ou disséminé localement (répandu dans tout le corps), la chimiothérapie peut entraîner une détérioration significative du fait que cette localisation tumorale entraîne des violations significatives de la sécrétion biliaire en particulier et de la digestion en général, et un traitement par cytostatique en aggravant les effets. violations.

Un autre problème: la chimiothérapie palliative peut coûter trop cher - au sens le plus direct du terme. Bien que le traitement du cancer soit gratuit dans notre pays, vous devez attendre le tour pour recevoir un traitement gratuit. Il se peut qu'à ce moment-là, le traitement ne soit plus nécessaire. En outre, l’assurance obligatoire ne couvre que le coût des traitements effectués conformément aux normes établies. Un certain nombre de nouveaux médicaments efficaces ne sont pas inclus dans ces normes, ils doivent donc être achetés indépendamment. La plupart des médicaments qui accompagnent le traitement (traitement visant à soulager l’intoxication et à atténuer les symptômes du traitement antitumoral) ne sont également pas disponibles gratuitement.

Le coût des médicaments pour la mono- ou polychimiothérapie par mois est de 15 à 30 000 roubles (au début de 2017), vous devez également prendre en compte le coût des médicaments qui arrêtent les symptômes désagréables liés à la consommation de médicaments cytotoxiques pour une alimentation fraîche, très calorique, requise pendant la chimiothérapie. Si, en plus du traitement cytostatique, un traitement ciblé est prescrit, le coût du traitement peut augmenter plusieurs fois.

Autres types de traitements anticancéreux utilisés en association avec une chimiothérapie

Outre la chimiothérapie, des médicaments ciblés issus du traitement médicamenteux anticancéreux, ainsi que des études sur l'efficacité de l'immunothérapie avec l'interféron α.

Les médicaments utilisés en thérapie ciblée, en ciblant les récepteurs des cellules cancéreuses, perturbent ses processus de division et de croissance. Aujourd'hui, l'erlotinib est le médicament officiellement enregistré pour le traitement du cancer du pancréas. L’efficacité d’autres médicaments prometteurs - le bevacizumab, le cytuximab - n’a pas encore été confirmée, mais elle continue d’être étudiée.

Des recherches sont également menées dans le domaine de l’immunothérapie - il s’avère que l’efficacité de médicaments capables de stimuler le système immunitaire à détruire les cellules cancéreuses. Les premiers résultats sont très encourageants: l'utilisation de l'α-interféron a permis de doubler le taux de survie à cinq ans des patients opérés d'une chirurgie radicale.

Schémas de chimiothérapie

Pour le traitement postopératoire du cancer du pancréas, ils utilisent à la fois des médicaments relativement nouveaux et modernes: la gemcitabine, la capécitabine, l'oxaliplatine, l'irinotécan, ainsi que l'ancien, bien connu: le 5-fluorouracile, le cisplatine et d'autres.

Exemples de schémas thérapeutiques utilisés en thérapie adjuvante

  • Gemcitabine. Cours: administration intraveineuse les premier, huitième et quinzième jours. Répétition du cours - dans 28 jours.
  • Capécitabine. Cours: intraveineux par jour pendant deux semaines. Répétition du cours - en 21 jours.
  • Régime Mayo. Évolution: pendant cinq jours, le 5-fluorouracile et le folinate de calcium sont injectés quotidiennement par voie intraveineuse (ce dernier n’est pas un agent cytostatique utilisé pour neutraliser l’effet toxique du fluorouracile).

La gemcitabine est caractérisée par une toxicité relativement faible et donne un bon effet; elle est donc reconnue comme un standard pour la chimiothérapie adjuvante et la chimiothérapie palliative. La capécitabine est un médicament de deuxième intention.

Le traitement anticancéreux adjuvant implique généralement uniquement des médicaments cytotoxiques. En association avec une pharmacothérapie, une radiothérapie est parfois prescrite.

Exemples de schémas utilisés pour traiter les tumeurs non résécables (localement avancées) et métastatiques

  • Gemcitabine. Bien sûr: identique à la chimiothérapie adjuvante ou: par voie intraveineuse une fois par semaine pendant sept semaines; après une pause d'une semaine, le prochain cours est administré par voie intraveineuse une fois par semaine pendant sept semaines. Répétition: d'autres cours de trois semaines alternent avec un intervalle de 28 jours.
  • GemCap. Cours: Gemcitabine les premier et huitième jours; capécitabine par jour pendant deux semaines. Répétition du cours - en 21 jours.
  • Gemox. Gemcitabine les premier et huitième jours; oxaliplatine le premier jour. Répétition du cours - en 21 jours.
  • Gemcitabine + erlotinib. Gemcitabine - selon l’un des schémas présentés précédemment; erlotinib - quotidiennement.
  • FOLFOXIRI. Irinotécan, oxaliplatine, folinate de calcium, 5-fluorouracile (injection, puis perfusion pendant 46 heures). Répétition du cours - en 14 jours.

Malgré la forte toxicité comparée à la gemcitabine, le traitement par FOLFOXIRI améliore la qualité de vie et la prolonge en moyenne de 3 à 5 mois supplémentaires (également par rapport au traitement par gemcitabine), mais avec un traitement concomitant adéquat. Malheureusement, dans de nombreuses cliniques domestiques, une telle condition est rarement remplie.

Effets de la chimiothérapie

Malheureusement, les effets néfastes des cytostatiques ne sont pas ciblés: leurs cibles sont non seulement des cellules cancéreuses hostiles, mais également des cellules très pacifiques se divisant rapidement de divers tissus et organes. La chimiothérapie affecte négativement la moelle osseuse, les muqueuses du tractus gastro-intestinal et les follicules pileux.

Le traitement des médicaments cytotoxiques dans la grande majorité des cas s'accompagne des symptômes suivants:

  • des nausées;
  • vomissements;
  • diminution de l'appétit;
  • bouche sèche;
  • distorsion du goût;
  • diarrhée ou constipation;
  • éruption cutanée avec démangeaisons sévères;
  • perte de force;
  • perte de cheveux.

Des complications telles qu'une inflammation des muqueuses de l'intestin et de la cavité buccale (stomatite), une neuropathie accompagnée d'un engourdissement ou d'une douleur aux pieds et aux mains peuvent augmenter la vulnérabilité aux maladies infectieuses. Des éruptions cutanées et des stomatites provoquant des démangeaisons peuvent indiquer l'apparition d'une réaction allergique. Dans ces cas, la question du remplacement du médicament est soulevée.

Une inhibition importante de la moelle osseuse s'accompagne d'une baisse marquée de l'hémoglobine, d'une diminution du nombre d'agranulocytes (leucocytes qui protègent l'organisme contre les infections et les empoisonnements) et parfois de tous les éléments du sang. Cette maladie s'accompagne d'une anémie sévère, d'une forte diminution de la réponse immunitaire avec le développement d'une infection généralisée et parfois d'un développement de saignements. Avec le développement de complications graves, la chimiothérapie est suspendue.

La radiothérapie est accompagnée des mêmes symptômes que la chimiothérapie, et des zones de brûlures difficiles à guérir peuvent apparaître sur la peau dans les zones d'exposition.

Complications liées à l'utilisation du médicament cible, l'erlotinib, en association avec la gemcitabine cytostatique: éruptions cutanées, diarrhée, saignements gastro-intestinaux et nasaux, éruptions cutanées, diarrhée, saignements gastro-intestinaux et nasaux, inflammation de la cornée des yeux, insuffisance hépatique.

Pour prévenir et atténuer les effets secondaires du traitement anticancéreux, des perfusions intraveineuses, une élimination de l'intoxication, des antiémétiques, des vitamines et d'autres sont prescrits. Le régime alimentaire des patients sous chimiothérapie doit être riche en calories.

La gravité des symptômes peut dépendre non seulement de facteurs objectifs (degré de dommage causé aux tissus et aux organes par les toxines cytotoxiques), mais également de la perception subjective. Ainsi, les patients qui avaient déjà eu une relation négative avec la chimiothérapie peuvent souffrir davantage pendant le traitement. Dans de tels cas, l'aide d'un psychothérapeute est recommandée.

Devrais-je refuser la chimiothérapie si le traitement est difficile à tolérer, mais qu'il se déroule sans complications menaçant le pronostic vital?

Si le traitement est effectué après une intervention chirurgicale radicale et qu'il n'y a aucun signe de progression de la maladie, il peut être intéressant de supporter ses effets néfastes sur le corps et ses symptômes associés: dans ce cas, la chimiothérapie donne une chance de guérison.

Avec la chimiothérapie palliative, quand il est évidemment impossible de guérir un patient, la qualité de vie devient prioritaire. Dans ce cas, le patient lui-même doit décider s’il a besoin d’une légère prolongation de la vie à tout prix.

Efficacité de la chimiothérapie

La chimiothérapie adjuvante en mode Mayo, ainsi que le traitement à la gemcitabine, réduisent de près d'un tiers la probabilité de progression du processus tumoral après des opérations radicales.

Si la survie moyenne après traitement chirurgical sans chimiothérapie est d'environ 10 mois, la chimiothérapie adjuvante peut augmenter la durée de vie moyenne à 20-22 mois.

Un traitement néoadjuvant à la gemcitabine chez 10 à 17% des patients entraîne une régression de la tumeur.

Le traitement palliatif à la gemcitabine permet d’améliorer les symptômes chez 20 à 30% des patients et de moitié - de réduire de moitié la dose d’analgésiques narcotiques.

En moyenne, les patients atteints d'un cancer du pancréas avancé qui ne reçoivent pas de traitement cytostatique palliatif vivent pendant 3 à 4 mois, ceux recevant de la gemcitabine pendant 6 mois et les patients recevant le traitement par FOLFOXIRI de 9 à 11 mois.

Médecin de la plus haute catégorie, en médecine depuis plus de 20 ans. L’intérêt pour la rédaction d’articles de vulgarisation sur des thèmes médicaux est apparu il ya quelques années, alors que je commençais de plus en plus à noter sur Internet des thèmes sur des thèmes liés au cancer, éblouissants d’erreurs factuelles et trompant le lecteur...

Commentaires

Tous les schémas thérapeutiques ne sont pas indiqués. Les schémas modernes dans le cas du stade métastatique montrent une espérance de vie moyenne de 15-18 mois. En outre, toute une classe de médicaments immunitaires est en cours de développement.

Pour pouvoir laisser des commentaires, veuillez vous inscrire ou vous connecter.

En Outre, Sur Le Cancer

Chimiothérapie

Les symptômes