loader
Recommandé

Principal

Prévention

Carcinome urothélial - en détail sur la maladie

Une tumeur oncologique peut toucher n'importe quel organe, à tout âge, sans distinction de sexe, de statut ou de mode de vie. L'un des cas les plus fréquents de cancer est le carcinome urothélial qui affecte la vessie. Connaissant les causes, les symptômes et le pronostic du traitement, une personne est mieux protégée contre cette maladie.

Une tumeur oncologique peut toucher n'importe quel organe, à tout âge, sans distinction de sexe, de statut ou de mode de vie. L'un des cas les plus fréquents de cancer est le carcinome urothélial qui affecte la vessie. Connaissant les causes, les symptômes et le pronostic du traitement, une personne est mieux protégée contre cette maladie.

Facteurs de risque

La tumeur urothéliale est principalement une maladie des hommes du groupe des personnes plus âgées, les représentants du sexe faible souffrent de cette pathologie plusieurs fois moins souvent. Les points suivants peuvent provoquer des néoplasmes malins dans la vessie:

  • processus inflammatoire chronique des parois muqueuses de l'organe (il peut être provoqué, par exemple, par l'action mécanique d'un cathéter ou d'une stomie installée, non traitée par la cystite et d'autres maladies infectieuses de la sphère génito-urinaire);
  • prédisposition génétique. Le cancer urothélial est plus susceptible d'apparaître si ce diagnostic a déjà été posé par un autre membre de la famille;
  • habitude hors du temps pour vider la vessie;
  • l'abus d'alcool, de stupéfiants, de mélanges à fumer et de nicotine;
  • effets négatifs sur l'environnement (cancérogènes, radiations);
  • prendre un certain nombre de médicaments;
  • anomalies congénitales de la vessie.

Classification du carcinome

Une tumeur urothéliale par le type de cellules qui le composent est divisée en:

  • cellule de transition (type le plus courant. En cas de carcinome urothélial de la vessie de ce type, le matériau du néoplasme est constitué par les cellules en changement des parois de la vessie);
  • squameux (la tumeur est formée de cellules plates apparaissant au cours d'un processus inflammatoire prolongé dans le corps);
  • adénocarcinome (source du cancer - cellules glandulaires de la vessie);
  • lymphome (ce type d’oncologie est associé à la croissance de leucocytes mutés).

Les carcinomes sont également divisés en apparence, par exemple:

  • le carcinome urothélial papillaire se manifeste par des excroissances, parfois même avec un pied prononcé;
  • Le carcinome ulcératif urothélial est similaire à un ulcère enflammé avec un contour flou.

Oncopathologie urothéliale est également classée en fonction du degré de différenciation:

  • gl - un degré élevé dans lequel les cellules qui constituent la tumeur ne sont que partiellement modifiées et même capables d'un fonctionnement limité;
  • g2 est le degré moyen. Il a été établi que le carcinome urothélial de la vessie g2 infecte presque complètement les cellules de la vessie, en formant un néoplasme malin;
  • g3 est un faible degré, caractéristique de la mutation complète de cellules saines, au cours de laquelle leur origine d'origine n'est pas révélée.

Symptomatologie

La trahison du cancer urothélial réside dans une longue période pratiquement asymptomatique. Aux stades précoces, avec des degrés de différenciation élevés, la maladie se développe secrètement, retardant les mesures de diagnostic et réduisant les chances de succès du traitement.

Pour saisir un cancer à sa source même, il faut faire attention aux changements de son état de santé. Les facteurs alarmants et un signe indirect de carcinome urothélial sont:

  • diminution de la capacité de travail;
  • difficulté à dormir;
  • température corporelle basse;
  • perte de poids importante en peu de temps sans raisons objectives.

Ces moments peuvent parfois indiquer des dommages toxiques au corps par les cellules cancéreuses. Il est nécessaire de consulter un médecin dès que possible s'il existe au moins un symptôme spécifique du carcinome urothélial de la vessie:

  • douleur dans la vessie au repos et à la palpation;
  • besoin constant d'uriner, même s'il n'y a pas de réel besoin;
  • impuretés sanglantes dans l'urine.

Diagnostic du cancer de la vessie

Pour un diagnostic correct, un ensemble d’examens de laboratoire et instrumentaux est nécessaire. Le cancer de l'urothélium est diagnostiqué selon les méthodes suivantes:

  • tests de laboratoire de l'urine - sont effectués pour détecter et confirmer la présence de sang et de cancer dans l'urine;
  • biochimie sanguine - avec les tumeurs urothéliales, un certain nombre de marqueurs seront au-dessus de la norme;
  • échographie qui détermine la taille des organes internes et la présence de carcinome;
  • la cystoscopie - une méthode endoscopique d’examen de la surface interne de la vessie pour identifier les pathologies, vous permet également de prélever du matériel pour la biopsie;
  • Rayons X montrant une croissance importante des reins et de la vessie;
  • l'imagerie par résonance magnétique, qui permet de détecter les carcinomes même de petites tailles, ainsi que de détecter d'éventuelles métastases;
  • tomodensitométrie, précisant la localisation de la tumeur urothéliale et son degré de propagation.

Traitement du cancer de la vessie

Le schéma thérapeutique est déterminé par le diagnostic exact: type de tumeur, stade de la maladie, degré de différenciation.

Pour le traitement du carcinome urothélial de la vessie gl, détecté dans les premiers stades de la chirurgie mini-invasive applicable - résection transurétrale. Cela supprime la tumeur elle-même et les cellules épithéliales proches des parois de la vessie. L'organe lui-même est préservé et peut pleinement fonctionner, mais une telle méthode bénigne a un taux de récurrence peu élevé. La chimiothérapie et la radiothérapie sont utilisées pour réduire le risque de récidive du cancer urothélial. L'électrovaporisation est également pratiquée.

Si une oncopathologie est trouvée aux stades g2 et g3, il est nécessaire de recourir à la cystectomie - le retrait non seulement de la vessie touchée, mais également de la prostate ou des appendices de la surface antérieure du vagin.

Après élimination de la tumeur, une immunothérapie est effectuée, destinée à restaurer les défenses immunitaires de l'organisme, qui subissent des effets agressifs sur les cellules cancéreuses.

Dans les cas plus graves, lorsque les métastases frappent les tissus et les organes voisins, le cancer est considéré comme inopérable et seul un traitement palliatif est appliqué, ce qui permet de maintenir un niveau de vie acceptable sans douleur le plus longtemps possible.

Pronostic pour le cancer urothélial

Afin d'évaluer l'efficacité du traitement prescrit et de suggérer son résultat, les oncologues évaluent la situation en fonction des points suivants: stadification, tumeur maligne, type de carcinome et sa taille, présence de métastases, opportunité.

Les statistiques médicales indiquent que si un degré élevé de différenciation (g1) du carcinome urothélial était détecté à un stade précoce, le pronostic favorable atteindrait 95%. C'est à dire la mort est pratiquement éliminée. En cas de diagnostic tardif, lorsque le processus de métastase est en cours, environ 5% des patients peuvent compter sur la réussite du traitement.

Prévention

Il est plus facile de prévenir la maladie que de la guérir. Cette vérité est particulièrement aiguë en oncologie. La tumeur urothéliale est la pathologie la plus dangereuse. Très souvent, elle n'est diagnostiquée que tardivement. Il est donc préférable de faire le maximum d'efforts pour la prévenir.

Pour ce faire, évitez les facteurs qui provoquent un carcinome:

  • mener une vie saine avec un effort physique régulier, une nutrition adéquate, en évitant l'alcool et le tabac;
  • maintenir le bon fonctionnement de la vessie (boire beaucoup de liquide, aller aux toilettes à temps);
  • dépister l'apparition de tumeurs bénignes et les éliminer le plus rapidement possible;
  • ne pas permettre ou du moins guérir complètement les maladies infectieuses et parasitaires de la vessie;
  • si possible, évitez l'influence de circonstances négatives (stress, cancérogènes, radiations).

Le cancer de la vessie est une pathologie qui ne pardonne pas une attitude permissive à l’égard de la santé. Si vous ignorez les symptômes, vous pouvez attendre jusqu'à ce stade du cancer urothélial, alors même que la médecine la plus moderne sera impuissante.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Cancer de la vessie papillaire

Cancer de la vessie papillaire

Le cancer de la vessie se développe le plus souvent chez l'homme, plus rarement chez la femme. Ce type de cancer survient à la surface muqueuse de l'épithélium de transition et pénètre progressivement dans les autres couches de la vessie. Avec le développement de nouveaux murs sur les murs.

Stades de développement de la maladie

Prolifération des cellules tumorales de la vessie

Extérieurement, la tumeur est un ensemble de villosités attachées à un pédicule épaissi. Il peut survenir à n’importe quel endroit, mais se situe le plus souvent dans les uretères, le cou ou le bas de la vessie.

Les métastases du cancer de la vessie se propagent dans tout le corps en fonction de la forme de la maladie:

  • des formations différenciées se propagent dans les vaisseaux sanguins vers le foie, les poumons, les reins et les glandes surrénales, ainsi que vers le tissu osseux;
  • les tumeurs indifférenciées progressent dans le système lymphatique.

La particularité de cette forme de maladie consiste en la défaite complète de l'organe, ainsi qu'en la germination de cellules dégénérées dans les parois de l'organe et des tissus adjacents.

Classification du cancer

Une classification distincte du cancer de la vessie (TNM) a été développée pour évaluer la gravité de cette maladie:

  • T - le stade initial du développement de la tumeur;
  • T1 - germination de cellules dégénérées dans le tissu conjonctif de l'épithélium;
  • T2 - la tumeur affecte les couches supérieures de l'épithélium musculaire;
  • T3 - la maladie se développe dans le muscle;
  • T4 - l'éducation va au-delà de la vessie et commence à se répandre dans les organes adjacents;
  • N est le degré d'endommagement des ganglions lymphatiques adjacents;
  • NO - les ganglions lymphatiques ne sont pas touchés;
  • N1 - lorsque la lymphographie a détecté des modifications dans les ganglions lymphatiques;
  • M - la présence de métastases dans les tissus et les organes distants;
  • M0 - pas de métastases détectées;
  • M1 - il existe des métastases à distance.

Dommages à la vessie papillaire

Symptômes du cancer de la vessie papillaire

Au stade de la maladie, le corps ne donne aucun signal. Ce n'est que dans le processus de développement que commencent à montrer les principaux signes du cancer de la vessie papillaire - l'hématurie et la dysurie. Les symptômes peuvent survenir sporadiquement avec des interruptions importantes.

Le symptôme le plus courant est l'apparition de sang dans les urines (hématurie). Ce symptôme est noté par les trois quarts des patients. Il est possible que les sécrétions soient marquées ou que des caillots de sang de différentes tailles soient présents. Cela est dû à la violation de villosités individuelles de la tumeur. De plus, la quantité de sang sécrétée ne dépend pas du stade et de la taille de la malignité.

La violation de la miction (dysurie) inquiète le patient dans les premiers stades de la maladie dans un tiers des cas. À mesure que le cancer se développe, la fréquence augmente et des plaintes de miction fréquente, accompagnées de douleur, se manifestent.

À mesure que la tumeur germe, les sensations de douleur augmentent. Peut-être que l'addition de diverses infections, les reins sont touchés, la probabilité de pyélonéphrite est élevée. L'urine devient trouble et il y a une forte odeur désagréable.

Les tissus se développent, chevauchent les uretères, le volume de la vessie est réduit, l'insuffisance rénale et d'autres maladies associées du système génito-urinaire se développent.

Diagnostic du cancer de la vessie

Les symptômes de la maladie ressemblent à la cystite, à l’inflammation pelvienne et à la germination de tumeurs provenant d’autres organes. Pour éliminer ces maladies, effectuez un diagnostic différentiel.

Pour le diagnostic du cancer de la vessie, un examen histologique est prescrit, ainsi qu'une analyse par cystoscopie et cytologique.

Dans le fluide, il est facile de voir des peluches oscillantes sur une tige mince ou fixée au mur. La cystoscopie vous permet de déterminer la taille de cette éducation, son emplacement et ses caractéristiques structurelles. Dans les stades ultérieurs, l'état de la tumeur peut être déterminé par la palpation, réalisée sous anesthésie générale.

Des études telles que l'échographie et l'IRM aideront à identifier le dysfonctionnement d'organes et les problèmes de remplissage de la vessie. Avec leur aide, ils étudient l'état de tous les organes adjacents et la possibilité de germination de cellules malignes dans les tissus adjacents.

Pour établir un diagnostic final, ils ont recours à l'angiographie, à la lymphographie et également à la radiographie du système veineux.

Méthodes de traitement

Il existe plusieurs méthodes de traitement de base, qui sont utilisées séparément ou en combinaison:

  • médicament
  • immunologique;
  • le rayonnement;
  • chirurgical

Avec les tumeurs avancées, le traitement du cancer de la vessie papillaire commence par une radiothérapie ou une chimiothérapie afin de réduire la taille de la malignité à une taille pouvant être réséquée, puis une intervention chirurgicale est effectuée.

Pendant l'opération, une excision des zones touchées et l'élimination de tumeurs individuelles sont effectuées. Cette méthode est utilisée dans les premiers stades de la maladie, ainsi que pour la détection de petits foyers uniques.

Dans les cas plus graves, une résection électrique trans-vésiculaire ou une cystectomie est réalisée. La transplantation urétérale est possible. Après l'opération, un traitement anti-inflammatoire est prescrit au patient.

Les méthodes combinées avec l'utilisation de la chimiothérapie et de la radiothérapie, ainsi que l'immunothérapie postopératoire sont courantes. Cependant, certains médicaments sont introduits par voie intravésicale. L'utilisation de rétinoïdes émulsifiés en association avec l'interféron réduit de manière significative le risque de rechute.

L'immunothérapie est pratiquée depuis longtemps dans le traitement des foyers de cancer superficiels et dans la prévention des lésions récurrentes. Initialement, l’interféron a-2b est administré par voie intravésicale à raison de 50 à 100 millions d’UI une fois par semaine pendant 12 semaines. De plus, cette dose est administrée une fois par mois pendant 9 mois.

Lors du dépistage de tumeurs bénignes et de cancers aux premiers stades de la maladie, le traitement est très efficace.

Des interventions médicales et des interventions chirurgicales opportunes aideront à retrouver une vie bien remplie. Il est important de garder à l’esprit les examens préventifs obligatoires et la cystoscopie périodique pour éviter les rechutes.

Vidéo: tumeur de la vessie

Tumeurs malignes de la vessie

Le fibroépithéliome papillaire atypique diffère de celui typique en ce qu'il a une jambe plus dense, courte et large, et souvent pas du tout. Il semble provenir directement de la membrane muqueuse de la vessie. La taille de ces fibroépithéliomes atypiques est différente, sa croissance est plus rapide que celle des fibroépithéliomes typiques.

Souvent autour du fibroépithéliome atypique, la membrane muqueuse est légèrement oedémateuse, légèrement enflammée. Les cellules des villosités du fibroépithéliome atypique sont anormales et de forme atypique; de nombreuses mitoses asymétriques sont notées. Il n’ya pas de croissance destructrice nette, mais c’est essentiellement un processus malin.

Cancer de la vessie papillaire

Ce sont les tumeurs malignes les plus courantes de la vessie. Développé à partir de l'épithélium de transition. Le plus souvent, la tumeur a une structure papillaire et ressemble à un chou-fleur. Les villosités d'une telle tumeur reposent sur une tige large et dense; la tumeur est située sur une large base.

Souvent, les fibroépithéliomes papillaires sont situés près du cancer papillaire sur la membrane muqueuse de la vessie. Les villosités ont des extrémités franches et sont sujettes aux ulcérations, nécroses. De telles villosités d'une tumeur peuvent être situées n'importe où dans la vessie, mais le plus souvent dans la région de son fond et de son cou.

Microscopiquement - destructif, croissance profonde de l'épithélium; cette croissance est encore plus prononcée qu'avec une fibrose atypique. Les noyaux sont très gros. Dans de nombreux endroits, l'épithélium cancéreux modifié est non crotique, il existe des zones de dégénérescence graisseuse.

Le stroma contient des infiltrats de cellules rondes, en particulier dans la région de la base de la tumeur. Plus la croissance blastomateuse est intense, plus l'infiltration est prononcée. Ce dernier est constitué de leucocytes polymorphonucléaires.

Il existe un cancer transitoire et à petites cellules (peu différencié). En fonction du stade de différenciation, les tumeurs malignes transcellulaires de la vessie peuvent avoir une composition cellulaire différente - des cellules d'épithélium en transition aux cellules très atypiques: cellules claires, polygonales, nettement atypiques, avec des noyaux hyperchromiques.

Les cancers à petites cellules consistent en de petites cellules mal différenciées infiltrant les couches sous-jacentes de manière diffuse de la paroi de la vessie.

La structure morphologique des tumeurs malignes de la vessie ne coïncide pas toujours avec la caractéristique clinique consistant à déterminer le degré de sa malignité. Dans différentes zones, la tumeur peut avoir une structure différente. Tous les types de néoplasmes papillaires de la vessie sont un processus unique.

Ils ne peuvent pas être considérés comme des types spéciaux et indépendants de tumeurs. Ce ne sont que différentes étapes du développement du même processus blastomateux, aboutissant à une croissance maligne. Ainsi, le fibrozapiteliomyo atypique (stade T2) est caractérisé par l’atypisme des cellules et la présence d’infiltrats dans le stroma, cancer papillaire (stade T3) - croissance destructrice. Chaque étape peut exister une heure différente. Il existe des cas où des fibroépithéliomes papillaires typiques existent depuis plusieurs décennies sans signes de transition vers un cancer. Cependant, cela est rare et il ne faut donc pas compter sur un débit sûr.

Dans la plupart des cas, les fibroépithéliomes typiques surviennent entre 45 et 50 ans, et les cancers papillaires après 50 ans.

Les lésions papillaires en cas de récidive sont plus malignes que la tumeur primitive. Les fibroépithéliomes typiques réapparaissent comme atypiques et atypiques comme les néoplasmes cancéreux.

La récidive du cancer papillaire peut survenir quelques mois, parfois un an ou plus après la chirurgie. Les rechutes résultent de:

  1. Nouvelle maladie;
  2. Ablation incomplète de la tumeur primitive;
  3. Implantation de particules tumorales apparues au moment de la chirurgie;
  4. Métastases de la tumeur du bassin, de l'uretère et d'organes distants;
  5. Germination dans la tumeur de la vessie par les organes voisins.

Cancer de la vessie

Une tumeur maligne qui se forme dans la paroi ou la membrane muqueuse de l'organe du système urinaire est appelée carcinome à cellules transitionnelles de la vessie. Le nom est dû au fait que la tumeur apparaît dans les tissus épithéliaux. La maladie peut être diagnostiquée chez une personne, quel que soit son sexe ou son âge, mais les hommes y sont particulièrement sensibles. Les experts n'ont pas encore déterminé ce qui peut causer de telles tumeurs. Alors, quel genre de symptômes la maladie a-t-elle, comment peut-elle être guérie et prévenue?

Classification

Sur le plan histologique, plus de 90% des cas de cancer de la vessie sont des carcinomes à cellules transitionnelles (papillaires), dans d’autres cas, des carcinomes épidermoïdes de la vessie. Le cancer est divisé en degrés, en fonction de sa prévalence:

  1. Surface. Il affecte exclusivement la membrane muqueuse de l'organe.
  2. Invasif. La tumeur apparaît dans le tissu musculaire.
  3. Métastatique. Les cellules sont dans la lymphe et se dispersent dans tout le corps.
  4. Zéro. La nouvelle formation ne touche pas le tissu et se déplace dans l'organe.

Les tumeurs transitoires sont également classées par maturité:

  • cancer de la vessie modérément différencié;
  • cancer de la vessie bien différencié.
Retour à la table des matières

Symptômes de pathologie

Aux premiers stades, le cancer de la vessie papillaire ne présente souvent aucun symptôme. Diagnostiquer la maladie uniquement par des enquêtes et des analyses. Parfois, les patients marquent l’apparition d’une hématurie, caractérisée par la présence de sang dans les urines, seul symptôme du premier stade de la tumeur. Il est important de noter que les impuretés du sang ne sont pas toujours un signe de cancer.

Dans les cas où l'on soupçonne la présence de tumeurs cervicales transitoires de l'organe, les personnes éprouvent des envies urinaires fréquentes et des difficultés dans le processus de miction accompagnées de douleurs aiguës. En outre, il peut y avoir des douleurs dans le péritoine inférieur, dans la région de l'anus et des organes de l'appareil reproducteur.

Si des tumeurs à cellules de transition cancéreuses se forment directement dans la vessie, l'urètre est accompagné de boutures, de faux désirs et d'une excrétion involontaire d'urine. Cela est presque toujours dû au fait que le cancer réduit la capacité de la cavité organique. Si la tumeur se développe dans la bouche de l'uretère, elle présente de graves problèmes de miction. Le cancer empêche la production normale d'urine, ce qui provoque des douleurs au bas du dos. Lorsque les uretères présentent des tumeurs des deux côtés à la fois, les patients remarquent les symptômes suivants:

  • fatigue accrue;
  • irritation;
  • troubles digestifs.
Retour à la table des matières

Des complications

Le papillome cellulaire transitoire de la vessie se caractérise par l'apparition des maladies graves suivantes:

  • fistule vésico-vaginale;
  • gonflement lymphatique;
  • pyélonéphrite;
  • insuffisance rénale;
  • la cystite;
  • perturbation du système digestif.
Retour à la table des matières

Diagnostic de pathologie

Une fois que le patient a remarqué les premiers symptômes du carcinome à cellules transitionnelles de la vessie, il est important de ne pas tarder à consulter un spécialiste. Après l’enquête, le médecin utilise les méthodes suivantes pour vérifier la présence de tumeurs:

  1. Palpation. Dans les cas où une personne a développé de grosses tumeurs, celles-ci peuvent être diagnostiquées en palpant le péritoine. En cas de suspicion du stade initial du néoplasme, une palpation bimanuelle est réalisée, au cours de laquelle la cavité abdominale et le vagin ou la cavité abdominale et l'anus sont simultanément tâtonnés.
  2. Cystoscopie Examen interne de la cavité à l'aide d'un endoscope inséré dans le canal urinaire.
  3. Echographie des organes pelviens.
  4. Biopsie. La collection de tissus du corps.
  5. Tomographie par ordinateur.
  6. Urographie excrétrice. L’étude, qui repose sur la capacité des reins à déduire les agents de contraste introduits dans le corps, permet d’obtenir une image aux rayons X des reins et des voies urinaires.
  7. Examen aux rayons x.
  8. Analyse biochimique du sang.
La biopsie de la vessie est une méthode de diagnostic importante qui consiste à prélever un ou plusieurs morceaux de tissu.

En utilisant les méthodes ci-dessus, les médecins peuvent déterminer les facteurs suivants:

  • réfuter ou confirmer la présence d'un cancer;
  • trouver son emplacement;
  • étudier la structure de la tumeur;
  • identifier le degré de néoplasme.
Retour à la table des matières

Traitement du cancer de la vessie en transition

Le traitement des néoplasmes transitoires de la vessie est effectué à l'aide de ces méthodes:

  • chirurgie ou cystectomie;
  • chimiothérapie;
  • radiothérapie.
Retour à la table des matières

Cystectomie

Il s'agit d'une chirurgie abdominale au cours de laquelle une ablation complète ou incomplète de la vessie est réalisée et, dans des situations particulièrement difficiles, des ganglions lymphatiques adjacents, des organes adjacents du système urogénital. La chirurgie segmentaire est rarement utilisée, elle est utilisée exclusivement dans les phases initiales du cancer, afin de ne pas nuire à l'activité ultérieure de la vessie. Après l'opération, des complications telles que des saignements et des douleurs peuvent apparaître, raison pour laquelle les médecins pratiquent parfois une chimiothérapie à titre préventif afin d'éliminer toutes les cellules du néoplasme.

Retour à la table des matières

Chimiothérapie

Au cours de la chimiothérapie, le patient reçoit une injection d'agents spéciaux qui agissent sur les tumeurs, les détruisent et les empêchent de se propager davantage. Les médicaments sont injectés dans le bas de l'abdomen ou dans la cavité de la vessie même, à l'aide d'un tube spécial. Après la fin de la chimiothérapie, des phénomènes tels que des désirs émétiques, des nausées, une faible concentration de cellules sanguines et une perte de cheveux sont observés.

Retour à la table des matières

Radiothérapie

Utilisé en complément d'une chirurgie ou d'une chimiothérapie. Il est sélectionné sur la base de l'emplacement des cellules des néoplasmes et est dirigé de l'extérieur ou de l'intérieur. Lorsqu'elles sont appliquées à l'intérieur du corps, les substances radioactives sont placées à proximité des cellules du néoplasme. Pendant l'application, la partie externe de l'appareil est située à l'extérieur du corps du patient. Après qu'une personne ait des nausées, une faiblesse, des perturbations dans l'activité du système reproducteur et des perturbations dans le processus de miction.

Retour à la table des matières

Régime alimentaire pendant la thérapie

Il est important pour un patient chez qui on a diagnostiqué un cancer de la vessie en phase de transition de suivre à la lettre les recommandations alimentaires recommandées par le médecin. Le régime alimentaire du patient devrait comprendre principalement des légumes frais, des fruits et des baies. L'exclusion du menu est soumise à tous les aliments, y compris les colorants, les arômes, les stabilisants et d'autres ingrédients malsains. Il est parfois permis à une personne de manger de petites quantités de viande et de champignons. Les aliments épicés, salés, gras, épicés et fumés devront également être retirés de l'alimentation, car ils irritent la vessie. Les boissons alcoolisées, gazéifiées et caféinées ont également un effet irritant sur la membrane muqueuse de l'organe; leur consommation devra donc également être réduite au minimum.

Le régime consiste également à utiliser de l'eau au moins 2 litres par jour.

Pour réduire le risque de cancer, les médecins conseillent aux personnes de cesser de consommer des boissons alcoolisées (ou au moins de réduire considérablement leur consommation) de tabac. Il est important de surveiller la quantité de liquide consommée et de boire au moins 2 litres par jour, en tenant compte non seulement de l'eau, mais de tous les liquides qui pénètrent dans le corps, y compris une variété de jus, boissons aux fruits, boissons aux fruits, thés et soupes. Le respect d'un régime alimentaire sain, le contrôle de l'excrétion de l'urine et la prévention de son confinement à long terme dans la vessie auront une incidence sur la santé. Eviter le contact avec les composants chimiques et radioactifs. Tous ces conseils sont importants pour faire attention aux hommes dont l'âge est passé à 40 ans, car ils sont les plus susceptibles à l'apparition d'un cancer de la vessie.

Retour à la table des matières

Prévision du cancer

Les tumeurs à cellules de transition diagnostiquées à un stade précoce donnent une chance considérable que le pronostic des tumeurs de la vessie soit positif dans ce cas. Si le cancer est détecté au stade zéro et que le traitement correct et opportun est mis en œuvre, les tumeurs sont guéries à 100%. Cependant, lorsque le néoplasme est collé à la paroi de la cavité de la vessie ou a pénétré dans le tissu musculaire, un quart des patients est incurable. Lorsque les cellules des néoplasmes pénètrent dans le sang, seulement un quart des patients peuvent combattre efficacement le cancer.

Beaucoup de gens ne font pas confiance aux médecins ou ont peur des tests. Par conséquent, en cas de détection de symptômes indiquant l’apparition d’un néoplasme, ils préfèrent l’automédication. Ce type de comportement est fondamentalement faux, car seuls les médecins peuvent traiter les tumeurs cancéreuses. Sur la base du fait que les symptômes de néoplasmes à cellules transitionnelles dans la cavité de la vessie ne sont pas prononcés et qu’au début, ils ne se font souvent pas sentir, mais dans la plupart des cas, les personnes déjà atteintes de la maladie consultent un médecin. Un recours systématique à un spécialiste, une échographie et une analyse d’urine en général augmentent les chances de dépister le cancer en temps voulu et, par conséquent, d’assurer un résultat plus positif du traitement.

Cancer de la vessie urothéliale

Un cancer aussi dangereux que le carcinome urothélial de la vessie affecte dans la plupart des cas la partie masculine de la population, tandis que les femmes souffrent de cette maladie plusieurs fois moins souvent. La maladie affecte les personnes d'âge moyen, tandis que les médecins identifient une catégorie de personnes sujettes à la formation de carcinome urothélial de la vessie. Quelles sont les causes de la pathologie, quels symptômes se développent à différents stades et quel type de traitement est appliqué lors de la confirmation du diagnostic?

Informations générales

Les causes

Le cancer de la vessie urothéliale survient à la confluence d'un grand nombre de circonstances, mais les médecins ont identifié une catégorie de personnes présentant le risque le plus élevé de développer un oncologie:

  • Avec des dommages mécaniques réguliers à la vessie, à la suite de quoi une inflammation chronique se produit sur ses parois, ce qui devient le principal centre de développement des cellules cancéreuses. Il est recommandé de surveiller la santé des personnes ayant un cathéter ou une stomie de la vessie. Il est important de suivre les recommandations du médecin et de surveiller l'état des muqueuses du corps.
  • L'abus de mauvaises habitudes est un autre facteur qui provoque le développement d'un carcinome à urée. Ceux-ci incluent le tabagisme, la consommation de drogue, l'abus de drogue, l'alcoolisme.
  • Si dans le genre une personne a eu des cas de carcinome urothélial de la vessie, cela signifie que le risque d'apparition d'une pathologie est élevé.
  • La maladie se développe chez les personnes qui n’ont pas traité en temps voulu l’inflammation de la vessie. En conséquence, la maladie a acquis une forme chronique, plus insidieuse et dangereuse.
Retour à la table des matières

Classification

Selon le degré de différenciation, le cancer de la vessie est divisé en:

  • carcinome urohélial de l'urée gl - très différencié;
  • carcinome urothélial de la vessie g2 - modérément différencié;
  • Le cancer urothélial de l'urée g3 est peu différencié.

En plus de cette classification, il existe de tels types de cancer urothélial de la vessie:

  • Dans le papillome urothélial, un faible degré de transformation d'un néoplasme en un malin;
  • aspect papillaire, qui se caractérise par des manifestations bénignes, mais toujours avec la confluence des circonstances se développe parfois dans une tumeur maligne;
  • carcinome papillaire, qui est dans la plupart des cas une tumeur bénigne primitive, mais le risque de transformation en cancer est élevé;
  • carcinome papillaire, dans lequel il y a une plus grande probabilité de développer un cancer de la vessie.
Retour à la table des matières

Étapes de la maladie

Selon la façon dont l'organe est affecté par les cellules malignes, la maladie est classée dans le 1er stade, dans lequel la couche supérieure de l'épithélium est touchée par un néoplasme tumoral, et il n'y a pas de lésion du tissu musculaire, pas de métastases et les ganglions lymphatiques sont normaux. A ce stade, le carcinome urothélial répond bien au traitement, mais le problème est qu'au premier stade, la maladie est asymptomatique, ce qui rend difficile le diagnostic et le traitement rapide.

Si vous trouvez du sang dans les urines, consultez immédiatement un médecin.

Au 2ème stade, les tissus musculaires sont touchés, mais il n'y a toujours pas de métastases aux organes voisins, éventuellement, les ganglions lymphatiques sont touchés. Le principal symptôme, indiquant le développement d'une pathologie, est l'hématurie, qui dérange d'abord une personne périodiquement, puis suit un schéma régulier. Avec un traitement adéquat, la maladie peut être vaincue, mais l'opération sera plus difficile qu'avec le traitement de stade 1

Au 3ème stade, tout l'organe est touché, les ganglions lymphatiques sont touchés, les métastases se sont propagées aux organes voisins. Le pronostic pour un traitement favorable est inférieur, mais tout dépend de la tactique du traitement et des ressources du patient. Le traitement nécessite l'ablation chirurgicale complète de la vessie et des organes atteints de métastases. En outre, montré simultanément chimiothérapie et la radiothérapie.

Au 4ème stade, la tumeur est inopérable, les métastases affectent toute la vessie, les ganglions lymphatiques et les organes adjacents sont complètement atteints: foie, reins, pancréas, rate, intestins. Dans la plupart des cas, l’opération n’aura aucun effet. Par conséquent, à la demande du patient, une chimiothérapie et une radio-irradiation sont possibles, ce qui contribue à ralentir la croissance de la tumeur et à prolonger la vie du patient. Le médecin prescrit une cure d'analgésiques et d'antidépresseurs selon les besoins.

Retour à la table des matières

Diagnostic du carcinome urothélial de la vessie

Les mesures diagnostiques pour la détection du cancer de la vessie urothéliale reposent sur un examen échographique, une analyse cystologique de l’urine, une cystoscopie par IRM et un examen par tomodensitométrie. L'échographie permet de déterminer s'il existe une tumeur, de quelle taille, combien elle a affecté les ganglions lymphatiques et les organes voisins, ainsi que le foie, les reins, les intestins. Au cours de l'examen cystologique, les sédiments urinaires sont analysés. En cas de cancer, des tissus cancéreux y sont détectés. Le médecin conseillera au patient de faire un don de sang pour une analyse biochimique qui, au cours de l'oncologie, indiquera une augmentation du niveau de marqueurs spécifiques.

Un examen kystoscopique est effectué pour confirmer le diagnostic, tandis que le médecin sera en mesure de déterminer la nature de la tumeur, son lieu de localisation. Si le besoin s’en faisait sentir, le médecin en cours de recherche prélève un échantillon pour analyse histologique. Pour identifier le degré de métastase et la propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps, une IRM ou une tomodensitométrie des organes abdominaux est indiquée. Grâce à ces méthodes de diagnostic, il est possible de déterminer s'il existe des cellules cancéreuses dans les tissus des reins, du foie, du pancréas, de l'estomac et de la vésicule biliaire. Il est important de choisir les bonnes tactiques de traitement.

Retour à la table des matières

Traitement du cancer

Si une tumeur cancéreuse est détectée au stade primaire, il est montré une résection peu invasive de la vessie, au cours de laquelle les tissus tumoraux et la couche de l'épithélium affecté sont enlevés. Une telle opération s'appelle résection transurétrale ou TUR. Cependant, pendant 4 à 6 ans après ce traitement chirurgical, le risque de rechute est très élevé. En plus de la résection, un traitement de chimiothérapie et de radiothérapie est également prescrit. Maintenant plus souvent, une telle intervention chirurgicale est montrée, comme électrovaporisation. Avec elle, la maladie risque moins de se reproduire et les résultats sont plus encourageants.

La cystectomie est indiquée pour le cancer de la vessie g2 modérément différencié et mal différencié g3. En même temps, toute la vessie, la prostate chez l'homme et la paroi frontale du vagin avec appendices chez la femme peuvent être retirés. Si le cancer s'est métastasé dans le tissu osseux, les reins, le foie et d'autres organes, l'opération n'aboutira pas et la personne subira un traitement palliatif visant à enrayer le symptôme douloureux et à préserver sa santé morale. Et si vous le souhaitez, vous pouvez suivre un traitement de chimiothérapie, qui aidera à bloquer temporairement la croissance de la tumeur et à améliorer l'état du patient.

Retour à la table des matières

Pronostic de récupération

Les prévisions de carcinome urothélial dépendent principalement de la rapidité avec laquelle la personne a demandé de l'aide médicale. Le risque de cancer réside dans le fait que, dans les phases initiales, lorsque toutes les chances sont réunies pour vaincre complètement la maladie, la maladie ne se manifeste pas, la personne se sent bien, elle n'est pas perturbée par la douleur, l'inconfort ou d'autres problèmes. Si une tumeur est retirée, les chances de survie sont élevées. Si le patient a atteint des stades avancés, le succès du traitement dépendra du traitement choisi et de son état de santé.

Il est important de toujours surveiller votre santé, de vous soumettre à un examen physique planifié à temps et en cas de symptômes suspects, de faire appel à une aide qualifiée et de ne pas vous soigner.

Retour à la table des matières

Mesures préventives

Étant donné que le cancer de la vessie est provoqué par l'abus de mauvaises habitudes, une personne susceptible de développer une maladie ou ayant subi un traitement doit tout d'abord commencer à surveiller son état de santé, à suivre les règles d'un mode de vie sain, à améliorer sa nutrition, à ne pas boire d'alcool, ne pas fumer et quitter d'autres habitudes qui nuisent à la santé. Si une personne a un style de vie sédentaire, vous devez faire attention aux exercices physiques qui ont un effet bénéfique sur la santé, stimuler l'apport sanguin normal aux organes internes, empêchant ainsi le développement de processus stagnants. Toutes ces mesures préventives aideront à prévenir le carcinome urothélial et sauveront une personne de conséquences dangereuses.

Symptômes et traitement du cancer de la vessie papillaire

Le contenu

Le carcinome urothélial de la vessie est un type de cancer du système génito-urinaire. Il en existe trois types: g1, carcinome papillaire urothélial g2 et g3. La maladie est plus souvent diagnostiquée chez les hommes. En outre, la majorité des patients ont entre 40 et 60 ans. Comme pour tout cancer, le carcinome urothélial de la vessie est très dangereux. Les raisons du développement de la pathologie n'ont pas encore été établies avec précision, seules des hypothèses générales ont été émises. La maladie nécessite un traitement obligatoire. Avec un diagnostic opportun répond bien à la thérapie.

Causes de la pathologie

Les scientifiques ont déterminé qu'il n'y avait pas de cause unique au développement du cancer. Au lieu de cela, les experts ont souligné un certain nombre de facteurs négatifs. En outre, il convient de noter que plusieurs personnes sont affectées en même temps.

Les causes possibles (facteurs de développement) du cancer comprennent:

  • impact mécanique de l'extérieur sur la vessie (cathéter, miction rare, grossesse, pathologie dans laquelle les organes se développent ou se déplacent et qui font pression);
  • l'influence de produits chimiques, de poisons et de substances cancérigènes (les toxicomanes psychoactifs sont à risque), qui sont excrétés dans l'urine et s'accumulent dans la vessie, détruisant ses tissus;
  • facteur génétique (cas enregistrés d'oncologie familiale);
  • virus, infections, évolution négligée (inachevée) des maladies.

Dans la population féminine, le cancer est plus fréquent avec les infections (cystite génitale). Dans le même temps, chez les hommes, les conditions de travail pénibles et les dépendances (alcool, cigarettes) contribuent au développement du cancer.

L'oncologie se développe dans le contexte d'une division cellulaire anormale, d'une croissance rapide et excessive. Il existe une théorie selon laquelle cela peut se produire après une inflammation retardée. Les cellules commencent à se rétablir, le processus est retardé, ce qui se manifeste par une hyperplasie. Ainsi, la pathologie peut se développer après des infections urinaires graves.

Les symptômes

Aucune clinique de pathologie n’a été établie, car la manifestation des symptômes dépend du stade de développement de la maladie, des caractéristiques de l’organisme, de son immunité générale, de la localisation de la tumeur. Outre la longue période asymptomatique est caractéristique.

Les symptômes communs incluent:

  • des taches de sang ou son abondance dans l'urine (pas toujours accompagnée de douleur, parfois visible seulement au microscope);
  • indicateurs de basse température;
  • brûlure, démangeaisons, douleur en urinant;
  • diminution de la capacité de travail;
  • troubles du sommeil;
  • maladies urinaires fréquentes;
  • Miction fausse ou fréquente (en petites portions).

Avec ces signes, il est recommandé de consulter un médecin. Si le tableau s'accompagne d'une perte de poids nette et non dirigée, de douleurs aux os et aux articulations, de signes d'anémie (pâleur et peau sèche, cheveux cassants, coupures, le sang est léger et très liquide), la probabilité de devenir un oncologue devient encore plus grande.

La formation de pathologie et de types

Il y a cinq degrés de pathologie. De la progression du cancer dépend de la gravité des symptômes, du pronostic, de la possibilité de traitement. Le degré de développement de la pathologie est une caractéristique de la pénétration de la maladie dans le corps, caractérisée par les couches de tissu touchées.

  1. Stade zéro. Les cellules anormales peuvent déjà être identifiées, mais pas une seule couche d'organe n'a encore été affectée. A ce stade, un carcinome papillaire de type non invasif est isolé (il ne touche pas les parois et les ganglions lymphatiques de la vessie, traversant la lumière) et in situ (la tumeur a germé). La première forme est bénigne, la seconde est maligne. Le premier est capable de passer dans le second.
  2. Au premier stade, la couche muqueuse et sous-muqueuse est affectée.
  3. Le deuxième stade est caractérisé par l'invasion des cellules cancéreuses dans les muscles de la vessie, mais l'oncologie ne se développe pas dans les tissus.
  4. Dans la troisième étape, la tumeur se développe dans la couche lipidique.
  5. Dans le quatrième, la métastase active se produit. Le cancer affecte tous les organes voisins et le système lymphatique.

L'histologue est impliqué dans la détermination de l'étendue de la maladie. Un morceau de tissu est prélevé pour analyse. Plus le stade est primaire, plus le pronostic est favorable.

Les tumeurs au stade initial de développement ont un faible degré de malignité. Il est bien traitable, ne propage pas de métastases. Elle a une petite taille et un faible taux de croissance Au deuxième stade, la tumeur est plus dangereuse et plus grave. La troisième et la quatrième métastases surviennent, ce qui, bien sûr, aggrave le pronostic.

Outre le degré de développement, la pathologie est classée selon plusieurs autres signes. Ainsi, en fonction du type de distribution, l’adénocarcinome (néoplasme de l’épithélium glandulaire), l’oncologie transitoire (l’épithélium de transition est affecté), ou infiltrant et squameux (l’épithélium squameux est affecté). Le premier type est moins commun que les autres, mais il se développe plus rapidement et est plus difficile à traiter. Le second type survient dans plus de la moitié des cas. Le troisième type survient dans moins de 10% des cas. Un certain nombre de spécialistes se réfèrent au cancer du lymphome du système urogénital (la croissance des leucocytes).

En apparence, la tumeur peut ressembler à un polype sur un pédicule étroit ou à un ulcère. En fonction de leur capacité à isoler les métastases, la pathologie est classée en g1 (hautement différenciée, c’est-à-dire que les cellules sont déjà déformées mais toujours fonctionnelles), g2 (modérément différenciée, c’est-à-dire que les cellules sont complètement atteintes), g3 (faiblement différenciées, c’est-à-dire que les cellules sont complètement déformées et ne ressemblent plus la forme primaire. ).

L’Organisation mondiale de la santé a proposé une division par malignité - bonté:

  • papillome urothélial (tumeur bénigne);
  • néoplasie papillaire (malignité faible);
  • carcinome papillaire (faible potentiel de malignité);
  • carcinome papillaire (tumeur maligne élevée).

Il existe un avis selon lequel les personnes ayant une peau claire et très claire sont plus sensibles à l'oncologie. Ce jugement n'a jusqu'à présent reçu ni réfutation ni confirmation.

Diagnostics

Un certain nombre d’analyses de laboratoire et d’instruments sont attribués à la détection en oncologie. L’historique de la maladie du patient et le tableau clinique sont pris en compte. Mais pour le diagnostic ne suffit pas. Effectué un examen complet.

  1. Échographie. Avec cela, vous pouvez évaluer l'état du corps (chaque couche) et assumer le cancer.
  2. Tomographie ou imagerie par résonance magnétique. Vous permet de visualiser la tumeur (taille, forme, emplacement) et d'identifier les métastases.
  3. Rayon X avec baryum. Conduit en deux étapes: entrée de baryum, lavage avec de la saumure. Le contraste n'est pas lavé des structures endommagées. En conséquence, il est possible d'évaluer avec précision et en détail les progrès de l'oncologie.
  4. Biopsie Cystoscopie Montre des changements structurels dans la vessie, les voies urinaires et l'urètre. Vous permet de prendre un morceau de matériel pour un examen histologique.
  5. Analyse d'urine au microscope. Vous permet d'installer du sang caché, des cellules malignes.
  6. Analyse générale du sang et de l'urine. Montre l'état général du corps et les conséquences, telles que l'anémie.

Si l'oncologie est confirmée dans ces procédures, des études supplémentaires sont prescrites pour les profils étroits (systèmes du corps) afin d'identifier la propagation possible de cellules malignes.

Se débarrasser de la maladie

Le cancer de la vessie urothéliale au stade zéro est traité par une ablation chirurgicale mini-invasive de la tumeur. Aux stades ultérieurs du développement du cancer, il peut même être nécessaire de prélever tout l'organe et, bien entendu, de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Les options de traitement suivantes sont possibles.

  1. Dans la première étape, la chimiothérapie et l'ablation d'une tumeur ou d'une partie d'un organe sont indiqués.
  2. Dans la deuxième étape, la chimiothérapie et le retrait d'une partie de la vessie sont nécessaires.
  3. Au troisième stade, la chimiothérapie reste un élément obligatoire et une partie de l'organe et des tissus affectés (autres organes pelviens, ganglions lymphatiques) sont retirés.
  4. Le quatrième stade est souvent reconnu comme inopérable, car les métastases sont généralement déjà distribuées dans tout le corps. Un traitement anti-symptomatique et une chimiothérapie sont effectués pour prolonger la vie du patient.

Les méthodes mini-invasives pouvant être utilisées aux premiers stades de la maladie incluent la résection trans-rectale. Un cystoscope ou un autre instrument est introduit dans la vessie et, en agissant sur les cellules anormales en courant, laser ou à des températures (froid ou chaleur), ils sont éliminés.

Lorsque la vessie est complètement retirée, elle est remplacée par une artificielle. Un nouvel organe est formé à partir du côlon ou de l'intestin grêle. La radiothérapie et la thérapie sont prescrites pour détruire les cellules anormales restantes et prévenir les rechutes.

Il existe d'autres options chirurgicales lors du prélèvement de tout l'organe. Vous pouvez faire passer l'uretère à travers la paroi péritonéale ou coudre l'uretère au rectum. L’organe est rarement retiré à l’extérieur, car la qualité de vie du patient en souffre.

Au quatrième stade, il n'y a pas de point dans le traitement, aussi bien qu'une opération. Montrer des médicaments antidouleur. L'intervention chirurgicale n'est indiquée que si la tumeur interfère avec le débit urinaire.

En ce qui concerne le pronostic de la maladie, lorsqu'il est détecté au premier stade, le succès est diagnostiqué dans 90% des cas, au deuxième - 60%, au troisième - 35%, au quatrième - moins de 7%. La survie est projetée dans le calcul que le patient pourra vivre au moins 5 ans après l'opération.

Prévention

Afin de prévenir la maladie, il est recommandé de minimiser et, si possible, d'éliminer complètement les facteurs favorables au développement de l'oncologie. Vous devez surveiller votre mode de vie et votre santé.

Recommandé:

  • traiter en temps voulu et complètement les infections urinaires et d’autres maladies;
  • traiter et surveiller l'évolution des pathologies chroniques d'autres systèmes (diabète sucré);
  • arrêter de fumer, l'alcool et autres addictions;
  • éviter les conditions de travail, de vie ou de repos nuisibles;
  • subir chaque année un examen préventif;
  • moment opportun pour aller aux toilettes, ne tolérez pas l’envie d’uriner.

Cancer de la vessie

Le cancer de la vessie (cancer) est l’une des variétés de cancer qui se développe directement à partir des parties superficielle, muqueuse et sous-muqueuse des organes urinaires. Sa détection opportune est considérée comme très importante, car l’apparition précoce de mesures thérapeutiques adéquates facilite grandement le traitement de la maladie.

Quel est le cancer de la vessie?

Ce type de maladie dangereuse affecte principalement les personnes âgées, après 60 ans. Le plus souvent, le cancer de la vessie est détecté chez les hommes. Ceci est facilité par les particularités de leur vie et par la présence d'un grand nombre de facteurs de risque.

Tumeur de la vessie

Cette forme de cancer, touchant les parois de l’organe urinaire, en a plusieurs variétés:

  1. Carcinome papillaire. Forme non invasive d'une tumeur maligne avec le pronostic le plus favorable. Il se développe exclusivement dans la cavité de l'organe urinaire, n'a pas tendance à métastaser et ne détruit pas son tissu musculaire. Il peut être représenté comme un simple ou un multifocal, ayant plusieurs foyers, un néoplasme qui ressemble à un groupe de villosités ou de chou-fleur.
  2. Onkoopukhol fibreux (skirr). Il se développe à partir des fibres du tissu conjonctif de la vessie et présente un faible degré d’agression. En cas de détection tardive ou d'échec du traitement, ses structures cellulaires acquièrent rapidement un faible degré de différenciation, c'est-à-dire qu'elles deviennent extrêmement malignes et difficiles à soigner.
  3. Carcinome urothélial. Dans la terminologie médicale, on parle de carcinome à cellules transitionnelles de la vessie. Ce type de maladie occupe la première place parmi les divers types de tumeurs uniques de l’organe urogénital, présente un degré d’agression plus élevé et est sujet aux métastases.

Le cancer de la vessie in situ est rarement diagnostiqué, seulement 5 à 10% des cas. Ce type de maladie est plus dangereux, a une variable, instable, capable de changer sous l'influence de certains facteurs, l'évolution clinique et dans la plupart des cas, un pronostic défavorable. En identifiant cette forme de maladie, les spécialistes appliquent des méthodes de traitement plus agressives.

Classification des carcinomes: types, formes, types, stades

Ces dommages à la vessie ont une nature différente. Cela dépend de la profondeur de germination de la structure anormale dans les parois de l'urée et de la présence dans les ganglions vésiculaires, les organes internes et le système osseux métastatique. En fonction de ces indicateurs, on distingue 4 stades principaux de cancer de la vessie. La stadification lors du choix d'une méthode de traitement joue l'un des rôles principaux, car plus une maladie est diagnostiquée tôt, moins elle cause de dommages.

Non moins importants dans les critères de classification sont le degré de cancer de la vessie par malignité. Ils ont également, comme les stades de développement de la maladie, un impact direct sur le choix du protocole thérapeutique.

En pratique clinique, l'oncologie épithélo-glandulaire de l'organe urinaire est divisée en types suivants en fonction de l'agressivité du cours:

  1. Carcinome g1. Cet oncone tumoral hautement différencié a le degré de malignité le plus bas et le pronostic le plus favorable. Les cellules qui le composent ont une structure pratiquement normale et n'ont pas perdu la capacité d'accomplir certaines fonctions. Le cancer hautement différencié de la vessie est considéré comme un degré d'anaplasie (atypie cellulaire). Lorsqu’il est détecté, les experts notent l’apparition de petites anomalies dans les cellules du tissu épithélial de la vessie, ce qui indique une tumeur maligne légère.
  2. Le carcinome g2 de la vessie est une tumeur intermédiaire, moyennement différenciée. Il se distingue de gl par une augmentation progressive de la structure cellulaire atypique, bien que certains conservent encore un monomorphisme (homogénéité de structure) et la capacité de fonctionner normalement.
  3. Carcinome g3. Les structures cellulaires se sont complètement transformées en tumeurs malignes et ont acquis un haut degré d'atypie. Au microscope, le carcinome de la vessie à faible différenciation ressemble à un groupe de cellules de tailles différentes qui ont perdu leur structure morphologique normale.

À savoir! Sur la base des critères de classification énumérés ci-dessus, il peut être noté que le degré de malignité des onco-tumeurs augmente avec l'apparition d'un grand nombre de différences par rapport à la norme dans la structure de ses cellules constituantes. Plus la différenciation cellulaire est faible, plus l'atypie nécessite un traitement plus agressif. Le pronostic le plus favorable pour cette maladie dangereuse n’est possible que grâce à sa détection précoce et au lancement en temps voulu d’un traitement adéquat.

Causes du carcinome de la vessie

À la question de savoir exactement quelles conditions préalables peuvent donner une impulsion à l'apparition de l'atypie cellulaire, qui provoque des perturbations significatives dans le fonctionnement du corps, les scientifiques ne peuvent toujours pas donner de réponse exacte. Mais les facteurs de risque les plus susceptibles de déclencher le cancer de la vessie sont identifiés et compris depuis longtemps. Le plus grand danger est de fumer, et non seulement un homme mais aussi une femme souffre de dépendance à notre époque. Les substances cancérogènes contenues dans la fumée de tabac et déposées dans l'urine, qui provoquent de graves perturbations dans la structure et le fonctionnement des cellules, constituent une menace pour la santé.

En plus de la dépendance nocive au tabac, les oncologues notent l’influence directe des facteurs négatifs suivants:

  • Exposition à des cancérogènes industriels. Les produits chimiques appartenant aux groupes des glucides aromatiques et des amines, du benzène, de divers colorants et composés nitrés utilisés dans la fabrication du caoutchouc et du plastique inhibent l’ADN de la cellule, provoquant sa mutation et sa malignité.
  • Un certain nombre de processus inflammatoires chroniques se produisant dans le système urogénital. La cystite est la maladie la plus dangereuse contribuant à la dégénérescence cancéreuse des structures cellulaires de la vessie, à l’origine du développement d’un carcinome non invasif de la vessie.
  • Cours LT, précédemment menés sur les organes pelviens. Les rayons X et les rayonnements ionisants déclenchent également le processus de malignité (ozlokachestvlenie) dans l'organe accumulateur d'urine.
  • Hérédité et défauts congénitaux du système génito-urinaire. Ces facteurs de risque, bien que cela ne soit pas souvent noté, mais surviennent toujours dans la pratique clinique, de sorte que les principaux oncologues en tiennent compte sans faute.

C'est important! Afin de minimiser les facteurs de risque sous l'influence desquels le carcinome de la vessie se développe chez les femmes et les hommes plus âgés, il est nécessaire de reconsidérer complètement votre mode de vie. Seul le rejet des mauvaises habitudes, le strict respect des règles de la tuberculose dans les industries dangereuses et le traitement rapide et adéquat des conditions pathologiques qui provoquent une mutation cellulaire augmentent les chances de la vie des personnes à risque.

Symptômes et signes de cancer de la vessie

Afin de prévenir les décès prématurés dus à cette maladie dangereuse, il est nécessaire de le détecter rapidement et de le traiter de manière adéquate à long terme. Mais tous les processus oncologiques qui affectent une personne sont très insidieux, car ils n'apparaissent pas dans les stades initiaux. Les symptômes spécifiques du carcinome de la vessie ne se manifestent que dans les derniers stades de la maladie, lorsque la guérison complète est entravée par sa taille et la présence d'un grand nombre de métastases.

À cet égard, les oncologues recommandent à toutes les personnes du groupe à risque d'être attentives aux signes indirects de carcinome de la vessie suivants:

  • Hématurie, se manifestant par la présence de sang visible ou latent dans les urines. Ce symptôme alarmant indique presque toujours le développement d'une pathologie cancéreuse dans les organes urinaires. L'intensité de ce syndrome est différente - l'urine peut être peinte en rouge pendant tout le processus de miction ou l'apparition dans l'urine d'une petite quantité de sang se produit à la fin.
  • Dysurie. Ce syndrome n’est rien d’autre que l’apparition d’envahissements fréquents avec une petite quantité d’urine libérée, l’énurésie nocturne ou l’incontinence diurne, et une miction difficile et douloureuse.
  • Les douleurs Des sensations douloureuses désagréables peuvent être constamment présentes dans la région lombaire ou apparaître dans l’aine pendant l’excrétion de l’urine.

Avec l'augmentation de la taille de la tumeur chez une personne, des signes d'intoxication apparaissent, provoqués par la désintégration d'une tumeur maligne. Ils consistent en une faiblesse, des vertiges persistants, une sensation de nausée, une perte de capacité de travail, une perte d’appétit et une perte de poids nette et inexplicable.

C'est important! La connaissance de la façon dont le cancer de la vessie se manifeste aidera rapidement à suspecter le développement d'une pathologie dangereuse et à prendre des mesures d'urgence pour la guérir. Les oncologues recommandent fortement de ne pas ignorer les signes précurseurs ci-dessus, mais de demander conseil et une aide d'urgence à l'urologue, qui vous prescrira des procédures de diagnostic pour confirmer ou infirmer le diagnostic présomptif.

Diagnostic de la maladie

Avec l'apparition de symptômes dangereux, indiquant qu'une personne peut développer un oncologie, il est nécessaire de consulter un médecin avec bon goût. Un spécialiste expérimenté sélectionnera, sur la base des réclamations, un ensemble de mesures de diagnostic permettant de confirmer ou d'infirmer le diagnostic allégué avec une grande précision. Grâce à eux, non seulement une tumeur maligne est localisée dans l'urée, mais également le volume de la lésion, le stade de développement et la présence de métastases.

Le diagnostic du carcinome de la vessie est réalisé à l'aide des études suivantes:

  • Recherche en laboratoire - le patient reçoit du sang et de l'urine pour une analyse biochimique. Avec une étude complète de ces fluides biologiques, un spécialiste identifie facilement la présence de cellules atypiques et de marqueurs tumoraux, indiquant le développement d'un cancer de la vessie. En outre, les tests sanguins aident à identifier l'anémie, accompagnant toujours l'oncologie.
  • Résonance magnétique et tomodensitométrie. À l'aide de ces méthodes, un spécialiste peut détecter des modifications dans les ganglions lymphatiques et les organes pelviens susceptibles d'indiquer des métastases en germination. Mais la tomodensitométrie et l'IRM ne permettent pas de déterminer avec précision leur nature, inflammatoire ou oncologique, qui les caractérise.
  • Échographie. À l'aide de l'échographie, considérée comme une méthode assez informative, la localisation exacte de la tumeur, la structure, la taille et la nature du développement sont déterminées.
  • Cystoscopie (inspection visuelle de l'espace intravésical) avec prélèvement simultané de matériel de biopsie pour l'histologie de sites suspects.

Si les résultats de l’étude diagnostique confirment que le patient développe une tumeur de la vessie et non une autre pathologie, une consultation de plusieurs médecins (oncologue, radiothérapeute et chimiothérapeute) constitue le protocole de traitement. Lui avec ce type de maladie dans chaque cas est individuel.

Traitement du cancer de la vessie

Les mesures thérapeutiques sont choisies en fonction de la taille et de la nature de la tumeur qui a frappé la vessie humaine. La place principale en eux est donnée à une intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical du carcinome de la vessie est le plus souvent effectué par une méthode radicale. Dans ce cas, la chirurgie abdominale est réalisée avec une chirurgie plastique simultanée de la vessie, c'est-à-dire la création d'une urée artificielle à partir de la région intestinale.

Si la structure de la tumeur est détectée aux premiers stades du développement, un retrait peu invasif du carcinome de la vessie et à proximité immédiate de la partie affectée de la couche épithéliale est réalisé à l'aide d'un équipement endoscopique. Une telle intervention, appelée résection transurétrale, a un faible impact et donne de bons résultats de guérison. Une opération d'accompagnement est également réalisée.

Le carcinome de la vessie est détruit à l'aide des techniques médicales suivantes:

  1. Chimiothérapie. Dans les cancers de la vessie, il s’agit de l’utilisation par le patient de médicaments cytotoxiques antitumoraux, capables de détruire rapidement les cellules malignes. Mais ils ont un inconvénient important - avec les structures anormales, ils sont également en bonne santé, ce qui provoque le développement d’un grand nombre d’effets secondaires qui mettent souvent la vie en danger.
  2. Radiothérapie Utilisé seul ou en association avec une chimiothérapie. L'irradiation aide non seulement à réduire la taille de la tumeur, mais prévient également le risque de récidive.
  3. Immunothérapie La réalisation d’un tel effet thérapeutique donne aux spécialistes l’occasion de rétablir l’immunité d’une personne et de la diriger vers une lutte indépendante contre le cancer.

Tu devrais savoir! Dans la lutte contre les pathologies cancéreuses, appliquez différents types d’effets thérapeutiques. Certains sont des normes de pratique oncologique, tandis que d'autres sont au stade des essais cliniques. S'il s'avère que l'une des nouvelles méthodes a une efficacité élevée, elle entre dans la catégorie des procédures médicales généralement acceptées et permet de sauver la vie de dizaines de patients.

Métastases et récidives d'onco-tumeurs

Malgré le traitement adéquat de ce type d'onco-tumeurs, le cancer de la vessie réapparaît très souvent. Le développement des processus re-oncologiques est principalement influencé par les métastases. Le plus souvent, les métastases du carcinome de la vessie pénètrent dans la lymphe et touchent les ganglions lymphatiques para-vésicaux, mais il existe des cas isolés de mouvements de ceux-ci par voie hématogène (avec écoulement sanguin) vers des organes internes distants et des structures osseuses. Dans ce cas, les mesures thérapeutiques visent à réduire les manifestations de symptômes douloureux à l'aide de la RT et de médicaments cytostatiques antitumoraux et à prévenir une éventuelle récurrence du carcinome de la vessie.

C'est important! En cas de diagnostic de métastases à distance, les risques de décès prématuré augmentent considérablement. Près de 50% des patients décèdent dans les 3-5 mois. Mais malgré ces données décevantes, chaque personne a des chances de prolonger sa vie. Ils consistent en des cours de thérapie palliative bien choisis et bien conduits.

Combien vivent avec un carcinome de la vessie?

Après le traitement, les patients atteints d'un cancer de la vessie, sous réserve du respect de toutes les instructions du médecin traitant, se rétablissent assez rapidement. Mais ce n’est pas une assurance contre les rechutes qui augmentent la mortalité. Leurs chances de retrouver une vie normale avec ces maladies dangereuses dépendent directement de certaines nuances.

Telle une tumeur maligne comme le cancer de la vessie, le pronostic est généralement double - avec un dépistage rapide et un traitement adéquat, un rétablissement complet est possible et, si la maladie est négligée, le risque de décès prématuré est très élevé.

Selon le stade de détection de la maladie, les données pronostiques suivantes sont notées dans les statistiques:

  • Carcinome urohélial de la vessie urinaire g1. Cette phase de la maladie est caractérisée par une atypie minimale et une croissance lente des cellules anormales. Cette tendance donne les meilleures prévisions pour le traitement et la prolongation de la vie. Près de 90% des patients vivent plus de 5 ans.
  • Carcinome urothélial de la vessie g2. La malignité des structures cellulaires est renforcée et l'optimisme des prévisions de vie est réduit. La survie à cinq ans n’est constatée que chez 65% des patients cancéreux.
  • Carcinome urothélial de la vessie g3. A ce stade de la maladie, les prévisions sont les plus déplorables. En raison du fait que les cellules des tumeurs tumorales sont complètement modifiées, les chances de guérison deviennent nulles et pas plus de 25% des patients «ne respectent pas» une période critique de 5 ans.

Réduire les risques de mortalité précoce dans cette maladie n’est possible que par un traitement adéquat. En aucun cas, lors de ce diagnostic terrible, il ne faut pas compter uniquement sur la médecine traditionnelle. Cela peut être d'une grande aide et rapprocher la guérison, mais seulement lorsqu'il est utilisé conjointement avec un traitement traditionnel, une chirurgie, une chimie et une radiothérapie.