loader
Recommandé

Principal

Fibrome

Qu'est-ce qu'un kyste paraovarien de l'ovaire droit?

Le kyste paraovarien de droite est une tumeur bénigne ressemblant à une tumeur et contenant un liquide dans la région de l'ovaire. La pathologie représente 10% du nombre total de kystes appendiculaires. La probabilité de dégénérescence tumorale maligne est absente. La néoplasie paraovarienne droite est formée plus souvent que celle de gauche, en raison d'un apport sanguin plus intense à l'ovaire de ce côté.

Cliquez pour agrandir

Caractéristiques de la bonne éducation

Le kyste paraovarien de droite est formé à partir de l'épididyme de l'ovaire. Il est localisé entre la trompe de Fallope et la gonade, a une coque extérieure lisse et une forme arrondie. La composition de son contenu interne sont des substances protéiques, ainsi que de la mucine.

Un tel kyste se développe en raison de l'étirement de ses propres murs sous la pression du contenu interne. Il a une capsule mince constituée de cellules épithéliales. Le diamètre maximum ne dépasse généralement pas 15 cm.

Beaucoup de femmes s'intéressent à ce qui est un kyste ovarien paraovarien à droite. Tout d'abord, il convient de noter qu'il s'agit d'une formation bénigne qui ne peut pas renaître en cancer. En revanche, il risque de se tordre les jambes. C'est pourquoi un appel opportun au gynécologue joue un rôle important dans la prévention du développement de complications de la pathologie.

La formation localisée sur l'ovaire droit se développe parfois dans les tissus de l'utérus. De plus en plus gros, il serre les organes voisins. En outre, la taille de la tumeur du côté droit augmente relativement rapidement, car elle est mieux alimentée en sang (par rapport à l'inclusion étrangère similaire de l'appendice gauche).

Causes de la pathologie

Les facteurs qui déclenchent la formation de l’éducation sont différents. Il survient souvent chez un enfant, même pendant la période embryonnaire, sous l'influence de drogues prises par une mère potentielle ou de sa dépendance à la nicotine. Une néoplasie kystique paraovarienne à droite est souvent diagnostiquée à l'âge de transition et chez les femmes âgées de 20 à 40 ans.

Les facteurs qui déclenchent le développement de la pathologie sont:

  • processus inflammatoires de la sphère reproductive;
  • des anomalies dans le fonctionnement de la glande thyroïde;
  • anomalies métaboliques;
  • avortements;
  • chocs nerveux constants;
  • maladies infectieuses fréquentes.

Signes d'éducation localisés à droite

Le petit kyste paraovarien du côté droit ne s’affirme pas. Le gynécologue peut présumer de son existence dans le corps de la femme pendant l'examen. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, le patient ressent une gêne, une douleur dans le segment inférieur de l'abdomen, une migration vers le sacrum, une douleur à la miction. Il existe souvent des problèmes de selles et l’abdomen est élargi du côté droit (c’est-à-dire à la place de la localisation de la formation).

La torsion d'une tige de kyste s'accompagne d'une augmentation de la douleur. En règle générale, la température du corps de la femme augmente, des nausées et des vomissements apparaissent, ainsi que des sueurs froides. À la suite de la rupture de la capsule, il se produit souvent une perte de conscience soudaine et le développement du tableau clinique de l'abdomen aigu. Ces manifestations pathologiques nécessitent la fourniture immédiate de soins médicaux car elles représentent un danger pour la vie et la santé du patient.

Diagnostic de l'éducation kystique

Le kyste parovarien du côté droit est détecté par la palpation. Lors de l'examen de l'abdomen, le patient ressent une douleur et le médecin détermine la présence d'une inclusion étrangère dans la région du bassin. Pour un diagnostic complet est réalisée par ultrasons. Selon ses résultats, une formation à paroi mince remplie d'un liquide transparent est détectée.

Cependant, cette méthode ne donne pas une garantie à 100% d'un diagnostic précis. Pour déterminer qu'une femme a un kyste paraovarien sur l'ovaire droit, seul un examen histologique, qui est effectué après la chirurgie, ne peut être effectué.

Thérapie du kyste para-vestiaire à droite

Si la tumeur est petite et ne pose pas de problème, on peut alors recommander une observation dynamique à la femme. Cependant, le kyste paraovarien spontané ne peut pas disparaître. Comme il existe une probabilité de développement de complications, ainsi que de diagnostic erroné, la formation d'une énucléation est le plus souvent effectuée. Elle est toujours effectuée avant de concevoir un enfant et d’effectuer une FIV.

Le retrait est effectué chirurgicalement par accès laparoscopique ou laparotomique. Ce dernier procédé consiste à pratiquer une seule incision sur le pubis, c’est-à-dire à effectuer une chirurgie abdominale. Cependant, il est rarement utilisé. La laparoscopie est la technique la plus couramment utilisée. Les femmes pratiquent plusieurs coupures sur l'abdomen, au travers desquelles les instruments et l'appareil photo sont immergés.

Complications d'un kyste paraovarien à droite

Les effets indésirables de l’éducation sont les suivants: torsion de ses jambes, suppuration du contenu intérieur, rupture de la capsule. Une torsion des jambes peut survenir pendant un effort physique excessif, un changement brusque de la position du corps et une surchauffe importante de la région pelvienne. Dans ce cas, il y a un clampage du ligament utérin et parfois de la trompe de Fallope. En même temps, les tissus de la formation kystique à droite meurent, ce qui s'accompagne des symptômes énumérés ci-dessous:

  • douleurs de caractère crampes, dispersées dans tout l'abdomen, non arrêtées par des médicaments;
  • état tendu des muscles de la paroi abdominale antérieure;
  • difficultés avec le dégagement de gaz;
  • augmentation du rythme cardiaque;
  • diminution de la pression;
  • sueur collante;
  • blanchissement de la peau.

La suppuration de la formation localisée sur le côté droit est généralement causée par la pénétration de micro-organismes pathogènes dans celle-ci. Dans ce cas, le patient présente une augmentation de la température corporelle allant jusqu'à 38-39 degrés, des manifestations d'intoxication, des douleurs abdominales diffuses et des vomissements. La rupture d'un kyste paraovarien s'accompagne de signes généraux d'état de choc, de douleur intense et de symptômes d'hémorragie interne.

Caractéristiques de la pathologie pendant la grossesse et pendant la ménopause

Un gros kyste paraovarien du côté droit pendant la grossesse peut se tordre et même se rompre. Parfois, il est mauvais pour le fonctionnement du système urinaire et des intestins, provoquant souvent le besoin accru d’uriner et la constipation.

L'accouchement du patient avec le kyste spécifié nécessite l'attention des médecins, car tout mouvement imprécis de leur part peut entraîner la rupture de la capsule. Si l'éducation ne provoque pas de complications, alors son traitement est effectué après la naissance de l'enfant dans le monde. Sinon, une aide est fournie de toute urgence pendant la gestation.

À la ménopause, le kyste du côté droit est assez rare. Cela ne se transforme pas en cancer. En outre, une telle tumeur se développe lentement, en raison de la réduction des taux d'hormones sexuelles. Son augmentation de la ménopause est observée en raison de sauts de niveaux hormonaux.

Kyste parovariaire

Un kyste paraovarien est une formation cavitaire semblable à une tumeur qui se forme à partir de l'épididyme. Le kyste parovarien peut être asymptomatique ou provoquer des douleurs récurrentes à l'abdomen et dans le bas du dos; Parfois, un kyste est accompagné de menstruations irrégulières et d'infertilité. Les complications peuvent inclure la suppuration du kyste vapeur-ovarien, la torsion des jambes, la rupture de la capsule. Un kyste paraovarien est diagnostiqué par un examen vaginal et une échographie. Le traitement consiste à guérir un kyste en préservant l'ovaire et la trompe de Fallope.

Kyste parovariaire

Le kyste paraovarien se situe au niveau intraligamental, dans un espace délimité par des feuilles du ligament utérin large, entre l'ovaire et la trompe de Fallope. Il s'agit d'une formation de cavité à chambre unique qui se produit lorsque l'embryogenèse est perturbée par la formation rudimentaire des tubules - l'appendice para-ovaire (paraovarium). Le kyste parovarien est généralement détecté pendant la période de la puberté, âgé de 20 à 40 ans, moins souvent à la puberté. En gynécologie, des kystes paraovariens sont retrouvés dans 8 à 16% des lésions ovariennes supplémentaires détectées.

Caractéristique d'un kyste paraovarien

Un kyste paraovarien est une formation à paroi lisse de forme ovale ou arrondie, de consistance dure-élastique, située sur le côté ou au-dessus de l'utérus. Les parois du kyste paraovarien sont minces (1–2 mm) et transparentes. À l'intérieur, elles ont un revêtement d'épithélium à une rangée, plat, cubique et cylindrique. Un kyste à la vapeur contient un liquide homogène, limpide et aqueux, contenant une grande quantité de protéines et une faible teneur en mucine.

Une trompe de Fallope prolongée passe le long du pôle supérieur du kyste paraovarien; l'ovaire se trouve à la surface postérieure. L'approvisionnement en sang de la formation abdominale est assuré par les vaisseaux du mésentère, la trompe de Fallope et les propres vaisseaux de la paroi du kyste. La jambe d'un kyste paraovarien est formée par la feuille d'un ligament large, parfois par son propre ligament de l'ovaire et de la trompe de Fallope.

Le kyste parovarien est inactif, se développe lentement et peut avoir une taille insignifiante pendant longtemps. L'élargissement du kyste est dû à l'accumulation de contenu et à l'étirement de ses parois. La taille moyenne des kystes paraovariens symptomatiques est de 8-10 cm; dans de rares cas, la taille d'un kyste peut atteindre la tête d'un nouveau-né. Kystes paraovariens jamais malins.

Inflammation de l'ovaire et de l'utérus (ovariose, annexite), maladies endocriniennes (y compris l'hypothyroïdie), développement sexuel précoce, interruption de la grossesse répétée, IST, contraception hormonale non contrôlée, insolation (bronzage en cabine de bronzage) hyperthermie locale (bains chauds communs, réchauffement). Une tendance à une augmentation du kyste paraovarien est observée pendant la grossesse.

Symptômes d'un kyste paraovarien

Les kystes paraovariens de petite taille (diamètre 0,5 à 2,5 cm) ne présentent pas de symptômes cliniques. Les symptômes apparaissent généralement lorsqu'un kyste para-ovarien atteint une taille de 5 cm ou plus.On observe la croissance d'un kyste, des douleurs périodiques douloureuses ou cambrées au niveau du sacrum qui ne sont pas associées à la menstruation et à l'ovulation, aggravées par l'activité physique et l'exercice et l'arrêt spontané.

En pressant la vessie ou les intestins, on provoque des troubles dysuriques, une constipation ou un besoin fréquent de déféquer; il peut y avoir des différences et une augmentation de l'abdomen. Dans certains cas, sur fond de kystes paraovariens, des irrégularités menstruelles et une infertilité se développent. Dans les variantes compliquées du kyste paraovarien (torsion des jambes, rupture de la capsule), les symptômes de l'abdomen aigu se développent.

Diagnostic d'un kyste paraovarien

La détection d'un kyste paraovarien se produit plus souvent au cours d'une échographie planifiée ou d'une consultation d'un gynécologue, parfois lors d'une laparoscopie diagnostique pour l'infertilité. Dans un examen gynécologique bimanuel, une formation unilatérale, indolore, de type tumeur, avec des contours lisses, une consistance élastique et une mobilité limitée est palpée du côté ou au-dessus de l'utérus.

Lors de l'échographie transvaginale, on détermine une formation ronde ou ovoïde à paroi mince avec un contenu anéchoïque homogène, moins souvent avec une suspension finement dispersée à l'intérieur. La visualisation d'un ovaire intact est un critère d'échographie pour un kyste paraovarien. Le kyste paraovarien se différencie de la grossesse extra-utérine, du kyste ovarien, des tumeurs ovariennes réelles.

Traitement d'un kyste paraovarial

Contrairement aux formations de rétention fonctionnelle de l'ovaire (kystes du corps jaune, kystes folliculaires), les kystes paraovariens ne disparaissent pas d'eux-mêmes. Un kyste paraovarien de petite taille asymptomatique peut être laissé sous observation dynamique. Cependant, étant donné que les kystes paraovariens sont diagnostiqués chez les patients en âge de procréer, ils sont souvent compliqués et pas toujours correctement différenciés. À leur égard, la tactique chirurgicale est préférable: l'énucléation du kyste. En outre, le retrait planifié d'un kyste paraovarien est nécessaire avant de planifier une grossesse ou une FIV.

Le retrait d'un kyste paraovarien est généralement pratiqué lors d'une laparoscopie opératoire, moins fréquemment lors d'une laparotomie. Dans le cas d'un kyste paraovarien non compliqué, un feuillet antérieur du ligament utérin large est disséqué au cours de l'opération et le kyste est expulsé de l'espace intraligamentaire. L'ovaire et la trompe de Fallope se conservent lors de l'énucléation d'un kyste paraovarien. Après l'élimination d'un kyste paraovarien en raison de ses propriétés de rétraction, la trompe de Fallope déformée est réduite et reprend sa forme antérieure. Dans des cas exceptionnels, il est possible de pratiquer la ponction de vision d'un kyste paraovarien avec aspiration du contenu séreux et introduction simultanée d'alcool dans celui-ci, ce qui contribue à la destruction de la cavité.

Complications d'un kyste paraovarien

Avec un effort physique intense, des changements brusques de la position du corps, une insolation excessive ou une exposition hyperthermique locale, un kyste paraovarien peut se compliquer de torsion de la jambe, de suppuration du contenu, de rupture de la capsule.

Lorsque la torsion du kyste est torsadée, le ligament utérin, les troncs nerveux et vasculaires, et souvent la trompe de Fallope, sont clampés. Dans ce cas, une nécrose du kyste paraovarien se développe, qui s'accompagne d'une détérioration marquée du bien-être: avec des douleurs crampes dans tout l'abdomen, qui ne peuvent pas être éliminées par l'utilisation d'analgésiques; tension de la paroi abdominale antérieure, rétention de gaz, tachycardie, chute de la pression artérielle, peau pâle, sueur froide collante.

La suppuration d'un kyste paraovarien est provoquée par une dérive lymphogène ou hématogène de la microflore pathogène. Cette complication se manifeste par de la fièvre de 38 ° C à 38-39 ° C, une intoxication, une douleur diffuse abdominale grave et des vomissements. À la rupture du kyste paraovarien on note les phénomènes généraux de choc, douleurs aiguës, saignements internes. Toutes les complications d'un kyste paraovarien nécessitent une intervention chirurgicale d'urgence dans des volumes dictés par la situation clinique (par exemple, une ovariectomie, une annexectomie).

Pronostic pour les kystes paraovariens

La conception sur le fond d'un kyste paraovarien est cependant assez probable, avec une augmentation de l'utérus et sa sortie au-delà du bassin, les risques de torsion des jambes du kyste augmentent. La conduite de la grossesse chez les patientes présentant un kyste paraovarien nécessite une surveillance dynamique constante de l'état de l'éducation.

Après le traitement chirurgical d'un kyste paraovarien, aucune récidive n'est notée, car les tissus rudimentaires à partir desquels se forment les éléments sont complètement éliminés. La gynécologie moderne recommande de planifier la grossesse au plus tôt 3 à 4 cycles menstruels après la chirurgie.

Causes de kyste ovarien paraovarien et complications possibles

Qu'est-ce qu'un kyste paraovarien, en quoi est-il différent des pathologies similaires?

Un kyste ovarien paraovarien est une capsule arrondie à chambre unique, à surface lisse, contenant un liquide qui se forme entre la trompe de Fallope et l'ovaire, dans la région du ligament utérin. Le volume de fluide à l'intérieur de la cavité augmente progressivement, en étirant ses parois.

Caractéristiques de la structure

Un kyste ovarien paraovarien se forme pendant le développement fœtal (ainsi qu'un kyste dermoïde), mais sa formation n'est pas associée à des raisons génétiques ou héréditaires. Ça pousse lentement.

Surtout chez 10 à 15% des femmes en âge de procréer de 20 à 35 ans, mais également chez les filles de 10 à 14 ans.

La capsule kystique paraovarienne se développe sur le côté de l'utérus sous la trompe de Fallope. En raison de cette caractéristique anatomique, un autre nom est apparu en médecine - kyste paratubaire (du para-dessous et du tube tubaire-latin). Dans les sources rares trouvé nom - kyste peritubar. Contrairement au paraovarien, le kyste ovarien est localisé en dessous de la glande reproductrice.

La taille de la capsule, lorsqu'elle commence à perturber la patiente, atteint 3 à 4 cm, mais une telle formation se présente sous la forme d'un kyste ovarien géant, atteignant 20 à 30 cm et remplissant toute la cavité du péritoine. Dans le même temps, les ligaments de l’utérus se déforment, il se produit un pincement des organes voisins, le flux sanguin dans les vaisseaux se chevauche, ce qui peut provoquer une nécrose des tissus, le développement de la suppuration, une septicémie. Il est extrêmement dangereux de casser une structure géante.

Contrairement à d'autres structures kystiques, un kyste paraovarien ne se transforme pas en une tumeur maligne, mais il est inacceptable de l'ignorer. Casser la capsule et tordre les jambes sont des conditions qui menacent la santé et la vie d'une femme.

Types de kystes paraovariens

Un kyste ovarien similaire chez les femmes est diagnostiqué dans 90% des cas sur l'une des glandes sexuelles, mais il existe une lésion dans les deux ovaires.

Le kyste paraovarien de l'ovaire gauche est formé chez la femme aussi souvent que la tumeur paraovarienne droite, mais les gynécologues affirment qu'en réalité, l'éducation est plus souvent du côté droit, car c'est l'appendice droit qui est alimenté plus activement en sang.

En raison de la spécificité de l'apport sanguin, le kyste paraovarien de l'ovaire droit est plus sujet à l'élargissement, formant souvent le pédicule. Par conséquent, des complications sous la forme de rupture, une torsion des jambes avec une fréquence plus grande se produisent de ce côté.

La tumeur paraovarienne gauche «donne» des symptômes moins prononcés, car elle forme moins souvent la jambe et se développe plus lentement.

L'augmentation de l'éducation para-pallariale chez les femmes, ainsi que la probabilité de complications, est liée à sa structure.

  1. L'éducation séreuse mobile ayant la jambe mince et les parois de la cavité. Il peut facilement bouger, se tordre sur la jambe, surtout lors de mouvements brusques.
  2. Tumeurs immobiles à base large et sans jambes, considérées comme moins dangereuses, mais capables de se développer dans les tissus de la glande reproductive, de l'utérus et des trompes de Fallope.

Causes de la pathologie

Bien que la tumeur de l'ovaire se forme au stade de l'embryon et du fœtus, les experts ont identifié plusieurs causes fondamentales du kyste de l'ovaire parovarien. Ceux-ci comprennent:

  1. Déséquilibre hormonal. Cette condition est caractéristique de la puberté (11-15 ans), de la grossesse, lorsque l'équilibre hormonal est perturbé.
  2. Dysfonctionnement du système endocrinien, y compris la pathologie de la glande thyroïde.
  3. Inflammation chronique des appendices, des ovaires, des trompes de Fallope.
  4. Avortement (spontané ou artificiel).
  5. Infections génitales.
  6. Menstruations précoces chez les filles de moins de 12 ans, cycle mensuel irrégulier.
  7. Traitement au Tamoxifenum dans les foyers malins du sein.
  8. Niveau accru de situations stressantes. Selon les observations et les statistiques médicales, ce facteur est souvent le principal facteur de la forte progression de la formation de kystes paraovariens, en particulier pendant la puberté chez les patients jeunes (12 à 16 ans). Ceci est un avertissement direct aux parents qui devraient être particulièrement attentifs aux plaintes des filles particulièrement vulnérables pendant cette période.

Symptomatologie

Les symptômes des formations ovariennes sont directement liés à leur taille. Avec un petit diamètre (jusqu'à 3 cm), les signes sont légers ou ne se manifestent pas. Dans cet état, aucun traitement n'est prescrit. Quand une néoplasie atteint 6–7 cm, les symptômes suivants apparaissent:

  • douleurs au bas du péritoine (généralement d'un côté), au bas du dos, le sacrum;
  • sensations désagréables et douloureuses au niveau de l'anus, du rectum, souvent des engourdissements;
  • l'élargissement, les envies fréquentes et la douleur lors de la miction causée par une compression envahie par la néoplasie kystique de la vessie;
  • constipation, faux besoin de défécation en raison de la pression d'un kyste paraovarien sur le rectum;
  • une augmentation de l'abdomen, si la tumeur péritubaire devient grande, une asymétrie - avec la croissance du noeud kystique sur un côté;
  • trouble du cycle mensuel, problèmes de conception.

Les douleurs apparaissent périodiquement, apparaissent et disparaissent. Il est à noter que l'intensité de la douleur augmente après un effort physique, une tension lors des selles, une intimité intime.

Les connexions avec le cycle menstruel ne sont pas observées.

Diagnostics

Le spécialiste peut facilement suspecter la présence d'une grande capsule kystique lors de l'examen de l'abdomen au cours de l'examen.

Mais si un kyste paraovarien est petit et se trouve à un stade précoce de croissance, il est difficile de le détecter, par conséquent, par les méthodes instrumentales, utilisez:

  1. Une échographie abdominale, au cours de laquelle le diagnosticien réfute ou confirme les soupçons, s’il trouve sur l’écran du moniteur une cavité dotée de minces parois situées au-dessus de l’ovaire sous la trompe de Fallope.
  2. Dans les cas particulièrement difficiles, la laparoscopie diagnostique est utilisée pour distinguer la tumeur ovarienne de la tumeur.

Pour ce faire, un tube télescopique (laparoscope) est inséré dans une minuscule perforation de la paroi abdominale sous anesthésie, ce qui permet d'explorer la formation, de réaliser une biopsie (prélever un morceau de tissu), ce qui permet de déterminer avec précision s'il s'agit d'une tumeur ou d'une capsule kystique.

Dangers et complications

Quel est dangereux kyste ovarien paraovarial?

La première chose à retenir est de ne pas créer de fausses illusions, car le kyste paraovarien ne disparaît pas spontanément ou à l'aide de médicaments et de kinésithérapie (différenciant la formation folliculaire de l'ovaire de la tumeur ovarienne).

Avec une petite taille de formations, leur présence dans le corps n'est généralement pas ressentie, mais la croissance du noeud paraovarien entraîne certaines complications.
Il existe trois conditions critiques associées à un kyste paraovarien:

  1. Capsule rupture. Une augmentation asymptomatique permet à la tumeur de croître et d’éclater. Le contenu est versé dans la cavité péritonéale, qui provoque son inflammation purulente - la péritonite.
  2. Jambes tordues. Une condition dangereuse qui ne dépend pas de la taille de la tumeur paraovarienne, bien que le plus souvent, la jambe se forme lorsque la capsule grandit et que la structure de la trompe de Fallope et du ligament de la glande reproductrice soit incluse dans sa structure. Les gros vaisseaux sont pincés à la place des torsions, ce qui perturbe le flux sanguin.
    La cessation de l’approvisionnement en sang entraîne une nécrose tissulaire (nécrose), une suppuration et une péritonite. Si la nécrose se propage aux organes adjacents, leur retrait chirurgical immédiat est nécessaire. Les conséquences naturelles dans ce cas - dysfonctionnement ovarien, insuffisance hormonale, adhérences, infertilité.
  3. Infection du tissu d'un kyste paraovarien dans l'inflammation des organes reproducteurs, suivie de la suppuration.

Les symptômes de rupture, d'infection, de torsion des jambes se manifestent:

  • très forte douleur au bas-ventre, généralement;
  • la tension protectrice du péritoine dans la région de la lésion, visible lorsque vous essayez d'appuyer, de sentir l'abdomen;
  • fièvre, nausée, vomissement, en tant que manifestation d'intoxication;
  • tachycardie, chute de pression, perte de conscience.

C'est important! Il y a une forte probabilité de prendre ces signes pour les symptômes d'une appendicite aiguë.

Les complications décrites sont considérées comme des conditions d’urgence représentant un danger de mort, elles ne sont donc éliminées qu’à l’aide d’une intervention chirurgicale d’urgence consistant à enlever l’ovaire, puis à laver le péritoine.

En plus de ces conditions critiques, le risque de complications suivantes est élevé:

  1. La croissance d'un kyste dans le tissu de l'ovaire, la trompe de Fallope, l'utérus. Dans ces cas, il endommage les organes, perturbe leur travail, empêche la grossesse. En cas de rupture, de suppuration, il est souvent nécessaire de procéder à l'ablation d'un kyste paraovarien et à l'excision des organes dans lesquels il s'est développé.
  2. Compression des organes adjacents (intestin, ovaire, utérus, trompe de Fallope, vessie) et des vaisseaux. Cela perturbe leur fonctionnement, entraînant des processus inflammatoires et purulents, l'expansion des veines de la cavité abdominale et des membres inférieurs.
  3. Violation de la perméabilité de la trompe de Fallope, qui empêche la conception.

Parents de filles

Un kyste ovarien paraovarien qui se développe chez les filles de 9 à 13 ans est particulièrement dangereux car, dans la plupart des cas, les parents n’associent pas les plaintes de douleur, d’engourdissement de l’anus de l’anus et de pathologies féminines graves, étant donné que ce ne sont que des signes de troubles intestinaux ou d’inflammation d'appendice lente si la pathologie apparaît à droite).

En même temps, les parents donnent des analgésiques à l'enfant et ne pensent même pas que la fille devrait immédiatement être montrée au gynécologue pédiatre, et non au pédiatre local, qui risque également de passer à côté des manifestations dangereuses.

Chez les filles, les fractures des noeuds paraovariens et les jambes tordues sont fréquentes en raison de leur grande mobilité (sauts, chutes fréquentes, danses, jeux, activités sportives) et de la longueur des ligaments de l'ovaire supérieure à celle des femmes adultes.

Femmes attendant un enfant

La grossesse, en raison de changements hormonaux drastiques dans le corps, peut accélérer la croissance d'une formation telle qu'un kyste de Paratubar.

Dans la seconde moitié de la gestation, le risque de rupture et le risque de torsion des jambes augmentent à mesure que l'utérus en croissance commence à bouger ou à pincer la capsule kystique paratubulaire.

La meilleure prévention de ces processus désagréables consiste en des visites régulières chez le gynécologue, en une échographie et en un examen au stade de la planification de la grossesse.

Traitement

Est-il nécessaire de retirer un kyste paraovarien ou peut-il être guéri?

La thérapie traditionnelle implique l'élimination de telles formations, si elles atteignent 2,5 à 3 cm, car les autres types de traitement du nœud kystique ne sont pas efficaces.
Cependant, le retrait d’un kyste ovarien n’est recommandé qu’avec une croissance active et la formation de jambes, mais si le processus ne progresse pas, un contrôle constant du comportement de la tumeur est nécessaire.

L'opération avec la séparation de la capsule des autres tissus et son extraction est réalisée en deux versions:

  1. Chirurgie laparotomique. Le chirurgien choisit cette option de traitement douce et sophistiquée si la tumeur kystique bénigne est petite, bien qu'une laparotomie soit également réalisée avec une quantité importante d'éducation. Un laparoscope, de minuscules instruments chirurgicaux, est inséré dans la cavité abdominale à travers de petites incisions, séparant la capsule avec une surveillance informatique constante. L'opération est moins traumatisante, presque sans effusion de sang. L'ovaire n'est pas retiré, la période de récupération peut aller jusqu'à 5 jours. Contre-indications: adhérences, asthme, hernie, tumeurs malignes de tous organes, obésité.
  2. Chirurgie abdominale avec dissection de la paroi abdominale. Il est prescrit pour les kystes paraovariens de grande taille, la localisation complexe, la germination dans d'autres tissus. Une incision est faite au-dessus du pubis sous anesthésie générale. Il peut être nécessaire de retirer l'ovaire. La période de récupération dure jusqu'à 10 jours.

Puis-je tomber enceinte après la chirurgie

Il n'est pas nécessaire d'avoir peur de retirer l'ovaire car on craint l'impossibilité d'avoir un bébé. La fertilité (la capacité de concevoir) est réduite, mais la probabilité de tomber enceinte reste élevée, le deuxième ovaire continuant à fonctionner activement.

La question de la suppression ou de la conservation temporaire d'un kyste paraovarien chez les femmes en état de grossesse n'est résolue qu'individuellement, en tenant compte de tous les aspects du déroulement de la grossesse, de la période, de la taille de l'éducation, du degré de progression et de l'analyse des risques probables.

Kyste ovarien parovarié

Un kyste ovarien paraovarien est une formation bénigne, remplie de cavités, de nature bénigne localisée près de l'ovaire. Le kyste paraovarien n'est pas anatomiquement lié au corps de l'ovaire mais, étant situé à proximité de celui-ci et de la trompe de Fallope, peut affecter leur fonction. À leur tour, les anomalies fonctionnelles ou structurelles qui se produisent dans les appendices affectent également l'état du kyste.

Kyste parovarien de l'ovaire est classé dans le groupe des kystes dits de rétention, ils sont formés en raison de l'accumulation de liquide par certaines formations abdominales. Dans l'ovaire, il peut s'agir d'un follicule (kyste folliculaire) ou d'un corps jaune formé à la place (kyste de la lutéine).

Le kyste parovarien de l'ovaire n'est pas localisé dans l'ovaire, mais près de celui-ci, entre les feuilles du ligament utérin large, qui fixe simultanément les appendices et l'utérus. Il est formé à partir de l'épididyme de l'ovaire - paraovarium (paraophoron). Cette formation n'est que le germe d'un corps qui a depuis longtemps perdu de sa valeur (rudimentaire), en fait, elle n'a absolument pas besoin du corps féminin. Le paraovarium est un réseau de petits tubules non fonctionnels qui se fondent dans un canal plus grand. Il est situé topographiquement entre la trompe de Fallope et l'ovaire et, comme il est sous-développé, il ne possède pas de canaux excréteurs.

Un kyste de l’épididyme de l’ovaire est formé par l’accumulation de liquide et l’étirement excessif des parois du canal inopérant; il n’ya donc toujours qu’une cavité à l’intérieur (la chambre). Il convient de noter qu'il ne présente que les signes d'un véritable kyste, mais en réalité, il n'en est rien. Avec les vrais kystes, il est «lié» par la présence d'un mur et du contenu liquide. La capsule de tout kyste véritable est toujours épaisse et consiste en un groupe de cellules capables de se diviser et d’assurer la croissance du kyste lui-même. Le kyste paraovarien a un mécanisme de développement différent: il se développe lentement avec l'accumulation de liquide séreux et l'étirement des parois du paraovarium, qui sont la «capsule». Les parois d'un tel kyste sont minces, transparentes, formées par des cellules non capables de division. Une autre caractéristique cliniquement significative du kyste paraovarien de l'ovaire est sa bénignité absolue.

Un kyste de l’appendice ovarien peut apparaître à la suite d’une violation de la différenciation correcte des tissus pendant la période de développement embryonnaire, auquel cas il est classé dans la catégorie congénitale. Il est également capable de se former avec la participation de certains facteurs provocants - processus inflammatoires, troubles dyshormonaux, manipulations traumatiques.

Étant donné que le paraovarium atteint son développement maximum pendant la période de formation et de floraison de la fonction hormonale, la plupart des diagnostics de kystes paraovariens surviennent dans la période de 20 à 40 ans, et encore moins souvent chez les filles de 8 à 10 ans. Parfois, un petit kyste de l’appendice ovarien ne se manifeste pas cliniquement et est diagnostiqué par hasard. Dans d’autres cas, il peut augmenter lentement.

Comme un kyste ovarien paraovarien peut se comporter de manière ambiguë, ses manifestations cliniques sont différentes. Les gros kystes (plus de 5 cm) provoquent des douleurs pelviennes du côté de la localisation et du dysfonctionnement des organes adjacents.

Le kyste paraovarien de l'ovaire droit n'est différent ni anatomiquement ni cliniquement de celui de gauche.

L’échographie permet de diagnostiquer un kyste ovarien paraovarien. Parfois, la vraie localisation d’un kyste est mal différenciée et il est confondu avec un kyste ovarien. Cependant, cette situation n’est pas considérée comme une erreur de diagnostic importante, car la majorité des kystes de la zone appendiculaire sont sujets à une ablation chirurgicale et le volume de l’opération est toujours spécifié "sur place".

Le kyste ovarien parovarien ne régresse pas seul. De telles situations sont rares et sont toutes associées à une erreur de diagnostic. Le retrait d'un kyste ovarien paraovarien est recommandé dans les situations où son diamètre est supérieur à deux centimètres et / ou s'il existe un tableau clinique prononcé. La préférence est donnée aux techniques mini-invasives, plus souvent à la laparoscopie du kyste paravarilaire de l'ovaire, qui permet le diagnostic et l'élimination simultanés du kyste.

Causes de kyste ovarien paraovarien

Les kystes paraovariens sont beaucoup moins fréquemment diagnostiqués (10-12%) des kystes folliculaires et lutéaux. Provoque l’apparition de kystes paraovariens dans le développement sexuel prématuré et, après 45 ans, ils ne se produisent presque jamais. Comme déjà mentionné ci-dessus, ce type de kyste commence à se former au stade du développement embryonnaire à la suite d'une violation locale de la différenciation tissulaire.

Le kyste de l'épididyme formé initialement est de petite taille (0,5 à 2,0 cm), rempli d'une petite quantité de liquide et asymptomatique. Dans un tel état, il peut être présent sans développement pendant de nombreuses années. Il est donc diagnostiqué par hasard lors d'une échographie.

En dépit de l'évolution asymptomatique possible à long terme, le comportement ultérieur du kyste paraovarien, ainsi que la nature de sa croissance, est imprévisible. Parfois, il commence à chauffer rapidement et à augmenter le volume, provoquant une clinique lumineuse. On pense que stimuler la croissance des kystes paraovariens peut:

- les pathologies endocriniennes, en particulier l'hyper- ou l'hypothyroïdie prononcée, le diabète;

- dysfonctionnement menstruel chronique accompagné de troubles hormonaux graves;

- processus inflammatoires et inflammatoires non diagnostiqués et lentes de la cavité pelvienne;

- situations traumatiques répétées: avortements, fausses couches, manipulations diagnostiques incorrectes;

- obésité ou, au contraire, un poids insuffisant;

- utilisation irrationnelle et prolongée de médicaments hormonaux, en particulier de contraceptifs;

- effets thermiques inadéquats sur la région pelvienne (bains chauds, lits de bronzage, exposition prolongée au soleil, utilisation inappropriée de la thérapie par la boue et des applications de réchauffement).

Ces facteurs (individuellement ou en combinaison) peuvent parfois stimuler la croissance d'un kyste paraovarien, mais cette situation n'est pas nécessaire.

Symptômes d'un kyste ovarien paraovarien

En l'absence de facteurs provocants, le kyste paraovarien de l'ovaire croît très lentement dans la grande majorité des cas. La petite taille de la cavité kystique permet à la formation d'être asymptomatique dans le corps, et les premières sensations subjectives apparaissent quand elle augmente à cinq centimètres ou plus. Les kystes paraovariens peuvent atteindre des tailles gigantesques, mais le plus souvent ils «s'arrêtent» de 15 à 20 cm.

Au microscope, un kyste appendiculaire ovarien ressemble à une formation arrondie ou ovale avec un contenu uniforme et transparent d'aspect aqueux. Étant donné que le kyste se développe exclusivement en raison de l'accumulation de fluide séreux et de l'étirement du canal, ses parois sont très minces (pas plus de 1-2 mm d'épaisseur), ce qui lui donne un aspect transparent.

Un petit kyste ovarien paraovarial n'a pas de jambe. Au fur et à mesure qu'elle grandit, elle élargit les feuilles du ligament large et forme une saillie dans l'une d'elles en traînant derrière elle la portion de la trompe de Fallope et parfois son propre ligament ovarien. Ainsi, la jambe du kyste paraovarien est formée.

Un kyste de l’appendice ovarien élargi exerce une pression mécanique sur les structures adjacentes et les fibres nerveuses et provoque par conséquent des douleurs pelviennes. Leur intensité dépend de la taille du kyste. Le manque de communication avec le cycle mensuel est une caractéristique clinique distinctive de ces douleurs.

La topographie des douleurs provoquées par un kyste paraovarien est également liée à sa taille et à sa direction de croissance. En règle générale, la formation se situe du côté de l'utérus, de sorte qu'un kyste paraovarien de l'ovaire gauche provoque des douleurs à gauche et de droite à droite. Assez souvent, un kyste apparaît au-dessus de l'utérus et exerce une pression mécanique sur les organes adjacents, puis des troubles dysuriques apparaissent au fond de la douleur (lorsque les organes du système urinaire sont compressés) ou des troubles de la défécation et une sensation d'intestin distendu (avec une pression sur le rectum).

Habituellement, un petit kyste ovarien paraovarien n'affecte pas la fonction menstruelle et n'interfère pas avec la conception et l'accouchement. Cependant, en cas de croissance intense, il commence inévitablement à exercer une pression sur l'ovaire et à provoquer des irrégularités menstruelles.

En outre, un gros kyste paraovar déforme parfois la trompe de Fallope, ce qui explique les problèmes de conception. L'infertilité du kyste ovarien paraovarial ne provoque pas, car les désordres structurels se forment seulement du côté du développement du kyste et n'affectent pas l'autre moitié, «saine». Les patients conservent leur fonction reproductive, mais la probabilité de conception est légèrement réduite. Ainsi, par exemple, un kyste paraovarien de l'ovaire gauche n'affecte pas l'ovulation et la fécondation ultérieure des côtés opposé, droit, côté et inversement.

Comme tout kyste à base mince (jambe), un kyste ovarien paraovarien peut être compliqué par sa torsion partielle ou complète. La paroi du kyste, comme sa jambe, est percée par une multitude de vaisseaux sanguins et de terminaisons nerveuses. Quand la torsion se produit, le kyste cesse de "manger" et le processus de nécrose commence, tous les signes de pathologie chirurgicale aiguë apparaissent. Par exemple, un kyste paraovarien de l'ovaire droit avec une torsion de base imite la clinique d'appendicite aiguë.

Traitement d'un kyste ovarien paraovarial

Le choix de la tactique de traitement dépend de la situation clinique et des données de l’enquête. Dans un premier temps, il est nécessaire d’établir avec précision l’emplacement du kyste, sa structure, sa taille et sa position par rapport aux organes voisins.

La taille d'un paraovar est d'une grande importance diagnostique. Parfois, des patientes minces arrivent à la réception après avoir indépendamment testé une formation importante (et parfois des kystes paraovariens pouvant atteindre 30 cm) dans la projection de l'ovaire ou même l'avoir vue à l'œil nu.

Un médecin expérimenté peut suspecter la présence d'un kyste paraovarien dès le diagnostic initial, même en l'absence de plaintes actives. La palpation sur le côté ou au-dessus de l'utérus est déterminée par une formation lisse, dense et élastique, à la mobilité limitée. Si la patiente ne présente pas d'irrégularités menstruelles ni de connexion des douleurs pelviennes au cycle, on peut supposer que cette formation détectée se situe topographiquement à l'extérieur de l'ovaire, mais toute conclusion basée sur l'examen et l'analyse des plaintes ne constitue qu'une hypothèse et doit être clarifiée.

Il est possible de différencier un kyste paraovarien avec une échographie. Une caractéristique importante et peut-être la seule caractéristique distinctive est son emplacement à l'extérieur de l'ovaire. Les autres signes d'écho d'un kyste appendiculaire ovarien sont:

- une paroi mince avec un motif vasculaire bien visualisé;

- la seule cavité (chambre) à l'intérieur du kyste;

- liquide homogène transparent (anéchoïque) à l'intérieur de la chambre sans grandes inclusions, la présence d'une suspension fine est acceptable;

- chez les enfants, à l'intérieur de kystes parovariens, on peut visualiser les excroissances papillaires pariétales.

Une fois la topographie et la taille du kyste établies, la tactique médicale est choisie. Les petits kystes asymptomatiques ne nécessitent pas d'ablation urgente, leur comportement peut donc être surveillé par ultrasons.

Malheureusement, il est souvent difficile de déterminer correctement l'emplacement d'un kyste détecté. Le patient se voit donc diagnostiquer un kyste ovarien et une laparoscopie d'un kyste ovaire parovarien est réalisée pour clarifier le diagnostic.

Les gros kystes symptomatiques doivent être enlevés. Il existe une vaste liste de techniques chirurgicales, chacune d’elles étant conçue pour une situation spécifique et sélectionnée «sur place». Grâce à la chirurgie laparoscopique, l'ablation du kyste paraovarien de l'ovaire est réalisée avec la plus grande parcimonie, les ovaires et l'utérus ne sont pas affectés et le nombre de complications est pratiquement réduit à zéro.

Il est nécessaire de prêter une attention particulière aux patients sur le fait que la suppression d'un kyste paraovarien est impossible par tout autre moyen, car il s'agit d'une formation anatomique plutôt que fonctionnelle. Indépendamment "résoudre" un tel kyste est également incapable.

Chirurgie des kystes ovariens paraovariens

Pour enlever un kyste ovarien paraovarien, il est nécessaire de pénétrer jusqu'au lieu de son emplacement - le tissu de l’espace conjonctif, d’isoler le kyste (c’est-à-dire de couper sa capsule des tissus environnants), puis de l’extraire de la capsule (énucléation du kyste). Ces manipulations ne causent souvent pas de difficultés significatives, car le kyste paraovarien est très mobile. Aux étapes suivantes de l'opération, des mesures sont prises pour arrêter le saignement et prévenir les effets septiques.

La méthode laparoscopique la plus couramment utilisée. Si le diagnostic est douteux et que la localisation du kyste (dans l'ovaire ou près de celui-ci) reste inconnue, la laparoscopie diagnostique du kyste de l'ovaire parovarien est simultanément thérapeutique: après avoir spécifié l'emplacement du kyste, il peut être immédiatement retiré.

Si un kyste ovarien paraovarien est diagnostiqué chez une femme enceinte, la tactique de traitement dépend de la situation clinique actuelle. La grossesse n'est pas une indication pour le retrait urgent d'un kyste paraovarien. Bien sûr, le plus souhaitable est la situation dans laquelle les patientes planifiant une grossesse sont examinées à l’avance et résolvent les problèmes rencontrés. Mais si la présence d'un kyste appendiculaire ovarien est déjà détectée pendant la grossesse, il n'y a aucune raison de paniquer. Les petits kystes paraovariens sont situés à l'extérieur de l'utérus et des appendices, ne les déplacent ni ne les déforment, et n'affectent pas la fonction hormonale. Par conséquent, leur comportement est simplement observé et, après l'accouchement, la question de la nécessité d'un traitement est résolue. Les exceptions sont les cas peu fréquents de complications (nécrose, torsion), qui nécessitent une intervention urgente. La grossesse provoque rarement la croissance d'un kyste paraovarien. Dans une telle situation, il est également nécessaire d'opérer sur le patient.

Après le retrait laparoscopique d'un kyste paraovarien, la grossesse continue à se développer normalement et il n'y a pas de conséquences négatives pour le fœtus.

Les kystes paraovariens ne se reproduisent jamais et ne se transforment pas en tumeurs malignes. Par conséquent, après leur retrait, le patient ne rencontre pas un diagnostic similaire ni ses conséquences négatives.

Kyste ovarien paraovarien: symptômes, diagnostic et traitement

Très souvent, les patients viennent chez le médecin avec des plaintes de douleurs récurrentes dans le bas de l'abdomen. Ce symptôme peut avoir plusieurs causes, parmi lesquelles la formation d'un kyste ovarien paraovarien. Vous pouvez combattre cette éducation uniquement à l'aide d'une intervention chirurgicale.

Description de la maladie

Un kyste paraovarien est une masse de la cavité bénigne formée à partir des appendices de l'ovaire. À l'intérieur, il est rempli d'un liquide riche en protéines, a une forme ronde ou ovale et consiste en une section sans séparation. Les murs sont minces, environ 2 mm, alignés à partir d'épithélium cylindrique plat, à travers lequel vous pouvez voir le contenu intérieur. Les kystes nutritionnels proviennent du mésentérique et de ses propres vaisseaux kystiques et capillaires. Dans les formes plus grandes, une jambe particulière est formée, constituée des ligaments de l'utérus et de l'ovaire.

Un kyste ovarien paraovarien est une formation de cavité remplie de liquide et de nature bénigne.

Cette espèce est présente dans 10% des cas de formation de tumeurs du système urogénital, mais elle ne dégénère jamais en une forme maligne. Les kystes se développent très lentement, parfois pendant de nombreuses années, en raison de l’accumulation de liquide interne qui étend progressivement les parois de la formation.

Le plus souvent localisée dans l'ovaire droit, mais peut être située à gauche, ainsi que des deux côtés. Dans le même temps, il y a différentes manifestations:

  1. Le kyste paraovarien de l'ovaire droit est le plus commun en raison de la circulation sanguine accrue de ce côté des appendices. Seulement dans ce cas, il y a un risque d'accumulation dans les tissus utérins. La manifestation des symptômes est plus prononcée; en raison de l'amélioration de la nutrition du côté droit, la tumeur se développe beaucoup plus rapidement, ce qui entraîne souvent diverses complications.
  2. Le kyste paraovarien de l'ovaire gauche est beaucoup moins commun et ses manifestations sont souvent presque invisibles. La base est plus aplatie, ce qui permet d'éviter les torsions des jambes et les suppurations éventuelles.
  3. Un kyste bilatéral combine tous les symptômes ci-dessus.

Vous pouvez également sélectionner des formations mobiles et fixes. Les premiers peuvent bouger sous la pression et avoir une jambe très fine, alors que les seconds sont très difficiles à déplacer, ils entraînent moins souvent des complications.

Il est le plus souvent diagnostiqué chez les femmes âgées de 30 à 40 ans. Toutefois, il peut également se produire à un âge plus précoce, car il se forme parfois pendant le développement intra-utérin et augmente de taille lors de sauts hormonaux chez les adolescentes.

La taille de ce type de kyste peut être très diverse, allant de quelques millimètres, parfois invisibles à la visualisation, à d’énormes tumeurs d’un diamètre de 30 centimètres.

Kyste de l'ovaire: vidéo

Causes de développement

De nombreux facteurs conduisent à la formation d'un kyste paraovarien. Il n’est pas toujours possible d’établir la cause première de la maladie.

Parfois, même les mauvaises habitudes de la mère pendant la grossesse, qui affectent la santé de son enfant à naître (tabagisme, consommation de drogue et d’alcool, traitement par des médicaments non résolus, nutrition insuffisante), peuvent affecter la formation de la tumeur.

Le mécanisme de formation du kyste est connu, il se produit à la suite de violations du développement embryonnaire des tubules épithéliaux (paraovaria). Ils ont soit des canaux excréteurs mal formés, soit ils peuvent être bouchés et même parfois complètement absents, ce qui explique pourquoi les fluides sécrétés ne trouvent pas de sortie et s’accumulent, formant des sacs élastiques.

Les experts soulignent les raisons suivantes de la formation d’un kyste paraovarien:

  • perturbations dans le processus de maturation des follicules ovariens, manque d'ovulation;
  • écarts dans le rapport des hormones causés par diverses maladies endocrinologiques ou processus néoplasiques;
  • le début de la première menstruation à 11 ans, la puberté précoce;
  • avortement et chirurgie pelvienne;
  • prendre des stéroïdes anabolisants;
  • sauts hormonaux pendant la puberté et au moment de la ménopause;
  • prendre des antagonistes des œstrogènes dans le traitement du cancer du sein (tamoxifène);
  • lésions infectieuses du système urogénital et d'autres organes internes;
  • mauvaises conditions environnementales, air pollué;
  • augmentation du stress émotionnel, stress, dépression;
  • inflammation des annexes ovarienne et utérine (ovariose, salpingite, annexite);
  • utilisation incorrecte de contraceptifs hormonaux;
  • bains de soleil fréquents au soleil ou dans le solarium;
  • surchauffe des organes en prenant des bains chauds, en visitant des saunas, des bains, etc.

Les symptômes

Les signes d’apparition d’un kyste paraovarien dépendent entièrement de sa taille, car de petits néoplasmes peuvent ne pas se manifester du tout pendant une longue période. En cas de croissance de plus de cinq centimètres de diamètre, les symptômes suivants sont observés:

  • douleur aiguë ou lancinante dans le bassin;
  • forte pression sur la vessie, ce qui provoque une gêne et une envie accrue d'uriner;
  • constipation due à la pression du kyste sur les intestins;
  • sensation de ballonnement;
  • douleur pendant les rapports sexuels, après l'exercice;
  • divers troubles digestifs;
  • augmentation de la formation de kystes abdominaux;
  • les sensations douloureuses sont paroxystiques dans la nature, elles peuvent disparaître complètement et apparaître soudainement;
  • température élevée dans des conditions aiguës.

Le cycle menstruel est généralement préservé et ne change pas.

Diagnostic et diagnostic différentiel

Un diagnostic différentiel est réalisé pour exclure les autres types de kystes, ainsi que l'appendicite aiguë, l'endométriose, les tumeurs cancéreuses et la grossesse extra-utérine.

Il est possible d'identifier la maladie à l'aide d'un examen sur la chaise gynécologique en utilisant la méthode de palpation. Dans le même temps, on trouve des formations tumorales pratiquement immobiles, lisses au toucher et élastiques à la compression, à droite ou à gauche de l'utérus.

Dans le cas d'un kyste, le médecin envoie une échographie pour un examen transvaginal.

L'échographie détecte le noircissement de différentes formes.

Un ou plusieurs néoplasmes ovales ou ronds apparaissent sur l’écran, avec un fluide homogène ou contenant de petites plaques.

L'examen laparoscopique est parfois utilisé pour confirmer le diagnostic. À l'aide d'un équipement spécial, un médecin peut examiner l'éducation en détail, en déterminer le caractère, l'emplacement, la taille, prélever un échantillon de tissu pour procéder à un examen approfondi.

Traitement: les méthodes conservatrices et les remèdes populaires seront-ils utiles?

Le kyste parovarien ne se résout pas et nécessite une résection chirurgicale de grande taille. Après le diagnostic, il est nécessaire de surveiller en permanence la dynamique de croissance. Il n'y a pas de méthodes conservatrices et de remèdes populaires pour éliminer ce néoplasme.

Opération d'élimination du néoplasme

Auparavant, en l'absence d'équipement moderne, de graves opérations abdominales étaient pratiquées, après quoi de grandes cicatrices subsistaient. Cependant, avec le développement de la technologie, les médecins ont opté pour la chirurgie mini-invasive. Les petits kystes ne peuvent pas être enlevés, mais lors de la planification de la grossesse et de la préparation à la FIV, il est conseillé de se débarrasser des tumeurs même les plus petites.

À l'heure actuelle, les kystes paraovariens sont le plus souvent enlevés par laparoscopie. Cependant, malgré le fait que cette méthode soit très douce, il existe les contre-indications suivantes à l'opération:

  • rétablissement des maladies infectieuses, si 30 jours se sont écoulés;
  • insuffisance respiratoire et cardiaque aiguë;
  • hypertension grave;
  • stades avancés de l'obésité;
  • hernie abdominale et adhérences;
  • tumeurs malignes des organes pelviens.

Avant d’attribuer la date de l’opération, il est nécessaire de réussir les tests suivants:

  • sang pour une analyse clinique générale, afin de déterminer les facteurs de coagulation, la présence du VIH et diverses formes d'hépatite, la biochimie;
  • l'urine pour la recherche générale;
  • un frottis vaginal pour détecter les maladies et l'état de la microflore;
  • ECG du coeur;
  • fluorographie;
  • colposcopie;
  • Échographie des organes pelviens.

Laparoscopie et laparotomie

L'opération elle-même est réalisée sous anesthésie générale, choisie individuellement pour chaque patient. Pour un accès facile aux organes internes, le gaz est pompé dans la cavité abdominale. À certains endroits, il y a peu de ponctions au travers desquelles des instruments chirurgicaux et un laparoscope sont insérés.

L'image montre une chirurgie pelvienne par laparoscopie.

À l'aide de ce dernier, l'image résultante est transmise à l'écran externe et le chirurgien peut contrôler l'ensemble du processus. La chirurgie nécessite de la prudence, car il existe un risque élevé de lésions de l'ovaire. Le chirurgien exécute soigneusement l'excision des ligaments utérins et élimine le kyste. Juste au cas où, l'ovaire voisin est également examiné pour les formations. Après l'opération, le gaz descend doucement et un patch ou des points de suture sont appliqués sur les coupes, en fonction de la taille de la plaie.

Parfois, un kyste est percé à l'aide de dispositifs spéciaux, le fluide interne est aspiré et de l'alcool éthylique est versé à sa place, ce qui conduit à la sclérotisation des tissus traités.

La durée de la laparoscopie est de vingt minutes à plusieurs heures, en fonction de nombreux facteurs. La rééducation est très rapide, après 3-5 jours, les patients peuvent reprendre une vie normale.

Dans des situations particulièrement difficiles, les médecins ont recours à une méthode plutôt traumatique, consistant à pratiquer une grande incision dans le bas-ventre.

Dans les cas plus graves, en particulier lorsque la taille du kyste est très grande, la laparotomie médiane inférieure est montrée, dans laquelle une incision abdominale suffisamment grande est pratiquée le long de la ligne médiane et parfois, l'ovaire doit également être retiré. La récupération après la chirurgie est longue et prend environ dix jours.

Kyste paraovarien pendant la grossesse

Si un kyste est trouvé chez une femme enceinte, il est nécessaire de procéder à des examens fréquents, car il peut y avoir des cas de torsion en raison de la pression accrue de l'utérus sur les organes voisins. Il n'y a pas de risque particulier dans les plus brefs délais. Le néoplasme en tant que tel n’affecte pas l’état du fœtus, mais peut considérablement aggraver la santé de la mère à mesure que l’enfant grandit. Le traitement est reporté à la période post-partum, en l'absence d'indication chirurgicale d'urgence.

Le traitement des kystes chez les femmes enceintes est différé jusqu'au post-partum

Le processus de livraison lui-même devrait être soumis à un contrôle intensif afin d'éviter une éventuelle rupture ou impaction du kyste. Si cela se produit, une perte de sang importante se produit, le patient peut tomber dans un état de choc et cesser de répondre aux stimuli externes. Dans des situations particulièrement dangereuses, le médecin peut recommander une césarienne.

Pronostic du traitement et complications possibles

Dans la plupart des cas, si le traitement est effectué à temps, il est possible de préserver l’intégrité des ovaires et d’éviter une altération de la fonction de reproduction. La conception d'un enfant ne peut commencer que quatre mois après l'opération.

L'absence de traitement en temps opportun peut entraîner des complications graves à tout moment:

  1. Suppuration due à des lésions tissulaires infectieuses ou inflammatoires. Accompagné d'une douleur aiguë et nécessite une intervention chirurgicale immédiate.
  2. Une rupture du kyste due à une blessure mécanique, à la pression ou à diverses autres causes. Le contenu va dans la cavité abdominale, un processus inflammatoire aigu est formé, appelé péritonite. La pression chute, le patient peut perdre conscience. Le traitement est entièrement chirurgical.
  3. La formation d'une jambe spéciale, qui est sujette à la torsion. En raison de la compression des vaisseaux sanguins, le sang ne coule pas dans les tissus, une nécrose se produit et la douleur se propage au coccyx, au bas du dos, au sacrum et au bas de l'abdomen. Parfois, les symptômes ressemblent au stade aigu de l'appendicite. Une hospitalisation immédiate est nécessaire avec le retrait rapide d'un kyste affecté par l'ovaire et d'autres tissus nécrotiques adjacents. Le plus souvent, cela se produit pendant la grossesse ou à un plus jeune âge en raison d'une activité accrue.
  4. Déformation des trompes de Fallope, entraînant des problèmes de conception d'un enfant.

Prévention

Il est parfois très difficile de prévoir la formation de kyste, mais pour réduire les risques, il convient de corriger les déséquilibres hormonaux à temps, d'éviter les lésions mécaniques des organes pelviens et de traiter les maladies infectieuses à un stade précoce afin d'éviter une inflammation chronique.

Examens des femmes sur l'élimination du kyste

J'ai ressenti une douleur tiraillante à l'estomac. Au début, elle n'accordait aucune importance et, lorsqu'elle réalisa qu'elle devait consulter un médecin, il était déjà trop tard. J'ai été amené à l'hôpital. Nous avons regardé les médecins. Ils ont décidé d'opérer dans la matinée pour se préparer à l'opération. On m'a proposé d'être opéré par laparoscopie. J'ai accepté. Dans la matinée, un cathéter a été inséré. Ils sont entrés extrêmement prudemment, après être entré dans ce cathéter, j'ai eu deux semaines de cystite post-traumatique. C'est comme ça que ça se passe aussi. Une heure plus tard, j'étais déjà en soins intensifs. Malgré cela, les fortes adhérences de la cavité abdominale ne m'ont pas contournée. Et dérangé pendant plusieurs années. Plus tard, j'ai demandé à mon médecin pourquoi cela s'était produit, car j'ai commencé à me lever presque immédiatement après l'opération. Je marchais beaucoup, en général, j'avais un style de vie plutôt actif. Le médecin a dit que ce processus se développait parfois même chez des patients aussi actifs que moi... malheureusement. Cependant, rappelez-vous que plus vous vous levez tôt après la chirurgie, plus vous éviterez les adhérences, ce qui est très douloureux. Juste oublié dans un fil de point. Elle «partait» pendant un long moment et l'endroit continuait à se remplir jusqu'à ce que la queue du fil apparaisse. Je l'ai sortie. Et tout s'est arrêté.

ek9345

http://otzovik.com/review_1285293.html

Lors du retrait du kyste, une partie de l'ovaire a été enlevée. Le médecin a averti que l'ovaire et le tout peuvent être enlevés, ce sera déjà clair pendant l'opération. Maintenant, les médecins ne le trouvent pas immédiatement à l'échographie, mais il est toujours là. Même pendant l'opération, j'ai été rincée par les trompes de Fallope et brûlée avec des foyers d'endométriose. Après l'opération, une femme est venue dans notre service et a dirigé une gymnastique postopératoire pour éviter les adhérences. Après cela, le médecin m'a prescrit un traitement hormonal et m'a conseillé d'essayer de devenir enceinte quatre mois après la chirurgie, car il s'agit du meilleur traitement pour l'endométriose. Le médecin m'a dit que mon kyste avait déjà plusieurs années et que je ne m'en doutais même pas.

Ivarich

http://otzovik.com/review_2043004.html

J'ai eu un kyste paraovarien il y a quelques années... en train de faire une laparoscopie. est allé à l’hôpital pendant 3 jours: 1 er jour - préparation, 2e opération (3 ponctions à l’abdomen), 3e jour - inspection et renvoi à la maison. pas effrayant! seulement un kyste a été enlevé, tout le reste (au sens d'être une femme) - en place... après un certain temps, j'ai eu deux enfants.

Alanta

http://eka-mama.ru/forum/part16/topic208372/message4690807/?PAGEN_1=2

Il est très important que toutes les femmes comprennent qu'un kyste paraovarien ne se contracte pas, mais ne peut qu'augmenter. Aucune méthode populaire ou aucune autre méthode ne peut éliminer cette maladie. De nos jours, vous pouvez effectuer une opération très sûre et conserver la capacité de concevoir de manière autonome un enfant.