loader
Recommandé

Principal

Prévention

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est une manifestation sous la forme d'un nœud, polygonal ou sphérique, sur les muqueuses des bronches, des glandes bronchiques et des alvéoles. Une tumeur peut être à la fois bénigne et maligne, mais la forme la plus courante est la forme maligne de la tumeur.

Cancer du poumon périphérique, affecte les plus petites bronches. Par conséquent, la radiance est habituellement irrégulière autour du noeud, ce qui est plus caractéristique des tumeurs à croissance rapide et à différenciation faible. On trouve également des formes cavitaires de cancer du poumon périphérique avec des sites de décomposition hétérogènes.

La maladie commence à se manifester lorsque la tumeur se développe rapidement et progresse, impliquant les grandes bronches, la plèvre et le thorax. À ce stade, le cancer du poumon périphérique devient central. Caractérisé par une augmentation de la toux avec écoulement des expectorations, une hémoptysie, une carcinomatose pleurale avec épanchement dans la cavité pleurale.

Comment détecter le cancer du poumon périphérique?

Formes de cancer du poumon périphérique

L'une des principales différences du processus tumoral dans les poumons est la diversité de leurs formes:

Forme cortico-pleurale: tumeur de forme ovale qui se développe dans la poitrine et se situe dans l’espace sous-pleural. Ce formulaire fait référence au cancer du type squameux. En termes de structure, la tumeur est le plus souvent homogène avec une surface interne montagneuse et des contours flous. Il a tendance à germer dans les deux côtes adjacentes et dans les corps des vertèbres thoraciques voisines.

La forme cavitaire est un néoplasme avec une cavité au centre. La manifestation se produit en raison de l'effondrement de la partie centrale du site tumoral, qui manque de nutrition en cours de croissance. De tels néoplasmes atteignent généralement des tailles supérieures à 10 cm, ils sont souvent confondus avec des processus inflammatoires (kystes, tuberculose, abcès), ce qui conduit à la formulation d'un diagnostic initialement incorrect, ce qui contribue à la progression du cancer. Cette forme de néoplasme est souvent asymptomatique.

C'est important! La forme cavitaire du cancer du poumon périphérique est principalement diagnostiquée aux stades avancés, lorsque le processus devient déjà irréversible.

Dans les poumons, des formations planes de forme arrondie avec une surface extérieure montagneuse sont localisées. Avec la croissance de la tumeur, la masse abdominale dans le diamètre augmente également, alors que les parois se resserrent et que la plèvre viscérale est tirée dans la direction de la tumeur.

Cancer périphérique du poumon gauche

Cancer du lobe supérieur du poumon gauche. À ce stade du processus tumoral, les contours du néoplasme, de structure hétérogène et de forme irrégulière, sont clairement visualisés sur la radiographie. Dans ce cas, les racines des poumons sont des troncs vasculaires dilatés. Les ganglions lymphatiques ne sont pas élargis.

Cancer du lobe inférieur du poumon gauche. Ici tout se passe parfaitement, au contraire, par rapport au lobe supérieur du poumon gauche. Il y a une augmentation des ganglions lymphatiques intrathoraciques, précurseurs et supraclaviculaires.

Cancer périphérique du poumon droit

Le carcinome périphérique du lobe supérieur du poumon droit présente les mêmes caractéristiques que la forme précédente, mais il est beaucoup plus fréquent que le cancer du lobe inférieur du poumon droit.

La forme nodale du cancer du poumon provient des bronchioles terminales. Il apparaît après la germination des tissus mous dans les poumons. Un examen aux rayons X montre la formation d'une forme nodulaire aux contours nets et à la surface bosselée. Sur le bord de la tumeur, une petite dépression est visible (symptôme de Riegler), indiquant qu'un gros vaisseau ou une bronche est entré dans le noeud.

C'est important! «Nutrition des patients atteints de cancer du poumon»: une alimentation saine et appropriée doit faire l'objet d'une attention particulière. Il est nécessaire de ne manger que des aliments sains et de qualité enrichis en vitamines, en oligo-éléments et en calcium.

Le cancer du poumon périphérique ressemblant à une pneumonie est toujours un cancer glandulaire. Sa forme se développe en raison de la répartition de la proportion de cancers périphériques provenant de la bronche, ou de la manifestation simultanée d’un grand nombre de tumeurs primitives dans le parenchyme pulmonaire et de leur fusion en une infiltration tumorale unique.

La maladie n'a pas de manifestations cliniques spécifiques. Initialement, il se caractérise par une toux sèche, puis les expectorations apparaissent, initialement peu abondantes, puis abondantes, liquides, mousseuses. Avec l’ajout d’une infection, l’évolution clinique ressemble à une pneumonie récurrente avec une intoxication générale grave.

Le cancer de l'apex du poumon atteint du syndrome de Pancost est un type de maladie au cours duquel des cellules malignes envahissent les nerfs, vaisseaux de la ceinture scapulaire.

Syndrome (triade) Pancosta est:

  • localisation apicale du cancer du poumon;
  • Le syndrome de Horner;
  • douleur dans la région supraclaviculaire, généralement intense, initialement paroxystique, puis persistante et prolongée. Ils sont situés dans la fosse supraclaviculaire du côté affecté. La douleur augmente avec la pression, parfois répartie le long des troncs nerveux émanant du plexus brachial, accompagnée d'un engourdissement des doigts et d'une atrophie musculaire. Dans ce cas, le mouvement des mains peut être perturbé jusqu'à la paralysie.

Sur le plan radiographique, le syndrome de Panco révèle: la destruction de 1 à 3 côtes et, souvent, des processus transversaux des vertèbres cervicales inférieure et thoracique supérieure, une déformation du squelette. Aux stades très avancés de la maladie, un examen médical révèle une expansion unilatérale des veines saphènes. Un autre symptôme est une toux sèche.

Les syndromes de Horner et de Panco sont souvent combinés chez un même patient. Dans ce syndrome, en raison de la défaite des ganglions nerveux sympathiques cervicaux inférieurs par une tumeur, enrouement de la voix, omission unilatérale de la paupière supérieure, constriction de la pupille, rétraction du globe oculaire, injection de la conjonctive, dyshidrose (altération de la transpiration) et hyperémie de la peau au niveau correspondant côté défaite.

En plus du syndrome primitif du cancer du poumon périphérique et métastatique (Panad triad), il peut également survenir dans un certain nombre d'autres maladies:

  • kyste à échinocoques dans les poumons;
  • tumeur médiastinale;
  • mésothéliome pleural;
  • lymphogranulomatose;
  • tuberculose.

La localisation apicale est commune à tous ces processus. Un examen radiologique approfondi des poumons permet de reconnaître la nature exacte du syndrome de Pancoast.

Combien de temps le cancer du poumon se développe-t-il?

Le cancer du poumon se développe de trois manières:

  • biologique - dès le début de l'apparition de la tumeur et jusqu'à l'apparition des premiers signes cliniques, ce qui sera confirmé par les données des procédures de diagnostic effectuées;
  • préclinique - période au cours de laquelle il n'y a aucun signe de la maladie, ce qui est une exception à la consultation d'un médecin, ce qui réduit les chances d'un diagnostic précoce de la maladie;
  • clinique - la période des premiers symptômes et les premières visites des patients chez le spécialiste.

Le développement d'une tumeur dépend du type et de l'emplacement des cellules cancéreuses. Le cancer du poumon non à petites cellules se développe plus lentement. Il comprend: le cancer épidermoïde, l'adénocarcinome et le cancer du poumon à grandes cellules. Le pronostic de ce type de cancer est de 5-8 ans sans traitement approprié. Dans le cancer du poumon à petites cellules, les patients vivent rarement plus de deux ans. La tumeur se développe rapidement et des symptômes cliniques apparaissent. Le cancer périphérique se développe dans les petites bronches, ne donne pas une symptomatologie prononcée pendant longtemps et se manifeste souvent lors du passage des examens médicaux planifiés.

Symptômes et signes du cancer du poumon périphérique

Aux stades avancés de la maladie, lorsque la tumeur se propage à la grande bronche et rétrécit la lumière, le tableau clinique du cancer périphérique devient similaire à celui de la forme centrale. À ce stade de la maladie, les résultats d'un examen physique sont les mêmes pour les deux formes de cancer du poumon. En même temps, contrairement au cancer central, un examen radiographique sur le fond de l'atélectasie révèle l'ombre de la tumeur périphérique elle-même. Dans les cancers périphériques, la tumeur se propage souvent à travers la plèvre pour former un épanchement pleural.
Le passage de la forme périphérique à la forme centrale du cancer du poumon est dû à l'implication des grosses bronches dans le processus, tout en restant imperceptible pendant une longue période. Une manifestation de la croissance d'une tumeur peut être une augmentation de la toux, des expectorations, une hémoptysie, un essoufflement, une carcinomatose pleurale avec épanchement dans la cavité pleurale.

Les cancers des bronches, similaires aux premiers symptômes, apparaissent avec l'addition de complications inflammatoires des poumons et de la plèvre. C'est pourquoi la fluorographie régulière, qui montre le cancer du poumon, est importante.

Symptômes du cancer du poumon périphérique:

  • essoufflement - peut être dû à une métastase de la tumeur dans les ganglions lymphatiques;
  • douleurs à la poitrine, alors qu'ils peuvent changer de caractère avec le mouvement;
  • toux persistante, sans aucune raison;
  • crachats;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • si la tumeur se développe dans l'apex du poumon, la compression de la veine cave supérieure et l'effet du néoplasme sur les structures du plexus cervical peuvent alors se produire, avec le développement de symptômes neurologiques appropriés.

Signes de cancer du poumon périphérique:

  • augmentation de la température;
  • malaise;
  • faiblesse, léthargie;
  • fatigue rapide;
  • handicap;
  • perte d'appétit;
  • perte de poids;
  • dans certains cas, il y a même une douleur dans les os et les articulations.

Causes du cancer du poumon périphérique:

  1. Le tabagisme est l’une des principales causes du cancer du poumon. Dans le tabac, la fumée contient des centaines de substances pouvant avoir un effet cancérigène sur le corps humain.
  2. conditions environnementales: pollution de l'air qui pénètre dans les poumons (poussière, suie, produits de combustion, etc.);
  3. conditions de travail néfastes - la présence de grandes quantités de poussière peut provoquer le développement de la sclérose du poumon, qui risque de devenir maligne;
  4. asbestose - condition provoquée par l'inhalation de particules d'amiante;
  5. prédisposition génétique;
  6. maladies pulmonaires chroniques - sont la cause d'une inflammation persistante, ce qui augmente le risque de cancer, les virus peuvent envahir les cellules et augmenter le risque de développer un cancer.

Stades du cancer du poumon périphérique

Stades de la prévalence en oncologie pulmonaire

Classification du cancer du poumon en fonction de la manifestation clinique du diplôme:

  • Cancer du poumon périphérique stade 1 La tumeur est assez petite. La tumeur ne se propage pas jusqu'aux organes de la poitrine et des ganglions lymphatiques;
  1. 1 La taille de la tumeur ne dépasse pas 3 cm;
  2. 1B taille de la tumeur de 3 à 5 cm;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 2. La tumeur s'agrandit;
  1. 2A tumeur de taille 5-7 cm;
  2. Les dimensions 2B restent inchangées, mais les cellules cancéreuses sont situées près des ganglions lymphatiques;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 3;
  1. 3A, la tumeur affecte les organes adjacents et les ganglions lymphatiques, la taille de la tumeur dépasse 7 cm;
  2. Les cellules cancéreuses 3B pénètrent dans le diaphragme et les ganglions lymphatiques situés du côté opposé de la poitrine;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 4. À ce stade, la métastase se produit, c'est-à-dire que la tumeur se propage dans tout le corps.

Diagnostic du cancer du poumon

C'est important! Le cancer du poumon périphérique est une tumeur maligne, qui a tendance à se développer et à se propager rapidement. Lorsque les premiers symptômes suspects apparaissent, vous ne devez pas hésiter à consulter un médecin, car vous pourriez perdre un temps précieux.

Le diagnostic du cancer du poumon est difficile en raison de la similitude de ses symptômes radiologiques avec de nombreuses autres maladies.

Comment reconnaître le cancer du poumon périphérique?

  • Examen aux rayons X - la méthode principale dans le diagnostic des tumeurs malignes. Le plus souvent, cette étude est réalisée par des patients pour une raison complètement différente, et dans le membre ils peuvent être confrontés à l'oncologie du poumon. La tumeur a l'apparence d'une petite lésion sur la partie périphérique du poumon.
  • La tomodensitométrie et l’IRM constituent la méthode de diagnostic la plus précise qui vous permettra d’obtenir une image claire des poumons du patient et d’examiner avec précision toutes ses tumeurs. Grâce à des programmes spéciaux, les médecins ont la possibilité de visualiser les images reçues dans différentes projections et d’extraire un maximum d’informations.
  • Biopsie - est réalisée en extrayant un site tissulaire, suivi d'un examen histologique. Les médecins ne peuvent affirmer que la tumeur a un caractère malin uniquement après avoir examiné le tissu sous fort grossissement.
  • Bronchoscopie - examen des voies respiratoires du patient et des bronches de l'intérieur à l'aide d'un équipement spécial. Comme la tumeur est située plus loin des départements du centre, la méthode donne moins d’informations que si le patient souffrait d’un cancer central du poumon.
  • Examen cytologique des expectorations - vous permet de détecter des cellules atypiques et d'autres éléments suggérant le diagnostic.

Diagnostic différentiel

Sur une radiographie thoracique, il faut différencier l'ombre d'un cancer périphérique de plusieurs maladies non liées à une tumeur dans le poumon droit.

  • La pneumonie est une inflammation des poumons qui donne une ombre à l’image radiographique; l’accumulation d’exsudats provoque une perturbation de la ventilation dans les poumons, car il n’est pas toujours possible de démonter le dessin avec précision. Un diagnostic précis n'est posé qu'après un examen approfondi des bronches.
  • La tuberculose et la tuberculose - une maladie chronique qui peut provoquer le développement d'une formation encapsulaire - le tuberculome. La couleur de l’ombre sur la radiographie n’excédait pas 2 cm. Le diagnostic n’est posé qu’après un examen en laboratoire de l’exsudat destiné à détecter les mycobactéries.
  • Rétention du kyste - la photo montrera la formation avec des bords nets, mais de cette manière, l'accumulation d'un secret par les cellules cancéreuses peut également apparaître. Par conséquent, un examen supplémentaire des bronches et des ultrasons.
  • Tumeur bénigne du poumon droit - l'image ne sera pas nodulaire, la tumeur est clairement localisée et ne se désintègre pas. Il est possible de distinguer une tumeur bénigne ayant des antécédents et des plaintes du patient - il n'y a pas de symptômes d'intoxication, de bien-être stable, pas d'hémoptysie.
    La phase principale commence par l’élimination de toutes les maladies similaires: la sélection des méthodes de traitement les plus efficaces pour un patient donné, en fonction de la forme, du stade et de la localisation du foyer malin dans le poumon droit.

Vidéo informative: échographie endobronchique dans le diagnostic du cancer du poumon périphérique

Cancer du poumon périphérique et son traitement

À ce jour, les méthodes les plus modernes de traitement du cancer du poumon sont:

  • une chirurgie;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie;
  • radiochirurgie.

Dans la pratique mondiale, la chirurgie et la radiothérapie cèdent progressivement la place à des méthodes avancées de traitement du cancer du poumon mais, malgré l’apparition de nouvelles méthodes de traitement, le traitement chirurgical des patients atteints de cancers du poumon résécables est toujours considéré comme une méthode radicale offrant des perspectives de guérison complète.

La radiothérapie donne les meilleurs résultats lors de l'utilisation d'un programme de thérapie radical aux stades initiaux (1,2).

Chimiothérapie - Une thérapie de qualité consiste à utiliser des médicaments de chimiothérapie pour traiter le cancer du poumon, tels que:

Ils ne sont prescrits que s'il existe des contre-indications à la chirurgie et à la radiothérapie. En règle générale, ce traitement est effectué jusqu'à 6 cycles de chimiothérapie à des intervalles de 3 à 4 semaines. La résorption complète de la tumeur se produit très rarement, seuls 6 à 30% des patients présentent des améliorations objectives.

Lorsque la chimiothérapie est associée à une radiothérapie (leur utilisation simultanée ou séquentielle est possible), les meilleurs résultats sont obtenus. Le traitement par chimiothérapie est basé sur la possibilité, en tant qu'effet additif, et sur la synergie, sans addition d'effets secondaires toxiques.

Le traitement combiné est un type de traitement qui inclut, outre les effets radicaux, chirurgicaux et autres, sur le processus tumoral dans la zone locale de la lésion (méthodes de radiothérapie distantes ou autres). Par conséquent, la méthode combinée implique l’utilisation de deux types différents, de nature différente, visant des foyers locaux et régionaux: par exemple, chirurgical + rayonnement, radiologique + chirurgical, rayonnement + chirurgical + rayonnement, etc. La combinaison de méthodes unidirectionnelles permet de combler les limites de chaque les séparément. Il convient de souligner que le traitement combiné ne peut être évoqué que s’il est appliqué conformément à un plan élaboré au tout début du traitement.

Cancer du poumon périphérique: pronostic

Il est très difficile de prédire le traitement du cancer du poumon périphérique, car il peut être exprimé dans différentes structures, à différents stades et peut être traité par différentes méthodes. Cette maladie est curable à la fois par radiochirurgie et par chirurgie. Selon les statistiques, le taux de survie à 5 ans ou plus des patients opérés est de 35%.
Dans le traitement des formes initiales de la maladie, une évolution plus favorable est possible.

Prévention du cancer du poumon périphérique

Pour minimiser le cancer du poumon, vous devez:

  • traitement et prévention des maladies inflammatoires des poumons;
  • examens médicaux annuels et fluorographie;
  • cesser complètement de fumer;
  • traitement des masses pulmonaires bénignes;
  • neutralisation des facteurs nuisibles dans la production, et en particulier des contacts avec:
  1. composé de nickel;
  2. l'arsenic;
  3. le radon et ses produits de désintégration;
  4. les résines;
  • éviter l'exposition à des facteurs cancérigènes dans la vie quotidienne.

Cancer du poumon périphérique

Cancer du poumon périphérique - une tumeur maligne qui se développe à partir des alvéoles, des petites bronches et de leurs branches; localisé à la périphérie du poumon, loin de la racine. Les symptômes du cancer du poumon périphérique apparaissent à un stade avancé, avec la germination de grandes bronches, de la plèvre et de la paroi thoracique par une tumeur. Ils comprennent essoufflement, toux, hémoptysie, douleur thoracique, faiblesse. Le diagnostic est fait en tenant compte des données de radiographie des poumons, bronchographie, scanner, bronchoscopie, examen cytologique des expectorations. Le traitement du cancer périphérique implique la résection du poumon (en quantité requise) en association avec la chimiothérapie et la radiothérapie.

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est un cancer du poumon provenant des bronches du 4 au 6ème ordre et de leurs petites branches non liées à la lumière de la bronche. En pneumologie, la proportion de cancer du poumon périphérique représente 12 à 37% de toutes les tumeurs du poumon. Le ratio de détection des cancers du poumon central et périphérique est de 2: 1. Le plus souvent (dans 70% des cas), le cancer du poumon périphérique est localisé dans les lobes supérieurs, moins souvent (23%) dans les lobes inférieurs et très rarement (7%) dans le lobe moyen du poumon droit. Le risque de cancer du poumon de localisation périphérique réside dans une longue évolution asymptomatique latente et une détection fréquente déjà à un stade avancé ou inopérable. Selon la structure histologique, le cancer du poumon périphérique est plus souvent représenté par un adénocarcinome broncho-alvéolaire ou un carcinome épidermoïde.

Causes du cancer du poumon périphérique

Les principaux facteurs de risque affectant l'incidence du cancer du poumon périphérique sont divisés en facteurs génétiques et modificateurs. La présence d’une prédisposition génétique est indiquée si le patient a déjà été traité pour des tumeurs malignes d’autres sites ou si des membres de sa famille ont eu un cancer du poumon. Cependant, le fardeau héréditaire n'est pas un critère de risque obligatoire. Plus souvent, le cancer périphérique du poumon se développe sous l'influence de facteurs modificateurs exogènes et endogènes.

Le plus important de ceux-ci est l'impact sur les bronches de substances cancérogènes aérogènes, principalement contenues dans la fumée de cigarette (nicotine, bases pyridine, ammoniac, particules de goudron, etc.). L'incidence du cancer du poumon est clairement corrélée à la durée, au mode de tabagisme, au nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Les personnes qui commencent à fumer très jeunes, profondément inhibées, fument au moins 20 cigarettes par jour, sont particulièrement exposées. Non moins significatif dans l'étiologie du cancer périphérique du poumon et d'autres facteurs exogènes: pollution de l'air par les émissions industrielles, les poussières, les gaz; cancérogènes de production (amiante, poussières de graphite et de ciment, composés de nickel, de chrome, d’arsenic, etc.).

Dans l’origine du cancer périphérique du poumon, les facteurs endogènes jouent un rôle important - les maladies pulmonaires (pneumonie, bronchite chronique, bronchite du fumeur, tuberculose, pneumosclérose limitée), qui sont retrouvées dans l’histoire chez un nombre important de patients. Le principal contingent de personnes malades a plus de 45 ans. Dans la pathogenèse des tumeurs périphériques, le rôle crucial est joué par la dysplasie épithéliale des petits bronches et de l'épithélium alvéolaire. Les néoplasmes se développent à partir de cellules épithéliales basales, ciliées, en coupe des bronches, de cellules alvéolaires de type II et de Klara.

Classification du cancer du poumon périphérique

La classification de la prévalence du cancer du poumon périphérique proposée par l'Institut de recherche de Moscou pour eux. P.A. Herzen, implique l'allocation de quatre étapes:

I - une tumeur de 3 cm de diamètre située dans le parenchyme pulmonaire;

II - une tumeur d'un diamètre de 3 à 6 cm, située dans les limites du lobe; des métastases uniques dans les ganglions lymphatiques broncho-pulmonaires sont détectées;

III - une tumeur d'un diamètre supérieur à 6 cm s'étend au-delà du lobe; dans la région locale peut développer un diaphragme, une paroi thoracique; des métastases multiples se trouvent dans les ganglions lymphatiques intrathoraciques;

IV - germination de la tumeur dans le diaphragme, la paroi thoracique, les organes médiastinaux dans une zone longue; des métastases à distance, une carcinomatose de la plèvre et une pleurésie cancéreuse sont détectés.

En outre, il existe trois formes cliniques de cancer du poumon périphérique: cancer nodulaire, pneumonie et cancer de Pancost (cancer du sommet du poumon). La forme nodale provient des bronchioles terminales et ne se manifeste cliniquement qu'après la germination de grandes bronches et de tissus adjacents. Un cancer du poumon périphérique semblable à une pneumonie se développe dans le parenchyme pulmonaire, caractérisé par une croissance infiltrante; histologiquement toujours adénocarcinome; cliniquement ressemble à une pneumonie paresseuse. Les particularités de la localisation du cancer du poumon apical provoquent une infiltration des plexus des nerfs cervicaux et brachiaux, des côtes, de la colonne vertébrale et des symptômes cliniques correspondants par une tumeur. Parfois, le cancer du poumon cavitaire (formation d'une cavité de décomposition pseudocaverneuse dans l'épaisseur du nœud) et le cancer cortico-pleural (provenant de la couche de cape, s'étendant le long de la plèvre le long de la colonne vertébrale et du tissu de la paroi thoracique augmentant) s'ajoutent à ces trois formes principales.

Symptômes du cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique se développe longtemps sans symptômes cliniques. Le stade asymptomatique peut être détecté par examen fluorographique. Les symptômes cliniques évidents apparaissent généralement assez tardivement - au stade III. L'évolution des formes nodulaires, ressemblant à la pneumonie et apicale, du cancer du poumon périphérique présente ses propres caractéristiques cliniques.

La forme nodale se déclare habituellement lorsqu'une plus grande bronche, plèvre, vaisseaux sanguins et autres structures sont comprimées ou germées. À ce stade, l'essoufflement apparaît, toux constante avec crachats épars et traînées de sang, douleur à la poitrine. Le patient commence à s'inquiéter de la détérioration du bien-être général: faiblesse excessive, fièvre, perte de poids. Peut-être le développement du syndrome paranéoplasique - ostéopathie, déformation des doigts, etc.

La forme de cancer du poumon périphérique ressemblant à une pneumonie se présente sous la forme d'une pneumonie aiguë typique - avec syndrome d'intoxication, fièvre fébrile, toux grasse, avec séparation des abondantes expectorations mousseuses. Souvent accompagné du développement de la pleurésie exsudative.

La triade de signes de cancer de Pancost sont: la localisation de la tumeur à l'apex du poumon, le syndrome de Horner, une douleur intense dans le haut du bras. Le syndrome de Horner se développe pendant la germination du ganglion sympathique cervical inférieur et comprend un ptosis, une constriction de la pupille, une altération de la transpiration du membre supérieur, une douleur supraclaviculaire du côté affecté. La douleur peut se propager à toute la ceinture scapulaire et irradier au bras; caractérisé par un engourdissement des doigts, une faiblesse des muscles de la main. Lorsque la tumeur repousse du nerf laryngé, il se produit un enrouement. Le syndrome douloureux dans le cancer du poumon apical doit être différencié de la douleur dans les plexites et les ostéochondroses.

Dans les cas avancés, le cancer du poumon périphérique peut être accompagné d'un syndrome de la veine cave supérieure, d'un syndrome de compression médiastinale, d'un épanchement pleural et de troubles neurologiques.

Diagnostic du cancer du poumon périphérique

Une longue période de cancer du poumon périphérique asymptomatique rend difficile le diagnostic précoce. Les techniques physiques utilisées aux premiers stades de la maladie ne sont pas suffisamment informatives et le rôle principal est donc attribué aux méthodes de diagnostic par rayonnement (rayons X, bronchographie, scanner pulmonaire).

La radiographie dépend de la forme (nodulaire, abdominale, apicale, semblable à une pneumonie) du cancer du poumon périphérique. Le plus typique est l'identification d'une ombre hétérogène de forme sphérique aux contours irréguliers entourée d'une douce «corolle rayonnante»; parfois des caries de décomposition sont définies. Dans le cancer du pancréas, on observe souvent la destruction des côtes I-III, des vertèbres cervicales inférieure et thoracique supérieure. Sur les bronchogrammes, amputations visibles des petites bronches, rétrécissement des branches bronchiques. Dans les cas difficiles, on utilise la tomodensitométrie ou l'IRM des poumons.

La bronchoscopie dans le cancer du poumon périphérique n’est pas aussi informative qu’au centre, mais elle permet dans certains cas de visualiser les signes indirects de croissance tumorale (sténose bronchique), la biopsie transbronchique et le diagnostic par échographie endobronchique. La détection de cellules atypiques lors de l'examen cytologique des expectorations ou des lavages broncho-alvéolaires confirme le caractère néoplasique du processus pathologique.

Dans le plan de diagnostic différentiel, il est nécessaire d'exclure l'échinococcose, les kystes pulmonaires, les abcès, la tumeur bénigne du poumon, le tuberculome, la pneumonie prolongée, la maladie de Hodgkin, le mésothéliome pleural. Pour ce faire, un pneumologue, un médecin spécialiste de la tuberculose, un chirurgien thoracique et un oncologue devraient consulter un patient présentant un cancer du poumon périphérique suspecté.

Traitement et pronostic du cancer du poumon périphérique

Les tactiques thérapeutiques pour le cancer du poumon périphérique sont sélectionnées en fonction du stade auquel le processus tumoral a été détecté. Les meilleurs résultats sont obtenus avec le traitement combiné, y compris l'intervention chirurgicale associée à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

La résection pulmonaire dans un volume de lobectomie ou de bilobectomie est applicable uniquement aux stades I à II. La résection pour cancer du sommet du poumon a ses propres caractéristiques et peut être complétée par une résection des côtes, des vaisseaux sanguins, d'une lymphadénectomie, etc. Pour les patients présentant une forme commune, une pneumonectomie avancée est réalisée. Avec des contre-indications au traitement chirurgical (négligence du processus, faible capacité de réserve du corps, vieillesse, comorbidités), ainsi que le refus de l'opération, la méthode de choix est la radiothérapie ou la chimiothérapie. Deux zones sont irradiées: un foyer périphérique et une région de métastases régionales. Les traitements de polychimiothérapie utilisent généralement le méthotrexate, le cyclophosphamide, la vincristine, la doxorubicine, le cisplatine et d'autres médicaments cytotoxiques sous diverses combinaisons:

Les principaux facteurs qui déterminent le pronostic de l’oncopathologie sont le stade du processus, la nature radicale du traitement, le type histologique et le degré de différenciation de la tumeur. Après traitement radical combiné du cancer du poumon périphérique, la survie à 5 ans au stade I est de 60%, au stade II - 40% et au stade III - de moins de 20%. Lorsqu'une tumeur est détectée au stade IV, le pronostic est défavorable.

Tout sur le cancer du poumon périphérique: en quoi est-il différent de la normale?

Le cancer du poumon périphérique est un néoplasme des voies respiratoires, formé de cellules épithéliales, qu'il n'est pas difficile de distinguer des autres oncologies des bronches et des poumons. Une nouvelle croissance peut se développer depuis l'épithélium de la membrane muqueuse des bronches, des alvéoles pulmonaires et des glandes des bronchioles. Le plus souvent, les bronches mineures et les bronchioles sont susceptibles, d'où le nom de cancer périphérique.

Les symptômes

Dans les premiers stades de la maladie est très difficile à déterminer. Plus tard, lorsque la tumeur se développe dans la plèvre, dans les grandes bronches, lorsqu'elle passe de la périphérie au cancer du poumon central, des signes plus clairs d'un néoplasme malin commencent. Il y a essoufflement, douleur dans la poitrine (du côté où la tumeur est localisée), forte toux avec du sang et du mucus. Autres symptômes et signes:

  1. Difficulté à avaler.
  2. Husky, voix enrouée.
  3. Syndrome de Pancost. Il se manifeste lorsqu'une tumeur se développe et touche les vaisseaux de la ceinture scapulaire, se caractérise par une faiblesse des muscles des bras et une atrophie supplémentaire.
  4. Augmentation de la température sous-fébrile.
  5. Insuffisance vasculaire.
  6. Crachats avec du sang.
  7. Troubles neurologiques. Manifesté lorsque des cellules métastatiques pénètrent dans le cerveau, affectant les nerfs diaphragmatiques, récurrents et autres de la cavité thoracique, provoquant une paralysie.
  8. Effusion dans la cavité pleurale. Caractérisé par un épanchement exsudé dans la cavité thoracique. Lors de l'élimination du liquide, l'exsudat apparaît de manière significative rapidement.

Raisons

  1. En premier lieu, c'est fumer. Les composants de la fumée de tabac contiennent de nombreux produits chimiques cancérigènes pouvant causer le cancer.
  2. "Chronique" - maladie pulmonaire chronique. Des dommages permanents aux parois du poumon par les virus et les bactéries provoquent leur inflammation, ce qui augmente le risque de développement de cellules atypiques. En outre, la tuberculose et la pneumonie peuvent évoluer en oncologie.
  3. Écologie. Ce n’est un secret pour personne qu’en Russie l’écologie est le précurseur de toutes les maladies: air pollué, eau de qualité dégoûtante, fumée, poussières de centrales thermiques rejetées dans l’environnement extérieur - tout cela a des répercussions sur la santé.
  4. Maladie professionnelle, se manifestant lorsque des personnes travaillent dans des entreprises «nocives», l'inhalation constante de poussière provoque une sclérose des bronches et des poumons pouvant mener à l'oncologie.
  5. L'hérédité. Les scientifiques n'ont pas encore prouvé le fait que les gens sont capables de transmettre cette maladie à leurs proches parents de sang, mais une telle théorie est le lieu idéal, et les statistiques le confirment.
  6. La pneumoconiose (asbestose) est une maladie causée par la poussière d'amiante.

Parfois, le cancer du poumon périphérique peut être une maladie secondaire. Cela se produit lorsque le corps développe déjà une tumeur maligne et des métastases des poumons et des bronches, pour ainsi dire, "s'installant" sur eux. La cellule métastatique pénètre dans la circulation sanguine, touchant le poumon, commence la croissance d'une nouvelle tumeur.

Stade de la maladie

Il est reconnu qu'il existe trois tendances de développement:

  1. Biologique. Dès le début du développement de la tumeur et jusqu'aux premiers symptômes visibles, qui seront officiellement confirmés par des études de diagnostic.
  2. Préclinique Pendant cette période, il n’ya aucun signe de la maladie, ce qui réduit les chances de consulter un médecin et donc de diagnostiquer la maladie à un stade précoce.
  3. Clinique. De l'apparition des premiers symptômes et du traitement initial aux médecins.

En outre, la vitesse de développement dépend du type de cancer lui-même.

Types de cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon non à petites cellules se développe lentement. Si le patient ne consulte pas un médecin, sa durée de vie sera d'environ 5 à 8 ans. Elle comprend:

  • Adenomacarcinoma;
  • Carcinome à grandes cellules;
  • Squamous.

Le cancer à petites cellules se développe de manière agressive et sans traitement approprié, le patient peut vivre jusqu'à environ deux ans. Avec cette forme de cancer, il y a toujours des signes cliniques et le plus souvent, la personne ne leur prête pas attention ou les confond avec d'autres maladies.

Les formulaires

  1. La forme cavitaire est une tumeur dans la partie centrale de l'organe avec une cavité. Au cours du processus de développement de tumeurs malignes, la partie centrale de la tumeur tombe en morceaux car il n’ya pas assez de ressources nutritionnelles pour un développement ultérieur. La tumeur atteint au moins 10 cm et les symptômes cliniques de la localisation périphérique sont presque asymptomatiques. La forme de cancer périphérique ressemblant à une bande se confond facilement avec les kystes, la tuberculose et les abcès dans les poumons, car ils sont très similaires aux rayons X. Cette forme est diagnostiquée tardivement, donc le taux de survie n'est pas élevé.
  2. La forme cortico-pleurale est une forme de carcinome épidermoïde. La tumeur est de forme ronde ou ovale, située dans l’espace sous-pleural et pénétrant dans la cage thoracique, ou plutôt dans les côtes adjacentes et dans les vertèbres thoraciques. Avec cette forme de tumeur, on observe une pleurésie.

Cancer périphérique du poumon gauche

La tumeur est localisée dans les lobes supérieurs et inférieurs.

  1. Cancer périphérique du lobe supérieur du poumon droit. Cancer du lobe supérieur du poumon gauche aux rayons X, la différenciation des contours du néoplasme est clairement exprimée, la tumeur elle-même a une forme diverse et une structure hétérogène. Les troncs vasculaires des racines des poumons sont dilatés. Ganglions lymphatiques dans la norme physiologique.
  2. Carcinome périphérique du poumon dolile inférieur - la tumeur est également clairement prononcée, mais dans ce cas les ganglions lymphatiques supraclaviculaires, intrathoraciques et pré-scapuleux sont élargis.

Cancer périphérique du poumon droit

La même localisation que dans le poumon gauche. C'est beaucoup plus fréquent que le cancer du poumon gauche. La caractéristique est exactement la même que dans le poumon gauche.

  1. Forme nodulaire - au début de l’éducation, le site de localisation correspond aux bronchioles terminales. Les symptômes apparaissent lorsqu'une tumeur pénètre dans les poumons et les tissus mous eux-mêmes. Sur la radiographie, il y a une tumeur de différenciation claire avec une surface bosselée. Si une fossette apparaît sur la radiographie, cela indique la germination du vaisseau dans la tumeur.
  2. Pneumonie de type périphérique (cancer glandulaire) - le néoplasme provient de la bronche et se répand dans le lobe. Les symptômes primaires sont à peine perceptibles: toux sèche, expectorations séparées, mais en petites quantités, devenant alors liquides, abondantes et mousseuses. Lorsque des bactéries ou des virus pénètrent dans les poumons, les symptômes sont caractéristiques d'une pneumonie récurrente. Pour un diagnostic précis, il est nécessaire de passer des expectorations pour étudier l'exsudat.
  3. Syndrome de Pancoastat - localisé dans l'apex du poumon, sous cette forme, une tumeur cancéreuse affecte les nerfs et les vaisseaux sanguins.
  4. Le syndrome de Horner est une triade de symptômes, le plus souvent observée avec le syndrome de Pancoast, caractérisé par l'omission ou la confluence de la paupière supérieure, la rétraction du globe oculaire et la constriction atypique de la pupille.

Les étapes

Tout d’abord, le médecin doit savoir comment le stade du cancer détermine spécifiquement le traitement du patient. Plus le cancer avait été diagnostiqué plus tôt, plus le pronostic était favorable en thérapie.

Étape 1

  • 1A - la formation de pas plus de 30 mm de diamètre.
  • 1B - le cancer n’atteint pas plus de 50 mm.

A ce stade, la malignité ne métastase pas et n'affecte pas le système lymphatique. La première étape est plus favorable, car il est possible de retirer un néoplasme et il y a des chances pour un rétablissement complet. Les signes cliniques ne sont pas encore manifestes, ce qui signifie qu'il est peu probable que le patient voie un spécialiste et les chances de guérison sont réduites. Il peut y avoir des symptômes tels que maux de gorge, toux légère.

Étape 2

  • 2A - la taille est d'environ 50 mm, le néoplasme approche les ganglions lymphatiques, mais ne les affecte pas.
  • 2B - Le cancer atteint 70 mm, les ganglions lymphatiques ne sont pas touchés. Les métastases sont possibles dans les tissus voisins.

Les symptômes cliniques sont déjà manifestes, tels que fièvre, toux avec expectorations, douleur, perte de poids rapide. La survie au deuxième stade est moindre, mais il est possible de retirer chirurgicalement la formation. Avec un traitement approprié, la vie du patient peut être prolongée à cinq ans.

Étape 3

  • 3A - Taille supérieure à 70 mm. La formation maligne affecte les ganglions lymphatiques régionaux. Les métastases affectent les organes de la poitrine, les vaisseaux sanguins conduisant au cœur.
  • 3B - La taille est également supérieure à 70 mm. Le cancer commence déjà à pénétrer dans le parenchyme pulmonaire et affecte le système lymphatique dans son ensemble. Les métastases atteignent le coeur.

Dans la troisième étape, le traitement n’aide pratiquement pas. Les signes cliniques sont prononcés: crachats avec sang, fortes douleurs thoraciques, toux persistante. Les médecins prescrivent des stupéfiants pour soulager les souffrances du patient. La survie est extrêmement basse - environ 9%.

Étape 4

Le cancer n'est pas traitable. Les métastases dans le sang ont atteint tous les organes et tissus, des processus oncologiques concomitants apparaissent dans d'autres parties du corps. L'exsudat est constamment pompé, mais il réapparaît rapidement. La durée de vie est réduite à zéro, combien de personnes atteintes d'un cancer du poumon en 4 étapes ne connaissent pas, tout dépend de la résistance des organismes et bien sûr des méthodes de traitement.

Traitement

La méthode de traitement dépend du type, de la forme et du stade de la maladie.

Méthodes de traitement modernes:

  1. Radiothérapie Dans la première ou la deuxième étape, il donne des résultats positifs: il est également utilisé en association avec une chimiothérapie aux étapes 3 et 4 et permet d'obtenir les meilleurs résultats.
  2. Chimiothérapie. Lors de l'utilisation de cette méthode de traitement, une résorption complète est rarement observée. Appliquer 5 à 7 cycles de chimiothérapie avec un intervalle d'un mois, à la discrétion du pneumologue. L'intervalle peut varier.
  3. Ablation chirurgicale - l'opération est souvent réalisée aux stades 1 et 2, lorsqu'il est possible d'éliminer complètement la tumeur avec le pronostic pour un rétablissement complet. Aux stades 3 et 4, dans les métastases, il est inutile et dangereux pour la vie du patient de retirer la tumeur.
  4. La radiochirurgie est une méthode relativement récente, également appelée «Cyber ​​Knife». Sans incisions, la tumeur est brûlée par radiation.

Il peut y avoir des complications après tout traitement: violation de la déglutition, germination ultérieure de la tumeur dans les organes voisins, saignement, sténose trachéale.

Prévisions

Si une tumeur est trouvée dans:

  • La première étape - le taux de survie de 50%.
  • Dans la deuxième étape - 20-30%.
  • Dans le troisième - vivre jusqu'à 5 ans, environ 5-10%.
  • Dans le quatrième - 1-4%.

Signes, formes et méthodes de traitement du cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est une tumeur bénigne ou maligne qui affecte les alvéoles et les petites bronches. Les tumeurs dans les lobes supérieurs des poumons se trouvent presque trois fois plus souvent que dans les lobes inférieurs. Le risque de tomber malade est plus élevé chez les personnes âgées et les fumeurs. Le cancer périphérique du poumon droit - les lobes supérieurs et inférieurs - touche plus souvent les hommes que les femmes.

Causes de la maladie

Les facteurs causant le cancer ne sont pas encore bien compris. Les causes exogènes et endogènes de la maladie sont distinguées. Le premier comprend:

  • rayonnement ionisant
  • l'influence des virus oncogènes,
  • fumer
  • l'impact de facteurs de production nocifs (benzène, amiante),
  • vivre dans des villes à l'atmosphère polluée.

L'incidence du cancer dépend de la durée du contact avec des substances cancérogènes et de l'âge auquel la personne a commencé à être touchée. Les personnes qui exercent un travail dangereux ou qui fument tôt sont plus exposées.

Les causes endogènes comprennent la prédisposition génétique et la présence de maladies chroniques du système respiratoire - pneumonie, asthme, tuberculose, bronchite. La propension à la maladie du cancer du poumon périphérique est mise en évidence par le développement de néoplasmes d'autres sites ou par l'existence de parents malades.

Mécanisme de développement de la pathologie

Les cellules normales contiennent des séquences d'ADN similaires aux oncogènes viraux - proto-oncogènes. Sous l'influence de substances cancérogènes, ils sont transférés aux oncogènes actifs. Les cellules acquièrent la capacité de se diviser sans fin, ce qui conduit à la localisation irrégulière des tissus tumoraux et à la formation de structures multicouches. L'épithélium des bronches et des alvéoles est le plus souvent soumis à la renaissance.

L'atypisme morphologique et métabolique est caractéristique des cellules tumorales. Les caractéristiques morphologiques sont:

  • une augmentation du rapport nucléaire-cytoplasmique, pouvant atteindre 1: 1 à un taux allant de 1: 4 à 1: 6;
  • hyperchromie nucléaire;
  • une augmentation du nombre de ribosomes libres dans le cytoplasme,
  • l'apparition de mitochondries polymorphes;
  • augmentation du nombre de nucléoles dans les noyaux.

Les cellules cancéreuses absorbent activement le glucose, les acides aminés, l'α-tocophérol, le cholestérol et d'autres substrats énergétiques. Une diminution de la glycémie entraîne une baisse du taux d'insuline. La production de glucocorticoïdes, stimulant la gluconéogenèse et la dégradation des lipides, augmente.

La formation périphérique du poumon est souvent maligne. Les tumeurs malignes sont caractérisées par une croissance invasive avec pénétration de cellules cancéreuses dans les tissus normaux environnants, ce qui est combiné à la destruction de ces tissus. Les tumeurs bénignes repoussent les tissus environnants sans les endommager.

Les cellules renées sont capables de synthétiser des substances analogues aux hormones, dont l'action est similaire à l'influence des hormones de la thyroïde et des glandes parathyroïdes, des glandes surrénales, de l'hypophyse. Une augmentation du taux de calcium est souvent enregistrée dans le sang des patients.

Formes de cancer du poumon périphérique

On distingue les formes de cancer périphérique suivantes:

  • cortico-pleural;
  • cavitaire;
  • nodal;
  • cancer périphérique des lobes supérieurs et inférieurs du poumon gauche;
  • cancer périphérique des lobes supérieurs et inférieurs du poumon droit;
  • cancer ressemblant à une pneumonie;
  • cancer du poumon

Le cancer cortico-pleural est une tumeur rampante de forme ovale. Situé dans l'espace sous-pleural. L'éducation se développe à partir de la couche pulmonaire du poumon. La surface grumeleuse de la tumeur se gonfle dans le tissu pulmonaire, y poussant lentement.

Les tumeurs abdominales sont grandes. Ils sont souvent confondus avec des cavités tuberculeuses ou des kystes. La cavité à l'intérieur du néoplasme est formée en raison de la mort cellulaire dans le noeud. Les processus nécrotiques sont causés par des carences nutritionnelles.

Le cancer nodulaire se développe à partir de bronchioles périphériques. Les premiers symptômes de la maladie surviennent après la croissance de la tumeur dans les tissus mous du poumon. L’éducation a des contours nets et une surface inégale. Lorsqu'un gros vaisseau pénètre dans le nœud, un symptôme de Riegler est observé: une fossette apparaît le long du bord de la formation.

Le cancer périphérique du lobe supérieur du poumon gauche est caractérisé par la structure hétérogène de la tumeur. Les contours de la formation sur le rayon X flous, la forme est irrégulière. Les racines des poumons sont dilatées. La taille des ganglions lymphatiques est maintenue dans la plage normale. Le cancer périphérique du lobe supérieur du poumon droit présente les mêmes signes et caractéristiques, mais il est beaucoup plus courant en raison des caractéristiques anatomiques de l'emplacement de l'organe.

Le cancer ressemblant à une pneumonie doit son nom à la similitude des symptômes de la maladie avec la pneumonie. La tumeur est caractérisée par une croissance infiltrante et est toujours un adénocarcinome. La maladie se développe lentement.

Le cancer de l'apex du poumon ou cancer de Pankost a une localisation sous-pleurale. Selon la structure morphologique de la tumeur est squameuse. La germination de la tumeur dans les vaisseaux et les nerfs de la ceinture scapulaire provoque l'apparition de symptômes spécifiques. La photo montre la destruction des côtes et des vertèbres, le rétrécissement des branches bronchiques.

Symptômes de la maladie

Le cancer du poumon périphérique est dangereux car il peut se développer de manière asymptomatique pendant longtemps. Cette caractéristique est associée à l’absence de récepteurs légers à la douleur. Les premiers signes ne se manifestent qu’à un stade avancé, lorsque la tumeur se développe dans les tissus. Dans la plupart des cas, les symptômes sont non spécifiques:

  • toux
  • crachats avec des traînées de sang;
  • douleurs à la poitrine;
  • crises d'asthme avec effort physique;
  • forte perte de poids;
  • faiblesse générale;
  • fièvre
  • perturbation de l'appétit;
  • la dépression;
  • sautes d'humeur;
  • diminution de la capacité de travail.

Le cancer du pankost se distingue des autres formes de cancer périphérique par une combinaison caractéristique de symptômes:

  • douleur à l'épaule;
  • faiblesse des muscles de la main;
  • engourdissement des doigts;
  • compression de la veine cave supérieure;
  • l'omission de la paupière supérieure;
  • le miosis;
  • arrêter la transpiration sur la partie affectée du visage et du bras.

Lorsqu'une tumeur se développe dans l'œsophage, la déglutition est difficile et un enrouement se produit lorsque les cordes vocales sont touchées. Les métastases au cerveau entraînent des maux de tête, une perte d'audition et de la vision, une coordination altérée, une perte de sensibilité dans certaines parties du corps. Si le cancer se propage au muscle cardiaque, une arythmie, une hyper ou une hypotension se développent. Peut être perturbé par des douleurs dans les os, les articulations, les muscles.

Le cancer périphérique du lobe inférieur du poumon gauche s'accompagne d'une augmentation et d'une sensibilité des ganglions lymphatiques des zones supraclaviculaire, intrathoracique et du prélude.

Un cancer ressemblant à une pneumonie se manifeste par une pneumonie aiguë. Une pleurésie exsudative survient dans les derniers stades.

Complications du cancer du poumon périphérique

Les conséquences les plus dangereuses du cancer sont les métastases des ganglions lymphatiques et de la moelle osseuse. Ils sont notés dans 70% des cas. Les métastases peuvent se propager à tous les organes, entraînant des complications supplémentaires.

Chez les patients résultant de l’effondrement du foyer de la tumeur, une obstruction bronchique, une hémorragie pulmonaire, une pneumonie, une pleurésie se développent.

Un cancer concomitant et un épuisement extrême peuvent entraîner la mort du patient.

Diagnostics

La détection du cancer du poumon périphérique se produit le plus souvent au cours des stades ultérieurs à l'aide de méthodes à rayons X. En outre, la tomodensitométrie du cerveau et de la cavité abdominale facilite la détection des métastases. L’état du cœur, du système nerveux, des glandes surrénales, du tube digestif et des os est étudié.

En cas de cancer du lobe supérieur du poumon droit ou gauche, le patient peut ressentir une gêne au niveau de la ceinture scapulaire. Il se plaint à un neurologue. Après l'examen, le médecin envoie le patient à un oncologue.

Une biopsie est effectuée pour déterminer la structure de la tumeur. La bronchoscopie permet d’obtenir des particules tissulaires, bien que, dans le cas d’une tumeur de localisation périphérique, la méthode soit moins informative que dans le cas du cancer central. Des cellules atypiques sont également présentes dans les expectorations.

Une analyse des marqueurs tumoraux est réalisée, permettant de détecter une tumeur aux premiers stades de développement. Un test sanguin général montre une anémie, une augmentation de la RSE et une leucocytose. Une analyse biochimique révèle une carence en albumine sérique, une diminution de la concentration de magnésium et une augmentation du taux de lactic déshydrogénase, de calcium et de protéine C-réactive. Le contenu de cortisol dans le sang augmente.

Le diagnostic différentiel du cancer avec tuberculose, néoplasme bénin, pneumonie, échinococcose, lymphogranulomatose est nécessaire.

Traitement chirurgical

Les méthodes de traitement du cancer du poumon dépendent de la nature de la tumeur, de sa taille, de son emplacement, de la présence de métastases et de maladies concomitantes. Le plus efficace est considéré comme le traitement combiné, incluant la chimiothérapie, la radiothérapie et l'ablation chirurgicale de la tumeur.

Au cours de l'opération, on réalise une ablation complète du poumon affecté, une résection d'un ou deux lobes, une élimination de plusieurs segments dans le cas d'une localisation régionale de petite taille. L'intervention chirurgicale est indiquée lors de la désintégration d'une tumeur ou d'une hémorragie pulmonaire grave. Si l'oncologie est démarrée et que les métastases se sont propagées à d'autres tissus, l'opération est inappropriée.

Radiothérapie

La radiothérapie n'est pas utilisée en tant que traitement indépendant du cancer. Elle est nommée avant la chirurgie ou en association avec des médicaments cytotoxiques. Les contre-indications à la procédure sont les suivantes:

  • la désintégration d'une grosse tumeur, accompagnée d'un saignement;
  • germination de la tumeur dans l'œsophage;
  • tuberculose concomitante et autres maladies infectieuses aiguës;
  • insuffisance du foie, des reins, du coeur;
  • l'anémie;
  • diminution du niveau de leucocytes et de plaquettes;
  • un accident vasculaire cérébral ou un infarctus du myocarde.

L'irradiation peut être un point, dirigé uniquement sur le tissu d'une tumeur maligne et distant, excitant la région des métastases. La procédure a des effets secondaires - inhibition de la fonction hématopoïétique de la moelle osseuse, immunité réduite, hémostase altérée.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est recommandée pour les petites tumeurs à petites cellules et les métastases uniques du carcinome à grandes cellules. Pour le traitement est utilisé en même temps plusieurs médicaments. Ils sont administrés par voie intraveineuse ou orale. Habituellement, un maximum de 6 cycles de chimiothérapie sont effectués avec des intervalles entre les cycles. La durée du cycle varie de plusieurs semaines à plusieurs mois. Les médicaments les plus populaires sont:

  • l'étoposide,
  • cisplatine
  • cyclophosphamide,
  • vinorelbine
  • doxorubicine
  • méthotrexate.

Les médicaments chimiothérapeutiques ont un certain nombre d'effets secondaires, associés à l'action des cytostatiques sur les tissus et les organes sains. Le poids du patient diminue, les cheveux tombent, la résistance aux infections diminue. De la part du tractus gastro-intestinal développent des nausées, des vomissements, de la diarrhée.

Le type de médicament, la dose et la durée d'administration doivent être déterminés par le médecin traitant.

Longévité des patients

La probabilité de guérison du cancer du poumon périphérique dépend de la négligence de la maladie, de la méthode de traitement et du type histologique de la tumeur. Après une chirurgie associée à des méthodes conservatrices, environ 40% des patients vivent plus de 5 ans.

Dans le cancer en phase terminale, le pronostic est décevant. Les mesures thérapeutiques dans ce cas visent à soulager le patient.

Sans traitement adéquat, 90% des personnes atteintes de tumeurs décèdent dans les 2 ans.

Prévention des maladies

Il n'y a aucun moyen de prévenir complètement le cancer du poumon périphérique. Cependant, le rejet des mauvaises habitudes contribue à réduire les risques de développer la maladie. Les personnes qui exercent des activités dangereuses sont invitées à observer les mesures de sécurité et à vérifier régulièrement leur état de santé.

Tous les adultes et les adolescents de plus de 15 ans devraient subir un examen radiologique. L'événement est prophylactique et permet de détecter rapidement la tumeur.