loader
Recommandé

Principal

Fibrome

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est une manifestation sous la forme d'un nœud, polygonal ou sphérique, sur les muqueuses des bronches, des glandes bronchiques et des alvéoles. Une tumeur peut être à la fois bénigne et maligne, mais la forme la plus courante est la forme maligne de la tumeur.

Cancer du poumon périphérique, affecte les plus petites bronches. Par conséquent, la radiance est habituellement irrégulière autour du noeud, ce qui est plus caractéristique des tumeurs à croissance rapide et à différenciation faible. On trouve également des formes cavitaires de cancer du poumon périphérique avec des sites de décomposition hétérogènes.

La maladie commence à se manifester lorsque la tumeur se développe rapidement et progresse, impliquant les grandes bronches, la plèvre et le thorax. À ce stade, le cancer du poumon périphérique devient central. Caractérisé par une augmentation de la toux avec écoulement des expectorations, une hémoptysie, une carcinomatose pleurale avec épanchement dans la cavité pleurale.

Comment détecter le cancer du poumon périphérique?

Formes de cancer du poumon périphérique

L'une des principales différences du processus tumoral dans les poumons est la diversité de leurs formes:

Forme cortico-pleurale: tumeur de forme ovale qui se développe dans la poitrine et se situe dans l’espace sous-pleural. Ce formulaire fait référence au cancer du type squameux. En termes de structure, la tumeur est le plus souvent homogène avec une surface interne montagneuse et des contours flous. Il a tendance à germer dans les deux côtes adjacentes et dans les corps des vertèbres thoraciques voisines.

La forme cavitaire est un néoplasme avec une cavité au centre. La manifestation se produit en raison de l'effondrement de la partie centrale du site tumoral, qui manque de nutrition en cours de croissance. De tels néoplasmes atteignent généralement des tailles supérieures à 10 cm, ils sont souvent confondus avec des processus inflammatoires (kystes, tuberculose, abcès), ce qui conduit à la formulation d'un diagnostic initialement incorrect, ce qui contribue à la progression du cancer. Cette forme de néoplasme est souvent asymptomatique.

C'est important! La forme cavitaire du cancer du poumon périphérique est principalement diagnostiquée aux stades avancés, lorsque le processus devient déjà irréversible.

Dans les poumons, des formations planes de forme arrondie avec une surface extérieure montagneuse sont localisées. Avec la croissance de la tumeur, la masse abdominale dans le diamètre augmente également, alors que les parois se resserrent et que la plèvre viscérale est tirée dans la direction de la tumeur.

Cancer périphérique du poumon gauche

Cancer du lobe supérieur du poumon gauche. À ce stade du processus tumoral, les contours du néoplasme, de structure hétérogène et de forme irrégulière, sont clairement visualisés sur la radiographie. Dans ce cas, les racines des poumons sont des troncs vasculaires dilatés. Les ganglions lymphatiques ne sont pas élargis.

Cancer du lobe inférieur du poumon gauche. Ici tout se passe parfaitement, au contraire, par rapport au lobe supérieur du poumon gauche. Il y a une augmentation des ganglions lymphatiques intrathoraciques, précurseurs et supraclaviculaires.

Cancer périphérique du poumon droit

Le carcinome périphérique du lobe supérieur du poumon droit présente les mêmes caractéristiques que la forme précédente, mais il est beaucoup plus fréquent que le cancer du lobe inférieur du poumon droit.

La forme nodale du cancer du poumon provient des bronchioles terminales. Il apparaît après la germination des tissus mous dans les poumons. Un examen aux rayons X montre la formation d'une forme nodulaire aux contours nets et à la surface bosselée. Sur le bord de la tumeur, une petite dépression est visible (symptôme de Riegler), indiquant qu'un gros vaisseau ou une bronche est entré dans le noeud.

C'est important! «Nutrition des patients atteints de cancer du poumon»: une alimentation saine et appropriée doit faire l'objet d'une attention particulière. Il est nécessaire de ne manger que des aliments sains et de qualité enrichis en vitamines, en oligo-éléments et en calcium.

Le cancer du poumon périphérique ressemblant à une pneumonie est toujours un cancer glandulaire. Sa forme se développe en raison de la répartition de la proportion de cancers périphériques provenant de la bronche, ou de la manifestation simultanée d’un grand nombre de tumeurs primitives dans le parenchyme pulmonaire et de leur fusion en une infiltration tumorale unique.

La maladie n'a pas de manifestations cliniques spécifiques. Initialement, il se caractérise par une toux sèche, puis les expectorations apparaissent, initialement peu abondantes, puis abondantes, liquides, mousseuses. Avec l’ajout d’une infection, l’évolution clinique ressemble à une pneumonie récurrente avec une intoxication générale grave.

Le cancer de l'apex du poumon atteint du syndrome de Pancost est un type de maladie au cours duquel des cellules malignes envahissent les nerfs, vaisseaux de la ceinture scapulaire.

Syndrome (triade) Pancosta est:

  • localisation apicale du cancer du poumon;
  • Le syndrome de Horner;
  • douleur dans la région supraclaviculaire, généralement intense, initialement paroxystique, puis persistante et prolongée. Ils sont situés dans la fosse supraclaviculaire du côté affecté. La douleur augmente avec la pression, parfois répartie le long des troncs nerveux émanant du plexus brachial, accompagnée d'un engourdissement des doigts et d'une atrophie musculaire. Dans ce cas, le mouvement des mains peut être perturbé jusqu'à la paralysie.

Sur le plan radiographique, le syndrome de Panco révèle: la destruction de 1 à 3 côtes et, souvent, des processus transversaux des vertèbres cervicales inférieure et thoracique supérieure, une déformation du squelette. Aux stades très avancés de la maladie, un examen médical révèle une expansion unilatérale des veines saphènes. Un autre symptôme est une toux sèche.

Les syndromes de Horner et de Panco sont souvent combinés chez un même patient. Dans ce syndrome, en raison de la défaite des ganglions nerveux sympathiques cervicaux inférieurs par une tumeur, enrouement de la voix, omission unilatérale de la paupière supérieure, constriction de la pupille, rétraction du globe oculaire, injection de la conjonctive, dyshidrose (altération de la transpiration) et hyperémie de la peau au niveau correspondant côté défaite.

En plus du syndrome primitif du cancer du poumon périphérique et métastatique (Panad triad), il peut également survenir dans un certain nombre d'autres maladies:

  • kyste à échinocoques dans les poumons;
  • tumeur médiastinale;
  • mésothéliome pleural;
  • lymphogranulomatose;
  • tuberculose.

La localisation apicale est commune à tous ces processus. Un examen radiologique approfondi des poumons permet de reconnaître la nature exacte du syndrome de Pancoast.

Combien de temps le cancer du poumon se développe-t-il?

Le cancer du poumon se développe de trois manières:

  • biologique - dès le début de l'apparition de la tumeur et jusqu'à l'apparition des premiers signes cliniques, ce qui sera confirmé par les données des procédures de diagnostic effectuées;
  • préclinique - période au cours de laquelle il n'y a aucun signe de la maladie, ce qui est une exception à la consultation d'un médecin, ce qui réduit les chances d'un diagnostic précoce de la maladie;
  • clinique - la période des premiers symptômes et les premières visites des patients chez le spécialiste.

Le développement d'une tumeur dépend du type et de l'emplacement des cellules cancéreuses. Le cancer du poumon non à petites cellules se développe plus lentement. Il comprend: le cancer épidermoïde, l'adénocarcinome et le cancer du poumon à grandes cellules. Le pronostic de ce type de cancer est de 5-8 ans sans traitement approprié. Dans le cancer du poumon à petites cellules, les patients vivent rarement plus de deux ans. La tumeur se développe rapidement et des symptômes cliniques apparaissent. Le cancer périphérique se développe dans les petites bronches, ne donne pas une symptomatologie prononcée pendant longtemps et se manifeste souvent lors du passage des examens médicaux planifiés.

Symptômes et signes du cancer du poumon périphérique

Aux stades avancés de la maladie, lorsque la tumeur se propage à la grande bronche et rétrécit la lumière, le tableau clinique du cancer périphérique devient similaire à celui de la forme centrale. À ce stade de la maladie, les résultats d'un examen physique sont les mêmes pour les deux formes de cancer du poumon. En même temps, contrairement au cancer central, un examen radiographique sur le fond de l'atélectasie révèle l'ombre de la tumeur périphérique elle-même. Dans les cancers périphériques, la tumeur se propage souvent à travers la plèvre pour former un épanchement pleural.
Le passage de la forme périphérique à la forme centrale du cancer du poumon est dû à l'implication des grosses bronches dans le processus, tout en restant imperceptible pendant une longue période. Une manifestation de la croissance d'une tumeur peut être une augmentation de la toux, des expectorations, une hémoptysie, un essoufflement, une carcinomatose pleurale avec épanchement dans la cavité pleurale.

Les cancers des bronches, similaires aux premiers symptômes, apparaissent avec l'addition de complications inflammatoires des poumons et de la plèvre. C'est pourquoi la fluorographie régulière, qui montre le cancer du poumon, est importante.

Symptômes du cancer du poumon périphérique:

  • essoufflement - peut être dû à une métastase de la tumeur dans les ganglions lymphatiques;
  • douleurs à la poitrine, alors qu'ils peuvent changer de caractère avec le mouvement;
  • toux persistante, sans aucune raison;
  • crachats;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • si la tumeur se développe dans l'apex du poumon, la compression de la veine cave supérieure et l'effet du néoplasme sur les structures du plexus cervical peuvent alors se produire, avec le développement de symptômes neurologiques appropriés.

Signes de cancer du poumon périphérique:

  • augmentation de la température;
  • malaise;
  • faiblesse, léthargie;
  • fatigue rapide;
  • handicap;
  • perte d'appétit;
  • perte de poids;
  • dans certains cas, il y a même une douleur dans les os et les articulations.

Causes du cancer du poumon périphérique:

  1. Le tabagisme est l’une des principales causes du cancer du poumon. Dans le tabac, la fumée contient des centaines de substances pouvant avoir un effet cancérigène sur le corps humain.
  2. conditions environnementales: pollution de l'air qui pénètre dans les poumons (poussière, suie, produits de combustion, etc.);
  3. conditions de travail néfastes - la présence de grandes quantités de poussière peut provoquer le développement de la sclérose du poumon, qui risque de devenir maligne;
  4. asbestose - condition provoquée par l'inhalation de particules d'amiante;
  5. prédisposition génétique;
  6. maladies pulmonaires chroniques - sont la cause d'une inflammation persistante, ce qui augmente le risque de cancer, les virus peuvent envahir les cellules et augmenter le risque de développer un cancer.

Stades du cancer du poumon périphérique

Stades de la prévalence en oncologie pulmonaire

Classification du cancer du poumon en fonction de la manifestation clinique du diplôme:

  • Cancer du poumon périphérique stade 1 La tumeur est assez petite. La tumeur ne se propage pas jusqu'aux organes de la poitrine et des ganglions lymphatiques;
  1. 1 La taille de la tumeur ne dépasse pas 3 cm;
  2. 1B taille de la tumeur de 3 à 5 cm;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 2. La tumeur s'agrandit;
  1. 2A tumeur de taille 5-7 cm;
  2. Les dimensions 2B restent inchangées, mais les cellules cancéreuses sont situées près des ganglions lymphatiques;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 3;
  1. 3A, la tumeur affecte les organes adjacents et les ganglions lymphatiques, la taille de la tumeur dépasse 7 cm;
  2. Les cellules cancéreuses 3B pénètrent dans le diaphragme et les ganglions lymphatiques situés du côté opposé de la poitrine;
  • Cancer du poumon périphérique de stade 4. À ce stade, la métastase se produit, c'est-à-dire que la tumeur se propage dans tout le corps.

Diagnostic du cancer du poumon

C'est important! Le cancer du poumon périphérique est une tumeur maligne, qui a tendance à se développer et à se propager rapidement. Lorsque les premiers symptômes suspects apparaissent, vous ne devez pas hésiter à consulter un médecin, car vous pourriez perdre un temps précieux.

Le diagnostic du cancer du poumon est difficile en raison de la similitude de ses symptômes radiologiques avec de nombreuses autres maladies.

Comment reconnaître le cancer du poumon périphérique?

  • Examen aux rayons X - la méthode principale dans le diagnostic des tumeurs malignes. Le plus souvent, cette étude est réalisée par des patients pour une raison complètement différente, et dans le membre ils peuvent être confrontés à l'oncologie du poumon. La tumeur a l'apparence d'une petite lésion sur la partie périphérique du poumon.
  • La tomodensitométrie et l’IRM constituent la méthode de diagnostic la plus précise qui vous permettra d’obtenir une image claire des poumons du patient et d’examiner avec précision toutes ses tumeurs. Grâce à des programmes spéciaux, les médecins ont la possibilité de visualiser les images reçues dans différentes projections et d’extraire un maximum d’informations.
  • Biopsie - est réalisée en extrayant un site tissulaire, suivi d'un examen histologique. Les médecins ne peuvent affirmer que la tumeur a un caractère malin uniquement après avoir examiné le tissu sous fort grossissement.
  • Bronchoscopie - examen des voies respiratoires du patient et des bronches de l'intérieur à l'aide d'un équipement spécial. Comme la tumeur est située plus loin des départements du centre, la méthode donne moins d’informations que si le patient souffrait d’un cancer central du poumon.
  • Examen cytologique des expectorations - vous permet de détecter des cellules atypiques et d'autres éléments suggérant le diagnostic.

Diagnostic différentiel

Sur une radiographie thoracique, il faut différencier l'ombre d'un cancer périphérique de plusieurs maladies non liées à une tumeur dans le poumon droit.

  • La pneumonie est une inflammation des poumons qui donne une ombre à l’image radiographique; l’accumulation d’exsudats provoque une perturbation de la ventilation dans les poumons, car il n’est pas toujours possible de démonter le dessin avec précision. Un diagnostic précis n'est posé qu'après un examen approfondi des bronches.
  • La tuberculose et la tuberculose - une maladie chronique qui peut provoquer le développement d'une formation encapsulaire - le tuberculome. La couleur de l’ombre sur la radiographie n’excédait pas 2 cm. Le diagnostic n’est posé qu’après un examen en laboratoire de l’exsudat destiné à détecter les mycobactéries.
  • Rétention du kyste - la photo montrera la formation avec des bords nets, mais de cette manière, l'accumulation d'un secret par les cellules cancéreuses peut également apparaître. Par conséquent, un examen supplémentaire des bronches et des ultrasons.
  • Tumeur bénigne du poumon droit - l'image ne sera pas nodulaire, la tumeur est clairement localisée et ne se désintègre pas. Il est possible de distinguer une tumeur bénigne ayant des antécédents et des plaintes du patient - il n'y a pas de symptômes d'intoxication, de bien-être stable, pas d'hémoptysie.
    La phase principale commence par l’élimination de toutes les maladies similaires: la sélection des méthodes de traitement les plus efficaces pour un patient donné, en fonction de la forme, du stade et de la localisation du foyer malin dans le poumon droit.

Vidéo informative: échographie endobronchique dans le diagnostic du cancer du poumon périphérique

Cancer du poumon périphérique et son traitement

À ce jour, les méthodes les plus modernes de traitement du cancer du poumon sont:

  • une chirurgie;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie;
  • radiochirurgie.

Dans la pratique mondiale, la chirurgie et la radiothérapie cèdent progressivement la place à des méthodes avancées de traitement du cancer du poumon mais, malgré l’apparition de nouvelles méthodes de traitement, le traitement chirurgical des patients atteints de cancers du poumon résécables est toujours considéré comme une méthode radicale offrant des perspectives de guérison complète.

La radiothérapie donne les meilleurs résultats lors de l'utilisation d'un programme de thérapie radical aux stades initiaux (1,2).

Chimiothérapie - Une thérapie de qualité consiste à utiliser des médicaments de chimiothérapie pour traiter le cancer du poumon, tels que:

Ils ne sont prescrits que s'il existe des contre-indications à la chirurgie et à la radiothérapie. En règle générale, ce traitement est effectué jusqu'à 6 cycles de chimiothérapie à des intervalles de 3 à 4 semaines. La résorption complète de la tumeur se produit très rarement, seuls 6 à 30% des patients présentent des améliorations objectives.

Lorsque la chimiothérapie est associée à une radiothérapie (leur utilisation simultanée ou séquentielle est possible), les meilleurs résultats sont obtenus. Le traitement par chimiothérapie est basé sur la possibilité, en tant qu'effet additif, et sur la synergie, sans addition d'effets secondaires toxiques.

Le traitement combiné est un type de traitement qui inclut, outre les effets radicaux, chirurgicaux et autres, sur le processus tumoral dans la zone locale de la lésion (méthodes de radiothérapie distantes ou autres). Par conséquent, la méthode combinée implique l’utilisation de deux types différents, de nature différente, visant des foyers locaux et régionaux: par exemple, chirurgical + rayonnement, radiologique + chirurgical, rayonnement + chirurgical + rayonnement, etc. La combinaison de méthodes unidirectionnelles permet de combler les limites de chaque les séparément. Il convient de souligner que le traitement combiné ne peut être évoqué que s’il est appliqué conformément à un plan élaboré au tout début du traitement.

Cancer du poumon périphérique: pronostic

Il est très difficile de prédire le traitement du cancer du poumon périphérique, car il peut être exprimé dans différentes structures, à différents stades et peut être traité par différentes méthodes. Cette maladie est curable à la fois par radiochirurgie et par chirurgie. Selon les statistiques, le taux de survie à 5 ans ou plus des patients opérés est de 35%.
Dans le traitement des formes initiales de la maladie, une évolution plus favorable est possible.

Prévention du cancer du poumon périphérique

Pour minimiser le cancer du poumon, vous devez:

  • traitement et prévention des maladies inflammatoires des poumons;
  • examens médicaux annuels et fluorographie;
  • cesser complètement de fumer;
  • traitement des masses pulmonaires bénignes;
  • neutralisation des facteurs nuisibles dans la production, et en particulier des contacts avec:
  1. composé de nickel;
  2. l'arsenic;
  3. le radon et ses produits de désintégration;
  4. les résines;
  • éviter l'exposition à des facteurs cancérigènes dans la vie quotidienne.

Cancer du poumon périphérique

Cancer du poumon périphérique - une tumeur maligne qui se développe à partir des alvéoles, des petites bronches et de leurs branches; localisé à la périphérie du poumon, loin de la racine. Les symptômes du cancer du poumon périphérique apparaissent à un stade avancé, avec la germination de grandes bronches, de la plèvre et de la paroi thoracique par une tumeur. Ils comprennent essoufflement, toux, hémoptysie, douleur thoracique, faiblesse. Le diagnostic est fait en tenant compte des données de radiographie des poumons, bronchographie, scanner, bronchoscopie, examen cytologique des expectorations. Le traitement du cancer périphérique implique la résection du poumon (en quantité requise) en association avec la chimiothérapie et la radiothérapie.

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est un cancer du poumon provenant des bronches du 4 au 6ème ordre et de leurs petites branches non liées à la lumière de la bronche. En pneumologie, la proportion de cancer du poumon périphérique représente 12 à 37% de toutes les tumeurs du poumon. Le ratio de détection des cancers du poumon central et périphérique est de 2: 1. Le plus souvent (dans 70% des cas), le cancer du poumon périphérique est localisé dans les lobes supérieurs, moins souvent (23%) dans les lobes inférieurs et très rarement (7%) dans le lobe moyen du poumon droit. Le risque de cancer du poumon de localisation périphérique réside dans une longue évolution asymptomatique latente et une détection fréquente déjà à un stade avancé ou inopérable. Selon la structure histologique, le cancer du poumon périphérique est plus souvent représenté par un adénocarcinome broncho-alvéolaire ou un carcinome épidermoïde.

Causes du cancer du poumon périphérique

Les principaux facteurs de risque affectant l'incidence du cancer du poumon périphérique sont divisés en facteurs génétiques et modificateurs. La présence d’une prédisposition génétique est indiquée si le patient a déjà été traité pour des tumeurs malignes d’autres sites ou si des membres de sa famille ont eu un cancer du poumon. Cependant, le fardeau héréditaire n'est pas un critère de risque obligatoire. Plus souvent, le cancer périphérique du poumon se développe sous l'influence de facteurs modificateurs exogènes et endogènes.

Le plus important de ceux-ci est l'impact sur les bronches de substances cancérogènes aérogènes, principalement contenues dans la fumée de cigarette (nicotine, bases pyridine, ammoniac, particules de goudron, etc.). L'incidence du cancer du poumon est clairement corrélée à la durée, au mode de tabagisme, au nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Les personnes qui commencent à fumer très jeunes, profondément inhibées, fument au moins 20 cigarettes par jour, sont particulièrement exposées. Non moins significatif dans l'étiologie du cancer périphérique du poumon et d'autres facteurs exogènes: pollution de l'air par les émissions industrielles, les poussières, les gaz; cancérogènes de production (amiante, poussières de graphite et de ciment, composés de nickel, de chrome, d’arsenic, etc.).

Dans l’origine du cancer périphérique du poumon, les facteurs endogènes jouent un rôle important - les maladies pulmonaires (pneumonie, bronchite chronique, bronchite du fumeur, tuberculose, pneumosclérose limitée), qui sont retrouvées dans l’histoire chez un nombre important de patients. Le principal contingent de personnes malades a plus de 45 ans. Dans la pathogenèse des tumeurs périphériques, le rôle crucial est joué par la dysplasie épithéliale des petits bronches et de l'épithélium alvéolaire. Les néoplasmes se développent à partir de cellules épithéliales basales, ciliées, en coupe des bronches, de cellules alvéolaires de type II et de Klara.

Classification du cancer du poumon périphérique

La classification de la prévalence du cancer du poumon périphérique proposée par l'Institut de recherche de Moscou pour eux. P.A. Herzen, implique l'allocation de quatre étapes:

I - une tumeur de 3 cm de diamètre située dans le parenchyme pulmonaire;

II - une tumeur d'un diamètre de 3 à 6 cm, située dans les limites du lobe; des métastases uniques dans les ganglions lymphatiques broncho-pulmonaires sont détectées;

III - une tumeur d'un diamètre supérieur à 6 cm s'étend au-delà du lobe; dans la région locale peut développer un diaphragme, une paroi thoracique; des métastases multiples se trouvent dans les ganglions lymphatiques intrathoraciques;

IV - germination de la tumeur dans le diaphragme, la paroi thoracique, les organes médiastinaux dans une zone longue; des métastases à distance, une carcinomatose de la plèvre et une pleurésie cancéreuse sont détectés.

En outre, il existe trois formes cliniques de cancer du poumon périphérique: cancer nodulaire, pneumonie et cancer de Pancost (cancer du sommet du poumon). La forme nodale provient des bronchioles terminales et ne se manifeste cliniquement qu'après la germination de grandes bronches et de tissus adjacents. Un cancer du poumon périphérique semblable à une pneumonie se développe dans le parenchyme pulmonaire, caractérisé par une croissance infiltrante; histologiquement toujours adénocarcinome; cliniquement ressemble à une pneumonie paresseuse. Les particularités de la localisation du cancer du poumon apical provoquent une infiltration des plexus des nerfs cervicaux et brachiaux, des côtes, de la colonne vertébrale et des symptômes cliniques correspondants par une tumeur. Parfois, le cancer du poumon cavitaire (formation d'une cavité de décomposition pseudocaverneuse dans l'épaisseur du nœud) et le cancer cortico-pleural (provenant de la couche de cape, s'étendant le long de la plèvre le long de la colonne vertébrale et du tissu de la paroi thoracique augmentant) s'ajoutent à ces trois formes principales.

Symptômes du cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique se développe longtemps sans symptômes cliniques. Le stade asymptomatique peut être détecté par examen fluorographique. Les symptômes cliniques évidents apparaissent généralement assez tardivement - au stade III. L'évolution des formes nodulaires, ressemblant à la pneumonie et apicale, du cancer du poumon périphérique présente ses propres caractéristiques cliniques.

La forme nodale se déclare habituellement lorsqu'une plus grande bronche, plèvre, vaisseaux sanguins et autres structures sont comprimées ou germées. À ce stade, l'essoufflement apparaît, toux constante avec crachats épars et traînées de sang, douleur à la poitrine. Le patient commence à s'inquiéter de la détérioration du bien-être général: faiblesse excessive, fièvre, perte de poids. Peut-être le développement du syndrome paranéoplasique - ostéopathie, déformation des doigts, etc.

La forme de cancer du poumon périphérique ressemblant à une pneumonie se présente sous la forme d'une pneumonie aiguë typique - avec syndrome d'intoxication, fièvre fébrile, toux grasse, avec séparation des abondantes expectorations mousseuses. Souvent accompagné du développement de la pleurésie exsudative.

La triade de signes de cancer de Pancost sont: la localisation de la tumeur à l'apex du poumon, le syndrome de Horner, une douleur intense dans le haut du bras. Le syndrome de Horner se développe pendant la germination du ganglion sympathique cervical inférieur et comprend un ptosis, une constriction de la pupille, une altération de la transpiration du membre supérieur, une douleur supraclaviculaire du côté affecté. La douleur peut se propager à toute la ceinture scapulaire et irradier au bras; caractérisé par un engourdissement des doigts, une faiblesse des muscles de la main. Lorsque la tumeur repousse du nerf laryngé, il se produit un enrouement. Le syndrome douloureux dans le cancer du poumon apical doit être différencié de la douleur dans les plexites et les ostéochondroses.

Dans les cas avancés, le cancer du poumon périphérique peut être accompagné d'un syndrome de la veine cave supérieure, d'un syndrome de compression médiastinale, d'un épanchement pleural et de troubles neurologiques.

Diagnostic du cancer du poumon périphérique

Une longue période de cancer du poumon périphérique asymptomatique rend difficile le diagnostic précoce. Les techniques physiques utilisées aux premiers stades de la maladie ne sont pas suffisamment informatives et le rôle principal est donc attribué aux méthodes de diagnostic par rayonnement (rayons X, bronchographie, scanner pulmonaire).

La radiographie dépend de la forme (nodulaire, abdominale, apicale, semblable à une pneumonie) du cancer du poumon périphérique. Le plus typique est l'identification d'une ombre hétérogène de forme sphérique aux contours irréguliers entourée d'une douce «corolle rayonnante»; parfois des caries de décomposition sont définies. Dans le cancer du pancréas, on observe souvent la destruction des côtes I-III, des vertèbres cervicales inférieure et thoracique supérieure. Sur les bronchogrammes, amputations visibles des petites bronches, rétrécissement des branches bronchiques. Dans les cas difficiles, on utilise la tomodensitométrie ou l'IRM des poumons.

La bronchoscopie dans le cancer du poumon périphérique n’est pas aussi informative qu’au centre, mais elle permet dans certains cas de visualiser les signes indirects de croissance tumorale (sténose bronchique), la biopsie transbronchique et le diagnostic par échographie endobronchique. La détection de cellules atypiques lors de l'examen cytologique des expectorations ou des lavages broncho-alvéolaires confirme le caractère néoplasique du processus pathologique.

Dans le plan de diagnostic différentiel, il est nécessaire d'exclure l'échinococcose, les kystes pulmonaires, les abcès, la tumeur bénigne du poumon, le tuberculome, la pneumonie prolongée, la maladie de Hodgkin, le mésothéliome pleural. Pour ce faire, un pneumologue, un médecin spécialiste de la tuberculose, un chirurgien thoracique et un oncologue devraient consulter un patient présentant un cancer du poumon périphérique suspecté.

Traitement et pronostic du cancer du poumon périphérique

Les tactiques thérapeutiques pour le cancer du poumon périphérique sont sélectionnées en fonction du stade auquel le processus tumoral a été détecté. Les meilleurs résultats sont obtenus avec le traitement combiné, y compris l'intervention chirurgicale associée à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

La résection pulmonaire dans un volume de lobectomie ou de bilobectomie est applicable uniquement aux stades I à II. La résection pour cancer du sommet du poumon a ses propres caractéristiques et peut être complétée par une résection des côtes, des vaisseaux sanguins, d'une lymphadénectomie, etc. Pour les patients présentant une forme commune, une pneumonectomie avancée est réalisée. Avec des contre-indications au traitement chirurgical (négligence du processus, faible capacité de réserve du corps, vieillesse, comorbidités), ainsi que le refus de l'opération, la méthode de choix est la radiothérapie ou la chimiothérapie. Deux zones sont irradiées: un foyer périphérique et une région de métastases régionales. Les traitements de polychimiothérapie utilisent généralement le méthotrexate, le cyclophosphamide, la vincristine, la doxorubicine, le cisplatine et d'autres médicaments cytotoxiques sous diverses combinaisons:

Les principaux facteurs qui déterminent le pronostic de l’oncopathologie sont le stade du processus, la nature radicale du traitement, le type histologique et le degré de différenciation de la tumeur. Après traitement radical combiné du cancer du poumon périphérique, la survie à 5 ans au stade I est de 60%, au stade II - 40% et au stade III - de moins de 20%. Lorsqu'une tumeur est détectée au stade IV, le pronostic est défavorable.

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique est l’une des maladies malignes graves et courantes affectant les organes du système respiratoire. La pathologie est insidieuse car une personne l’apprend tardivement, la tumeur ne se manifestant pratiquement pas dans les premiers stades. Au début, le processus du cancer affecte les bronches de taille moyenne, mais en l'absence de soins médicaux, il entre dans une forme centrale avec un pronostic plus défavorable.

Concept et statistiques

Le cancer du poumon périphérique commence à se développer à partir de l'épithélium des bronches de taille moyenne, capturant progressivement tous les tissus pulmonaires. La pathogenèse de la maladie se caractérise par un déroulement caché des premiers stades du processus malin et des métastases aux ganglions lymphatiques et aux organes distants.

La tumeur est généralement localisée dans le lobe supérieur de l'organe, tandis que le poumon droit est plus souvent affecté que le gauche. Cependant, le cancer du poumon gauche a une évolution très agressive, ne laissant aucun espoir de guérison.

Selon les statistiques, le code de la maladie selon le registre de la CIM-10 est le suivant: C34 Tumeur maligne des bronches et des poumons.

Raisons

Les carcinogènes inhalés avec la fumée de tabac constituent la principale cause de la maladie. Les fumeurs expérimentés sont le plus souvent confrontés à la maladie en raison de l'accumulation constante de goudron dans les bronches et d'un trouble général du système respiratoire.

Mais les substances cancérigènes pénètrent dans les poumons en raison de la pollution de l'environnement. Dans les zones de production chimique et autre production industrielle, l'incidence du cancer des voies respiratoires est multipliée par plusieurs.

Les facteurs provoquant le processus oncologique comprennent également:

  • rayonnement ionisant;
  • l'immunodéficience, qui s'est développée dans le contexte de conditions somatiques chroniques;
  • maladies négligées du système respiratoire - infections inflammatoires des bronches et des poumons;
  • interaction constante avec des produits chimiques tels que le nickel, le radon, l'arsenic, etc.

Qui est à risque?

Le plus souvent, les groupes de personnes suivants sont inclus dans le nombre de cas:

  • fumeurs avec des années d'expérience;
  • les travailleurs de la chimie, tels que les plastiques;
  • personnes souffrant de MPOC - maladies broncho-pulmonaires obstructives chroniques.

L'état des bronches et des poumons joue un rôle important dans le développement de l'oncologie. Il est important de ne pas laisser les problèmes d’organes respiratoires sans attention et de les traiter rapidement afin d’éviter des complications diverses, notamment mortelles.

Classification

Le cancer du poumon périphérique est divisé en plusieurs formes, chacune ayant ses propres caractéristiques. Nous proposons de les examiner plus en détail.

Forme cortico-pleurale

Le processus malin se développe sous la forme d'une tumeur à la surface bosselée, qui se propage rapidement à travers les bronches et se développe dans les poumons et la poitrine avec de minces fils frétillants. Il appartient au carcinome épidermoïde, par conséquent, il donne des métastases aux os de la colonne vertébrale et des côtes.

Forme nodale

La tumeur a un caractère nodulaire et une surface nodulaire, commençant à se développer à partir des tissus des bronchioles. Sur la radiographie de cette tumeur est caractérisée par un approfondissement - syndrome de Riegler - il indique la survenue de la bronche dans le processus malin. Les premiers symptômes de la maladie se manifestent lors de la germination dans les poumons.

Forme de pneumonie

Tumeur à caractère glandulaire, représentée par plusieurs noeuds malins, qui ont tendance à se confondre progressivement. Les parties du lobe moyen et inférieur du poumon sont principalement touchées. Dans le diagnostic de cette maladie, les radiographies du patient montrent clairement des taches claires sur la photo d'un fond noir et solide, appelé «bronchogramme à air».

La pathologie est un processus d'infection prolongé. L'apparition d'une forme semblable à une pneumonie est généralement cachée, les symptômes augmentent avec la progression de la tumeur.

Forme cavitaire

Le néoplasme a un caractère nodulaire avec une cavité à l'intérieur, qui apparaît en raison de sa désintégration progressive. Le diamètre d’une telle tumeur ne dépasse généralement pas 10 cm. Le diagnostic différentiel d’un processus malin est donc souvent erroné - la maladie peut être confondue avec la tuberculose, un abcès ou un kyste pulmonaire.

Cette similitude conduit souvent au fait que le cancer laissé sans traitement approprié progresse activement, ce qui aggrave le tableau de l'oncologie. Pour cette raison, la forme abdominale de la maladie est détectée très tardivement, principalement au stade terminal inopérable.

Cancer périphérique des lobes supérieur et inférieur gauche

Avec la défaite d'un processus malin du lobe supérieur des ganglions lymphatiques du poumon n'augmente pas, et la tumeur a une forme irrégulière et une structure hétérogène. Le schéma pulmonaire dans le diagnostic par rayons X dans la partie radiculaire se développe sous la forme d'une grille vasculaire. Avec la défaite du lobe inférieur, au contraire, la taille des ganglions lymphatiques augmente.

Carcinome périphérique du lobe supérieur du poumon gauche et droit

Avec la défaite du lobe supérieur du poumon droit, les manifestations cliniques du processus oncologique seront les mêmes que lors de l'implication du poumon gauche dans la maladie. La seule différence réside dans le fait que, en raison des caractéristiques anatomiques, l'organe de droite est plus souvent atteint d'un cancer.

Cancer périphérique de l'apex avec syndrome de Pancost

Les cellules atypiques de cette forme de cancer sont activement implantées dans les tissus nerveux et les vaisseaux de la ceinture scapulaire. La maladie se caractérise par les manifestations cliniques suivantes:

  • douleur dans la région de la clavicule initialement périodique, mais avec un type de temps insupportable;
  • violation de l'innervation de la ceinture scapulaire, qui entraîne des modifications atrophiques des muscles des mains, un engourdissement et même une paralysie des mains et des doigts;
  • développement de la destruction osseuse des côtes visible sur la radiographie;
  • Syndrome de Horner avec signes caractéristiques de constriction de la pupille, de ptosis, de rétraction des globes oculaires, etc.

En outre, la maladie provoque des symptômes communs tels que l'enrouement de la voix, une transpiration accrue, des bouffées de chaleur du visage des poumons affectés.

Les étapes

La maladie se déroule selon certaines étapes du processus malin. Examinez-les plus en détail dans le tableau suivant.

Les symptômes

Initialement, nous parlons d'une toux sèche avec des crachats épars occasionnels, principalement le matin. Peu à peu, il acquiert un caractère aboyant, presque hystérique, avec un volume accru de crachats avec la présence de traînées de sang. Ce symptôme est important dans le diagnostic du cancer dans 90% des cas. L'hémoptysie commence lorsque la tumeur se développe dans les parois des vaisseaux adjacents.

Après avoir toussé, la douleur apparaît. Ceci est un symptôme optionnel du cancer du poumon, mais un nombre impressionnant de patients constate ses manifestations de caractère terne ou terne. En fonction de l'emplacement de la tumeur, une gêne peut irradier vers le foie lorsque la tumeur se trouve dans le poumon droit ou dans la région du cœur lorsqu'il s'agit d'endommager le poumon gauche. Avec la progression du processus malin et des métastases, la douleur s'intensifie, notamment avec des effets physiques sur le cancer.

Chez de nombreux patients, au premier stade de la maladie, une température corporelle basse est notée. D'habitude c'est persistant. Si la pneumonie obstructive complique la situation, la fièvre devient élevée.

L’échange de gaz dans les poumons est perturbé, le système respiratoire du patient en souffre et la dyspnée est donc observée même en l’absence d’effort physique. En outre, il peut y avoir des signes d'ostéopathie - douleur nocturne aux membres inférieurs.

Diagnostics

La détection d'un processus malin commence par une enquête et un examen d'une personne. Lors de la collecte de l'anamnèse, le spécialiste attire l'attention sur l'âge et la présence d'habitudes néfastes du patient, de l'expérience du tabagisme, de l'emploi dans une production industrielle dangereuse. Ensuite, la nature de la toux, le fait de l’hémoptysie et la présence du syndrome de la douleur sont clarifiés.

Les principales méthodes de diagnostic de laboratoire et instrumentale sont:

  • IRM Il aide à établir la localisation du processus malin, la pénétration d'une tumeur dans les tissus voisins, la présence de métastases dans des organes distants.
  • CT La tomodensitométrie analyse les poumons, ce qui vous permet de détecter avec une grande précision une tumeur, même de petite taille.
  • PET La tomographie par émission de positrons permet d'examiner une tumeur émergente dans une image tridimensionnelle, d'identifier sa structure et le stade du processus oncologique.
  • Bronchoscopie Il détermine la perméabilité des voies respiratoires et vous permet de retirer le biomatériau pour un examen histologique afin de différencier les tumeurs.
  • Analyse des expectorations. Une décharge pulmonaire lors de la toux est examinée pour la présence de cellules anormales. Malheureusement, cela ne garantit pas 100% du résultat.

Traitement

La lutte contre le cancer du poumon périphérique repose sur deux méthodes principales: la chirurgie et la radiothérapie. Le premier n'est pas pertinent dans tous les cas.

En l'absence de métastases et de tailles de tumeurs allant jusqu'à 3 cm, une lobectomie est réalisée - une opération consistant à enlever un néoplasme sans résection des structures adjacentes de l'organe. C’est-à-dire qu’il s’agit de l’élimination du lobe du poumon. Très souvent, avec l’intervention d’un volume plus important, des récidives pathologiques se produisent, de sorte que le traitement chirurgical au premier stade du processus malin est considéré comme le plus efficace.

Si les ganglions lymphatiques régionaux sont affectés par des métastases et que la taille de la tumeur correspond au deuxième stade du cancer, une pulmonectomie est réalisée - élimination complète du poumon atteint.

Si le processus malin s'est déplacé vers les organes voisins et que des métastases sont apparues dans des zones isolées du corps, une intervention chirurgicale est contre-indiquée. Les comorbidités graves ne peuvent garantir une issue favorable pour un patient. Dans ce cas, il est recommandé de procéder à une exposition aux rayonnements, qui peut également être une méthode auxiliaire d'intervention chirurgicale. Il aide à réduire le volume des néoplasmes malins.

En plus de ces traitements, la chimiothérapie est également utilisée. Des médicaments sont prescrits aux patients, tels que la vincristine, la doxorubicine, etc. Leur utilisation est justifiée en présence de contre-indications à la chirurgie et à la radiothérapie.

Foire Aux Questions

Est-il possible d'éliminer les deux poumons touchés en même temps? Une personne ne peut pas vivre sans deux poumons. Par conséquent, en cas de lésion oncologique des deux organes à la fois, aucune intervention chirurgicale n'est effectuée. En règle générale, dans ce cas, nous parlons de cancer négligé, lorsqu'un traitement chirurgical est contre-indiqué et de recourir à d'autres méthodes de traitement.

La transplantation / transplantation pulmonaire est-elle pratiquée pour le cancer? Les maladies oncologiques constituent une limitation à la transplantation d'un organe d'un donneur ou à une greffe. Cela est dû au fait qu'une thérapie spécifique est utilisée dans le processus malin, dans le contexte duquel la probabilité de survie pulmonaire du donneur est réduite à zéro.

Traitement folklorique

Les gens ont généralement recours à la médecine informelle quand la thérapie traditionnelle n’a aucun effet ou s’ils souhaitent obtenir de meilleurs résultats et accélérer le processus de guérison.

Nous répertorions les méthodes qui se sont révélées être dans le cancer du poumon périphérique.

Teinture de bardane. Creusez les racines de la plante après la floraison, rincez-les, coupez-les en morceaux de 3 mm d'épaisseur et laissez-les sécher à l'ombre. 50 g de matière première sèche pour 0,5 litre de vodka, insistez 10 à 14 jours. Prenez à l'intérieur 1 c. 3 fois par jour avant les repas.

Un moyen de graisse de blaireau. Ce produit est très efficace dans le premier stade du cancer du poumon. La graisse de blaireau, le miel et le jus d'aloès sont mélangés dans les mêmes proportions. L'outil est pris oralement pendant 1 cuillère à soupe. l 3 fois par jour à jeun.

Processus de récupération

La période de rééducation après les effets thérapeutiques sur le corps nécessite un laps de temps suffisant. Les oncologues remarquent que certains patients guérissent plus facilement et plus rapidement, tandis que d'autres mettent des mois, voire des années, à retrouver leur vie antérieure.

Pour accélérer le processus de réhabilitation, il est recommandé de respecter les critères suivants:

  • en effectuant des exercices respiratoires spéciaux sous la direction d'un instructeur en thérapie par l'exercice visant à entraîner les muscles de la poitrine et à maintenir les organes respiratoires dans un tonus;
  • activité physique constante même au repos - le pétrissage des membres vous permet d'améliorer la circulation sanguine et d'éviter la congestion des poumons.

De plus, les principes de la nutrition diététique sont observés - ils doivent être non seulement fractionnés, mais également suffisamment enrichis et faciles à digérer pour maintenir l’équilibre énergétique du corps.

Régime alimentaire

Dans le système d’approche thérapeutique et prophylactique, la nutrition pour le cancer du poumon, bien qu’elle ne soit pas le principal type d’assistance, joue un rôle important. Une alimentation équilibrée permet au corps d'une personne en bonne santé et malade de bénéficier du soutien énergétique et des nutriments nécessaires, de normaliser le métabolisme et de minimiser les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Tout d’abord, énumérons les produits ayant une activité antitumorale qui devraient être inclus dans le régime alimentaire à égalité aux buts prophylactiques et thérapeutiques du cancer du poumon périphérique:

  • aliments riches en carotène (vitamine A) - carottes, persil, aneth, rose sauvage, etc.
  • plats contenant des glucosinolates - chou, raifort, radis, etc.
  • aliments contenant des substances monoterpéniques - tous les types d’agrumes;
  • produits contenant des polyphénols - légumineuses;
  • plats enrichis - oignons verts, ail, abats, œufs, fruits et légumes frais, thé en feuilles.

Vous devez renoncer à des aliments délibérément nocifs - plats frits et fumés, restauration rapide, boissons gazeuses sucrées, alcool, etc.

Avec la progression du cancer du poumon, de nombreux patients refusent de manger. C'est pourquoi, pour leur gagne-pain à l'hôpital, la nutrition entérale est organisée - via la sonde. Il existe des mélanges prêts à l'emploi enrichis en vitamines et minéraux essentiels, par exemple Composite, Enpit, etc., en particulier pour les personnes confrontées à une telle maladie.

Le cours et le traitement de la maladie chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées

Les enfants Oncologie dans l'enfance, en raison de lésions des bronches et des poumons, se développe rarement. Habituellement, chez les jeunes patients, la maladie est associée à des conditions environnementales défavorables ou à une prédisposition héréditaire grave. Par exemple, nous pouvons parler de la dépendance au tabac d’une mère qui n’a pas cessé de fumer, étant en position.

Il est facile d'identifier les symptômes cliniques du cancer du poumon périphérique chez un enfant - en l'absence de données sur une maladie broncho-pulmonaire, le pédiatre envoie le bébé se faire examiner par un pneumologue ou un phthisiatre afin qu'il soit correctement diagnostiqué. Avec la détection précoce de l'oncologie et le début du traitement, le pronostic de récupération est positif. Les principes de la thérapie appliquée seront les mêmes que chez les patients adultes.

Grossesse et allaitement. Le diagnostic du cancer du poumon périphérique n’est pas exclu chez les femmes enceintes ou qui allaitent. Dans ce cas, le traitement doit être entièrement confié à des spécialistes du profil approprié. La question de la préservation d'un enfant est décidée individuellement. Si le stade est opérationnel, une intervention chirurgicale est recommandée au deuxième trimestre sans interrompre la grossesse. Le risque de mort fœtale est de 4%. En présence de métastases dans le cas d'une oncologie négligée, le pronostic pour une femme est défavorable - pas plus de 9 mois à compter de la date du diagnostic.

La vieillesse Chez les personnes âgées, le cancer périphérique des tissus pulmonaires suit souvent un schéma caché et est détecté trop tard. En raison de leur état de santé et des années écoulées, ces patients accordent rarement une attention particulière à la toux périodique, à l'apparition de crachats et à d'autres signes de troubles, les affectant ainsi à un système immunitaire affaibli et à des pathologies chroniques. Par conséquent, la maladie est plus souvent détectée au stade inopérable au stade terminal, lorsque l'aide est limitée à la médecine palliative.

Traitement du cancer du poumon périphérique en Russie, en Israël et en Allemagne

Les statistiques recueillies au cours de la dernière décennie indiquent que le cancer ou l'adénocarcinome du poumon est l'une des affections les plus dévastatrices. Selon la même étude, plus de 18,5% des patients atteints de cancer meurent chaque année de ce diagnostic. La médecine moderne dispose d'un arsenal suffisant pour lutter contre cette maladie. Grâce à un traitement précoce, la probabilité d'arrêter le processus malin et de s'en débarrasser est élevée. Nous proposons de découvrir la possibilité de traiter le cancer du poumon périphérique dans différents pays.

Traitement en Russie

La lutte contre le cancer du système respiratoire s'effectue ici conformément aux exigences de l'Organisation mondiale de la santé. L'assistance fournie aux patients, en général, est fournie gratuitement en présence d'une politique médicale et de la citoyenneté de la Fédération de Russie.

Nous proposons de découvrir où aller avec le cancer du poumon périphérique à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

  • Centre d'oncologie "Sofia", Moscou. Spécialisé dans des domaines tels que l'oncologie, la radiologie et la radiothérapie.
  • Institut de recherche de Moscou nommé d'après P.A. Herzen, Moscou. Le principal centre de cancérologie en Russie. Il fournit la gamme nécessaire de services médicaux aux patients qui ont fait une demande de cancer du poumon.
  • Centre national de médecine et de chirurgie. N.I. Pirogov, complexe clinique de Saint-Pétersbourg.

Réfléchissez aux critiques du réseau concernant les institutions médicales répertoriées.

Traitement en Allemagne

Les méthodes novatrices de traitement du cancer du poumon périphérique sont très efficaces, précises et tolérables, mais elles ne sont pas appliquées dans les hôpitaux nationaux, mais à l’étranger. Par exemple en Allemagne. C'est pourquoi la lutte contre l'oncologie est si populaire dans ce pays.

Alors, où puis-je obtenir de l'aide pour lutter contre le cancer du poumon périphérique dans les cliniques allemandes?

  • Clinique universitaire Giessen et Marburg, Hambourg. Un grand complexe médical en Europe occidentale, qui mène des activités pratiques et scientifiques.
  • Clinique universitaire "Essen", Essen. Spécialisé dans le traitement du cancer, y compris du système respiratoire.
  • Clinique d'oncologie pulmonaire "Charite", Berlin. Le département d'oncologie pulmonaire avec une spécialisation en infectologie et pneumologie travaille sur la base du complexe médical universitaire.

Nous proposons d’envisager des examens de certaines des institutions médicales énumérées.

Traitement du cancer du poumon périphérique en Israël

Ce pays est à juste titre populaire dans le sens du tourisme médical. C'est Israël qui est réputé pour le plus haut niveau de diagnostic et de traitement des tumeurs malignes à tous les stades de leur développement. Les résultats de la lutte contre le cancer dans cette partie du monde sont considérés comme les meilleurs dans la pratique.

Nous proposons de savoir où obtenir de l'aide en oncologie du système broncho-pulmonaire dans ce pays.

  • Centre de cancérologie, Clinique Herzliya, Herzliya. Depuis plus de 30 ans, il accepte des patients de différentes régions du monde pour le traitement du cancer.
  • Centre médical "Ramat Aviv", Tel-Aviv. La clinique utilise toutes les technologies innovantes dans le domaine de la recherche en chirurgie et en radio-isotopes.
  • Clinique Assuta, Tel Aviv. Institution médicale privée, afin que les patients n'aient pas à faire la queue pour recevoir et mener les procédures médicales nécessaires.

Envisager des examens de certaines cliniques.

Métastase

Le développement de cancers secondaires est un processus inévitable lorsque le cancer est négligé. Les métastases dans les lésions pulmonaires malignes périphériques se propagent à travers le corps de la manière suivante:

  • Lymphogène. Il existe un réseau dense de vaisseaux lymphatiques dans le tissu pulmonaire. Lorsqu'une tumeur se développe dans leur structure, les cellules atypiques sont dispersées dans tout le système lymphatique.
  • Hématogène. La dissimilation des métastases se produit dans tout le corps. Tout d'abord, les glandes surrénales sont touchées, puis les os du crâne et de la poitrine, du cerveau et du foie.
  • Contact La tumeur est implantée dans les tissus voisins - ce processus commence généralement dans la cavité pleurale.

Des complications

Avec un degré avancé de cancer du poumon de nature périphérique, les conséquences de la maladie sont des métastases qui se propagent aux structures intra-organiques du corps. Leur présence aggrave le pronostic de survie, le stade oncologique devient inopérable et la mort du patient est considérée comme une complication supplémentaire.

Obcès bronchique, pneumonie, hémorragie pulmonaire, atélectasie, désintégration de la tumeur avec intoxication du corps. Tout cela affecte négativement le bien-être du patient et nécessite des soins médicaux complets.

Rechute

Selon les statistiques, environ 75% des tumeurs malignes donnent des rechutes dans les 5 années qui suivent la fin du traitement primaire. Les rechutes les plus risquées dans les mois à venir - une personne peut vivre jusqu’à un an. Si la récidive du cancer ne survient pas dans les 5 ans - selon l'opinion des oncologues, la probabilité de développement d'une tumeur secondaire est réduite au minimum, la période dangereuse est terminée.

Dans les lésions pulmonaires périphériques, la récurrence du processus malin est extrêmement agressive et le traitement n’est efficace qu’à un stade précoce de la maladie. Malheureusement, dans d'autres cas, le pronostic sur la durée de vie du patient est extrêmement défavorable, car la tumeur est pratiquement insensible aux chimiothérapies et radiothérapies répétées, et l'intervention chirurgicale est souvent contre-indiquée dans cette situation.

Prévisions (combien vivent)

Les chiffres concernant la survie dans le cancer du poumon périphérique varient en fonction de la classification de la structure histologique de la tumeur. Dans le tableau suivant, nous donnons les critères moyens de prédiction parmi tous les patients cancéreux ayant ce diagnostic.