loader
Recommandé

Principal

Les symptômes

Cancer de l'ovaire

Une maladie féminine courante et dangereuse - le cancer de l'ovaire est considéré comme un "tueur silencieux", changeant d'étape en fonction du développement et de la négligence.

Le cancer de l'ovaire occupe la première place parmi les néoplasmes malins et touche les femmes de tout âge, même les filles. Le plus souvent, les femmes préménopausées et ménopausées.

Qu'est-ce que le cancer de l'ovaire?

Les ovaires sont les principales glandes sexuelles de la femme. Il y en a deux et ils sont situés des deux côtés du bassin. Le travail fonctionnel des ovaires consiste à reproduire les œufs et les hormones féminines - œstrogènes et progestérone.

Les ovaires sont constitués de trois types de tissus:

  • cellules germinales produisant des œufs;
  • cellules stromales d'œstrogène et de progestérone;
  • cellules épithéliales couvrant les ovaires.

La tumeur ovarienne commence à se développer le plus souvent à partir d'une seule cellule épithéliale. Il peut être bénin et ne s'étendra pas au-delà de l'ovaire. Avec son retrait total ou partiel, la qualité de vie des patients ne se détériore pas.

Comment détecter le cancer à un stade précoce?

Les stades initiaux de la maladie peuvent ne pas apparaître de signes évidents, ce qui conduit ensuite à de graves conséquences et à la mort. Seules les femmes qui consultent régulièrement un spécialiste des seins pour un examen de routine et une recherche sur une échographie peuvent détecter accidentellement l'oncologie à un stade précoce de développement.

Pourquoi par hasard? Même avec un examen régulier de la taille et de la consistance des ovaires et de l'utérus, il est difficile pour un médecin d'examiner une tumeur microscopique. Un frottis vaginal peut révéler une cellule cancéreuse, mais plus souvent au cours des stades avancés.

Lors du dépistage chez les femmes présentant un risque modéré à élevé de développer un oncologie, une échographie vaginale peut révéler une tumeur, mais ne reconnaît pas sa qualité. Dans l’étude du taux de protéines dans le sang CA-125 (OS-125), on peut suspecter un cancer s’il est élevé. Ensuite, fixez une radiographie et étudiez le liquide de la cavité abdominale.

S'il n'y a pas de facteurs de risque graves, il n'est pas recommandé d'utiliser une échographie et un dépistage par voie vaginale pour étudier le taux de CA-125. Le dépistage peut ne pas montrer une tumeur ovarienne germinale et stromale. Germinative - peut libérer des marqueurs de protéines humaines dans le sang: gonadotrophine chorionique humaine et alpha-foetoprotéine. Une fois que la tumeur a été retirée, ces marqueurs protéiques aident à diagnostiquer la récurrence du cancer.

Traitement du cancer de l'ovaire en Israël

Oncologue, Professeur Moshe Inbar

En Israël, le cancer de l'ovaire est traité à l'aide des méthodes et technologies les plus récentes. Cela vous permet d'augmenter constamment le pourcentage de traitement, même chez les patients aux stades avancés de la maladie.

Dans le diagnostic du cancer de l'ovaire, les experts israéliens sont largement utilisés en PET-CT. Cette étude vous permet de déterminer avec précision le stade de la maladie et de détecter des foyers tumoraux secondaires (métastases), même de la taille de quelques millimètres.

Dans le traitement de la maladie à un stade avancé, une chirurgie de cytoréduction et une chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale peuvent être appliquées. En cytoréduction, les médecins retirent tout le tissu tumoral visible de la cavité abdominale. Après cela, un agent de chimiothérapie est injecté dans la cavité abdominale pendant 1-2 heures. Cette procédure prend entre 6 et 7 heures et nécessite une qualification élevée du chirurgien oncologue. Elle est donc effectuée uniquement dans les principales cliniques israéliennes. Ceux-ci incluent la clinique Top Ichilov de Tel Aviv.

Causes ou facteurs de risque de cancer de l'ovaire chez la femme

Les principales causes du cancer de l'ovaire chez les femmes sont les suivantes:

  • utilisation contraceptive incontrôlée;
  • fin du premier accouchement;
  • refus d'allaitement;
  • absence de grossesse, d'accouchement et de traitement de qualité de l'infertilité et de l'inflammation;
  • nombreux avortements et fausses couches;
  • la présence de kystes, de tumeurs bénignes, de processus inflammatoires chroniques des ovaires.

Les facteurs de risque les plus courants qui augmentent le risque de développer une tumeur oncogène sont:

  • l'âge après 60-65 ans, quand survient la ménopause;
  • périodes de menstruation: le début - jusqu'à 12 ans, la fin - après 50 ans;
  • les préparatifs pour concevoir un enfant, s'ils n'ont pas produit l'effet escompté et que la grossesse n'est pas venue;
  • prédisposition familiale des deux parents et altérations génétiques;
  • cancer du sein;
  • l'utilisation de talc dans le but de sécher la fourche, car la poudre contient de l'amiante;
  • utilisation à long terme d'œstrogènes comme traitement de remplacement pendant la ménopause.

Cancer de l'ovaire: symptômes et signes de la maladie

À un stade précoce, il est presque impossible de déterminer avec précision le cancer de l'ovaire, les symptômes et les signes, le pronostic de la survie, puisque le tableau clinique coïncide avec les symptômes de tumeurs bénignes. Les tumeurs peuvent être petites et mobiles. Les sensations subjectives sont le plus souvent absentes et le cycle menstruel n'est pas perturbé même avec des tumeurs dans les deux ovaires.

Les symptômes du cancer de l'ovaire chez la femme apparaissent lorsqu'une grosse tumeur exerce une pression sur les organes environnants:

  • une sensation de plénitude et de pression dans le bas-ventre;
  • distension abdominale (circonférence augmentée);
  • brûlures d'estomac et nausée;
  • besoin fréquent d'uriner;
  • dépendance à la constipation.

La tumeur mobile est souvent tordue sur une jambe. Ensuite, vous pouvez clairement suspecter un cancer de l'ovaire, les symptômes et les signes indiqueront un état général aigu et le système génito-urinaire.

A ce stade chez les patients:

  • réduction du poids corporel due à un manque d'appétit, une indigestion constante, des vomissements;
  • La flatulence survient après avoir mangé;
  • il y a des douleurs dans la région lombaire et sous le pubis, accompagnées de pertes sanguines vaginales;
  • le cycle menstruel est brisé;
  • il y a une douleur dans le vagin pendant les rapports sexuels;
  • le pouls devient fréquent, ce qui peut entraîner un effondrement - défaillance soudaine du système cardiovasculaire et perte de conscience;
  • les veines pelviennes sont comprimées, ce qui se manifeste par un gonflement des jambes et une thrombose.

Les symptômes apparaissent lors de la sécrétion d'hormones sexuelles:

  • tumeur à cellules granuleuses, qui entraîne la reprise du saignement utérin pendant la ménopause et chez les filles - menstruation précoce;
  • adénoblastome, qui conduit à la masculinisation du corps - croissance d'une barbe, changement de forme, rétrécissement des glandes mammaires, cessation de la menstruation.

Stades du cancer de l'ovaire et pronostic

Les stades du cancer de l'ovaire indiquent la prévalence de la tumeur. Les stades précoces du cancer sont le plus souvent déterminés au cours d'une opération afin d'obtenir un échantillon de tissu. Pour confirmer le diagnostic allégué, prélevez des échantillons de tissus dans le bassin et l’abdomen.

La prévalence de la maladie

  1. Déterminer le stade est un point important, car cela dépend de la prédiction de la survie et du schéma thérapeutique. Si le cancer ovarien de stade 1 est confirmé, le pronostic est toujours optimiste - 80 à 95%, mais à condition que le stade soit déterminé à temps et correctement.
  2. En définissant le stade, les médecins ne le modifient pas même s’il s’est propagé à d’autres organes et qu’il se reproduit. Au stade 2 du cancer de l'ovaire, le taux de survie à 5 ans est moins optimiste - 50 à 70%. Bien entendu, les patients vivent beaucoup plus longtemps avec une prévention appropriée.
  3. Les patients veulent connaître le stade de la tumeur après la chirurgie et le pronostic. Par exemple, si le cancer de l'ovaire est une ascite en 3 étapes, c'est compliqué. À cet égard, des complications apparaissent, une nécrose des organes internes se développe et peut être fatale. Le pronostic pour l'ascite est de 20–30%, en l'absence de celui-ci, il atteint 45–50%.
  4. L'ascite associée au cancer entraîne une propagation encore plus grande et rapide des métastases. Le pronostic pour le stade 4 avec ascite peut aller jusqu'à 1,5%, sans ascite jusqu'à 10-15% sur 5 ans. Le taux de survie des jeunes patients est supérieur à celui des femmes plus âgées.

Conditions altérant la qualité de vie dans le cancer au stade 4

Pour prolonger la vie des patientes, un traitement approprié doit être pris pour soulager la maladie, car au 4ème stade du cancer de l'ovaire:

  • les fonctions sont violées, car les voies biliaires sont bloquées et la jaunisse mécanique se développe;
  • la coagulation du sang est perturbée et une thromboembolie de l'artère pulmonaire, une pneumonie ou un accident vasculaire cérébral se développe;
  • la fonction hématopoïétique de la moelle osseuse est inhibée et une anémie, une thrombocytopénie et une leucopénie se développent;
  • des fractures vertébrales sont possibles, entraînant une paralysie des jambes;
  • douleur exprimée, en particulier avec des métastases osseuses;
  • en raison d'une thrombose artérielle, une ischémie aiguë et une gangrène des membres inférieurs et d'autres maladies se développent.

Stades du cancer de l'ovaire - classification

Le système TNM développé par l'American Joint Cancer Committee est utilisé pour déterminer les étapes. La Fédération internationale des gynécologues et obstétriciens a mis au point le système FIGO, similaire au système TNM, à l'exception de la catégorie "T" lors de la mise en place des trompes de Fallope. Les deux classifications prennent en compte le résultat des opérations effectuées. Le carcinome péritonéal primaire (DPC) est organisé par étapes, de même que le cancer de l'ovaire. Si la tumeur s'est propagée à des sites distants, les étapes sont quand même 3 ou 4.

Cancer de l'ovaire - catégorie "T"

  • Tx - pas assez de données pour décrire la propagation de la tumeur;
  • T1 - la tumeur ne s'étend pas au-delà des ovaires;
  • T1a - la tumeur est située à l'intérieur sans pénétrer dans la membrane ovarienne et au-delà, il n'y a pas de liquide dans le pelvis;
  • T1b - une tumeur à l'intérieur des deux ovaires, sans aller au-delà, aucun fluide n'a été détecté;
  • T1c - une tumeur dans un (deux) ovaires: a germé à travers la capsule, ou a pénétré au-delà de ses limites, ou il y a un liquide avec des cellules cancéreuses dans le petit bassin;
  • T2 - une tumeur dans un (deux) ovaires, répartis dans les tissus du pelvis;
  • T2a - métastases dans les trompes de Fallope et / ou l'utérus. La cellule cancéreuse dans le fluide est manquante;
  • T2b - métastases dans les trompes de Fallope et / ou l'utérus, les tissus du pelvis. Aucune cellule cancéreuse n'a été détectée dans le fluide;
  • T2c - métastases, comme dans les stades de T2a ou T2b, des cellules cancéreuses ont été trouvées dans le liquide du petit bassin;
  • T3 - une tumeur dans un (deux) ovaires, répartis dans le bassin et sur la membrane du péritoine;
  • T3a - les métastases du cancer sont déterminées uniquement au microscope;
  • T3b - métastases jusqu'à 2 cm, peuvent être considérées à l'œil nu;
  • T3c - métastases de plus de 2 cm de diamètre.

La catégorie N indique la prévalence du cancer dans les ganglions lymphatiques régionaux:

  • Nx - il n'y a aucune possibilité de considérer le processus pathologique dans les ganglions lymphatiques;
  • N0 - pas de lésions des ganglions lymphatiques;
  • N1 - cellules cancéreuses trouvées dans les ganglions lymphatiques voisins.

La catégorie M indique la prévalence des métastases au foie, aux poumons et aux ganglions lymphatiques distants:

  • M0 - les métastases à distance ne sont pas définies;
  • Métastases définies par M1 dans le foie, les poumons ou d'autres organes.

Taux de tumeur

Plus le degré est élevé, plus la tumeur est étendue.

  1. Tissu ovarien de différenciation élevée, semblable au tissu sain.
  2. Tissu ovarien de différenciation modérée, diffère peu du tissu sain.
  3. Le tissu ovarien de faible différenciation est clairement différent du tissu sain.

Comment traiter avec la classification des stades du cancer de l'ovaire

Stades du cancer de l'ovaire

  • Stade I: tumeur cancéreuse - dans l'ovaire (ovaires), sans se propager au-delà de ses frontières.
  • Stade IA (T1a, N0, M0): tumeur - dans un ovaire, non détectée sur la membrane externe des cellules. Les études de laboratoire de l'analyse des écouvillons du péritoine et des cellules cancéreuses du petit bassin n'ont pas été trouvées.
  • Stade IB (T1b, N0, M0): un cancer est détecté dans les deux ovaires sans se propager à leur gaine externe. Les études de laboratoire de l'analyse des écouvillons du péritoine et des cellules cancéreuses du petit bassin n'ont pas été trouvées.
  • Stade IC (T1c, N0, M0): les deux ovaires sont touchés par le cancer.
  • Stade II: un (deux) ovaires, d'autres organes pelviens sont atteints d'un cancer: utérus ou tubes, vessie, sigmoïde ou rectum, aucune tumeur ne se trouvant sur des organes distants.
  • Stade IIA (T2a, N0, M0): une tumeur cancéreuse se trouve à l'intérieur des trompes de Fallope et / ou de l'utérus. Il n'y a pas de cellules cancéreuses dans les lavages de la cavité abdominale.
  • Stade IIB (T2b, N0, M0): une tumeur se trouve sur les organes pelviens proches des ovaires: la vessie, le sigmoïde ou le rectum. Les cellules cancéreuses dans les lavages de la cavité abdominale n'ont pas été détectées.
  • Stade IIC (T2c, N0, M0): on trouve une tumeur dans les organes pelviens (comme dans les stades IIA ou IIB). Les cellules cancéreuses sont détectées au microscope lors de lavages effectués dans la cavité abdominale.
  • Stade III: une tumeur affecte un (des deux) ovaires.
  • Stade IIIA (T3a, N0, M0): une tumeur est détectée au cours de la chirurgie, elle se situe à l'intérieur d'un ou des deux ovaires. Il n'y a aucun moyen de remarquer des métastases à l'œil nu. Aucune cellule cancéreuse n'a été trouvée dans les ganglions lymphatiques. De minuscules accumulations de cellules cancéreuses se trouvent au microscope dans le spécimen de biopsie de membrane péritonéale.
  • Stade IIIB (T3b, N0, M0): un (deux) ovaires sont affectés. Les métastases sont visibles à l'œil nu dans la cavité péritonéale, leur taille est de 2 cm de diamètre. Oncoopuchol n'a pas été trouvé sur les ganglions lymphatiques.
  • Stade IIIC: Un (deux) ovaires sont touchés par un cancer.
  • Stade IV (n'importe quel T, n'importe quel N, M1): le stade le plus courant du cancer de l'ovaire est le stade IV, la tumeur se propageant dans les poumons, le foie ou d'autres organes situés à l'extérieur de la cavité péritonéale.

Formes et types de cancer - classification

Afin de déterminer le cancer de l'ovaire, l'anatomie pathologique de chaque type et forme, signes et méthodes d'apparition est incluse dans la classification.

Types de cancer:

  • Le cancer primitif se présente sous la forme de petits néoplasmes nodulaires denses touchant les deux ovaires, plus souvent chez les femmes de moins de 30 ans. Selon la structure morphologique, il s’agit d’un cancer de l’ovaire (ou glandulaire), car son foyer est constitué d’épithélium squameux;
  • cancer secondaire, se développe à la suite de la dégénérescence de kystes bénins séreux, de kystes muqueux de pseudo-mutations ou de kystes tératoïdes masqués en kystes oncogènes. Le plus souvent, les cystomes séreux deviennent malins. Dans leur cavité, les excroissances papillaires qui ressemblent au chou-fleur occupent beaucoup d'espace. Manifestation du cancer secondaire entre 40 et 60 ans;
  • Les métastases sont une conséquence de la propagation des cellules cancéreuses (métastases) par le flux sanguin ou le long des vaisseaux lymphatiques vers les ovaires à partir d'autres organes cancéreux, le plus souvent à partir de l'estomac. Le cancer se développe rapidement, souvent dans deux ovaires, et provoque de graves souffrances chez la patiente. La tumeur se propage au péritoine et forme des nœuds grumeleux;
  • Le cystadénome papillaire malin est un kyste avec la présence de nombreuses excroissances papillaires. Sur le fond de l'ascite de cystadénome, les nodules de métastases se sont étendus à d'autres organes.

Formes de cancer

Moins commun est le cancer:

  • mucineux;
  • séreux;
  • granulocellulaire;
  • adénoblastome;
  • cellule claire (mésonéphroïde);
  • dysgerminome;
  • tératocarcinome;
  • Tumeur de Brenner;
  • tumeurs stromales;
  • le sarcome;
  • adénocarcinome;
  • carcinome.

Le cancer des cellules granulaires ou des ovaires mucineux survient après 60 ans. Macroscopiquement, il s’agit d’une tumeur kystique ou kystique solide solide à plusieurs compartiments, dont la capsule interne est tapissée d’épithélium formant du mucus. Le fond du développement d'une tumeur géante dans un ovaire (ou deux - entre 10 et 30%) devient un kyste mucineux bénin ou borderline. La tumeur se développe sur une longue jambe, souvent tordue.

Le cancer de l'ovaire séreux est caractérisé par une carcinomatose massive et des degrés différents de différenciation des cellules tumorales, c'est-à-dire Les cellules épithéliales renaissantes oncogènes développent un cancer séreux. D'où et comment ils pénètrent dans l'ovaire, les médecins ne peuvent toujours pas comprendre. Dans la classification, plusieurs types de cancer séreux sont subdivisés afin de sélectionner la dose optimale pour l'irradiation.

Il y a:

  • adénocarcinome ovarien;
  • adénocarcinome papillaire;
  • carcinome ovarien superficiel;
  • adénofibrome;
  • le cystadénofibrome;
  • cystome papillaire séreux (ou cystadénome).

La variante la plus agressive du cancer séreux est l'adénocarcinome, qui affecte les deux ovaires. Les cellules produisent un liquide séreux, semblable au liquide sécrétant l'épithélium des tubes utérins. Une tumeur géante consiste en une structure kystique à plusieurs chambres. Avec une croissance rapide, il se développe à travers la capsule, pénètre dans d'autres organes et développe des métastases.

Avec la défaite du grand omentum, remplissant une fonction de protection et d'amortisseur, les systèmes circulatoire et digestif sont affectés par les métastases. Le travail de ces systèmes est perturbé, aggravant la condition des femmes malades. Les métastases à l'arrière-plan de l'ascite (hydropisie) en développement se propagent à différentes couches de la cavité abdominale.

Liste des signes manifestes et cachés du cancer de l'ovaire

Le cancer de l'ovaire est un cancer courant qui survient aux premiers stades du développement. De ce fait, le traitement a un résultat positif dans la plupart des cas. Les premiers signes spécifiques de pathologie contribuent à un diagnostic rapide.

À propos de la maladie

Le cancer de l'ovaire est une pathologie maligne dans laquelle une tumeur de substitution constituée de cellules cancéreuses et de tissus fibreux se développe dans les tissus de cet organe. La tumeur se développe dans 80% des cas dans la couche épithéliale et 20% dans la couche non épithéliale. Le danger d'une tumeur est qu'il a tendance à se propager rapidement aux tissus adjacents et à métastaser des organes distants.

À quoi le corps est-il destiné?

Les ovaires sont les organes qui font partie du système de reproduction de la femme. En fait, ce sont des glandes endocrines qui produisent des hormones sexuelles et des œufs. La maturation opportune de l'œuf dans le follicule permet à la femme de tomber enceinte et le fonctionnement normal des ovaires assure le port du fœtus.

En outre, le fonctionnement global de nombreux systèmes corporels d'une femme dépend de la production équilibrée d'hormones. Dans ces organes, non seulement une tumeur maligne, mais également une tumeur bénigne peuvent se développer, ce qui perturbe également le fonctionnement de l'ovaire, mais ne la dépasse pas et n'endommage donc pas d'autres organes.

Des détails sur la structure histologique de l'ovaire peuvent être trouvés dans cette vidéo:

Les symptômes

Le cancer de l'ovaire, ainsi qu'une lésion maligne de l'utérus, se manifeste aux premiers stades du développement. Mais, comme ces signes sont des caractères de nombreuses maladies gynécologiques, les femmes ne réagissent pas toujours à leur apparence en temps voulu.

Crampes abdominales

Les spasmes sont l'un des premiers symptômes des lésions ovariennes. En règle générale, elles se forment lorsqu'une tumeur comprime le faisceau vasculaire ou les fibres nerveuses. Une mauvaise circulation sanguine entraîne une mauvaise circulation sanguine et une augmentation de la pression dans le corps, ce qui provoque des spasmes du tissu musculaire de l'utérus. Les spasmes sont périodiques et ondulants.

Ils commencent par une douleur aiguë, se transformant progressivement en un ennui. La fréquence des spasmes dépendra du degré d'élargissement de la tumeur. Quand il se développe, les spasmes peuvent se produire constamment, surtout après une longue position stationnaire. Par exemple, dors. En outre, le spasme apparaît indépendamment de l'état de la personne.

Nutrition pour le cancer du côlon: voici une liste d'aliments sains.

À quoi ressemble le cancer des lèvres au stade initial? Sous le lien http://stoprak.info/vidy/golovy-i-shei/gubi-i-polost-rta/kak-vyglyadit-foto-i-opisanie.html photo avec des exemples de cas cliniques.

Douleur abdominale persistante

Souvent, la manifestation à long terme du spasme se transforme progressivement en une douleur résultant d'une pression constante sur les fibres nerveuses. Au début, la femme ne ressent qu'un léger inconfort dans le bas de l'abdomen, ce que beaucoup décrivent comme étouffant.

La localisation de l'inconfort dépendra de l'ovaire affecté. Douleur bilatérale, la plus souvent constatée aux derniers stades, lorsque les ovaires et le corps de l'utérus sont impliqués dans le processus pathologique. Pendant cette période, il y a une douleur sans localisation spécifique, irradiant vers l'hypochondre ou la région épigastrique.

Les manifestations uniques douloureuses parlent des étapes initiales de la croissance tumorale. Une douleur persistante, qui n'est pas éliminée par les analgésiques classiques, signale les derniers stades. Une douleur aiguë et aiguë peut apparaître aux premiers stades, à la suite de la torsion de la jambe du néoplasme et de la rupture de sa capsule.

Violation de cycle

La présence d'une tumeur dans l'ovaire affecte directement le régime du cycle menstruel, qui est perturbé en raison d'une mauvaise production d'hormones. Le cancer se caractérise par une réduction du cycle menstruel et une augmentation de la durée de la menstruation elle-même. Cela devient douloureux, avec un écoulement abondant de sang.

Dans certains cas, il y a un raccourcissement de la période de menstruation, mais la fréquence de leur apparition augmente. La menstruation peut commencer jusqu'à 3 fois par mois et toujours être abondante.

Échec hormonal

La croissance de la tumeur entraîne le soulagement de la fonction ovarienne, qui n'est pas en mesure de produire normalement des hormones féminines. Leur défaillance affecte le fonctionnement des organes internes et l'apparence de la femme. L'absence de la quantité nécessaire d'hormones féminines conduit à un durcissement de la voix et à l'apparition de poils excessifs sur les mains et les pieds.

Pendant la grossesse, ceci peut affecter la lactation, son arrêt complet. De plus, il y a l'instabilité de l'état psychologique dans lequel la femme devient agressive et irritable.

Il peut y avoir une augmentation de poids sans raison apparente, même si la femme suit un régime. Les principaux symptômes des troubles hormonaux comprennent les maux de tête et le manque de désir sexuel.

Qu'est-ce qu'un lipome dangereux de la paroi abdominale? Voici la liste des complications.

Saignement

La cause du saignement dans le cancer de l'ovaire est un déséquilibre hormonal ou la germination d'une tumeur dans le corps de l'utérus. Cela entraîne une modification des processus métaboliques de l'endomètre, de sa croissance ou de son décollement. Dans le même temps, les zones exposées avec des vaisseaux qui saignent. En raison de la déformation, les muscles de l'utérus ne peuvent pas se contracter normalement et les vaisseaux ne se ferment pas.

En conséquence, le saignement commence. Son volume dépendra du degré d'endommagement de l'utérus. Avec des lésions mineures des tissus, on observe un saignement rare, limité à 3–7 jours. Avec des tumeurs importantes, le saignement dure longtemps et dure plus d'un mois. Les saignements ne sont pas arrêtés par les médicaments styptiques et réducteurs.

Douleur pendant l'exercice

Avec l'augmentation de la tumeur peut se produire un peu de douleur après un effort physique intense. Douleur particulièrement sévère se manifestant lors des rapports sexuels et de la musculation. Cela est dû à l'étirement excessif et à la déformation des tissus de l'utérus et peut être un signe de cancer de la paroi péritonéale.

Les rapports sexuels, ainsi que la musculation, provoquent la contraction de muscles qui ne sont pas en mesure de remplir pleinement cette fonction et qui provoquent des douleurs au bas de l'abdomen ou à la paroi entière du péritoine. Lorsque vous pratiquez un sport calme, la douleur est également présente, mais avec moins d'intensité.

Lotissement

La perturbation des symptômes des ovaires est la décharge d'une nature différente. C’est l’un des signes qui apparaît avant tout le monde, mais en même temps, il fait rarement l’objet d’une attention particulière. Les allocations sont caractéristiques de tout type de maladie urogénitale, mais seules les cancers sont progressives et intenses.

Au début du développement de la pathologie, apparaissent des écoulements muqueux transparents, qui ressemblent à de l'eau par leur consistance. À mesure que la maladie se propage, la décharge perd sa transparence et devient blanche ou jaune et acquiert une odeur désagréable. Leur apparence est associée à une augmentation du taux de dégradation des cellules saines et cancéreuses.

Avec la défaite de l'endomètre de l'utérus, dans la décharge il y a des traînées de sang, dont le nombre augmente progressivement, formant des caillots. Si la tumeur a obstrué les trompes de Fallope ou s’il ya effondrement d’une large zone tissulaire, il peut alors se produire un processus inflammatoire, indiqué par l’apparition de sécrétions purulentes.

Les oedèmes

L'œdème des membres est observé dans les stades ultérieurs, lorsque la tumeur a pincé le portique et les veines sexuelles, ou que le cancer s'est métastasé sur les organes adjacents. En liaison avec une circulation sanguine altérée et un écoulement normal de liquide, un œdème commence, localisé dans les membres inférieurs.

Élargissement abdominal

Une augmentation de l'abdomen avec ce type de cancer peut être déclenchée pour deux raisons. Le premier est une augmentation de la tumeur, qui peut être déterminée par inspection visuelle et palpation. Dans ce cas, l'abdomen a une forme asymétrique avec une augmentation de la part de la lésion.

À la palpation, un compactage non uniforme avec une surface inégale est détecté. L'ascite, l'accumulation de liquide dans la cavité abdominale, est la deuxième cause. Dans ce cas, l'abdomen augmente uniformément sur toute la surface.

S'il n'est pas traité, il devient excessivement volumineux par rapport au corps. La quantité de liquide dans l'ascite atteint 7 litres.

Flatulence et dysfonction intestinale

La croissance de la tumeur à l'extérieur de l'ovaire entraîne une compression de l'intestin et un rétrécissement de ses lumières. Cela provoque un gonflement constant, localisé, principalement dans la partie supérieure. En outre, une saturation rapide par petites portions, des selles altérées et des nausées constantes.

Avec une petite tumeur, ces symptômes apparaissent périodiquement. Mais, avec l'augmentation de la tumeur, elles deviennent plus intenses et plus permanentes. En conséquence, une obstruction intestinale complète peut survenir.

Problèmes de miction

Des problèmes de cette nature commencent après la propagation de tumeurs malignes dans la région de l'uretère. Une augmentation de la formation conduit à un clampage progressif du canal, ce qui entraîne une douleur à la miction et une incapacité à vider complètement la vessie.

En conséquence, il y a une envie fréquente d'uriner et une inflammation de la vessie. Il peut y avoir des traînées de sang ou du mucus purulent dans l'urine.

Symptômes communs

En plus de symptômes spécifiques, le cancer de l'ovaire se caractérise par certains signes fréquents de divers types de cancer:

  1. Perte d'appétit Se produit à la suite de nausées constantes, qui se manifestent quel que soit le repas. Simultanément à une perte d'appétit, un changement dans les préférences gustatives peut survenir. Par exemple, le rejet de produits gras et de viande.
  2. Nausée C'est une conséquence d'une violation de la production d'enzymes pancréatiques et de l'accumulation constante de toxines provenant de cellules en désintégration du tissu affecté. Selon le stade de la maladie, les nausées peuvent être périodiques ou permanentes et se transformer en vomissements fréquents.
  3. Faiblesse Se produit en raison d'une anémie et s'accompagne de somnolence, d'invalidité et de fièvre.

Cancer de l'ovaire chez la femme - les premiers symptômes et signes

Le cancer de l'ovaire est l'une des pathologies les plus courantes chez les femmes. Le danger de cette maladie réside dans la complexité de son diagnostic et du choix de méthodes de traitement appropriées.

Causes communes de pathologie

IMPORTANT À SAVOIR! Un remède efficace contre les kystes sans opération ni hormones, recommandé par Irina Yakovleva! Lire plus loin.

Une tumeur maligne dans un ou deux ovaires peut apparaître pour les raisons suivantes:

  1. Abus de contraceptifs oraux.
  2. Première naissance tardive.
  3. L'absence de traitement de qualité de l'infertilité et des processus inflammatoires dans les organes du système reproducteur.
  4. Effectuer plusieurs avortements.
  5. La présence de formations kystiques dans les ovaires.

Les facteurs suivants augmentent la probabilité de développement de ce type d'oncologie chez les femmes:

  1. Âge à partir de 60 ans sujet à l'apparition de la ménopause.
  2. La période de menstruation a commencé avant 12 ans et s'est terminée après 50 ans.
  3. L'utilisation de médicaments qui favorisent la conception.
  4. Prédisposition à l'oncologie des deux parents.
  5. Cancer du sein.
  6. Longue réception des œstrogènes pendant la ménopause.

Les médecins ont découvert que la grossesse réduisait considérablement le risque de développement de cellules cancéreuses. Dans le même temps, ils soulignent qu'une grossesse trop fréquente, au contraire, augmente les chances d'apparition d'une pathologie. En effet, à la suite de la conception et de la réalisation d'un enfant, la prolifération de l'endomètre diminue.

Symptômes du cancer de l'ovaire

Une technique non conventionnelle avec un effet renversant!

Au stade initial, une tumeur maligne de l'ovaire ne se produit pas. Par conséquent, dans la plupart des cas, la maladie est asymptomatique. C'est le principal danger de la pathologie. Les symptômes et les signes permettant de déterminer l'étendue de la lésion et le pronostic du traitement ne se manifestent qu'après la croissance de la tumeur et commencent à se métastaser.

Si une femme sait qu'elle est à risque, elle devrait être régulièrement examinée par un médecin afin d'identifier la pathologie à temps.

Les premiers symptômes d'une tumeur maligne dans l'ovaire sont les suivants:

  1. Sentiment d'apathie.
  2. Faiblesse chronique et fatigue.
  3. Grande fatigue.
  4. Signes généraux de malaise.

Les conditions ci-dessus sont vécues presque tous les jours par de nombreuses personnes. Par conséquent, la plupart d’entre eux n’y attachent même pas une importance significative. De plus, ces symptômes accompagnent d'autres maladies.

Les principaux symptômes du cancer de l'ovaire sont les signes d'indisposition suivants:

  1. Sensations douloureuses observées dans la région du bas-ventre. Souvent, la douleur donne aux jambes et au bas du dos. Le plus souvent, il apparaît après un effort physique ou une intimité.
  2. Échec du cycle menstruel.
  3. Prise ou perte de poids rapide sans raison objective.
  4. Malaise sévère le matin, qui disparaît partiellement en fin d'après-midi.
  5. Les pertes vaginales deviennent du sang.
  6. L'appétit disparaît et l'alimentation s'accompagne de nausées et de haut-le-cœur sévères.
  7. Occurrence fréquente du besoin de vider les intestins et la vessie.

Plus le cancer de l'ovaire progresse chez les femmes, plus les symptômes de la maladie s'aggravent.

Stades du cancer de l'ovaire

Pour le traitement des kystes sans chirurgie, nos lecteurs utilisent avec succès la méthode Irina Yakovleva. Après avoir soigneusement étudié cette méthode, nous avons décidé de l’offrir à votre attention.

Le cancer de l'ovaire est divisé en plusieurs étapes. Chacun d'eux indique la prévalence d'une tumeur maligne. Au début, il est plus facile de déterminer la malignité du néoplasme révélé au moyen d'une opération effectuée dans le but de prélever un échantillon. Pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire de prélever le tissu atteint dans la cavité abdominale et le petit bassin.

  1. Au stade initial de développement, la tumeur ne met pas trop la vie en danger. En cas de traitement correct, 80% à 95% des femmes peuvent guérir. C'est le meilleur résultat de la pathologie du cancer. Si la maladie n'est pas diagnostiquée et guérie à temps, elle commencera à se propager à d'autres organes, infectant ainsi tout le corps.
  2. Si le cancer de l'ovaire a atteint le deuxième degré de propagation, les chances de survie diminuent à cinq ans. Seulement 50% des patients ont établi un pronostic optimiste. Si une femme obtient un médecin compétent qui lui expliquera l’essence du traitement nécessaire, elle vivra beaucoup plus longtemps.
  3. Moins de chance de succès du traitement chez les patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire avancé aux troisième et quatrième degrés. Les complications qui surviennent dans la plupart des cas au cours de cette période peuvent être fatales. En leur absence, la probabilité est de 45% à 50% du fait que le patient vivra encore plusieurs années. Si une ascite est apparue, cet indicateur tombe à 30%.

Complications de la pathologie du cancer

Une tumeur maligne au cours de son développement et de sa propagation peut entraîner diverses complications, qui réduisent considérablement les chances de survie des patients. Toute néoplasie est capable de se tordre, entraînant ainsi l'arrêt de l'apport sanguin à l'organe et aux nutriments. Dans le contexte de ce phénomène se développe la nécrose. Elle s'accompagne de douleurs aiguës de nature aiguë et d'hyperthermie. Dans cet état, le patient est immédiatement conduit à la table d'opération.

Il existe de telles complications du cancer de l'ovaire:

  1. Puffiness des membres inférieurs.
  2. Pleurésie.
  3. Gap murs des organes internes.
  4. Lymphostase.

Le développement du cancer n'est pas exclu. Cette pathologie est observée lorsque les cellules lymphogéniquement commencent à pénétrer dans la cavité abdominale. Là, ils pénètrent dans la membrane séreuse. Après les cellules sont combinées en groupes et forment une tumeur.

Diagnostic de la maladie

Pour qu'un spécialiste puisse correctement diagnostiquer le cancer, le patient doit subir une série d'études nécessaires. Il comprend:

  1. Échographie.
  2. CT
  3. IRM
  4. Coloscopie.
  5. Radiogramme
  6. Tests de laboratoire.
  7. Biopsie tissulaire.

Les résultats des études susmentionnées aideront à éliminer d’autres maladies possibles présentant des symptômes similaires avec le cancer. Le passage de marqueurs du cancer du système génital CA125 est également requis. Une substance appelée glycoprotéine doit être identifiée. Il est dans le sang

Cependant, il faut se rappeler que même l’identifier n’est pas une garantie absolue qu’une femme a un cancer de l’ovaire. Cette substance est dans le sang pour d'autres raisons:

  1. Maladies non oncologiques des poumons, du foie et des reins.
  2. Endométriose.
  3. Processus inflammatoires dans le corps.

Le niveau de CA125 est retrouvé chez 83% des femmes examinées. Et ce marqueur tumoral ne sera identifié que chez 50% des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire.

Pour déterminer la maladie, il est nécessaire de comparer les indicateurs disponibles de l'ovaire affecté à la taille normale de l'organe interne. S'ils dépassent la norme, on peut alors supposer la présence d'oncologie dans le corps. Cependant, un tel diagnostic n'est pas précis. Après tout, une augmentation des ovaires est souvent due à des processus inflammatoires.

De plus, vous devez vérifier l'état de l'estomac et des glandes mammaires. Cela nécessitera une endoscopie et une mammographie. Grâce à de telles procédures, il sera possible de confirmer ou d’exclure une oncologie primaire ou une métastase dans les organes de l’appareil reproducteur.

La chromocystoscopie aidera à poser définitivement le diagnostic. Il détermine également le degré de propagation des cellules malignes.

Traitement d'oncologie ovarienne

Aucune méthode unique ne permet aux patientes atteintes d'une tumeur maligne des ovaires de se sentir mieux. Une telle maladie nécessite un traitement complexe comprenant chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

Un traitement compliqué est nécessaire pour les femmes ayant une tumeur étendue. Dans ce cas, la suppression du nombre maximal de cellules est requise. Au dernier stade de développement de la pathologie oncologique, le patient a besoin d'un traitement palliatif. Elle facilite grandement sa condition.

En fin de traitement, la patiente doit régulièrement se rendre au rendez-vous avec son médecin. Il est recommandé d’examiner les deux premières années au moins une fois tous les trois mois. En l'absence de signes avant-coureurs, ces visites peuvent être réduites à une fois par an.

Mesures préventives

Le diagnostic et le traitement du cancer dans les ovaires nécessitent beaucoup de temps et d’efforts. Afin de prévenir le développement d'une maladie dangereuse, il est nécessaire de prendre des mesures préventives. Ils aideront à réduire considérablement le risque de pathologie.

Les femmes devraient suivre les recommandations pertinentes pour la prévention du cancer de l'ovaire:

  1. Il est nécessaire de faire des visites de routine chez le gynécologue et de faire régulièrement une échographie des organes pelviens. Ne négligez surtout pas ce conseil aux femmes à risque.
  2. Il est conseillé d’abandonner les mauvaises habitudes qui affectent négativement la santé de tous les organes et systèmes internes.
  3. Vous devez surveiller votre régime alimentaire. Cela doit être correct et équilibré.
  4. Vous devez faire de l'exercice régulièrement.
  5. Ne tardez pas avec la première naissance.

Si une femme se soucie de sa santé et craint de développer un cancer de l'ovaire, elle devrait passer moins de temps sous les rayons ultraviolets et éviter tout contact prolongé avec des produits chimiques nocifs.

Le respect de ces mesures visant à prévenir l'oncologie des ovaires aidera à minimiser le risque de développer une pathologie aussi dangereuse.

Et un peu sur les secrets.

Incroyablement... Vous pouvez guérir un kyste sans chirurgie!

  • Cette fois.
  • Sans médicaments hormonaux!
  • Ce sont deux.
  • Pendant un mois!
  • Ce sont trois.

Suivez le lien et découvrez comment Irina Yakovleva a réussi!

Premiers signes de cancer de l'ovaire précoce

Le cancer de l'ovaire est une tumeur maligne qui se développe à partir du tissu épithélial. La maladie se caractérise par une évolution peu symptomatique. Souvent, le cancer de l'ovaire est détecté à un stade avancé et nécessite un traitement chirurgical radical. Est-il possible de reconnaître une tumeur maligne à temps et d'éviter le développement de complications?

Aspects importants

Le cancer ou le carcinome de l'ovaire est le septième plus important parmi tous les néoplasmes malins chez les femmes. Selon l'Agence internationale pour l'étude du cancer dans le monde, plus de 165 000 nouveaux cas de carcinome de l'ovaire sont enregistrés chaque année. La prévalence la plus élevée se trouve dans les pays d'Europe du Nord, au Canada et aux États-Unis. Ces dernières années, une augmentation de l'incidence a été enregistrée (de 8% ou plus).

La raison principale de la faible survie des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire est le diagnostic tardif de la maladie. De nombreuses femmes atteintes d'un carcinome présumé finissent dans des établissements médicaux non spécialisés où elles reçoivent des soins de qualité médiocre. Selon les statistiques, un patient sur trois meurt dans l'année qui suit le diagnostic. La survie à cinq ans du cancer de l’ovaire n’est pas supérieure à 35%.

Raisons

La cause exacte du cancer de l'ovaire n'est pas connue. Il existe de nombreuses théories sur l'apparition du carcinome, mais les scientifiques n'ont toujours pas réussi à parvenir à un consensus. Il existe plusieurs facteurs de risque pour développer la maladie:

  • prédisposition génétique;
  • hyperestrogénie chronique (taux élevés d'œstrogènes dans le sang);
  • prendre certains médicaments (contraceptifs oraux, etc.).

La prédisposition génétique au cancer de l'ovaire mérite une attention particulière. On sait que la présence d'un carcinome chez la mère ou la grand-mère augmente considérablement le risque de développer la maladie. Dans ces familles, l’incidence des cancers de l’utérus et du sein augmente. Selon les dernières données, environ 70% du total des gènes responsables de la probabilité de formation de chacune de ces tumeurs ont été identifiés. Les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire, de l'utérus ou de la glande mammaire couraient un risque élevé et devraient être examinées régulièrement par un gynécologue.

L'hyperestrogénisme est un autre facteur de risque important du cancer de l'ovaire. Une production excessive d'œstrogènes entraîne une perturbation hormonale et est susceptible d'affecter l'apparition de cellules atypiques dans les tissus ovariens. L'hyperestrogénisme provoque également l'apparition de processus hyperplasiques de l'endomètre et de fibromes utérins. En présence de cette pathologie, une femme doit être particulièrement attentive à sa santé et ne doit pas oublier les visites préventives régulières chez le médecin.

Facteurs influençant le développement de l'hyperestrogénie:

  • début précoce de la menstruation (jusqu'à 12 ans);
  • fonction de reproduction non réalisée (absence de grossesse et d'accouchement);
  • premier accouchement tardif (après 30 ans);
  • ménopause tardive (après 50 ans);
  • avortements fréquents et fausses couches;
  • non-allaitement.

Toutes ces conditions contribuent à une synthèse accrue des œstrogènes, ce qui nuit à la santé de la femme et pourrait être l’une des causes du cancer de l’ovaire.

L'utilisation de contraceptifs oraux combinés (COC) et d'autres médicaments hormonaux affecte-t-elle la probabilité de cancer de l'ovaire? Cette question n'est pas bien comprise. On sait que chez les femmes prenant COC, le carcinome ovarien se trouve plus souvent. Aucune donnée sur l'effet des médicaments sur la probabilité de développer un cancer n'a été trouvée. De nombreux experts estiment que les femmes prenant des COC sont plus susceptibles d'être vues par un gynécologue et que, par conséquent, les formes précoces de cancer de l'ovaire sont détectées plus rapidement dans leur environnement.

Symptômes du cancer de l'ovaire

Le cancer de l'ovaire survient à tout âge. Le plus souvent, la maladie est enregistrée pendant la période de reproduction (18 à 45 ans). Il existe des cas de carcinome chez les adolescents non sexuellement actifs. Très souvent, le cancer de l'ovaire se développe pendant la ménopause (après le début de la ménopause).

Le cancer de l'ovaire est asymptomatique depuis longtemps. Il est possible de détecter une tumeur avant l'apparition des premiers signes uniquement lors d'une échographie ou lors d'un examen chez un gynécologue. Le cancer devient souvent une découverte accidentelle lors d'un examen médical ou d'un examen pour une autre maladie.

Aux premiers stades, le cancer de l'ovaire peut être ressenti par les symptômes suivants:

  • douleur tirante modérée dans l'abdomen;
  • troubles menstruels;
  • faiblesse générale;
  • perte de poids

Tous ces symptômes sont non spécifiques et se manifestent dans les maladies les plus diverses du tractus génital féminin. La douleur douloureuse dans le bas de l'abdomen et dans le bas du dos est souvent attribuée au syndrome prémenstruel, aux troubles du cycle, aux effets du stress. Faiblesse générale, vertiges, faible performance et pas du tout pris en compte. Le tableau clinique non spécifique fait du cancer de l'ovaire l'une des maladies les plus difficiles à diagnostiquer du système reproducteur.

Aux stades avancés, le cancer de l'ovaire s'accompagne de l'apparition de tels symptômes:

  • saignement des voies génitales;
  • augmentation de la taille de l'abdomen (due à une ascite - accumulation de liquide dans la cavité abdominale);
  • mictions fréquentes;
  • constipation

La violation de la miction et des selles survient lorsqu’une tumeur volumineuse et une compression des organes pelviens (vessie et rectum).

Les étapes

Selon la classification internationale du TNM, le cancer de l'ovaire comporte plusieurs stades:

  • Stade 0 - pas de tumeur.
  • Stade 1 - la tumeur ne s'étend pas au-delà de l'ovaire.
  • Stade 2 - la tumeur s'étend au-delà de l'ovaire, affecte l'utérus, les trompes de Fallope et d'autres organes, mais ne dépasse pas les limites du petit bassin.
  • Stade 3 - la tumeur s'étend au-delà du bassin.
  • Étape 4 - Des métastases à distance se produisent.

La métastase est la propagation des cellules cancéreuses bien au-delà de l'objectif principal. Dans les cancers de l'ovaire, les métastases apparaissent d'abord dans le pelvis (utérus, trompes de Fallope et autres organes). Par la suite, les cellules cancéreuses se trouvent dans l’espace rétropéritonéal, sur les feuilles du péritoine, dans les organes abdominaux et dans les os. Métastases possibles aux poumons et à la cavité pleurale.

Diagnostics

Les méthodes suivantes sont utilisées pour détecter le cancer de l'ovaire:

Examen gynécologique

Au cours de l'examen, le médecin peut détecter une formation à la projection des ovaires (d'un côté ou des deux côtés). Les tumeurs ovariennes sont palpables sous forme de formations rondes ou ovales. Il est impossible de distinguer le cancer d'une tumeur bénigne ou d'une formation inflammatoire de l'ovaire à ce stade.

Méthodes instrumentales: échographie, scanner, IRM, TEP-CT

L’échographie est une méthode simple et sûre de détection de toute formation ovarienne. Une image plus précise est donnée par l'imagerie par résonance calculée et magnétique, ainsi que par la TEP-CT. La tomographie par émission de positrons (TEP-TDM) est actuellement considérée comme la meilleure méthode de détection des tumeurs malignes de l’ovaire.

Marqueurs tumoraux

Dans le cancer de l'ovaire, un marqueur spécifique CA-125 se trouve dans le sang des femmes. Une augmentation de sa concentration est notée chez 90% des patients atteints de stade II ou supérieur. Aux premiers stades du développement d'un cancer, le CA-125 n'est pas toujours détecté. La définition d'un marqueur dans le sang est également importante pour le diagnostic de récurrence de la maladie.

Biopsie

La biopsie tumorale est la seule méthode permettant de diagnostiquer avec précision le cancer et de le distinguer des formations ovariennes bénignes. Pour la biopsie, un site d'organes est prélevé et envoyé à un laboratoire pour recherche. Souvent, une biopsie est effectuée directement pendant la chirurgie lorsqu'un ovaire suspect est retiré (kystes, etc.). L'opération est souvent réalisée par voie laparoscopique.

Traitement du cancer de l'ovaire

Le traitement du cancer de l'ovaire est chirurgical uniquement. La thérapie conservatrice n'est pas effectuée. Il est impossible de ralentir la croissance d'une tumeur avec des médicaments. Un traitement de chimiothérapie est effectué à certaines étapes uniquement pour la destruction des métastases.

Le traitement du cancer de l'ovaire est effectué par un oncologue gynécologique. Le choix du schéma thérapeutique dépendra du stade de développement du carcinome, de l'état général de la femme et de la présence de métastases. Aux premiers stades de la maladie, le désir de la femme de préserver la fonction de reproduction est également pris en compte. Dans les dernières étapes, nous parlons de sauver des vies et il n’est pas possible de laisser les organes pelviens intacts.

Traitement chirurgical

Le traitement de choix pour le cancer de l'ovaire est l'hystérectomie avec appendices. Au cours de l'opération, le médecin retire l'utérus ainsi que les ovaires et les trompes de Fallope, effectue une révision de la cavité abdominale et excise les ganglions lymphatiques affectés. Selon les témoignages, la rate, les appendices et les zones altérées de l'intestin sont prélevés. Seule cette approche permet d’éliminer complètement les cellules cancéreuses et de réduire le risque de récurrence de la maladie.

Les opérations de préservation des organes pour le cancer de l'ovaire sont extrêmement rares. Dans certains cas, les chirurgiens vont à la rencontre des souhaits de la femme et ne retirent que l'ovaire affecté, laissant l'utérus en place. Une telle opération n'est possible que si la femme souhaite préserver la fonction de reproduction, ainsi qu’avec un suivi attentif de l’état de l’ovaire en bonne santé et des autres organes du petit bassin. Les opérations de préservation des organes ne sont effectuées qu’au stade initial du développement du cancer.

Radiothérapie

La radiation des organes affectés vous permet de vous débarrasser des cellules cancéreuses et d'éviter la récurrence de la maladie. Actuellement, des méthodes d'irradiation ciblée de tissus seulement modifiés sans affecter les cellules saines ont été développées. Avec cette approche, l'efficacité de la radiothérapie est augmentée et le risque de complications réduit. Le schéma de radiothérapie est sélectionné individuellement pour chaque patient.

Chimiothérapie pour le cancer de l'ovaire

L'objectif de la chimiothérapie est d'éliminer les métastases du cancer de l'ovaire et d'éviter les récidives tumorales. La chimiothérapie utilise des médicaments puissants qui inhibent la croissance des cellules cancéreuses. La durée du traitement et le choix des médicaments dépendront du stade du cancer et de la gravité de l’état de la femme. Dans la plupart des cas, une combinaison de chimiothérapie et de méthodes d'exposition aux rayonnements.

Après le traitement, la femme doit rester sous la surveillance d'un oncogynécologue. Les deux premières années, tous les 3 mois, une échographie des organes pelviens et la détermination du taux de CA-125 dans le sang sont effectuées. À l'avenir, la fréquence des examens est réduite. Après 5 ans sans rechutes, il est recommandé de consulter le gynécologue une fois par an.

Prévisions

Selon les données consolidées, le taux de survie moyen sur un an est de 65%, environ 3 ans - 40% et environ 5 ans - environ 35%. Le pourcentage d'évolution favorable augmente avec le diagnostic précoce du cancer, ainsi que dans le cas de l'utilisation de méthodes modernes de chimiothérapie et de radiothérapie.

Le pronostic du cancer de l'ovaire dépendra également du stade de la maladie. Avec la détection du carcinome au stade I et le traitement opportun, le taux de survie est d'environ 90%. Dans la maladie de stade IV, la survie à 5 ans chez les patients n’est que de 17%. La cause du décès est l’ascite, une obstruction intestinale et l’apparition de métastases dans les os, les poumons et le cerveau.

Prévention

La prévention du cancer de l'ovaire n'a pas été développée. À l'heure actuelle, la raison exacte du développement de cette pathologie n'est pas connue. Il est donc impossible de trouver des méthodes efficaces de prévention du cancer. Les directives suivantes peuvent aider à réduire le risque de cancer de l'ovaire:

  • Examens de routine réguliers chez le gynécologue (au moins 1 fois par an).
  • Mise en œuvre rapide de la fonction de reproduction.
  • Allaitement prolongé (au moins 1 an).
  • Acceptation des médicaments hormonaux uniquement sur ordonnance.
  • Traitement en temps opportun de toute maladie de l'appareil génital féminin.

Au moindre soupçon de cancer de l'ovaire, il est impératif de consulter un gynécologue et de se faire examiner par un spécialiste.