loader
Recommandé

Principal

La cirrhose

Nutrition après le retrait de l'utérus, que pouvez-vous manger?

L'opération d'enlèvement de l'utérus est considérée comme l'une des plus difficiles. Mais très souvent, cette intervention chirurgicale sauve la vie du patient, elle est donc nécessaire.

En période postopératoire, il est très important de fournir les soins appropriés, de choisir des méthodes efficaces de traitement et de récupération. Mais il est également important de veiller à une nutrition adéquate, ce qui aidera à combler le déficit en nutriments après l'opération et à rajeunir.

Dans cet article, nous parlerons de ce que devrait être la nourriture après l'ablation de l'utérus, de ce que l'on peut manger en début et en fin de période postopératoire, de ce que devrait être le régime alimentaire, de sorte que le corps récupère rapidement après la chirurgie.

Ablation de l'utérus: nutrition après la chirurgie

Au début de la période postopératoire, le patient doit éviter la déshydratation. Le mode de consommation est donc très important. Vous devez boire au moins 1,5 litre d'eau pure. En ce qui concerne les aliments, il est nécessaire de suivre le principe de l’élargissement progressif de l’alimentation, en entrant d’abord dans le menu des plats liquides et semi-liquides, puis en passant aux aliments plus solides.

Au début de la période postopératoire, la nutrition après l'ablation de l'utérus doit être non salée (pour éliminer la rétention de liquide et l'apparition d'un œdème), maigre et non aiguë, mais en même temps, une quantité suffisante de vitamines et de micro-éléments doit être ingérée.

Les repas doivent être fractionnés, vous devez prendre de la nourriture jusqu'à 6-7 fois par jour en petites portions. La nutrition après l'ablation de l'utérus doit viser à restaurer la fonction intestinale.

Dans la mesure où, après une intervention chirurgicale sur les organes pelviens, il existe un risque de divergence des sutures postopératoires, il est impossible de manger des aliments pouvant entraîner la constipation et la flatulence (pain blanc, produits de boulangerie, chocolat, thé fort, café).

La teneur en calories des aliments augmente progressivement afin que le tractus gastro-intestinal puisse s’adapter après l’opération et commence à fonctionner normalement. La nutrition après le retrait de l’utérus devrait comprendre les céréales friables, les légumes et les fruits frais, les huiles végétales, la viande maigre et les produits laitiers.

Après une chirurgie d'ablation de l'utérus, le patient présente souvent une diminution de l'hémoglobine. Manger des abricots secs, du jus de grenade, du sarrasin, de la viande maigre (veau) aidera à éviter l'anémie.

Les recommandations nutritionnelles après l'ablation de l'utérus doivent être suivies pendant 2 à 4 mois, après quoi vous pourrez passer à un régime alimentaire normal.

Nourriture après l'ablation de l'utérus au début de la période postopératoire

Dans les premiers jours (1 à 3 jours) qui suivent une chirurgie gynécologique, les médecins recommandent de suivre le régime alimentaire n ° 1A ou 1B.

Les principaux produits pouvant être consommés sont les suivants: purée de soupe de mucus (céréales, lait), bouillies liquides à base d’eau ou de lait, œufs à la coque ou omelettes à la vapeur, lait (s’il n’ya pas de flatulence), huile végétale, gelée de fruits ou de baies, jus, jus à thé, thé faible avec lait, bouillon de hanches.

Le deuxième ou le troisième jour après l'opération, vous pourrez manger des plats de viande ou de poisson, en purée et cuits à la vapeur.

Limiter le sel et le sucre, en outre, il est nécessaire de prendre des complexes de vitamines. Il faut manger toutes les deux ou trois heures et la nourriture doit être chaude.

Nourriture après l'ablation de l'utérus à la fin de la période postopératoire

Vous pouvez vous rendre au tableau numéro 5. 5 à 6 jours après l'opération. Il s'agit d'un régime alimentaire à part entière, avec suffisamment de calories et les nutriments et vitamines nécessaires, à l'exception des aliments gras, épicés et difficiles à digérer.

Il convient de rappeler qu’il est nécessaire d’élargir progressivement l’alimentation en surveillant la réaction du corps et de vos sentiments. En moyenne, une alimentation équilibrée avec une teneur en calories de 2800-2900 kcal est nécessaire pour la récupération après l'opération, alors que les protéines doivent contenir entre 90 et 95 grammes, les lipides - 100-105 grammes, les glucides - 400 grammes.

Le menu devrait comprendre des plats de viande et de poisson, des légumes et des fruits de saison, des plats de céréales, des produits laitiers et des produits laitiers. Les produits contenant des additifs artificiels (colorants, arômes), les graisses animales réfractaires, les épices chaudes et les épices, ainsi que les sucreries en grande quantité doivent être évités.

N'oubliez pas de prendre suffisamment de liquides: préférence est donnée aux jus de fruits, à la décoction d'herbes, au thé faible et à l'eau minérale sans gaz.

En élargissant progressivement le régime, vous pouvez aller à la table commune. Dans tous les cas, l'opération est un fardeau supplémentaire pour le corps, alors n'oubliez pas de bien manger avec un ensemble de nutriments nécessaires.

Il existe une opinion erronée selon laquelle le régime alimentaire n’aide que pour les maladies du tractus gastro-intestinal. En fait, les médecins de nombreuses pathologies prescrivent une limitation stricte et une modification de l'équilibre du régime alimentaire au profit d'un certain type d'aliments.

Beaucoup de gens qui veulent perdre du poids essaient de le faire le plus rapidement possible. Bien sûr, je veux mettre de l'ordre dans mon corps d'ici quelques jours, mais cette façon de résoudre le problème conduit souvent au résultat opposé: les kilogrammes perdus reviennent avec une réserve.

Chirurgie pour cancer de l'utérus

Publié par: admin 20/06/2016

Cette maladie causée par la malignité des cellules des tissus de la membrane muqueuse ou des parois de l'utérus - l'endomètre ou le myomètre. La couche interne des parois de cet organe est construite à partir des cellules de l'endomètre, sur lequel se développe l'œuf fécondé. Si cela ne se produit pas, la couche est rejetée et expulsée par le vagin à l'extérieur au cours de la prochaine menstruation. Le myomètre est le matériau de construction du tissu musculaire de l'utérus et de son col utérin, à l'aide duquel le corps effectue des mouvements contractiles.

Connaissance minimale requise des tumeurs

Le cancer du corps ou du col utérin survient au moment de la violation du processus normal de croissance cellulaire et du remplacement du mort par de nouveaux, en bonne santé. L'échec et la division des cellules se produisent, ce qui devient incontrôlé - leur nombre commence à augmenter rapidement et se forme dans les tissus tumoraux. Une néoplasie survient, le plus souvent au niveau du col de l'utérus, pouvant être soit bénigne, soit maligne, donnant des métastases.

Si les néoplasmes bénins sont relativement inoffensifs et que leur traitement opportun permet généralement une guérison complète et finale - les rechutes sont extrêmement rares, puis les tumeurs malignes, en particulier le col de l'utérus, entraînent souvent une intervention chirurgicale pour retirer l'organe génital d'une femme. Et même après une telle intervention, tous les patients ne vivent pas longtemps.

Une tumeur avec une histologie maligne conduit souvent à des conséquences irréparables et même à la mort du patient. Le traitement est compliqué par le fait que de telles tumeurs sont sujettes aux rechutes et touchent souvent les organes et tissus voisins, voire parfois très éloignés. La propagation (métastase) d'une tumeur se produit par le transfert de ses cellules par les canaux lymphatique et sanguin. Les métastases peuvent se produire n'importe où, dans le foie, les poumons et même dans les tissus osseux et dans le cerveau - le cerveau et la moelle épinière. Fixées à l'organe, les cellules malignes commencent à se diviser activement et forment un foyer supplémentaire: les métastases. À moins que des mesures opportunes ne soient prises, ces métastases touchent assez rapidement la quasi-totalité des organes et, même dans une telle situation, une opération est souvent impuissante. Sachant cela, le diagnostic précoce du cancer du col utérin revêt une importance capitale, en particulier pour les femmes à risque.

Catégories d'individus plus à risque de cette maladie

Tout d'abord, vous devez être attentif aux femmes dont les proches parents ont eu des problèmes similaires à un jeune âge de 40 ans. Les conditions suivantes entraînent une augmentation du risque de cancer de l’utérus:

  • L'hyperplasie de l'endomètre est la croissance illimitée des cellules de l'endomètre à la surface interne de l'utérus et de son col utérin. Ce type de tumeur n'a pas de nature maligne, mais est susceptible de dégénérer en elle. Les manifestations externes de l'hyperplasie sont des règles douloureuses et excessivement lourdes avec des saignements entre elles et des saignements périodiques après la ménopause;
  • Le surpoids augmente également le risque de cancer de l’utérus par les cellules de l’endomètre;
  • Précocement, jusqu’à 12 ans et tardivement après 55 ans de menstruations, on parle de la physiologie prédisposée aux violations de la genèse cellulaire et à l’apparition d’une lésion maligne de l’utérus;
  • Utilisation à long terme de médicaments hormonaux, tels que les œstrogènes, pour le traitement substitutif de la ménopause ou du tamoxifène, dans le traitement du cancer du sein;
  • La radiothérapie s'est concentrée dans la région pelvienne;
  • Pas une bonne nutrition. Les femmes dont le régime alimentaire est dominé par des aliments gras d'origine animale souffrent souvent de végétariens.

Appartenir à un groupe à risque n’est pas une raison de paniquer et de se ruer vers les médecins, mais cela vaut toujours la peine de revoir son mode de vie. Il peut être nécessaire de modifier le régime alimentaire - ajoutez des produits à base de plantes, pratiquez du sport, abandonnez les mauvaises habitudes au moins deux fois par an, passez un examen par un gynécologue et, au moindre soupçon d'oncologie, demandez immédiatement de l'aide.

Signes de cancer dans l'utérus

Le signe primaire le plus commun d’une tumeur dans l’utérus est un écoulement vaginal atypique chez une femme. Au début, ils sont généralement aqueux avec une petite quantité de sang et, avec le développement d'une tumeur, l'écoulement se transforme en saignement total. Comme symptômes supplémentaires, nous notons:

  • Perturbation de la miction - le processus cause des difficultés et devient douloureux;
  • Douleur dans la région pelvienne;
  • Inconfort, se transformer en douleur pendant les rapports sexuels.

La complexité du diagnostic précoce réside dans la similitude des symptômes du cancer de l’utérus avec les manifestations d’autres pathologies. Par conséquent, après avoir constaté un tel phénomène, assurez-vous de vous faire tester. Même si les symptômes ne sont pas un cancer, mais une autre maladie, un diagnostic précoce n’interfère pas du tout, bien au contraire.

Diagnostic, traitement, rééducation

Tout traitement commence par un diagnostic qualitatif, qui devrait inclure les séries d'études suivantes:

  • Examen gynécologique et palpation;
  • Échographie;
  • Hystéroscopique;
  • Biopsie.

Nous n'entrerons pas dans les détails de chacun, nous notons seulement que le plus informatif, et donc le plus important, envisage une biopsie. Seulement, cela vous permet d'effectuer une différenciation claire de la tumeur en fonction de l'appartenance histologique, et cela vous permet de déterminer le taux approximatif de développement du processus oncologique. Les tumeurs à différenciation élevée se développent plus rapidement et inversement.

En plus de la différenciation de la tumeur, il est extrêmement important de déterminer le degré de pathologie. Pour cela, déterminez l'étendue de la zone lésée, la présence et le nombre de métastases (le cas échéant) de la tumeur primitive.

Il y a cinq stades de développement de la tumeur, nous allons les décrire brièvement et par ordre de développement:

  • 0 - Les cellules cancéreuses ne se trouvent que sur la paroi interne de l'utérus;
  • 1 - La tumeur s'est développée dans l'endomètre;
  • 2 - Une lésion cervicale est observée;
  • 3 - La prolifération tumorale est significative. Toutes les couches de l'organe reproducteur, son cou, les métastases du vagin et les ganglions lymphatiques locaux sont touchés.
  • 4- Le degré de dommage le plus grave - en plus des organes pelviens locaux, les métastases affectent les ganglions lymphatiques et les organes enlevés et la température corporelle est élevée.

Événements médicaux

Le traitement du cancer de l’utérus, comme de toute autre tumeur maligne, ne peut être couronné de succès que par l’application complexe de méthodes connues - chirurgie, radiothérapie, thérapie chimique et hormonale. Le nombre de méthodes et leurs combinaisons sont choisis par le médecin en fonction des indications de chaque patient individuellement.

Intervention chirurgicale

On pense que, sans intervention chirurgicale pour l'ablation chirurgicale de la tumeur, il est extrêmement difficile et parfois impossible d'obtenir des résultats positifs. Par conséquent, l'hystérectomie est surtout pratiquée pour combattre complètement le cancer de l'utérus - l'ablation complète de l'utérus.

En fonction des indications, l'opération peut être étendue aux ovaires avec trompes de Fallope, à la région vaginale et aux ganglions lymphatiques régionaux affectés par les métastases de la tumeur primitive.

L'opération est relativement simple et le patient, souvent dans la semaine qui suit l'opération, doit sortir de l'hôpital. Pour la réadaptation et le retour à un mode de vie normal, 1 à 2 mois suffisent. Parfois, il existe des effets secondaires postopératoires, tels que nausées, fatigue et faiblesse, problèmes de miction, mais il s’agit d’un phénomène temporaire, tout se normalise avec le temps.

Les patientes qui ont subi une hystérectomie à l'âge de procréer perdent leur capacité à devenir enceintes et à avoir un enfant. Après l'opération, ils ont pendant un certain temps des épisodes de fièvre, une augmentation de la transpiration (surtout la nuit) et une sécheresse vaginale inhabituelle. Ceci est dû à une diminution significative de la quantité d'hormones féminines.

Lorsque vous retirez les ganglions lymphatiques, il se produit souvent un gonflement des membres inférieurs - lymphoïde. Pour soulager ce symptôme, appliquez des massages thérapeutiques et des crèmes.

Radiothérapie

La radiothérapie est utilisée à la fois avant la chirurgie pour minimiser la taille et l’activité de la tumeur et après pour réduire le risque de récidive. L'irradiation est également utilisée dans le cas de maladies gravement négligées, lorsque la chirurgie est impossible ou inappropriée.

La radiothérapie est divisée en 2 types sur le lieu d'application - externe et interne. Dans le premier cas, l'irradiation est réalisée dans la région pelvienne de l'extérieur. La durée du traitement dure généralement de une à plusieurs semaines - la tumeur est irradiée 5 fois par semaine pendant plusieurs minutes. Dans le second cas, un micro-émetteur spécial est inséré dans le vagin - plus près du site de la tumeur.

Des résultats non mauvais sont donnés par une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie.

La radiothérapie a prouvé son efficacité dans la lutte contre le cancer, mais elle présente un inconvénient majeur: les conséquences sont lourdes pour le corps:

  • Des nausées;
  • Vomissements;
  • La diarrhée et la constipation;
  • Troubles de la miction;
  • Alopécie locale;
  • Brûlures radioactives du tissu irradié;
  • Faiblesse et fatigue prolongées.

Si le volume de l'opération se limite à l'ablation de l'utérus, la probabilité de perturbation de la fonctionnalité des ovaires et de la fin du cycle menstruel est plus grande. Malheureusement, ces problèmes ne sont pas toujours normalisés, en particulier chez les femmes de plus de 40 ans. Ces phénomènes s'accompagnent de symptômes typiques de la ménopause.

Avec des activités de rééducation bien organisées, dans la plupart des cas, ces symptômes disparaissent avec le temps.

Thérapie chimique

La chimiothérapie implique l'utilisation de médicaments spéciaux qui ont un effet dévastateur sur les cellules cancéreuses. Il est pratiqué chez des patients atteints d'un cancer à deux, trois et quatre stades de développement, car le traitement réduit le risque de rechute ou lors de l'opération. Comme avec la radiothérapie, la chimiothérapie est également utilisée si la chirurgie est impossible ou en cas d'incertitude quant à l'élimination complète de tous les foyers tumoraux. Aux 3 et 4 derniers stades du cancer, il est associé à la radiothérapie pour un effet plus grave sur les cellules cancéreuses.

La chimiothérapie est effectuée de manière cyclique, avec une régularité déterminée par le médecin, par administration intraveineuse du médicament dans le sang. En fonction de l'état du patient, le traitement est effectué à la fois en ambulatoire et sous hôpital sous surveillance constante.

Cytostatiques - Les médicaments utilisés en chimiothérapie détruisent les cellules cancéreuses et les cellules saines souffrent également. En outre, la chimiothérapie produit une dose assez décente de toxines dans le corps, ce qui ne peut que provoquer des effets secondaires désagréables:

  • Sensibilité aux maladies infectieuses;
  • Saignements;
  • Repeindre et perdre les cheveux;
  • Constipation, diarrhée;
  • Perte d'appétit;
  • Nausées et vomissements.

Tout cela s'accompagne de faiblesse, de fatigue chronique et d'apathie.

L'hormonothérapie

Ce type de traitement n’est efficace que dans le cas de la détection de tumeurs hormonales - nécessitant pour leur vie certaines hormones et mourant en présence d’autres. En règle générale, l'hormonothérapie est utilisée pour traiter les tumeurs métastatiques étendues, pour réduire le taux de développement de la maladie ou pour traiter les stades initiaux du cancer de l'utérus, à condition que l'ablation de l'utérus ne soit pas acceptable - la femme veut conserver la possibilité d'accoucher.

Les effets secondaires dépendent de l'hormone utilisée. Dans le cas de l'utilisation de progestérone, le patient peut aller mieux et obtenir une sensibilité enflée et douloureuse dans la poitrine.

Régime pendant le traitement

Une bonne nutrition pendant le traitement du cancer de l’utérus aide le corps à récupérer plus rapidement. Il est nécessaire de maximiser la consommation de fruits et de légumes et, au contraire, d’exclure les aliments contenant des graisses animales. Ils sont remplacés par de la viande de poisson, riche en acides gras, et leurs propriétés inhibent les cellules cancéreuses. Assurez-vous d'inclure dans le régime alimentaire des produits à base de lait fermenté et du thé vert.

Votre médecin ou votre diététicien vous prescrira un régime alimentaire spécifique.

Où être traité?

La médecine israélienne est considérée comme la meilleure, mais il ne vaut pas la peine de mentionner scrupuleusement les spécialistes nationaux. Par exemple, au centre de médecine nucléaire de Kazan, ils appliquent une méthode unique de traitement complexe de toute forme de cancer de l’utérus et de son col de l’utérus, suivie de la rééducation. À cette fin, des installations uniques et modernes sont utilisées, il n'y en a que deux dans le monde.

Le traitement ici est si efficace que des femmes de tout le pays et même des étrangers viennent à Kazan. Outre le plus haut niveau de services fournis, le Centre de médecine nucléaire de Kazan présente un autre avantage: pour les Russes, l'examen et le traitement sont absolument gratuits, mais les étrangers qui ne sont pas opposés à se rendre au centre médical de Kazan sont obligés de payer pour leur traitement. Cet intérêt des citoyens étrangers est dû non seulement au coût du traitement, qui est nettement plus élevé dans leur pays qu'au Centre de médecine nucléaire de Kazan, mais également à sa grande qualité.

Pronostic de la maladie

La principale question est de savoir combien de femmes vivent avec un cancer de l'utérus ou de son col utérin? La réponse dépend principalement du stade de la maladie et de l'histologie des cellules cancéreuses.

Zéro - le stade d'apparition des cellules cancéreuses, le moins dangereux - une guérison complète est presque toujours possible. Ces patients vivent après la thérapie anticancéreuse, vivent aussi longtemps qu'ils le souhaitent. Au premier stade de la maladie, au moins 8 femmes sur 10 qui suivent un traitement complexe vivent plus de cinq ans. Le deuxième stade ne laisse que cinq patients sur 10 une chance de survie à cinq ans, le troisième stade est très mal traité, un tiers seulement survit pendant cinq ans. Mais combien de patientes vivent avec 4, dernière phase du cancer de l’utérus? La question est complexe et pratiquement imprévisible. Tout dépend d'un grand nombre de facteurs - âge du patient, état général du corps - sensibilité à la radiothérapie et à la chimiothérapie, degré de différenciation de la tumeur. Et même avec la confluence la plus favorable de tous ces facteurs, les patientes atteintes d'un cancer de l'utérus au stade 4 ont de faibles chances de survie à cinq ans - pas plus de 7%.

Quel régime après les fibromes utérins est préférable?

Le myome dans l'utérus est une tumeur bénigne sujette à une croissance rapide. Par conséquent, dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire pour l'éliminer. Le régime alimentaire après le retrait des fibromes utérins joue un rôle important, car une nutrition adéquate accélère le processus de guérison. Quels aliments peuvent être consommés après et avant l'opération et lesquels sont interdits?

Régime avant la chirurgie

Pendant un certain temps avant l'opération, il est recommandé de suivre un régime alimentaire spécial. Elle préparera le corps pour la chirurgie. Il est plus facile et plus rapide de récupérer de l'opération et de la transférer plus facilement. Pendant cette période, vous devez manger conformément aux règles suivantes:

  • Ne pas manger difficile à digérer les aliments. Ce sont des légumineuses, de la viande et d'autres aliments riches en protéines;
  • Ne consommez pas d’aliments pouvant causer de la constipation, des flatulences. Une liste complète est donnée ci-dessous. Les difficultés de défécation peuvent provoquer une divergence des coutures;
  • Ne mangez pas d'aliments gras et une grande quantité de graisse animale, le beurre. Cela créera également un stress inutile sur le système digestif;
  • Il est recommandé de réduire l'apport liquidien pour prévenir l'œdème.

Mais dans chaque cas, le médecin peint un régime individuellement. D'autres groupes de produits que ceux énumérés peuvent être interdits. Cela dépend de l'état du patient et du type d'intervention.

Régime alimentaire au début de la période postopératoire

La période postopératoire précoce correspond aux trois premiers jours après l'intervention. C'est particulièrement important, car pendant ce temps, le corps s'éloigne du stress causé par l'intervention. Dans le même temps, les conséquences désagréables de l'opération sont possibles. Une bonne nutrition - une condition préalable pour une récupération réussie.

Construire un programme d'alimentation est nécessaire conformément aux règles suivantes:

  1. Boire beaucoup, au moins 1,5 litre d'eau par jour, cela évitera la déshydratation
  2. Il est interdit de trop manger, car des problèmes digestifs aggravent la condition du corps;
  3. La nourriture dans les premiers jours après l'intervention doit être monotone;
  4. Il est nécessaire d’élargir la liste des produits autorisés progressivement et seulement après le troisième jour;
  5. Le premier jour, il est recommandé de ne manger que des aliments liquides;
  6. Le deuxième jour, l'inclusion de repas semi-liquides est autorisée;
  7. Le troisième jour, vous pouvez manger la nourriture de la consistance habituelle.
  8. Donner la préférence aux plats faibles en gras (exclure le beurre);
  9. Il est également préférable de ne pas manger de viande, de légumineuses et d’autres aliments difficiles à digérer;
  10. Réduire la quantité de sel dans la nourriture;
  11. Manger devrait être fractionnaire;
  12. La teneur calorique de la nourriture ces jours-ci devrait être réduite à 800-1000 kcal.

Les calories peuvent être augmentées progressivement. La posologie suivante est idéale: le premier jour, 800 kcal, le deuxième - 900 et le troisième - 1000.

Exemple de menu

Que pouvez-vous manger le premier jour après la chirurgie? À cette époque, il ne faut manger que des bouillons et des boissons. Les bouillons doivent être non gras, de préférence végétaux. Mais il est permis d'utiliser des bouillons de viande non concentrés et faibles en gras. Il est recommandé de les utiliser sans sel, car il retient l'eau dans le corps et provoque un œdème. Vous devez manger 6 à 7 fois le premier jour en consommant 100 à 150 ml de liquide nutritif.

Le deuxième jour, la purée de légumes est autorisée. Pour sa préparation, il suffit de broyer les légumes cuits à l'aide d'un mixeur. Le sel peut être consommé en quantité minimale. La nutrition reste fractionnée - 5 à 6 fois par jour. Vous pouvez consommer 100-120 g de purée.

Le troisième jour, vous pouvez manger la nourriture de la consistance habituelle. Pour le petit-déjeuner, vous pouvez consommer 200 g de porridge-mie de n'importe quelle céréale, pour le second petit-déjeuner - fruits et gelée. Pour le déjeuner, vous pouvez manger 150 ml de soupe aux légumes, une salade de légumes frais et du poisson maigre. Au déjeuner, le kéfir et les fruits sont recommandés, et pour le dîner, une salade de légumes frais.

Les aliments riches en calories doivent s'accumuler progressivement. Le premier jour, il ne devrait pas y avoir plus de 800-1000 calories. Ensuite, il peut être progressivement augmenté à 1800-2000.

Vous pouvez boire du thé faible. Mieux avec l'ajout de lait. Vous pouvez également utiliser les hanches de bouillon.

Problèmes de défécation

Les interventions sur les organes pelviens entraînent un risque de constipation, etc. Parallèlement, la constipation et les flatulences sont assez dangereuses. Ils peuvent causer des incohérences qui n'ont pas encore cicatrisé les coutures. Pour cette raison, les aliments pouvant causer la constipation doivent être exclus du régime alimentaire:

  1. Du chocolat;
  2. Cuisson au four;
  3. Pain blanc;
  4. Thé fort et café;
  5. Du lait

Si la constipation survient, il est nécessaire de prendre des préparations à base de plantes douces. Mais ils doivent nommer un médecin. Il est également nécessaire d'ajuster le régime alimentaire. Bien normaliser le travail des produits laitiers fermentés de l'intestin. Leur quantité dans le régime devrait être augmentée (sauf pour le fromage cottage gras et la crème sure).

Régime alimentaire en fin de période postopératoire

La période postopératoire, appelée tardive, commence le quatrième jour après l'intervention. À ce stade, l'alimentation peut progressivement inclure de la viande maigre et du poisson. Vous pouvez également (progressivement) ramener l'apport calorique à un niveau normal. Bien que vous puissiez manger comme d'habitude, avec de grandes quantités de nourriture, il est recommandé de l'essuyer. Bon à manger des légumes, cuits à la vapeur.

Les produits pouvant causer de la constipation doivent toujours être évités. Élimine la consommation de fibres. Augmenter la consommation de légumes. Dans certains cas, pour une récupération rapide, le médecin recommande de consommer plus de calories que d’habitude. Mais il est dangereux de trop manger, alors ce régime est prescrit en consultation avec le médecin.

Exemple de menu

Mangez de préférence de manière fractionnée. Un tel régime doit adhérer à 1 à 3 mois supplémentaires après la chirurgie. Plus précisément, le médecin pourra déterminer, en fonction de l'état du patient. Un régime approximatif devrait être:

  1. Petit-déjeuner: bouillie d'avoine ou de sarrasin sans huile, avec fruits, bouillon d'églantier ou thé faible;
  2. Deuxième petit-déjeuner: kéfir ou gelée avec du pain de seigle ou des fruits;
  3. Déjeuner: soupe de légumes, viande maigre ou poisson, cuit à la vapeur, avec une garniture de légumes frais ou compotés, thé;
  4. Snack: fruits, gelée, kéfir ou yogourt;
  5. Dîner: bouillie de sarrasin ou de légumes, avec poisson maigre, viande.

Ces repas peuvent être très variés avec une planification de menu appropriée.

Produits interdits

Le régime alimentaire après l'élimination des fibromes implique l'exclusion complète de certains types d'aliments. Les produits de la liste ci-dessous ne peuvent être consommés que 2 à 3 mois après l'opération.

  1. Aliments gras (viande rouge, cuite dans des beurres);
  2. Graisse végétale et animale - vous devez réduire votre consommation de beurre et d’huile végétale;
  3. Aliments frits (la friture remplace la cuisson ou la cuisson à la vapeur);
  4. Aliments épicés, condiments, sauces, etc.
  5. Conservateurs et colorants (contenus dans les saucisses, saucisses);
  6. Produits semi-finis (galettes congelées, etc.);
  7. Aliments causant la constipation (énumérés ci-dessus);
  8. Produits laitiers (ils devraient être remplacés par du lait aigre);
  9. Les fromages gras;
  10. Produits très aromatisés;
  11. Boissons alcoolisées.

Une nutrition de qualité et un mode de vie sain - la clé d'une guérison rapide. Cela réduira également les risques de développement de la maladie.

Régime après l'ablation de l'utérus et des ovaires

Description au 19 octobre 2017

  • Termes: constamment
  • Le coût des produits: 2500-3500 roubles. par semaine

Règles générales

Le nombre de femmes atteintes d'un cancer génital augmente chaque année. La localisation la plus courante des tumeurs est le corps de l'utérus. Plus de 75% des patients atteints d'un cancer de cette localisation sont des femmes en pré et post ménopause. Le groupe à risque comprend les patients plus jeunes atteints de maladies de l'endomètre précancéreuses (polypes adénomateux, hyperplasie de l'endomètre atypique).

Si le cancer de l'utérus est détecté aux stades I et II, cela permet un traitement efficace. La méthode standard de traitement est considérée comme chirurgicale et dans 90% des cas, l’extirpation de l’utérus avec appendices est réalisée. Avec une tumeur commune, les ganglions lymphatiques iléaux sont enlevés et la radiothérapie est effectuée.

Le cancer du col de l’utérus a le deuxième taux de prévalence le plus élevé et il est important qu’il y ait une tendance à une augmentation du nombre de patients en bas âge. La tactique de prise en charge de ces patients est déterminée par la prévalence du processus. Actuellement, jusqu'à 40% des patients consultent déjà un médecin de stade III - IV commun.

Le traitement chirurgical est recommandé aux stades initiaux et le montant de l'intervention varie de l'amputation élevée du col de l'utérus à l'extirpation de l'utérus avec appendices à l'extirpation prolongée de l'utérus avec appendices. Dans le même temps, la qualité de l'opération acquiert une importance fondamentale. Cela concerne l'élimination des ganglions lymphatiques, ce qui améliore les résultats aux stades III-IV de la maladie et le caractère histologique défavorable de la formation.

La phase chirurgicale est réalisée par accès abdominal et laparoscopique traditionnel. La laparoscopie est une opération à faible impact qui peut être utilisée pour l'amputation supravaginale de l'utérus et pour l'extirpation de l'utérus. Le plus souvent, il est utilisé en gynécologie générale pour les tumeurs bénignes: ablation de kystes ovariens, de ganglions de léiomyome, de résection ovarienne pour maladie polykystique, ainsi que dans l'élimination des adhérences externes des trompes de Fallope. Après la laparoscopie des trompes de Fallope, elles deviennent passables et une grossesse survient dans 60% des cas.

Récemment, l’expérience accumulée en laparoscopie lui a permis d’aller au-delà des pathologies bénignes et d’effectuer des opérations en gynécologie. Le suivi à long terme de l'efficacité du traitement et de la survie à cinq ans des patients a montré qu'il n'y avait pas de différence entre l'accès laparoscopique et l'accès traditionnel. Sans aucun doute, la chirurgie en oncologie gynécologique est un ordre de grandeur plus complexe que la gynécologie générale.

Avant la laparoscopie en gynécologie, une femme est soigneusement examinée, toutes les difficultés possibles de l'opération sont pondérées en tenant compte de l'ablation des ganglions lymphatiques régionaux. Avant l'opération, une femme ne devrait pas manger de ballonnements (miel, confiture, légumineuses, chou, pruneaux) pendant quelques jours, cesser de manger de la nourriture 8 heures avant l'opération et nettoyer l'intestin avec un lavement nettoyant. Les avantages de ce type d’intervention sont une faible blessure et un rétablissement rapide du patient.

Dans le schéma thérapeutique des tumeurs malignes après la chirurgie, on compte la radiothérapie et la chimiothérapie. En règle générale, associez plusieurs médicaments, ce qui entraîne inévitablement des nausées, des vomissements et un affaiblissement du système immunitaire. Si la chimiothérapie n’est pas efficace, une radiothérapie (gamma-thérapie intracavitaire et à distance) est réalisée.

La pratique montre que des tumeurs de même taille, de même type morphologique et de même localisation ne répondent pas de manière égale à la radiothérapie, ce qui se traduit par une régression à divers degrés. Cela dépend de la sensibilité radio individuelle. Cette procédure difficile s'accompagne de troubles digestifs, d'une perte de poids, d'anémie, de leucopénie et d'une faiblesse générale. En outre, le traitement anticancéreux en cours entraîne une violation de l'absorption des nutriments. Bien sûr, dans cet état, le patient revêt une grande importance pour la nutrition.

La nourriture pendant la radiothérapie de l'utérus présente certaines particularités. Le fait est qu'après la radiothérapie, il y a des réactions négatives. Les complications précoces comprennent les nausées, les vomissements, les changements de goût, la diarrhée, l'aversion pour la nourriture. En retard - l'apparition de sténoses intestinales et le développement du syndrome de malabsorption.

Les complications locales de la radiothérapie cervicale comprennent la sécheresse et l’atrophie de la muqueuse vaginale. Pour éliminer ces phénomènes, on prescrit au gel Triozhinal, qui consiste en une culture lyophilisée de lactobacilles, d’œstriol et de progestérone. Ils normalisent la microbiocénose du vagin, restaurent l'épithélium et améliorent la circulation sanguine.

Tous ces phénomènes peuvent être corrigés dans une certaine mesure par la nutrition. Il est important que la thérapie par le régime commence une semaine avant le début de la radiothérapie. La valeur nutritionnelle de l'aliment doit reconstituer les besoins en plastique / en énergie du corps, tout en réduisant la toxicité corporelle, en améliorant l'immunité et en intégrant des facteurs non spécifiques de protection antitumorale. Lors de l'établissement de la ration, il est nécessaire de prendre en compte autant que possible les préférences du patient et de cuisiner vos plats préférés.

Avec la radiothérapie après l'ablation de l'utérus, il est nécessaire de fournir:

  • Consommation alimentaire fréquente et fractionnée, pour avoir des collations au moment de l'appétit.
  • Diversifiez le régime alimentaire en incluant des jus de fruits fraîchement préparés, des légumes et des fruits frais. Augmente la résistance antitumorale du corps des légumes-fruits orange-rouge-jaune: abricots, citrons, pêches, pamplemousses, carottes, citrouilles, prunes, mandarines, pommes, tomates, betteraves, ainsi que brocolis, chou-fleur et kohlrabi. Il est conseillé d’ajouter au régime alimentaire des algues (varech, kombu, spiruline), des légumes-feuilles, des céréales germées, des graines, des noix et des produits de l’abeille.
  • Pour le soulagement des nausées, utilisez des aliments acides et salés (citrons, canneberges, concombres marinés).
  • En cas de nausée et de vomissement, exclure les produits qui ont une odeur, les aliments gras excessifs et le lait entier. Ces produits incluent après la disparition des nausées.
  • Avec le développement de l'anémie, le régime est enrichi avec des aliments contenant du fer: pistaches, lentilles, foie, épinards, jus de grenade. L’hémoglobinavitamine C, la B12 et l’acide folique sont également nécessaires à la récupération. Les produits qui les contiennent sont: rose sauvage, poivron, argousier, cassis, persil, laitue verte, betteraves, pois, haricots, épinards, citrouille, concombres, légumes verts, framboises, carottes, bananes, melons, oranges, abricots, amandes, cacahuètes, noix, noisettes.
  • Avec une diminution des taux de leucocytes, il est recommandé d'utiliser du poisson rouge, des œufs de poisson, des carottes, des pommes, du jus de betterave, de la décoction d'orge, de la décoction d'avoine, du sarrasin moulu, du kéfir, des fruits rouges et des fruits de mer.
  • Introduisez des produits à haute teneur énergétique qui, avec une petite quantité, fournissent des besoins énergétiques: poisson rouge, crème, beurre, caviar d'esturgeon, chocolat, crème sure, miel, noix, céréales à base d'huiles végétales, huile de poisson.
  • Des épices et des herbes (anis, cumin, romarin, clou de girofle, menthe, marjolaine, basilic, curcuma, thym, cannelle) peuvent être ajoutés pour mélanger la vaisselle. Le régime alimentaire doit être aussi varié que possible en raison d'une diminution de l'appétit et de modifications des sensations gustatives du patient.
  • L'utilisation de fluide libre à 1,5 l / jour. Consommation recommandée de boissons à base de lait fermenté, d’eau de table, de jus de légumes et de fruits, de tisane.
  • Dans le régime alimentaire, vous devez réduire la teneur en viande rouge, en augmentant l'utilisation de la volaille, du poisson, des œufs et des produits laitiers. La préférence est donnée aux produits laitiers "vivants" faits maison. Ils contribuent à la normalisation de la microflore, principal agent anticarcinogène.
  • Schazheniye muqueuse gastro-intestinale par la cuisson ou la vapeur.

Entre les séances de radiothérapie, lorsque l'appétit du patient s'améliore, vous pouvez augmenter la fréquence des repas et le volume des portions, en vous concentrant sur les aliments riches en calories. Les épices et les assaisonnements, les légumes marinés et les sauces maison faciliteront la digestion. En l'absence de contre-indications, les médecins sont autorisés à utiliser une petite quantité de vin rouge sec, de bière ou de boissons fortement alcoolisées avant les repas entre les séances de radiothérapie.

La malabsorption est une complication fréquente de la radiothérapie. Il s'agit d'un trouble de la digestion avec une violation de l'absorption des nutriments dans l'intestin grêle. Une de ses premières manifestations est la diarrhée, puis la perte de poids et l’anémie. La nutrition dans ces cas est ajustée et doit correspondre à une nutrition similaire à celle de la maladie de Crohn.

Ceci est la version en purée du régime avec une affection intestinale maximale. La ration comprend des soupes de gruaux râpées, des bouillies râpées à l’eau, de la purée de pommes de terre, des œufs à la coque, des escalopes de poulet et de poisson cuits à la vapeur, des mets à base de fromage cottage, des kissels à l’étoile noire, des coings, du cornouiller et des raisins de Corinthe, du thé vert et des pommes râpées. Ceci est un régime faible en gras avec des probiotiques.

Le lait et les produits laitiers (sauf le fromage, le yogourt et le babeurre), le pain au son, les graines, les noix, les fruits secs, les aliments frits et gras, les fruits et les légumes crus, le maïs, le café, le thé, les épices, le chocolat et les boissons sont également exclus du régime. avec du gaz. Il est recommandé d'augmenter l'apport hydrique à trois litres par jour.

Après une hystérectomie chez la femme, des modifications hormonales se produisent et la ménopause prématurée commence. Elle se manifeste par une sécheresse vaginale, des "marées", une détérioration du sommeil, des changements d'humeur, des dépressions. Pour réduire quelque peu ces manifestations de l'alimentation après l'ablation de l'utérus et des ovaires, il faut respecter les principes d'une alimentation saine.

Il s’agit d’une nutrition complète avec l’ensemble nécessaire de vitamines et de nutriments, à l’exception des aliments gras, trop épicés et difficiles à digérer. En cas d'épuisement, la ration devrait contenir une quantité accrue de protéines (1,2 à 1,5 g / kg de poids) en raison de l'introduction de protéines animales - œufs, bœuf, poulet, fromage cottage faible en gras, dinde, poisson de mer. Le poisson et les fruits de mer, en tant que sources de sélénium, d’iode et d’AGPI oméga-3, doivent être préférés.

Le menu devrait inclure des fruits et des légumes de saison, ainsi qu'un nombre suffisant de plats à base de céréales, de noix, de graines et d'huiles végétales. Un certain nombre d’études ont démontré l’effet anticarcinogène de l’acide linoléique (sa forte teneur en coton, en palmier, en soja, en noix de coco, en colza, en huile de lin, un peu moins en olive et en tournesol). Tous les légumes à feuilles vertes, les algues bleues, les feuilles d'ortie, les feuilles de moutarde verte contiennent de la chlorophylle et il est connu pour augmenter la résistance du corps. Il faut autant que possible inclure dans le régime des légumes verts du jardin.

Le brocoli et le chou-fleur contiennent de l'indole, qui renforce l'effet détoxifiant du foie

Les légumes pourpres ont une teneur élevée en anthocyanures et augmentent la résistance du corps. La betterave et le jus de betterave, les cerises au chou rouge, les raisins rouges, les mûres et les myrtilles seront utiles dans cette maladie.

Le brocoli, le chou blanc, le chou de Bruxelles et le chou-fleur, la moutarde verte contiennent de l'indole, qui renforce l'effet détoxifiant du foie. Il est donc utile d'inclure ces légumes quotidiennement dans l'alimentation. Les légumes marinés sont utiles pour maintenir une microflore intestinale bénéfique.

Il faut éviter les produits contenant des additifs (colorants, arômes, stabilisants), des graisses réfractaires, des bonbons en grande quantité. La croissance des tumeurs est stimulée par les graisses trans et les graisses animales, elles sont donc exclues du régime alimentaire.

Le meilleur remplacement pour eux sont les huiles végétales non raffinées. Ils contiennent de la vitamine E, qui doit être présente dans le régime alimentaire. Vous pouvez l'obtenir en mangeant des noix, du soja, des abricots secs, de l'huile de maïs et de colza, des baies d'argousier, du gruau et du sarrasin, des carottes, des bananes et du fromage cottage.

Les acides gras oméga-3 sont représentés par les poissons marins huileux et l'huile de poisson. Ils contiennent également des huiles végétales: graines de lin, soja, moutarde, colza, noix, sésame.

Le régime alimentaire des patients subissant une intervention chirurgicale et une radiothérapie doit inclure des aliments riches en sélénium: foie de dinde, poulet, porc, bœuf, canard, poulpe, œufs, riz noir, haricots, maïs, orge, lentilles, blé, pistaches, blé germé, pois, noix, ail, brocoli, tomates, graines, fruits secs. Dans la liste de ces produits, vous pouvez choisir ceux que vous aimez et que vous tolérez bien.

Ne pas oublier la consommation de liquide: jus de fruits, décoctions d'herbes, eau sans gaz. Le thé vert a la particularité des radicaux libres, donc recommandé pour les patients.

Produits autorisés

Le régime alimentaire après une intervention chirurgicale pour enlever l'utérus comprend:

  • Soupes végétariennes avec des légumes et des céréales.
  • Produits protéinés - boeuf maigre, poulet, dinde et lapin. Ils peuvent être utilisés une fois par semaine. Le poisson et les fruits de mer sont privilégiés, car leurs protéines sont plus faciles à digérer et sont riches en acides gras polyinsaturés. La viande et le poisson sont cuits à ébullition, à l'étouffée ou au four. Vous pouvez diversifier le menu avec des côtelettes de viande et de poisson, du zrazami et des ragoûts de légumes.
  • Grand choix de fruits et légumes: légumineuses, tomates, betteraves, courgettes, brocolis, concombres, aubergines, pommes de terre, chou-fleur, asperges, chou-rave, herbes de jardin, carottes, concombres, varech, varech, laitue, gingembre, gingembre de blé abricots, poires, raisins, mandarines, fraises, bananes, pommes, pêches, framboises, cantaloup. Tous les fruits et légumes ne doivent pas contenir de nitrates. Vous pouvez les utiliser sous forme fraîche et culinaire.
  • Il est recommandé d'administrer les algues quotidiennement.
  • Huiles végétales et huiles de poisson.
  • Produits laitiers fermentés, fromage cottage, lait - avec tolérance.
  • Produits à forte intensité énergétique: caviar d'esturgeon, poisson rouge, beurre, œufs à la coque, pain aux céréales, pain complet, crème, crème sure, thon, céréales de blé et de sarrasin, chocolat, miel, fromages, fruits secs, noix et graines.
  • Thé vert, décoction de dogrose, tisanes, eau de table sans gaz, jus fraîchement préparés.

Nourriture après une intervention chirurgicale pour enlever l'utérus et les ovaires en oncologie

Caractéristiques nutritionnelles après le retrait de l'utérus

L'hystérectomie (ablation de l'utérus) est l'une des opérations les plus courantes en gynécologie. Elle est exposée à un grand nombre de femmes matures et âgées en raison de l'incidence élevée de fibromes et de cancers, ainsi que de femmes plus jeunes en cas d'hémorragies graves et de blessures. Cette opération est souvent associée à l'ablation simultanée des ovaires et des trompes de Fallope. Il est pratiqué plus souvent avec des tumeurs malignes, confirmées par analyse histologique.

Avant l'opération, une biopsie cervicale est réalisée, si nécessaire, une hystéroscopie de l'utérus (examen de sa surface interne avec une sonde endoscopique), une échographie des ovaires, une laparoscopie et de nombreuses autres études. C'est-à-dire que les indications d'hystérectomie sont toujours justifiées et que cela est fait uniquement dans l'intérêt de la santé de la femme. En règle générale, avec la technologie moderne, les résultats sont satisfaisants et une grande attention est accordée à la gestion de la période postopératoire, où l’alimentation joue un rôle important.

Période de récupération après l'ablation de l'utérus

Toute la période postopératoire est divisée en 3 étapes principales:

  1. Hôpital précoce
  2. Hôpital tardif
  3. Ambulatoire

La période postopératoire précoce dure jusqu'à 3 jours, et c'est la plus responsable: le corps est débarrassé de l'anesthésie, la fonction des principaux organes est restaurée. C'est à ces jours que les complications postopératoires surviennent le plus souvent - thrombose, saignements, désordres d'organes après anesthésie, parésie intestinale et souvent distension abdominale.

La période d'hospitalisation tardive après la chirurgie est considérée à partir du 4ème jour avant la sortie de l'hôpital. Il y a une cicatrisation de la plaie, la normalisation de la fonction intestinale, des processus métaboliques.

La période de consultation externe après le retour du patient à la maison peut durer plusieurs mois, selon l’ampleur de l’intervention. Et si à l'hôpital, la patiente était surveillée et surveillée pour le traitement et le régime, alors après la sortie toute responsabilité incombe à la femme elle-même. Sa santé dépendra en grande partie de la manière dont elle organise son régime et son régime.

Le rôle de l'alimentation après la chirurgie et ses principes

La préparation à la chirurgie pour enlever l'utérus implique la prise de laxatifs, le nettoyage des intestins et se fait naturellement l'estomac vide. Pendant l'intervention, même dans une faible mesure, l'intestin est affecté, car la chirurgie est abdominale. La laparoscopie, ou plutôt l'opération laparoscopique mini-invasive à l'aide d'une sonde à cet égard, est moins traumatisante, et de plus en plus de personnes préfèrent cette méthode.

En conséquence, les organes digestifs subissent dans tous les cas un certain "stress" et, afin de les ramener dans le canal de travail normal, il est nécessaire de respecter un régime alimentaire équilibré. La nutrition médicale est également nécessaire pour d'autres raisons. En même temps que l’ablation des ovaires et des trompes de Fallope est réalisée, le bruit de fond hormonal dans le corps de la femme est fortement réduit et joue un rôle important dans le métabolisme, en particulier des graisses. De telles femmes prennent rapidement du poids, et le régime est ici indispensable.

En période postopératoire, une alimentation fractionnée est recommandée.

En outre, l’effet de l’anesthésie sur le corps lui-même n’est pas non plus totalement sans danger, il faut du temps pour le stabiliser, pour restaurer les fonctions et pour que l’alimentation joue son rôle. Les exceptions sont les chirurgies incomplètes, dont beaucoup sont effectuées en ambulatoire, par exemple un kyste cervical avec colposcope dans le vagin, une excision par érosion, un rinçage endoscopique des trompes de Fallope, etc.

En cas de cancer, la radiothérapie est souvent prescrite avant ou après une intervention chirurgicale. Elle a également des effets négatifs sur le corps et nécessite un soutien, y compris un régime alimentaire.

Les principes de base de l'alimentation après l'ablation de l'utérus sont les suivants:

  • repas fractionnés jusqu'à 6-7 repas par jour avec une diminution de moitié de son volume;
  • une augmentation progressive de l'apport calorique du plus "facile" au plus nourrissant;
  • augmentation de la consommation d'eau potable, de préférence faiblement minéralisée, sans gaz - jusqu'à 3-4 litres par jour, pour une élimination rapide des toxines après anesthésie, radiothérapie, prévention des caillots sanguins et de la thrombose.

Conseil: toute cette information est nécessaire pour le patient, mais dans tous les cas, le régime alimentaire doit toujours être coordonné avec votre médecin et suivre ses recommandations. Les "libertés" dans le régime peuvent avoir des conséquences indésirables.

Quels aliments ne peuvent pas être consommés

Dans la période postopératoire, le sens du régime alimentaire est, d'une part, de ne pas provoquer d'irritation et de ballonnement du tractus intestinal, d'autre part, de restaurer sa motilité normale, sa fonction d'évacuation. À cet égard, introduit un "tabou" sur les types de produits suivants:

  • aliments salés et épicés, assaisonnements épicés;
  • aliments frits ou grillés;
  • viande fumée, poisson, saindoux, saucisse;
  • aliments trop gras, en particulier ceux contenant des graisses animales;
  • tous les produits à base de haricots (pois, haricots, lentilles), ils provoquent des ballonnements;
  • pain blanc, pâtisseries, pâtisseries et confiseries à la crème;
  • produits muqueux (gelée, gelée, porridge liquide muqueux);
  • café, cacao, thé fort, chocolat noir;
  • toutes les boissons contenant de l'alcool et du gaz.

Les graisses animales sont recommandées pour remplacer les légumes, faciles à digérer.

Bien que la graisse soit la principale source d’énergie, la graisse animale doit être éliminée. Cela est particulièrement vrai pour les femmes dont l'utérus, les trompes de Fallope et les ovaires ont été enlevés. En raison d'une carence en œstrogènes dans le corps, l'utilisation des graisses est altérée, celles-ci se déposent «en stock», l'obésité se développe. Les vaisseaux sanguins souffrent également, le «mauvais» cholestérol dur se dépose sur leurs parois, provoquant l’athérosclérose.

Conseil: vous êtes surpris, car les bouillies et les soupes sont habituellement diététiques. Oui, mais ils sont bons après des opérations sur l'estomac, les intestins, épargnez-les et détendez-vous. Dans le cas présent, au contraire, il n'est pas nécessaire d'épargner les intestins, mais il est nécessaire de le faire fonctionner normalement, par conséquent, ces produits doivent être exclus.

Produits autorisés et sains

La diététique après l'ablation de l'utérus, des trompes de Fallope et des ovaires vise à rétablir l'équilibre en nutriments dans le corps, à saturer en vitamines et en minéraux, à éliminer les toxines et à augmenter l'hémoglobine, en particulier après un saignement utérin. Le régime devrait contenir les aliments suivants:

  • une quantité suffisante de liquide (eau, jus non acides, de préférence avec pulpe, décoctions d'herbes, thé vert faible);
  • protéines de haute qualité - poulet bouilli, bœuf et poisson maigre, le foie de bœuf est également très utile sous forme bouillie, côtelettes à la vapeur;
  • graisses végétales en quantités modérées, de préférence des huiles non raffinées (olives, graines de lin, tournesol);
  • légumes - cuits à la vapeur ou bouillis à la vapeur;
  • fruits et herbes fraîches (à l'exception des raisins et des grenades qui provoquent un gonflement);
  • porridge friable de céréales;
  • produits laitiers faibles en gras, contenant mieux lactique et bifidobactéries, ils normalisent la fonction des intestins, sont impliqués dans la formation de vitamines.

Pour les amateurs de café passionnés, vous pouvez le remplacer temporairement par un substitut de chicorée et cela vous sera très utile. Vous pouvez également acheter du café sans caféine.

De la liste des produits recommandés, toute femme peut cuisiner une variété de plats, y compris un peu d'imagination. Ensuite, le régime aura non seulement un effet cicatrisant, mais aussi un plaisir, ce qui est également important dans la période de récupération qui suit la chirurgie.

Nous vous conseillons de lire: laparoscopie ovarienne

Attention! Les informations sur le site sont fournies par des experts, mais le sont à titre informatif uniquement et ne peuvent être utilisées pour un traitement personnel. Assurez-vous de consulter un médecin!

Nutrition après ablation de l'utérus et des ovaires: régime alimentaire, menu du jour

La nutrition après l'ablation de l'utérus et des ovaires joue un rôle important dans la période de réadaptation. Après la chirurgie, une diète spéciale est prescrite à la femme, à laquelle elle doit adhérer à une heure précise.

Ce dont vous avez besoin pour suivre le pouvoir

Le régime après l'ablation de l'utérus et des appendices est nécessaire pour les raisons suivantes:

  1. Premièrement, une telle opération est abdominale. Par conséquent, les organes adjacents du tractus gastro-intestinal (intestin, estomac) subissent également des effets traumatiques. Une bonne nutrition aide à rétablir le bon fonctionnement du tractus gastro-intestinal.
  2. Après une intervention chirurgicale pour enlever l'utérus et les ovaires, il se produit un échec hormonal aigu. Étant donné que les principaux organes responsables de la production d'hormones sexuelles sont supprimés, un saut de poids peut survenir. Et dans ce cas, seule une hormonothérapie ne suffira pas pour maintenir le poids, il est également nécessaire d'ajuster le régime alimentaire.
  3. Comme la chirurgie est réalisée sous anesthésie générale, le corps est soumis à un stress important. Il faut du temps pour restaurer complètement toutes les fonctions vitales et la nutrition joue ici un rôle important.
  4. Puisque l'ablation de l'utérus et l'oophorectomie sont souvent utilisés pour traiter le cancer, la période postopératoire peut inclure une radiothérapie et une chimiothérapie. Ces procédures sont très difficiles pour le corps, des vertiges, une faiblesse générale et même des nausées peuvent être présents. Par conséquent, un soutien sous forme de nutrition appropriée et équilibrée est essentiel.

Principes de base de manger

Le régime alimentaire après une intervention chirurgicale visant à enlever l'utérus et les ovaires devrait être fondé sur les principes suivants:

  1. La granularité du pouvoir. Cela signifie que les aliments doivent être pris en petites portions 5 à 6 fois par jour. C'est le petit-déjeuner, le déjeuner, le déjeuner, le thé de l'après-midi, le dîner et le dîner tardif (facultatif). Et 3 repas devraient être basiques et plus denses (petit-déjeuner, déjeuner et dîner), le reste - collations. Ce type de nourriture aidera à maintenir le métabolisme à un niveau élevé, normalise le tube digestif et ne prendra pas de poids.
  2. L’équilibre nutritionnel, c’est-à-dire le juste équilibre entre protéines, lipides et glucides. Certains croient à tort qu'une nutrition adéquate signifie l'élimination des graisses et la réduction de la quantité de glucides. C'est une illusion, car le corps féminin a besoin de graisses saines, que l'on trouve dans les noix, les poissons gras (saumon, morue), l'huile d'olive et de lin, les jaunes d'œufs. Les glucides sont la principale source d’énergie et leur utilisation aidera à se sentir frais et de bonne humeur. L'essentiel est de privilégier les glucides complexes (céréales) et de réduire la quantité de glucides simples (bonbons, produits à base de farine).
  3. Buvez suffisamment de liquides. Cela comprend l'eau potable, divers thés. Le café peut être consommé, mais sa quantité devrait être réduite à 1 à 2 tasses par jour, car le café stimule le système nerveux, qui peut être stressé en raison d'un possible déséquilibre hormonal. Les boissons sucrées, les boissons énergisantes et l’alcool devraient être complètement exclus. Les jus conditionnés pour boire ne sont également pas recommandés, car ils contiennent beaucoup de sucre et de conservateurs.
  4. Haute teneur en vitamines, nutriments et fibres alimentaires. Ce sont des fruits, des légumes, riches en antioxydants, ce qui est particulièrement important pour les maladies oncologiques.
  5. Le fond hormonal général d'une femme est associé non seulement à l'état des ovaires et de l'utérus, mais également à d'autres organes - le foie, les reins, les glandes surrénales, la glande thyroïde. Des aliments trop gras, épicés et salés peuvent avoir un impact négatif sur ces organes et ces hormones. Par conséquent, leur quantité devrait être réduite.
  6. Cuire les produits mieux en les cuisant ou en les cuisant avec un minimum d’huile.

Quoi manger

Il existe un certain nombre de produits dont l'utilisation n'est pas recommandée après l'ablation de l'utérus et / ou des ovaires.

Il est nécessaire d'éliminer complètement l'alcool, car il perturbe le tube digestif, le foie et, plus important encore, constitue un dépresseur. Puisqu'une femme peut souffrir de dépression suite au retrait d'organes reproducteurs, l'alcool ne fera qu'aggraver son état.

Les sucreries, les muffins et les produits de boulangerie provoquent une prise de poids. Par conséquent, il est déconseillé de consommer ces produits en grande quantité, même pour les personnes en bonne santé, et plus encore après l'opération. Ces aliments ont un index glycémique élevé. Cela signifie que leur utilisation augmente considérablement la concentration de sucre dans le sang. Et pour réduire son contenu, l'hormone produit de l'insuline. Une grande quantité d'insuline dans le sang exacerbe le déséquilibre hormonal et crée également le risque de développer un diabète de type 2.

Les produits de restauration rapide doivent être complètement exclus. Ce groupe comprend les produits de restauration rapide, les produits semi-finis, les croustilles, les craquelins, les nouilles instantanées, les aliments en conserve, etc. Ils contiennent une masse d'agents exhausteurs de goût, de conservateurs et d'additifs nocifs.

Lors de l'achat de produits, il est conseillé de faire attention à leur composition.

Les aliments gras, cuits avec beaucoup d'huile, créent des difficultés dans le travail du tube digestif, sont mal absorbés, entraînent un gain de poids, une sensation de lourdeur dans l'estomac.

Les viandes fumées, les saucisses devraient également être limitées autant que possible, car leur contenu en viande est très faible, mais il existe beaucoup de graisses trans et d'additifs nocifs.

Toutes ces catégories de produits ne sont pas recommandées, mais leur seule consommation dans les aliments risque peu d'avoir un impact négatif sur le corps. Il ne s’agit que de l’interdiction de leur utilisation systématique.

Un exemple de menu spécifique

Immédiatement après l'opération, les premiers jours, le régime alimentaire est le plus restrictif: la nourriture est essentiellement liquide. En d’autres termes, il s’agit de divers potages et bouillons sans épices et sans viande grasse (c’est possible avec du poulet ou de la dinde), de la purée de pommes de terre, des céréales (sarrasin, riz). Vous pouvez avoir des produits laitiers faibles en gras, mais avec prudence: si une femme boit du lait ou, par exemple, des produits laitiers, avant l'opération, et qu'elle a eu une mauvaise réaction, ils ne doivent pas être utilisés après l'opération.

Environ une semaine plus tard, la période postopératoire précoce se termine et la rééducation se poursuit à domicile.

Ration du menu du jour

Le petit-déjeuner devrait être composé de glucides complexes et de fibres. Cela peut être du porridge sur du lait faible en gras ou de l'eau avec des fruits, des fruits secs, du miel. La bouillie peut être remplacée par du pain grillé à grains entiers ou du pain grillé à cuire. Les corn flakes ne sont pas souhaitables, ils contiennent beaucoup de sucre. Parmi les boissons, vous pouvez choisir du thé, café, jus de fruits frais, cacao.

Déjeuner après 2-2.5 heures. Vous pouvez manger des fruits, du fromage cottage, une poignée de noix, des gâteaux de riz au thé.

Pour le déjeuner, des protéines, des glucides complexes et des fibres sont nécessaires. C'est-à-dire que vous pouvez manger une soupe légère de légumes, la deuxième - céréales ou des pâtes de blé dur + un plat de viande ou de poisson. La soupe peut être remplacée par une salade de légumes.

Au déjeuner, vous devez encore manger des fruits, des produits laitiers, ou vous permettre un petit dessert avec du thé.

Le dîner doit être très léger et doit se terminer 3-4 heures avant le coucher. Au dîner, vous devez à nouveau manger des protéines (viande, poisson, légumineuses) et des fibres (légumes cuits à la vapeur ou frais). Les céréales et le pain pour le dîner ne sont pas recommandés.

Si vous avez très faim avant d'aller au lit, vous pouvez boire un verre de kéfir ou manger quelques morceaux de fromage à pâte dure.

Ce menu n'est qu'approximatif, il peut être utilisé en fonction des caractéristiques individuelles et des préférences personnelles. En outre, les nutritionnistes ne conseillent pas de boire le repas principal afin de ne pas gêner la digestion. Il est préférable de boire un verre d'eau une demi-heure avant les repas ou 40 minutes après.

L'exercice pour la première fois après l'ablation de l'utérus et des ovaires est contre-indiqué, sauf pour la marche. Si la récupération se passe bien, le médecin recommande une activité physique légère (marche, thérapie physique, natation), qui a également un effet positif sur le bien-être physique, le poids et l'humeur.

Régime recommandé après l'ablation de l'utérus: traitement et récupération

L'ablation de l'utérus est l'une des opérations les plus complexes. Elle nécessite non seulement des performances chirurgicales correctes, mais également une longue période de traitement de rééducation. Une bonne alimentation après l'ablation de l'utérus peut considérablement accélérer le processus de rééducation du corps féminin, peut activer la récupération et le renforcement après la chirurgie, ce qui constitue un facteur de stress important. Considérez les nuances de la nutrition et la formation d'un régime à toutes les étapes de la rééducation.

Période postopératoire précoce: caractéristiques alimentaires

Ramasser la nourriture après le retrait de l'utérus est d'une importance primordiale et il est nécessaire de s'y laisser guider par les recommandations du médecin traitant. Mais il existe plusieurs règles de base universelles et applicables dans presque tous les cas d’interventions chirurgicales du type en question.

Immédiatement après l'opération, le risque de déshydratation est élevé. Par conséquent, il est important de respecter un régime de boisson approprié: le patient doit boire jusqu'à 1,5 fois par jour. Pour une rééducation efficace, il est particulièrement important de formuler correctement le régime alimentaire des trois premiers jours après une hystérectomie. Sinon, vous pouvez utiliser le schéma suivant:

  • premier jour: un verre de kéfir léger faible en gras (0,5 l dans plusieurs réceptions);
  • deuxième jour: soupe en purée non salée cuite dans un bouillon de légumes (en petites portions, deux ou trois doses);
  • deuxième jour: soupe de légumes sautés et boulette de viande à la vapeur à base de viande d'oiseau faible en gras (dinde ou poulet).

Les portions doivent être petites, tous les produits - non gras et frais. Mangez tous les plats doivent être dans une forme de mouture, température modérément chaude. Il est strictement nécessaire d'éviter le sel, car il peut provoquer un gonflement.

Au cours des jours suivants, le régime alimentaire prend progressivement de l'ampleur: il est possible de passer à des aliments plus solides, à partir de repas liquides et semi-liquides.

L'alimentation comme médicament: les bases d'une bonne nutrition après une chirurgie

Le régime postopératoire vise principalement à préparer une variété de bouillie friable, de viande maigre, de fruits et légumes et de produits laitiers. Dans le même temps, certains produits doivent être évités:

  • pain de blé et produits de boulangerie;
  • du chocolat;
  • café
  • thé fort;
  • alcool

En outre, à la discrétion du médecin traitant, tout autre produit susceptible de causer des flatulences ou de la constipation peut être exclu du régime. Au début de la période postopératoire, il est très important de ne pas laisser les sutures être endommagées. Par conséquent, les charges intenses, y compris les intestins, ne sont pas souhaitables.

En observant un régime après l'extraction de l'utérus, une femme doit clairement comprendre que son corps est faible et nécessite une attention particulière. Certaines spécialités préférées devront être oubliées pendant un certain temps, afin que le processus de récupération puisse être achevé aussi rapidement et efficacement que possible.

Le liquide doit être présent dans la quantité requise, alors que le mieux est d’opter pour une variété de tisanes, de bouillons, de fruits et de gelée de baies, d’eau minérale non gazeuse.

Il est important de faire attention au niveau d'hémoglobine dans le sang après une intervention chirurgicale, car le stress transféré peut diminuer. Pour éviter les manifestations anémiques, il est recommandé de manger des abricots secs, du jus de grenade, du sarrasin et du veau.

Le régime alimentaire après l’intervention chirurgicale visant à enlever l’utérus doit être varié et en bonne santé, riche en vitamines et en oligo-éléments nécessaires. Les repas doivent être fréquents, jusqu'à 6-7 par jour, avec de petites portions. Ce système nutritionnel aide à restaurer le fonctionnement du tractus gastro-intestinal et à une rééducation complète.

De nombreuses femmes sont confrontées à des problèmes de fonctionnement du système de reproduction, qui atteignent parfois des proportions critiques.

Période postopératoire tardive: quel régime suivre?

Environ à partir de la deuxième semaine après l'amputation, vous pouvez passer à un régime moins rigide, mais il est recommandé de le faire sous la surveillance d'un médecin et en écoutant attentivement les réactions du corps.

L'apport calorique peut être augmenté progressivement. Dans le régime alimentaire, vous pouvez entrer presque tous les aliments et plats. Les seules exceptions sont les aliments épicés et trop gras, qui peuvent entraîner une charge indésirable sur le système digestif. Dans le même temps, il est nécessaire de veiller à ce que des nutriments et des vitamines en quantité suffisante soient inclus dans la structure de l'alimentation quotidienne.

La médecine moderne recommande à ce stade de la rééducation de faire un régime alimentaire tel que son contenu calorique soit d'environ 2800-2900 kcal. En pratique, cela va de 600 à 800 grammes de nourriture, dont:

  • les protéines devraient faire entre 90 et 95 grammes;
  • graisses - 100–150 grammes,
  • glucides - 400–600 grammes.

Une bonne santé est le signe principal d’une nutrition adéquate et complète. Si une femme ressent une gêne intense, des douleurs vives ou des maux de dos, une lourdeur de l'estomac, de la fièvre ou d'autres symptômes indiquant un problème, vous devez également faire attention à son alimentation.

Une alimentation équilibrée après l'opération aidera votre corps à se purifier, à se régénérer et à fonctionner pleinement dans de nouvelles conditions physiologiques. Il est important de se rappeler que toute la nourriture utilisée par notre corps est un matériau de construction et énergétique. Elle doit donc être naturelle, écologique, fraîchement préparée et, surtout, apporter non seulement du plaisir, mais également des avantages.

Régime après l'ablation de l'utérus et des ovaires

Le nombre de femmes atteintes d'un cancer génital augmente chaque année. La localisation la plus courante des tumeurs est le corps de l'utérus. Plus de 75% des patients atteints d'un cancer de cette localisation sont des femmes en pré et post ménopause. Le groupe à risque comprend les patients plus jeunes atteints de maladies de l'endomètre précancéreuses (polypes adénomateux, hyperplasie de l'endomètre atypique).

Si le cancer de l'utérus est détecté aux stades I et II, cela permet un traitement efficace. La méthode standard de traitement est considérée comme chirurgicale et dans 90% des cas, l’extirpation de l’utérus avec appendices est réalisée. Avec une tumeur commune, les ganglions lymphatiques iléaux sont enlevés et la radiothérapie est effectuée.

Le cancer du col de l’utérus a le deuxième taux de prévalence le plus élevé et il est important qu’il y ait une tendance à une augmentation du nombre de patients en bas âge. La tactique de prise en charge de ces patients est déterminée par la prévalence du processus. Actuellement, jusqu'à 40% des patients consultent déjà un médecin de stade III - IV commun.

Le traitement chirurgical est recommandé aux stades initiaux et le montant de l'intervention varie de l'amputation élevée du col de l'utérus à l'extirpation de l'utérus avec appendices à l'extirpation prolongée de l'utérus avec appendices. Dans le même temps, la qualité de l'opération acquiert une importance fondamentale. Cela concerne l'élimination des ganglions lymphatiques, ce qui améliore les résultats aux stades III-IV de la maladie et le caractère histologique défavorable de la formation.

La phase chirurgicale est réalisée par accès abdominal et laparoscopique traditionnel. La laparoscopie est une opération à faible impact qui peut être utilisée pour l'amputation supravaginale de l'utérus et pour l'extirpation de l'utérus. Le plus souvent, il est utilisé en gynécologie générale pour les tumeurs bénignes: ablation de kystes ovariens, de ganglions de léiomyome, de résection ovarienne pour maladie polykystique, ainsi que dans l'élimination des adhérences externes des trompes de Fallope. Après la laparoscopie des trompes de Fallope, elles deviennent passables et une grossesse survient dans 60% des cas.

Récemment, l’expérience accumulée en laparoscopie lui a permis d’aller au-delà des pathologies bénignes et d’effectuer des opérations en gynécologie. Le suivi à long terme de l'efficacité du traitement et de la survie à cinq ans des patients a montré qu'il n'y avait pas de différence entre l'accès laparoscopique et l'accès traditionnel. Sans aucun doute, la chirurgie en oncologie gynécologique est un ordre de grandeur plus complexe que la gynécologie générale.

Avant la laparoscopie en gynécologie, une femme est soigneusement examinée, toutes les difficultés possibles de l'opération sont pondérées en tenant compte de l'ablation des ganglions lymphatiques régionaux. Avant l'opération, une femme ne devrait pas manger de ballonnements (miel, confiture, légumineuses, chou, pruneaux) pendant quelques jours, cesser de manger de la nourriture 8 heures avant l'opération et nettoyer l'intestin avec un lavement nettoyant. Les avantages de ce type d’intervention sont une faible blessure et un rétablissement rapide du patient.

Dans le schéma thérapeutique des tumeurs malignes après la chirurgie, on compte la radiothérapie et la chimiothérapie. En règle générale, associez plusieurs médicaments, ce qui entraîne inévitablement des nausées, des vomissements et un affaiblissement du système immunitaire. Si la chimiothérapie n’est pas efficace, une radiothérapie (gamma-thérapie intracavitaire et à distance) est réalisée.

La pratique montre que des tumeurs de même taille, de même type morphologique et de même localisation ne répondent pas de manière égale à la radiothérapie, ce qui se traduit par une régression à divers degrés. Cela dépend de la sensibilité radio individuelle. Cette procédure difficile s'accompagne de troubles digestifs, d'une perte de poids, d'anémie, de leucopénie et d'une faiblesse générale. En outre, le traitement anticancéreux en cours entraîne une violation de l'absorption des nutriments. Bien sûr, dans cet état, le patient revêt une grande importance pour la nutrition.

La nourriture pendant la radiothérapie de l'utérus présente certaines particularités. Le fait est qu'après la radiothérapie, il y a des réactions négatives. Les complications précoces comprennent les nausées, les vomissements, les changements de goût, la diarrhée, l'aversion pour la nourriture. En retard - l'apparition de sténoses intestinales et le développement du syndrome de malabsorption.

Les complications locales de la radiothérapie cervicale comprennent la sécheresse et l’atrophie de la muqueuse vaginale. Pour éliminer ces phénomènes, on prescrit au gel Triozhinal, qui consiste en une culture lyophilisée de lactobacilles, d’œstriol et de progestérone. Ils normalisent la microbiocénose du vagin, restaurent l'épithélium et améliorent la circulation sanguine.

Tous ces phénomènes peuvent être corrigés dans une certaine mesure par la nutrition. Il est important que la thérapie par le régime commence une semaine avant le début de la radiothérapie. La valeur nutritionnelle de l'aliment doit reconstituer les besoins en plastique / en énergie du corps, tout en réduisant la toxicité corporelle, en améliorant l'immunité et en intégrant des facteurs non spécifiques de protection antitumorale. Lors de l'établissement de la ration, il est nécessaire de prendre en compte autant que possible les préférences du patient et de cuisiner vos plats préférés.

Avec la radiothérapie après l'ablation de l'utérus, il est nécessaire de fournir:

  • Consommation alimentaire fréquente et fractionnée, pour avoir des collations au moment de l'appétit.
  • Diversifiez le régime alimentaire en incluant des jus de fruits fraîchement préparés, des légumes et des fruits frais. Augmente la résistance antitumorale du corps des légumes-fruits orange-rouge-jaune: abricots, citrons, pêches, pamplemousses, carottes, citrouilles, prunes, mandarines, pommes, tomates, betteraves, ainsi que brocolis, chou-fleur et kohlrabi. Il est conseillé d’ajouter au régime alimentaire des algues (varech, kombu, spiruline), des légumes-feuilles, des céréales germées, des graines, des noix et des produits de l’abeille.
  • Pour le soulagement des nausées, utilisez des aliments acides et salés (citrons, canneberges, concombres marinés).
  • En cas de nausée et de vomissement, exclure les produits qui ont une odeur, les aliments gras excessifs et le lait entier. Ces produits incluent après la disparition des nausées.
  • Avec le développement de l'anémie, le régime est enrichi avec des aliments contenant du fer: pistaches, lentilles, foie, épinards, jus de grenade. La vitamine C, la vitamine B12 et l'acide folique sont également nécessaires à la récupération de l'hémoglobine. Les produits qui les contiennent sont: rose sauvage, poivron, argousier, cassis, persil, laitue verte, betteraves, pois, haricots, épinards, citrouille, concombres, légumes verts, framboises, carottes, bananes, melons, oranges, abricots, amandes, cacahuètes, noix, noisettes.
  • Avec une diminution des taux de leucocytes, il est recommandé d'utiliser du poisson rouge, des œufs de poisson, des carottes, des pommes, du jus de betterave, de la décoction d'orge, de la décoction d'avoine, du sarrasin moulu, du kéfir, des fruits rouges et des fruits de mer.
  • Introduisez des produits à haute teneur énergétique qui, avec une petite quantité, fournissent des besoins énergétiques: poisson rouge, crème, beurre, caviar d'esturgeon, chocolat, crème sure, miel, noix, céréales à base d'huiles végétales, huile de poisson.
  • Des épices et des herbes (anis, cumin, romarin, clou de girofle, menthe, marjolaine, basilic, curcuma, thym, cannelle) peuvent être ajoutés pour mélanger la vaisselle. Le régime alimentaire doit être aussi varié que possible en raison d'une diminution de l'appétit et de modifications des sensations gustatives du patient.
  • L'utilisation de fluide libre à 1,5 l / jour. Consommation recommandée de boissons à base de lait fermenté, d’eau de table, de jus de légumes et de fruits, de tisane.
  • Dans le régime alimentaire, vous devez réduire la teneur en viande rouge, en augmentant l'utilisation de la volaille, du poisson, des œufs et des produits laitiers. La préférence est donnée aux produits laitiers "vivants" faits maison. Ils contribuent à la normalisation de la microflore, principal agent anticarcinogène.
  • Schazheniye muqueuse gastro-intestinale par la cuisson ou la vapeur.

Entre les séances de radiothérapie, lorsque l'appétit du patient s'améliore, vous pouvez augmenter la fréquence des repas et le volume des portions, en vous concentrant sur les aliments riches en calories. Les épices et les assaisonnements, les légumes marinés et les sauces maison faciliteront la digestion. En l'absence de contre-indications, les médecins sont autorisés à utiliser une petite quantité de vin rouge sec, de bière ou de boissons fortement alcoolisées avant les repas entre les séances de radiothérapie.

La malabsorption est une complication fréquente de la radiothérapie. Il s'agit d'un trouble de la digestion avec une violation de l'absorption des nutriments dans l'intestin grêle. Une de ses premières manifestations est la diarrhée, puis la perte de poids et l’anémie. La nutrition dans ces cas est ajustée et doit correspondre à une nutrition similaire à celle de la maladie de Crohn.

Ceci est la version en purée du régime avec une affection intestinale maximale. La ration comprend des soupes de gruaux râpées, des bouillies râpées à l’eau, de la purée de pommes de terre, des œufs à la coque, des escalopes de poulet et de poisson cuits à la vapeur, des mets à base de fromage cottage, des kissels à l’étoile noire, des coings, du cornouiller et des raisins de Corinthe, du thé vert et des pommes râpées. Ceci est un régime faible en gras avec des probiotiques.

Le lait et les produits laitiers (sauf le fromage, le yogourt et le babeurre), le pain au son, les graines, les noix, les fruits secs, les aliments frits et gras, les fruits et les légumes crus, le maïs, le café, le thé, les épices, le chocolat et les boissons sont également exclus du régime. avec du gaz. Il est recommandé d'augmenter l'apport hydrique à trois litres par jour.

Après une hystérectomie chez la femme, des modifications hormonales se produisent et la ménopause prématurée commence. Elle se manifeste par une sécheresse vaginale, des "marées", une détérioration du sommeil, des changements d'humeur, des dépressions. Pour réduire quelque peu ces manifestations de l'alimentation après l'ablation de l'utérus et des ovaires, il faut respecter les principes d'une alimentation saine.

Il s’agit d’une nutrition complète avec l’ensemble nécessaire de vitamines et de nutriments, à l’exception des aliments gras, trop épicés et difficiles à digérer. En cas d'épuisement, la ration devrait contenir une quantité accrue de protéines (1,2 à 1,5 g / kg de poids) en raison de l'introduction de protéines animales - œufs, bœuf, poulet, fromage cottage faible en gras, dinde, poisson de mer. Le poisson et les fruits de mer, en tant que sources de sélénium, d’iode et d’AGPI oméga-3, doivent être préférés.

Le menu devrait inclure des fruits et des légumes de saison, ainsi qu'un nombre suffisant de plats à base de céréales, de noix, de graines et d'huiles végétales. Un certain nombre d’études ont démontré l’effet anticarcinogène de l’acide linoléique (sa forte teneur en coton, en palmier, en soja, en noix de coco, en colza, en huile de lin, un peu moins en olive et en tournesol). Tous les légumes à feuilles vertes, les algues bleues, les feuilles d'ortie, les feuilles de moutarde verte contiennent de la chlorophylle et il est connu pour augmenter la résistance du corps. Il faut autant que possible inclure dans le régime des légumes verts du jardin.

Le brocoli et le chou-fleur contiennent de l'indole, qui renforce l'effet détoxifiant du foie

Les légumes pourpres ont une teneur élevée en anthocyanures et augmentent la résistance du corps. La betterave et le jus de betterave, les cerises au chou rouge, les raisins rouges, les mûres et les myrtilles seront utiles dans cette maladie.

Le brocoli, le chou blanc, le chou de Bruxelles et le chou-fleur, la moutarde verte contiennent de l'indole, qui renforce l'effet détoxifiant du foie. Il est donc utile d'inclure ces légumes quotidiennement dans l'alimentation. Les légumes marinés sont utiles pour maintenir une microflore intestinale bénéfique.

Il faut éviter les produits contenant des additifs (colorants, arômes, stabilisants), des graisses réfractaires, des bonbons en grande quantité. La croissance des tumeurs est stimulée par les graisses trans et les graisses animales, elles sont donc exclues du régime alimentaire.

Le meilleur remplacement pour eux sont les huiles végétales non raffinées. Ils contiennent de la vitamine E, qui doit être présente dans le régime alimentaire. Vous pouvez l'obtenir en mangeant des noix, du soja, des abricots secs, de l'huile de maïs et de colza, des baies d'argousier, du gruau et du sarrasin, des carottes, des bananes et du fromage cottage.

Les acides gras oméga-3 sont représentés par les poissons marins huileux et l'huile de poisson. Ils contiennent également des huiles végétales: graines de lin, soja, moutarde, colza, noix, sésame.

Le régime alimentaire des patients subissant une intervention chirurgicale et une radiothérapie doit inclure des aliments riches en sélénium: foie de dinde, poulet, porc, bœuf, canard, poulpe, œufs, riz noir, haricots, maïs, orge, lentilles, blé, pistaches, blé germé, pois, noix, ail, brocoli, tomates, graines, fruits secs. Dans la liste de ces produits, vous pouvez choisir ceux que vous aimez et que vous tolérez bien.

Ne pas oublier la consommation de liquide: jus de fruits, décoctions d'herbes, eau sans gaz. Le thé vert a la particularité des radicaux libres, donc recommandé pour les patients.

Produits autorisés

Le régime alimentaire après une intervention chirurgicale pour enlever l'utérus comprend:

  • Soupes végétariennes avec des légumes et des céréales.
  • Produits protéinés - boeuf maigre, poulet, dinde et lapin. Ils peuvent être utilisés une fois par semaine. Le poisson et les fruits de mer sont privilégiés, car leurs protéines sont plus faciles à digérer et sont riches en acides gras polyinsaturés. La viande et le poisson sont cuits à ébullition, à l'étouffée ou au four. Vous pouvez diversifier le menu avec des côtelettes de viande et de poisson, du zrazami et des ragoûts de légumes.
  • Grand choix de fruits et légumes: légumineuses, tomates, betteraves, courgettes, brocolis, concombres, aubergines, pommes de terre, chou-fleur, asperges, chou-rave, herbes de jardin, carottes, concombres, varech, varech, laitue, gingembre, gingembre de blé abricots, poires, raisins, mandarines, fraises, bananes, pommes, pêches, framboises, cantaloup. Tous les fruits et légumes ne doivent pas contenir de nitrates. Vous pouvez les utiliser sous forme fraîche et culinaire.
  • Il est recommandé d'administrer les algues quotidiennement.
  • Huiles végétales et huiles de poisson.
  • Produits laitiers fermentés, fromage cottage, lait - avec tolérance.
  • Produits à forte intensité énergétique: caviar d'esturgeon, poisson rouge, beurre, œufs à la coque, pain aux céréales, pain complet, crème, crème sure, thon, céréales de blé et de sarrasin, chocolat, miel, fromages, fruits secs, noix et graines.
  • Thé vert, décoction de dogrose, tisanes, eau de table sans gaz, jus fraîchement préparés.