loader
Recommandé

Principal

Sarcome

Leucoplasie cervicale

La leucoplasie cervicale est un changement pathologique limité de l'exocervix, caractérisé par la prolifération et la kératinisation de l'épithélium multicouche. La leucoplasie cervicale est généralement asymptomatique; peut être accompagné d'importantes sécrétions de blanchiment et de contact. Diagnostic par examen du col utérin dans les miroirs, colposcopie étendue, examen des frottis cervicaux, biopsie avec étude histologique du matériel. Dans le traitement de la leucoplasie cervicale, la cryodestruction, la coagulation par ondes radio, la vaporisation au laser CO2, la coagulation au plasma argon sont utilisées; dans certains cas, une conisation ou une amputation du col utérin est indiquée.

Leucoplasie cervicale

La leucoplasie (grecque - leucos; plaque blanche - plax) est une zone de kératinisation et d’épaississement de l’épithélium intestinal du col de l’utérus de gravité variable (comme l’hyperkératose, la parakératose, l’acanthose). Macroscopiquement, l’image de la leucoplasie ressemble à des plaques blanchâtres dominant la muqueuse vaginale du col de l’utérus, parfois ces structures sont localisées dans le canal cervical.

La prévalence de la leucoplasie est de 5,2% parmi toutes les pathologies du col utérin. La maladie est plus susceptible aux femmes en âge de procréer. La ruse de la leucoplasie est un risque élevé de transformation maligne de l'épithélium cervical, qui se développe chez 31,6% des patients. Par conséquent, les problèmes de diagnostic et de traitement rapides de la leucoplasie cervicale sont étroitement liés au problème de la prévention du cancer du col utérin.

Causes de la leucoplasie cervicale

Dans l'étiologie de la leucoplasie cervicale, l'influence de facteurs endogènes (perturbations de la régulation hormonale et immunitaire), ainsi que de causes exogènes (infectieuses, chimiques, traumatiques) est isolée. Un changement dans l'homéostasie hormonale est une violation de la relation fonctionnelle dans la chaîne hypothalamus-hypophyse-ovaire-utérus, conduisant à une anovulation, un hyperestrogenisme relatif ou absolu, un déficit en progestérone et, par conséquent, des processus hyperplasiques dans les organes cibles.

La survenue d'une leucoplasie cervicale est souvent précédée de processus infectieux-inflammatoires (endométrite, annexite), de troubles menstruels (aménorrhée, oligoménorrhée). Parmi les facteurs de base figurent l’infection à papillomavirus humain, l’ureaplasmose, la chlamydia, la mycoplasmose, l’herpès, l’infection à cytomégalovirus, la colpite non cervicale et la cervicite, l’ectopie récurrente; réactivité générale et locale réduite; vie sexuelle promiscuous. Le développement de la leucoplasie est favorisé par des lésions traumatiques et chimiques du col utérin au cours de l’avortement chirurgical, du curetage diagnostique, de la prise de médicaments ou de la diathermocoagulation de l’érosion cervicale et d’autres interventions agressives.

Des mécanismes provoquant la kératinisation des cellules de l'épithélium multicouche exocervix (normalement non kératinisant) sont déclenchés dans le contexte de facteurs étiologiques. En raison du réarrangement progressif des cellules épithéliales (désintégration des noyaux et des organoïdes intracellulaires), des écailles cornéennes ne contenant pas de glycogène se forment. Les foyers de leucoplasie cervicale peuvent être simples ou multiples.

Formes de leucoplasie cervicale

Selon des critères morphologiques, la gynécologie distingue les leucoplasies cervicales simples et proliférantes. La leucoplasie cervicale simple est appelée modification du fond (hyper ou parakératose). Elle se caractérise par un épaississement et une kératinisation des couches superficielles de l'épithélium. dans le même temps, les cellules des couches basale et parabasale ne subissent aucune modification.

Avec la transformation proliférative, la différenciation est violée, la prolifération des cellules de toutes les couches, des éléments structurels atypiques apparaissent. Cette forme de leucoplasie cervicale est considérée comme un processus précancéreux - néoplasie intraépithéliale cervicale (CIN, dysplasie cervicale).

Symptômes de leucoplasie cervicale

La maladie ne s'accompagne pas d'un tableau clinique spécifique et de plaintes subjectives. Une leucoplasie du col de l'utérus est souvent détectée lors d'un prochain examen par un gynécologue. Dans certains cas, il peut y avoir des signes indirects de leucoplasie cervicale - leucorrhée importante avec odeur désagréable, écoulement par contact d'une petite quantité de sang après un rapport sexuel.

Diagnostic de la leucoplasie cervicale

Lors d'un examen gynécologique à l'aide de miroirs sur le col de l'utérus, des zones blanches sous forme de taches ou de plaques, souvent de forme ovale, avec des limites claires, de tailles variables sont déterminées. En règle générale, les foyers de leucoplasie dépassent légèrement de la surface de la couverture épithéliale inchangée du col de l'utérus. La surface des plaques peut être recouverte d'écailles épithéliales kératinisées.

L'examen cytologique du frottis cervical révèle des accumulations de cellules épithéliales superficielles avec des signes d'hyperkératose ou de parakératose. En cas d'hyperkératose, un grand nombre d'écailles kératinisées non nucléaires sont détectées. Avec la parakératose, la densité et la couleur du cytoplasme de petites cellules à noyaux pycnotiques augmentent.

Les processus d'hyper- et de parakératose empêchent la pénétration de couches profondes de l'épithélium dans les cellules raclantes, dans lesquelles la prolifération, la différenciation et l'atypie sont possibles. Par conséquent, dans le diagnostic de la leucoplasie, la méthode principale consiste en une biopsie au couteau ciblée du col de l'utérus et à un examen histologique du tissu exocervix, qui permet d'exclure ou de confirmer les processus tumoraux, ainsi que la néoplasie intraépithéliale cervicale (CIN). Afin d'éliminer le cancer du col utérin, un raclage du canal cervical est effectué.

À l'aide d'une colposcopie étendue (colposcopie vidéo), la nature et la taille de la lésion sont clarifiées. Lors de l’imagerie colposcopique, des plaques blanches visibles à la surface fine, aux bords nets et lisses, au manque de vaisseaux sanguins. La taille et la prévalence de la leucoplasie cervicale peuvent aller d'une plaque unique à de multiples zones étendues couvrant tout l'exocervix et passant aux cavités vaginales. La réalisation d'un échantillon de Schiller révèle des sites négatifs pour l'iode.

Les tests cliniques et de laboratoire comprennent l’examen microscopique et bactériologique des frottis, la détection par PCR et le typage du VPH, ainsi que des études hormonales et immunologiques (le cas échéant). Dans le processus de diagnostic, la leucoplasie cervicale est différenciée du cancer du col utérin, érosion cervicale. Les patients atteints de leucoplasie cervicale peuvent avoir besoin de consulter un gynécologue, un gynécologue et un endocrinologue.

Traitement de la leucoplasie cervicale

La stratégie de traitement est déterminée par la forme de leucoplasie identifiée du col de l'utérus (simple ou proliférante). Les objectifs du traitement sont l’élimination des maladies de fond et l’élimination complète des foyers pathologiques.

Selon les témoignages, un traitement antibactérien, antiviral, anti-inflammatoire. Pour éliminer les foyers de leucoplasie cervicale et la gynécologie, on utilise des méthodes d'exposition cryogénique, de destruction des ondes radioélectriques, de coagulation au plasma argon, de vaporisation au laser CO2, de diathermocoagulation et de coagulation chimique. La destruction mini-invasive des lésions de leucoplasie cervicale est réalisée en ambulatoire; la cicatrisation des tissus peut nécessiter une période de 2 semaines à 2 mois, en tenant compte de l'étendue de la lésion, des maladies associées et de la méthode de destruction.

Pour la période de traitement de la leucoplasie du col de l'utérus, la vie sexuelle et l'utilisation de toute contraception sont exclues. Dans le cas d'une néoplasie intraépithéliale cervicale, une combinaison de leucoplasie avec hypertrophie, kraurose, malformations cicatricielles du col utérin, le volume d'intervention peut inclure une conisation du col ou une amputation du col.

Prévention de la leucoplasie cervicale

Afin de prévenir le développement de la leucoplasie cervicale, un traitement précoce des érosions, des processus inflammatoires et infectieux dans les organes reproducteurs est nécessaire; exclusion des avortements, des lésions cervicales lors de l'accouchement et des procédures gynécologiques; Prévention des IST, utilisation de la contraception de barrière.

Les femmes souffrant de troubles menstruels doivent être surveillées par un gynécologue et un endocrinologue afin de corriger les troubles hormonaux. En matière de prévention de la leucoplasie cervicale, de dépistage et de travail explicatif, des examens gynécologiques réguliers sont importants. Le point de prévention essentiel est la vaccination contre le VPH.

Après la destruction des lésions de leucoplasie sans atypie, un patient est soumis à une colposcopie tous les six mois, à un test de frottis pour oncocytologie et à des tests HPV. Après 2 ans et en l'absence de récidive, la femme est transférée dans le mode d'observation habituel.

Pronostic pour la leucoplasie cervicale

En l'absence d'atypie, infection par le papillomavirus humain, l'élimination des facteurs de fond défavorables, le pronostic après le traitement de la leucoplasie du col de l'utérus est favorable. Si la cause fondamentale de la maladie est préservée, une évolution manifeste et le passage de la leucoplasie au cancer du col utérin sont possibles.

En cas de leucoplasie simple chez les femmes en âge de procréer, afin d'éviter toute déformation cicatricielle du col de l'utérus, il est préférable d'utiliser des méthodes de destruction modérées: cryodestruction, vaporisation au laser, traitement radiochirurgical, coagulation chimique. La conduite de la grossesse chez ce groupe de patientes nécessite un contrôle accru de l'état du col de l'utérus.

La leucoplasie cervicale: qu'est-ce que c'est, peut-elle évoluer en cancer et comment peut-on la traiter?

Le mot "leukoplakia" est formé de deux mots grecs qui signifient "plaque blanche". Il a commencé à être utilisé en médecine dès 1887 et depuis lors, il a toujours été utilisé en médecine domestique pour déterminer les processus associés à la kératinisation excessive des couches épithéliales. Voyons quelle est cette maladie - la leucoplasie cervicale?

Il s'agit d'une affection anormale dans laquelle se développe une kératinisation excessive (accumulation de kératine) de l'épithélium multicouche recouvrant la surface du col de l'utérus. Les médecins et les morphologues étrangers parlent souvent de dyskératose cervicale, c'est-à-dire de violation de la formation de kératinocytes - cellules épithéliales mortes.

Prévalence et méthodes de prévention

La pathologie décrite est détectée chez 1,1% de toutes les femmes. Parmi les autres maladies du cou, sa part est de 5,2%. Plus souvent, ce diagnostic est enregistré chez les patients présentant une altération du cycle menstruel - dans 12% des cas.

Malgré la faible incidence de la maladie en gynécologie, il est nécessaire de suivre des mesures pour la prévenir. En effet, près d’un tiers des patients atteints de leucoplasie développent plus tard un cancer du col de l’utérus.

Prévention:

  • diagnostic opportun de l'ectopie cervicale et son traitement;
  • traitement des infections virales et microbiennes;
  • vaccination contre le papillomavirus humain;
  • l'utilisation du préservatif est recommandée dans les groupes de femmes ayant de fréquents changements de partenaires;
  • traitement des troubles du cycle menstruel;
  • examen ciblé des femmes à risque.

Ainsi, une visite chez le gynécologue au moins une fois par an et le respect de règles d'hygiène simples empêcheront le développement de la leucoplasie chez de nombreuses femmes.

Classification

La pathologie peut être simple ou avec une atypie de cellules.

  • La leucoplasie cervicale simple est la formation de cellules mortes à la surface du col de l'utérus qui forment une plaque. Ces cellules sont caractérisées par l'accumulation de protéines denses - la kératine, qui forment par exemple la base des ongles, des cheveux et se trouvent également dans les couches supérieures de la peau. Il n'y a pas de changements microstructuraux.
  • La leucoplasie atypique s'accompagne non seulement de la formation d'un grand nombre de cellules kératinisantes, mais également d'un changement de leur structure microscopique: augmentation du noyau, apparition de nucléoles supplémentaires, vitesse de division, perturbation de la forme, etc.

Le cancer de la leucoplasie est-il ou non?

Les médecins répondent à cette question de la manière suivante: la leucoplasie ordinaire n’est qu’une condition de fond et ne se transforme pas en cancer. Il appartient au groupe des hyper et parakératoses, c'est-à-dire des violations de la kératinisation. La leucoplasie atypique est une affection précancéreuse liée à l'intranéoplasie cervicale.

En fonction de la prévalence des troubles, la leucoplasie est classée de la même manière que la néoplasie cervicale. À un degré, l'atypie des cellules n'est présente que dans le tiers inférieur de la couche épithéliale, à la seconde, aux 2/3 et au troisième, elle recouvre la totalité de la couche d'épithélium.

Selon la nomenclature moderne, la leucoplasie de l'épithélium cervical en tant que symptôme colposcopique fait référence à des données anormales de l'examen colposcopique.

Pourquoi la maladie survient

Les causes de la maladie cervicale sont divisées en deux groupes:

  • endogène (interne);
  • exogène (externe).

La théorie de l'origine hormonale de la leucoplasie a été lancée dans les années soixante du vingtième siècle. Selon elle, la cause principale de l'hyperplasie (prolifération) des tissus pathologiques est un déficit en progestérone et un excès d'œstrogènes. Ce déséquilibre hormonal est dû à des troubles de l'ovulation dans les ovaires. L'anovulation se développe avec tous les troubles du système hypothalamo-hypophysaire, des ovaires ou de l'utérus.

Cette affection du col de l’utérus survient souvent après avoir été atteinte d’une maladie infectieuse de l’utérus et de ses appendices, en particulier dans le contexte d’une menstruation peu abondante (oligoménorrhée).

Parmi les facteurs externes, les influences physiques et chimiques iatrogènes (médicales) revêtent une importance particulière. Ainsi, environ un tiers des patients atteints de leucoplasie avaient précédemment reçu un traitement intensif et souvent inutile de la pseudo-érosion, tandis que le deuxième tiers avait subi une diathermocoagulation («brûlure») du col de l'utérus.

Alors, qui est à risque pour le développement de la leucoplasie:

  • les femmes ayant des cycles menstruels irréguliers, en particulier avec des périodes maigres;
  • les patients qui ont subi des processus inflammatoires du tractus génital (salpingite, endométrite, annexite);
  • les patients qui ont eu une pseudo-érosion cervicale récurrente dans le passé et qui ont reçu un traitement intensif pour cela.

Le mécanisme de la maladie n'est pas bien compris. Sous l'action des raisons ci-dessus, les processus d'accumulation de kératine dans l'épithélium plat qui tapisse le col de l'utérus sont activés (normalement, il ne kératinise pas). Les cellules épithéliales sont lentement réarrangées, leur noyau et d'autres éléments internes se désintègrent, les cellules perdent du glycogène. En conséquence, des écailles cornées se forment.

La leucoplasie peut être associée à une ectopie cervicale. Dans ce cas, une leucoplasie focale du col de l’utérus se produit lors de l’épidermisation (cicatrisation) de l’ectopie, lorsque l’épithélium multicouche commence à se développer sur la surface endommagée. À ce stade, des foyers pathologiques uniques ou multiples peuvent apparaître.

Signes cliniques et diagnostic

Le plus souvent, la maladie se déroule dans le secret, sans aucune plainte. Seuls certains patients s'inquiètent d'une abondante leucorrhée, ainsi que des pertes sanguines du vagin lors d'un contact sexuel. Il n'y a pas de douleur dans la leucoplasie.

En raison de l'évolution asymptomatique, l'examen complet d'une femme revêt une importance particulière, en particulier si elle appartient à un groupe à risque.

Lorsque l'interview clarifie la nature du cycle menstruel, les maladies antérieures, y compris la pseudo-érosion. Il s'avère que le traitement de la pseudo-érosion a été traité.

Le diagnostic de la leucoplasie cervicale est basé sur les deux méthodes les plus informatives:

La défaite ressemble à une pellicule blanche facilement enlevée ou à des plaques en forme de touffes compactées avec des bords bien visibles. Ces symptômes de leucoplasie cervicale dépendent de l'épaisseur de la couche cornée. En dessous se trouvent des foyers brillants de couleur rose, qui correspondent à la taille actuelle des dégâts. Les foyers de leucoplasie peuvent être assez petits et occuper un vaste territoire, allant même jusqu'aux parois du vagin.

Au cours de la colposcopie, la leucoplasie a l'aspect d'une zone non peinte à l'iode, recouverte de petits points rouges. Ces points sont des excroissances du tissu conjonctif situé sous l'épithélium, dans lequel passent les capillaires. Le foyer pathologique lui-même n'a pas de vaisseaux. Les fils capillaires rouges créent un motif de mosaïque spécifique. Le test de Schiller pour la leucoplasie est négatif.

Pour diagnostiquer une tumeur maligne du col de l'utérus dans la leucoplasie, une empreinte de frottis est prélevée à la surface de l'épithélium. Cependant, cette méthode n’est pas toujours informative, car, en raison de la kératinisation, les couches profondes de l’épithélium n’entrent pas dans le frottis, où se produit la transformation cellulaire.

Par conséquent, la méthode de diagnostic principale est la biopsie. Pour une recherche qualitative, il est nécessaire de réaliser une biopsie au couteau (à l'aide d'un scalpel) précisément à partir d'une partie modifiée du cou. Par conséquent, cette procédure est effectuée sous le contrôle de la colposcopie.

La pathologie peut survenir non seulement sur le col utérin, mais également dans le canal cervical. Par conséquent, il est nécessaire simultanément avec la biopsie de guérir la membrane muqueuse du canal cervical. Le matériau obtenu évalue l'épaisseur de l'épithélium, le degré de kératinisation, la perte de glycogène, les modifications du noyau et de la forme de la cellule, ainsi que d'autres signes.

La microcolpoghystéroscopie est l'une des méthodes de diagnostic les plus modernes. Il vous permet d'entrer dans le canal cervical sans anesthésie ni expansion, d'inspecter ses parois, de réaliser une biopsie ciblée.

Lors de l'examen du matériel obtenu au microscope, la présence d'atypie cellulaire est très importante. La leucoplasie cervicale sans atypie est caractérisée par un rapport normal de la taille des cellules dans les couches superficielles et profondes, mais il existe des signes d'accumulation excessive de kératine dans celles-ci. Ce processus s'appelle la dyskératose.

En cas de leucoplasie avec atypie, la couche supérieure est représentée par la dyskératose et sous elle se cache une couche profonde dans laquelle se trouve un changement pathologique dans les cellules. De nombreux médecins appellent une telle condition un précancer morphologique.

De plus, afin de clarifier les causes de la maladie et la tactique de son traitement, des recherches bactériologiques sont menées pour identifier les virus et les bactéries pathogènes, et les hormones et les organes génitaux sont évalués. Si nécessaire, prescrire l'étude du statut immunitaire - immunogramme.

Traitement

La question de savoir comment traiter plus efficacement la leucoplasie du col utérin n’a pas encore été résolue. De nombreuses façons d’influencer la focalisation pathologique ont été proposées, en particulier:

  • diathermocoagulation;
  • exposition à l'azote liquide;
  • traitement au laser de la leucoplasie cervicale par rayonnement de forte intensité;
  • chirurgie par ondes radio;
  • pharmacothérapie générale;
  • l'usage de drogues topiquement.

Avant de commencer le traitement, vous devez vous assurer que le patient ne présente pas de maladies inflammatoires de la vulve et du vagin causées par des virus, la chlamydia, les trichomonas, les champignons. Selon les indications, traitement avec des agents antimicrobiens appropriés.

Le traitement de la leucoplasie cervicale par des remèdes populaires n'est pas recommandé. Des substances telles que l'huile d'argousier, l'huile de rose musquée, les produits à base d'aloès et d'autres recettes populaires peuvent augmenter la prolifération de cellules anormales et provoquer l'apparition de cellules anormales. Nous conseillons aux femmes de ne pas risquer leur santé, mais d’être traitées selon les concepts modernes.

La phytothérapie pour la leucoplasie n’est autorisée que dans le but d’améliorer l’équilibre hormonal, l’état général du patient et comprend un pinceau rouge, un utérus de bore et un potentille blanche. Des cours d'adaptogènes peuvent être apportés - citronnelle, éleuthérocoque, Rhodiola rosea.

Drogue de cautérisation "Solkovagin"

Jusqu'à présent, la moxibustion chimique de la leucoplasie cervicale avec le médicament Solkovagin était utilisée. Cet outil provoque la coagulation (brûlure) de l'épithélium. Le médicament pénètre à une profondeur de 2 mm, ce qui contribue à la destruction du foyer. Traitement Solkovaginom indolore. Chez les patients jeunes, sans naissance et atteints de leucoplasie simple, l'efficacité de ce traitement dépasse 70%.

La solkovagine a des contre-indications, en particulier une suspicion de dysplasie cellulaire ou de néoplasme malin. Par conséquent, il ne doit pas être utilisé pour la leucoplasie avec atypie.

Diathermocoagulation

Actuellement, on utilise également la diathermocoagulation - cautérisation à haute température. Cependant, cette méthode a des effets indésirables:

  • développement de l'endométriose dans le foyer de l'exposition;
  • saignement lors du rejet de la croûte formée lors de la coagulation;
  • aggravation des annexis concomitants;
  • violation du cycle menstruel;
  • la douleur
  • longue guérison;
  • souvent - récidive de leucoplasie cervicale.

Cryothérapie

La cryothérapie est une méthode moderne de traitement. À basse température, il provoque la nécrose (mort) des cellules anormales. La procédure est effectuée une fois, en fonction de la taille de la lésion, dure de 2 à 5 minutes. La procédure est indolore, elle est effectuée en ambulatoire. L'efficacité atteint 96%, cependant, les rechutes sont possibles.

Les bougies sont prescrites pour accélérer la guérison et prévenir les infections après une diathermocoagulation ou une cryothérapie. Les suppositoires vaginaux utilisés pour restaurer la muqueuse endommagée, avec du méthyluracile ou du dépantol, sont utilisés.

Exposition laser

L'élimination au laser de la leucoplasie cervicale est la méthode de traitement la plus moderne. Un laser à haute intensité de dioxyde de carbone est utilisé. La procédure est réalisée sans contact et sans douleur. Ceci élimine la possibilité d'infection du patient par des maladies infectieuses ou des saignements. Le laser évapore le tissu endommagé, formant un film mince qui protège la plaie du sang et des infections.

La méthode la plus moderne de traitement de la leucoplasie cervicale - exposition au laser

La coagulation au laser est effectuée en ambulatoire, au cours de la première semaine du cycle. Immédiatement avant l'exposition, le cou est coloré avec une solution de Lugol afin de déterminer les limites de la leucoplasie. Si non seulement le cou est touché, mais aussi les parois du vagin, il est procédé dans un premier temps à une coagulation au laser des lésions du cou et, un mois plus tard, aux parois du vagin. La guérison complète a lieu environ 1,5 mois après la procédure.

Thérapie par ondes radio

Avec la leucoplasie, le traitement par Surgitron est possible. Il s'agit d'un appareil de thérapie par ondes radio qui permet d'éliminer le foyer pathologique facilement et sans douleur.

Méthode chirurgicale

Si une leucoplasie survient à la suite d'un changement de la forme du cou (par exemple, après l'accouchement), un traitement chirurgical est utilisé. Les tissus affectés sont enlevés par conisation (couteau ou laser), ainsi que par amputation (cunéiforme ou conique). Pour rétablir la forme normale du col et du canal cervical, une chirurgie plastique est possible.

De tous les traitements, la thérapie au laser est préférable.

La leucoplasie cervicale peut-elle passer toute seule?

Malheureusement, la réponse à cette question est négative. Sans traitement, la leucoplasie simple peut durer assez longtemps, mais quand une atypie apparaît, la progression de la maladie s'accélère et peut se transformer en une tumeur maligne.

Après le traitement, vous devez équilibrer votre alimentation et essayer de consommer plus de protéines et de vitamines. Après avoir consulté un médecin, vous pouvez prendre des compléments alimentaires pour améliorer l’immunité et la santé des femmes. Ils peuvent être pris individuellement ou par des programmes comprenant plusieurs composants naturels.

Leucoplasie et grossesse

La leucoplasie est souvent détectée chez les jeunes femmes. Cependant, ils peuvent être intéressés à savoir si la maladie empêche le port d'un enfant? Puis-je tomber enceinte d'une leucoplasie?

Avec les changements focaux, le processus de conception n'est pas perturbé. Un obstacle à la fécondation peut être une violation de l’ovulation, responsable de la leucoplasie, ainsi que des conséquences des maladies inflammatoires.

Dans certains cas, une grossesse peut être difficile avec des déformations sévères du col utérin, par exemple à la suite de procédures répétées de diathermocoagulation, qui avaient été transférées dans le passé en raison d'une pseudo-érosion récurrente.

Lors de la planification d'une grossesse, vous devez subir un examen gynécologique complet et éliminer la leucoplasie. Pendant la grossesse, une inspection régulière à l'aide de miroirs est nécessaire. Si l'état du cou est satisfaisant, l'accouchement est possible par des voies naturelles.

Leucoplasie cervicale

La leucoplasie cervicale focale n'est pas une maladie indépendante, mais bien un symptôme.

Par leucoplasie (le terme est traduit par «plaque blanche»), on entend un changement focal dans la région des muqueuses. Normalement, la muqueuse cervicale a une couleur rose et avec le développement de la leucoplasie, ses petites zones deviennent plus claires (blanchâtres). Très souvent, un tel changement pathologique dans l'apparition des tissus est un signe du développement de l'une des maladies gynécologiques.

La cause immédiate de la leucoplasie du col de l’utérus (LSM) est une violation du processus de kératinisation de la couche muqueuse épithéliale de surface, au cours de laquelle se produit son épaississement.

Pour établir la véritable cause du changement caractéristique, une série de tests est nécessaire.

Formes de leucoplasie

Il existe deux formes principales de leucoplasie cervicale:

Dans sa forme simple, l'épaississement de l'épithélium est relativement faible, de sorte que la zone pathologiquement modifiée se situe au même niveau que la membrane muqueuse saine environnante. La forme squameuse se caractérise par un épaississement et un grossissement importants de la couche superficielle qui, dans le même temps, s'élève au-dessus de la surface du cou.

Pourquoi la leucoplasie cervicale se développe-t-elle?

Le mécanisme exact du «lancement» du processus pathologique n'est pas encore clair.

Les principales causes de leucoplasie focale de l'utérus sont des maladies d'origine infectieuse et inflammatoire, ainsi que des lésions de la membrane muqueuse du col de l'utérus (au stade de la guérison).

S'il vous plaît noter: les lésions locales résultent souvent de manipulations médicales, notamment l'hystéroscopie, l'interruption artificielle de la grossesse (avortement) et le curetage de l'utérus.

Les changements apparaissent souvent sur fond de dysfonctionnement des organes du système reproducteur féminin (ovaires) et d'un affaiblissement important du système immunitaire. Dans la pratique clinique, il existe souvent des cas de leucoplasie résultant de divers troubles endocriniens, notamment des violations de l'activité fonctionnelle des glandes surrénales et de la thyroïde.

Important: parmi les causes possibles de l’apparition d’une leucoplasie du col de l’utérus, on parle également d’apparition précoce d’activités sexuelles et de changements fréquents de partenaires.

La leucoplasie peut apparaître à l’origine des maladies gynécologiques chroniques suivantes:

  • vulvovaginite;
  • endométrite (inflammation de la couche interne de la membrane muqueuse de la paroi de l'utérus);
  • salpingo-oophorite (inflammation des appendices - trompes de Fallope et ovaires).

Infections pouvant causer une leucoplasie:

S'il vous plaît noter: dans certains cas, les taches pâles qui présentent une similitude externe avec le LSM constituent une variante de la norme, c'est-à-dire qu'elles constituent une caractéristique individuelle d'un patient particulier.

Parfois, la pathologie est l’un des symptômes de la dysplasie ou des néoplasmes malins du col utérin.

Le développement de la leucoplasie sur fond de dysbactériose vaginale, et également due à l'utilisation de remèdes locaux pour le traitement des lésions cervicales (administration intravaginale de tampons avec des huiles et des pommades) n'est pas exclu. Selon les statistiques, un patient sur trois chez qui un LSM avait été diagnostiqué avait déjà été traité pour une pseudo-érosion cervicale.

Le groupe à risque comprend les femmes en âge de procréer atteintes de troubles menstruels, ainsi que les patientes présentant des pseudo-érosions cervicales et des maladies gynécologiques d'origine génitique inflammatoire.

Manifestations cliniques de la leucoplasie

Dans la plupart des cas, la leucoplasie du col de l'utérus ne s'accompagne d'aucun symptôme et un changement local de la couleur des zones muqueuses est détecté accidentellement lors d'un examen gynécologique de routine.

Si la pathologie est accompagnée de maladies gynécologiques de genèse infectieuse, les symptômes suivants peuvent alors apparaître:

  • la présence de pertes vaginales;
  • démangeaisons vaginales;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • repérage après un rapport sexuel.

Analyses complémentaires

Pour établir la cause de l'apparition d'une leucoplasie utérine, une colposcopie est nécessaire. Elle consiste à examiner le col de l'utérus, ainsi que le vagin et son vestibule sous grossissement, au moyen d'un appareil optique spécial.

Une biopsie est également présentée. l'étude d'un échantillon de tissu muqueux vous permet de déterminer s'il existe une dysplasie et s'il existe une probabilité d'oncologie. L'étude des frottis "pour l'oncocytologie" poursuit des objectifs similaires. Ils peuvent détecter des cellules atypiques caractéristiques du processus tumoral.

Des tests sont attribués à la patiente pour déterminer la présence ou l'absence d'une infection bactérienne, ainsi que pour la détection d'un agent pathogène spécifique.

Traitement de la leucoplasie cervicale

Un traitement adéquat ne peut être prescrit qu’après un diagnostic précis, car le LSM n’est que l’une des manifestations de la maladie sous-jacente.

Si un agent infectieux est détecté, un traitement antibactérien est indiqué (prescription d'antibiotiques pour administration orale ou topique).

Les méthodes suivantes sont largement utilisées pour éliminer la leucoplasie:

  • coagulation au laser;
  • coagulation par ondes radio;
  • cryodestruction (congélation de zones modifiées avec de l'azote liquide);

Important: si vous ne prenez pas les mesures adéquates pour éliminer la leucoplasie, celle-ci peut se reproduire et compliquer l’évolution de la maladie sous-jacente. Il est possible qu'un autre changement de l'épithélium de surface conduise à une dysplasie, suivie d'une tumeur maligne.

Mesures de prévention de la leucoplasie

Pour détecter rapidement les changements pathologiques, il est vivement conseillé à toutes les femmes de subir un examen par un gynécologue au moins une fois tous les 6 mois.

En âge de procréer, il est également nécessaire de prendre des mesures pour éliminer les violations du cycle menstruel. Toute maladie de genèse infectieuse et inflammatoire nécessite un traitement opportun et adéquat.

Pour plus d'informations sur les causes de la leucoplasie, les méthodes de diagnostic et le traitement de la maladie, vous recevrez en visionnant cette vidéo:

Julia Viktorova, obstétricienne-gynécologue

13,510 vues totales, 2 vues aujourd'hui

Leucoplasie cervicale - qu'est-ce que c'est? Symptômes et traitement

La leucoplasie cervicale est une maladie gynécologique assez curieuse et appartient à une catégorie distincte de pathologies. Le fait est que le mécanisme d'action de cette maladie n'est toujours pas clair. Les médecins ne peuvent donc pas répondre à la question suivante: de quelle manière l'évolution d'une pathologie sera-t-elle bénigne ou maligne?

Selon les statistiques de divers cliniciens, l’incidence de cette maladie est différente et varie de 1,1% à 12,5% des cas. La complexité du traitement de la leucoplasie résulte respectivement de l'ambiguïté de la pathogenèse et des causes de la pathologie.

Qu'est ce que c'est

La leucoplasie cervicale est un changement pathologique de la structure de l'épithélium recouvrant le col de l'utérus. Le terme «leucoplasie» provient à l'origine de l'expression grecque «plaque blanche» et traduisait très précisément les caractéristiques visuelles de la maladie: l'apparition à la surface de l'épithélium cervical d'une tache blanche, dense et d'apparence dense.

Le cancer de la leucoplasie est-il ou non?

Selon diverses observations, la transformation de la leucoplasie en cancer se produit dans 3 à 20% des cas. Cependant, il existe des cas de leucoplasie simple, qui ne s'accompagne pas d'atypie de cellules et ne sont pas des affections précancéreuses, mais qui appartiennent aux processus de base du corps.

Classification

En fonction de l'image macroscopique, on distingue les formes de leucoplasie suivantes:

  1. Verruceux ou verruqueuse (deuxième stade de la maladie) - les excroissances blanchâtres se chevauchent, à cause de ce que le col de l'utérus a l'air bosselé, et les lésions de leucoplasie elles-mêmes s'élèvent considérablement au-dessus de la muqueuse et il est presque impossible de ne pas les remarquer;
  2. Simples, ce qui est considéré comme la phase initiale du processus, alors que les plaques blanches affleurent la muqueuse et ne dépassent pas au-dessus de sa surface, elles peuvent facilement être négligées lors de l’examen du col de l’utérus;
  3. Erosif - il y a des fissures et / ou des zones érosives sur les plaques blanchâtres.

Après l'examen histologique d'un morceau de plaque, une leucoplasie simple et une leucoplasie avec atypie (proliférative) sont isolées. Les leucoplasies simples (celles atypiques non identifiées, c'est-à-dire les cellules enclines à la renaissance) sont attribuées aux processus de base du col de l'utérus. La leucoplasie avec atypie (il y a des cellules atypiques) est considérée comme un précancer.

Causes de la leucoplasie

Il n'y a aucune raison prouvée pour le développement de la leucoplasie cervicale. Deux groupes de facteurs contribuent au développement de cette pathologie:

  • Maladies somatiques concomitantes (diabète, etc.);
  • Prédisposition génétique;
  • Diminution de l'immunité, etc.
  • Allergie ou dermatite de contact, par exemple lors de l'installation du dispositif intra-utérin.
  • Infection (papillomavirus, chlamydia, mycoplasme, etc.);
  • Processus inflammatoires (endométrite, etc.);
  • Lésion traumatique de la muqueuse (curetage diagnostique, rapports sexuels durs, etc.).

Ainsi, seule une combinaison de certains facteurs peut conduire au développement de cette pathologie. Chez certaines femmes, la leucoplasie survient sans raison apparente et est complètement découverte par accident.

Pendant la grossesse

Si une leucoplasie est détectée pendant la grossesse, elle n’affecte généralement pas le fœtus et ne provoque pas d’anomalies fœtales. Dans le même temps, la femme enceinte présente un certain risque: le risque d’exacerbation de la pathologie est élevé, ce qui peut entraîner l’apparition de maladies beaucoup plus graves et même la malignité de la lésion.

Un déséquilibre hormonal, une immunité affaiblie ou un accouchement, dans lequel le tissu cervical peut être gravement endommagé par l’étirement, peuvent provoquer de telles complications. Si la présence d'un processus pathologique est révélée avant la grossesse lors de la planification, il est nécessaire de s'en débarrasser avant la conception. Si l'on suppose une FIV, alors la leucoplasie est nécessairement éliminée.

Si le traitement n'est pas entrepris, les complications et les conséquences peuvent conduire à des perturbations irréversibles telles que la malignité du processus pathologique.

Symptômes de la leucoplasie, photo

Les symptômes de la leucoplasie dépendent de son type.

La leucoplasie plate (simple) se déroule sans aucun symptôme particulier. Une gêne, une sensation de brûlure à l'intérieur peuvent provoquer une leucoplasie verruqueuse.

La leucoplasie érosive peut laisser des taches injectées de sang sur les électrodes quotidiennes, en particulier après un rapport sexuel. Si la leucoplasie s'est propagée à la vulve, elle peut causer des démangeaisons et, par conséquent, l'apparition des plus petites fissures, des écorchures, des égratignures. Ces symptômes sont plutôt flous - ils se manifestent également dans d'autres maladies de la région génitale féminine.

Généralement, la colposcopie et la biopsie sont utilisées pour le diagnostic différentiel - alors, avec une probabilité élevée, nous pouvons parler de leucoplasie. La plupart des médecins ont tendance à ne pas considérer la leucoplasie comme une maladie maligne. Cependant, une telle affirmation ne peut être faite qu'après un examen de biopsie. En présence de cellules basales atypiques, une telle leucoplasie ne peut être considérée comme bénigne et un traitement ultérieur sera basé sur ce point.

Diagnostics

En plus de l'examen obligatoire du col de l'utérus dans les miroirs, au cours duquel des raids blancs sont détectés, d'autres études sont en cours:

  1. Colposcopie: permet de déterminer les limites et la taille des foyers pathologiques, ainsi que de détecter les zones d'atypie. Lors des tests de Schiller, les attaques ne brunissent pas (zones négatives pour l'iode).
  2. Analyses d'infections urogénitales: en plus d'un frottis sur la microflore du vagin, il est nécessaire de mener une étude bactériologique sur le sujet des infections urogénitales, principalement du papillomavirus humain.
  3. Frottis cytologique: le raclage doit être prélevé sur une plaque blanchâtre. Mais la cytologie ne montre pas toujours le résultat correct, car les cellules atypiques des couches profondes de l'épithélium cervical peuvent ne pas entrer dans le grattage.
  4. Statut hormonal: selon les indications, déterminez le niveau d'hormones dans le corps.
  5. Biopsie: Une biopsie ciblée est réalisée sous le contrôle du colposcope, ce qui permet dans 100% des cas la présence / l'absence d'un processus précancéreux.

Le diagnostic différentiel de la leucoplasie cervicale est réalisé avec une colpite, une érosion cervicale, des verrues, un cancer. La leucoplasie plate doit être différenciée en morceaux de mucus, en raids fongiques (muguet) et en métaplasie.

Des complications

Le principal danger de cette pathologie est sa possibilité de transformation en cancer du col utérin. Dans la terminologie médicale, cette condition est appelée «précancer optionnel», c’est-à-dire une condition qui peut très probablement aller au cancer.

À cet égard, ce problème fait l'objet d'une surveillance médicale stricte et les experts recommandent de supprimer les foyers muqueux modifiés.

Traitement de la leucoplasie cervicale

Diverses méthodes de traitement sont utilisées pour éliminer la leucoplasie cervicale. Mais avant tout, il est nécessaire d’éliminer le processus inflammatoire (s’il existe) et d’autres facteurs provoquants. Lors de la détection de l'inflammation des organes génitaux ou de la détection d'infections génitales, des médicaments à effet antiviral, antibactérien, anti-trichomonas ou antifongique sont prescrits (en fonction de l'agent pathogène identifié). Dans le cas du diagnostic de troubles hormonaux, une hormonothérapie corrective est prescrite.

La manière de traiter la leucoplasie du col utérin dépend de nombreux facteurs. La méthode de traitement en question est choisie en fonction de ses inconvénients et de ses avantages:

  1. Exposition laser. L'élimination au laser de la leucoplasie cervicale est la méthode de traitement la plus moderne. Un laser à haute intensité de dioxyde de carbone est utilisé. La procédure est réalisée sans contact et sans douleur. Ceci élimine la possibilité d'infection du patient par des maladies infectieuses ou des saignements. Le laser évapore le tissu endommagé, formant un film mince qui protège la plaie du sang et des infections. La coagulation au laser est effectuée en ambulatoire, au cours de la première semaine du cycle. Immédiatement avant l'exposition, le cou est coloré avec une solution de Lugol afin de déterminer les limites de la leucoplasie. Si non seulement le cou est touché, mais aussi les parois du vagin, il est procédé dans un premier temps à une coagulation au laser des lésions du cou et, un mois plus tard, aux parois du vagin. La guérison complète a lieu environ 1,5 mois après la procédure.
  2. Cryodestruction (congélation). La nécrose du nidus au cou est causée par une exposition indolore aux basses températures. L'oxyde nitreux liquide est utilisé comme composant «de congélation». Les processus d'épithélisation ne s'accompagnent pas d'une formation de cicatrice, ce qui constitue un avantage important: le col de l'utérus conserve ses propriétés élastiques et ne se cassera pas dans la zone de la cicatrice lors d'une future naissance. Cependant, avec son efficacité élevée (54 - 96%), la méthode présente un inconvénient important: il y a des rechutes de leucoplasie, en particulier chez les patients présentant un dysfonctionnement menstruel.
  3. Traitement par micro-ondes de la leucoplasie cervicale. Une méthode de traitement relativement nouvelle, qui n'a pas encore été largement diffusée. La préparation des patients se caractérise par un examen histologique préalable obligatoire (biopsie) du tissu cervical modifié. La méthode utilise les propriétés des ondes radio pour augmenter la température du liquide intracellulaire, c'est-à-dire pour détruire la leucoplasie en «faisant bouillir» une partie de la leucoplasie.
  4. Cautérisation ou électrocoagulation. Les médecins utilisent le plus souvent cette technique, car elle est abordable et relativement peu coûteuse. Mais il convient de noter que la cautérisation présente plusieurs inconvénients importants. Cette procédure est assez douloureuse et traumatisante pour une femme et, avec les foyers pathologiques, elle affecte également les tissus sains. Les conséquences de sa mise en œuvre peuvent être assez désagréables. Le processus de guérison prend beaucoup de temps. Après la cautérisation, il n'y a aucune garantie qu'il n'y aura pas de récurrence de la pathologie.

Dans le cas où la leucoplasie est accompagnée de déformation sévère et d'hypertrophie, on recourt à un traitement radical - le col de l'utérus est retiré. Si, avec la leucoplasie, on observe des processus inflammatoires dans le tractus génital, ils doivent d'abord être traités. Dans ce cas, recourir à un traitement conservateur. Attribuer:

  • médicaments anti-inflammatoires;
  • antibiotiques à large spectre;
  • préparations pour la correction des pathologies associées;
  • immunostimulants;
  • complexes de vitamines et minéraux.

Le traitement des remèdes populaires dans le cas du développement de cette condition n'est pas conseillé d'effectuer, car ils sont inefficaces. Ne vous soignez pas non plus, car sans traitement adéquat, la maladie risque de se transformer en cancer. Les remèdes populaires ne peuvent être utilisés qu’en combinaison avec les méthodes de traitement traditionnelles. Ils ne devraient pas être la thérapie principale. Le traitement des remèdes populaires ne peut être effectué qu'avec l'autorisation du médecin traitant.

Période postopératoire

En postopératoire, les médecins recommandent d’éliminer complètement les contacts sexuels pendant 1,5 mois. Vous devez également éviter de soulever des poids, d'aller au sauna et au bain, de prendre un bain chaud. De plus, il est interdit d'utiliser des tampons hygiéniques et des douches. Vous devez également respecter parfaitement les règles d'hygiène intime.

Au cours des dix premiers jours qui suivent le traitement du col (peu importe la méthode), un écoulement liquide abondant peut apparaître, ce qui ne doit pas être intimidant. Tout simplement parce que le corps réagit au traitement, preuve de la guérison réussie de la surface de la plaie.

Avis de traitement

Quelques critiques de femmes traitées pour cette maladie:

  • Catherine, 38 ans. J'ai été traité avec une leucoplasie cervicale avec une cautérisation traditionnelle. Il n'y avait pas de complications. Après le traitement, un an et demi plus tard, elle a donné naissance à un fils en toute sécurité. Par conséquent, nous pouvons affirmer que le traitement a été un succès.
  • Evgenia, 27 ans. Lorsqu'il a identifié une leucoplasie cervicale, le médecin a suggéré un choix: cautériser ou retirer le laser. Sur la recommandation d’un ami, le gynécologue s’est arrêté pour une thérapie au laser, ce que je ne regrette pas. La procédure s'est déroulée sans complications, rapidement et sans douleur. Je recommande

Prévention

La leucoplasie cervicale fait référence à des pathologies dangereuses. Toute forme de cette maladie, en particulier la leucoplasie simple, doit être traitée rapidement.

Parmi les mesures de prévention de la leucoplasie peuvent être identifiés:

  • prévention des infections génitales;
  • utilisation d'une méthode de contraception de barrière;
  • correction des troubles hormonaux;
  • examen régulier par un gynécologue;
  • exclusion de l'interruption chirurgicale de la grossesse, des traumatismes cervicaux lors de l'accouchement et des éraflures;
  • traitement de l'ectopie, des processus inflammatoires et des maladies infectieuses affectant le système reproducteur;

Après le traitement de la leucoplasie simple, une femme subit un examen deux fois par an, qui comprend une colposcopie, un frottis pour oncocytologie et un HPV. Si, après deux ans, aucune récidive ne se produit, le patient est radié de l'enregistrement du dispensaire.

Prévisions

Une guérison complète de cette pathologie est observée dans près de 99% des cas. Le pronostic de la maladie est généralement favorable, à condition que l'élimination des facteurs provocants ait été réalisée en temps utile et qu'un traitement adéquat ait été instauré. Sinon, le processus peut se reproduire. Il existe également 15% de chances de réincarnation de la leucoplasie dans la dysplasie cervicale, puis dans le processus malin.

Leucoplasie cervicale - de quoi faut-il se méfier?

La leucoplasie du col utérin est une maladie poliomyélitique des muqueuses du col de l'utérus et du col utérin.

Il représente la kératinisation de cellules d'un épithélium squameux non-squameux multicouche, la prolifération de cellules épithéliales (augmentation locale du nombre de cellules), ainsi que l'immersion de la couche épithéliale de cellules dans le tissu conjonctif sous-épithélial.

Caractéristique de la maladie

Types de leucoplasie:

  1. Forme simple - caractérisée par la présence de petites "taches" et "bandes" blanches qui ne dépassent pas au-dessus de la surface de la couche épithéliale. Dans ce cas, la maladie est asymptomatique et se retrouve au hasard lors d'examens de routine ou lors du diagnostic d'une autre pathologie;
  2. Forme écailleuse - peut être transformée à partir d'une forme simple et existe en tant que type distinct de maladie. C'est une zone dense et cornée de cellules épithéliales de différentes tailles. En l'absence de diagnostic précoce, les lésions se confondent pour former des zones de lésions plus étendues qu'il n'est pas difficile de remarquer lors de l'examen. Lors du diagnostic «forme squameuse de leucoplasie», un examen histologique (biopsie) de la présence de cellules atypiques est nécessairement réalisé, cette forme étant le plus souvent maligne (se transforme en une tumeur maligne);
  3. Forme érosive - se caractérise par des points blancs et des zones d’érosion typiques de la leucoplasie (défauts de surface de l’épithélium).

Le synonyme le plus moderne pour la leucoplasie. Dans la classification internationale des maladies n ° 10, on entend par "kératose", "hyperkératose", "leucocératose" et "leucoplasie".

Leucoplasie pendant la grossesse

Si ce diagnostic a été posé avant le début de la grossesse, il est recommandé de suivre un traitement - pour arrêter autant que possible les symptômes (coagulation chimique, cryodestruction, traitement par radiochirurgie, vaporisation au laser, et prescription étiologique (en cas d'infection bactérienne ou virale) et en pathologie (médicaments anti-inflammatoires).

Pendant la grossesse, le statut hormonal de la femme varie plusieurs fois.

Comme on le sait, la leucoplasie est une maladie hormono-dépendante. Par conséquent, au cours de la gestation et du post-partum, les chances de progression de la maladie augmentent.

S'il y a des signes de maladie pendant la grossesse, le médecin traitant évalue la gravité de:

  • Sous sa forme la plus simple, le traitement est reporté au post-partum, la maladie ne représentant aucun danger pour la santé de la mère et de l'enfant;
  • En cas de diagnostic de formes squameuses ou érosives, le médecin procède à un dépistage des hormones et à une biopsie de la lésion. Le traitement peut consister en un traitement hormono-dépressif et, dans le cas d'une tumeur maligne, la question de la possibilité qu'une femme ait un bébé est résolue.

Diagnostics

Le diagnostic de la leucoplasie cervicale comprend plusieurs étapes principales:

  • Enquête et collecte d'anamnèse: selon les statistiques, plus de 60% des cas de la maladie sont enregistrés lors d'examens préventifs. Si une femme a recours à un gynécologue, les principaux critères cliniques permettant de suspecter une leucoplasie sont les suivants:
    • inconfort dans le vagin, le bas-ventre;
    • des démangeaisons;
    • la sécrétion de blanc ou de sang à partir du tractus génital;
    • odeur désagréable;
    • sensation de brûlure.
  • Examen gynécologique dans les miroirs. Au cours de l'examen, l'obstétricien-gynécologue découvre les signes morphologiques de la maladie:
    • taches irrégulières;
    • tubérosité muqueuse;
    • l'érosion.
  • Méthodes de laboratoire:
    • La réaction en chaîne de la polymérase (PCR) est une méthode génétique permettant d'évaluer l'ADN. Avec l'aide de certaines réactions biochimiques dans le matériel nécessaire, la concentration en acides nucléiques (bases géniques) de bactéries, virus, propres cellules est considérablement accrue. Cette réaction vous permet de préciser l'étiologie de la maladie (infectieuse, héréditaire, traumatique, hormonale, etc.);
    • PAP - test (frottis vaginal) - examen cytologique d'un frottis vaginal pour détecter la présence de cellules atypiques. Aide à déterminer le risque de développer une tumeur maligne;
    • Buck ensemencement - le matériel d'un frottis vaginal est placé dans un milieu nutritif pour les bactéries. La méthode est utilisée pour détecter la présence de flore pathogène;
    • Examen histologique (biopsie) - désigné dans le cas d'une analyse cytologique douteuse. Un échantillon de tissu de la zone touchée du col de l'utérus est examiné au microscope pour détecter la présence de dysplasie, de métaplasie et de cellules cancéreuses.
  • Si nécessaire, le gynécologue peut également prescrire les tests suivants:
    • tests sanguins généraux et biochimiques.
    • dépistage des hormones des glandes surrénales, de la thyroïde, des ovaires.
    • analyse d'urine
  • Diagnostic instrumental:
    • Échographie des organes pelviens - vous permet d'identifier les modifications anatomiques macroscopiques de l'utérus, des appendices, des ovaires, du vagin, du rectum, de la vessie;
    • Colposcopie - examen de la partie vaginale de l'utérus à l'aide d'un instrument spécial - un colposcope;
    • Rayons X, tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique des facettes pelviennes (utilisés pour le diagnostic discutable des ultrasons).
  • Diagnostic différentiel. Méthode de diagnostic spéciale utilisée dans la pratique médicale, dont le but est d’exclure les maladies présentant une symptomatologie, un tableau clinique et des paramètres de laboratoire similaires. Pour ce faire, utilisez les données de toutes les méthodes de diagnostic ci-dessus. Le diagnostic différentiel de la leucoplasie est réalisé avec les pathologies suivantes:
    • cancer du col utérin;
    • l'ectopie;
    • métaplasie;
    • infections fongiques et bactériennes;
    • cicatrices traumatiques.

Les symptômes

Au stade initial:

  • asymptomatique, le diagnostic n’est possible qu’avec le prochain examen gynécologique.

Stade de manifestations cliniques détaillées:

  • inconfort vaginal
  • démangeaisons
  • sensation de brûlure
  • apparition d'un écoulement trouble ou sanglant avec une odeur désagréable
  • inconfort sévère et une petite quantité de saignement de l'appareil génital immédiatement après les rapports sexuels.

Les symptômes suivants indiquent la progression de la pathologie:

  • saignements chroniques du vagin;
  • l'apparition de douleurs dans le bas-ventre;
  • douleur pendant les rapports sexuels, miction, défécation;
  • menstruations douloureuses;
  • les échecs dans le cycle menstruel;
  • détérioration de l'état général (fièvre, faiblesse, performance médiocre, perte de poids, transpiration, etc.).

Causes de développement

La leucoplasie cervicale utérine est une maladie polyétiologique. Cela signifie qu'il n'y a pas de facteur de risque unique pour le développement de cette pathologie. Le plus souvent, ces causes sont résumées dans une seule unité et conduisent au développement de la maladie.

Théorie hormonale

Dans le développement des maladies prolifératives (notamment le cancer du sein, l'adénomatose, l'endométriose, etc.) des organes génitaux féminins, les hormones - les œstrogènes - jouent un rôle primordial.

L'hyperestrogénisme (concentration d'oestrogène dans le sang supérieure à la norme) sur une longue période de la vie est le facteur de risque le plus important.

L'œstrogène est une hormone de «nutrition» des cellules de l'endomètre, des glandes mammaires, du métabolisme métabolique du tissu conjonctif, des vitamines.

Les hormones sexuelles féminines les plus actives pendant la puberté, les menstruations et la grossesse.

Si une quantité accrue d'oestrogènes circule inutilement dans le sang, divers organes et tissus, y compris les cellules du col de l'utérus, deviennent les cellules cibles. La prolifération des cellules épithéliales, avec l'apparition ultérieure possible de cellules atypiques, est associée à l'hyperfonctionnement des œstrogènes.

Macroscopiquement, la prolifération ressemble à un compactage de la couche cellulaire. Le mucus rose acquiert une couleur blanchâtre et une consistance opaque.
Le dépistage des hormones sexuelles et la thérapie pour la correction des troubles de la concentration sont la clé du succès de la prévention de la leucoplasie cervicale.

Maladies de l'utérus et des appendices

Le facteur étiologique dans le développement de la leucoplasie peut être:

  • maladies infectieuses des organes génitaux;
  • processus inflammatoires chroniques qui provoquent des perturbations hormonales et des troubles menstruels.

Théorie génétique

Le risque de développer une leucoplasie inclut les femmes du genre qui présentent les pathologies suivantes:

  • Leucoplasie cervicale;
  • Cancer du corps de l'utérus, du col utérin, des glandes mammaires;
  • Adénomatose;
  • Endométriose;
  • Kyste de l'ovaire;
  • Myoma

Selon la théorie génétique, il existe des mutations dans divers locus du génome humain, qui sont un facteur prédisposant au développement de maladies prolifératives et oncologiques, notamment de leucoplasie. Ces gènes mutants sont hérités avec un degré de probabilité élevé.

Autres raisons

Les autres raisons incluent:

  • Blessures transférées du vagin et de l'utérus - plus de 30% des cas sont liés à des lésions thermiques, mécaniques ou chimiques;
  • Immunodéficience - congénitale, acquise, chronique ou aiguë. La fonction immunitaire réduite est le risque de développer des maladies infectieuses et oncologiques;
  • Les tumeurs du système nerveux central produisant des hormones - par exemple, l'adénome hypophysaire entraîne une augmentation de la production d'hormones gonadotropes, qui à leur tour renforcent la synthèse des œstrogènes;
  • Traitement inadéquat dans l'histoire.

Traitement

Le traitement de la leucoplasie cervicale doit être complet.

Élimination des facteurs de risque

La première étape est l’élimination des facteurs de risque - thérapie étiologique et pathogénétique (toujours choisie par le médecin individuellement):

  • Correction du fond hormonal;
  • Antibiothérapie et thérapie anti-inflammatoire;
  • Immunomodulateurs;
  • Thérapie symptomatique.

Méthodes de traitement chirurgicales non invasives:

Destruction chimique

Le médicament pharmacologique est appliqué sur le tissu affecté et provoque la mort locale des cellules altérées. Avant la procédure, le gynécologue nettoie le col de l'utérus et d'autres sécrétions, le traite avec une solution d'acide acétique, puis avec un coton-tige avec la préparation appliquée pour effectuer le traitement du col.

Exemples de médicaments:

Complications: pratiquement ne se produisent pas, des réactions inflammatoires locales peuvent parfois être observées. Si utilisé incorrectement, des brûlures chimiques sont possibles.

Diathermocoagulation

Méthode de traitement avec un dispositif spécial - diathermocoagulator. L’essence de la méthode réside dans l’impact du courant électrique sur les sites de leucoplasie.

Le courant endommage localement les cellules altérées et leur mort, ce qui entraîne une réaction inflammatoire et active les processus de régénération. En fin de compte, le tissu épithélial affecté est remplacé par des cicatrices du tissu conjonctif.

La période de rééducation ne dépasse pas 6 semaines.

Les conséquences:

  1. Saignement (nécessite souvent une intervention chirurgicale);
  2. Sténose et rétrécissements du canal cervical (nécessitent également un traitement à long terme);
  3. Extravasation, télangiectasie et hématomes sous-épithéliaux (hémorragies ponctuelles et étoilées dans la paroi utérine;
  4. Violation du trophisme tissulaire (une ischémie prolongée peut aggraver l'évolution de la maladie et provoquer des troubles métaboliques);
  5. Cicatrices rugueuses sur le col de l'utérus (peuvent entraîner une sténose du canal cervical, avec une grossesse ultérieure qui complique la gestation et l'accouchement);
  6. Infertilité (troubles hormonaux en réponse à une intervention chirurgicale);
  7. Exacerbation de maladies chroniques du système génito-urinaire (glomérulonéphrite, pyélonéphrite, lithiase urinaire, cystite, etc.);
  8. Perturbation du cycle menstruel;
  9. Syndrome de douleur

La cryodestruction

En général, l’une des méthodes les plus sûres d’élimination de la leucoplasie cervicale en gynécologie, car elle provoque des dommages minimes pour les tissus sains.

Pour la préparation, il est recommandé de refuser les rapports sexuels 2 à 3 jours avant la procédure.

L'essentiel est d'utiliser un appareil spécial à l'azote liquide. Auparavant, la zone requise pour la cryodestruction est marquée et traitée avec une solution d'iode avec de la glycérine.

Sur le site de la leucoplasie, ils apportent la pointe de l'appareil et agissent localement dessus. Le tissu traité à l'azote liquide acquiert une couleur blanche, la zone complètement gelée de l'épithélium altéré exfolie du tissu vivant sain et est retirée à l'extérieur à l'aide d'un cryoapplicateur. L'ensemble de la procédure ne prend pas plus de 30 minutes.

La rééducation et la restauration complète de l'épithélium prennent de 2 à 6 mois.

Complications possibles:

  1. Hydrous - décharge liquide abondante du tractus génital;
  2. Infections - ne se développent que dans le cas d’une procédure techniquement incorrecte;
  3. Déformation vaginale du col utérin seulement avec des lésions étendues.

Évaporation laser

La méthode la plus moderne de traitement de diverses maladies du col utérin, y compris la leucoplasie. Un appareil spécial avec un tube laser est immergé dans le vagin.

Au bout du tube, il y a une caméra et une LED, c'est-à-dire qu'une image de la procédure est affichée à l'écran. Le rayonnement laser permet d'éliminer l'épithélium affecté avec une grande précision.

La destruction des cellules active les processus de régénération, et une cicatrice ne se forme pas, car le laser n'infecte pas les couches profondes de l'épithélium et il est complètement restauré en peu de temps.

Avantages de la méthode:

  • laser de haute précision;
  • pas de saignement dû à la cautérisation des capillaires;
  • l'infection de la zone traitée est extrêmement improbable;
  • courte période de récupération (jusqu’à 4 à 6 semaines).

Complications possibles:

  • Les complications après évaporation au laser ne peuvent survenir que si une femme ne prend pas d'antibiotiques (infection de la plaie),
  • Le médecin n’a pas les qualifications ni l’expérience requises en ce qui concerne la procédure (formation de cicatrice en raison du dépassement de la zone autorisée d'exposition au laser).

Traitement des remèdes populaires

Moyens de médecine traditionnelle:

  • Thérapie de régime. Augmenter le régime alimentaire des produits laitiers, fibres, fer (foie, boeuf), fruits (fortes concentrations de vitamines A, E, C);
  • Douches de solutions anti-inflammatoires (décoctions de camomille, calendula, huile essentielle de lavande, eucalyptus)
  • Bougies vaginales. Les ingrédients suivants peuvent être utilisés pour les fabriquer:
    • rétinol en gouttes (vitamine «A»);
    • huiles essentielles;
    • beurre de cacao.
  • Imprégnation de tampons gynécologiques:
    • huile d'argousier
    • huile d'eucalyptus
    • huile d'olive

Traitement postopératoire

La gestion des patients gynécologiques après une chirurgie est toujours complexe.

Observation

Se compose des mesures suivantes:

  1. Mesure de la pression artérielle, du pouls, de la fréquence des mouvements respiratoires. Correction pharmacologique des troubles émergents;
  2. Observation de l'état neurologique (car divers médicaments et procédures peuvent causer des lésions nerveuses). But des vitamines du groupe B, des relaxants musculaires, des sédatifs;
  3. Contrôle des selles et de la miction. Les selles retardées et la réduction de la diurèse sont une complication assez commune des opérations sur les organes pelviens. Des laxatifs sont utilisés, une échographie rénale est également effectuée, une analyse d'urine.

Antibiothérapie

Indiqué dans tous les cas dans la période postopératoire.

Si une infection chronique est la cause de la leucoplasie, les antibiotiques peuvent être changés plusieurs fois pour obtenir l'effet souhaité. L'association requise de médicaments, la durée du traitement et la prescription d'antifongiques (pour la prévention de la candidose) sont choisies par un obstétricien-gynécologue qualifié.

Les antibiotiques les plus efficaces:

  1. Ceftriaxone, Kefotex, Cefotaxime (groupe des céphalosporines);