loader
Recommandé

Principal

Sarcome

Causes et symptômes du carcinome épidermoïde oral

Carcinome épidermoïde de la cavité buccale - une tumeur de tissu épithélial, caractérisée par une croissance invasive. Cette pathologie représente environ 90% des tumeurs malignes de cette localisation. Plus souvent, cela affecte les personnes âgées.

Types de carcinome épidermoïde de la cavité buccale

Le carcinome épidermoïde de la muqueuse buccale avec kératinisation est caractérisé par la présence de cellules cancéreuses différenciées. Une tumeur se compose de structures limitées appelées "perles" en raison de leur couleur blanc grisâtre et d'un léger éclat.

Le cancer buccal kératinisé squameux progresse relativement lentement. Il peut être considéré comme le plus "favorable". Le degré de différenciation des cellules tumorales est différent. À cet égard, le carcinome épidermoïde de la cavité buccale modérément et fortement différencié est isolé. Plus le degré de différenciation est élevé, plus la progression de la pathologie est lente et plus le pronostic est favorable.

Le carcinome épidermoïde de bas grade est caractérisé par la présence de cellules en forme de fuseau. Ils ressemblent à des cellules de sarcome. Cette espèce est la plus dangereuse.

Causes du carcinome épidermoïde de la bouche

Le développement de la maladie est favorisé par le tabagisme, l'abus d'alcool, l'immunodéficience, l'infection à HPV. En outre, le carcinome épidermoïde de la muqueuse buccale peut être le résultat de facteurs biologiques, physiques ou chimiques défavorables. Parmi eux figurent la malnutrition, les soins bucco-dentaires de mauvaise qualité, les radiations, les blessures chroniques, les infections syphilitique, candidale ou herpétique.

Auparavant, les hommes étaient plus souvent malades, mais maintenant la situation change. Cela est dû à la propagation du tabagisme chez les femmes.

Chez les résidents américains, les tumeurs se développent principalement dans la région de la marge et de la surface inférieure de la langue. Ceci est suivi par l'oropharynx, le bas de la bouche, les gencives. joues muqueuses, ainsi que les lèvres et le palais. Chez les résidents des pays en développement, les tumeurs se développent souvent dans la région de la membrane muqueuse des joues. Cela est dû à l'habitude de chiquer du tabac.

Symptômes de carcinome épidermoïde de la bouche

Le tableau clinique est diversifié. À un stade précoce, la maladie est asymptomatique. La tumeur se développe lentement pendant cette période. Dans le futur, les limites de la tumeur sont effacées ou deviennent inégales. La tumeur est condensée et perd sa mobilité. L'ulcération de la membrane muqueuse provoque une douleur constante. Plus tard, engourdissement ou sensation de brûlure, ainsi que difficulté à avaler et à parler.

Dans les cas avancés, le néoplasme atteint plusieurs centimètres de diamètre et se développe dans l'os. Les métastases aux ganglions lymphatiques s'accompagnent de leur compactage, augmentation, perte de mobilité.

Traitement du carcinome épidermoïde de la bouche

Les principales méthodes de traitement sont la chirurgie et la radiothérapie. Dans les premières étapes, vous pouvez appliquer l'une de ces méthodes, une approche intégrée étant ensuite mise en pratique. Le pronostic dépend de la taille de la tumeur, de sa localisation, du stade du processus tumoral, de l'état général du patient. Si la tumeur est localisée dans la partie postérieure de la cavité buccale, le pronostic est pire. Grande valeur de diagnostic précoce. Plus le carcinome épidermoïde de la cavité buccale est détecté tôt, plus le pronostic est favorable.

Le problème est qu’à un stade précoce de la maladie, les gens consultent le plus souvent des médecins pour des spécialisations assez étroites, par exemple des dentistes. Ces spécialistes se caractérisent par un faible niveau de vigilance oncologique. Dans de nombreux cas, ils ne reconnaissent pas la maladie à temps. En conséquence, une personne accède à l'oncologue lorsque la maladie est négligée.

Cancer épidermoïde kératinisant de la muqueuse buccale

Tumeurs malignes de la cavité buccale

Tumeurs malignes de la cavité buccale - tumeurs malignes originaires de l'épithélium de la cavité buccale et des tissus sous-jacents.

Le contenu

L'incidence des tumeurs malignes de la cavité buccale est déterminée par les habitudes du ménage, la nutrition, l'exposition au milieu extérieur. La majeure partie (65%) est occupée par les tumeurs de la langue, suivies des tumeurs de la membrane muqueuse des joues (12,9%), du plancher de la cavité buccale (10,9%), de la membrane muqueuse des processus alvéolaires de la mâchoire supérieure et du palais dur (8,9%), de le palais (6,2%), la membrane muqueuse du processus alvéolaire de la mandibule (5,9%), la luette du palais mou (1,5%) et les arcs antérieurs palatins (1,3%).

Les hommes souffrent de ces maladies 5 à 7 fois plus souvent que les femmes. L'incidence maximale se produit entre 60 et 70 ans, mais le risque de tomber malade augmente à partir de 40 ans. Cependant, ce type de maladie est parfois retrouvé chez les enfants. L'abus d'alcool, le tabagisme, la mastication du bétel et du nasvai constituent un risque particulier de tomber malade. Un danger certain est la lésion constante de la membrane muqueuse de la couronne dentaire, du plombage ou de la prothèse dentaire. Le groupe de risque comprend les personnes travaillant dans des industries dangereuses (exposition à des substances nocives, températures élevées, etc.). L'impact de la nature de la nutrition sur l'incidence est un manque de vitamine A, de manger des aliments trop chauds et épicés.

Le cancer le plus répandu figure parmi les tumeurs malignes de la cavité buccale. L'incidence du mélanome et du sarcome est beaucoup plus faible. Dans 95% des cas, on observe un cancer épidermoïde kératinisant. Selon la classification histologique, le cancer buccal a 4 types:

Carcinome in situ. Rarement observé. L'épithélium a passé le stade de malignité du polymorphisme cellulaire, mais la membrane basale n'est pas endommagée. Carcinome épidermoïde, germant du tissu conjonctif sous-jacent:

    carcinome épidermoïde kératinisant (carcinome verruqueux): la masse tumorale présente de grandes zones d'épithélium kératinisé («perles cancéreuses»), détruisant rapidement les tissus adjacents; carcinome épidermoïde kératinisant: prolifération de masses atypiques d'épithélium altéré sans kératinisation; tumeur agressive; Cancer de bas grade avec des cellules en forme de fuseau ressemblant à des cellules de sarcome; les espèces les plus malignes.

Parmi les sarcomes oraux se trouvent:

Les tumeurs de la cavité buccale postérieure sont beaucoup plus agressives que les antérieures.

La période initiale de la maladie

La période initiale de la maladie est asymptomatique: la tumeur se manifeste par des nodules, des ulcères et des fissures indolores. À ce stade, ils consultent rarement un médecin. L’apparition de la douleur est le plus souvent associée à une amygdalite, des maladies dentaires, des névralgies, etc.

La forme ulcéreuse la plus commune de la tumeur, qui dans la moitié des cas a une croissance rapide. Se développe plus rapidement la forme nodulaire sous la forme de joints muqueuses. La forme papillaire a la forme de croissances denses.

Période développée

À ce stade, la douleur rejoint, initialement de nature locale, puis irradiant vers différentes zones de la tête, des oreilles et des temples. La tumeur provoque une salivation accrue. Une infection secondaire masquant la maladie sous-jacente rejoint la tumeur; avec l'effondrement de la tumeur, une odeur putride apparaît.

La forme papillaire exophytique a l’apparence de la croissance des champignons avec des excroissances papillaires et se produit dans 25% des cas. La forme de l'ulcère a la forme d'un ulcère en forme de cratère avec un rouleau de croissance active. La forme endophyte se présente dans 41% des cas sous la forme d'un ulcère sur le site tumoral sans limites claires.

Période en cours

A ce stade, la tumeur est étendue et détruit les tissus environnants.

Les cancers de la langue sont plus fréquents sur la surface latérale de l'organe (62 à 70% des cas), suivis de la surface inférieure, de l'arrière de la langue (6%), du bout de la langue (3%). Le cancer affecte la racine de la langue dans 20 à 40% des cas. Le carcinome épidermoïde de la partie antérieure de la langue provient des petites glandes salivaires.

Habituellement, le cancer de la langue est détecté tôt par les patients eux-mêmes, à l'exception de la tumeur distale. Ceci est facilité par les manifestations précoces de la parole, de la mastication, de la déglutition et, plus tard, par des douleurs articulaires irradiant le long des branches du nerf trijumeau. Le cancer de la langue distale se manifeste par des troubles respiratoires dus au blocage de l'oropharynx. En raison du réseau lymphatique développé, de nombreuses métastases aux ganglions lymphatiques régionaux apparaissent assez tôt. Parfois, ils sont détectés plus tôt que le site tumoral principal.

Cancer du bas de la bouche

La tumeur se développe rapidement, faisant germer à la fois la surface inférieure de la langue et les muscles du plancher de la bouche et les glandes salivaires sous-maxillaires, et se propage également à travers le système artériel lingual. Le site de la tumeur est détecté par les patients comme une croissance étrangère, puis, lorsque l'ulcération se produit, une augmentation de la salivation, des douleurs, des saignements et des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux apparaissent.

Cancer de la membrane muqueuse des joues

La tumeur survient souvent à l'angle de la bouche, à la ligne de fermeture de la bouche et dans la région rétromolaire. Elle est souvent masquée par un ulcère normal. Des douleurs surviennent ensuite lorsque vous parlez, mâchez et avalez, et lorsque la mastication ou la germination de ptérygoïdes internes se développent, des restrictions sur l'ouverture de la bouche.

Cancer de la membrane muqueuse du palais

Les tumeurs de la membrane muqueuse du palais dur sont représentées par des cylindres et des adénocarcinomes adénocystiques provenant des petites glandes salivaires; rarement - cancer épidermoïde. Le voile du palais est souvent affecté par un carcinome épidermoïde. La maladie se manifeste tôt par des douleurs dues à une ulcération rapide, parfois sous la forme d'un site tumoral à croissance lente, et les douleurs se rejoignent plus tard en raison de sa pression sur la membrane muqueuse, de l'ulcération et de la fixation d'une infection secondaire. Le cancer des arcades palatines antérieures se traduit par une sensation désagréable dans la gorge en avalant, puis en limitant l'ouverture de la bouche et en saignant, ce qui indique une négligence du processus et un mauvais pronostic.

Cancer de la membrane muqueuse du processus alvéolaire

Le cancer de la membrane muqueuse du processus alvéolaire peut toucher à la fois les mâchoires supérieure et inférieure. Habituellement représenté par un cancer épidermoïde. Dans le processus de croissance tumorale affecte les dents, et donc se manifeste tôt la douleur, mais pour la même raison, mal identifiée. Saigne facilement.

Les métastases du cancer buccal surviennent le plus souvent dans les ganglions lymphatiques cervicaux superficiels et profonds. Le sens de propagation des métastases dépend de la taille de la tumeur, de son affiliation histologique et de sa localisation. Le cancer du plancher buccal, les processus alvéolaires de la mâchoire inférieure et de la membrane muqueuse des joues affectent les métastases des ganglions lymphatiques sous-maxillaires; cancer de la surface latérale et de la pointe de la langue - ganglions lymphatiques cervicaux sous-maxillaires, moyens et profonds du cou; cancer de la cavité buccale distale - ganglions lymphatiques de la veine jugulaire. Très rarement, les métastases se trouvent dans les ganglions lymphatiques supraclaviculaires. Les métastases à distance sont rares, elles se trouvent dans les poumons, le cœur, le cerveau, les os, le foie. La présence de métastases aggrave considérablement le pronostic de la maladie.

L'étendue des tumeurs de la cavité buccale est déterminée visuellement et par palpation, car les méthodes de thermographie, d'échographie et de tomodensitométrie ne permettent pas de déterminer leur prévalence dans les tissus mous. Le degré de lésion de la mâchoire et des os du visage est déterminé par radiographie.

Le diagnostic différentiel permet de séparer les néoplasmes malins des maladies inflammatoires, de la syphilis et de la tuberculose de la muqueuse buccale. Le diagnostic final est établi sur la base des résultats de la biopsie.

Le traitement des tumeurs malignes de la cavité buccale comprend:

    traitement du site tumoral primaire traitement des métastases

Cancer épidermoïde kératinisant de la muqueuse buccale

Le carcinome épidermoïde est une tumeur maligne du tissu épithélial de la cavité buccale, caractérisée par une croissance invasive. Il s'agit du type de cancer buccal le plus répandu, qui représente 90% de toutes les tumeurs malignes de cette localisation. Le cancer de la bouche peut se développer à tout âge mais ce sont surtout les personnes âgées qui sont malades. Plus de 95% des patients atteints d'un carcinome épidermoïde ont plus de 40 ans. Dans le passé, on notait une prévalence significative chez les hommes parmi les patients, mais ces dernières années, en raison du tabagisme généralisé chez les femmes, cette prévalence a considérablement diminué et le ratio hommes / femmes est actuellement de 2: 1.

La cause du carcinome épidermoïde de la cavité buccale n’a pas été établie avec précision, mais il semble être associé à une mutation des gènes p53 et ras qui régulent la prolifération cellulaire et l’apoptose. Le tabagisme excessif, l'abus d'alcool, l'infection à HPV et l'immunodéficience contribuent à l'apparition de l'atypie cellulaire. L'âge avancé, des facteurs biologiques, chimiques et physiques défavorables, tels que les infections syphilitiques, herpétiques et candidales, la malnutrition, des soins bucco-dentaires inadéquats, des blessures chroniques et la radiothérapie sont d'autres facteurs contributifs.

Carcinome épidermoïde de la cavité buccale

Aux États-Unis, la localisation la plus fréquente du carcinome épidermoïde est le bord et la surface inférieure de la langue, suivis de l'oropharynx, du plancher de la bouche, des gencives, de la muqueuse des joues, des lèvres et du palais. Dans les pays en développement, le carcinome épidermoïde affecte souvent la membrane muqueuse des joues, ce qui est associé à l'habitude du tabac à chiquer, qui est répandu dans la population. La fréquence des cancers des lèvres au cours de la dernière décennie a considérablement diminué en raison de l'utilisation généralisée d'agents photoprotecteurs. L'arrière de la langue n'est presque jamais touché.

Le tableau clinique du carcinome épidermoïde est varié. Dans plus de 90% des cas, il se manifeste par une érythroplastie qui, dans 60% des cas, présente une composante leucoplasique. Le degré de malignité du carcinome épidermoïde peut être évalué approximativement par certaines de ses caractéristiques externes. Par exemple, la couleur rouge ou blanche d'une tumeur associée à une croissance exophytique ou infiltrante, ainsi qu'une ulcération indiquent un potentiel malin élevé de la tumeur. À un stade précoce, le carcinome épidermoïde est asymptomatique et se caractérise par une croissance lente. Plus tard, au fur et à mesure que la tumeur grandit, ses limites s'effacent ou deviennent irrégulières, elle se densifie et perd sa mobilité. Avec l'ulcération de la membrane muqueuse apparaissent une douleur constante. Au fil du temps, une sensation de brûlure ou un engourdissement, la parole et la déglutition deviennent difficiles. Dans les cas avancés, la tumeur peut atteindre plusieurs centimètres de diamètre et se développer dans l'os sous-jacent.

Le carcinome épidermoïde se propage par une croissance localement perturbatrice et par les vaisseaux lymphatiques. Les métastases vers les ganglions lymphatiques régionaux, en particulier les cerveaux sous-maxillaire et antérieur, sont accompagnées de leur augmentation, leur compactage, leur perte de mobilité. Le stade du carcinome épidermoïde est désigné par le système TNM, où la rumeur) caractérise la taille de la tumeur, N (nœuds) - ganglions lymphatiques régionaux, M (métastases) - métastases distantes. L'excision chirurgicale et la radiothérapie sont les principales méthodes de traitement du carcinome épidermoïde de la cavité buccale. Le pronostic dépend de la taille de la tumeur, de sa localisation (avec localisation dans la cavité buccale postérieure, le pronostic est pire), du stade du processus tumoral au moment du traitement, des défenses du patient, de la disponibilité des méthodes de traitement modernes et de la qualité des soins. Étant donné l’importance d’un traitement précoce, une biopsie doit toujours être pratiquée si un cancer est suspecté.

Classification et traitement du carcinome épidermoïde oral

Oncologie de la cavité buccale, il est assez fréquent. Une tumeur maligne est curable à son stade initial de formation, raison pour laquelle il est nécessaire de connaître les symptômes généraux de la maladie et ses premiers signes.

Certificat médical

Le carcinome épidermoïde de la mucosulose est une formation maligne de tissu buccal. Ce type de tumeur est plus fréquent chez les patients âgés de plus de 40 ans.

Raisons

Les statistiques montrent qu'une tumeur de cet endroit se produit plus souvent chez les hommes que chez les femmes.

Les principaux facteurs qui contribuent au développement de tumeurs malignes de la bouche sont les suivants:

  • le tabagisme, ce processus détruit les cellules muqueuses saines, entraînant des modifications dans les tissus sains au niveau cellulaire;
  • l'utilisation de boissons contenant de l'alcool affecte la structure de la muqueuse, la détruisant progressivement;
  • divers dommages mécaniques aux tissus muqueux de la cavité buccale pouvant, avec le temps, entraîner des processus irréversibles dans leur structure interne;
  • l'utilisation d'aliments trop épicés, chauds ou froids affecte également les muqueuses de la bouche;
  • le virus du papillome (HPV) contribue également aux tumeurs malignes.

Il existe des conditions précancéreuses qui contribuent au développement d'une tumeur. Parmi eux se trouvent:

  1. Maladie de Bowen. Favorise la croissance des tissus nodulaires. Ces croissances structurelles hétérogènes peuvent se rejoindre pour former des plaques lisses. Cette maladie est par nature un cancer intraépithélial.
  2. Leukoplakia. La maladie se caractérise par une kératinisation accrue de zones spécifiques de la muqueuse buccale. La maladie se propage sous forme de plaques blanchâtres sur la membrane muqueuse. Par la suite, un carcinome épidermoïde peut également se développer à partir des zones touchées.
  3. La papillomatose est la prolifération des tissus sur la peau. Ces zones ont une couleur légèrement blanchâtre et sont sujettes à la kératinisation.

Tableau clinique

Le tableau clinique de cette maladie est très diversifié. Dans près de 95% des cas, Eritroplakia se manifeste et présente dans 65% des cas une composante leucoplasique.

À propos de la malignité de la tumeur peut être trouvé par certains signes externes et des facteurs supplémentaires. Par exemple, la couleur blanchâtre ou rougeâtre d'une tumeur indique une malignité relativement élevée.

Aux stades initiaux, la tumeur est presque asymptomatique. Avec la croissance et le développement de la formation maligne de la cavité buccale, les limites des zones affectées de la muqueuse sont légèrement effacées, sa structure est visiblement compactée et ses bords sont irréguliers. Avec les processus d'ulcération en cours, la douleur est présente.

Au fil du temps, le patient ressent une sensation d'engourdissement ou de brûlure au site de la tumeur.

Le carcinome épidermoïde de la muqueuse buccale est caractérisé par la présence de cellules différenciées dans sa structure. La malignité consiste en une sorte de structure, appelée "perle", en raison de sa couleur blanchâtre.

Ce cancer progresse relativement lentement. Cela peut être considéré comme relativement favorable. Le degré de différenciation des cellules cancéreuses est différent. Il en existe plusieurs variétés:

  • très différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié.

Il convient de noter que plus le degré de différenciation des cellules tumorales est élevé, plus la pathologie se développe lentement. En outre, cette circonstance affecte les prévisions.

Cet article répertorie les premiers symptômes du cancer de la gomme.

Par localisation

L’éducation se distingue en fonction de son lieu de déploiement:

  1. La membrane muqueuse des joues. Localisation fréquente de la tumeur, située sur la ligne de la bouche approximativement au niveau du coin des lèvres. Au début, la tumeur ressemble à une petite plaie. Au fil du temps, il y a une certaine gêne à ouvrir la bouche, à sourire, à parler ou à manger.
  2. Le bas de la bouche. La malignité est localisée sur les muscles du bas. Une tumeur peut toucher les zones adjacentes, notamment les glandes salivaires et le bas de la langue. Le patient se plaint d'augmentation de la salivation et de la douleur.
  3. La muqueuse du ciel. Le carcinome épidermoïde ne se développe que dans les zones molles du tissu palatin. En règle générale, le problème est détecté pendant le repas. Ce processus est accompagné de sensations douloureuses.
  4. Arches palatines antérieures. A une plus grande tendance à métastaser. Il survient chez les personnes âgées de 60 à 70 ans, principalement chez les hommes. Le développement de la maladie s'accompagne de sensations désagréables et douloureuses dans la gorge, aggravées par la déglutition de la salive ou de la nourriture.
  5. Dans la zone des processus alvéolaires des mâchoires inférieure et supérieure. Dans la plupart des cas, la structure d'une formation maligne squameuse. Cela se manifeste très tôt. Les dents sont impliquées dans le développement d'une tumeur, ce qui contribue à l'apparition de maux de dents aigus. La période initiale de développement de la tumeur est accompagnée d'un léger saignement.

Les symptômes généraux du développement de la maladie dépendent de la localisation de la tumeur maligne.

Les étapes

En fonction de la taille de l’enseignement, de son évolution et de facteurs supplémentaires, les médecins peuvent déterminer le stade de la maladie:

  • 1 - tumeur ne dépassant pas 1 cm La tumeur est située dans la couche sous-muqueuse. La métastase initiale est absente;
  • 2 - le diamètre de la tumeur est d’environ 2 cm et la maladie s’infiltre profondément dans les tissus. L'affection des métastases des ganglions lymphatiques régionaux n'est pas observée;
  • 3 - le diamètre de la tumeur est d'environ 3 cm.Ce stade est caractérisé par l'apparition de nombreuses métastases.

Symptomatologie

Les symptômes suivants indiquent l'apparition d'une pathologie dans la cavité buccale, après quoi vous devriez immédiatement contacter un oncologue:

  • la taille de la langue augmente, ce qui rend difficile la parole, la parole est déformée;
  • engourdissement des tissus de la langue;
  • perte de sensibilité des dents et des gencives;
  • sans raison apparente, des dents saines commencent à tomber;
  • les mâchoires gonflent;
  • douleur à la bouche, intermittente ou persistante;
  • ganglions lymphatiques enflés dans le cou;
  • à mesure que la maladie progresse, la voix change;
  • sans raison apparente, une perte de poids survient;
  • diverses formations sur les lèvres et la bouche, qui ne passent pas assez longtemps. Il peut s'agir de: tache blanche ou rouge, phoque, accumulation, ulcère.

À quoi ressemble le cancer des lèvres au stade initial? Voici les photos.

Diagnostics

Au stade initial, le spécialiste identifie visuellement la tumeur, après quoi il effectue les procédures permettant de poser un diagnostic précis:

  1. Diagnostic différentiel. Dans la phase initiale, la différenciation avec la sclérose syphilitique et la chéilite herpétique est réalisée. Aux stades avancés de la tuberculose ulcéreuse et de la gomme syphilitique. Cette méthode est basée sur le dépistage de symptômes similaires.
  2. Biopsie. La procédure standard au cours de laquelle les tissus tumoraux sont prélevés pour examen par raclage superficiel, ponction à l'aiguille ou par retrait chirurgical d'une partie du néoplasme.
  3. Palpation. Aux premiers symptômes et suspicions de carcinome épidermoïde de la cavité buccale, les lymphes régionales sont palpables (ressenties) à proximité de la tumeur.
  4. Radiographie À l'aide de rayons X, vous pouvez déterminer l'emplacement de la tumeur et la présence de métastases.

Dans la plupart des cas, diverses méthodes de diagnostic sont combinées, ce qui permet d’obtenir un tableau clinique plus complet et plus clair.

Thérapie

Le choix du traitement dépend des facteurs, notamment: la localisation de la tumeur, son degré, la présence de métastases. Un oncologue prescrit un type de traitement spécifique.

Chimiothérapie. Recevoir des médicaments chimiothérapeutiques qui régressent le tissu tumoral est prescrit. La technique permet de réduire la taille de la tumeur maligne.

Le carcinome épidermoïde est le plus sensible à plusieurs médicaments utilisés en chimiothérapie: la bléomycine et le méthotrexate. Souvent, cette thérapie est associée à une radiothérapie, ce qui permet d'obtenir de meilleurs résultats.

  • Hémiglossectomie. Cette méthode de traitement est possible dans les premier et deuxième stades de la tumeur malpighienne. Cette opération présente un inconvénient majeur: un degré élevé de traumatisme. Selon l'emplacement de la tumeur, telle ou telle partie de la cavité buccale peut être retirée chirurgicalement.
  • En savoir plus sur le traitement dans cette vidéo:

    Prévisions

    L'efficacité du traitement dépend de la localisation de la malignité dans la cavité buccale et du stade

    À 1, à condition que le traitement soit commencé à l'heure, la survie est de 98% de tous les cas cliniques. Sur 2, le taux de survie est de 75%. Au stade 3, avec la présence de métastases dans les nœuds régionaux, une perspective positive n’est que de 5%.

    En outre, le pronostic est influencé par d'autres facteurs, notamment le degré de différenciation, le lieu de localisation de l'éducation, la présence de métastases et l'immunité du patient.

    Carcinome épidermoïde de la cavité buccale: traitement, symptômes, pronostic

    Chaque année, on diagnostique un cancer de la bouche chez plus de 30 000 Américains.

    Plus de 95% des patients fument ou consomment de l'alcool. Les stades précoces traitables sont asymptomatiques. En conséquence, il est nécessaire de mener des études de dépistage précoce afin d'éviter un diagnostic tardif. Il est possible de mettre en œuvre des méthodes de traitement chirurgical, de radiothérapie ou une combinaison de ces méthodes. La survie à 5 ans de cette maladie dans plus de 50% des cas.

    Aux États-Unis, le carcinome épidermoïde de la cavité buccale représente 3% de tous les cancers chez les hommes et 2% chez les femmes. La moyenne d'âge est de 50 ans et plus. Le carcinome épidermoïde est le type de cancer le plus courant de la cavité buccale et du pharynx (ainsi que de tous les cancers de la tête et du cou).

    Les principaux facteurs de risque sont: le tabagisme et l’alcool. Le risque augmente considérablement lorsque vous buvez 177 ml d'alcool dilué, 177 ml de vin et 340 ml de bière par jour. Le tabagisme actif associé à la consommation d’alcool augmente le risque de cancer chez les femmes par un facteur 100 et par 38 chez l’homme. Le carcinome épidermoïde de la bouche peut être le résultat d’un processus inflammatoire chronique de la bouche, tel que des caries, un traumatisme permanent des muqueuses lors du brossage, du tabac à chiquer.

    Symptômes et signes du carcinome épidermoïde de la cavité buccale

    Aux premiers stades de la maladie se caractérise par une évolution asymptomatique, il est donc extrêmement important de mener une étude de dépistage en temps voulu. La plupart des dentistes examinent la cavité buccale lors d'un examen de routine et, si nécessaire, peuvent subir un raclage pour une biopsie. Des zones suspectes peuvent apparaître comme des foyers de leucoplasie ou d’érythroplasie; les néoplasmes peuvent avoir un schéma de croissance exophytique ou être aggravés. La tumeur a généralement l'apparence d'une formation dense avec des bords arrondis. Un cancer des amygdales se manifeste par un mal de gorge, irradiant souvent vers l'oreille du même côté. Une tumeur métastatique du cou peut être le premier symptôme de la maladie, en particulier du cancer des amygdales.

    Diagnostic du carcinome épidermoïde de la cavité buccale

    • Biopsie.
    • Examen endoscopique pour la recherche d'un cancer nouvellement formé.
    • Radiographie thoracique, tomodensitogramme du cou et de la tête.

    Biopsie. Laryngoscopie directe, bronchoscopie, oesophagoscopie pour la détection de tumeurs secondaires. Examen CT de la tête et du cou. Radiographie thoracique, tomodensitométrie thoracique aux derniers stades de la maladie.

    Pronostic du carcinome épidermoïde de la cavité buccale

    Dans les sarcomes de la langue sans atteinte des ganglions lymphatiques, la survie à 5 ans dans plus de 50% des cas. Carcinome localisé du plancher buccal - survie à 5 ans dans plus de 65% des cas. Les métastases ganglionnaires réduisent la survie jusqu'à 50%. Les métastases surviennent généralement dans les ganglions lymphatiques régionaux, puis dans les poumons.

    Dans le cancer de la lèvre inférieure, il existe un taux de survie à 5 ans dans plus de 90% des cas, les métastases sont rares. Le carcinome de la lèvre supérieure est plus agressif et sujet aux métastases. Avec cancer du palais mou ou des amygdales en l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques, période de survie de 5 ans de 68%, avec métastases ganglionnaires -17%. Les cancers de l'oropharynx associés au VPH ont un meilleur pronostic.

    Traitement du carcinome épidermoïde de la cavité buccale

    Les méthodes de choix sont le traitement chirurgical et la radiothérapie. En présence de métastases, un traitement plus radical est nécessaire.

    Avec la défaite de la langue, en particulier dans les stades précoces, dans les stades initiaux, un traitement chirurgical est effectué. La résection partielle dans le cou est indiquée avec un risque de métastase supérieur à 15-20%. La chirurgie plastique chirurgicale de la cavité buccale permet de restaurer les fonctions de la bouche. Avec une quantité importante d’interventions chirurgicales, la rééducation postopératoire de la parole et le processus de déglutition sont indiqués. La chimiothérapie n'est pas une méthode standard de traitement et est prescrite individuellement.

    Pour le carcinome épidermoïde des lèvres, une résection chirurgicale est montrée, suivie d'une chirurgie plastique des lèvres. En cas de dommages importants, les zones touchées sont soumises à un rasage chirurgical ou à une résection au laser.

    Lorsque le cancer des amygdales est montré chimiothérapie en combinaison avec la radiothérapie. Une autre méthode de traitement est la résection chirurgicale de l'amygdale, si nécessaire, avec élimination partielle du tissu de la mâchoire inférieure et du cou.

    Cancer buccal: causes, signes, diagnostic, comment traiter

    Le cancer de la cavité buccale est un concept plutôt collectif qui inclut les tumeurs malignes d'origine épithéliale qui se développent sur les lèvres, la membrane muqueuse des joues, du palais, des gencives, du plancher de la bouche et de la langue. Chaque type de tumeur a ses propres caractéristiques distinctives et caractéristiques du parcours, mais toutes avec un diagnostic tardif constituent une menace sérieuse pour la vie du patient.

    La fréquence globale des tumeurs de la cavité buccale ne dépasse pas 3%, mais leur nombre ne cesse de croître. En Russie seulement, le nombre de cas au cours de l'année approche les 30 000 et les pays de l'Asie du Sud-Est ont dépassé la barre des 50 000 nouveaux cas de cancer de la bouche chaque année. À bien des égards, le risque de tumeur est associé aux modes de vie, aux habitudes de vie, à l'hygiène, à la nutrition et à l'exposition aux facteurs environnementaux.

    Parmi les patients atteints d'un cancer de la bouche, les hommes prédominent de manière significative, leur nombre étant 4 à 5 fois plus élevé que celui des femmes. Les patients sont souvent des personnes âgées qui ont franchi le cinquantième anniversaire, mais la maladie est parfois constatée même chez les enfants.

    Le danger de cette forme de cancer est dû au fait que les tissus sont bien alimentés en sang, dotés d'un grand nombre de vaisseaux lymphatiques, et que, par conséquent, la propagation de la tumeur se poursuivra de manière assez intensive (métastases). Nous ne pouvons ignorer la proximité du cerveau, des voies respiratoires, des gros troncs vasculaires et nerveux, dont l’atteinte entraîne souvent des conséquences tragiques.

    Une localisation favorite des tumeurs de la cavité buccale est la langue, qui est atteinte dans plus de la moitié des cas. Les néoplasmes de la langue sont assez dangereux, les néoplasies peuvent grossir rapidement et se métastaser activement, ce qui nécessite un diagnostic et un traitement précoces. Un article distinct est consacré aux caractéristiques du cancer de la langue, dans lesquelles sont décrits les types, l'évolution de la maladie et les moyens de la combattre.

    Dans la plupart des cas, la tumeur est détectée par le patient lui-même et les symptômes de mal-être peuvent apparaître assez tôt, mais seuls les patients particulièrement vigilants et responsables vont immédiatement chez le médecin, tandis que d'autres donnent au cancer une chance d'atteindre des étapes difficiles, lorsque le diagnostic n'est pas difficile, mais le traitement déjà inefficace. Pendant ce temps, avec le temps, la tumeur maligne identifiée de la cavité buccale répond assez bien au traitement et pas à un an de vie après la mesure du succès du traitement chez le patient. Vous devez savoir et vous souvenir de cela, en inspectant au moins périodiquement la cavité buccale pour détecter tout changement éventuel, en prenant soin de la muqueuse buccale et en rendant visite à votre dentiste dans les meilleurs délais.

    Pourquoi le cancer apparaît-il?

    Les causes du cancer de la bouche sont:

    • Fumer et utiliser des mélanges de tabac sans fumée.
    • Consommation d'alcool.
    • Exposition excessive au soleil et à l'air libre.
    • Risques professionnels.
    • Rayonnement radioactif.
    • Manger des plats chauds.
    • Infection virale

    Parmi tous les facteurs de risque de cancer de la bouche, le tabagisme et l’usage du tabac revêtent une place prépondérante et 90% des patients indiquent leur dépendance aux produits du tabac. Les fumeurs courent un risque plus de six fois plus élevé que les non-fumeurs et il n’importe pas qu’ils soient dépendants de la pipe, des cigares ou des cigarettes ordinaires, mais l’emplacement de la tumeur peut varier. Avec un long tube dans la bouche développe un cancer des lèvres, avec l'utilisation de tabac à chiquer - cancer des gencives, des joues, des lèvres. Le type de cigarettes, la teneur en nicotine ou le niveau de filtration de la fumée inhalée importent également.

    Différents types de tabac à chiquer ou à priser, les mélanges de tabac, le tabac à priser, le tabac à priser augmentent le risque de cancer des lèvres, des joues et des gencives 50 fois. Une telle prédominance par rapport au tabagisme conventionnel est due au fait que des agents cancérigènes nocifs entrent longtemps en contact direct avec la membrane muqueuse, produisant un effet nocif prononcé et conduisant à des processus inflammatoires chroniques.

    Certains patients qui ont subi avec succès un traitement contre le cancer n'abandonnent jamais leurs mauvaises habitudes et un tiers d'entre eux développent par la suite une tumeur d'un autre endroit (langue, larynx, ciel, etc.).

    Il convient de rappeler que le tabagisme passif est nocif pour la santé d'autrui et peut contribuer à l'apparition d'une tumeur chez les non-fumeurs.

    L'alcool, qui traverse la cavité buccale, a un effet cancérigène sur la membrane muqueuse, qui augmente souvent lorsqu'il est associé au tabagisme. Jusqu'à 80% des patients déclarent avoir consommé une quantité importante de substances contenant de l'alcool. Des précautions doivent être prises lors de l'utilisation de rince-bouche contenant de l'alcool, qui peut également être un facteur de risque de cancer.

    Une exposition prolongée à la lumière du soleil est le plus souvent associée à une activité professionnelle et concerne environ un tiers des patients. Le contact avec les peintures, la poussière, la suie et le travail à haute température sont d’autres facteurs professionnels du cancer de la bouche.

    Les caractéristiques des aliments sont associées à l'utilisation constante d'aliments trop chauds, épicés et à une abondance d'épices, traumatiques et irritants pour la membrane muqueuse de la bouche. Le manque de vitamine A dans les produits provoque des modifications atrophiques de l'épithélium, une régénération altérée et l'apparition de processus précancéreux présentant un risque élevé de malignité.

    Certains virus qui peuvent se multiplier et vivre dans un épithélium squameux stratifié peuvent être cancérigènes. Ainsi, les porteurs de l'infection à papillomavirus humain sont plus à risque, ils devraient donc accorder plus d'attention à l'état de la cavité buccale. Bien sûr, s’ils savent qu’ils ont un tel problème.

    Une irritation constante de la surface des gencives, des joues, de la langue avec des arêtes vives ou des fragments de dents, des obturations mal ajustées ou des couronnes mal ajustées posent également un risque de cancer dans une certaine mesure..

    Parmi les causes de cancer, que nous ne pouvons pas changer, vous pouvez spécifier l'âge et le sexe. Chez les personnes âgées, le risque d'oncopathologie est généralement plus élevé et les hommes sont plus susceptibles d'avoir des habitudes néfastes. Par conséquent, les tumeurs les affectent plus souvent. Des antécédents familiaux défavorables, lorsque des proches parents étaient atteints de tumeurs buccales, devraient également être considérés comme un facteur de risque.

    Changements pré-tumoraux et types de cancer de la bouche

    Les modifications précancéreuses de la muqueuse buccale sont la leucoplasie, l’érythroplasie et la diplase épithéliale.

    La leucoplasie est suspectée en cas de tache blanche indolore dans l'une ou l'autre partie de la cavité buccale et se caractérise par l'apparition d'une kératinisation similaire à celle qui se produit normalement dans la peau.

    Eritroplakia ressemble à des foyers rouges avec une abondance de vaisseaux sanguins. Après un examen microscopique, environ la moitié de la tumeur érythroplactique s’avère être une tumeur maligne. Cette affection nécessite donc un diagnostic et un traitement précoces.

    La dysplasie est en fait un précancer, lorsque les cellules acquièrent certaines caractéristiques de malignité, leur maturation et leur structure sont perturbées. La prochaine étape dans le développement du processus dysplasique sera la tumeur maligne elle-même.

    changements précancéreux (de gauche à droite): leucoplasie, érythroplasie, dysplasie

    Étant donné que la majeure partie de la cavité buccale est tapissée d’épithélium squameux stratifié, il est logique d’attendre ici le développement d’un carcinome épidermoïde à différents degrés de différenciation. Des petites glandes salivaires de la langue, des joues, du pharynx, la croissance des tumeurs glandulaires est possible - adénocarcinome.

    En apparence, la tumeur est le plus souvent un défaut ulcératif non cicatrisant avec une pénétration prononcée et assez rapide dans les tissus environnants. Dans une forme nodulaire, la tumeur se présente sous la forme d'une masse qui se développe même plus rapidement qu'un ulcère. Le type de cancer papillaire est caractérisé par l'apparition de excroissances papillaires, qui peuvent pendre dans la cavité buccale lorsqu'elles sont placées dans le ciel, la langue et la gorge. Cette forme ne se caractérise pas par une pénétration active dans les tissus environnants et, par conséquent, le traitement est assez efficace.

    Signes et symptômes du cancer de la bouche

    Au stade initial du développement de la maladie, chaque patient ne jugera pas nécessaire de consulter un médecin, ses manifestations ayant été annulées en raison de problèmes dentaires, d'amygdalite chronique ou de laryngite. Pendant ce temps, la présence d’ulcères, de fissures et de modifications nodulaires est très caractéristique des premiers stades de développement de la tumeur et l’absence de syndrome douloureux ne doit pas être apaisée.

    Au stade non développé de la croissance de la néoplasie, la douleur se joint, qui se limitait initialement à la zone de croissance des cellules cancéreuses, et s'est généralisée avec le temps - donne à l'oreille, à la région temporale et à la tête.

    Dans les cas avancés, la tumeur envahit les organes et les tissus adjacents, les détruit, métastase activement. Étant donné que la cavité buccale est habitée par différents types de micro-organismes et qu'un grand nombre d'entre eux y parviennent constamment de l'environnement extérieur, la localisation précoce d'une infection secondaire avec formation de foyers et même de foyers putrides est caractéristique du cancer, ce qui aggrave encore l'état du patient, augmente l'intoxication et le syndrome douloureux..

    Afin de prévenir les formes sévères de cancer de la bouche, il est nécessaire de surveiller attentivement l’état de la cavité, les dents et les signes précoces indiquant indirectement la possibilité de développement d’un processus malin devraient toujours inciter à consulter un médecin. Ces fonctionnalités incluent:

    1. La présence d'ulcères non curatifs, gonflement dans une division particulière de la cavité buccale.
    2. L'apparition de taches blanches ou rouges sur la membrane muqueuse, souvent asymptomatiques.
    3. Douleur prolongée dans la bouche.
    4. Violation de la mastication, déglutition, fonction de la parole, sensation de présence d'un corps étranger.

    La présence des signes décrits qui ne disparaissent pas au bout de 2 semaines ou plus, en particulier en cas de perte de poids inexpliquée, de baisse des performances et de fatigue rapide devrait susciter de vives inquiétudes.

    Bien sûr, ces changements n'indiquent pas toujours la présence d'un cancer. Ne paniquez donc pas trop. Seul un médecin peut distinguer le processus pré-tumoral ou inflammatoire des stades précoces du carcinome et reporter à plus tard sa visite ou, si nous ne le permettons pas, l'auto-traitement, est semé d'embûches.

    sites typiques pour l'examen du cancer de la bouche

    Les symptômes du cancer de la bouche sont similaires à bien des égards à des localisations différentes, mais il existe également des caractéristiques liées à la défaite d'un département particulier. Les tous premiers signes d’une tumeur, quel que soit le lieu de sa formation, sont réduits à l’apparition d’un site d’ulcération, d’induration ou de gonflement sans syndrome de douleur prononcée et se rejoignent avec le temps:

    • La douleur est une douleur périodique ou constante au site de croissance de la néoplasie et, si les nerfs sont endommagés, il y a un engourdissement, une diminution de la sensibilité. Un peu plus tard - douleur à l'oreille, à la tête et aux tempes.
    • Saigner sans raison claire.
    • Difficulté de mastication, déglutition, élocution, restriction de la mobilité des mâchoires, de la langue.

    Le cancer du plancher de la cavité buccale est l’une des localisations les plus défavorables. Cette zone a une structure assez complexe avec une abondance de muscles, de vaisseaux sanguins et lymphatiques, contient des glandes salivaires, de sorte que la tumeur se développe tôt et rapidement sur ces tissus et métastase activement. Au début, le patient ressent la présence d'une entité étrangère, puis une salivation abondante, une douleur, une mobilité réduite de la langue, une difficulté à avaler. Avec une ulcération de la tumeur, des saignements sont possibles, les métastases affectent les ganglions lymphatiques sous-maxillaires cervicaux.

    cancer de la cavité buccale

    Le cancer de la joue apparaît généralement au niveau de l'angle de la bouche, le long de la ligne de fermeture des dents, c'est-à-dire lorsque les blessures, le contact avec les dents endommagées ou les couronnes mal établies sont plus susceptibles. La forme de l'ulcère prédomine ici et les symptômes sont réduits à la douleur lors de la mastication, de l'ingestion de nourriture et de la conversation. Avec une quantité importante d'ulcères cancéreux, il devient difficile pour un patient d'ouvrir la bouche. L'examen histologique du tissu tumoral révèle le plus souvent un carcinome épidermoïde.

    Le cancer du ciel est considéré comme une forme assez rare de la maladie et il est principalement représenté par des tumeurs glandulaires (adénocarcinomes) du palais dur en raison de la quantité malade de petites glandes salivaires situées dans cette zone, tandis que le palais mou est plus souvent affecté par un carcinome épidermoïde.

    Les tumeurs glandulaires du palais dur peuvent rester assez longtemps limitées aux glandes salivaires, se manifestant par une infiltration encapsulée sans douleur marquée. À mesure que la taille de la tumeur augmente, elle s'ulcère, la douleur augmente et l'infection se joint au développement du processus inflammatoire. Ensuite, la tumeur envahit les tissus environnants et les structures osseuses qui forment la base du palais dur. Le carcinome épidermoïde est beaucoup moins répandu, mais il est ulcéré à un stade précoce et peut donc être détecté à un stade précoce.

    Le cancer du palais présente dans la plupart des cas une variante malpighienne, moins agressive que l'adénocarcinome, il est donc préférable de la traiter. Avec la croissance d'une telle tumeur, les patients ressentent un inconfort en avalant, en parlant, lorsque la parole devient trouble, qu'il y a de la douleur et une sensation de corps étranger.

    Le cancer des gencives est rare et se rencontre principalement à la surface de la membrane muqueuse de la mandibule. La cause la plus probable de son développement est due à des problèmes dentaires. Le type histologique caractéristique est le carcinome épidermoïde.

    Diagnostic et traitement du cancer de la bouche

    Pour la détection du cancer de la bouche, l’examen de la muqueuse par le patient est important. Une étude minutieuse peut détecter une tumeur à un stade précoce de développement. Comme toutes les parties de la cavité buccale ne sont pas disponibles pour un examen à domicile, il est recommandé de consulter au moins une fois tous les six mois le dentiste qui, à l’aide d’outils spéciaux et de miroirs, procédera à un examen plus approfondi.

    En plus d'une évaluation visuelle de l'état de la cavité buccale, le médecin sonde des ganglions lymphatiques régionaux dans lesquels il peut y avoir des métastases.

    Les possibilités des méthodes instrumentales et de laboratoire sont limitées dans le cancer de la bouche, mais des techniques ultrasonores pour les lésions des tissus mous et les rayons X peuvent être appliquées pour clarifier la nature de la croissance tumorale dans le tissu osseux, la tomodensitométrie ou l'IRM avec un contraste supplémentaire.

    Les informations les plus précises sont fournies par l'examen histologique de fragments de tumeur, qui peut être obtenu avec une cytobrosse conventionnelle ou extrait à l'aide d'une aiguille ou d'un scalpel sous anesthésie préalable.

    Le traitement du cancer de la bouche est d'autant plus efficace que la tumeur est détectée tôt. Toutes les méthodes principales de traitement du cancer sont utilisées - chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie.

    Le traitement chirurgical reste essentiel et implique l’élimination du tissu tumoral. Compte tenu de la localisation des néoplasies, la majorité des patients nécessitent une intervention de chirurgie plastique. Par conséquent, une approche conservatrice joue un rôle important dans l'ablation de la tumeur. Ainsi, dans le cancer de la lèvre, la soi-disant élimination micrographique d'une tumeur peut être utilisée lorsque les tissus sont excisés en couches avec un contrôle histologique de chaque site. Ainsi, vous ne pourrez éliminer que la zone touchée sans capturer la quantité «supplémentaire» de tissu labial.

    Les néoplasmes de la cavité buccale nécessitent souvent une excision et des zones osseuses des mâchoires, ce qui crée des difficultés supplémentaires pour la rééducation et la reconstruction ultérieure de parties du crâne facial.

    Le retrait des ganglions lymphatiques est une étape indispensable du traitement chirurgical lorsqu'une tumeur se propage dans ceux-ci, mais il se heurte à de nombreux dommages aux nerfs, qui sont assez nombreux dans cette région. Les effets secondaires de la dissection des ganglions lymphatiques peuvent être un engourdissement de la peau de l'oreille, du visage, une altération de la mobilité des muscles masticateurs et du visage, etc.

    La radiothérapie peut être prescrite indépendamment pour les formes précoces de cancer et en plus de la chirurgie. Dans certains cas, la curiethérapie - l'introduction d'éléments radioactifs directement dans la tumeur. Sur fond d'irradiation, des lésions tissulaires sont possibles non seulement dans la cavité buccale, mais également dans la glande thyroïde avec diminution du niveau d'hormones. Les patients doivent donc souvent consulter un endocrinologue et prescrire des préparations hormonales.

    Comme vous le savez, il est plus facile de prévenir que de guérir de nombreuses maladies. Les mesures préventives doivent donc être connues de tous:

    1. Le tabagisme et le tabagisme étant un facteur de risque majeur, il est préférable de ne pas commencer ou renoncer à cette habitude, même si la consommation de tabac est plutôt longue.
    2. Vous ne devriez pas abuser de produits contenant de l'alcool, et si vous voulez toujours boire une boisson alcoolisée, il est préférable de vous limiter à une petite quantité.
    3. Rester au soleil devrait être limité, surtout au milieu de la journée, lorsque l'activité des rayonnements est maximale.
    4. Des repas sains et nutritifs contenant une quantité suffisante de vitamines et d'oligo-éléments réduisent considérablement le risque de développer des tumeurs de la cavité buccale.

    Le pronostic après le traitement du cancer de la bouche dépend du stade auquel la tumeur a été détectée et de la forme de la néoplasie. Ainsi, presque tous les patients de stade 0 ont une chance de vivre 5 ans ou plus, alors qu’ils se situaient entre 20 et 50% aux stades III et IV. La forme ulcéreuse de cancer est une métastase plus maligne, plus rapide et conduit plus souvent à un résultat défavorable. Les tumeurs fréquentes et récurrentes, en particulier avec des méthodes de traitement douces, sont donc indispensables après le traitement de l'oncologue après le traitement de la tumeur.

    Cancer buccal

    Le cancer de la bouche est une tumeur maligne qui se développe à partir des muqueuses de la cavité buccale. Les différences de ce groupe d'oncologie dans le diagnostic précoce de la maladie, ce qui permet une détection et un traitement rapides de la maladie. Malgré cela, toutes les personnes ne font pas attention aux premiers signes et symptômes de la maladie, ce qui conduit souvent à des résultats désastreux.

    Causes du cancer de la bouche

    Les tumeurs malignes de la tête et du cou en Russie représentent environ cinq pour cent de toutes les tumeurs malignes. Le cancer de la muqueuse buccale revêt une importance particulière en raison de son évolution clinique spécifique et de la complexité du traitement. Le cancer de cette localisation survient plus souvent chez les hommes âgés de 60 à 65 ans que chez les femmes du même groupe d’âge. Le cancer de la bouche se développe à partir de tissus pathologiquement modifiés, qui se forment à la suite d'une dyskératose et de nombreux autres processus inflammatoires dans leur structure.

    Les facteurs importants dans le développement du cancer de la bouche sont:

    • tabagisme;
    • boire de l'alcool;
    • bétel à mâcher;
    • l'utilisation de "nasa";
    • de plus, l'apparition de cette maladie peut contribuer à diverses blessures causées par des dents acérées ou par une prothèse mal ajustée;
    • la nutrition, ou plutôt l'utilisation d'aliments trop chauds et épicés, ainsi que la consommation ou l'absorption insuffisante de vitamine A par l'organisme, jouent un rôle important;
    • Il a été démontré que le virus du papillome humain (VPH) joue un rôle important dans le développement du cancer de la bouche.

    Un cancer de cette localisation peut également se produire chez les jeunes, même les enfants. Parmi les tumeurs malignes des organes de la bouche, la première place appartient aux tumeurs épithéliales. Un plus grand pourcentage de ces tumeurs survient dans les cancers de la bouche par voie orale, kératinisés épidermoïdes.

    Maladies précancéreuses de la cavité buccale

    Avant de passer directement aux tumeurs malignes de la cavité buccale, vous devez vous familiariser brièvement avec les processus précancéreux tels que:

    La maladie de Bowen est un nodule irrégulier de taille croissante. Ils peuvent fusionner pour former des plaques hyperémiques à surface lisse. Par la suite, une atrophie peut se développer. Compte tenu des connaissances actuelles, la maladie de Bowen est un cancer intraépithélial. Excisé chirurgicalement, si pas possible, appliquer une radiothérapie à foyer rapproché.

    La leucoplasie est une kératinisation accrue de la muqueuse buccale. La maladie ressemble à des zones plates et blanchâtres de la membrane muqueuse. Il existe une leucoplasie verruqueuse et érosive. Le traitement consiste en une réorganisation rapide de la bouche, en un traitement des maladies gastro-intestinales, en prenant des complexes de vitamines, en vue d'une guérison rapide à l'aide d'applications de pommades à base de glucocorticostéroïdes.

    Papillomatose - prolifération papillaire du tissu conjonctif de la jambe. Sujet à la kératinisation et avoir une couleur blanchâtre. Il est traité chirurgicalement.

    Pour les formes hyperkératosiques et érosives du lichen plan, le lupus érythémateux, les ulcérations non épithélialisées et l'érosion sont caractéristiques, une hyperkératose est souvent déterminée (épaississement accru de la couche cornée). Le traitement est destiné aux maladies qui ont provoqué cette pathologie (prescription d'antipaludiques en association avec des glucocorticoïdes, vitamines du groupe B, acide nicotinique).

    Stades du cancer de la bouche

    1. Stade 1 - la taille de la formation maligne est assez petite et ne dépasse pas 1 cm de diamètre. Le cancer ne dépasse pas la couche muqueuse et sous-muqueuse. Les métastases régionales ne sont pas observées.
    2. Stade 2 - la taille d'une tumeur maligne jusqu'à 2 cm de diamètre. La tumeur se développe dans les tissus sous-jacents jusqu’à une profondeur de 1 cm. Aucune métastase des ganglions lymphatiques régionaux n’est observée ni la présence d’une métastase régionale déplacée du côté affecté.
    3. Stade 3 - la taille d'une tumeur maligne atteignant 3 cm de diamètre. Caractérisé par de nombreuses métastases régionales sur le côté. Les métastases à distance ne sont pas observées.
    4. Étape 4 - la tumeur se propage suffisamment grande. Il s'est propagé à la région sublinguale, au nerf alvéolaire inférieur, à l'os cortical et à la peau. Des métastases lointaines touchent tous les organes du corps.

    Périodes de formation de carcinome de la muqueuse buccale

    Il y a 3 périodes de formation de carcinome oral:

    • initiale;
    • période développée;
    • période de négligence.

    La principale caractéristique de la phase initiale réside dans sa clinique presque asymptomatique. Il existe des formations indolores telles que des nodules, des fissures et des ulcérations, dont la taille augmente progressivement. Dans l’étude de la cavité buccale, faites attention aux zones denses de la membrane muqueuse, aux plaies superficielles et aux excroissances papillaires. À ce stade de la maladie, moins de la moitié des patients souffrent de douleur et celle-ci n'est pas associée à la formation possible d'un carcinome.

    Au cours de la période initiale, il existe trois types de cancer de la bouche:

    1. ulcératif - la forme la plus commune. Il se caractérise par une croissance rapide et lente. La thérapie conservatrice ne donne pas de résultats;
    2. forme papillaire - est une croissance compactée sur la membrane muqueuse;
    3. forme nodulaire - est un joint dans la membrane muqueuse avec des taches lumineuses autour d'elle. Ses contours sont clairement définis et croissent plus vite que l’ulcère.

    Le cancer de la muqueuse buccale au stade développé présente un grand nombre de symptômes. Les patients souffrent de douleurs aiguës qui peuvent être locales ou irradient vers le temple, l’oreillette. Les odeurs nauséabondes provenant de la bouche sont la principale raison pour laquelle les patients consultent un médecin. Son apparence suggère qu'il y a une panne d'éducation et de son infection. En outre, les patients peuvent se plaindre d'une hypersalivation due à une irritation de la membrane muqueuse provoquée par les mêmes produits de décomposition.

    Dans cette période, on distingue deux formes de cancer:

    • exophytique - la tumeur se développe dans la lumière du corps;
    • endophyte - croissance infiltrante.

    Les carcinomes endophytes sont plus agressifs que les exophytiques.

    Stade de négligence. Le carcinome de la muqueuse buccale appartient aux néoplasmes agressifs actuels, car il se propage rapidement et se développe dans les tissus environnants. Par exemple, un cancer de la racine de la langue s'infiltre dans le pharynx, un cancer de la membrane muqueuse de la joue - la peau et une tumeur du processus alvéolaire de la mâchoire - la joue, le fond de la bouche.

    Types de cancer de la bouche

    En cas de cancer du plancher buccal, les patients se tournent rarement vers les premiers stades de la maladie pour des soins médicaux, car le tableau clinique lumineux (douleur, attache d’une infection secondaire provoquant une odeur fétide de la cavité buccale) n’apparaît que dans une période développée où l’éducation est négligée. L'éducation s'étend à la mâchoire inférieure et aux muscles de la partie hyoïde de la région buccale. A ce stade, la présence de métastases régionales est établie.

    Cancer de la langue, souvent formé sur sa surface latérale et dans la région de la base. De plus, le cancer de la racine de la langue est plus malin en ce qui concerne l'évolution que le carcinome de la partie antérieure de celle-ci.

    Le cancer de la membrane muqueuse de la joue fait germer la tumeur des lèvres, des glandes, de la peau. Les métastases régionales ne sont presque jamais détectées lorsque les patients consultent un médecin.

    Le cancer de la gomme est principalement histologiquement un carcinome épidermoïde. On le trouve dans les étapes initiales, car avec ces localisations, les dents sont impliquées dans le processus, ce qui conduit au syndrome de douleur odontogène. Cela oblige en premier lieu les patients à faire appel à un dentiste. Cependant, l'extraction dentaire entraînera la propagation du carcinome et sa détérioration.

    Le carcinome de la membrane muqueuse du palais dur est formé de glandes salivaires alvéolaires-tubulaires - adénocarcinome. Beaucoup moins souvent, un carcinome épidermoïde de la cavité buccale se présente, contrairement au carcinome du palais mou. La différence de morphologie conduit à un tableau clinique différent de ces tumeurs. Le carcinome épidermoïde se caractérise par une ulcération rapide, la survenue d'une douleur précoce, tandis que le carcinome, qui se développe à partir des glandes salivaires tubulaires alvéolaires, se comporte différemment: le processus est lent, indolore et le patient ne peut se plaindre que d'une sensation de tumeur au palais. Et seulement lorsque la tumeur atteint une taille importante, une ulcération apparaît sur la membrane muqueuse, ce qui provoque l’ajout d’une infection et la survenue de douleur.

    Diagnostic du cancer de la bouche

    Le diagnostic de la maladie commence par la collecte des antécédents et des plaintes du patient. Il est nécessaire de préciser la date d'apparition de l'inconfort, leur nature, s'il y a douleur, s'ils sont stoppés par des anti-inflammatoires, la présence de mauvaises habitudes, la présence d'oncoanamnèse aggravée.

    Examen physique de la cavité buccale à l'aide d'une spatule et d'un réflecteur. Il est nécessaire de procéder à la palpation des ganglions lymphatiques régionaux (cervicaux), car les métastases précoces sont caractéristiques d'une tumeur de cette localisation. Si vous suspectez la présence d'un ganglion lymphatique affecté, une échographie est effectuée. Sous le contrôle de cette méthode, une biopsie du ganglion est réalisée par aspiration à l'aiguille fine, ce qui permet de confirmer le diagnostic morphologiquement. Une biopsie est effectuée non seulement sur le site, mais également sur la tumeur elle-même.

    Une biopsie à l'aiguille fine consiste à prélever des cellules d'une formation pernicieuse à des fins d'analyse cytologique à l'aide d'une seringue. Le moyen le plus informatif de confirmer le diagnostic est l'examen histologique d'un cancer. Cela se produit principalement en peropératoire, lorsque le néoplasme lui-même est envoyé au laboratoire après une intervention chirurgicale ou avec l'organe prélevé.

    Pour exclure les métastases à distance, on prescrit au patient une échographie abdominale, une radiographie des organes thoraciques et une ostéo-scintigraphie (si une lésion osseuse métastatique est suspectée). Il est également possible de réaliser un scanner et une IRM de la tête et du cou, qui révèlent les limites de la propagation du carcinome primitif et la présence de métastases régionales.

    Traitement du cancer de la muqueuse buccale

    Le traitement du cancer de la bouche comprend 2 étapes: la guérison de la tumeur primitive et le traitement des métastases régionales. Dans tous les cas, l’utilisation de techniques combinées est plus efficace qu’un traitement chirurgical unique.

    Le traitement chirurgical (chirurgie) est déterminé par l'emplacement de la tumeur dans la bouche. Par exemple, en cas de cancer de la langue, une opération radicale doit être effectuée, c'est-à-dire que la moitié de la langue est enlevée. Le cancer des processus alvéolaires des mâchoires supérieures et inférieures largement répandues nécessite souvent la résection de la moitié de la langue, de la région sublinguale de la bouche et de la mâchoire inférieure avec dissection lymphatique du cou (excision des ganglions lymphatiques). Chez les patients atteints d'un cancer du palais mou, les chirurgiens procèdent à l'excision et à la restauration partielle des tissus de la langue. Il faut se rappeler que de telles opérations chez les patients sont lourdes et traumatisantes et peuvent également entraîner une mortalité élevée. Après le retrait de l'organe avec les tissus, des opérations de reconstruction sont souvent nécessaires. Le traitement chirurgical du cancer de la bouche est effectué de manière autonome en une seule étape. Tout le reste nécessite un traitement combiné.

    La méthode combinée est une combinaison de rayonnement et une méthode d'intervention chirurgicale. L'irradiation externe est utilisée comme méthode préopératoire. Une fois que les complications post-radiations ont disparu, une opération est effectuée.

    La méthode par rayonnement est nécessaire pour réduire la taille de la tumeur et réduire son activité. La magnitude de la dose dépend des caractéristiques de la formation: son emplacement, sa sensibilité, sa taille. Par exemple, plus la tumeur est grosse, plus la dose de rayonnement doit être grande. Avec une irradiation externe, la dose est habituellement de 40 à 50 grey et de 30 irradiation interne. Avant le début de l'irradiation, la cavité buccale est réorganisée - tous les plombages, les couronnes en métal ainsi que les mauvaises dents doivent être enlevés.
    Si, après une radiothérapie, le diamètre de la tumeur atteint 1 cm, seule la formation elle-même peut être éliminée par une intervention chirurgicale. Les grandes tailles nécessitent une excision radicale.

    Méthode chirurgicale - la principale méthode de traitement des métastases régionales. En cas de métastases multiples sur les canaux lymphatiques cervicaux, l'opération de Krajl (excision du tissu cervical) est réalisée. Faites-le en deux étapes. Tout d'abord, le côté où les nœuds sont le plus affectés est exploité, et dans deux semaines, l'autre est affecté.

    La chimiothérapie est réalisée conjointement avec la méthode par irradiation en tant que deuxième étape du traitement du cancer buccal opérable des troisième et quatrième étapes en présence des facteurs aggravant le pronostic suivants: épaisseur de la tumeur supérieure à 1 cm, lésions multiples des canaux lymphatiques régionaux, la tumeur est proche du bord de la résection (inférieure à 5 mm) ). Dans le traitement de chimioradiothérapie simultané, on utilise des préparations du groupe du platine - carboplatine ou cisplatine. Une telle méthode thérapeutique combinée augmente la survie. Dans les tumeurs inopérables, une polychimiothérapie par chimiothérapie d'induction (préopératoire ou néoadjuvante) peut être réalisée au premier stade, suivie d'une chimiothérapie simultanée. Le traitement par chimiothérapie nécessite une surveillance attentive de la part d'un médecin, car les effets indésirables sont très graves - un effet toxique sur les cellules de la moelle osseuse entraîne le développement d'une leucopénie, une anémie à différents degrés de gravité. Le danger de ces affections est que le déficit en hémoglobine et en leucocytes entraîne une hypoxie des organes et une faiblesse du système immunitaire. En fin de compte, il se heurte à l'ajout d'infections bactériennes et fongiques. Le sang est surveillé afin d'éviter des complications graves et, si le patient a déjà développé une anémie et une leucopénie, des stimulants de l'hémopoïèse sont prescrits. Les médicaments cytotoxiques ont un autre effet secondaire désagréable - une forte éméthogénicité (la capacité de provoquer des nausées et des vomissements).

    Le vomissement peut être:

    1. aigu (première apparition 24 heures après la chimiothérapie);
    2. retardé (24 heures après la chimiothérapie);
    3. conditionnellement - réflexe (se produit après la fin de la chimiothérapie).

    Pour prévenir cet effet désagréable, utilisez des médicaments qui inhibent les récepteurs de la sérotonine, tels que l’ondansétron, le granisétron. Introduisez-les par voie intraveineuse immédiatement avant la chimiothérapie suivante. Pour renforcer l'efficacité de la thérapie antiémétique, des inhibiteurs des récepteurs NK-1 sont utilisés - emend.

    Pronostic de la maladie

    Cancer de la bouche - l’efficacité du traitement des patients dépend en premier lieu du stade du processus et du degré de malignité de la tumeur.

    Les facteurs ayant une incidence sur les prévisions comprennent:

    • durée du processus;
    • la taille de l'éducation;
    • la présence ou l'absence de métastases.

    Il est très important de déterminer le degré de différenciation d'une tumeur maligne afin de déterminer le pronostic.

    Il y a trois degrés de différenciation:

    Le pronostic est plus favorable avec une différenciation élevée et moyenne, car ces processus tumoraux sont moins malins, se métastasent plus tard et répondent mieux au traitement. Pour augmenter le taux de survie, une attention particulière doit être accordée au diagnostic des formes précoces de cancer. Les méthodes de traitement modernes se sont améliorées au cours des dernières années, ce qui a permis d'accroître les taux de survie à cinq ans.