loader
Recommandé

Principal

La cirrhose

Tumeurs de l'oreille externe

Les classifications cliniques généralement acceptées des tumeurs de l'oreille externe et moyenne ne sont pas développées. Seule une classification histologique de l'OMS (N ° 19) a été publiée, selon laquelle les tumeurs de l'oreille externe sont divisées comme suit.

  • 1. hémangiome
  • 2. Neurofibrome
  • 3. Neurolemmoma (schwannome)
  • 4. autres
  • 1. Fibrosarcome
  • 2. Rhabdomyosarcome
  • 3. autre
  • 1. Chondrome
  • 2. Ostéome
  • 3. autre
  • 1. Chondrosarcome
  • 2. Ostéosarcome
  • 3. autre
  • 1. Kératose Occlusive
  • 2. Polype d'oreille
  • 3. Kelloid
  • 4. Chondrodermatite nodulaire chronique

Les néoplasmes bénins de l'oreille externe, c'est-à-dire le pavillon et le conduit auditif externe, ne sont pas rares. Parmi les tumeurs bénignes épithéliales doivent être distingués papilloma et cerumino.

Papillomes surviennent plus souvent sur la peau de l’auricule (Fig. 211). S'ils sont situés dans le conduit auditif externe, ils remplissent souvent sa lumière, ressemblant à des polypes émanant de l'oreille moyenne.

Céraminome (adénome) conduit auditif externe - tumeur très rare à croissance longue issue des glandes sébacées (soufre). Nous n'avons observé qu'un seul patient pendant 35 ans. En 1979, environ 60 patients étaient décrits dans la littérature. La structure microscopique du céruminome est diverse, les cas de sa transformation en adénocarcinome sont décrits.

Le céraminome est généralement observé chez les personnes de plus de 20 ans. Les patients se plaignent souvent de la congestion de l'oreille. Avec une tumeur commune se plaignent de perte auditive, douleur et écoulement de l'oreille. Dans la période initiale, la tumeur se situe sur la paroi du conduit auditif externe, elle est de couleur rose et, à mesure qu’elle augmente, elle remplit le passage et ressemble à un polype extérieurement. La radiographie pendant cette période est déterminée par une bonne pneumisation du processus mastoïde. Graduellement, la tumeur se propage à l'oreille moyenne et à ses parois, les détruisant. Ces modifications sont déterminées par radiographie.

Les tumeurs mixtes du canal de l'oreille, décrites par de nombreux auteurs, ne sont généralement pas primitives. Le plus souvent, ils émanent de la glande salivaire parotide et pénètrent dans le conduit auditif externe. Il est possible que, dans ces cas, il n’y ait en réalité pas de tumeurs mixtes, alors que d’autres étaient malignes, comme les cylindromes.

Les tumeurs pigmentaires bénignes de l'auricule (Fig. 212) et du conduit auditif externe - les naevis selon l'évolution clinique ne diffèrent pas des névis des autres localisations de la peau de la tête et du cou. Les tumeurs bénignes des tissus mous de l'oreille externe peuvent provenir de divers tissus: fibreux, adipeux, musculaires, vasculaires et autres (fibromes, hémangiomes, etc.).

Fibrome, étant plus souvent situé sur le lobe de l'oreille, sur les sites de ponction avec une aiguille pour porter les boucles d'oreille, il mesure 5 mm à 4 cm, moins souvent à l'entrée du conduit auditif externe et à la branche ascendante de la courbe de l'oreillette.

Hémangiomes développer dans toutes les parties de l'oreille et parmi toutes les tumeurs bénignes représentent environ 7%. Plus souvent observé hémangiomes capillaires et caverneux. Les premiers d'entre eux dans l'enfance disparaissent souvent. Les hémangiomes caverneux sont généralement situés dans l'épaisseur du pavillon. Il existe des hémangiomes sous forme de tumeurs individuelles ou multiples. Le plus souvent, ils ont une consistance molle et une teinte bleuâtre. Les hémangiomes de l'auricule, qui se détachent de son contour et d'autres départements, s'étendent souvent vers le conduit auditif externe. Son dégagement peut être complètement fermé. Il y a souvent des hémangiomes saignants avec blessure.

Chondrome est très rare. S'il provient du cartilage du conduit auditif externe, il ferme progressivement sa lumière.

Ostéoblastome aussi rarement observé. Patients décrits chez lesquels ces tumeurs se sont développées lentement et localisées dans le processus mastoïdien et le conduit auditif externe. Ils apparaissent dans 8–45 ans sous la forme d'un gonflement indolore de densité pierreuse derrière ou au-dessus du pavillon. L’examen radiographique révèle des modifications osseuses sous forme d’obscurcissements arrondis autour desquels se forme une tige dense. Dans la forme destructrice d'ostéoblastoclastome, il peut ne pas y avoir de processus réactif dans l'os environnant radiologiquement et la destruction de la pyramide de l'os temporal peut être détectée. Il faut garder à l'esprit que l'ostéoblastoclastome se développe comme un seul noeud de l'os temporal, ce qui est très similaire à l'un des foyers de la dysplasie ostéofibrotique de Recklinghausen, qui est une lésion systémique.

Ostéome se développe souvent dans la couche corticale du processus mastoïde ou du canal auditif externe. Dans d'autres parties de l'os temporal est rare. La croissance de l'ostéome est extrêmement lente, donnant souvent l'impression qu'elle n'augmente pas lorsqu'elle atteint une certaine taille. Dans le conduit auditif externe, les ostéomes se caractérisent par une évolution particulière et ressemblent à des épaississements plus osseux. Sur cette base, de nombreux auteurs les appellent des exostoses, d'autres nient leur nature tumorale et les considèrent comme des modifications réactives de l'os. Ostéomes latéraux observés du conduit auditif externe - simples, compacts, sur le pédicule - et médial, situés au niveau du tympan dans la partie médiale du conduit auditif externe. Ces derniers sont généralement multiples, bilatéraux, à base large et non compacts - ils ont une structure spongieuse. Dans les deux cas, les ostéomes sont recouverts d'un épithélium quelque peu épaissi, de couleur blanc grisâtre ou jaune grisâtre. Habituellement, les ostéomes du conduit auditif externe ne causent pas de déficience fonctionnelle. Dans les cas où les exostoses ferment la lumière du passage, une perte auditive se développe. Certains auteurs notent que dans ces cas, les patients se plaignent parfois d'acouphènes. Dans la région du processus mastoïdien, les ostéomes sont observés sous la forme d'un seul nœud, qui est plus souvent reconnu par hasard lors d'un examen aux rayons X. Dans ces cas, parfois, un ostéome est également diagnostiqué dans le sinus frontal, comme nous l'avons observé chez 4 patients.

Dans le diagnostic différentiel des tumeurs de l'oreille externe, vous devez garder à l'esprit les kystes et le vrai cholestéatome. Les kystes de l'auricule peuvent être séreux et épidermoïdes. Les premiers surviennent plus souvent après des blessures. Les vrais cholestéatomes se développent à partir de tissus embryonnaires. Ils sont localisés dans l'os temporal et ressemblent à un kyste dermoïde, atteignant parfois de grandes tailles.

Tumeurs localisées et malignes de l'oreille externe. Nous attribuons le basaliome aux néoplasmes localement perturbateurs, et les tumeurs malignes comprennent le cancer, le mélanome et le sarcome. Les basaliomes et les cancers sont le plus souvent observés, plus rarement - les mélanomes, extrêmement rarement - les sarcomes. Ces tumeurs de l'oreille externe, affectant la peau et s'étendant jusqu'aux parties cartilagineuses et osseuses de l'oreille, germent le cuir chevelu, les os du visage et du crâne, ainsi que la glande salivaire parotide. Ils grandissent lentement ou très rapidement.

Basalioma et cancer L'oreille externe est généralement décrite ensemble. Cependant, leur évolution et leur pronostic sont différents et il faut en tenir compte.

Selon de nombreux auteurs, le carcinome basocellulaire et le cancer se développent plus souvent dans l'oreillette - 85%, moins souvent - dans le conduit auditif externe - 10% et encore moins dans l'oreille moyenne - 5%. Les basaliomes surviennent généralement sur la peau de l’auricule et sur la partie cartilagineuse du conduit auditif externe.

Les cancers se retrouvent dans toutes les parties de l'oreille externe. Cependant, dans la région de l'oreille moyenne et de l'os du conduit auditif externe, on observe principalement un cancer. Il y a plus souvent des tumeurs à l'âge de 50-70 ans, autant chez les hommes que chez les femmes. Cependant, certains auteurs notent que le cancer de l'oreille externe chez l'homme est observé 5 à 7 fois plus souvent.

Le cancer de l'oreille externe survient souvent au site de processus inflammatoires persistants, de blessures et de changements cutanés liés au vieillissement. Les facteurs prédisposants peuvent être les brûlures, les engelures, les risques domestiques et professionnels.

L'anatomie pathologique et l'évolution clinique du carcinome basocellulaire et du cancer de l'oreille externe diffèrent en principe peu des mêmes tumeurs cutanées que d'autres sites. Le cancer de l'oreille externe peut être exophytique (nodules verruqueux à base large) ou endophyte (ulcère plat à bords infiltrés). Une tumeur cancéreuse, apparue dans l'une ou l'autre partie de l'auricule, s'infiltre et détruit progressivement la coquille entière, puis se propage aux tissus et organes adjacents. Le cancer du canal auditif externe, selon l'endroit, peut se développer dans l'auricule, l'apophyse mastoïde, la glande salivaire parotide, l'oreille moyenne, les os du crâne et provoquer une paralysie des muscles faciaux situés du côté de la tumeur.

Aux premiers stades des caves basales, l’auricule peut rester longtemps asymptomatique. Les patients dans ces cas notent généralement la présence d'une croûte qui tombe périodiquement. Autour de la peau est déterminé par un tissu dense. Souvent, des démangeaisons et une douleur progressivement croissante dans la tumeur et dans l'oreillette, apparemment dues à une infection secondaire, dérangent. Les métastases aux ganglions lymphatiques parotide et cervicaux régionaux ne sont pratiquement pas observées.

Le cancer de l'auricule se développe généralement à l'arrière-plan des processus cutanés pré-tumoraux. Ceci doit être pris en compte dans les premiers stades de développement d'un cancer plus rapide que le carcinome basocellulaire et de manière plus agressive. Le plus souvent, un cancer et un carcinome basocellulaire se développent dans la moitié supérieure de l'auricule. Au fil du temps, la tumeur se propage et provoque une destruction importante du pavillon (Fig. 213) et se développe dans le canal auditif, l'oreille moyenne et l'os temporal. Les métastases dans le cancer de l'auricule dans les ganglions lymphatiques régionaux sont observées relativement souvent - selon divers auteurs, dans 10 à 35% des cas. La prévalence du cancer est déterminée selon une seule classification des cancers de la peau.

Le cancer du conduit auditif externe aux premiers stades du développement n'est généralement pas reconnu, les patients ne se plaignant généralement pas et le processus ressemblant à une autre maladie, par exemple l'eczéma humide (Fig. 214) ou un processus inflammatoire chronique, se manifestant par la formation de granulations pâles. En relation avec de tels diagnostics, un traitement est prescrit, ce qui, naturellement, s'avère inefficace, la tumeur continue à se développer. Au cours de cette période, on observe souvent des symptômes caractéristiques du cancer du canal auriculaire - des démangeaisons dans l’oreille, accompagnées d’une augmentation progressive de la douleur. Les cancers du conduit auditif se développent plus rapidement que les néoplasmes auriculaires. Ils présentent également des saignements prononcés. Une croissance supplémentaire peut se produire dans la direction de l'auricule jusqu'à sa destruction complète, ou dans la direction de l'oreille moyenne, ou dans toutes les directions en même temps. Avec la propagation à l'oreille moyenne, les tissus environnants et les structures osseuses, des douleurs atroces se rejoignent, une paralysie des muscles du visage, une surdité et des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux se développent. Des métastases aux ganglions lymphatiques parotide et cervical, selon divers auteurs, sont observées dans 20 à 45% des cas.

Afin de déterminer la prévalence du cancer du conduit auditif externe par étapes, plusieurs classifications ont été proposées. Cependant, la variante de K. I. Pleskova (1964) est probablement la plus aboutie.

  • Stade I - une tumeur ou un ulcère (petit et strictement limité), ne s'étend pas au-delà du conduit auditif externe; il n'y a pas de lésions cartilagineuses ni de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux.
  • Stade II - une tumeur ou un ulcère qui a causé la destruction du cartilage, mais ne dépasse pas ses limites; les métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux ne sont pas détectées.
  • Stade III - une tumeur avec une ulcération qui s'est étendue au-delà du cartilage, avec ou sans présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux pouvant être enlevés chirurgicalement avec une tumeur:
  • Stade IV - cancer en voie de désintégration étendue, sans limites nettes, s'étendant au-delà des limites du cartilage jusqu'aux tissus mous du visage, du cou, de la région occipitale, de la fosse temporale; la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques profonds du cou, soudés à l'artère carotide interne, à la colonne vertébrale, ou la présence de métastases à distance.

Parfois, un cylindre se développe dans le conduit auditif externe, ce qui est généralement détecté par un examen histologique ou cytologique aléatoire de la ponctuation. La question de son origine est discutée: le cylindre est-il primaire dans le conduit auditif externe, se développant à partir du tissu ectopique de la glande salivaire, ou bien il provient de la glande salivaire parotide, c'est-à-dire qu'il est secondaire. Nous avons observé 3 patients avec le cylindre du conduit auditif externe, dans lequel le diagnostic a été confirmé histologiquement. La tumeur se développe lentement, au fil des ans, dans la glande salivaire parotide ou mastoïde (parfois dans la peau de la région de l'oreille), se métastase aux poumons. Dans toutes nos observations, il était impossible de décider d'où venait le cylindre.

Il n'est pas toujours facile de diagnostiquer un cancer et un basaliome de l'oreille externe, en particulier aux stades initiaux, lorsque le processus ressemble souvent à de l'eczéma en pleurs ou lorsqu'il y a de larges granulations dans le conduit auditif externe. Le cancer et le basaliome de l'oreille externe doivent également être différenciés du lupus, tuberculome. Dans tous les cas, un examen cytologique des empreintes ou des ponctions de la tumeur et une biopsie sont effectuées.

Mélanome l'oreille externe est rarement observée. M. Lederman (1965) rapporte que sur 360 patients atteints de tumeurs malignes des oreilles externe et moyenne, il n'a observé que 3 patients atteints de mélanome auriculaire. Nous avons observé 36 patients atteints de mélanome de l'oreille externe, avec une localisation prédominante dans l'oreillette, chez VONTS AM. Très souvent, le mélanome se forme sur la base d'un papillome pigmentaire (Fig. 215). Cependant, souvent, les patients n’associent pas la tumeur à des modifications cutanées antérieures. Le mélanome se développe assez rapidement et a une couleur noire prononcée. Certains patients présentent des mélanomes non pigmentés (voir fig. 222, 223). Avec la croissance d'une tumeur, sa désintégration se produit, une surface ulcéreuse se forme, qui saigne facilement. Progressivement, le mélanome fait germer le cartilage de l'oreille externe et le phénomène de la périchondrite se développe.

Les métastases dans le mélanome de l'oreille externe se produisent fréquemment et tôt. Cela va de différentes manières: par voie intracutanée, aux ganglions lymphatiques parotide et cervical (voir Fig. 222a, 223a), aux organes internes - poumons, cerveau et autres tissus.

Les tumeurs malignes des tissus mous de l'oreille externe (sarcome) sont extrêmement rares. Ils peuvent se développer à partir de tissus fibreux, adipeux, vasculaires, musculaires et autres. Par conséquent, à la clinique, ils apparaissent sous des diagnostics tels que fibrosarcome, liposarcome, angiosarcome, myosarcome, etc. Ces tumeurs se présentent sous la forme de petits ganglions. Leur croissance est souvent rapide, ils s'infiltrent très tôt dans les tissus environnants, notamment les cartilages et les os. Alors commence la désintégration de la tumeur, une odeur fétide et saignante apparaît, en particulier lorsque le sarcome envahit le conduit auditif externe et s’infiltre dans l’os temporal et dans l’oreille moyenne. Les métastases régionales, selon de nombreux auteurs, sont rarement observées, les métastases hématogènes se produisent plus souvent (aux poumons, au foie et à d'autres organes). Habituellement, le diagnostic final est établi sur la base d'un examen histologique.

Traitement. Dans les tumeurs bénignes de l'oreille externe, principalement chirurgicales. Différentes méthodes peuvent être utilisées: excision locale au scalpel, électroscission et coagulation, effet cryogénique. Après le retrait des céruminomes du conduit auditif externe, près de la moitié des cas rechutent. Ils sont observés dans les cas où le céruminome détruit le cartilage ou l'os du conduit auditif. Par conséquent, l'opération devrait être radicalement basée sur l'éventuelle érosion du cartilage et de l'os. Parfois, avec une tumeur limitée, une résection de l'auricule est nécessaire. De nombreuses techniques de cette opération sont décrites, en fonction de la localisation et de la taille de la lésion. Par exemple, MN Sinclair et al. (1967) proposent leur variante de résection de l'auricule (Fig. 216). Au cours de la dernière décennie, nous avons presque abandonné la résection de l’auricule pour les tumeurs bénignes et préférons les effets cryogéniques. Les principes de traitement des hémangiomes de la peau sont exposés au chapitre 3 et s’appliquent pleinement aux hémangiomes de l’oreille externe. Les ostéomes et les ostéoblastoclastomes ne sont enlevés que lorsqu'ils entraînent une altération de la fonctionnalité ou, très rarement, des défauts esthétiques.

Pour le cancer de stade I et le basaliome auriculaire, les méthodes chirurgicales et radiologiques sont efficaces. Si après la radiothérapie à foyer rapproché, il reste des restes de la tumeur, puis après la subsidence de l'épidermite de rayonnement, une électroexcision du néoplasme est réalisée. La méthode de traitement cryogénique est également efficace (Fig. 217).

Les cancers du stade auriculaire II et les carcinomes basocellulaires de même taille sont soumis à un traitement chirurgical et combiné. Tout d'abord, une radiothérapie préopératoire est réalisée. Après 2 semaines, une résection électrochirurgicale de l'auricule atteinte avec le cartilage sous-jacent est réalisée, à 1,5 cm du bord de la tumeur. La cryochirurgie peut être utilisée chez les patients âgés avec un bon résultat (Fig. 218). Dans les cancers du stade III et des basaliomes, un traitement combiné est généralement réalisé: deux semaines après la fin de la radiothérapie préopératoire, une opération radicale étendue est réalisée en fonction de la prévalence de l'infiltration du cancer avant irradiation. Il est souvent nécessaire d'exciser le conduit auditif externe. Le défaut qui en résulte est parfois fermé avec des tissus locaux ou une greffe de peau libre (Fig. 219).

Ensuite, une fois la plaie guérie, on pose le problème de la prothèse de coque auditive (fig. 220). Si vous soupçonnez des métastases ou la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux, il se produit une excision du tissu cervical par fascia. En cas de germination de métastases de la veine jugulaire interne ou de présence de métastases multiples dans les ganglions lymphatiques cervicaux, une opération de Krajl est réalisée.

Les résultats du traitement du cancer du conduit auditif externe sont extrêmement mauvais. L’analyse de la littérature réalisée en 1962 par A.P. Shanin et en 1979 par V. O. Kalina, ainsi que par d’autres rapports et observations personnelles, montre clairement que presque toutes les méthodes modernes de radiothérapie, d’interventions chirurgicales, de traitements combinés Les chimiothérapies systémiques et régionales sont inefficaces - seuls quelques patients survivent. Seul le cancer de stade I, c'est-à-dire sans lésion du cartilage, permet d'obtenir une bonne combinaison de résultats en utilisant la méthode combinée (excision tumorale large et irradiation postopératoire). Dans les autres cas (stades II et III), l'opération doit être radicale, c'est-à-dire que le conduit auditif externe avec une tumeur doit être excisé à l'intérieur de tissus sains. Actuellement, seule la méthode de Conley et ses modifications peuvent être considérées comme une telle opération. Tout d’abord, faites une incision cutanée autour du canal auditif (Fig. 221) et mobilisez largement les tissus sains du côté du canal auditif. Les écailles de l'os temporal se distinguent d'en haut, le mastoïde est en bas, l'arc zygomatique et la glande salivaire parotide sont en avant. Ensuite, une incision cutanée est faite derrière le pavillon (voir Fig. 226), ramenée vers l'avant et effectue une trépanation du processus mastoïdien jusqu'au nerf facial. Ce dernier lève et expose ainsi son canal. Plusieurs trous minces sont percés à travers ce canal sur le côté du tympan. Les mêmes trous sont pratiqués à partir de la paroi frontale du conduit auditif externe et dans la direction de l'oreille moyenne. Ces trous relient le ciseau. En conséquence, les parties cartilagineuses et osseuses s’éloignent du conduit auditif externe. Ensuite, dans une seule unité, toutes les parois du conduit auditif externe, dans lequel se trouve la tumeur, sont enlevées avec le tympan. Ouvrez l'oreille moyenne et décidez ensuite de la prévalence de la tumeur. Deux à quatre semaines après la chirurgie, une radiothérapie postopératoire est prescrite. Après l'introduction d'un tel traitement combiné, le taux de survie à cinq ans a atteint 20-28%.

Le traitement du mélanome de l'oreille externe s'effectue principalement par voie chirurgicale. Les méthodes de radiation précédemment utilisées et les tentatives d'effets chimiothérapeutiques sur le mélanome de l'oreille externe au cours des dernières décennies se sont révélées inefficaces. Le retrait chirurgical de la tumeur ou la cryothérapie dépend de la localisation et de la taille du mélanome. Toutefois, dans tous les cas, l’intervention doit être large et radicale. Par conséquent, le plus souvent, vous devez utiliser une quantité différente de résection de l’auricule et du conduit auditif externe, ou leur excision complète. Le volume de la chirurgie augmente considérablement si des métastases régionales sont détectées ou suspectées d’exister. Dans ces cas, le mélanome primitif doit être excisé en une seule unité avec la fibre cervicale du côté correspondant (Fig. 222, 223). L'extraction prophylactique des ganglions lymphatiques régionaux, telle qu'établie récemment, ne doit pas être effectuée.

Cancer de l'oreille

Une tumeur maligne de l'oreille moyenne, du conduit auditif ou du pavillon de l'oreille - cancer de l'oreille - se manifeste par la formation d'un nœud, des saignements granuleux et des ulcères. Ces signes précoces de cancer de l’oreille sont le plus souvent accompagnés de démangeaisons, de bruit, de douleurs et de pertes. Il y a souvent une perte auditive unilatérale. Cependant, la présence de certains symptômes dépend du type de tumeur. En cas de propagation d'une tumeur maligne, des signes d'atteinte des nerfs crâniens apparaissent. L'augmentation des ganglions lymphatiques régionaux est associée à une métastase lymphogène.

Contenu de l'article

Classification du cancer et de ses symptômes en fonction du type

Les statistiques montrent que le cancer de l'oreille représente environ 1% du nombre total de maladies oncologiques.

La différence entre les sexes n'est pas fixe: les hommes et les femmes sont également exposés au risque de contracter la maladie. Le plus souvent, ce sont des personnes après 40 ans. Statistiques de localisation a l'image suivante:

  • 80% - cancer de l'auricule,
  • 15% - tumeur du conduit auditif externe,
  • 5% - une tumeur à l'oreille moyenne.

Il existe une classification des tumeurs de l'oreille selon les critères de localisation, de causalité, de type de croissance, de structures microscopiques et histologiques. Sur la base du critère de localisation, la maladie peut toucher l’oreille moyenne et l’oreille externe, avec séparation en tumeurs malignes du pavillon de l’oreille et tumeur du conduit auditif externe.

Le facteur de causalité nous permet de diviser cette oncologie en:

  • primaire, lorsque les cellules bénignes sont transformées en cellules malignes,
  • secondaire, lorsque le centre de croissance est situé dans les organes voisins (par exemple, le nasopharynx), avec germination ultérieure dans la région des organes de l'audition.

Selon le type de croissance, on distingue les tumeurs exophytes, qui se développent dans la lumière de l'organe et les tumeurs endophytes, qui se développent principalement à l'intérieur des terres. L'examen histologique révèle plusieurs types de lésions qui se développent avec des vitesses différentes et des différences externes:

  1. Épithéliome spinocellulaire (carcinome épidermoïde, carcinome épidermoïde). Croissance maligne à croissance rapide issue des cellules épithéliales (cellules plates situées dans la couche superficielle de l'épiderme).
    • Dans l'auricule, cela ressemble à une verrue avec une base large et une excroissance qui saigne légèrement.
    • Dans le conduit auditif, cela ressemble à une croissance ou à une érosion en forme de rein, qui se propage parfois dans tout le conduit auditif.

Dans 75% des cas, il affecte la peau du visage et de la tête. Ce type d'épithéliome représente environ 25% de tous les cancers de la peau et des muqueuses. Plus susceptible aux personnes de race blanche à la peau claire, brûlant rapidement au soleil. Le plus souvent, affecte les personnes de plus de 60 ans et chez les enfants, on fixe principalement les tumeurs d'origine génétique.

Dans 98% des cas, métastases lymphogènes. Arrivés au système lymphatique, les cellules cancéreuses se propagent dans les vaisseaux lymphatiques et persistent dans les ganglions lymphatiques locaux. Voie hématogène avec la circulation sanguine se produit dans seulement 2% des cas.

  1. Carcinome basocellulaire (carcinome basocellulaire). Il survient plus souvent sur la peau du visage et du cou. Basalioma est capable de croître lentement dans les tissus sous-cutanés ainsi que dans les tissus osseux et musculaires voisins. Cependant, il ne donne pas du tout de métastases ou des métastases surviennent à un stade ultérieur.

Au début, le basalioma peut ressembler à un bouton commun, qui grossit lentement sans causer de sensation douloureuse. Au centre du bouton se trouve une croûte grisâtre. Si elle est retirée, une fossette temporaire reste sur la peau, qui se recouvre bientôt de nouveau avec une croûte. Un signe spécifique de cette tumeur est la présence d'un coussin dense autour de la tumeur. Le rouleau lui-même est constitué de formations à grains fins ressemblant à des perles miniatures et devient particulièrement visible lorsque la peau est étirée. En raison de l'expansion des vaisseaux superficiels, on note souvent la présence d'étoiles vasculaires.

S'il existe plusieurs foyers nodulaires, ils peuvent éventuellement fusionner.

Lors de la germination d'un carcinome basocellulaire dans les tissus environnants, un syndrome douloureux prononcé se manifeste. Selon la forme de la maladie, les symptômes peuvent varier:

  • Nodulaire-ulcératif se manifestant par un sceau cutané arrondi ressemblant à un nodulaire, qui augmente avec le temps en acquérant une mauvaise configuration.
  • La forme verruqueuse se caractérise par l'apparition d'un nodule dense hémisphérique ressemblant à un chou-fleur.
  • La forme de Krupnouzelkovaya (nodulaire) est un seul noeud percutané avec des astérisques vasculaires à la surface, se développant vers l'extérieur.
  • La forme pigmentaire, du fait du centre ou de la périphérie pigmenté, peut ressembler à un mélanome, cependant, ce type de carcinome basocellulaire est caractérisé par un rouleau «perlé» spécifique.
  • La formation sclérodermiforme diffère des autres en ce que, augmentant, elle se transforme en une plaque dense et plate avec une surface rugueuse et des contours clairs.
  • La forme cicatrice atrophique se caractérise par la formation au centre d'une plaie de nodule qui s'étend jusqu'au bord. Dans le même temps, le processus de cicatrisation commence au centre, ce qui crée une image caractéristique avec un bord et une cicatrice exprimés au centre.

La maladie se développe le plus souvent après 40 ans. Une exposition prolongée à la lumière directe du soleil contribue directement à son apparition. Dans le domaine des risques - personnes à la peau claire, ainsi que - en contact avec des substances cancérigènes et toxiques.

  1. Sarcome Une tumeur très rare dans cette localisation provient du tissu conjonctif «immature» sous-jacent. Selon le tissu atteint, on distingue chondrosarcome (cartilagineux), ostéosarcome (os), myosarcome (musculaire), liposarcome (graisse). Il se caractérise par une croissance lente dans la région de l'auricule et une croissance rapide dans le canal auditif. Les sarcomes, contrairement à d'autres cancers, ne sont pas «liés» à des organes spécifiques.
  2. Mélanome. Maladie en développement rapide mais rare pour ce site. La tumeur maligne est due à la dégénérescence atypique des mélanocytes - cellules pigmentaires. Il est peu probable que cette pathologie se produise chez les personnes à la peau foncée. Cependant, dans les statistiques de la maladie, il existe également une prédisposition familiale.

Une variété de formes, de textures et de couleurs de mélanomes rend difficile l’autodiagnostic de l’apparence de l’éducation. Le mélanome peut avoir presque toutes les formes et contenir des inclusions de plusieurs couleurs allant du gris-noir au brun en passant par le bleu et le violet-rose. Il y a des formations dépigmentées. Plus souvent qu'élastique, le mélanome a une texture dense. Un trait caractéristique du mélanome est l'absence de formation de motifs cutanés à la surface. Les manifestations externes dépendent de la forme de la maladie:

  • L'étalement de la surface ressemble à une tache pigmentaire noire ou brune non convexe de 5 mm ou moins. La période de manque de croissance au-dessus de la surface de la peau peut durer jusqu'à 7 ans. La phase verticale s'accompagne d'une forte activation du processus oncologique.
  • La forme nodale ressemble encore à un champignon ou à un polype. La couleur varie entre le bleu et le rouge et le noir. Malgré la structure verticale de la formation, la phase de croissance horizontale est également fixée.
  • Le lentigo-mélanome en phase horizontale peut durer 10 à 20 ans. En passant à la phase verticale, la lésion devient de couleur inégale et les bords deviennent inégaux.

La division du processus du cancer en 4 étapes est utilisée en pratique clinique pour déterminer le type de propagation du cancer.

  1. Dans la première étape, il y a une lésion de la peau de l'oreille externe et de la muqueuse moyenne.
  2. Dans la deuxième étape, le cartilage sous-jacent de l'oreille externe est affecté et les structures osseuses du milieu dans la couche compacte.
  3. Pour la troisième étape, il est caractéristique de dépasser les limites de la couche compacte avec une lésion des ganglions lymphatiques régionaux.
  4. Une tumeur affecte les structures anatomiques adjacentes et des conglomérats de ganglions lymphatiques infectés sont formés, ce qui inclut également les ganglions lymphatiques cervicaux profonds.

Spécificité des tumeurs malignes des organes de l'audition

Le stade initial asymptomatique du cancer de l'oreille externe est remplacé par des démangeaisons visibles, du bruit et une douleur localisée. Un ulcère, une granulation ou un nœud qui affecte le conduit auditif, saignent plus souvent que la formation qui affecte le pavillon auditif. En plus du sang, du mucus ou du pus peuvent être sécrétés.

La déficience auditive commence par la germination dans les divisions internes, qui s'accompagne de:

  • augmentation de l'intensité de la douleur
  • paralysie des muscles du visage (avec une lésion du nerf facial),
  • complications intracrâniennes.

Les symptômes du cancer de l'oreille moyenne dans les stades initiaux ressemblent à ceux de l'otite moyenne chronique. La suppuration et la perte auditive sont les caractéristiques les plus courantes.

Des granulations apparaissent dans le conduit auditif, dont la croissance devient progressivement plus active et s'accompagne de saignements. La déficience auditive progresse. Le syndrome douloureux augmente avec la germination des tissus sous-jacents (douleur lors de la irradiation du cou et des tempes).

En cas d'implication dans le processus oncologique de structures anatomiques proches, apparaissent des symptômes de défaite: douleurs aiguës avec atteinte des nerfs (trijumeau, facial), paralysie musculaire, déglutition altérée et motricité de la mandibule. Le mouvement de la tumeur vers le cerveau est caractérisé par le développement d'une méningite carcinomateuse. L'artère carotide interne blessée commence à saigner abondamment.

Options de diagnostic et de traitement

Le diagnostic est réalisé sur la base d'une otoscopie, d'une radiographie (avec une tumeur de l'oreille moyenne), ainsi que d'études histologiques et cytologiques. La direction et le volume de la zone touchée sont déterminés par IRM et CT du cerveau. Dans le cas d'une maladie de l'oreille externe, l'oncologie se distingue du tuberculome, de l'eczéma pleurant, du lupus érythémateux, des inflammations de l'oreille et des néoplasmes bénins. Dans le cancer de l'oreille moyenne, il se distingue de l'ostéomyélite de l'os temporal, de l'otite chronique purulente, de la tuberculose, de la syphilis, de la chimodectomie carotidienne.

Le traitement et le pronostic dépendent de la négligence de la maladie et du degré d'implication des structures anatomiques voisines dans le processus pathologique:

  • Dans un premier temps, la radiothérapie est prescrite aux patients. Après une radiothérapie et en cas de présence de résidus de cancer, une excision électrique est réalisée.
  • L'étape suivante montre une thérapie combinée: radiothérapie préopératoire et élimination chirurgicale de la formation ou, si le conduit auditif externe est endommagé, le pavillon entier. Dans certains cas, l'option de la chirurgie classique peut être une unité électrochirurgicale.
  • Dans les stades ultérieurs, la radiothérapie est utilisée, suivie de l'excision des ganglions lymphatiques pathologiques avec la fibre.

En cas de restriction de la croissance du néoplasme par la zone de la cavité tympanique après une opération radicale, une guérison est possible. En ce qui concerne les os (malaire et principal), la fosse crânienne moyenne, l’artère carotide et les membranes méningées, le pronostic est mauvais.

Tumeur d'oreille: symptômes et traitement

Il existe une maladie assez grave qui affecte absolument tous les organes humains: il s'agit du cancer. Cette formation maligne est pratiquement impossible à traiter. Il existe également des tumeurs bénignes qui, au contraire, peuvent être traitées. Les tumeurs aux oreilles sont différentes - malignes et bénignes. Les manifestations cliniques du cancer de l'oreille sont différentes. Cela dépend de la gravité, de l'étendue et de la période de la maladie. Cela peut être une douleur dans toutes les parties de l'organe auditif, une déficience auditive et un dysfonctionnement du nerf facial.

Les tumeurs de l'oreille sont observées principalement chez les adultes, mais rarement chez les enfants. Une exception est une tumeur maligne de la nature - c'est un sarcome. Cette pathologie est inhérente à des enfants d'âges différents.

Selon les statistiques, la tumeur est observée chez les hommes et les femmes. Si nous considérons une certaine localisation, alors les hommes sont plus souvent diagnostiqués avec des tumeurs malignes de l'oreille externe (en fréquence 5 fois plus que chez les femmes). Ce qui balance les autres parties de l’aide auditive (moyenne et interne), c’est le lieu de prédilection des métastases. La défaite des services internes est observée beaucoup moins fréquemment.

Facteurs de risque

Si nous parlons d'une tumeur bénigne dans l'organe auditif, cela résulte de certains facteurs spécifiques. Il y a un développement et une croissance rapides des cellules des organes de l'oreille. Les cellules peuvent se développer en excès dans la peau, la cellulose et les tissus cartilagineux. Croissance rarement observée à partir de la paroi vasculaire et du faisceau nerveux. Le cancer de l'oreille commence à apparaître sur la base d'une mutation spécifique et de la dégénérescence d'une tumeur bénigne précédemment formée.

Les principales causes de tumeurs de l'oreille sont généralement attribuées à:

  • Exposition à des produits radioactifs ou à des rayons.
  • Exposition excessive aux rayons ultraviolets du corps humain.
  • Différents effets traumatiques sur différentes parties de l'oreille.
  • Brûlures et engelures de l'oreille externe.
  • Une personne qui souffre souvent de divers processus d'origine inflammatoire.

Les raisons énumérées ci-dessus sont des facteurs provoquants pouvant causer le cancer de l'oreille. Selon les statistiques, c'est la tumeur de l'oreille dans 90 cas qui peut en résulter. En outre, le plus souvent, des tumeurs de l'auricule et d'autres parties de l'oreille externe apparaissent en raison d'un eczéma, d'une maladie psoriasique ou du lupus érythémateux. Dans des cas particuliers, le cancer de l'oreille apparaît en raison d'une otite moyenne. Comme pour l'oreille moyenne, ces maladies et pathologies peuvent causer le cancer: otite moyenne chronique, otite moyenne de l'oreille d'origine adhésive ou tympanite. Des processus tumoraux peuvent se produire si du nitrate d'argent est utilisé en raison du traitement des processus de granulation.

Le cancer de l'oreille peut survenir chez les enfants s'il existe un tissu d'origine mésenchymateuse dans la zone du tambour. Afin d'éviter ce problème, une intervention chirurgicale est effectuée pour retirer ce tissu (mastoïdotomie).

Types de tumeurs malignes

Les médecins soulignent certaines variétés de cancer de l'oreille. Comme mentionné ci-dessus, le cancer peut avoir deux origines: bénigne et maligne. Ce dernier comprend les types suivants:

  • Mélanome.
  • Sarcome
  • Cancer de la cellule squameuse.
  • Basaliome.
  • Carcinome

Le mélanome est une pathologie commune à tous les cancers de l'oreille. Mélanome plus souvent observé chez le sexe faible. Un néoplasme est formé de deux ou trois moles (nevi) d'origine pigmentaire. Le naevus se développe à la fois dans la profondeur de la peau et sur toute la surface. Plus la croissance du grain de beauté dans le tissu est profonde, plus la maladie est difficile, avec un pronostic négatif pour le patient. La pathologie est douloureuse s'il existe un courant de foudre avec l'apparition de métastases dans le système lymphatique. Rarement, mais il existe des cas où des métastases sont observées dans d'autres organes.

Le sarcome est une tumeur maligne caractérisée par un long trajet de la maladie. Il est rarement diagnostiqué chez les patients, il est également observé chez les hommes et les femmes. La tumeur se développe très lentement, elle est facilement soudée avec les tissus adjacents. Les ulcères ne sont observés que dans les dernières étapes.

Le carcinome épidermoïde est la maladie la plus répandue parmi toutes les tumeurs de l'oreille. Selon les statistiques, cette maladie cancéreuse est observée chez les patients âgés et les personnes âgées. Cela est dû à la peau chez l'homme, qui commence à changer, durcit rapidement. La maladie dure longtemps, les ulcères se forment dans les stades avancés ou si le patient a à peine subi un traitement. L'oreille externe, à savoir le canal auditif, est un lieu de prédilection pour le carcinome épidermoïde. Aux stades avancés, il se développe profondément dans les tissus, affectant le crâne et les glandes salivaires.

Basalioma est également l'un des types de tumeurs, ce qui est rare, et si elle est détectée, alors chez les personnes âgées. Assez longtemps en croissance, aucune métastase n'est observée, mais il y a une ulcération rapide.

Le carcinome de l'oreille est l'une des tumeurs les plus rares chez l'homme. Le processus pathologique est localisé dans la région de l'oreille externe et du conduit auditif. Le tube auditif est bloqué, violant ainsi le seuil d'activité auditive. C'est souvent la défaite du milieu du département. Elle se déroule très rapidement, avec la défaite ultérieure du lobe temporal du crâne. Il est nécessaire de traiter et de combattre de telles tumeurs.

Manifestations cliniques

Une tumeur à l'oreille peut provoquer divers symptômes. Dépend de la gravité, de la période et du stade. Tout spécialiste en oncologie peut, lors d’un examen de routine, diagnostiquer facilement le processus chez un patient et déterminer quelle tumeur.

Le facteur où la tumeur est localisée revêt une grande importance. Si la maladie touche les parties médiane et externe de l'organe, les premiers signes de cancer de l'oreille:

  • Douleur dans l'oreille, passant doucement dans la mâchoire inférieure et la partie frontale de la tête.
  • Tumeurs sous la forme de plusieurs verrues.
  • Vertiges, jusqu'à perte de conscience.
  • Sensation de brûlure à l'intérieur de l'oreille.
  • À la palpation, il y a une croissance sur l'oreille.
  • Diminution de l'activité auditive (la personne n'entend pas l'oreille).
  • Décharge désagréable avec odeur.
  • Démangeaisons fréquentes dans les oreilles, ce qui n'a rien à arrêter.
  • L'apparition de saignements, avec saignement ultérieur et pelage de la croissance.
  • Ulcération et plaies.
  • Augmentation de la taille des ganglions lymphatiques régionaux.

En parlant de symptômes, il peut aussi y avoir des signes spécifiques qui seront individualisés pour chaque patient.

Une personne peut également connaître une augmentation locale de la température dans l'oreille. Quant à la douleur, au début de la maladie, elles sont périodiques. De plus, la douleur augmente seulement, la durée augmente, jusqu'à un état permanent.

Avec le cancer dans la cavité du tambour, de telles plaintes sont observées:

  • Douleurs aiguës dans l'oreille et la tête.
  • Des galles sur le mur.
  • Forte diminution de l'audition, jusqu'à la surdité.
  • Des bruits inexpliqués apparaissent et déclenchent parfois une alarme.

Dans certains cas, les symptômes peuvent ne pas être observés, ce qui peut amener le médecin à induire en erreur lors de l'examen. Vous devez comprendre que si vous n'arrêtez pas de penser et ne commencez pas le traitement, la situation du patient ne fera qu'empirer, la perte d'audition est assurée dans la plupart des cas. Le résultat négatif est des dommages au cerveau et aux organes adjacents.

En aucun cas, vous ne devriez pas enlever la verrue vous-même, et dès les premiers symptômes du cancer de l'oreille, vous devriez consulter un médecin.

Méthodes de détection

L'examen de routine constitue le moyen le plus simple de détecter une tumeur à l'oreille, si le cancer se situe dans l'oreillette. Les ulcères peuvent être trouvés sur les excroissances qui peuvent bâiller. Au début, il faut faire attention à la tumeur elle-même, à une adhérence étroite aux tissus, à la douleur à la palpation et à une légère vulnérabilité accompagnée de saignements ultérieurs. Tout cela parle d'une tumeur maligne. Mais cela ne signifie pas que l'inspection est tout à fait suffisante. Établit un diagnostic clinique à la suite d'une recherche tissulaire en laboratoire (histologie).

Pour identifier l'oncologie du conduit auditif, l'inspection ici n'est pas suffisante. Vous devez utiliser un appareil spécial (otoscope), qui détermine l'ulcère. L'appareil détecte la fréquence de l'ulcère et en définit la couleur (brun rouge).

Si vous vérifiez le fond de l'ulcère avec une sonde, vous pourrez diagnostiquer une surface inégale, rugueuse et décollée. La microtoscopie permet aux oncologues de déterminer l’échelle de prévalence du cancer dans l’oreille. Également dans les néoplasmes malins, le tympan est modifié, avec un certain dysfonctionnement. Renflement pathologique observé, larmes minimales, où le cancer se développe dans le mur.

Quant au diagnostic au niveau de la membrane, il s’agit d’une procédure plutôt compliquée. Seulement avec l'apparition d'une tumeur dans d'autres régions voisines donne l'occasion d'enquêter sur quelque chose.

Pour le diagnostic précoce d'une tumeur, la radiographie est une méthode efficace. Sur la photo, il est possible de révéler une micro-destruction du tissu osseux, ce qui n’est pas typique des autres processus inflammatoires de l’oreille moyenne (otite).

Afin de déterminer la force de propagation de la tumeur, les méthodes de recherche suivantes sont utilisées:

  • Thérapie par résonance magnétique du cerveau.
  • Thérapie informatique du crâne.
  • Pharyngoscopie.
  • Angiographie.
  • Biopsie.

Vous devriez également toujours différencier d'autres maladies qui pourraient ressembler au processus oncologique. Ces maladies incluent: inflammation nécrotique (furoncle) et otite de l'oreille externe, verrue, otite d'origine pyo-inflammatoire, oreillons de genèse épidémique, mastoïdite, ostéomyélite du crâne, lupus érythémateux disséminé. La verrue n'est pas une douleur inhérente, ce qui fait déjà une différence.

Les médecins rencontrent souvent une tuberculose de l’oreille et une syphilis au stade avancé de l’oreille, cliniquement similaires au cancer.

Traitement

Afin d'aider le patient, vous devez savoir que le traitement dépendra du degré de négligence de la maladie, des dommages causés aux organes et tissus adjacents. Par conséquent, si vous présentez l'un des symptômes décrits ci-dessus, consultez immédiatement un médecin pour un diagnostic plus approfondi et un traitement qualifié. L'utilisation de gouttes auriculaires n'est importante que pour soulager un symptôme douloureux, mais pas pour guérir.

Aux stades initiaux de la thérapie radioactive, cette méthode de traitement est tout à fait efficace. Si le réexamen révèle des résidus de tissu cancéreux, effectuez ensuite le retrait d'une électrocautère spéciale. Cette méthode de retrait est appelée électroscission.

Suivant est un schéma thérapeutique combiné. Une radiothérapie spéciale est appliquée, suivie d'une nouvelle élimination chirurgicale de la tumeur. S'il s'agit d'un cancer de l'auriculaire externe, une intervention chirurgicale radicale est utilisée: l'ablation de l'organe externe. Dans d'autres cas, procéder à la suppression du site par l'électrocoagulation, qui est le foyer des cellules cancéreuses.

Si le cancer est diagnostiqué à un stade avancé du patient, le tissu affecté est retiré des ganglions des fibres et du système lymphatique.

Si la tumeur était localement située dans la région de la cavité tympanique, la probabilité de guérison du patient augmente après son retrait. Certaines personnes vont très tard dans les centres médicaux, alors qu’il n’ya pratiquement rien qui puisse aider.

La oreillette doit toujours être maintenue propre et ne pas être sujette à diverses lésions dues aux tumeurs.

Tumeurs de l'oreille

Les tumeurs de l'oreille de caractère bénin sont généralement traitées, le résultat est favorable. Le patient récupère complètement, le seuil d'activité auditive est normalisé, les plaintes disparaissent complètement. Cependant, certaines exceptions peuvent avoir des effets négatifs sur le corps. Les tumeurs de nature vasculaire peuvent augmenter de taille et comprimer les organes vitaux du patient. S'ils ne sont pas retirés à temps, ils peuvent dégénérer en tumeurs malignes.

Les tumeurs aux oreilles peuvent avoir des résultats différents. Tout dépend du degré de néoplasme et du moment du diagnostic initial. Le patient dans son ensemble récupère si la tumeur est de nature locale. Un traitement opportun aboutit à une conclusion favorable. Mais c'est extrêmement difficile, car il est très difficile de détecter le cancer de l'oreille aux stades initiaux. Ce n'est que dans de rares cas, c'est possible.

Certaines maladies sont perçues avec légèreté, ce qui entraîne des conséquences négatives. En particulier, les tumeurs de l'oreille se développent très rapidement, le patient décède rapidement de divers dysfonctionnements organiques (méningite, pneumonie, lésions cérébrales).

Cancer de l'oreille

Les néoplasmes malins de l’oreille représentent 1 à 2% du nombre total de tumeurs. Environ 4 à 8% des lésions malignes de la peau. La majeure partie de la formation de tumeurs malignes (93-98%) est localisée dans l'oreille et seulement 5-15% dans l'aide auditive externe. Selon les statistiques, la maladie touche principalement les hommes âgés de 60 à 70 ans.

La médecine moderne identifie plusieurs classifications de l'oncologie de l'oreille. Le cancer de l'oreille peut être à la fois malin et bénin.

Diagnostic du cancer de l'oreille et de la peau de l'auricule

L'oreille affecte les types de tumeurs suivants:

Le carcinome épidermoïde est le type de tumeur le plus courant qui touche principalement les hommes plus âgés. La lésion se produit sur le fond de la peau atrophique changements liés à l'âge, l'eczéma ou la kératose sénile. Une caractéristique distinctive est la croissance lente, un long processus de désintégration de la tumeur et de son expression.

Les carcinomes sont une forme rare de néoplasme qui se développe dans le conduit auditif externe. Se différencie par sa croissance rapide et sa propagation, peut détruire les os du temple;

Les sarcomes sont un type de tumeur rare caractérisé par une croissance et un développement lents. Ne cause pas de processus adénopathiques et ne déteste pas;

Mélanomes - une tumeur qui se forme à partir de taupes (nevi pigmentées) ou de cellules cutanées. Il pousse profondément dans, au-dessus de la surface de la peau, et Le pronostic se détériore à mesure que la tumeur se développe profondément dans les tissus. Les mélanomes sont dangereux en raison de métastases rapides précoces aux ganglions lymphatiques, moins souvent par voie hématogène vers d'autres organes. Le plus souvent, les représentantes sont touchées.

Le carcinome basocellulaire est le type le plus favorable de tumeur maligne. Se différencie par la croissance lente et les processus ulcératifs. Pas sujet aux métastases. Plus fréquent chez les hommes plus âgés.

Il existe deux types de cancer:

Primaire - la défaite de n'importe quelle partie de l'oreille, la secondaire survient lors de la formation de métastases, qui peuvent germer des organes voisins. Le risque de cancer est la pénétration possible de cellules cancéreuses dans le crâne et l’infection du tissu cérébral.

Les causes de la maladie

Les raisons du développement d'un cancer de la peau de l'oreille ont été peu étudiées. On pense qu'une exposition prolongée aux rayonnements ionisants, ou à des blessures, peut entraîner la formation de tumeurs malignes.

En outre, des tumeurs peuvent survenir à la suite de la maladie (psoriasis, lupus, eczéma, etc.). Il est possible que l'hérédité, la laryngite chronique, l'eczéma, l'otite, etc., soient également des causes.

La difficulté du traitement est liée à l'impossibilité de l'opération.

Symptômes du cancer

Les premiers symptômes de la maladie, indiquant la présence d'une tumeur, sont une douleur, une gêne variée à la fois à la surface de l'oreille et à l'intérieur de celle-ci.

Indépendamment de l'emplacement de la tumeur, les principaux symptômes suivants sont distingués:

  • les ganglions lymphatiques cervicaux sont dilatés et douloureux;
  • démangeaisons fréquentes;
  • diverses douleurs qui sont pointues;
  • sanglante ou nauséabonde;
  • modification de la pigmentation de la peau (dans le cas du mélanome);
  • maux de tête fréquents;
  • perte d'audition

La présence d'au moins un des symptômes énumérés est une raison pour apparaître spécialiste.

Tests de diagnostic

Le diagnostic du cancer de la peau concerne l'étude de la biopsie, de l'otoscopie, des examens de tomodensitométrie et d'IRM, ainsi que des examens radiographiques.

Selon les données de biopsie obtenues, le tissu tumoral, l’état des ganglions lymphatiques et les tissus adjacents sont examinés. Les examens de tomodensitométrie, d'IRM et de rayons X permettent d'obtenir des informations sur le type de cancer, son stade, son emplacement et l'étendue des dommages causés aux organes et tissus voisins.

Événements médicaux

Le traitement du cancer de la peau des oreilles a ses propres caractéristiques. Le problème principal est dans de nombreux cas l'impossibilité d'effectuer une intervention chirurgicale.

Par conséquent, le plus souvent utilisé:

  • radiothérapie;
  • chimiothérapie;
  • électrocoagulation;
  • irradiation haute tension;
  • radiochirurgie.

Lorsque l'électrocoagulation sous l'action d'un courant électrique, qui est dirigé directement sur les cellules cancéreuses, elles s'éteignent et empêchent toute croissance ultérieure.

Lorsque la cryodistructure utilise de l'azote liquide, il devient possible de congeler les cellules tumorales de la tumeur. Il est utilisé dans le traitement de l'oreille externe et moyenne.

De bons résultats dans la lutte contre les tumeurs malignes donnent une radiothérapie. Sous l'influence des rayons X, ralentit la croissance des tumeurs. En outre, il est conseillé d'effectuer une radiothérapie avant l'opération, car elle prévient l'apparition de métastases et réduit la douleur. En outre, cette thérapie est efficace dans les cas les plus graves et lorsqu'il est impossible d'effectuer une opération chirurgicale.

Dans le traitement du cancer de la peau des oreilles, la méthode la plus courante est la chimiothérapie. À l'aide de médicaments anticancéreux, qui sont introduits dans le corps, les cellules cancéreuses sont détruites, à la fois la tumeur elle-même et les métastases qui se sont propagées dans tout le corps.

La radiochirurgie stéréotaxique est l’une des méthodes modernes et les plus efficaces de lutte contre le cancer de l’oreille.

Réalisé à l'aide d'un cyber-couteau ou d'un couteau gamma. À l'aide de radiations ciblées précises, les cellules cancéreuses sont traitées, tandis que les tissus sains ne sont pratiquement pas exposés aux radiations. Bien que la radiochirurgie stéréotaxique soit considérée comme une opération, elle est réalisée sans incision. La chirurgie stéréotaxique est utilisée à un endroit profond de la tumeur, car elle est très efficace s'il est impossible d'effectuer une opération.

Le plus opportun est la combinaison de plusieurs méthodes de traitement à la fois, lorsqu'une intervention chirurgicale est également suivie d'un traitement médicamenteux.

L'opération est recommandée pour:

  1. Tumeurs de coquille d'oreille. Dans ce cas, une partie de l'oreille est retirée avec une restauration ultérieure de son apparence. Avec une petite taille de tumeur, la chirurgie est réalisée sous anesthésie locale.
  2. Carcinome de l'oreille externe et moyenne. Séparation du tissu malade de celui en bonne santé.

Pour empêcher le matériel cellulaire d'entrer dans le sang, les mesures suivantes doivent être observées:

  1. les ganglions lymphatiques locaux sont nécessairement enlevés;
  2. dans tous les cas, ne pas comprimer la tumeur et ne pas avoir d'effet de force;
  3. changement répété de l'outil, des serviettes en gaze et d'autres matériaux utilisés pendant l'opération.

Résection des manches. Utilisé en présence de tumeurs dans le cartilage et les os qui constituent l'aide auditive externe. Dans le même temps procéder à une élimination partielle irréversible du corps. Ce type d’opération est économe, sans blessures, et en règle générale, il n’ya pas de complications. Il n'y a pas de perte auditive.

La méthode de résection latérale de l'os temporal. Le tympan, l'oreille moyenne ou l'aide auditive externe est retirée. En même temps, l'ablation partielle de l'os est réalisée avec conservation de sa partie. En raison de cette méthode de traitement, une perte auditive complète se produit et, par conséquent, le patient aura besoin d'un appareil auditif.

Méthode de résection radicale de l'os temporal. Avec cette méthode, l'os est enlevé complètement sans résidus. Ce type d'opération est déjà utilisé dans les étapes les plus difficiles ou les plus négligées. En plus de l'ablation de l'oreille externe, moyenne et interne, il peut être nécessaire (en cas de métastase) de procéder à une future chirurgie cérébrale. La poursuite du traitement vise à faciliter et à maintenir l'état du patient.

Mesures préventives

Les principales méthodes de prévention de l'apparition de tumeurs cancéreuses sont les examens médicaux annuels effectués par la population afin de détecter les tumeurs aux stades précoces. Les personnes souffrant de blessures diverses à l'oreille, d'eczéma, de laryngite prolongée, d'otite, d'écoulement nasal et d'autres maladies sont à risque. Ces patients sont portés au compte du dispensaire et effectuent un traitement approprié.

Le respect des normes sanitaires, du travail et de la vie est important. Un certain nombre de mesures sont nécessaires pour protéger les personnes contre une exposition prolongée à des facteurs cancérogènes (radiations de toutes sortes, produits de raffinage du pétrole, poussières de nickel, poussières de goudron de houille, gaz d'échappement, etc.).