loader
Recommandé

Principal

Tératome

Des questions

La formation de polypes dans l'utérus est difficile à remarquer sans examen spécial. Le plus souvent, ils sont découverts par hasard lors d'un examen de routine ou du diagnostic de différentes maladies gynécologiques. L'apparition de tumeurs dans l'utérus peut affecter le travail du système reproducteur, entraînant des complications telles que la stérilité. Rarement, mais toujours, il existe une dégénérescence maligne des polypes, de sorte qu'ils sont supprimés. Les méthodes de retrait dépendent de la taille et du nombre de néoplasmes.

Que sont les polypes

Ces tumeurs apparaissent à l'intérieur de l'utérus, se développant hors des cellules de l'endomètre, ainsi que dans le cou de l'organe. Ils ont un "cap" et une "jambe" arrondis, à travers lesquels il se connecte avec la membrane muqueuse. Cela fait ressembler à un champignon.

Apparaissent chez les femmes de tout âge, à partir du début de la puberté. Surtout souvent, ils se trouvent dans la période pré-ménopausique, lorsque la probabilité de perturbations des organes reproducteurs est la plus grande.

Le diamètre du capuchon ne dépasse généralement pas 1 cm, mais il existe des néoplasmes atteignant 3 cm, formés au singulier ou sous la forme d'une «colonie» entière (pluriel). De nature bénigne, la dégénérescence en tumeur maligne survient chez environ une femme sur cent.

Le corps et la jambe du polype sont percés de vaisseaux sanguins et recouverts d'une couche de cellules épithéliales.

La dégénérescence maligne n'est pas la seule complication. Il est possible de tordre la lésion de la tumeur. Une mauvaise circulation sanguine conduit à une nécrose du tubercule polypeux, à une ulcération de la paroi du polype. Lorsque cela se produit, infection de l'utérus, l'apparition du processus inflammatoire.

Vidéo: Types de polypes, causes et conséquences de leur formation. Comment se débarrasser d'eux

Types de polypes

Les polypes cervicaux sont situés à la surface du canal cervical. Dans le corps de l'utérus, ils sont généralement formés dans la zone de son fond, dans les coins et les plis.

La composition des cellules qui composent le polype distingue les types de tumeurs suivants:

  1. Ferrugineux. Formé à partir de cellules des glandes situées dans l'endomètre. Ils ressemblent à des kystes remplis de liquide. L'hyperplasie endométriale de ce type survient généralement chez les femmes jeunes, car la croissance et la mise à jour de l'endomètre dans l'utérus y sont plus actives.
  2. Fibreux. Se développent à partir d'un tissu fibreux séparant les couches interne et externe de l'endomètre. Ces polypes sont plus fréquents chez les femmes de plus de 40 ans.
  3. Fibre glandulaire. Le corps d'un tel polype est constitué de cellules des deux types. Des tumeurs similaires se retrouvent chez les femmes après 35 ans.
  4. Adénomateux Ils sont constitués de cellules glandulaires de structure atypique, pouvant dégénérer en malignes. La présence de tels polypes est considérée comme une condition précancéreuse et représente le plus grand danger.
  5. Placentaire. Ils se forment en cas d'ablation incomplète du placenta après un accouchement ou une fausse couche, un avortement, ainsi que des avortements manqués. L'apparition de tels polypes est lourde de saignements utérins et d'infertilité.

Vidéo: Comment les polypes se produisent dans l'utérus. Diagnostic et méthodes de traitement

Causes de la formation de polypes

La cause de l'apparition de telles tumeurs peut être la présence de problèmes endocriniens chez la femme, de diverses maladies ainsi que de blessures.

Échec hormonal. Cela se produit souvent lors d’un avortement soudain (après une fausse couche ou un avortement), ainsi que lors de l’utilisation de médicaments hormonaux à forte teneur en œstrogènes. Avec un excès d’œstrogènes, l’endomètre prolifère et se forme avec des facultés affaiblies.

Les dommages aux parois internes de l'utérus lors d'un curetage diagnostique ou d'un avortement donnent le même résultat.

Processus inflammatoires dans le col utérin et la cavité utérine. Après ces cicatrices restent, dans la région de laquelle l'endomètre est formé de manière incorrecte. Les causes de la pathologie sont souvent des maladies vénériennes. L'inflammation peut facilement se propager aux tubes et aux ovaires, entraînant un dysfonctionnement ovarien, conduisant à une défaillance hormonale. La polykystose est également à l'origine du dysfonctionnement ovarien. La survenue de maladies inflammatoires contribue à une diminution de l'immunité, à une carence en vitamines, à une hypothermie du bas du corps.

La présence de tumeurs (fibromes, adénomyose). Ces pathologies conduisent à une hyperplasie de l'endomètre, une violation de sa structure. Les troubles métaboliques, les maladies des glandes endocrines, le diabète sucré sont également des facteurs contribuant à la formation de polypose. La génétique joue un certain rôle - une prédisposition héréditaire à la survenue d'une pathologie. Ces tumeurs de l'utérus peuvent également se former en présence de troubles congénitaux de la structure.

Avertissement: Les femmes obèses qui mènent une vie sédentaire, utilisent des médicaments hormonaux pour soulager la ménopause, augmentent l'endomètre lors de l'hypoestrogénie et un traitement médicamenteux pour les tumeurs utérines. Le facteur déclenchant est l'hypertension.

Symptômes de polype dans l'utérus

Les symptômes des polypes utérins sont les mêmes qu'en présence des maladies qui les ont provoqués. Ceux-ci comprennent:

  1. Saignements utérins d'intensité variable (des petites impuretés sanguines contenues dans les sécrétions intermenstruelles aux saignements dangereux). Le degré de manifestation ne dépend pas du type de polype, mais est uniquement associé au degré de modification pathologique de la cavité et du col utérin.
  2. Renforcement des saignements menstruels, dû au fait que la structure du réseau vasculaire est perturbée.
  3. L’émergence de sensations douloureuses lors d’un contact sexuel. Ce symptôme doit être pris très au sérieux, surtout s’il apparaît systématiquement, la douleur est accompagnée d’un écoulement sanglant.
  4. L'apparition de sang dans la décharge après la ménopause. Cela est dû aux dommages causés aux polypes. Au cours de cette période, il est particulièrement important de procéder à un examen car la formation d’une tumeur maligne peut être à l’origine du saignement.
  5. L'apparition de signes d'anémie due à une perte de sang constante. Ces signes sont la pâleur de la peau, des maux de tête, des nausées, des vertiges et une faiblesse générale.
  6. Crampes abdominales associées à l'exposition à un polype des tissus environnants.

Les premiers signes par lesquels on peut soupçonner l’apparition d’une telle pathologie sont une violation de la régularité de l’arrivée des menstruations, une augmentation de leur abondance et de leur douleur. Si le polype est assez grand et a une longue jambe, des symptômes de complications peuvent apparaître. Tout d'abord, il s'agit d'une douleur intense à l'endroit où la jambe est tordue, la température augmente lorsqu'un abcès survient dans la zone endommagée du polype et un saignement se produit lorsque le polype se décolle du mur.

Souvent, les symptômes qui poussent une femme à consulter un médecin et à se faire tester sont son incapacité à tomber enceinte ou à faire plusieurs fausses couches.

Diagnostics

Avant la désignation d'un traitement pour les polypes utérins, un diagnostic est effectué pour en déterminer le nombre, l'emplacement et la taille.

La première étape est un examen gynécologique sur les miroirs, ce qui vous permet de détecter une éducation dans le col de l'utérus. Dans ce cas, il y a une forte probabilité pour qu'ils soient détectés dans l'utérus. Par conséquent, l'hystéroscopie est nécessaire - une inspection de la cavité utérine à l'aide d'un dispositif optique. L'inspection d'une surface spécialement éclairée et optiquement élargie facilite la détection de tumeurs. Les polypes simples sont généralement enlevés sans recourir à une chirurgie plus grave.

Une échographie transvaginale est réalisée (à l'aide d'une sonde vaginale), dans laquelle les dimensions de l'utérus et du col de l'utérus sont mesurées. La surface étudiée est visualisée à l'écran et étudiée en détail. Parfois, un curetage diagnostique est réalisé - retrait de l'endomètre et étude de sa structure cellulaire.

Pour le diagnostic des polypes, une radiographie de l'utérus remplie d'un liquide spécial (produit de contraste) est également utilisée. La métrographie vous permet de prendre un instantané de l'utérus, de noter dessus les tubercules de polypes.

Traitement

Le traitement est effectué à la fois des méthodes conservatrices et chirurgicales. Sans chirurgie, vous pouvez faire si les polypes sont de petite taille, n'augmentez pas. Si ce traitement ne donne aucun résultat et que les excroissances se développent, elles ne peuvent être enlevées que de manière chirurgicale.

Conservateur

Le plus souvent, le traitement médicamenteux est appliqué au traitement des patientes nullipares pour lesquelles la formation de cicatrices dans la cavité et sur le col de l'utérus est dangereuse (peut entraîner infertilité, fausses couches, complications lors de l'accouchement). Les préparations hormonales sont utilisées pour supprimer la production d’œstrogènes (des contraceptifs oraux sont souvent prescrits). De cette façon, ils arrêtent la croissance d'un polype, sa résorption.

Des anti-inflammatoires, des immunomodulateurs, des vitamines sont utilisés. En association avec un traitement médicamenteux, après consultation d'un médecin, des remèdes populaires à base de plantes peuvent aider à réguler les hormones et à affaiblir le saignement des polypes. Ils sont pris sous forme d'infusions ou de tampons d'action locale.

Chirurgical

Ce traitement est le plus fiable. Les indications pour cela sont:

  • détection de polypes de plus de 1 cm de diamètre;
  • la présence dans le néoplasme de cellules atypiques détectées par l'examen histologique de l'échantillon prélevé au cours de l'hystéroscopie et du curetage diagnostique;
  • manifestation de la tendance de croissance des polypes.

Lorsque plusieurs polypes utérins sont détectés, les méthodes de traitement consistent en un curetage complet des membranes muqueuses de l'utérus et du col de l'utérus, ainsi qu'en une laparoscopie. Au cours de la laparoscopie, les polypes sont éliminés par des ponctions dans le bas de l'abdomen. Cette méthode est moins traumatisante et efficace.

Après le retrait des polypes, une hormonothérapie et un traitement de restauration sont mis en place pour prévenir les récidives. Une méthode d’élimination au laser des polypes a également été mise au point. Après une telle opération, il n'y a pas de cicatrices dans l'utérus.

Polypes pendant la grossesse

En règle générale, en présence de polypes dans l'utérus, la grossesse ne se produit pas, car une violation de la structure de l'endomètre ne permet pas à l'embryon de se consolider dans l'utérus.

Si les polypes sont solitaires, la zone d'endommagement de l'endomètre est petite et la conception peut survenir. Les polypes ne sont pas dangereux. Les néoplasmes trouvés pendant la grossesse ne sont généralement pas éliminés, le traitement est différé après la naissance.

Si une femme souffre d'infertilité due à la présence de polypes, ceux-ci sont supprimés et un traitement hormonal est effectué, après quoi une grossesse normale peut survenir en quelques mois.

Symptômes de polypes dans l'utérus

Les polypes de l'utérus sont des formations de l'endomètre apparaissant à partir de 9 ans. Le plus souvent trouvé avant la ménopause dans 40 - 50 ans. Le polype désigne les néoplasmes bénins, mais si aucune mesure n'est prise pour le traiter, dans certaines conditions, il peut devenir malin. La probabilité d'une telle renaissance est de 1 à 2%.

Les polypes sont simples sur une base large ou sur la jambe et multiples (polypose).

Les polypes de l'utérus se retrouvent chez les femmes dans environ 10% des cas. Parmi les maladies gynécologiques représentent 25% des cas, indiquant un problème généralisé.

Polypes dans l'utérus - causes

Lors de l'étude de cette pathologie, il s'est avéré que les polypes de l'utérus, dont les causes sont différentes dans chaque cas, apparaissent en arrière-plan:

• stress et surmenage nerveux prolongé;

• changements causés par l'âge de la femme.

En outre, de nombreux facteurs de risque provoquent le développement de polypes dans l'utérus:

1. Maladies des organes génitaux de la femme (kystes ovariens, myomes, endométriose).

2. Dommages mécaniques du col de l’utérus survenus au cours d’examens gynécologiques instrumentaux à la suite de maladies inflammatoires (endocervicite), pendant le travail ou l’avortement.

3. Infections, infections sexuellement transmissibles (IPP), ainsi que dans le contexte de violation de la microflore du vagin. Les plus dangereux d'entre eux sont: l'urée, l'herpès, la toxoplasmose, la mycoplasmose, la candidose.

4. Prédisposition génétique.

6. Traitement à long terme avec le témoxifène - un médicament utilisé en présence de tumeurs afin de bloquer les récepteurs sensibles aux hormones. En conséquence, chez certains patients, les cellules endothéliales commencent à se développer rapidement et des polypes se forment.

Croissance vasculaire: lorsqu'un réseau vasculaire est formé autour de celui-ci, la reproduction active des cellules épithéliales commence.

Le groupe à risque comprend les femmes qui ont:

Le mécanisme de formation des polypes dans l'utérus

En raison d'une perturbation hormonale, le fonctionnement normal des ovaires peut être perturbé et, par conséquent, une grande quantité d'œstrogène pénètre dans la circulation sanguine.

Normalement, sa production se produit dans les deux semaines du cycle menstruel. Lorsque des troubles hormonaux, il pénètre dans le sang en permanence. Sous son influence, il y a une prolifération accrue de l'endomètre.

Au cours de la période menstruelle, l'endomètre n'exfolie pas complètement, une partie de celui-ci reste dans l'utérus. Ce processus se déroule sur plusieurs cycles et provoque la formation d'un endomètre.

À l'avenir, la germination des vaisseaux sanguins et des fibres du tissu conjonctif - un polype est formé.

Types de polypes dans l'utérus

Les polypes, selon les cellules à partir desquelles ils sont formés et leur structure, émettent:

1. Polypes glandulaires - formés à un jeune âge, semblables aux kystes liquides.

2. Les polypes fibreux sont denses, car ils sont basés sur le tissu conjonctif. Ils se développent après 40 ans, avant la ménopause et pendant la ménopause.

3. Glandulaire - fibreux, sont respectivement formés à partir des cellules des glandes et du tissu conjonctif.

4. Les polypes sont des adénomes: des cellules atypiques se trouvent dans leur structure, ce qui favorise l'apparition d'un cancer.

5. Les polypes placentaires sont constitués de particules du placenta conservées après la naissance.

La taille des polypes dans l'utérus varie de quelques millimètres à 3,0 cm, mais il existe des polypes allant jusqu'à 1,0 cm.

Polypes dans l'utérus - les premiers symptômes

Les polypes dans l'utérus peuvent être asymptomatiques. Dans de tels cas, ils constituent une découverte lors du dépistage d'une autre pathologie ou lors de la détermination des causes de l'infertilité.

Lorsque les polypes atteignent une certaine taille dans l'utérus, les premiers symptômes apparaissent:

• une variété de troubles menstruels;

Saignements utérins entre les mois;

Saignements pendant la ménopause;

• douleur et malaise pendant les rapports sexuels et après - frottis.

Un polype peut également être détecté si une inflammation se développe ou si une blessure survient. Cela conduit, en plus de ce qui précède, à la manifestation des symptômes cliniques suivants:

• douleurs de tiraillement, non seulement pendant les rapports sexuels, mais aussi peu de temps avant le début des règles;

• la présence de sang dans la décharge, non associée à la menstruation.

Polypes dans l'utérus - signes

À mesure que les polypes se développent dans l'utérus, leurs symptômes deviennent plus prononcés:

• perturbation persistante du cycle menstruel;

• cancer de l'utérus, principal danger des polypes.

Diagnostic des polypes dans l'utérus

Échographie de l'utérus - la méthode de diagnostic la plus accessible, la plus informative et la plus indolore. Pendant la procédure, le capteur intravaginal obtient les résultats les plus précis.

L'hystéroscopie est réalisée pour une étude détaillée: le dispositif (un tube fin avec une caméra) est inséré dans la cavité utérine. Un hystéroscope est utilisé pour prélever le matériel de biopsie au besoin. De plus, à travers l'appareil dans l'utérus, vous pouvez entrer un agent de contraste et faire une radiographie.

Traitement des polypes dans l'utérus

Le traitement des polypes dans l'utérus est entièrement chirurgical. Lorsqu'un seul polype est trouvé, il est découpé. En cas de polypose, la couche supérieure de la muqueuse utérine est raclée.

Les indications pour le traitement chirurgical sont:

• absence d'effet du traitement hormonal;

• plus de 40 ans;

• taille de l’éducation supérieure à 1,0 cm;

• si des cellules atypiques sont trouvées lors de l'examen histologique.

Actuellement, le traitement des polypes dans l'utérus est effectué par des méthodes hystéroscopiques et laparoscopiques.

La méthode hystéroscopique est considérée comme une procédure à faible impact. Elle est réalisée sous anesthésie légère et dure environ 20 minutes.

Le moment le plus approprié pour la manipulation est de 2 à 3 jours après la menstruation: la membrane muqueuse de l'utérus est mince à ce moment-là, le polype est facilement déterminé, car il s'élève au-dessus, vous pouvez le retirer rapidement. La méthode présente plusieurs avantages:

• manque de coupes et, respectivement, de coutures opérationnelles;

• La caméra à hystéroscope peut détecter même les petits polypes et les supprimer.

La laparoscopie est réalisée sous le contrôle du laparoscope à travers le trou (0,5 - 1,5 cm) dans le bas de l'abdomen. La méthode est très efficace en présence de formation maligne. Si des cellules atypiques sont trouvées dans un polype, ce qui indique un risque élevé de tumeur, l'utérus est retiré à l'aide de cette méthode.

Les avantages de la laparoscopie sont:

• la douleur postopératoire est rare;

• il n'y a pratiquement pas de complications;

• récupération rapide du corps.

Traitement des polypes dans l'utérus

Le traitement des polypes dans l'utérus est parfois réalisé sans intervention chirurgicale. Ceci est possible dans certains cas:

• chez les femmes qui n'ont pas encore accouché, car la chirurgie cause des problèmes de conception;

• chez des patients jeunes (décrit les cas où des polypes ont été trouvés chez des filles à l'adolescence)

• s'il existe un petit polype, il peut être réduit en prenant certains médicaments et en disparaissant complètement.

Étant donné que le polype se forme dans l’utérus sous l’effet de taux élevés d’œstrogènes, des préparations hormonales sont prescrites pour réduire la quantité d’œstrogènes et augmenter le taux de progestérone. Ils éliminent le facteur étiologique (œstrogènes), ce qui entraîne une réduction significative du polype, se dessèche et quitte l'utérus pendant la menstruation.

Les préparations pour le traitement des polypes sont prescrites par âge:

• jusqu'à 35 ans - contraceptifs œstroprogestatifs (Regulon, Janine, Yarin);

• après 35 ans - gestagènes (Duphaston, Utrogestan, Norkolut);

• après 40 ans et au début de la ménopause, les antagonistes des hormones libérant des gonadotrophines (Zoladex, Diferelin) - ils protègent contre les effets des œstrogènes qui provoquent des modifications de l'utérus;

• des médicaments antibactériens sont prescrits à tout âge - ils sont nécessaires dans les cas où des polypes se sont formés en relation avec le processus inflammatoire de l'utérus (zitrolide, monomycine, etc.).

Tous les médicaments sont prescrits par un gynécologue à une certaine phase du cycle et selon un régime particulier.

Prévention des polypes dans l'utérus

La prévention des polypes dans l'utérus est associée à un dysfonctionnement ovarien, produisant une grande quantité d'œstrogènes. Par conséquent, les mesures préventives comprennent:

• des visites régulières chez le gynécologue pour exclure la pathologie et choisir correctement les contraceptifs;

• exercice actif, la lutte contre l'inactivité physique évite la stagnation du sang dans le pelvis;

• éliminer les relations sexuelles avec promiscuité;

• Ne mangez pas de produits à base de viande contenant des hormones;

• Évitez la congélation soudaine.

Il est toujours nécessaire de traiter votre corps avec soin et, en cas de moindre défaillance, consultez à temps un spécialiste pour éviter les complications désagréables.

Polypes dans l'utérus - symptômes et traitement, conséquences

Les polypes de l'utérus sont de nature bénigne et proviennent de la membrane muqueuse. En règle générale, l'apparition de polypes s'accompagne d'une augmentation générale des membranes (hyperplasie) de la cavité utérine. Les formations elles-mêmes ont un corps principal et une jambe, qui est fixée au mur de l'utérus. À l'intérieur de cette jambe, il y a un flux sanguin.

La détection des symptômes suspects et le traitement de la maladie utérine doivent avoir lieu dès que possible et toujours sous la supervision d'un gynécologue. En règle générale, nous parlons de saignements abondants, non liés au cycle menstruel et de sensations douloureuses récurrentes dans l'abdomen. Parmi les causes des polypes utérins, il y a l'incapacité à observer la stérilité et l'exactitude lors des manipulations gynécologiques, par exemple lors d'un grattage pour des études histologiques ou d'un avortement pour des raisons médicales.

Pour comprendre la notion de polypes, ce qu’elle est, ce qu’ils sont dangereux, leurs symptômes et les méthodes de traitement, vous devez être attentif à la possibilité de leur dégénérescence en tumeurs malignes, ainsi qu’à l’absence de chance de tomber enceinte. Après tout, la présence de formations sur la muqueuse utérine ne permet pas à l'œuf fécondé de se fixer au mur pour favoriser la croissance et le développement du fœtus. Plus le traitement des polypes est prescrit tôt et correctement, plus le risque d'avoir un bébé est élevé. Le retrait des polypes est effectué chirurgicalement. Il est extrêmement important d'éliminer complètement les polypes existants, car les particules restantes peuvent provoquer une rechute de la maladie. Après l'opération, le médecin prescrit un traitement hormonal. Le cours lui-même dure de trois à six mois.

Que sont les polypes

S'il y a beaucoup de néoplasmes de nature bénigne sur la membrane muqueuse, le médecin diagnostique une polypose utérine. Les formations diffèrent sous une forme nodulaire, ont le corps principal et la jambe attachés à la membrane muqueuse de l'utérus. Ils peuvent apparaître en raison de la prolifération de la couche fonctionnelle de l'utérus ou de son rejet total au début des jours critiques du cycle menstruel.

Les polypes en gynécologie se distinguent par la propriété de modifier leur structure et de se remplir de la même manière que dans les tissus utérins. En l'absence d'un traitement gynécologique approprié, la structure des néoplasmes commence à changer, prenant la forme de tumeurs malignes. Les polypes sont formés à partir de la couche fonctionnelle (externe) ou basale de l'endomètre de l'utérus.

Le diagnostic de la maladie chez les femmes peut se faire de différentes manières, en fonction de la localisation des polypes. Si les formations ont été localisées sur le col, elles sont déjà visibles avec un examen standard. Dans la plupart des cas, les polypes sont diagnostiqués lors d'une échographie, d'une hystéroscopie (examen avec une préparation optique spéciale) et d'histologie (examen des tissus utérins).

Polypes dans l'utérus: les causes de l'éducation

En pratique médicale, il n’existe aucune explication précise de l’apparition des polypes, mais il existe plusieurs versions d’un effet causal.

  1. Perturbation de l'équilibre hormonal dans le corps. Une augmentation des couches internes de l'utérus (hyperplasie) peut provoquer une quantité excessive d'œstrogènes ou un faible taux de progestérone. En conséquence, des polypes peuvent apparaître, seuls ou en grand nombre (polypose).
  2. Augmentation anormale des vaisseaux sanguins dans l'utérus. L'expansion des parois des vaisseaux sanguins peut provoquer l'apparition de polypes s'ils perdent leur élasticité ou deviennent bloqués, provoquant une reproduction accélérée des cellules épithéliales qui les entourent.
  3. Diagnostic des processus inflammatoires dans la région génitale. Avec ce type de perturbation du fonctionnement de l'utérus, on observe l'apparition de cellules immunitaires spéciales qui inhibent le développement de l'inflammation (élimine l'infection) et provoquent une augmentation simultanée du nombre de cellules de l'endomètre (formant des polypes).
  4. Maladies de la glande endocrine (thyroïde). Comme le fonctionnement de toutes les glandes du corps est interdépendant, des perturbations de la glande thyroïde, des glandes surrénales ou du foie peuvent provoquer des dysfonctionnements des ovaires et une production excessive d'hormones sexuelles par le corps.
  5. Avortements pratiqués et raclage infructueux en violation des règles de stérilité et de sécurité. Des manipulations inappropriées peuvent provoquer une érosion de la muqueuse utérine, ce qui entraîne l'apparition de polypes.
  6. Diagnostic de l'hypertension artérielle et du diabète. Le danger de ces maladies réside dans la violation du processus de circulation sanguine dans les petits capillaires, à cause de laquelle les cellules ne reçoivent pas la quantité requise d'oxygène et commencent à se multiplier rapidement en se divisant. L'hyperplasie formée est une cause directe de l'apparition de polypes simples ou multiples dans la cavité utérine.
  7. Excès de poids. La particularité du tissu adipeux réside non seulement dans l'accumulation sous la peau et dans les cellules des organes, mais aussi dans la capacité de produire en outre des hormones œstrogènes, ce qui provoque l'apparition et le développement de néoplasmes à la forme nodulaire et à caractère bénin.
  8. Mode de vie sédentaire. En l'absence d'activité régulière, ainsi que dans l'exécution constante de tâches de travail en position assise, le sang stagne dans les organes pelviens. Pour cette raison, une quantité suffisante d'oxygène ne circule pas dans l'utérus et les ovaires, ce qui affecte à son tour la perturbation du processus de production d'hormones et la reproduction de nouvelles cellules de l'endomètre.
  9. L'hérédité. La propension à la manifestation et au développement de la maladie peut être basée sur les facteurs de l'hérédité.
  10. L'utilisation de tamoxifène pour le traitement des tumeurs. Les ingrédients actifs des récepteurs du médicament qui sont responsables de la sensibilité aux hormones sexuelles et peuvent ainsi provoquer l’apparition d’une polypose.

Des modifications caractéristiques de l'endométrite utérine peuvent être déclenchées par l'activation de maladies chroniques existantes des organes génitaux, en particulier pour les lésions inflammatoires telles que l'oophorite ou les annexis.

Espèces

La principale caractéristique des polypes réside dans leur structure: le corps principal est attaché aux tissus de l'utérus en raison de la jambe étroite, à l'intérieur de laquelle le flux sanguin fonctionne. La taille du corps et la longueur des jambes peuvent être très diverses: des paramètres des graines de sésame au tennis de table ou aux balles de golf (diamètre de 38 à 42 mm).

Les polypes dans la pratique médicale distinguent la structure de la structure et l'emplacement dans l'endomètre.

Selon leur emplacement, les excroissances bénignes nodulaires peuvent être appelées:

  • polype cervical (polype cervical);
  • corps de polype utérus.

En ce qui concerne les caractéristiques des cellules impliquées dans la formation des tumeurs, les types de polypes dans l'utérus sont les suivants:

  • glandulaire (formé de cellules de la glande);
  • fibreux (germination due aux cellules du tissu conjonctif);
  • fibreuse glandulaire (cellules combinées des glandes utérines et des cellules du tissu conjonctif);
  • polypes adénomateux (caractérisés par la présence de cellules atypiques qui déclenchent la transformation d'un polype en une tumeur maligne);
  • placentaire (formé à la suite d'un retrait incomplet du placenta après le travail).

Si le premier type est plus caractéristique des femmes jeunes et peut prendre la forme d'un kyste à remplissage interne en liquide, les polypes fibreux apparaissent plus denses et sont plus souvent observés chez les patientes de plus de 40 ans.

Les plus dangereux sont les polypes adénomateux, car ils sont à la base du développement des cellules cancéreuses et du développement des polypes en une tumeur maligne. Une attention particulière doit être accordée aux types de polypes tels que les placentaires, car ils s'accompagnent souvent de saignements prolongés, non liés au cycle menstruel, et constituent également une menace sérieuse sous forme d'infection des organes internes et de développement de l'infertilité.

Quel est le polype dangereux - conséquences

Bien que les polypes soient initialement qualifiés de formations bénignes, ils constituent une grave menace pour la santé des femmes. C'est pourquoi ils doivent être supprimés, puis suivre un traitement hormonal assez long.

Les conséquences les moins dangereuses de cette maladie concernent les troubles menstruels avec une augmentation du niveau de saignement, se transformant en une forme chronique. Les complications pendant la grossesse et un risque accru d'infertilité doivent être distingués des résultats plus graves du développement de la maladie. L'absence de traitement approprié et opportun peut entraîner la nécessité de retirer le corps utérin du corps féminin. L'option la plus dangereuse pour le développement de la maladie est la dégénérescence des polypes en tumeurs malignes avec des cellules cancéreuses (tumeur maligne).

Un polype peut-il sortir tous les mois?

La détection des particules de polypes dans les saignements menstruels permet aux patientes d’espérer que les formations puissent se résoudre elles-mêmes et l’opération prescrite par le médecin est une manipulation facultative en vue de la récupération. En fait, l'utilisation de médicaments issus de médecines parallèles pourrait précéder la libération de polypes de cette manière ou les formations elles-mêmes étaient trop petites. Dans le même temps, rien ne garantit que tous les néoplasmes de l'endomètre de l'utérus ont été éliminés et il ne faut en aucun cas risquer les complications dangereuses de leur développement et de leur régénération.

Diagnostics

Le diagnostic de la maladie utérine peut avoir lieu en plusieurs étapes. Le patient peut pour la première fois entendre parler de la présence de néoplasmes de forme nodulaire en se rendant chez un gynécologue afin de se soumettre à un examen de routine régulier. Si les polypes sont situés dans la région du col de l'utérus, ils sont visibles lors d'un examen médical de routine à l'aide de miroirs. Pour les contrôles plus graves et approfondis peuvent être utilisés des dispositifs médicaux spéciaux. Dans tous les cas de détection de formations en saillie, une histologie du polype est réalisée, ce qui permet d'étudier la nature et la structure des cellules impliquées. Après un examen approfondi de la chaise, seul le médecin peut décider quoi faire du patient à l’avenir.

Examen par un gynécologue

Il s’agit d’un examen gynécologique (standard) dans lequel les formations caractéristiques saillantes sont détectées à l’aide de miroirs spéciaux. Les tumeurs elles-mêmes se distinguent par une forme ronde ou prodigieuse, ainsi que par une couleur rouge vif (moins souvent rose). Lors de l'utilisation de cette méthode de diagnostic, une attention particulière est accordée à l'état du col utérin, qui se caractérise généralement par un épaississement et une hypertrophie (augmentation douloureuse). Si les formations sont violettes ou bordeaux, cela peut indiquer des troubles circulatoires dans la croissance elle-même. En règle générale, la structure du polype reste douce et souple.

Cervicopie et colposcopie

La méthode de la cervicopie est un processus d'examen instrumental du col utérin utilisant un hystéroscope (un appareil de guidage de la lumière équipé de fibres optiques pour l'examen visuel de pathologies utérines existantes). La caméra vidéo intégrée vous permet d'évaluer de manière adéquate l'état du patient, sans causer d'inconvénient ni de blessure au corps. Avec cette méthode, vous pouvez distinguer les plus petits polypes et diagnostiquer la nécrose (mort cellulaire partielle) des timbres endométriaux. Avec l'aide de la cervicopie, un polype de l'utérus est étudié non seulement en taille et en état, mais également sur le type structural de croissance. Pour confirmer ou infirmer complètement le risque de cellules cancéreuses dans les néoplasmes, une biopsie est effectuée (excision des particules des formations pour une étude de laboratoire plus poussée).

Au cours de la colposcopie, le médecin peut évaluer l’état général de l’ouverture vaginale et de ses parois. Pour cela, on utilise un colposcope - une conception optique spéciale, équipée d’un binoculaire et d’un dispositif d’éclairage.

Lors du diagnostic de polypes sur le col de l'utérus, il reste toujours le risque de leur apparition sur les muqueuses internes de l'utérus lui-même. Dans de tels cas, vous pouvez examiner et étudier le polype sur l'échographie. Dans ce cas, le médecin reçoit des informations détaillées sur l'épaisseur de l'endomètre de l'utérus, sa structure, ainsi que le nombre total et la taille des tumeurs existantes. Un avantage important de l'échographie de l'utérus est la possibilité de déterminer plus en profondeur l'état des ovaires et des trompes de Fallope, ce que le gynécologue prend nécessairement en compte lors du traitement ultérieur du patient.

Hystéroscopie

Cette méthode de diagnostic des maladies repose sur des interventions microchirurgicales (mini-invasives) permettant un examen détaillé de l'utérus grâce à l'utilisation d'un système optique spécial de l'hystéroscope. Au cours d'une hystérocopie, l'enlèvement simultané des polypes détectés avec l'envoi obligatoire des excroissances à une étude en laboratoire de la structure et de la nature des cellules est autorisé.

Les polypes peuvent également être visualisés par métrographie - procédures de radiographie de la cavité utérine à l'aide d'un agent de contraste, sur lequel se détachent des contours irréguliers de la cavité utérine (polypes).

Symptômes de polypes dans l'utérus

La principale caractéristique de cette maladie réside dans l'absence de tout symptôme ou signe, si le polype est simple ou de petite taille. Vous pouvez en apprendre davantage sur les tumeurs de la forme nodulaire uniquement lors d'une visite de routine chez le gynécologue. C'est pourquoi il est si important de subir un examen gynécologique régulièrement, au moins une fois tous les six mois.

Les signes cliniques de polypes dans l'utérus se manifestent souvent lorsqu'il y a déjà une inflammation des membranes ou qu'une infection des excroissances se produit après les manipulations. En règle générale, c'est:

  • sur l'augmentation de la quantité de décharge blanche;
  • sur la survenue de sensations douloureuses atypiques de type tirant, apparaissant au cours de la période de jours critiques ou survenant au cours d'une intimité avec un partenaire;
  • sur l'apparition de saignements, non associés au cycle menstruel.

L'infertilité peut également indiquer que des polypes apparaissent et continuent à se développer dans la cavité utérine. Souvent, les excroissances de polypes bloquent le passage dans le col de l’utérus, ce qui perturbe l’équilibre hormonal dans le corps et perturbe le cycle menstruel habituel. En tant que symptôme de la polypose utérine, il convient de souligner la profusion accrue et la durée accrue de la menstruation elle-même. Ceci est dû à une augmentation pathologique de la quantité d'œstrogène et à un épaississement important de l'endomètre (couche muqueuse) de l'utérus.

Comment traiter le polype utérin

Les polypes détectés sont soumis à un traitement obligatoire, garantissant leur élimination complète tout en minimisant le risque de récidive. Si les polypes situés sur l'endomètre de l'utérus se trouvent au début de la maladie et sont de taille relativement petite, un gynécologue peut alors prescrire un traitement conservateur (sans chirurgie). Il faut garder à l'esprit que les excroissances ne disparaissent pas complètement et qu'il existe toujours un risque de nouvelle croissance et de dégénérescence ultérieure en tumeurs malignes. Se débarrasser complètement de la polypose de l'utérus n'est possible qu'en les enlevant avec une opération.

Traitement sans chirurgie

Le traitement conservateur des polypes dans l'utérus ne permet que de suspendre le processus de leur croissance et de leur développement ultérieur. Pour ce faire, le gynécologue des polypes se voit prescrire des médicaments appropriés, ce qui provoque un arrêt de leur croissance et une résorption éventuelle.

  1. Le traitement antibactérien est considéré comme efficace lors du diagnostic de maladies virales ou infectieuses de la cavité utérine, responsables de l’apparition de polypes. Les antibiotiques sont prescrits exclusivement par le médecin traitant. Cela est particulièrement vrai pour la posologie quotidienne et la durée du traitement, car l'utilisation de tels médicaments peut entraîner des complications dans le système endocrinien.
  2. Aux premiers stades de la maladie (les premiers mois) pour les patientes en âge de procréer (ne dépassant pas 35 ans), des contraceptifs oraux combinés peuvent être prescrits comme traitement.
  3. L'utilisation de progestatif est causée par la présence de saignements abondants et prolongés. Ils contribuent également à la suspension des excroissances en interrompant leur apport de sang par les vaisseaux capillaires.
  4. La prise en charge d'un traitement de remplacement du fer, accompagnée d'un régime et de médicaments sédatifs peut être effectuée par un médecin si les patients sont traités pour une anémie. Dans ce cas, les séances de physiothérapie ne sont pas superflues.
  5. La dernière étape du traitement conservateur est la consommation obligatoire de complexes de vitamines et de minéraux.

Une attention séparée dans le processus de traitement nécessite l’utilisation de médicaments hormonaux qui aident à rétablir l’équilibre, en particulier en ce qui concerne le rapport quantité d’œstrogène et de progestérone. En règle générale, la durée totale du traitement dure environ six mois.

La chirurgie

Le moyen le plus efficace et le plus fiable de traiter les polypes utérins est de les enlever chirurgicalement. La thérapie elle-même peut être effectuée de différentes manières et avec différents instruments, mais il est extrêmement important que les excroissances soient éliminées aussi précisément que possible. La qualité de la manipulation dépend du risque de réapparition de la maladie, ainsi que du bien-être général du patient.

L'une des méthodes de traitement disponibles est le curetage d'un polype de l'utérus à l'aide d'un hystéroscope (dispositif optique doté d'un dispositif d'éclairage spécial qui permet de visualiser l'état de l'organe ainsi que la qualité du fonctionnement). Le principal objectif de cette méthode de polypectomie (élimination des polypes) est d’obtenir du matériel pour de futures recherches en laboratoire.

Si une polypose avec un saignement ouvert abondant est diagnostiquée chez un patient, il est nécessaire de procéder au curetage (élimination de la couche supérieure de l'endomètre de l'utérus) à l'aide d'outils spéciaux. De plus, la procédure elle-même vise principalement à arrêter l'hémorragie (hémostase) et est réalisée sous anesthésie générale. L'élimination des excroissances est réalisée grâce à l'introduction d'une boucle en métal. Le résultat du raclage doit être envoyé à la recherche afin d’exclure la malignité des formations elles-mêmes.

L'élimination d'un polype dans l'utérus peut également être réalisée par des méthodes plus douces et peu invasives, par exemple à l'aide d'un laser. Dans tous les cas après l'opération d'élimination, le lieu de fixation des excroissances est en outre traité avec de l'azote liquide (cryodestruction). Cela vous permet de minimiser la réémergence et la croissance de croissances dangereuses sur la membrane muqueuse de l'utérus. Les nouvelles technologies permettent de supprimer avec succès des polypes de toute taille, des paramètres de graines de sésame à une balle de tennis de table (environ 40 mm de diamètre).

Récupération après enlèvement

Après l'opération, le patient reste sous surveillance médicale pendant un certain temps. Cela est dû au risque de saignement, à des douleurs abdominales ou à une augmentation de la température corporelle. Après une opération réussie, il est impératif de rétablir l'équilibre hormonal du corps en prenant les médicaments appropriés. En outre, des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques peuvent être prescrits pour la période de réadaptation.

Une attention particulière doit être portée au régime alimentaire, qui interdit les aliments épicés et salés, ainsi que l’alcool.

Thérapie populaire

Outre les interventions chirurgicales et les médicaments recommandés, il est toujours possible de traiter les polypes dans l'utérus et d'accélérer le processus de restauration du corps avec des remèdes populaires. Dans ce cas, une visite chez le médecin est recommandée tous les deux à trois mois, car seul un gynécologue peut dire si le traitement à domicile utilisé est efficace.

Graines de citrouille

Les graines de citrouille peuvent aider à éliminer les polypes dans l'utérus. Pour ce faire, vous aurez besoin de 6 cuillères à soupe de graines séchées (non frites), qui sont pré-moulues dans un moulin à café. A la masse résultante, vous devez ajouter 7 jaunes d’œufs cuits et un demi-litre d’huile de tournesol (raffinée). La masse finie est chauffée au bain-marie pendant 20 minutes. Le mélange doit être conservé au réfrigérateur. Les médicaments sont pris une fois par jour avant les repas. Après un traitement de cinq jours, un repos est maintenu pour la même durée. Le cours lui-même est répété jusqu'à ce qu'il y ait un médicament, en règle générale, il dure au moins trois mois.

Infusion de moustache d'or

Ceci est une plante d'intérieur, qui prend 20 joints des processus existants. Ils sont remplis de deux verres d'eau ou d'alcool médical dilué dans un rapport de 1: 3. La composition résultante doit infuser dans un endroit sombre pendant 10 jours. Le médicament est utilisé dans la quantité de 20 gouttes pour 100 ml d'eau à la fois. Au cours de la journée, il en existe deux, 30 minutes avant les repas. Le traitement général dure 30 jours.

Tampons à l'oignon

Dans ce cas, on utilise des oignons cuits au four, desquels le noyau transparent et doux est enlevé. Il est malaxé à la fourchette, puis une cuillerée à thé de la bouillie obtenue est déposée sur une double couche de gaze. Cela forme une sorte de tampon, noué avec un fil solide (pour pouvoir le retirer plus tard du vagin). Un tampon est inséré à l'intérieur la nuit. La procédure est répétée tous les jours de la semaine. Suit une pause de 10 jours. Au total, il devrait y avoir 3 tels cycles. Cette méthode a un effet anti-inflammatoire efficace et combat également les virus.

Un polype peut-il évoluer vers un cancer?

Le principal danger de l’expansion des polypes est d’augmenter le risque de dégénérescence en tumeurs malignes. C'est pourquoi le traitement des polypes utérins doit être effectué le plus tôt et le plus efficacement possible.

Étapes de la renaissance

Les polypes de la cavité utérine apparaissent à partir des couches de l'endomètre et leur structure peut varier. En raison de changements dans le corps des excroissances, des cellules cancéreuses peuvent apparaître. Leur distribution est due à des processus altérés de différenciation et de prolifération (prolifération tissulaire par division cellulaire). Le processus de modification de la structure des cellules dans la direction des tumeurs malignes est appelé malignité.

Prévention

Comme le polype utérin est le résultat d’une perturbation des ovaires et est généralement causé par un excès d’hormones œstrogènes, les mesures préventives doivent inclure:

  • rejet de viande et d'aliments contenant des hormones;
  • opter pour des loisirs actifs en plein air;
  • prévention de l'hypothermie des organes génitaux;
  • Consultation obligatoire avec un médecin lors du choix des contraceptifs hormonaux;
  • examen gynécologique régulier (au moins 2 fois par an).

Avis de femmes sur le traitement des polypes

Valeria, 32 ans.

Après un examen de routine, le gynécologue a suspecté la présence de polypes dans l'utérus et a demandé une échographie. Le diagnostic a été confirmé. Le médecin recommande le retrait à l'aide d'un laser. J'ai entendu parler de recettes folkloriques, mais je fais davantage confiance à la médecine traditionnelle. Déjà enregistré pour la chirurgie.

Catherine, 44 ans.

Lors de la première détection de polypes, elle a choisi un traitement avec des préparations hormonales et des remèdes populaires comme les «tampons à l'oignon». Au début, l’état s’était amélioré, mais six mois plus tard, les symptômes ont commencé à réapparaître. Il ne s’agissait plus que d’une opération et sous la surveillance étroite d’un médecin. Il est très effrayant de penser que le cancer peut se développer.

Les polypes dans l'utérus et comment peuvent-ils être dangereux?

Parmi les formations utérines bénignes et les polypes sont formés à partir de la membrane muqueuse interne de l'utérus.

Ces tumeurs sont présentes chez environ 10% des femmes et, parmi les problèmes gynécologiques, les polypes représentent environ un quart des cas. Une telle image statistique indique une prévalence considérable de cette maladie.

En fait, les polypes sont une sorte de processus intra-utérins faisant saillie dans la cavité utérine. Ce sont des croissances muqueuses anormales qui ont une tige ou se développent sur une base large.

Ils diffèrent par la structure, l'emplacement, la taille, la structure histologique et peuvent se développer complètement asymptomatique. Bien que le plus souvent, les polypes utérins manifestent des symptômes douloureux, des saignements et de l'infertilité.

Causes de la polypose endométriale

La principale raison de la formation de polypes utérins sont des facteurs neurohormonaux et des modifications inflammatoires de l'endomètre.

  • Ils provoquent l'apparition de polypes tels que l'hyperestrogénie ou le dysfonctionnement hormonal ovarien. Ces conditions sont accompagnées par des modifications hyperplasiques de l'endomètre sous la forme de croissance à caractère polypoïde. De telles conditions sont souvent accompagnées de pathologies telles que le fibrome utérin, les processus mastopathiques ou l'hyperplasie glandulaire de l'endomètre, l'adénomyose ou la maladie polykystique ovarienne, caractéristiques du taux élevé d'œstrogènes.
  • La polypose endométriale contribue aux processus pathologiques chroniques: inflammations féminines telles que l'oophorite, les annexites ou l'endométrite, lésions infectieuses génitales, lésions de l'utérus lors d'avortements et de raclures, port prolongé du dispositif intra-utérin.
  • Les spécialistes du groupe à risque de polypes de l'endomètre comprennent les femmes obèses, atteintes de troubles neuropsychiatriques, de perturbations immunitaires, de pathologies de la thyroïde, d'hypertension ou de diabète.
  • Les excroissances vasculaires peuvent également provoquer le développement d'une polypose. Lorsque le blocage ou la croissance des canaux vasculaires autour d'eux commence la reproduction active des cellules épithéliales.
  • Il arrive que la polypose utérine soit provoquée par une prédisposition génétique, un mode de vie hypodynamique ou une utilisation à long terme du tamoxifène. Ce médicament est utilisé en thérapie antitumorale pour bloquer les récepteurs sensibles aux hormones. En conséquence, les formations polypes commencent à se développer activement chez certains patients.

Types de polypes utérins

Les polypes ont une structure assez simple, incluant la jambe et le corps.

Photo d'un polype sur une jambe dans l'utérus

Selon les signes histologiques, les polypes utérins sont répartis dans les types suivants:

  1. Fibreuses - de telles formations sont formées à partir de cellules du tissu conjonctif, ont une structure dense, surviennent principalement chez les femmes après 40 ans au cours de la période pré-ménopausique ou ménopausique, lorsque des modifications hormonales massives se produisent dans le corps de la femme;
  2. Ferreux - se composent de structures cellulaires ferrugineuses. Ces polypes surviennent généralement chez des patients relativement jeunes. Ils peuvent se développer sous la forme de formations kystiques avec un fluide à l'intérieur. La cause la plus fréquente de cette polypose est l'hyperplasie de l'endomètre.
  3. Des structures cellulaires altérées adénomateuses - atypiques sont présentes dans leur composition. De telles formations sont sujettes à la malignité;
  4. Ferro-fibreux - constitué d'un mélange de tissu conjonctif et de structures cellulaires glandulaires;
  5. Placentaire - de telles formations polypeuses sont formées chez les femmes après l'accouchement s'il reste des cellules placentaires dans la cavité utérine, à partir desquelles des polypes se développent par la suite.

Symptômes et signes

Les polypes utérins peuvent parfois se développer de manière latente, c’est-à-dire à découvert, mais avec le temps, la pathologie acquiert un ensemble caractéristique de symptômes, qui sont les suivants:

  • Lorsque le stade de développement latent est terminé, la patiente commence à être perturbée par des saignements de l'utérus de nature dysfonctionnelle de type acyclique ou cyclique. La menstruation devient abondante et douloureuse et les pertes vaginales brunâtres les dérangent;
  • Tout contact sexuel provoque une gêne et des douleurs, et après elles des décharges sanglantes sont également troublantes;
  • Chez les patients en âge de ménopause, des saignements inhabituels se produisent;
  • Les saignements fréquents provoquent l'apparition d'une carence en fer, qui se manifeste parfois par des formes anémiques très graves. La patiente éprouve souvent des faiblesses, des vertiges, sa peau acquiert des teintes pâles;
  • Si plusieurs polypes ou un seul atteignent une taille importante, le patient est concerné par une douleur localisée juste au-dessus de la région pubienne. Les symptômes douloureux peuvent être constamment gênants et avoir un caractère persistant. Chez certains patients, la douleur ressemble à du raisin et se manifeste périodiquement;
  • La polypose endométriale chez la femme s'accompagne souvent de pertes muqueuses vaginales;
  • Les polypes peuvent provoquer des fausses couches et la stérilité. Par conséquent, si vous avez de tels problèmes, vous devez nécessairement subir les tests nécessaires pour détecter la polypose.

Des symptômes similaires sont caractérisés par des pathologies utérines telles que l'endométriose, des formations myomateuses, un diagnostic qualifié est donc nécessaire pour identifier la maladie.

Qu'est-ce qu'une maladie dangereuse?

En dépit de son origine bénigne, les polypes peuvent menacer la santé des femmes. Parmi les effets les plus "inoffensifs", les experts distinguent l’échec chronique de la menstruation.

Mais la polypose endométriale peut provoquer des problèmes plus graves tels qu'une grossesse compliquée, la stérilité ou la naissance d'un polype. Ce dernier cas peut entraîner l'ablation du corps utérin.

La conséquence la plus dangereuse d'un polype peut être une tumeur maligne, lorsque la tumeur renaît en tumeur maligne. Par conséquent, les polypes nécessitent une surveillance médicale obligatoire.

Polype dans l'utérus et la grossesse

Les formations polypes peuvent causer l'infertilité ou une fausse couche, elles sont donc très dangereuses pour la grossesse. L'option idéale consiste à éliminer les polypes avant la grossesse.

Les experts considèrent qu'une telle combinaison n'est pas très agréable, mais pas tragique non plus. Si une femme peut tomber enceinte en présence de polypose, la grossesse se déroule généralement sans complications particulières.

Bien sûr, il y a des risques d'avortement, mais tout dépend de la situation. Dans tous les cas, après la naissance du bébé, les polypes sont enlevés.

Parfois, des formations polypeuses se forment dans le corps utérin après l'accouchement. Typiquement, les polypes placentaires apparaissent sur le site des résidus de placenta. Dans une situation similaire après l'accouchement, une femme pendant environ trois semaines s'inquiète de saignements utérins abondants.

Les polypes placentaires sont enlevés chirurgicalement avec les restes du placenta, puis grattés.

Dimensions de croissance et à quelle vitesse peut-il croître?

Les polypes de l'utérus peuvent avoir différentes tailles de 1 à 30 mm, bien que le plus souvent de telles formations ne dépassent pas 10 mm.

Pendant longtemps, un polype peut ne pas se développer ni causer de problèmes au patient, mais en présence de facteurs provocants tels qu'un déficit en progestérone, une grossesse, un avortement, un curetage, l'intensification des formations polypeuses peut s'intensifier.

Diagnostics

Après examen médical, le patient est envoyé pour des procédures de diagnostic:

  1. Échographie;
  2. Diagnostic hystéroscopique;
  3. Grattage;
  4. Métrographie - Examen aux rayons X de la cavité utérine.

Diagnostic par échographie d'un polype dans l'utérus

Si nécessaire, le diagnostic des polypes utérins est complété par d'autres études.

Traitement de l'éducation

Le principal moyen de se débarrasser des polypes utérins est le retrait par endoscopie.

Polypectomie réalisée lors d'une hystéroscopie. Habituellement, la procédure est effectuée pendant 2-3 jours après la menstruation. Ces périodes s’expliquent par le fait qu’au cours de cette période, la couche endométriale est mince et que les formations de polypose sont clairement visibles. Le retrait est effectué par une boucle électrique et le lieu de séparation est cautérisé.

Si les formations sont petites, le médecin peut alors recommander un traitement hormonal. Les médicaments contenant des hormones peuvent réduire la production d'œstrogènes et, au contraire, augmenter le taux de progestérone.

En conséquence, les causes hormonales de la polypose sont éliminées, la formation se contracte et quitte l'utérus pendant les prochaines règles.

Si une polypose est apparue en raison d'une inflammation de l'endomètre, un traitement antibiotique est indiqué.

En raison de la nature multiple de la polypose, le traitement peut être complété par un curetage de l’endomètre dans les zones où il existe une accumulation de polypes. Après raclage, les zones endommagées sont désinfectées avec une solution spéciale. Les polypes retirés sont envoyés pour histologie.

Avis de traitement

Victoria:

J'ai enlevé le polype utérin en grattant. L'anesthésie a été faite, la région où se trouvait le polype a été raclée - et c'était tout. Pas grave. Quelques heures après la procédure, je suis rentré chez moi.

Anastasia:

J'ai eu 2 fois le polype d'hystéroscopie a été enlevé et encore une rechute. Après chaque retrait, un traitement hormonal a eu lieu. Quoi qu'il en soit, après 1,5 à 2 ans, le polype réapparaît. Fait dans différentes cliniques.

A propos de la rechute

Il n’existe aucun moyen de traiter la polypose utérine, qui serait protégée à 100% contre les récidives de pathologie. Presque tous les 10 patients après l'élimination réussie de la croissance, il y a une rééducation.

Mesures préventives

Il n’existe pas de prophylaxie spécifique des polypes; par conséquent, les principales mesures de prévention de telles formations suggèrent l’élimination des facteurs provoquants:

  • Normalisation hormonale, menstruation et ovulation;
  • Éviter l'utilisation à long terme de la contraception hormonale;
  • Visite annuelle chez le gynécologue;
  • Contrôle du poids corporel, si nécessaire, diète et exercice pour perdre du poids;
  • Élimination des dispositifs intra-utérins tels que l'avortement, le grattage, etc.

Du fait du respect de ces recommandations, le développement de polypes est tout à fait réaliste à éviter.

La vidéo sur le polype de l'utérus ressemble à une échographie: