loader
Recommandé

Principal

La cirrhose

Les premiers symptômes et signes du cancer du pancréas

Le cancer du pancréas est une pathologie maligne et conduit aux stades ultérieurs à la défaite d'autres organes. Cette maladie peut survenir pendant des mois, se faisant passer pour une simple inflammation, ce qui entraîne un diagnostic tardif et un mauvais pronostic. En cas de cancer, des cellules atypiques apparaissent dans les tissus et peuvent se répandre dans tout le corps.

Le pancréas humain est un petit organe situé dans la cavité abdominale. Il produit des hormones (insuline, glucagon) et du suc pancréatique. Le cancer se développe principalement chez les personnes âgées de 70 ans et plus. En termes de prévalence, cette pathologie oncologique occupe la 10ème place et, sur 3 décès, elle est de 3. Dans plus de la moitié des cas, une tumeur survient dans la région du corps de la glande.

Classification des maladies

Dans le cancer du pancréas, la classification est basée sur la structure histologique de la tumeur, la présence de métastases régionales et distantes et la localisation du processus pathologique. Les types de cancer suivants sont distingués:

  • adénocarcinome canalaire;
  • cystadénocarcinome;
  • carcinome épidermoïde;
  • adénocarcinome mucineux.

Dans le premier cas, la tumeur se développe à partir des tissus des conduits de la glande. Cette pathologie est plus souvent diagnostiquée chez l'homme. De toutes les tumeurs exocrines de la glande, c'est le plus souvent (dans 80% des cas). Cette forme de cancer est agressive. Le taux de mortalité est presque égal à l'incidence.

Parfois, on trouve des néoplasmes malins à partir de kystes. Ce sont des cystadénocarcinomes. Ils apparaissent à la suite d'une malignité (transformation de cellules normales en cellules malignes). Adénocarcinome mucineux moins commun de la glande. Sa différence réside dans la présence de larges plaques de mucus. C'est une forme rare de cancer de la glande. La tumeur peut être formée à partir de l'épithélium de la membrane muqueuse de l'organe. Dans ce cas, nous parlons de cancer épidermoïde.

Les étapes

Il y a 4 stades de développement de cette tumeur. La base de la séparation sont les caractéristiques suivantes:

  1. La taille de la tumeur.
  2. Étaler sur le tissu environnant.
  3. La présence de foyers métastatiques lointains et régionaux.

L'étape 0 est réalisée s'il existe un site d'accumulation de cellules altérées sans germination dans les tissus environnants (le cancer est en place). Dans le même temps, les ganglions lymphatiques régionaux proches de la glande ne sont pas affectés et il n'y a pas de métastases. Au stade I, le néoplasme est petit. Au stade IA, le diamètre de la tumeur ne dépasse pas 2 cm.

Au degré IB, la taille de la tumeur est supérieure à 2 cm, les métastases ne sont pas détectées. Le stade IIA est caractérisé en ce que la tumeur s'étend au-delà de la glande jusqu'au tronc cœliaque, aux voies biliaires, au duodénum ou à l'artère mésentérique supérieure. Les métastases dans d'autres organes sont absentes.

Le stade IIB de la maladie est caractérisé par la présence d'une tumeur de toute taille, mais sans germination du tronc coeliaque et de l'artère mésentérique supérieure. En même temps, des métastases uniques dans les ganglions lymphatiques régionaux sont possibles. Le stade III est caractérisé par la propagation de la tumeur sur l'estomac, la rate et les intestins, ainsi que par la défaite du tronc coeliaque. Les métastases régionales sont présentes et les lointaines sont absentes.

A ce stade, de nombreux patients vont chez le médecin. Si vous ignorez les symptômes de la maladie développe une tumeur de la glande de degré IV. Les cellules atypiques se propagent dans tout le corps. Les cancers secondaires peuvent être trouvés dans le foie, les poumons, les os, l'estomac, les intestins et le cerveau. Une telle tumeur est inopérable.

Symptomatologie

Le cancer du pancréas se caractérise par un tableau clinique non spécifique. Les patients consultent déjà le médecin lorsque le néoplasme atteint une taille importante. À un stade précoce, les symptômes suivants sont possibles:

  • douleur abdominale;
  • rougeur de la peau dans la veine;
  • perte de poids;
  • sensation de lourdeur après avoir mangé;
  • la faiblesse;
  • malaise;
  • diminution de la capacité de travail.

Avec l'augmentation de la tumeur de la glande, de tels signes apparaissent comme:

  • décoloration de la peau;
  • clarification des matières fécales;
  • urine foncée;
  • des nausées;
  • vomissements;
  • violation de la chaise;
  • prurit;
  • éruption cutanée;
  • perte d'appétit.

La rate est souvent élargie. Ce symptôme indique des dommages à la queue ou au corps de la glande. Dans les cas graves, une hémorragie interne est possible. Chez ces personnes, le rythme cardiaque diminue, la pression artérielle diminue et la peau devient pâle. Presque une personne sur deux présentant cette pathologie maligne après quelques années a une forme secondaire de diabète. Quand il augmente la quantité d'urine quotidienne et qu'il y a soif.

Un signe persistant de cancer du pancréas est la douleur chronique. Ils présentent les caractéristiques distinctives suivantes:

  • amplifier avec la croissance des tumeurs;
  • redonner;
  • intensifié la nuit et lorsque le corps se penche en avant;
  • ressenti dans la région épigastrique et l'hypochondre;
  • il y a des bardeaux.

Une des caractéristiques de la maladie est la perte de poids. Lorsque la tumeur est située dans le corps et la queue de la glande, ce symptôme est observé dans 100% des cas. Les raisons de l'épuisement du corps sont les suivantes: perte d'appétit, violation de la dégradation des éléments nutritifs dans le contexte d'un dysfonctionnement organique et de l'excrétion de graisses contenant des matières fécales.

Le cancer de la glande s'accompagne souvent de signes de dyspepsie (troubles digestifs). En resserrant le duodénum et l’estomac, des nausées et des vomissements apparaissent. La dyspepsie se manifeste par un changement de selles. Les matières fécales deviennent liquides ou pâteuses. Il dégage une odeur âcre et contient des graisses non digérées. Cette condition s'appelle la stéatorrhée.

Les autres symptômes du cancer sont:

  1. Ballonnements.
  2. Soif
  3. Bouche sèche.
  4. La présence de confiture dans les coins de la bouche.
  5. Oedème
  6. Éruption pustuleuse.
  7. Crampes dans les membres.

Au stade IV, l’apparition de signes de dysfonctionnement d’autres organes (poumons, cerveau, foie, os) est possible. Lorsque les métastases dans les poumons apparaissent une toux sèche, une douleur à la poitrine, une sensation de manque d'air et une hémoptysie. Avec des dommages aux reins, les symptômes dysuriques sont observés sous la forme de difficulté à uriner, de turbidité de l’urine et de l’apparition de protéines dans celle-ci.

Parfois, des symptômes neurologiques apparaissent lors du cancer de stade IV. Ceux-ci comprennent: des changements dans le tonus musculaire, une asymétrie du visage, des maux de tête, la voix nasale, une démarche instable, des troubles de l'élocution, des évanouissements, un comportement inapproprié et une instabilité de l'humeur. Tout cela indique la présence de tissu cancéreux dans le cerveau.

Dans les cas avancés, il existe des preuves de lésions hépatiques dans le cancer du pancréas. Ceux-ci comprennent le jaunissement de la peau et des muqueuses, des douleurs chroniques dans l'hypochondre droit, des ecchymoses, des saignements des gencives, une haleine fétide et une augmentation du volume de l'abdomen due à une accumulation de liquide dans la cavité abdominale.

Premiers signes

En présence de cancer du pancréas chez les hommes et les femmes, la température corporelle augmente. Le plus souvent, il est de faible qualité et ne dépasse pas 38ºC. Avec la défaite de la tumeur la tête du pancréas se produit une jaunisse. Ceci est une condition causée par la compression des conduits et la difficulté à évacuer la bile.

La jaunisse peut apparaître déjà dans les premiers stades de la maladie. La peau de telles personnes devient grise avec une teinte jaune. Dans les cas graves, sclérotique jaune des yeux. La propagation des acides biliaires dans tout le corps entraîne des démangeaisons intenses. Outre ces symptômes, l'urine s'assombrit. Les excréments d'une personne deviennent légers à la suite d'une violation de la formation de stercobiline sécrétée par l'intestin. La présence de peau jaune incite les patients à consulter un médecin.

Causes de développement

Les causes exactes du cancer du pancréas n'ont pas été établies. Les facteurs prédisposants sont:

  • longue expérience du tabagisme;
  • excès dans le régime de glucides simples;
  • chirurgies gastriques et intestinales;
  • la présence de diabète;
  • dépendance à l'alcool;
  • polypose familiale;
  • les kystes;
  • âge avancé;
  • pancréatite chronique;
  • anomalies génétiques;
  • prédisposition génétique;
  • surpoids;
  • faible activité motrice;
  • cirrhose du foie;
  • ulcère peptique et 12 ulcère duodénal;
  • La maladie de Crohn;
  • colite ulcéreuse;
  • maladies allergiques;
  • contact avec des colorants et de l'amiante.

Cette pathologie est souvent due aux syndromes de Gardner et de Hippel-Lindau. Beaucoup souffrent d'une tumeur causée par la malnutrition. Selon une théorie, le risque de cancer du pancréas augmente avec l'abus de café, d'aliments et de plats gras, de viandes fumées, de saucisses, de jambon, de sucreries, de boissons gazeuses et de confiseries.

Le pancréas peut être touché pour la deuxième fois dans le contexte d'une autre pathologie maligne (cancer de l'estomac, des intestins, du pharynx, des poumons, de la vessie, des ovaires, des glandes mammaires). Les gens de la race négroïde tombent plus souvent malades. Cette pathologie se développe souvent sur le fond des maladies précancéreuses (adénomes).

Des complications

La maladie avec un traitement tardif entraîne des conséquences dangereuses. Les complications suivantes sont possibles:

  • métastases à d'autres organes;
  • lésion de ganglions lymphatiques régionaux et distants;
  • saignements;
  • ascite;
  • syndrome de malabsorption;
  • l'anémie;
  • diminution du niveau de leucocytes;
  • la cachexie;
  • diabète sucré secondaire;
  • obstruction intestinale.

La tumeur entraîne une altération de la production de suc pancréatique impliqué dans la digestion. Avec son manque de protéines, les graisses et les glucides ne sont pas dédoublés et ne sont pas absorbés par l'organisme, ce qui entraîne une nette diminution du poids corporel. Dans les cas graves, une cachexie se développe. La perte de poids peut atteindre 20-30 kg.

Chez les femmes, le cycle menstruel est souvent perturbé. Peut-être une cessation complète du saignement cyclique. Le développement du diabète est une complication dangereuse du cancer du pancréas. La cause est des dommages aux cellules sécrétant de l'insuline. Ceci conduit à une violation de l'utilisation du glucose par les tissus et à une augmentation de son niveau dans le sang.

Un diabète sucré secondaire peut être suspecté par une somnolence, une soif, la libération d'une grande quantité d'urine, des muqueuses sèches, une peau et une faiblesse constante. Le taux de glycémie à jeun chez ces personnes dépasse 6,6 mmol / l. Les grosses tumeurs du pancréas peuvent provoquer une compression de l'intestin. Cela conduit à des difficultés pour déplacer les aliments.

Une obstruction intestinale se développe, qui se manifeste par une rétention des selles pendant 3 jours ou plus, des vomissements, une distension abdominale, des flatulences et une asymétrie abdominale. Il y a un risque de choc. Une obstruction intestinale peut également se développer en cas de métastase du cancer du péritoine. Une complication du cancer telle que les varices oesophagiennes est dangereuse. Il est observé quand une tumeur du corps ou de la queue de la glande est touchée.

La cause en est une augmentation de la pression dans le système de portail ou de la veine cave. La survie des varices est de 50%. Elle est causée par un saignement. Il se manifeste par des vomissements avec du sang, de la craie (selles noires et molles), des nausées, une peau pâle, un trouble de la conscience, une accélération du rythme cardiaque, une chute de pression et une transpiration.

Le plus grand danger est le cancer de la glande avec des métastases au foie. La raison en est la propagation des cellules atypiques par le sang. L'ascite est une complication courante du cancer. C'est une condition dans laquelle le liquide s'accumule dans la cavité abdominale. L'ascite se développe avec la défaite de la veine porte et du péritoine.

Elle se manifeste par une augmentation rapide ou lente de l'abdomen, par son affaissement lorsqu'il est debout, par la présence de stries roses, par une peau lisse et brillante et par un symptôme de fluctuation. Dans ce dernier cas, le médecin à percussion écoute les oscillations du fluide accumulé en forme de vague. Avec l'ascite, la miction et l'œdème sont souvent altérés.

Mesures de diagnostic

Le cancer du pancréas est diagnostiqué au stade 1 rarement. Dans seulement 30% des cas, une tumeur détectée a une durée inférieure à 2 mois. Pour diagnostiquer cette tumeur maligne, les études suivantes seront nécessaires:

  • tests sanguins généraux et biochimiques;
  • analyse d'urine;
  • Échographie des organes abdominaux;
  • tests pour les marqueurs tumoraux;
  • échographie;
  • radiographie;
  • Scanner ou IRM;
  • cholangiopancréatographie;
  • tomographie par émission de positrons;
  • biopsie;
  • analyses cytologiques et histologiques;
  • laparoscopie.

Les marqueurs tumoraux du cancer du pancréas CA-19-9, CF-50, CA-242 et CA-494 sont nécessairement identifiés dans le sang des patients. On trouve un antigène embryonnaire du cancer chez un patient sur deux. Ces analyses ne permettent pas un diagnostic précis. La plus grande valeur est l'étude des tissus. La détection de cellules malignes atypiques dans la glande confirme le diagnostic.

La tumeur est visible sur l'écran lors de l'échographie. Il s’agit d’une méthode de dépistage qui permet de déterminer la localisation des tumeurs. À l’aide d’une échographie, vous pouvez évaluer l’état des autres organes de la cavité abdominale (vésicule biliaire, rate, foie) et éliminer la cholécystite et l’hépatite.

Une étude détaillée de la tumeur est réalisée à l'aide d'une imagerie par résonance magnétique ou par ordinateur. Ce dernier est le plus informatif et le plus sûr. L'avantage de l'IRM est l'absence d'exposition au rayonnement. Cette méthode de recherche permet de détecter une tumeur d'une glande aussi petite que 2 cm, d'évaluer l'état des ganglions lymphatiques et d'examiner les métastases.

Une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique est réalisée pour évaluer l’état du duodénum et des voies biliaires. Cette étude implique l'introduction d'un agent de contraste, suivi de la radiographie. Parfois, lorsqu'un cancer de la glande est suspecté, une laparoscopie est effectuée. C'est une méthode de recherche invasive.

Assurez-vous d'effectuer un test sanguin. Au cours de celui-ci, les modifications suivantes sont révélées:

  • Accélération ESR;
  • taux d'hémoglobine et de globules rouges réduits;
  • augmentation de l'activité de la phosphatase alcaline;
  • augmentation des taux d'enzymes hépatiques;
  • bilirubinémie.

Une autre méthode de diagnostic est l'analyse des matières fécales. Dans le cancer du fer, on trouve souvent des fragments d'aliments non digérés et de grandes quantités de graisse. Le plan d'examen du patient comprend une enquête et un examen physique. Lors du processus de collecte de l'anamnèse, le médecin identifie les facteurs de risque possibles de cancer.

Options de traitement

Le cancer du pancréas nécessite un traitement immédiat. Les principaux aspects de la thérapie sont:

  • retrait de la tumeur;
  • élimination des symptômes;
  • prévention des complications;
  • normalisation de la digestion.

Dans le cancer du pancréas, on utilise:

  • opération;
  • les médicaments;
  • thérapie ciblée;
  • irradiation.

La chirurgie la plus fréquemment pratiquée. Les opérations suivantes sont courantes:

  • Whipple;
  • résection complète, partielle ou segmentaire du pancréas;
  • palliatif.

Souvent, un endoprothèse endoscopique (installation d'un tube pour normaliser le flux de la bile) et un pontage gastrique (formant une solution de contournement pour promouvoir la nourriture, en contournant la tumeur) sont effectués. Avec la défaite d'un organe cancéreux, l'opération de Whipple est le plus souvent pratiquée. Il consiste en l'ablation de la tumeur, de la tête du pancréas, d'une partie de l'estomac, du duodénum 12, des ganglions lymphatiques touchés et de la vésicule biliaire.

Un tel traitement est effectué dans les premiers stades du cancer. C'est le chemin de la récupération. Dans le cancer du corps de la glande, non pas au-delà des limites de l'organe, une résection complète peut être effectuée. En cas de lésion du corps et de la queue, une résection distale est effectuée. Sa différence est que la tête de la glande est préservée. Moins fréquemment, le traitement consiste à retirer uniquement la partie centrale de l'organe (corps). En même temps, les fragments de glande restants sont cousus ensemble. La résection est appliquée à un stade précoce du développement de la tumeur, lorsqu'il n'y a pas de métastases distantes.

Dans les cas avancés, les opérations standard n’aident pas. En cas de foyers métastatiques multiples, un traitement palliatif est effectué. Son but - l'extension de la vie humaine. Les tâches de la thérapie palliative sont:

  • élimination des saignements;
  • soulagement de la sortie de la bile;
  • obstruction intestinale;
  • maintenir les fonctions vitales du corps;
  • élimination de la douleur chronique;
  • élimination de l'intoxication.

Si nécessaire, le médecin supprime les métastases, mais elles peuvent apparaître à nouveau dans d'autres organes. La transplantation pancréatique pour le cancer n'est pas effectuée. En plus du traitement chirurgical, la chimiothérapie est largement utilisée. Il s'agit d'une méthode thérapeutique impliquant l'introduction dans le corps de substances toxiques détruisant les cellules tumorales.

L'utilisation de produits chimiques dans le cancer de la glande vous permet de prolonger la vie du patient de 6 à 9 mois et d'améliorer son état général. Le traitement est effectué par cours. Il utilise un ou plusieurs médicaments. Lorsque la chimiothérapie est utilisée le plus souvent, on utilise: Gemcitabine, Gemita, Ongetsin, Gemtsitar, Platinum et Fluorouracil.

Ces médicaments sont administrés par injection. Certains médicaments sont toxiques pour les humains et peuvent provoquer les réactions indésirables suivantes:

  • perte de cheveux;
  • des nausées;
  • vomissements;
  • la diarrhée;
  • symptômes neurologiques.

Lors de l'utilisation de médicaments chimiothérapeutiques, vous devez respecter les règles suivantes:

  • boire plus de liquides;
  • ne prenez pas de pilules;
  • pour diversifier le régime.

Dans le traitement du cancer du pancréas, la thérapie ciblée est largement utilisée. Les patients sont prescrits des médicaments qui n'ont pratiquement aucun effet toxique sur les cellules saines. Cela réduit le risque d'effets indésirables. Bon effet donne le médicament Erlotinib.

L'immunothérapie peut être administrée lorsqu'un canal pancréatique est comprimé par une tumeur cancéreuse. Il s'agit d'une méthode de traitement d'une maladie basée sur l'utilisation de médicaments du groupe des anticorps monoclonaux. Dans le cancer de la glande traitement thérapeutique est effectué.

Les analgésiques sont prescrits (Analgin, Ibuprofen, Naproxen, Tramadol, Promédol, Prosidol, Fentanyl), antiémétique (Tzirukal) et antihistaminiques (Zodak, Tsetrin, Zyrtek). Ce dernier peut éliminer les démangeaisons. Lors de la compression des voies biliaires, des fonds peuvent être prescrits pour réduire la synthèse du cholestérol. En cas de récurrence de la tumeur, le schéma thérapeutique comprend des enzymes (CREON, Mezim, Panzinorm). Ils permettent d'améliorer le processus de digestion.

Un aspect important de la thérapie est une bonne nutrition. Les patients ont besoin de:

  • abandonner les aliments frits, épicés et gras;
  • manger des aliments sous forme de chaleur;
  • ne buvez pas de boissons gazeuses et d'alcool;
  • réduire la consommation de sel;
  • refuser les sucreries et les produits de boulangerie;
  • cuire à la vapeur ou au four;
  • Enrichissez le régime avec des aliments dérivés de protéines.

Dans le cancer de la glande, il est utile de manger des produits laitiers faibles en gras, des céréales, des légumes, des fruits, de la viande maigre et du poisson. Il est nécessaire d’exclure du menu les produits semi-finis, les épices, le café et les conserves. Dans le cancer du pancréas avec l'autorisation d'un médecin utilisé divers remèdes populaires. Cela peut être des décoctions à base de plantes, des teintures ou des teintures.

Dans le traitement des tumeurs malignes est largement utilisé puzzle (persil sauvage). Les fruits, les fleurs et les feuilles de cette plante sont utilisés. Il stimule la formation de sang, élimine l'inflammation et contribue à la destruction des cellules cancéreuses. Cette plante est toxique et doit être utilisée avec prudence. Les méthodes traditionnelles de traitement ne permettent pas de remplacer l'opération.

Pronostic et prévention

Le cancer du pancréas provoque souvent des complications dangereuses et la mort prématurée d'une personne malade. Le pronostic de cette pathologie cancéreuse est déterminé par les facteurs suivants:

  • forme histologique de cancer;
  • exactitude et opportunité des mesures thérapeutiques;
  • la présence de métastases;
  • pathologie concomitante;
  • la présence de complications;
  • l'âge des patients;
  • état de santé initial;
  • stade de la maladie.

Si les métastases affectent les ganglions lymphatiques éloignés de la glande, le pronostic se dégrade. L'espérance de vie des patients est différente. Si une tumeur maligne s'est étendue au-delà de la glande, le taux de survie à cinq ans avec un traitement actif est de 20%.

En l'absence de soins chirurgicaux, la mort survient en six mois. La chimiothérapie prolonge la vie des patients. Au stade IV du cancer du pancréas, le pronostic est extrêmement mauvais. Plus d'un an, seulement 4 à 5% des patients vivent. 2% des patients vivent jusqu'à 5 ans. L'espérance de vie d'un cancer dépend de l'intensité du syndrome douloureux et du degré d'intoxication des tissus par les toxines.

Prolonger la vie permet:

  • chirurgie radicale;
  • une combinaison de thérapie palliative et radiothérapie;
  • l'utilisation de médicaments de chimiothérapie;
  • strict respect des conseils médicaux sur le mode de vie et la nutrition.

Le pronostic dépend du cancer du pancréas détecté. Le plus grand danger est l'adénocarcinome à cellules géantes. Avec elle, les patients vivent environ 8 semaines après le diagnostic. Jusqu'à un an, presque personne ne vit. Un pronostic légèrement meilleur pour le cancer acineux du pancréas.

Avec elle, l'espérance de vie des patients dépasse rarement 28 semaines. Le taux de survie à cinq ans avoisine 0%. Jusqu'à un an, seuls 14% des patients survivent. Le pronostic de l'adénocarcinome canalaire est plus favorable. La survie à cinq ans est de 1%. Le pronostic le plus favorable pour la santé est observé avec le cystadénocarcinome mucineux. Avec elle, un patient sur deux traité a atteint l'âge de 5 ans ou plus.

La prévision dépend de la correction de l'opération. Les interventions préservant les organes ne permettent pas toujours de se débarrasser des cellules cancéreuses. L'inattention et l'inexpérience du chirurgien peuvent aggraver le pronostic. L'âge et la santé sont d'une grande importance. L'opération est contre-indiquée chez certains patients de plus de 60 ans atteints de pathologie cardiovasculaire.

La prévention spécifique du cancer du pancréas n’a pas été mise au point car les causes exactes de son apparition n’ont pas été établies. Afin de réduire le risque de développer cette pathologie maligne, il est nécessaire:

  • renoncer complètement à l'alcool;
  • subir périodiquement un traitement de spa;
  • traiter en temps opportun les maladies de l’estomac, du foie, des intestins et de la vésicule biliaire;
  • prévenir les maladies parasitaires;
  • manger des aliments sains;
  • arrêter de fumer;
  • éliminer la consommation d'alcool;
  • éliminer l'impact sur le corps des composés toxiques nocifs;
  • mener une vie active;
  • traiter le diabète en temps opportun;
  • voir un médecin après une opération à l'estomac.

La prévention ou le traitement rapide de la pancréatite chronique est un aspect important de la prévention du cancer dans le cancer. Pour cela, vous devez vous en tenir à un régime. Dans les cas de pancréatite, les aliments chauds, épicés et froids doivent être abandonnés.

Parmi les boissons, il est utile d'utiliser du thé faible avec du citron, du bouillon de hanches, de la gelée, des jus de fruits, des compotes et des tisanes. Manger devrait être en petites portions 5-6 fois par jour. Un tel régime assure une épargne d'organes maximale et réduit le risque de cancer à l'avenir. En cas de pancréatite chronique, il est recommandé de le traiter dans des sanatoriums (Zheleznovodsk, Yessentuki).

Si nécessaire, des cours sont prescrits aux patients pour recevoir des médicaments cholérétiques. Dans les cas d'inflammation de la glande avec insuffisance de sécrétion, hors de l'exacerbation, des enzymes sont montrées. Pour réduire le risque de cancer du pancréas, vous devez prévenir l’invasion des helminthes. L'inflammation de la glande peut être due à l'opisthorchiase.

Afin de l'éviter, il est nécessaire de nettoyer les réservoirs, d'effectuer des travaux sanitaires et éducatifs, d'observer correctement la technologie de cuisson du poisson et de la soumettre au traitement thermique approprié. Avec opisthorchosis déjà développé nommé biltricid. La prévention du cancer chez les personnes présentant une prédisposition héréditaire est difficile. Il leur est recommandé de subir un examen annuel en laboratoire et des instruments.

Si le cancer est déjà diagnostiqué, la prévention secondaire est effectuée. Il vise à prévenir les complications et le prompt rétablissement. La prévention secondaire implique la mise en place de tous les rendez-vous médicaux (renonciation à l'alcool, régime). Après le retrait de la tumeur pour empêcher sa réapparition, vous devez mener une vie saine.

Cancer du pancréas (tête, queue, corps, col utérin) et pancréatite chronique, photo

Le cancer de la tumeur ou du pancréas est une maladie au cours de laquelle se forment des cellules malignes. Ils se multiplient progressivement de manière incontrôlable. Et par conséquent, l'organe s'atrophie complètement.

Une tumeur peut se former dans n'importe quelle partie du pancréas. Le plus souvent, la tête de l'organe est sujette au cancer. Scientifiquement, ce type de tumeur est appelé périampulaire. Il est considéré comme l'une des espèces les plus dangereuses, car il est pratiquement inutilisable. Seulement 5% des patients subissent une résection. Les experts disent que le résultat de ce type de tumeur est défavorable. Habituellement, après avoir posé un tel diagnostic, le taux de survie moyen est d’environ 6 mois.

Au moins, dans la pratique médicale, on découvre un cancer du corps du pancréas. Contrairement au type de tumeur précédent, les patients qui ne ressentent pas le développement de la maladie pendant une longue période. Et ce n'est que dans les phases finales que le patient peut ressentir les symptômes généraux du malaise. Par exemple: faiblesse, perte d’appétit, légère gêne abdominale. Ces symptômes rares et tardifs sont dus au fait que la tumeur est concentrée dans le corps, loin des voies biliaires.

Le cancer de la queue du pancréas est également assez difficile à diagnostiquer. Une caractéristique de ce type de tumeur est le développement rapide de métastases. En conséquence, l'espérance de vie des patients chez qui cette maladie a été diagnostiquée ne dépasse pas un an. Contrairement aux types de cancer précédents, dans la plupart des cas, les tumeurs sont résécables. Lors de la résection, la queue de l'organe est complètement retirée. En raison du fait que la tumeur se développe sur toute la surface de cette partie du pancréas. De plus, la rate est également retirée, car les vaisseaux dans lesquels son sang est approvisionné sont reliés au pancréas. Pour cette raison, la probabilité de métastases.

Souvent, une tumeur se forme dans le cou du pancréas. Cette tumeur est également moins dangereuse que le cancer de la tête. Ce type est également utilisable. Mais, souvent, avec le cou affecté, une partie de l'estomac, le canal biliaire est enlevé. Dans certains cas, la vésicule biliaire, le duodénum est enlevé.

Pancréatite chronique et cancer du pancréas

Il n'y a pas si longtemps, il était scientifiquement prouvé que les patients chez qui on avait diagnostiqué une pancréatite chronique étaient 15 fois plus susceptibles de souffrir d'un cancer.

Galina Savina: "Comment ai-je réussi à vaincre la pancréatite chez moi en une semaine, en passant 30 minutes par jour?!"

Le mécanisme de développement du cancer chez les patients atteints de pancréatite peut être décrit comme suit. Des excroissances malignes se développent à partir de l'épithélium enflammé. Les processus inflammatoires réguliers de la pancréatite perturbent tous les processus métaboliques dans les tissus de la glande. Ceci à son tour endommage davantage les cellules de l'organe malade. Il en résulte une métaplasie, ou plus simplement une dégénérescence cellulaire. La tumeur de cet organe métastase souvent. Ils sont concentrés dans le foie, les poumons, les reins.

En ce qui concerne le site de localisation du cancer dans le contexte de la pancréatite chronique, les experts appellent la tête du pancréas. Dans 80% des cas de cancer de la tête diagnostiqué, les patients souffraient de pancréatite.

À quoi ressemble le cancer du pancréas et du foie?

Le plus souvent, les métastases, quel que soit le site principal de concentration de la tumeur, se forment dans le foie. Des formations similaires dans le foie se retrouvent chez des patients chez lesquels un cancer du pancréas a été diagnostiqué.

Les médecins font attention au fait que dans la pratique médicale, le cancer du foie métastatique est diagnostiqué beaucoup plus souvent que les tumeurs primitives du pancréas. Souvent, c’est lui qui est la première manifestation clinique et le premier symptôme d’une tumeur.

Les stades initiaux de métastases du cancer du pancréas au foie sont presque asymptomatiques. Seuls les signes généraux non spécifiques apparaissent: anorexie, diminution marquée du poids corporel. Aux stades avancés, la douleur apparaît dans l'omoplate droite, la poitrine.

Le pronostic des métastases hépatiques dans le cancer du pancréas dépend du degré de malignité de la tumeur.

Nouveau dans le traitement du cancer du pancréas

Une caractéristique des tumeurs pancréatiques, quel que soit leur lieu de concentration, est indolore et asymptomatique. Ce qui complique le processus de diagnostic et de traitement. Aujourd'hui, ces traitements traditionnels sont utilisés:

  • opération;
  • chimiothérapie;
  • cible et radiothérapie.

Le choix d'un type de traitement dépend du stade de la maladie. Parallèlement, des scientifiques du monde entier mènent des recherches visant à mettre au point de nouvelles formes et méthodes de traitement. En particulier, l'un des derniers outils développés est un vaccin spécial. C'est une nouveauté dans le traitement du cancer du pancréas.

Aujourd'hui, en Israël, des médecins, spécialisés dans le traitement de tumeurs d'origines et de sites de localisation variés, procèdent actuellement à des essais cliniques du vaccin. Le but de ce médicament est de stimuler le système immunitaire du patient afin de supprimer les cellules cancéreuses. Une personne reçoit une dose de vaccin qui, à son tour, doit «apprendre» au système immunitaire à reconnaître les cellules qui ne sont pas caractéristiques d'un organe à l'aide de récepteurs spéciaux. Puis arrêtez ou, plus simplement, «tuez» les cellules cancéreuses. Un tel traitement non seulement réduira considérablement la tumeur, mais empêchera également l’apparition de métastases, ainsi que le retour de la tumeur après la chirurgie, ou l’utilisation d’autres méthodes de traitement.

Parallèlement à la vaccination, des études sont menées sur les effets sur la tumeur par électroporation. En conséquence, l'intégrité des membranes des cellules cancéreuses est perturbée et celles-ci meurent. C'est l'un des moyens les plus modernes et les plus efficaces de traiter les tumeurs du pancréas. Malgré sa nouveauté, cette technique a déjà réussi à s’imposer comme l’une des plus efficaces dans le traitement du cancer du pancréas d’origines diverses et de sites de localisation variés.

Implant artificiel contre le cancer du pancréas

Des scientifiques britanniques ont mis au point le plus récent appareil pour remplacer le pancréas. Un article à ce sujet a été publié dans des revues spécialisées et scientifiques. Il est implanté dans l’espace entre la cuisse et la côte, c’est un corps métallique rempli d’insuline. D. Taylor a breveté la barrière de gel qui retient la substance à l'intérieur.

L'article explique qu'il se ramollit avec une augmentation de la glycémie et libère la quantité nécessaire d'insuline dans la veine. La normalisation du glucose conduit au durcissement du gel coat. L'article note que les tests ont montré une excellente adaptation des patients atteints de diabète de type 1. Bien que des tests précliniques soient en cours, il est prévu à l'avenir de remplacer le boîtier en métal par du plastique.

Cancer du pancréas - les premiers symptômes. Diagnostic, stades et traitement de l'oncologie pancréatique

Cette forme de tumeur maligne est rare et représente 4% de tous les cancers. Malheureusement, le cancer - oncologie pancréatique - présente des prévisions de guérison décevantes, mais des études récentes ont montré l’utilisation efficace de la radiothérapie et de la chirurgie. L'amélioration des techniques médicales se poursuit.

Causes du cancer du pancréas

Plus de la moitié des cas de néoplasie pancréatique sont observés chez des patients de plus de 50 ans, principalement chez l'homme que chez la femme. Le nombre de ces patients au cours des dernières années est en augmentation, ce qui est associé à la dégradation de l'environnement et à des changements dans le mode de nutrition. Toute partie de l'organe (corps, tête ou queue) peut être sujette à une tumeur et possède son propre code de maladie, conformément à la classification de la DCI. Le cancer de la tête représente plus de 70% des cas. Le type de tumeur le plus courant est l'adénocarcinome, qui provient de l'épithélium glandulaire de la glande.

Les causes directes du cancer du pancréas n'ont pas encore été établies, mais des facteurs influant sur son apparition sont mentionnés:

  • maladies de l'organe lui-même (pancréatite chronique, kyste, polypes, adénome);
  • La maladie de Crohn;
  • cirrhose du foie;
  • colite ulcéreuse;
  • diabète sucré;
  • abus d'alcool, le tabagisme;
  • facteur héréditaire;
  • l'hypodynamie;
  • conditions de travail dangereuses (utilisation de produits chimiques);
  • cancer d'autres organes;
  • l'obésité.

Parmi les raisons attribuées séparément la nourriture mal organisée. Le risque de maladie augmente avec un excès de produits gras et de viande dans les aliments, une consommation excessive de saucisses et de viandes fumées. Chez de nombreux patients cancéreux faisant l'objet de recherches scientifiques, leur régime alimentaire est limité, avec une prédominance d'aliments contenant peu de lycopène et de sélénium et d'antioxydants présents dans les tomates, les noix et les céréales.

Symptômes du cancer du pancréas

Dans le corps, il y a inévitablement des cellules avec de l'ADN endommagé, avec une diminution de l'immunité face aux mécanismes de protection réduits, elles commencent à se diviser activement, ce qui conduit à la cancérologie. Les symptômes du cancer du pancréas n'apparaissent souvent quasiment pas avant le début du 4ème stade de la maladie. Une tumeur est caractérisée par une maladie asymptomatique difficile à reconnaître au début. Son tableau clinique diffère d'un patient à l'autre et varie du lieu spécifique de l'éducation dans le corps.

Les symptômes du cancer du pancréas dans les premiers stades ressemblent souvent aux signes d'autres maladies avec des manifestations pancréatiques-intestinales prédominantes:

  • douleur abdominale, ballonnements;
  • sensation de brûlure dans l'estomac;
  • la diarrhée, la présence de graisse dans les selles;
  • nausée, soif;
  • urine foncée;
  • perte de poids et appétit;
  • léthargie, fièvre.

Diagnostic du cancer du pancréas

Un diagnostic différentiel du cancer du pancréas est nécessaire pour un diagnostic confiant. En effectuant un ensemble de tests sanguins et urinaires initiaux, les tests hépatiques ne font que suggérer le développement de tumeurs malignes. Comment vérifier le pancréas pour le cancer? Le diagnostic exact peut être déterminé par un certain nombre d'examens:

  1. Échographie abdominale;
  2. tomographie par ordinateur;
  3. IRM (imagerie par résonance magnétique);
  4. CPRE (cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique);
  5. tomographie par émission de positrons;
  6. cholangiographie rétrograde endoscopique;
  7. laparoscopie (biopsie).

Les méthodes progressives d'examen instrumental permettent un diagnostic précis de la tumeur. L'un des principaux signes de l'oncologie est la sténose du canal organique, mais parfois, dans la pancréatite chronique, le diagnostic différentiel est difficile. Le médecin établit un rapport médical final uniquement sur les résultats d’une biopsie, d’un examen histologique.

Stades du cancer du pancréas

La progression tumorale est classée en quatre phases. Tous ces stades de cancer ont un degré de survie élevé. Notez que:

  • Au stade zéro du cancer du pancréas, la tumeur n'est pas reconnue, les symptômes sont absents.
  • La tumeur au 1er stade ne dépasse pas 2 cm de diamètre. Tous les types d'opérations sont autorisés.
  • Dans la 2ème phase, le néoplasme est localisé dans le corps de la glande, la queue ou la tête sans métastase des organes voisins. Le stade combine radio / chimiothérapie et traitement chirurgical, distal ou total de tout l’organe.

Au stade 3, les nerfs et les vaisseaux sanguins sont touchés. La tumeur est temporairement réduite par la chimiothérapie. Le traitement combiné, en supprimant la concentration et en prévenant les métastases dans le pancréas, prolonge la vie pendant un an. À la dernière étape, la croissance cellulaire n'est plus contrôlable. Les néoplasmes englobent le foie, les os et les poumons. L'ascite se développe - un gonflement caractéristique du péritoine dans le cancer. L'élimination des métastases du centre d'éducation complique le traitement, qui ne fait que soulager la douleur. Durée de vie de la 4ème phase - pas plus de 5 ans.

Traitement du cancer du pancréas

La tumeur de cet organe est traitée chirurgicalement. Plus le patient est opéré tôt, plus le pronostic est positif. Les patients atteints d'une tumeur bénigne sont généralement complètement guéris. Le cancer du pancréas ne peut être guéri, son évolution est défavorable. Seuls 15% des patients sont opérés, tandis que des métastases inopérables à d'autres tissus sont observées.

Dans les formes cancéreuses précoces, une résection pancréato-dodénale est réalisée, dans laquelle l'organe lui-même est prélevé (en tout ou en partie) et le duodénum, ​​suivis d'une restauration reconstructive des voies biliaires. Le traitement du cancer du pancréas prévoit d'autres méthodes de prolonger la vie qui retardent le décès du patient - il s'agit d'une radio et d'une chimiothérapie qui réduisent la formation de tumeurs. Pour soulager les manifestations de la maladie, soulagez le syndrome de la douleur et appliquez des analgésiques.

Régime alimentaire pour le cancer du pancréas

Une nutrition bien organisée dans le cancer du pancréas est l’une des composantes du rétablissement. Les aliments doivent être bouillis, cuits au four ou cuits à la vapeur avec une quantité minimale de sel, sans épices. Il est absolument nécessaire de refuser les produits fumés, les aliments frits. Le café lax est recommandé à petites doses, le thé - faiblement brassé. L'alcool, les boissons gazeuses, les pâtisseries et les produits de boulangerie sont interdits. Le poisson gras n'est pas recommandé.

Pronostic pour le cancer du pancréas

Combien vivent avec un cancer du pancréas? Seulement 3% des patients parviennent à vivre cinq ans après la confirmation finale. Lorsqu'une tumeur maligne est détectée, le pronostic du cancer du pancréas est défavorable: pas plus d'un an de vie. Le triste pronostic s'explique par la détection du cancer dans les phases tardives (70% du diagnostic) et chez les personnes âgées, dans le cadre desquelles l'ablation radicale de la tumeur est irréalisable et qu'il est impossible de guérir la maladie.

Prévention du cancer du pancréas

Des mesures pour prévenir une maladie terrible sont accessibles à tous. Dans la prévention du cancer du pancréas, une alimentation équilibrée sans excès joue un rôle important en limitant les aliments gras épicés et en respectant le régime dans la réception des aliments. Nous devrons renoncer à des habitudes malsaines (tabac, alcoolisme). Il est nécessaire de subir des examens médicaux réguliers, de faire des tests préventifs, de traiter les maladies du pancréas en temps voulu.

Les signes du cancer du pancréas

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Cancer du pancréas: signes et manifestations, combien de temps ils vivent, comment traiter

Le cancer du pancréas est une forme assez agressive de tumeurs malignes et est répandu. Il n'y a pas de différences géographiques dans la fréquence de son apparition, mais on sait que les résidents des pays industrialisés tombent plus souvent malades.

Parmi toutes les tumeurs malignes, le cancer du pancréas ne représente que 3%, mais en termes de mortalité, ce type de tumeur occupe la quatrième place, ce qui le rend très dangereux. En outre, chaque année, le nombre de cas dans différents pays continue de croître régulièrement.

On pense que la maladie est également commune chez les hommes et les femmes, cependant, certaines sources indiquent que parmi les hommes malades, il y en a un peu plus. Cela est peut-être dû à la plus grande prévalence de mauvaises habitudes (tabagisme en particulier) chez les hommes.

Comme beaucoup d'autres tumeurs, le cancer du pancréas touche principalement les personnes âgées et touche les patients de plus de 60 ans. À cet âge, les mécanismes naturels de protection antitumorale sont réduits, diverses mutations spontanées s'accumulent et les processus de division cellulaire sont perturbés. Il convient également de noter que la plupart des personnes âgées présentent déjà des modifications pathologiques de la glande (pancréatite, kystes), qui contribuent également à la croissance du cancer.

Très souvent, la présence d'une tumeur ne s'accompagne d'aucun symptôme spécifique et les patients se plaignent dans des cas déjà avancés de la maladie. En partie à cause de cela, les résultats du traitement et le pronostic ne sont pas toujours bons.

Le cancer de la tête pancréatique représente plus de la moitié des tumeurs de la localisation spécifiée. Jusqu'à un tiers des patients présentent une lésion totale du pancréas. Les manifestations de la tumeur sont déterminées par le service dans lequel elle se trouve, mais les premiers symptômes apparaissent lorsque la tête du pancréas est atteinte.

Causes du cancer

Les causes du cancer du pancréas sont diverses et les facteurs contributifs sont assez courants dans la population.

Les principaux facteurs de risque de tumeurs pancréatiques peuvent être considérés:

  • Fumer;
  • Caractéristiques alimentaires;
  • La présence de maladies de la glande elle-même - pancréatite, kystes, diabète;
  • Maladies des voies biliaires;
  • Facteurs héréditaires et mutations génétiques acquises.

Fumer provoque le développement de nombreux types de tumeurs malignes, notamment le cancer du pancréas. Les substances cancérigènes qui pénètrent dans les poumons avec la fumée inhalée sont transportées avec du sang dans tout le corps, ce qui a des effets négatifs sur divers organes. Dans le pancréas, il est possible de détecter une hyperplasie de l'épithélium des conduits chez les fumeurs, ce qui peut devenir une source de transformation maligne à l'avenir. Peut-être la propagation plus fréquente de cette dépendance chez les hommes est-elle associée à un taux d'incidence légèrement plus élevé chez eux.

Les habitudes alimentaires contribuent dans une large mesure à la défaite du parenchyme pancréatique. Abus des aliments gras et frits, l'alcool provoque une sécrétion excessive d'enzymes digestives, une dilatation des canaux, une stagnation du secret avec inflammation et des lésions du tissu glandulaire.

Les maladies chroniques du pancréas, accompagnées d'inflammation, d'atrophie des îlots, de prolifération du tissu conjonctif avec compression des lobules (pancréatite chronique, diabète, kystes après une inflammation aiguë ou une nécrose, etc.) sont des affections qui augmentent plusieurs fois le risque de cancer. Pendant ce temps, la pancréatite chronique est présente chez la plupart des personnes âgées et peut également être un substrat du diabète de type 2, dans lequel le risque de cancer est double.

la pancréatite et d'autres maladies chroniques du tractus gastro-intestinal peuvent être liées à des conditions précancéreuses

Les maladies des voies biliaires, par exemple, la présence de calculs dans la vésicule biliaire, la cirrhose du foie empêchent la vidange normale des canaux pancréatiques, ce qui entraîne une stagnation de la sécrétion, des lésions des cellules épithéliales, une inflammation secondaire et une sclérose, qui peuvent constituer le fond du développement du cancer.

Le rôle des facteurs héréditaires et des troubles génétiques continue à être étudié. Les cas familiaux de la maladie sont connus et plus de 90% des patients présentent une mutation du gène p53 et de K-ras. L'étude des anomalies génétiques dans le cancer du pancréas n'est pas menée dans la population. Cette possibilité pourrait toutefois apparaître très bientôt, ce qui facilitera le diagnostic précoce de la maladie, en particulier si les antécédents familiaux sont défavorables.

Étant donné que le cancer survient généralement dans un tissu déjà modifié, des processus tels que l'adénome (tumeur glandulaire bénigne), la pancréatite chronique et les kystes du pancréas peuvent être considérés comme précancéreux.

Comme on peut le constater, les effets indésirables externes jouent un rôle important dans la genèse du cancer, auquel la plupart d'entre nous n'attachent pas d'importance, alors que des règles aussi simples qu'un régime équilibré, un mode de vie sain, l'élimination des mauvaises habitudes aident grandement au maintien d'un pancréas en santé, la vieillesse

Caractéristiques de la classification des tumeurs pancréatiques

structure du pancréas

Le pancréas est très important non seulement pour le bon fonctionnement du système digestif. Comme vous le savez, il fournit également une fonction endocrine, produisant des hormones, en particulier de l'insuline, du glucagon, etc.

La majeure partie de l'organe est formée par le tissu glandulaire qui produit les enzymes digestives, et la fonction endocrinienne est assurée par des cellules spécialisées regroupées dans les îlots de Langerhans.

Puisque le parenchyme exocrine représente la majeure partie du pancréas, il devient le plus souvent une source de cancer.

La classification des tumeurs malignes du pancréas dépend de leur structure histologique, de leur emplacement, du degré d'atteinte de l'organe, des ganglions lymphatiques, etc. Sur la base de tous les symptômes énumérés, le stade de la maladie est également établi.

Selon la structure histologique, on distingue différents types de néoplasies:

  1. Adénocarcinome;
  2. Cystadénocarcinome;
  3. Carcinome épidermoïde;
  4. Carcinome à cellules acineuses.

Ces types sont caractéristiques de la glande exocrine et la forme la plus courante est un adénocarcinome à divers degrés de différenciation, survenant dans plus de 90% des cas.

La tumeur du service endocrinien est diagnostiquée beaucoup moins souvent et sa variété est déterminée par le type de cellules endocrines dont elle est originaire (insulinome, glucagonoma, etc.). En règle générale, ces tumeurs ne sont pas malignes mais, en raison de leur activité hormonale et de la possibilité d’une croissance considérable, peuvent entraîner des effets indésirables importants.

Traditionnellement, le système TNM est utilisé pour classifier le cancer, mais il est utilisé uniquement pour les tumeurs de la glande exocrine. Sur la base des données caractérisant la tumeur (T), des lésions des ganglions lymphatiques (N) et de la présence ou non de métastases (M), les stades de la maladie sont mis en évidence:

  • IA - caractérise une tumeur atteignant 2 cm, située dans la glande, les ganglions lymphatiques ne sont pas atteints et les métastases à distance sont absentes;
  • IB - le néoplasme dépasse 2 cm, mais est toujours localisé dans la glande, sans dépasser ses frontières; les métastases ganglionnaires et les organes distants ne sont pas caractéristiques;
  • IIA - la néoplasie s'étend au-delà du pancréas, mais les gros troncs artériels (cœliaque, artère mésentérique supérieure) restent intacts; métastases à ce stade n'est pas détecté;
  • IIB - une tumeur atteignant 2 cm ou plus peut dépasser les limites du corps et ne pas se développer dans les vaisseaux, mais des métastases sont détectées dans les ganglions lymphatiques voisins;
  • III - la tumeur est incrustée dans le tronc coeliaque, l'artère mésentérique supérieure, les métastases lymphogènes régionales sont possibles, mais il n'y en a pas de lointaines;
  • Stade IV - le degré le plus grave de lésion tumorale, accompagné de l'identification de métastases distantes, quelle que soit la taille de la tumeur elle-même, la présence ou l'absence de modifications des ganglions lymphatiques.

Comme toute autre tumeur maligne, le cancer du pancréas a tendance à se répandre dans tout le corps sous forme de métastases. La voie principale est lymphogène (avec un flux lymphatique) et les ganglions lymphatiques de la région de la tête, cœliaque, mésentérique et rétropéritonéale sont les plus souvent affectés.

métastases du cancer du pancréas au foie

La voie hématogène est réalisée par le système circulatoire. Les métastases peuvent être détectées dans les poumons, les os et d’autres organes et caractérisent un processus très avancé. Les métastases hépatiques sont détectées chez environ la moitié des patients et peuvent même être confondues avec le cancer du foie, à défaut.

Le pancréas étant recouvert du péritoine sur trois côtés, lorsque la tumeur atteint sa surface, les cellules cancéreuses se propagent sur la couverture séreuse de la cavité abdominale - la carcinomatose, qui est à la base de la voie de diffusion de l'implant.

Manifestations des tumeurs du pancréas

Il n’existe aucun symptôme spécifique du cancer du pancréas et, souvent, les signes d’une tumeur sont causés par des lésions des organes adjacents de la cavité abdominale lors de la germination par leur néoplasme.

Des symptômes précoces tels qu'un changement des préférences gustatives, une perte d'appétit ou une faiblesse n'obligent pas toujours le patient à consulter un médecin immédiatement, car ils peuvent être attribués à de nombreuses autres maladies.

Souvent, la tumeur se développe pendant un temps assez long, ne provoque pas d’anxiété chez le patient lui-même, mais après une interrogation détaillée, il s'avère que tout ne va pas pour le mieux avec le tractus gastro-intestinal. Le fait est que le cancer touche le plus souvent les personnes âgées atteintes de certaines maladies du système digestif et que, par conséquent, les symptômes d'anomalies des organes abdominaux ne sont pas rares, sont fréquents et peuvent persister à un stade précoce sans la moindre attention.

la jaunisse est un symptôme dérangeant caractéristique de diverses maladies gastro-intestinales

Les manifestations du cancer du pancréas dépendent non seulement du stade de la lésion, mais également de la localisation de la tumeur dans l'organe. Le plus souvent trouvé:

  1. Douleur abdominale;
  2. Jaunisse;
  3. Nausées et vomissements;
  4. Faiblesse, diminution de l'appétit;
  5. Perte de poids

La particularité des lésions glandulaires du parenchyme est la tendance des patients à une thrombose de localisation différente, qui est associée à la pénétration d'enzymes protéolytiques en excès dans la circulation sanguine, perturbant ainsi le travail coordonné des systèmes de coagulation et d'anticoagulation.

Toutes les manifestations du cancer peuvent être regroupées en trois phénomènes:

  • L’obturation est associée à la germination des canaux biliaires, des intestins, du canal pancréatique lui-même, qui se caractérise par une jaunisse, une augmentation de la pression dans les canaux biliaires, une violation du passage des masses alimentaires dans le duodénum;
  • Ontoxication - associée à la progression de la tumeur et à la libération de divers produits métaboliques, ainsi qu’à une violation des processus de digestion dans l’intestin grêle en raison d’une carence en enzymes pancréatiques (perte d’appétit, faiblesse, fièvre, etc.);
  • Le phénomène de compression - dû à la compression des troncs nerveux du site tumoral, accompagné de douleur.

Comme le canal biliaire commun et le canal pancréatique s’ouvrent ensemble dans le duodénum, ​​le cancer de la tête de la glande, se contractant et se développant dans les tissus adjacents, est accompagné d’une obstruction de la circulation de la bile avec des signes de jaunisse. En outre, il est possible de sonder la vésicule biliaire hypertrophiée (symptôme de Courvosier), indiquant la défaite de la tête du pancréas.

Le cancer du corps du pancréas se caractérise principalement par la douleur, lorsque la douleur est localisée dans l'épigastre, la région lombaire, l'hypochondre gauche et augmente lorsque le patient prend la position couchée.

Le cancer de la queue du pancréas est diagnostiqué relativement rarement et les symptômes n'apparaissent que dans les stades avancés. En règle générale, il s'agit d'une douleur intense, et lors de la germination d'une veine splénique par une tumeur, sa thrombose, une augmentation de la pression dans le système porte est possible, ce qui se traduit par une hypertrophie de la rate et des varices de l'œsophage.

Les premiers symptômes du cancer sont réduits à l'apparition de la douleur et, dans quelques semaines, un ictère est possible.

La douleur est le symptôme le plus fréquent et le plus caractéristique, peu importe l’endroit où la néoplasie se développe. Une plus grande intensité accompagne le gonflement du corps, et est également possible quand une tumeur se développe dans le plexus nerveux et les vaisseaux. Les patients décrivent la douleur de différentes manières: une émoussée constante ou aiguë et intense, localisée dans l'épigastre, une hypochondre droite ou gauche, s'étendant dans la région interscapulaire, encerclant. Souvent, la douleur s'accentue avec des erreurs nutritionnelles (aliments frits, épicés, gras, alcool), ainsi que la nuit et le soir, puis les patients adoptent une posture forcée - assis, se penchant un peu en avant.

La douleur causée par le cancer du pancréas est semblable à celle provoquée par une pancréatite chronique, une ostéochondrose ou une hernie discale, ainsi que par une exacerbation des disques intervertébraux. Il peut donc y avoir des cas de diagnostic tardif du cancer.

germination et métastases du duodénum

La jaunisse, diagnostiquée chez 80% des patients atteints d'un cancer de l'organe de la tête, est une manifestation très significative du cancer du pancréas. Ses causes sont la germination d'un canal cholédoque par une tumeur ou la compression par des ganglions lymphatiques hypertrophiés en raison de métastases. La violation du passage de la bile dans le duodénum entraîne une augmentation de la vésicule biliaire, l'absorption de la bilirubine dans le sang à travers la paroi du pigment biliaire et la peau et les muqueuses deviennent jaunes. L'accumulation d'acides biliaires dans la peau provoque des démangeaisons intenses et contribue à l'apparition de démangeaisons. Les patients sont sujets à l'irritabilité, à l'anxiété et aux troubles du sommeil.

Les symptômes non moins importants de la néoplasie pancréatique sont la perte de poids et les troubles dyspeptiques: vomissements, nausées, diarrhée, perte d’appétit, etc. La perturbation des processus de digestion est associée à un manque d’enzymes normalement produites par l’appareil pancréatique exocrine, ainsi qu’à des difficultés de flux de la bile. En outre, la nature des selles change - la stéatorrhée, lorsque les masses de selles contiennent des quantités importantes de graisse non coupée.

Des symptômes similaires de dyspepsie peuvent survenir dans le cancer de l'estomac, en particulier lorsque la tumeur se propage au pancréas. La situation inverse est également possible: le cancer du pancréas se développe dans la paroi de l'estomac, ce qui perturbe le passage du contenu, rétrécit l'antre, etc. Ce type de cas nécessite un diagnostic minutieux et une élucidation de la source initiale de croissance du néoplasme, qui déterminera la stratégie de traitement et le pronostic futurs.

Suite à la défaite des îlots de Langerhans, des symptômes de diabète peuvent s'ajouter aux signes décrits d'une tumeur due à un déficit en insuline.

Au fur et à mesure que la tumeur progresse, les symptômes généraux d'intoxication augmentent, la fièvre apparaît, les troubles digestifs s'aggravent et le poids diminue fortement. Dans de tels cas, le degré de lésion pancréatique, déjà grave, est diagnostiqué.

Les formes rares de néoplasmes de la glande endocrine se manifestent par des symptômes caractéristiques de troubles du niveau de l'une ou l'autre des hormones. Ainsi, les insulinomes sont accompagnés d'hypoglycémie, d'anxiété, de transpiration, d'évanouissement. La gastrine est caractérisée par la formation d'ulcères dans l'estomac due à une production accrue de gastrine. Les glucagonomes se manifestent par la diarrhée, la soif et une diurèse accrue.

Comment détecter une tumeur?

La détection du cancer du pancréas n’est pas une tâche facile. Aux premiers stades de sa détection, il est très difficile en raison des symptômes minimes et du nombre limité de plaintes non spécifiques. Souvent, les patients eux-mêmes reportent une visite chez le médecin. Souffrant depuis longtemps d'une pancréatite chronique, de processus inflammatoires de l'estomac ou des intestins, les patients atténuent les symptômes d'indigestion ou de douleur associés à une pathologie existante.

Le diagnostic de la maladie commence par une visite chez le médecin qui examinera, palpera l'estomac, étudiera en détail la nature des plaintes et des symptômes. Après cela, des examens de laboratoire et instrumentaux seront programmés.

Des analyses de sang générales et biochimiques sont obligatoires en cas de suspicion de cancer du pancréas, avec des modifications telles que:

  • Anémie, leucocytose, augmentation de l'ESR;
  • Réduction de la quantité de protéines totales et d'albumine, augmentation de la bilirubine, des enzymes hépatiques (AST, ALT), de la phosphatase alcaline, de l'amylase, etc.

La définition des marqueurs tumoraux, en particulier CA-19-9, occupe une place particulière. Toutefois, cet indicateur n'augmente de manière significative que dans le cas d'une lésion tumorale massive, alors que dans la phase précoce de la tumeur, il peut ne pas changer du tout.

Parmi les méthodes instrumentales de détection du cancer du pancréas figurent la haute valeur diagnostique de l'échographie, la tomodensitométrie avec contraste, l'IRM, la biopsie avec vérification morphologique du diagnostic.

Actuellement, les ultrasons habituels préfèrent l'endoscopie, lorsque le capteur est situé dans la lumière de l'estomac ou du duodénum. Une telle distance du pancréas permet de suspecter une tumeur, même de petite taille.

Parmi les méthodes à rayons X, on utilise la tomodensitométrie, ainsi que la cholangiopancréatographie rétrograde, qui permet d'utiliser un agent de contraste pour visualiser le canal excréteur de la glande qui, dans les tumeurs, sera rétréci ou ne sera pas praticable à certains endroits.

Différences entre la pancréatite et le cancer du pancréas en tomographie informatisée (ci-dessus) et en tomographie par émission de positrons à l'aide de radiopharmaceutiques (ci-dessous)

La méthode de diagnostic la plus précise peut être considérée comme une biopsie par ponction à l'aiguille fine, dans laquelle un fragment de tumeur est collecté pour un examen histologique. La biopsie est également possible avec la laparoscopie diagnostique.

Pour détecter les lésions de l'estomac ou des intestins, il est possible d'introduire une substance radio-opaque suivie d'une radiographie, fibrogastroduodénoscopie.

En ce qui concerne les cas, la recherche par radionucléides (scintigraphie), ainsi que les techniques chirurgicales jusqu’à la laparoscopie, viennent en aide aux médecins.

Même avec l'utilisation de tout l'arsenal de méthodes de recherche modernes, le diagnostic de l'adénocarcinome du pancréas est très complexe et les scientifiques recherchent en permanence des méthodes simples et abordables pouvant être dépistées.

Il est intéressant de noter qu'une véritable percée dans cette direction a été réalisée par un étudiant américain de 15 ans, D. Andrak, ami proche de sa famille et atteint d'un cancer du pancréas. Andraka a inventé un test de cancer simple utilisant un papier ressemblant à celui utilisé pour diagnostiquer le diabète. En utilisant un papier spécial imprégné d'anticorps dirigés contre la mésothéline sécrétée par les cellules tumorales, on peut supposer la présence d'un néoplasme avec une probabilité de plus de 90%.

Traitement

Le traitement du cancer du pancréas est une tâche très difficile pour les oncologues. Cela est dû au fait que la plupart des patients, étant âgés, souffrent de diverses autres maladies qui rendent difficile la réalisation de l'opération ou l'utilisation d'autres méthodes. En outre, la tumeur est généralement détectée à un stade avancé, lorsque la germination de gros vaisseaux et d’autres organes rend impossible son élimination complète.

Selon diverses sources, la mortalité postopératoire pourrait atteindre 30 à 40%, ce qui est associé à un risque élevé de développer des complications. Traumatique dans son opération opération, la nécessité d'enlever des fragments de l'intestin, des canaux biliaires et de la vessie, ainsi que la production de diverses enzymes affectées par la glande prédisposent à la régénération pauvre, l'insolvabilité des coutures, la possibilité de saignement, la nécrose du parenchyme glandulaire, etc.

L'ablation chirurgicale de la tumeur reste la principale et la plus efficace. Cependant, même dans ce cas, dans les circonstances les plus favorables, les patients vivent environ un an. Avec une combinaison de chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie, l'espérance de vie peut atteindre un an et demi.

Les principaux types d'interventions chirurgicales sont les opérations radicales et palliatives. Le traitement radical consiste à enlever la partie affectée de la glande avec la tumeur, un fragment du duodénal et du jéjunum, l'antre de l'estomac, la vésicule biliaire et la partie distale du canal biliaire principal. Naturellement, les ganglions lymphatiques et les fibres peuvent également être enlevés. En cas de cancer du corps et de la queue de la glande, la rate est également incluse dans l’intervention. Il est clair qu'avec une telle opération, il est difficile de compter sur le bien-être et le rétablissement complet, mais cela prolonge encore la vie.

Option chirurgie pour cancer de la tête du pancréas. Les organes surlignés en gris doivent être enlevés avec une partie de la glande et de la tumeur

Dans de rares cas de cancer total, tout le pancréas est retiré. Cependant, le développement ultérieur d'un diabète sucré grave, peu sujet à la correction de l'insuline, aggrave considérablement le pronostic. Le taux de survie à cinq ans des patients opérés avec des formes avancées de cancer ne dépasse pas 10%.

Des traitements tels que la chimiothérapie et la radiothérapie sont souvent associés à une intervention chirurgicale, et leur utilisation isolée n’est pratiquée que dans les cas de contre-indication à la chirurgie.

Lorsque la chimiothérapie est réalisée avec plusieurs médicaments en même temps, une certaine régression de la tumeur peut être obtenue, mais une rechute est néanmoins inévitable.

L'exposition aux radiations est effectuée avant et pendant ou après l'opération, et le taux de survie du patient est d'environ un an. Il existe une forte probabilité de réactions radioactives chez les patients âgés.

Le régime alimentaire pour le cancer du pancréas implique l'utilisation d'aliments digestibles qui ne nécessitent pas la production de grandes quantités d'enzymes. Il est nécessaire d'exclure du régime les aliments gras, frits, épicés, les viandes fumées, les conserves, ainsi que tout alcool, thé fort et café. Si le diabète se développe, les glucides (confiseries, pâtisseries, fruits sucrés, etc.) devront également être abandonnés.

De nombreux patients atteints d'un cancer du pancréas ont tendance à s'auto-guérir en utilisant des remèdes traditionnels. Cependant, avec des formes aussi graves de tumeurs malignes, ils ont peu de chances d'être efficaces. Vous devez donc préférer la médecine traditionnelle qui, si elle n'est pas guérie, prolonge au moins la vie et va soulager la souffrance.

Le cancer du pancréas est une tumeur insidieuse qui a longtemps été dissimulée sous le «masque» de la pancréatite ou qui est complètement asymptomatique. Il est impossible de prévenir le cancer, mais de le prévenir à l'aide de mesures préventives pour tout le monde, ce qui nécessite une alimentation adéquate, un mode de vie sain et des visites régulières chez le médecin en cas de lésions du pancréas.