loader
Recommandé

Principal

Tératome

Résection intestinale, intervention chirurgicale pour retirer l'intestin: indications, progrès, rééducation

La résection intestinale est classée comme une intervention traumatique, avec un risque élevé de complications qui ne sont pas réalisées sans raison valable. Il semblerait que les intestins d’une personne soient très longs, et l’enlèvement d’un fragment ne devrait pas avoir d’effet significatif sur son bien-être, mais c’est loin d’être le cas.

Ayant perdu même une petite partie de l'intestin, le patient est ensuite confronté à divers problèmes, principalement dus à des modifications de la digestion. Cette situation nécessite une longue rééducation, des changements dans la nature de la nourriture et du mode de vie.

Les patients ayant besoin d'une résection intestinale sont principalement des personnes âgées, chez qui l'athérosclérose des vaisseaux intestinaux et les tumeurs sont beaucoup plus fréquents que chez les jeunes. Les maladies compliquées du cœur, des poumons et des reins compliquent la situation dans laquelle le risque de complications augmente.

Les causes les plus courantes d'interventions intestinales sont les tumeurs et les thromboses mésentériennes. Dans le premier cas, l’opération est rarement urgente. En général, lorsqu’un cancer est détecté, la préparation nécessaire à l’opération à venir, qui peut inclure chimiothérapie et radiothérapie, est effectuée. Il s'écoule donc un certain temps entre le moment de la détection de la pathologie et celui de l'intervention.

La thrombose mésentérique nécessite un traitement chirurgical d'urgence, car l'ischémie et la nécrose de la paroi intestinale, qui augmentent rapidement, entraînent une intoxication grave, une péritonite et la mort du patient. Il n’ya pratiquement pas de temps pour la préparation et le diagnostic approfondi, ce qui a également une incidence sur le résultat final.

L’invagination, lorsqu’une partie de l’intestin est introduite dans une autre, entraînant occlusion intestinale, nodulation, malformations congénitales, intéresse particulièrement les chirurgiens abdominaux pédiatriques, car c’est chez l’enfant que cette pathologie est la plus courante.

Ainsi, les indications de résection intestinale peuvent être:

  • Tumeurs bénignes et malignes;
  • Gangrène intestinale (nécrose);
  • Obstruction intestinale;
  • Maladie grave d'adhérence;
  • Malformations congénitales de l'intestin;
  • Diverticulite;
  • Nodulation ("inversion"), intussusception intestinale.

En plus du témoignage, certaines conditions empêchent l'opération:

  1. Etat grave du patient, suggérant un risque opérationnel très élevé (en cas de pathologie des organes respiratoires, du coeur, des reins);
  2. Etat du terminal lorsque l'opération n'est plus recommandée;
  3. Coma et altération grave de la conscience;
  4. Formes de cancer du cancer, avec la présence de métastases, envahissement par le carcinome des organes voisins, ce qui rend la tumeur inopérable.

Préparation à la chirurgie

Afin d'obtenir le meilleur rétablissement possible après la résection de l'intestin, il est important de préparer l'organe le mieux possible pour l'opération. Dans une opération d'urgence, la formation est limitée à un minimum d'enquêtes. Dans tous les autres cas, elle est effectuée au maximum.

En plus de consulter divers spécialistes, tests sanguins, urine, électrocardiogramme, le patient devra nettoyer les intestins afin de prévenir les complications infectieuses. À cette fin, la veille de son opération, le patient prend des laxatifs, il reçoit un lavement nettoyant, aliment-liquide, à l'exclusion des légumineuses, des légumes et des fruits frais en raison de l'abondance de fibres, de la cuisson au four et de l'alcool.

Pour la préparation de l'intestin, des solutions spéciales (Fortrans) peuvent être utilisées, que le patient boit dans plusieurs litres la veille de l'intervention. Le dernier repas est possible au plus tard 12 heures avant l'opération et l'eau doit être éliminée à partir de minuit.

Avant la résection de l'intestin, des médicaments antibactériens sont prescrits pour prévenir les complications infectieuses. Votre médecin doit être informé de tous les médicaments pris. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les anticoagulants, l’aspirine peuvent provoquer des saignements, ils sont donc annulés avant la chirurgie.

Technique de résection intestinale

Une opération de résection de l'intestin peut être réalisée par laparotomie ou laparoscopie. Dans le premier cas, le chirurgien réalise une coupe longitudinale de la paroi abdominale, l'opération est réalisée à ciel ouvert. Les avantages de la laparotomie - une bonne vue d’ensemble lors de toutes les manipulations, ainsi que l’absence de besoin d’équipement coûteux et de personnel qualifié.

Avec la laparoscopie, seuls quelques trous de perforation sont nécessaires pour l'introduction de l'instrumentation laparoscopique. La laparoscopie présente de nombreux avantages, mais elle n’est pas toujours réalisable sur le plan technique et il est plus prudent de recourir à la laparotomie pour certaines maladies. L'avantage incontestable de la laparoscopie est non seulement l'absence d'une incision large, mais également une période de rééducation plus courte et une récupération précoce du patient après l'intervention.

Après traitement du champ opératoire, le chirurgien fait une incision longitudinale de la paroi abdominale antérieure, examine la cavité abdominale de l'intérieur et trouve une section modifiée de l'intestin. Pour isoler un fragment de l'intestin, qui sera retiré, imposer des pinces, puis couper la zone touchée. Immédiatement après la dissection de la paroi intestinale, il est nécessaire de retirer une partie de son mésentère. Dans le mésentère, passez les vaisseaux qui alimentent l’intestin. Le chirurgien les ligature doucement et le mésentère est excisé sous la forme d’un coin, faisant face au sommet de la racine du mésentère.

L'extraction intestinale est effectuée dans les tissus sains, avec le plus de soin possible, pour éviter d'endommager les extrémités de l'organe avec les instruments et pour ne pas provoquer leur nécrose. Ceci est important pour la guérison ultérieure de la suture postopératoire des intestins. Lors de l'extraction de l'intestin grêle ou du gros intestin entier, une résection totale est indiquée; la résection sous-totale implique l'excision d'une partie d'un des départements.

résection partielle du côlon

Pour réduire le risque d'infection du contenu intestinal pendant l'opération, les tissus sont isolés avec des serviettes et des tampons, et les chirurgiens changent d'outil pendant la transition du stade le plus «sale» au suivant.

Après le retrait de la zone touchée, le médecin est confronté à une tâche difficile consistant à imposer une anastomose (connexion) entre les extrémités de l'intestin. Bien que le tube digestif soit long, mais qu'il ne soit pas toujours possible de l'étirer à la longueur souhaitée, le diamètre des extrémités opposées peut différer. Les difficultés techniques pour restaurer l'intégrité de l'intestin sont donc inévitables. Dans certains cas, il est impossible de le faire, le patient aura alors une ouverture de décharge sur la paroi de l'abdomen.

Types de joints intestinaux après résection:

  • La fin à la fin est la plus physiologique et implique la connexion des lumières dans la manière dont elles ont été placées avant l'opération. L'inconvénient est la cicatrisation possible;
  • Les extrémités opposées de l'intestin relient les surfaces latérales d'un côté à l'autre;
  • D'un côté à l'autre - utilisé pour connecter des sections de l'intestin ayant des caractéristiques anatomiques différentes.

S'il n'est techniquement pas possible de rétablir le mouvement du contenu intestinal au maximum au niveau physiologique ou distal, il est nécessaire de prévoir du temps pour la récupération. Les chirurgiens ont alors recours à une ouverture d'évacuation de la paroi frontale de l'abdomen. Il peut être permanent, lorsque de grandes zones de l'intestin sont enlevées, et temporaire, pour accélérer et faciliter la régénération de l'intestin restant.

Une colostomie est un segment proximal (moyen) de l'intestin, élevé et fixé à la paroi abdominale, à travers lequel les masses fécales sont évacuées. Le fragment distal est suturé étroitement. Avec une colostomie temporaire, après quelques mois, une deuxième opération est réalisée, dans laquelle l'intégrité de l'organe est restaurée par l'une des méthodes décrites ci-dessus.

La résection de l'intestin grêle est le plus souvent réalisée en raison d'une nécrose. Le principal type d'approvisionnement en sang, lorsque le sang parvient à un organe situé dans un seul grand vaisseau, se ramifiant ensuite en branches plus petites, explique l'étendue considérable de la gangrène. Cela se produit avec l'athérosclérose de l'artère mésentérique supérieure et dans ce cas, le chirurgien est obligé d'exciser un gros fragment de l'intestin.

S'il est impossible de relier les extrémités de l'intestin grêle immédiatement après la résection, une iléostomie est fixée à la surface de l'abdomen pour éliminer les masses fécales, qui restent soit de manière permanente, soit après plusieurs mois, sont supprimées avec la restauration d'un mouvement d'entrailles continu.

La résection de l'intestin grêle peut également être réalisée par laparoscopie. Lorsque des outils sont insérés dans l'estomac par le biais de perforations, du dioxyde de carbone est injecté pour une meilleure visibilité, puis l'intestin est pincé au-dessus et au-dessous du site de la lésion, les vaisseaux du mésentère sont suturés et les intestins sont excisés.

La résection du côlon présente certaines caractéristiques et se manifeste le plus souvent dans les tumeurs. Ces patients sont retirés en totalité, en partie ou à la moitié du côlon (hémicolectomie). L'opération dure plusieurs heures et nécessite une anesthésie générale.

En accès libre, le chirurgien fait une incision d'environ 25 cm, examine le côlon, trouve la zone touchée et l'enlève après la ligature des vaisseaux du mésentère. Après l'excision du gros intestin, un type de connexion des extrémités est superposé ou une colostomie est supprimée. Le retrait du caecum est appelé cécectomie, côlon ascendant et côlon demi-transversal ou descendant et demi-hémicolectomie. Résection du colon sigmoïde - sigmectomie.

L'opération de résection du côlon est complétée par le lavage de la cavité abdominale, la suture des tissus abdominaux couche par couche et l'installation de tubes de drainage dans la cavité en vue de leur évacuation.

La résection laparoscopique pour les lésions du côlon est possible et présente plusieurs avantages, mais elle n’est pas toujours réalisable en raison de lésions graves des organes. Au cours de l'opération, il est souvent nécessaire de passer de la laparoscopie à un accès ouvert.

Les opérations sur le rectum sont différentes de celles des autres services, qui sont associées non seulement aux caractéristiques de la structure et à la localisation de l'organe (fixation ferme dans le pelvis, proximité des organes du système génito-urinaire), mais aussi à la nature de la fonction remplie (accumulation de fèces), ce qui est peu probable assumer une autre partie du côlon.

Les résections rectales sont techniquement difficiles et donnent beaucoup plus de complications et d'effets indésirables que celles des sections minces ou épaisses. Le cancer est la principale cause des interventions.

La résection du rectum à l'endroit de la maladie dans les deux tiers supérieurs du corps permet de sauver le sphincter anal. Au cours de l'opération, le chirurgien excise une partie de l'intestin, panse et coupe le vaisseau mésentérique, puis forme une articulation aussi proche que possible du tracé anatomique de la partie terminale de l'intestin - résection antérieure du rectum.

Les tumeurs du segment inférieur du rectum nécessitent l'enlèvement des composants du canal anal, y compris le sphincter, de sorte que ces résections sont accompagnées de toutes sortes de plastiques afin de garantir au moins que les matières fécales sortent de l'extérieur de la manière la plus naturelle possible. L'extirpation abdomino-périnéale la plus radicale et traumatisante est moins fréquente et est indiquée chez les patients présentant une atteinte de l'intestin, du sphincter et du tissu pelvien. Après le retrait de ces formations, la seule possibilité de retirer les matières fécales est une colostomie permanente.

Les résections préservant les sphincters sont réalisables en l'absence de germination de tissu cancéreux dans le sphincter anal et permettent de préserver l'acte de défécation physiologique. Les interventions sur le rectum sont réalisées sous anesthésie générale, de manière ouverte, et se terminent par l'installation de drains dans le pelvis.

Même avec une technique opératoire irréprochable et le respect de toutes les mesures préventives, il est problématique d'éviter des complications lors d'une chirurgie intestinale. Le contenu de cet organisme contient beaucoup de microorganismes pouvant être une source d’infection. Parmi les effets négatifs les plus fréquents après la résection de l'intestin, notons:

  1. Suppuration dans le domaine des sutures postopératoires;
  2. Saignements;
  3. Péritonite due à la défaillance des coutures;
  4. Sténose (rétrécissement) de la section de l'intestin dans la région de l'anastomose;
  5. Troubles dyspeptiques.

Période postopératoire

La récupération après une chirurgie dépend de la quantité d’intervention, de l’état général du patient et du respect des recommandations du médecin. Outre les mesures généralement acceptées pour un rétablissement rapide, notamment une bonne hygiène de la plaie postopératoire, une activation précoce, la nutrition du patient devient primordiale, car les intestins opérés vont "immédiatement" se nourrir.

La nature de la nutrition diffère dans les premières périodes suivant l'intervention et, à l'avenir, le régime alimentaire s'étend progressivement des produits les plus bénins aux produits habituels pour le patient. Bien sûr, il faudra une fois pour toutes abandonner les marinades, les produits fumés, les plats épicés et riches, ainsi que les boissons gazeuses. Il est préférable d’exclure le café, l’alcool et les fibres.

Au début de la période postopératoire, la nutrition est effectuée jusqu'à huit fois par jour. La nourriture doit être tiède (ni chaude ni froide), liquide les deux premiers jours et, à partir du troisième jour, inclure des mélanges spéciaux contenant des protéines, des vitamines et des minéraux. À la fin de la première semaine, le patient adopte un régime numéro 1, à savoir les aliments en purée.

En cas de résection totale ou sous-totale de l'intestin grêle, le patient perd une partie importante de son système digestif, qui effectue la digestion des aliments, de sorte que la période de rééducation peut être retardée de 2 à 3 mois. La première semaine, on prescrit au patient une nutrition parentérale, puis deux semaines, l’alimentation est fournie avec des mélanges spéciaux dont le volume est porté à 2 litres.

Après environ un mois, le régime comprend du bouillon, des kissels et des compotes, du porridge, du soufflé de viande maigre ou du poisson. Avec une bonne portabilité des aliments, des plats à la vapeur sont progressivement ajoutés au menu - galettes de viande et de poisson, boulettes de viande. Les légumes sont autorisés à manger des plats de pommes de terre, carottes, courgettes, légumineuses, chou, légumes frais doivent être jetés.

Le menu et la liste des produits autorisés s’élargissent progressivement et ils passent de la nourriture finement hachée à la nourriture en purée. La rééducation après une opération à l’intestin dure 1 à 2 ans, cette période est individuelle. Il est clair que de nombreux mets et plats devront être complètement abandonnés et que le régime alimentaire ne sera plus le même que chez la plupart des personnes en bonne santé, mais en suivant toutes les recommandations du médecin, le patient sera en mesure d’atteindre un bon état de santé et de l’aligner sur les besoins du corps.

La résection intestinale est généralement effectuée gratuitement dans les hôpitaux de chirurgie conventionnelle. Pour les tumeurs, les oncologues traitent avec le traitement et le coût de l'opération est couvert par la politique de l'OMS. En cas d'urgence (avec gangrène de l'intestin, obstruction intestinale aiguë), il ne s'agit pas de payer, mais de sauver des vies, ces opérations sont donc gratuites.

D'autre part, il y a des patients qui veulent payer pour des soins médicaux, pour confier leur santé à un médecin spécifique dans une clinique donnée. En payant le traitement, le patient peut compter sur de meilleures fournitures et équipements, qui peuvent tout simplement ne pas être dans un hôpital public ordinaire.

Le coût de la résection intestinale commence en moyenne à 25 000 roubles, et atteint 45 000 ou plus, en fonction de la complexité de la procédure et du matériel utilisé. Opérations laparoscopiques ont coûté environ 80 000 roubles, la fermeture de la colostomie est 25-30 mille. À Moscou, il est possible de mener à bien une résection payante de 100 à 200 000 roubles. Le choix du patient, dont la solvabilité dépendra du prix final.

Les examens des patients ayant subi une résection intestinale sont très différents. Quand une petite partie de l'intestin est retirée, le bien-être revient rapidement à la normale et il n'y a généralement pas de problèmes nutritionnels. D'autres patients qui ont été forcés de vivre avec une colostomie et des restrictions alimentaires importantes pendant de longs mois ont noté un inconfort psychologique important pendant la période de rééducation. En général, si toutes les recommandations du médecin sont suivies après une opération effectuée de manière qualitative, le résultat du traitement ne provoque pas de rétroaction négative, car il vous a évité une pathologie grave, parfois menaçant le pronostic vital.

Cancer du caecum: signes de la maladie, diagnostic et traitement, rééducation postopératoire

Le caecum, qui constitue la première section du gros intestin et situé à la jonction des articulations de l'intestin grêle et du gros intestin, devient souvent le site de localisation des néoplasmes malins. La raison en est les caractéristiques anatomiques et physiologiques de son emplacement et de sa structure.

Le site de localisation du caecum, qui ressemble à une petite poche large, est la cavité iliaque droite. De l'appendice étroit (appendice), le caecum est séparé par un sphincter (valve de Gerlach), qui empêche le contenu de l'intestin de pénétrer dans la lumière.

Qu'est-ce que le cancer du caecum?

Le cancer du caecum est appelé une tumeur maligne qui se développe à partir des tissus de la membrane muqueuse de cet organe.

La photo montre la récurrence du cancer du caecum.

Compte tenu de la croissance lente et du caractère modérément agressif des tumeurs malignes du caecum, ainsi que de l’apparition relativement tardive de métastases à distance, on peut affirmer que les patients qui remarquent des symptômes inquiétants et consultent immédiatement un médecin ont toutes les chances de se rétablir complètement.

Symptômes de la maladie

Les symptômes du cancer du caecum dépendent de la localisation du processus tumoral, de la taille de la tumeur maligne et des maladies associées du tube digestif.

  • Le plus souvent, en oncologie du caecum, on note la présence de sang dans les matières fécales d'un malade. En raison d'une perte de sang constante, le patient présente des vertiges fréquents, une faiblesse grave et une pâleur sévère de la peau. Après avoir remarqué la présence de sang dans les matières fécales, de nombreux patients la considèrent comme une manifestation d'hémorroïdes et, après s'être auto-guérie de la maladie inventée, ne se rendent pas chez le médecin pendant longtemps, perdant ainsi un temps précieux qui aurait pu être consacré au traitement de la tumeur cancéreuse.
  • Un autre symptôme caractéristique de cette maladie est une douleur constante et douloureuse du côté droit du bas-ventre. En même temps, l'obstruction intestinale chez les patients ne se développe pas, car le cæcum a une lumière assez large et les masses fécales dans ce segment de l'intestin n'ont pas encore le temps de se former, ce qui évite la constipation chez les patients.
  • Le cancer du caecum, qui a atteint les derniers stades, conduit à un effondrement complet du fonctionnement du système digestif. En raison de la compression des organes voisins par les tissus de la tumeur envahie, les patients ressentent souvent une gêne à l'intérieur de l'estomac, leur appétit est complètement perdu, ils sont épuisés par des nausées constantes et une augmentation de la flatulence.
  • Aux derniers stades du cancer du caecum, le patient développe une intoxication cancéreuse, se traduisant par un jaunissement important de la peau, ainsi que par une hépatomégalie (augmentation importante du foie due à la métastase de la tumeur dans ses tissus) conduisant à l'épuisement complet du patient.
  • Une tumeur maligne de taille considérable, comprimant les organes adjacents, provoque souvent un œdème.

Les formes histologiques des néoplasmes malins du caecum sont présentées:

  • Adénocarcinomes qui se développent à partir de cellules épithéliales qui constituent les membranes muqueuses du caecum.
  • Cancer du cricoïde, dont les cellules ressemblent à des vésicules.
  • Cancer planocellulaire touchant les cellules épithéliales squameuses.
  • Carcinome épidermoïde glandulaire contenant des cellules d'épithélium glandulaire et squameux.
  • Cancer indifférencié - le type de cancer le plus agressif, dont les cellules ne peuvent pas être reconnues.
  • Cancer inclassable. Une tumeur maligne de ce type ne ressemble à aucune des formes histologiques décrites.

Causes du développement de la tumeur

L'apparition d'un cancer du caecum contribue à un certain nombre de facteurs:

  • présence de prédispositions génétiques et d'hérédité;
  • maladies chroniques de l'intestin et de l'estomac (en particulier les ulcères);
  • la présence de maladies précancéreuses du rectum: polypes villeux et adénomateux ayant une probabilité élevée de dégénérescence en néoplasmes malins;
  • tendance à la constipation chronique et aux selles extrêmement irrégulières;
  • l'abus d'alcool et le tabagisme provoquent souvent le début du processus oncologique;
  • mode de vie sédentaire;
  • régime alimentaire malsain (abus de viande rouge, faible teneur en légumes et fruits frais, céréales, viande de volaille et plats de poisson dans l'alimentation quotidienne).

Les étapes et leur prédiction

Selon la classification russe dans le développement d'une tumeur maligne du caecum, il est habituel de distinguer 5 étapes.

  • Au stade zéro (souvent appelé cancer in situ), la tumeur qui frappe les couches extérieures de la paroi intestinale est petite, ne s'étend pas aux ganglions lymphatiques adjacents et ne présente pas de métastases distantes. Une tumeur maligne peut être enlevée lors d'une coloscopie. Le traitement précoce se termine par la guérison de 100% des patients.
  • L'étape 1 est caractérisée par la présence d'une petite tumeur mobile (jusqu'à deux centimètres de diamètre) aux limites claires qui se développe dans les tissus de la membrane muqueuse et de la couche sous-muqueuse de l'intestin affecté. Les métastases aux ganglions lymphatiques régionaux sont absentes à ce stade. La survie à cinq ans des patients après excision chirurgicale de la tumeur est de 94%.
  • Une tumeur cancéreuse du 2e stade envahit toutes les couches de la paroi intestinale, mais n'a pas encore quitté les limites de l'intestin atteint. La défaite des ganglions lymphatiques régionaux et des organes distants n'a pas encore été observée. Après la chirurgie, 85% des cas survivent au moins cinq ans.
  • L'étape 3 du processus tumoral est caractérisée par la propagation d'une tumeur maligne aux tissus et organes voisins et par des lésions des ganglions lymphatiques. Métastases à distance n'a pas encore commencé. Avec une lésion de un à trois ganglions lymphatiques, 64% des patients opérés survivent pendant cinq ans, avec une lésion de quatre ou plus - seulement 45%.
  • Le stade 4 commence par la germination d'un cancer dans les tissus des organes adjacents. La défaite des ganglions lymphatiques est multiple. Le processus de métastase des cellules cancéreuses vers des organes distants commence. Si, à la suite d'une métastase distante, un seul organe (poumon ou foie) était atteint, pas plus de 5% des patients ne survivent pendant cinq ans. La métastase de la tumeur à un plus grand nombre d'organes ne laisse presque aucune chance de survie.

Diagnostic et méthodes de traitement du monde

Afin d'éliminer le risque d'erreur de diagnostic, le diagnostic de cancer du cæcum doit être complet.

  • Le diagnostic de la phase initiale consiste à collecter l'anamnèse, à l'examen physique du patient et à l'examen numérique du rectum.

En examinant le patient, le spécialiste effectue une percussion ou un tapotement de la cavité abdominale pour révéler la présence de fluide libre dans celle-ci. Un sondage plus approfondi de l'abdomen vous permet d'établir la localisation et l'état momentané de la tumeur.

L'examen endoscopique est effectué en effectuant les procédures suivantes:

  • Rectoromanoscopie. Cette procédure consiste en l'étude de l'état du rectum à l'aide d'un appareil spécial, le sigmoïdoscope. Le but de l’étude est de préciser la localisation de la tumeur, d’évaluer son état et le degré de prévalence du processus tumoral.
  • La coloscopie est une procédure douloureuse réalisée avec une anesthésie obligatoire à l'aide d'un appareil optique - un coloscope. Cette étude vous permet de vérifier la présence d’une tumeur maligne, d’en préciser la taille et le lieu de localisation exacte, ainsi que d’étudier l’état des muqueuses de n’importe quelle partie du côlon. Au cours de la procédure, une biopsie est effectuée - un petit morceau de tissu tumoral pour un examen histologique en laboratoire. La coloscopie n'est prescrite que si toutes les méthodes de diagnostic utilisées auparavant ne fournissaient pas d'informations complètes.
  • Irrigoscopie - Examen aux rayons X de toute partie du gros intestin et des anses de l'iléon. Avant l'étude, un lavement est effectué à l'aide duquel les services susmentionnés sont très densément remplis d'un agent de contraste, qui permet de déterminer le diamètre des lumières intestinales, d'identifier la présence et la taille de néoplasmes en masse, ainsi que l'étendue de leur propagation au-delà des limites du caecum.
  • Échographie de la cavité abdominale, résonance magnétique et tomographie par ordinateur des organes internes. Ces études permettent de vérifier la présence ou l'absence de métastases distantes de la tumeur.

Le traitement moderne du cancer du caecum consiste en une combinaison de trois méthodes thérapeutiques: la chirurgie, la radio et la chimiothérapie.

  • Le rôle principal dans le traitement de toutes les maladies oncologiques est attribué à une intervention chirurgicale.

Son volume est déterminé par la localisation du cancer et le degré de développement du processus tumoral. Selon les résultats obtenus lors de l'examen du patient, la tumeur peut être complètement retirée. il est parfois conseillé de procéder à la résection ou d'imposer une anastomose en cousant différentes sections du gros intestin.

Les ganglions lymphatiques affectés sont enlevés lors d'une opération de lymphadénectomie. Dans les tumeurs inopérables, une anastomose artificielle est appliquée pour restaurer une perméabilité intestinale altérée, en contournant le site affecté par la tumeur.

  • La radiothérapie est utilisée à la fois avant l'opération (afin de réduire la taille de la tumeur) et après celle-ci (afin de détruire les cellules cancéreuses laissées après l'opération et ainsi éviter la récurrence de la maladie).
  • Le traitement avec des produits chimiques qui détruisent les cellules cancéreuses et suppriment leur capacité de division incontrôlée peut impliquer l’utilisation d’un médicament (fluorafura ou fluorouracile) ou d’une combinaison de plusieurs médicaments (par exemple, le fluorouracile et le folinate de calcium).

La chimiothérapie est souvent utilisée en association avec la radiothérapie. Cet effet améliore l'efficacité de la destruction des cellules cancéreuses et la probabilité de métastases. S'il est impossible d'effectuer l'opération (par exemple, s'il existe une maladie concomitante grave ou si la tumeur elle-même n'est pas opérable), une chimiothérapie peut être prescrite au patient comme seule méthode de traitement.

Rééducation après une chirurgie pour cancer du caecum

  • Si une fistule a été imposée à l'intestin opéré pour rétablir l'obstruction intestinale, le patient aura besoin de pansements fréquents. Cela permettra d'éviter l'irritation et l'inflammation de la peau autour de la fistule.

Le pansement doit être appliqué de manière à éviter tout glissement lors de mouvements. Après chaque passage d'entrailles par un anus artificiel sur sa muqueuse saillante, impose une serviette de gaze stérile imbibée d'huile de vaseline, recouvrez-la de plusieurs serviettes de gaze et d'une couche de coton.

Pour renforcer les bandages, utilisez des bandages spéciaux. L'utilisation d'un patch qui peut endommager la peau avec des pansements fréquents est inacceptable.

  • Le soin de la peau autour de la fistule implique l’utilisation de pâtes et de pommades additionnées d’acide lactique, ainsi que la lubrification des zones enflammées avec une solution à 10% de tanin.

Pour la formation de croûtes empêchant le contenu de l'intestin d'affecter la peau, différentes poudres sont utilisées: talc, kaolin, tanins secs.

  • Après la guérison de la plaie et la formation d'une fistule, il est recommandé au patient de prendre des bains quotidiens.

À partir de ce moment, le personnel médical commence à lui apprendre à utiliser la vessie.

  • À la fin des masses fécales au patient faire un lavement avec de la paraffine liquide.
  • Une condition importante pour une récupération réussie est le strict respect du régime alimentaire.

Pendant six jours après la chirurgie, les aliments solides sont contre-indiqués pour le patient et de grandes quantités de liquide sont autorisées. Les forces du patient sont soutenues par des bouillons, des jus de fruits, des bouillies liquides et également des purées de légumes liquides, des jus de fruits et des décoctions à base de plantes.

Au cours des prochains jours, la consistance de la nourriture devient légèrement plus épaisse; Tous les plats (en très petites portions, toutes les trois heures) sont servis exclusivement sous forme minable.

  • Dix jours après l'opération, il est permis d'introduire dans le régime alimentaire du patient des aliments riches en protéines (variétés de poisson et de viande faibles en gras, œufs).

Les légumes et les fruits frais (notamment les betteraves, les carottes et les pommes), ainsi que les produits laitiers tels que le yogourt, le kéfir et la crème sure faible en gras sont extrêmement utiles. Lorsque vous vous sentez mieux (cela survient généralement après un régime d'un mois), le patient est autorisé à passer à un régime alimentaire régulier, sans oublier le régime fractionné.

  • Pour les patients opérés du caecum, il est recommandé d’inclure dans votre alimentation: veau, herbes fraîches, baies, fruits et légumes, huile végétale, poisson maigre, mouton, pain sans levain, différents types de pâtes alimentaires, porridge aux céréales.

Tous les plats doivent être fraîchement cuits et chauds (et les plats chauds et froids ne sont pas non plus appropriés). La cuisson à la vapeur et le ragoût devraient être les principales méthodes de cuisson.

  • Les aliments interdits sont: le soja, toutes sortes de bonbons, le fromage fondu, le poulet, les arachides, toutes les variétés de bâtonnets de crabe, les œufs de poule crus, le café instantané.

Prévisions

S'agissant de la prévision d'un patient atteint d'un cancer du cæcum, le spécialiste prend en compte les résultats obtenus lors de son examen diagnostique préliminaire.

La priorité est donnée à:

  • taux de croissance et taille d'une tumeur maligne;
  • données d'examen histologique;
  • la profondeur de germination de la tumeur dans la paroi intestinale;
  • la présence de métastases ganglionnaires et d'autres organes;
  • le niveau de différenciation des tissus tumoraux.

Dans le calcul de la prédiction de la survie incluent également l'histoire de la maladie, le succès de l'opération effectuée et l'âge du patient.

Cecum

Le caecum commence immédiatement après l'intestin grêle et représente la première section du gros intestin. Il se situe immédiatement après la valve iléo-cécale, ce qui empêche le contenu intestinal de revenir du gros intestin vers le mince.

La structure du caecum

En apparence, le caecum ressemble à un sac et se situe dans la région de la fosse iliaque droite. Sa partie avant est recouverte d'un omentum qui le sépare de la paroi abdominale. Dans le caecum se trouve un sphincter situé à la frontière entre le caecum et l’appendice vermiforme (appendice, appendice du caecum). Il joue le rôle de valve et empêche le chyme (contenu intestinal liquide, composé d'aliments partiellement digérés, de sucs gastriques et intestinaux) de pénétrer dans la lumière de l'appendice et est appelé valve de Gerlach.

Processus cérébral

L'appendice du caecum part de la paroi postérieure du caecum en dessous du lieu de sa connexion avec l'iléon. Sa longueur varie de 3 à 15 cm et son diamètre ne dépasse généralement pas 5 mm. Il se situe généralement dans la région de la fosse iliaque droite. L'annexe est reliée au caecum par le mésentère. À l'intérieur, il tapisse la membrane muqueuse, dans laquelle se trouvent des zones assez importantes d'accumulation de tissu lymphoïde.

On pense que l'appendice du caecum est une sorte d '"incubateur" dans lequel se développent les microorganismes nécessaires à la fonction intestinale normale. Il est bien connu qu'après la suppression chirurgicale de l'annexe, la microflore intestinale chez les personnes après traitement aux antibiotiques est rétablie beaucoup plus longtemps que chez les personnes dont le processus de rétention du cæcum est conservé. En outre, l’appendice remplit une fonction protectrice en faisant partie du système immunitaire mucasal. Par conséquent, on l'appelle parfois l'amygdale intestinale.

Maladies du caecum

Cecum est un lieu de prédilection pour la localisation d'un nombre suffisamment important de maladies diverses, ce qui s'explique par les caractéristiques anatomiques et physiologiques de cette partie de l'intestin.

Inflammation du caecum

Le processus inflammatoire dans les tissus du caecum s'appelle typhlite. Dans ses symptômes, l'inflammation du caecum est similaire à l'appendicite. Les patients se plaignent de douleurs localisées dans la région iliaque droite. Mais si pendant l'appendicite les douleurs ne sont pas associées au repas, alors avec la typhilite elles apparaissent ou s'intensifient plusieurs heures après le repas. En outre, l'inflammation du caecum chez les patients atteints de fièvre, nausée, vomissement, diarrhée.

En cas de tiflite, il est nécessaire d'effectuer un diagnostic différentiel avec les maladies gynécologiques et l'appendicite.

Si le médecin détermine que le processus inflammatoire se situe précisément dans le caecum, le traitement dans ce cas est conservateur. Des antibiotiques à large spectre sont habituellement prescrits au patient, une thérapie par perfusion, un repos au lit et un régime alimentaire ménagé.

Le tiflit peut entraîner le développement de complications - mésadénite, paratyptomacyitis (inflammation des tissus entourant le caecum) - dont le traitement peut nécessiter une intervention chirurgicale.

Cancer du caecum

Les tumeurs malignes du caecum représentent près de 40% de toutes les autres tumeurs intestinales. La ruse du cancer du caecum est que la maladie ne se manifeste pas à un stade précoce. Habituellement, le tout premier signe est l'apparition dans les masses fécales de sang. Une perte de sang permanente entraîne progressivement le développement d'une anémie sévère. L'apparition de sang dans les selles peut également être observée avec les hémorroïdes. Par conséquent, les patients ont besoin d'un examen supplémentaire, ce qui permet d'établir un diagnostic précis. Une enquête visant à identifier le cancer du caecum devrait également être réalisée auprès de toutes les personnes atteintes d'anémie générale, si la cause de son développement n'a pas été établie.

Aux derniers stades du cancer du caecum, les patients commencent à se plaindre d'une douleur dans la région iliaque droite, d'un manque d'appétit et d'une perte de poids. Lorsque les métastases dans le foie développent une jaunisse mécanique.

En présence d'une tumeur maligne du caecum - traitement chirurgical. Pendant l'opération, retirez la zone de l'intestin touchée. Dans la plupart des cas, cette opération ne nécessite pas l'imposition d'une colostomie (formation d'une ouverture anale non naturelle, nécessaire à l'élimination des gaz et des matières fécales). Un tel besoin ne peut apparaître que dans des cas extrêmes, lorsque l'opération est pratiquée aux derniers stades de la maladie, et s'accompagne d'un saignement important. Au cours de l'opération, les ganglions lymphatiques affectés et d'autres tissus mous sont également retirés.

Après la chirurgie, une radiothérapie et / ou une chimiothérapie sont prescrites, ce qui réduit le risque de récurrence de la maladie. Si une intervention chirurgicale radicale n’est possible pour quelque raison que ce soit (prévalence du processus avec présence de métastases à distance, état général grave du patient, épuisement extrême, etc.), une chimiothérapie est prescrite pour prolonger la vie du patient et en améliorer la qualité.

Pour les tumeurs malignes du caecum, le traitement est le plus efficace aux premiers stades de la maladie et permet, dans de nombreux cas, de parvenir à un rétablissement complet. Il est donc très important de consulter un médecin dès l'apparition des premiers symptômes du cancer du caecum!

Chirurgie cécale

Le cancer du caecum est un type de cancer de la maladie, selon les statistiques de 12% des personnes. C'est dans cette partie de l'intestin que la plupart des néoplasmes de nature bénigne sont le plus souvent détectés, lesquels se régénèrent parfois en tumeurs cancéreuses.

Physiologie

Le caecum est la partie initiale du gros intestin, situé dans la fosse iléale droite, légèrement en dessous de l'endroit où le petit intestin de la personne passe dans l'épaisseur. Le caecum en apparence ressemble à un sac de petite taille (3-8 cm). Cette partie de l'intestin est intrapéritonéale (recouverte de péritoine de tous les côtés). Dans de rares cas, la localisation mésopéritonéale est révélée (une couverture à trois côtés de l'intestin avec le péritoine).

Selon les dernières statistiques médicales, un cancer du caecum est détecté chez un cinquième des patients atteints de tumeurs malignes du gros intestin (environ 20% des cas). Compte tenu de la lenteur du développement et de la progression des néoplasmes, de l'apparition tardive de métastases en raison de la structure physiologique et de la localisation du caecum, les patients qui remarquent des symptômes inquiétants et cherchent rapidement de l'aide médicale ont toutes les chances de se rétablir complètement et de maintenir leur haute qualité de vie.

Causes de la pathologie

La principale cause clairement exprimée de la formation d'une tumeur du caecum ne l'est pas. Une combinaison de facteurs externes et de caractéristiques physiologiques du corps humain peut nuire au développement du cancer dans les intestins. Ceux-ci comprennent:

Régime alimentaire inapproprié, abus dans le menu quotidien des aliments "lourds" (plats de préparation rapide, plats gras, épicés, marinés, boissons fortement gazeuses, arômes, conservateurs et colorants, etc.). Absence dans le régime alimentaire d'herbes fraîches, de fruits et de légumes et de produits contenant des fibres. Il est vital pour le fonctionnement normal de tous les organes du tractus gastro-intestinal, y compris les intestins. Abus de mauvaises habitudes (alcool, tabagisme) - L’alcool éthylique, qui pénètre dans le corps en grande quantité, irrite les muqueuses de l’estomac et des intestins, perturbe le fonctionnement normal de ces organes et perturbe la formation de matières fécales. La nicotine contient de nombreuses résines et toxines qui nuisent aux fonctions corporelles. Lorsqu'ils sont libérés dans l'intestin, ils neutralisent sa microflore utile et s'accumulent dans les tissus environnants, ce qui conduit ensuite à une mutation cellulaire, à leur transformation en foyers de tumeurs malignes, provoquant le développement d'un cancer du caecum. Prédisposition génétique - Une personne qui a eu un cancer dans la vie a dans son génome des cellules modifiées héritées. Leur comportement dans le corps d'une autre personne présentant des facteurs indésirables est inconnu. Selon les experts des personnes héréditaires du cancer, le risque de développer une tumeur maligne augmente de 1,5 fois. La présence de processus inflammatoires chroniques dans le côlon et le rectum (polypes, colite, tumeurs bénignes). Troubles fréquents des selles (diarrhée, constipation) causés par un régime alimentaire inadéquat. Mode de vie inactif - dans une certaine mesure, le manque de mobilité provoque des perturbations de l'intestin, perturbant sa motilité, la formation et la promotion de masses fécales, ce qui entraîne une violation de l'acte de défécation et une irritation de la membrane muqueuse.

Symptômes et manifestations cliniques

Les symptômes du cancer du caecum dépendent de la taille de la tumeur, du stade du processus (présence ou non de métastases). Le plus souvent, lorsque les tumeurs se développent, les symptômes suivants sont présents:

Dans les stades précoces, la tumeur se manifeste par une faible expression de la présence de sang dans les selles. Pour les types de pathologies précoces, les petits caillots sanguins ou le mucus mélangé à des matières fécales et coloré au sang sont caractéristiques. Aux stades avancés du développement de la maladie, des selles goudronneuses spécifiques (méléna) de couleur noire sont caractéristiques. Il a une odeur désagréable, se forme à partir du sang sous l’influence de la microflore intestinale. Les selles noires semi-liquides sont un symptôme très important indiquant la présence d'un saignement intestinal chez un patient. L'anémie se développe dans ce contexte. La douleur douloureuse provenant du côté droit dans le bas de l'abdomen est impossible à retracer la fréquence. La douleur peut commencer à tout moment de la journée, avant ou après les repas. Le désordre du système digestif est un symptôme caractéristique des derniers stades de la pathologie du cancer sévèrement développé. Un néoplasme élargi serre les organes adjacents. Le patient ressent une lourdeur dans l'estomac après avoir mangé, des nausées fréquentes, une flatulence. Dans de rares cas, un gonflement possible des organes abdominaux. Aux stades avancés, lorsque le cancer du caec est inopérable, les patients peuvent développer une intoxication par le cancer, une affection provoquée par la dégradation d'une tumeur maligne. Elle se manifeste par une forte faiblesse, une détérioration de l'état physiologique général, des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, une pâleur de la peau.

Pour la formation maligne de l'intestin aveugle, la constipation et l'obstruction intestinale ne sont pas caractéristiques, comme pour le cancer de l'intestin final. Cela s'explique par le fait que la section initiale du côlon a un diamètre suffisamment grand, à travers lequel ne passent que des masses fécales liquides, encore complètement non formées. Même si la tumeur ferme la majeure partie du conduit intestinal, la perméabilité n’est pas perturbée.

Diagnostics

Si vous suspectez un cancer du caecum, le spécialiste procède à un examen approfondi et approfondi en utilisant les méthodes suivantes:

la palpation du caecum - la détection initiale du site de la localisation présumée de la formation maligne, il aide à identifier la tension dans la paroi abdominale; examen rectal numérique - est effectué pour déterminer la présence de métastases; irrigoscopie - rayons X de toutes les parties du côlon. Le patient reçoit un lavement avec une solution de baryum (une substance contrastante) et utilise des rayons X pour voir à travers toutes les zones de l'organe. Toute pathologie existante est détectée dans les images en tant que défaut d'image (tache sombre); coloscopie - le colonoscope est scanné à la recherche de nouvelles tumeurs. Le spécialiste étudie l'état de la membrane muqueuse des parois intestinales, leurs propriétés. Lorsque des formations sont détectées, un petit morceau de tissu de biopsie est prélevé afin d'établir la nature de la tumeur (bénigne ou maligne); Échographie - effectuée pour identifier les cellules cancéreuses secondaires dans des organes distants.

La rectoromanoscopie est rarement prescrite car elle ne donne pas une image complète de l'état du caecum.

Stades du cancer du rectum


En fonction du degré de développement et de la propagation de la tumeur, le taux de survie du patient pour une période de 5 ans est calculé. Cette ligne de temps est la plus dangereuse et la plus critique en termes de récurrence de la maladie.

Stade 0 - les cellules cancéreuses ne se trouvent que dans la membrane muqueuse des cellules plates de l'épithélium intestinal. A ce stade, les polypes sont souvent détectés de tailles anormales (plus de 5 cm). Le risque de réincarnation d'une telle éducation dans une tumeur maligne est très élevé. Le pronostic de survie chez les patients est de 96%. Étape 1 - le cancer commence à se propager dans la couche sous-muqueuse de la paroi intestinale. Le taux de survie est élevé - 92%. Étape 2 - la tumeur du caecum grossit et se développe à travers les parois du côlon. À ce stade, le néoplasme ne métastase toujours pas. Les tissus, organes et ganglions lymphatiques voisins ne sont pas affectés. Le pronostic de survie du patient est élevé - 81%. Stade 3 - un degré dangereux de propagation du cancer, qui non seulement se développe à travers la paroi intestinale et le tissu musculaire du péritoine, mais commence également à déclencher des cellules cancéreuses secondaires dans les ganglions lymphatiques et les organes adjacents: le sigmoïde, le rectum. Le stade est attribué à une tumeur avec des métastases dans 2-3 organes régionaux et ganglions lymphatiques. Le taux de survie des patients est réduit à 54%. Stade 4 - une tumeur maligne a formé des foyers de cancer secondaires sur 1,2 organe ou plus (organes du foie, du poumon, etc.). La prévision est très défavorable. Selon les statistiques, environ 8% des patients survivent. À ce stade, de nombreuses personnes reçoivent une formation inopérable du caecum et se voient prescrire un traitement palliatif visant à maintenir le niveau de vie humain le plus confortable possible et à soulager la douleur.

Caractéristiques du traitement

Le traitement du cancer du cæcum est effectué uniquement par voie chirurgicale: excision d'une tumeur maligne et de tous les tissus endommagés par les cellules cancéreuses. Avant et après la chirurgie, le patient doit suivre un traitement de radiothérapie et une chimiothérapie.

Opération

Pendant l'opération, le chirurgien enlève la tumeur elle-même et les tissus endommagés par celle-ci. Le volume de l'intervention chirurgicale est déterminé par la localisation du cancer et l'étendue de sa prévalence dans les ganglions lymphatiques et les organes voisins. Quand une grande quantité de tissu est excisée, une anastomose est faite au patient (les gros et les gros intestins sont reliés en les cousant ensemble pour restaurer les fonctions naturelles de l'intestin).

Radiothérapie

La radiothérapie est une méthode de traitement du cancer par rayonnement ionisant. Il est utilisé avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur et après la chirurgie afin de réduire le risque de récurrence de la pathologie.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est utilisée pour traiter les cancers malins. La méthode repose sur l'utilisation de poisons et de toxines, qui désactivent les processus actifs dans les cellules cancéreuses (éliminent leur aptitude aux processus métaboliques et à leur division), ainsi que pour empêcher l'émigration de cellules cancéreuses secondaires vers des organes et des ganglions lymphatiques adjacents et distants (métastases). Une chimiothérapie peut être prescrite avant et après la chirurgie.

En cas de cancer inopérable ou d’intervention chirurgicale impossible en raison de l’âge du patient, anomalies cardiovasculaires graves, une chimiothérapie est prescrite pour soulager l’état du patient et maximiser sa durée de vie. Mais une issue favorable sans traitement chirurgical du cancer du caecum est impossible.

Lors de l'utilisation de la radiothérapie et de la chimiothérapie, le patient doit être préparé aux effets secondaires suivants: nausée constante, vomissements, faiblesse, perte de cheveux importante et amincissement des selles.

Prévention

Les mesures préventives pour prévenir le développement de la maladie sont les suivantes:

enregistrement auprès d'un oncologue et contrôles réguliers, tests généraux - ceci s'applique aux patients dont les proches ont un cancer du cæcum ou d'autres organes; détection précoce et retrait rapide des néoplasmes malins; les personnes du groupe des personnes plus âgées (après 40 ans) doivent obligatoirement subir un bilan de santé annuel avec un gastro-entérologue et un examen médical planifié; élimination rapide des tumeurs bénignes ayant tendance à se transformer en tumeurs malignes (polypes intestinaux); rejet de mauvaises habitudes; adaptation du régime alimentaire, introduction au menu quotidien de légumes, fruits, rejet de plats gras et épicés, restauration rapide; mode de vie actif.

Une tumeur maligne du caecum, qui a été détectée à ses débuts, est maintenant traitée avec succès. Dans le même temps, le risque de récurrence et d'effets secondaires est minime.

Le cancer du cécal est diagnostiqué aussi souvent chez les hommes que chez les femmes de plus de 45 ans. Les facteurs à l'origine du développement d'une tumeur comprennent les erreurs diététiques, les mauvaises habitudes, la prédisposition génétique et les polypes dans l'intestin. La maladie peut durer longtemps sans symptômes évidents, ce qui la rend difficile à diagnostiquer. À savoir, un diagnostic opportun est la clé d'un pronostic favorable pour traiter une maladie terrible.

Quel est le cancer du caecum

Le caecum est situé dans l'abdomen inférieur droit.

Le cancer cécal est une lésion maligne des premières sections du côlon. Le fait est que le caecum est situé dans la région iléo-cæcale, c’est-à-dire à la jonction des anses distales de l’iléon (c’est la dernière partie de la petite partie de l’intestin) et du gros intestin.

En conséquence, si le processus tumoral affecte non seulement le caecum, mais également l’iléon, le cancer peut être appelé iléocécal.

Selon les statistiques, ce type de tumeur représente environ 20% des tumeurs malignes du gros intestin.

Classification des lésions malignes

Par système TNM

Dans le cancer du caecum, on utilise le système de classification international généralement accepté TNM. Dans le même temps, T - indique la taille de la masse, N - ganglions lymphatiques affectés, M - la présence de métastases (dépistage de la tumeur dans d'autres organes et tissus).

Selon cette classification, dans une tumeur maligne du caecum, on distingue les étapes suivantes:

Stade zéro (ou cancer in situ) - caractérisé par la présence d'une petite tumeur, avec seulement les couches superficielles de la paroi intestinale touchées, les ganglions lymphatiques voisins (régionaux) ne sont pas atteints, les métastases à distance sont absentes. Le premier stade - une tumeur maligne se propage aux couches profondes de la paroi intestinale (deuxième et troisième), mais il n'y a toujours pas de germination de son côté externe, les ganglions lymphatiques ne sont pas changés, il n'y a pas de métastases. La deuxième étape est caractérisée par la germination du côté externe de la paroi intestinale, les ganglions lymphatiques ne sont pas modifiés, il n'y a pas de métastases. La troisième étape - une tumeur maligne germe des tissus et des organes voisins, il y a des dommages aux ganglions lymphatiques, les métastases à distance ne sont pas détectées. Le quatrième stade - est établi lors de la germination d'une tumeur dans les organes voisins, les ganglions lymphatiques sont touchés, les métastases d'autres organes (foie) sont détectées.

Le plus favorable pour le patient, au sens pronostique, les trois premières étapes (0, I, II). Dans ce cas, il est possible d'éliminer complètement une tumeur maligne pendant la chirurgie. Le pronostic est généralement favorable.

Le stade III est caractérisé par la distribution locale (aux ganglions lymphatiques voisins et aux organes adjacents). Outre la chirurgie, d'autres traitements sont nécessaires (par exemple, une chimiothérapie).

Le stade IV est la plus défavorable, caractéristique des formes avancées de cancer, lorsqu'il y a germination non seulement dans les organes et tissus voisins, les ganglions lymphatiques, mais aussi dans les organes les plus éloignés (par exemple, le foie).

Stades de la croissance tumorale par rapport à la paroi intestinale

Par caractéristiques histologiques

Il y a les types suivants:

Adénocarcinome - dans ce cas, la tumeur est représentée par les cellules épithéliales de la muqueuse du côlon. Chevalière - les cellules cancéreuses ressemblent à des bulles. Squamous - la tumeur se développe à partir de cellules de l'épithélium squameux. Squamous glandulaire - une tumeur maligne contient des cellules de l'épithélium plat et glandulaire. Indifférencié - il est impossible d'établir de quelles cellules est constituée la tumeur, c'est la forme de cancer la plus agressive. Inclassable - dans ce cas, une tumeur maligne ne peut être attribuée à aucune forme de cancer (à partir d'un certain nombre de formes histologiques connues).

Les causes

On croit qu'il n'y a pas de cause sous-jacente du développement du cancer du caecum. Cependant, un certain nombre de facteurs défavorables peuvent influer sur la survenue de la formation maligne du caecum. Ceux-ci comprennent:

manger des aliments malsains (saturés de graisses animales, exposés depuis longtemps au rôtissage); consommation insuffisante de fruits et de légumes; l'abus d'alcool et de produits du tabac; l'hérédité (comme il y a une prédisposition génétique); mode de vie inactif (sédentaire); maladies chroniques du tube digestif et des tumeurs bénignes (par exemple, les polypes du côlon); selles anormales (constipation en particulier).

Symptômes de cette pathologie

L'un des principaux signes de cancer du caecum est la présence de sang dans les selles. Les manifestations cliniques dépendent de la localisation de la tumeur, ainsi que du stade du processus pathologique.

Manifestations cliniques dans le cancer du caecum, en fonction du stade de la maladie

Les signes d'obstruction intestinale ne sont pas caractéristiques du cancer du cæcum, car le diamètre de cette section du gros intestin est suffisamment grand et la masse fécale dans cette zone est liquide. Même si la tumeur rétrécit la moitié de la lumière intestinale, la perméabilité n’est pas perturbée.

Diagnostics

Les principales méthodes de détection des tumeurs malignes dans le caecum sont les suivantes:

Irrigoscopie Cette étude de contraste aux rayons X de toutes les parties du côlon et des boucles distales de l'iléon. Dans cette méthode, à l'aide d'un lavement, les coupes intestinales susmentionnées sont remplies d'un agent de contraste (suspension aqueuse de sulfate de baryum). Vous permet d'évaluer le diamètre et l'emplacement des anses intestinales, la présence de formations volumétriques, leur taille et leur propagation au-delà du caecum. Coloscopie. Examen endoscopique du côlon à l'aide d'un équipement optique spécial (colonoscope). Cette méthode étant douloureuse, l'examen est réalisé sous anesthésie. Vous permet d'étudier la membrane muqueuse de toutes les parties du côlon, de détecter la présence d'une tumeur, sa localisation et sa taille. La procédure permet également d'effectuer une biopsie de la paroi intestinale (prélèvement d'un morceau de tissu suspect) pour un examen histologique ultérieur et la confirmation du diagnostic. Rectoromanoscopie. Examen endoscopique du rectum à l'aide d'un appareil spécial (sigmoïdoscope). Cette méthode ne permet pas de visualiser une tumeur caecale, mais elle est utilisée au début d’une recherche diagnostique lorsque le sang d’un patient se trouve dans les selles (par exemple, pour détecter des hémorroïdes ou des fissures rectales pouvant également causer le méléna). Ultrasons, imagerie par résonance magnétique ou calculée des organes internes. Identifier les métastases distantes (foie, reins, poumons). Palpation de l'abdomen. La méthode permet de sentir la tumeur du caecum (en général, déjà à un stade avancé du développement du cancer, lorsque la tumeur a une taille suffisamment grande).

Palpation du caecum - vidéo

Traitement

Souvent, pour un cancer du caecum, on utilise une combinaison de radiothérapie, de chimiothérapie et de chirurgie.

Chirurgical

La chirurgie est la principale méthode utilisée dans le traitement du cancer du cæcum. De plus, le volume de l'opération dépend de la localisation de la tumeur et du degré de propagation du processus malin. En même temps, l'ablation chirurgicale de la lésion, la résection, au sein de tissus sains, ainsi que l'imposition d'une anastomose (connexions entre différentes sections du côlon, par exemple le caecum et l'intestin ascendant) sont réalisées. En cas de tumeur des ganglions lymphatiques, ceux-ci sont excisés chirurgicalement (lymphadénectomie).

Si la tumeur est inopérable, alors que le cancer se développe dans les organes et les tissus voisins, une anastomose est parfois appliquée pour contourner la tumeur.

Dans la période postopératoire, la rééducation du patient est importante, ce qui est le mieux réalisé dans des centres spécialisés.

Poutre

La radiothérapie est utilisée avant la chirurgie, en règle générale, dans le cancer de stade III. Le but de l'irradiation est de réduire la taille de la formation surround. En outre, la radiothérapie peut être utilisée dans la période postopératoire pour prévenir la récurrence du cancer.

Dans ce cas, la dose totale (pour l’ensemble du traitement) est d’environ 55 Gy (Gray), elle est divisée en doses uniques de 2 Gy. Dans certains cas, des complications peuvent survenir après une irradiation: vomissements, diarrhée, mélange de mucus et de sang dans les matières fécales, ce qui est une manifestation des dommages causés par les radiations à la muqueuse intestinale.

Chimiothérapie

Produisez soit une monothérapie (dans ce cas, utilisez un seul médicament chimiothérapeutique, par exemple le fluorouracile, Ftorafur et autres), soit une combinaison de médicaments (mitomycine + fluorocarbonate, folinate de calcium + fluorocarbonate).

La chimiothérapie est parfois associée à la radiothérapie. Le but est de détruire les cellules tumorales et d’empêcher la formation de métastases.

Parfois, la chimiothérapie peut être utilisée à la place de la chirurgie - dans les cas où la chirurgie est contre-indiquée pour le patient. Par exemple, s'il souffre de maladies concomitantes graves du système cardiovasculaire, l'anesthésie est interdite. Ou dans les cas avancés de cancer du caecum. Comme la pratique l’a montré, l’évolution favorable dans ce cas n’est qu’au stade précoce de la croissance tumorale.

Manières folkloriques

La base des méthodes de traitement traditionnelles est la phytothérapie, c'est-à-dire l'utilisation de préparations à base de plantes. On utilise aussi des produits apicoles, des légumes. Dans le traitement du cancer du caecum, appliquez:

décoctions et infusions d’Hypericum perforatum, parapluie centauré, pruche; jus de chou; jus de betterave; propolis

Les agents ci-dessus ont un effet antitumoral, analgésique et tonique.

Remèdes populaires sur la photo

Jus de betterave à la pruche et jus de chou

Les méthodes traditionnelles de traitement peuvent être utilisées en plus des principaux types de traitement du cancer du cæcum, et non à la place d’eux. Une consultation avec le médecin traitant concernant les moyens utilisés est nécessaire.

Pronostic du traitement et complications possibles

Le pronostic dépend du stade du processus pathologique. Avec une intervention chirurgicale en temps voulu pour le cancer du caecum du stade zéro, le pronostic de récupération est d'environ 96%. Après l'ablation chirurgicale d'une tumeur localisée (Stade I et Stade II), la survie du patient à cinq ans peut atteindre 70%.

Après une intervention chirurgicale pour un cancer des stades III et IV, ce chiffre diminue à 20–40%. Ceci est associé à un risque élevé de récidive en raison de la présence de métastases microscopiques.

Si une tumeur de stade IV est diagnostiquée (avec la présence de métastases distantes, par exemple au niveau du foie), il n’ya pratiquement aucune chance de guérison.

saignements; échec (destruction) de l'anastomose; suppuration des plaies postopératoires.

Mesures préventives

Prévention d'une tumeur maligne du caecum sont:

des examens réguliers chez le médecin et des examens (ceci s'applique aux patients dont le cancer du cecum a été diagnostiqué à la famille); détection précoce de l'éducation volumique; ablation chirurgicale rapide des tumeurs intestinales bénignes présentant un risque élevé de tumeur maligne (polypes); respect d'un mode de vie sain (à l'exception des spiritueux et des produits du tabac); une alimentation riche en fibres, fruits et légumes; limiter la consommation d'aliments gras et frits; mode de vie actif (mobile).

Il faut dire qu'avec la résection rapide d'une tumeur caecale, le pronostic de récupération est favorable. Parallèlement, l'espérance de vie dans la période postopératoire dépend du stade de la maladie. La principale mesure prophylactique consiste à détecter et à éliminer rapidement les polypes intestinaux, précancéreux.

Le caecum, qui constitue la première section du gros intestin et situé à la jonction des articulations de l'intestin grêle et du gros intestin, devient souvent le site de localisation des néoplasmes malins. La raison en est les caractéristiques anatomiques et physiologiques de son emplacement et de sa structure.

Le site de localisation du caecum, qui ressemble à une petite poche large, est la cavité iliaque droite. De l'appendice étroit (appendice), le caecum est séparé par un sphincter (valve de Gerlach), qui empêche le contenu de l'intestin de pénétrer dans la lumière.

Qu'est-ce que le cancer du caecum?

Le cancer du caecum est appelé une tumeur maligne qui se développe à partir des tissus de la membrane muqueuse de cet organe.

La photo montre la récurrence du cancer du caecum.

Compte tenu de la croissance lente et du caractère modérément agressif des tumeurs malignes du caecum, ainsi que de l’apparition relativement tardive de métastases à distance, on peut affirmer que les patients qui remarquent des symptômes inquiétants et consultent immédiatement un médecin ont toutes les chances de se rétablir complètement.

Symptômes de la maladie

Les symptômes du cancer du caecum dépendent de la localisation du processus tumoral, de la taille de la tumeur maligne et des maladies associées du tube digestif.

Le plus souvent, en oncologie du caecum, on note la présence de sang dans les matières fécales d'un malade. En raison d'une perte de sang constante, le patient présente des vertiges fréquents, une faiblesse grave et une pâleur sévère de la peau. Après avoir remarqué la présence de sang dans les matières fécales, de nombreux patients la considèrent comme une manifestation d'hémorroïdes et, après s'être auto-guérie de la maladie inventée, ne se rendent pas chez le médecin pendant longtemps, perdant ainsi un temps précieux qui aurait pu être consacré au traitement de la tumeur cancéreuse. Un autre symptôme caractéristique de cette maladie est une douleur constante et douloureuse du côté droit du bas-ventre. En même temps, l'obstruction intestinale chez les patients ne se développe pas, car le cæcum a une lumière assez large et les masses fécales dans ce segment de l'intestin n'ont pas encore le temps de se former, ce qui évite la constipation chez les patients. Le cancer du caecum, qui a atteint les derniers stades, conduit à un effondrement complet du fonctionnement du système digestif. En raison de la compression des organes voisins par les tissus de la tumeur envahie, les patients ressentent souvent une gêne à l'intérieur de l'estomac, leur appétit est complètement perdu, ils sont épuisés par des nausées constantes et une augmentation de la flatulence. Aux derniers stades du cancer du caecum, le patient développe une intoxication cancéreuse, se traduisant par un jaunissement important de la peau, ainsi que par une hépatomégalie (augmentation importante du foie due à la métastase de la tumeur dans ses tissus) conduisant à l'épuisement complet du patient. Une tumeur maligne de taille considérable, comprimant les organes adjacents, provoque souvent un œdème.

Les formes histologiques des néoplasmes malins du caecum sont présentées:

Adénocarcinomes qui se développent à partir de cellules épithéliales qui constituent les membranes muqueuses du caecum. Cancer du cricoïde, dont les cellules ressemblent à des vésicules. Cancer planocellulaire touchant les cellules épithéliales squameuses. Carcinome épidermoïde glandulaire contenant des cellules d'épithélium glandulaire et squameux. Cancer indifférencié - le type de cancer le plus agressif, dont les cellules ne peuvent pas être reconnues. Cancer inclassable. Une tumeur maligne de ce type ne ressemble à aucune des formes histologiques décrites.

Causes du développement de la tumeur

L'apparition d'un cancer du caecum contribue à un certain nombre de facteurs:

présence de prédispositions génétiques et d'hérédité; maladies chroniques de l'intestin et de l'estomac (en particulier les ulcères); la présence de maladies précancéreuses du rectum: polypes villeux et adénomateux ayant une probabilité élevée de dégénérescence en néoplasmes malins; tendance à la constipation chronique et aux selles extrêmement irrégulières; l'abus d'alcool et le tabagisme provoquent souvent le début du processus oncologique; mode de vie sédentaire; régime alimentaire malsain (abus de viande rouge, faible teneur en légumes et fruits frais, céréales, viande de volaille et plats de poisson dans l'alimentation quotidienne).

Les étapes et leur prédiction

Selon la classification russe dans le développement d'une tumeur maligne du caecum, il est habituel de distinguer 5 étapes.

Au stade zéro (souvent appelé cancer in situ), la tumeur qui frappe les couches extérieures de la paroi intestinale est petite, ne s'étend pas aux ganglions lymphatiques adjacents et ne présente pas de métastases distantes. Une tumeur maligne peut être enlevée lors d'une coloscopie. Le traitement précoce se termine par la guérison de 100% des patients. L'étape 1 est caractérisée par la présence d'une petite tumeur mobile (jusqu'à deux centimètres de diamètre) aux limites claires qui se développe dans les tissus de la membrane muqueuse et de la couche sous-muqueuse de l'intestin affecté. Les métastases aux ganglions lymphatiques régionaux sont absentes à ce stade. La survie à cinq ans des patients après excision chirurgicale de la tumeur est de 94%. Une tumeur cancéreuse du 2e stade envahit toutes les couches de la paroi intestinale, mais n'a pas encore quitté les limites de l'intestin atteint. La défaite des ganglions lymphatiques régionaux et des organes distants n'a pas encore été observée. Après la chirurgie, 85% des cas survivent au moins cinq ans. L'étape 3 du processus tumoral est caractérisée par la propagation d'une tumeur maligne aux tissus et organes voisins et par des lésions des ganglions lymphatiques. Métastases à distance n'a pas encore commencé. Avec une lésion de un à trois ganglions lymphatiques, 64% des patients opérés survivent pendant cinq ans, avec une lésion de quatre ou plus - seulement 45%. Le stade 4 commence par la germination d'un cancer dans les tissus des organes adjacents. La défaite des ganglions lymphatiques est multiple. Le processus de métastase des cellules cancéreuses vers des organes distants commence. Si, à la suite d'une métastase distante, un seul organe (poumon ou foie) était atteint, pas plus de 5% des patients ne survivent pendant cinq ans. La métastase de la tumeur à un plus grand nombre d'organes ne laisse presque aucune chance de survie.

Diagnostic et méthodes de traitement du monde

Afin d'éliminer le risque d'erreur de diagnostic, le diagnostic de cancer du cæcum doit être complet.

Le diagnostic de la phase initiale consiste à collecter l'anamnèse, à l'examen physique du patient et à l'examen numérique du rectum.

En examinant le patient, le spécialiste effectue une percussion ou un tapotement de la cavité abdominale pour révéler la présence de fluide libre dans celle-ci. Un sondage plus approfondi de l'abdomen vous permet d'établir la localisation et l'état momentané de la tumeur.

Trouvant une éclaboussure lors de l'auscultation, le spécialiste tire une conclusion sur le développement de l'obstruction intestinale. L'examen manuel de l'état du rectum permet de détecter la présence de métastases dans celui-ci.

L'examen endoscopique est effectué en effectuant les procédures suivantes:

Rectoromanoscopie. Cette procédure consiste en l'étude de l'état du rectum à l'aide d'un appareil spécial, le sigmoïdoscope. Le but de l’étude est de préciser la localisation de la tumeur, d’évaluer son état et le degré de prévalence du processus tumoral. La coloscopie est une procédure douloureuse réalisée avec une anesthésie obligatoire à l'aide d'un appareil optique - un coloscope. Cette étude vous permet de vérifier la présence d’une tumeur maligne, d’en préciser la taille et le lieu de localisation exacte, ainsi que d’étudier l’état des muqueuses de n’importe quelle partie du côlon. Au cours de la procédure, une biopsie est effectuée - un petit morceau de tissu tumoral pour un examen histologique en laboratoire. La coloscopie n'est prescrite que si toutes les méthodes de diagnostic utilisées auparavant ne fournissaient pas d'informations complètes. Irrigoscopie - Examen aux rayons X de toute partie du gros intestin et des anses de l'iléon. Avant l'étude, un lavement est effectué à l'aide duquel les services susmentionnés sont très densément remplis d'un agent de contraste, qui permet de déterminer le diamètre des lumières intestinales, d'identifier la présence et la taille de néoplasmes en masse, ainsi que l'étendue de leur propagation au-delà des limites du caecum. Échographie de la cavité abdominale, résonance magnétique et tomographie par ordinateur des organes internes. Ces études permettent de vérifier la présence ou l'absence de métastases distantes de la tumeur.

Le traitement moderne du cancer du caecum consiste en une combinaison de trois méthodes thérapeutiques: la chirurgie, la radio et la chimiothérapie.

Le rôle principal dans le traitement de toutes les maladies oncologiques est attribué à une intervention chirurgicale.

Son volume est déterminé par la localisation du cancer et le degré de développement du processus tumoral. Selon les résultats obtenus lors de l'examen du patient, la tumeur peut être complètement retirée. il est parfois conseillé de procéder à la résection ou d'imposer une anastomose en cousant différentes sections du gros intestin.

Les ganglions lymphatiques affectés sont enlevés lors d'une opération de lymphadénectomie. Dans les tumeurs inopérables, une anastomose artificielle est appliquée pour restaurer une perméabilité intestinale altérée, en contournant le site affecté par la tumeur.

La radiothérapie est utilisée à la fois avant l'opération (afin de réduire la taille de la tumeur) et après celle-ci (afin de détruire les cellules cancéreuses laissées après l'opération et ainsi éviter la récurrence de la maladie). Le traitement avec des produits chimiques qui détruisent les cellules cancéreuses et suppriment leur capacité de division incontrôlée peut impliquer l’utilisation d’un médicament (fluorafura ou fluorouracile) ou d’une combinaison de plusieurs médicaments (par exemple, le fluorouracile et le folinate de calcium).

La chimiothérapie est souvent utilisée en association avec la radiothérapie. Cet effet améliore l'efficacité de la destruction des cellules cancéreuses et la probabilité de métastases. S'il est impossible d'effectuer l'opération (par exemple, s'il existe une maladie concomitante grave ou si la tumeur elle-même n'est pas opérable), une chimiothérapie peut être prescrite au patient comme seule méthode de traitement.

Rééducation après une chirurgie pour cancer du caecum

Si une fistule a été imposée à l'intestin opéré pour rétablir l'obstruction intestinale, le patient aura besoin de pansements fréquents. Cela permettra d'éviter l'irritation et l'inflammation de la peau autour de la fistule.

Le pansement doit être appliqué de manière à éviter tout glissement lors de mouvements. Après chaque passage d'entrailles par un anus artificiel sur sa muqueuse saillante, impose une serviette de gaze stérile imbibée d'huile de vaseline, recouvrez-la de plusieurs serviettes de gaze et d'une couche de coton.

Pour renforcer les bandages, utilisez des bandages spéciaux. L'utilisation d'un patch qui peut endommager la peau avec des pansements fréquents est inacceptable.

Le soin de la peau autour de la fistule implique l’utilisation de pâtes et de pommades additionnées d’acide lactique, ainsi que la lubrification des zones enflammées avec une solution à 10% de tanin.

Pour la formation de croûtes empêchant le contenu de l'intestin d'affecter la peau, différentes poudres sont utilisées: talc, kaolin, tanins secs.

Après la guérison de la plaie et la formation d'une fistule, il est recommandé au patient de prendre des bains quotidiens.

À partir de ce moment, le personnel médical commence à lui apprendre à utiliser la vessie.

À la fin des masses fécales au patient faire un lavement avec de la paraffine liquide. Une condition importante pour une récupération réussie est le strict respect du régime alimentaire.

Pendant six jours après la chirurgie, les aliments solides sont contre-indiqués pour le patient et de grandes quantités de liquide sont autorisées. Les forces du patient sont soutenues par des bouillons, des jus de fruits, des bouillies liquides et également des purées de légumes liquides, des jus de fruits et des décoctions à base de plantes.

Au cours des prochains jours, la consistance de la nourriture devient légèrement plus épaisse; Tous les plats (en très petites portions, toutes les trois heures) sont servis exclusivement sous forme minable.

Dix jours après l'opération, il est permis d'introduire dans le régime alimentaire du patient des aliments riches en protéines (variétés de poisson et de viande faibles en gras, œufs).

Les légumes et les fruits frais (notamment les betteraves, les carottes et les pommes), ainsi que les produits laitiers tels que le yogourt, le kéfir et la crème sure faible en gras sont extrêmement utiles. Lorsque vous vous sentez mieux (cela survient généralement après un régime d'un mois), le patient est autorisé à passer à un régime alimentaire régulier, sans oublier le régime fractionné.

Pour les patients opérés du caecum, il est recommandé d’inclure dans votre alimentation: veau, herbes fraîches, baies, fruits et légumes, huile végétale, poisson maigre, mouton, pain sans levain, différents types de pâtes alimentaires, porridge aux céréales.

Tous les plats doivent être fraîchement cuits et chauds (et les plats chauds et froids ne sont pas non plus appropriés). La cuisson à la vapeur et le ragoût devraient être les principales méthodes de cuisson.

Les aliments interdits sont: le soja, toutes sortes de bonbons, le fromage fondu, le poulet, les arachides, toutes les variétés de bâtonnets de crabe, les œufs de poule crus, le café instantané.

Prévisions

S'agissant de la prévision d'un patient atteint d'un cancer du cæcum, le spécialiste prend en compte les résultats obtenus lors de son examen diagnostique préliminaire.

La priorité est donnée à:

taux de croissance et taille d'une tumeur maligne; données d'examen histologique; la profondeur de germination de la tumeur dans la paroi intestinale; la présence de métastases ganglionnaires et d'autres organes; le niveau de différenciation des tissus tumoraux.

Dans le calcul de la prédiction de la survie incluent également l'histoire de la maladie, le succès de l'opération effectuée et l'âge du patient.

La survie à cinq ans pour tout type de cancer de la caecal dépend principalement du stade auquel le processus tumoral a été détecté. Par exemple, un adénocarcinome très différencié, qui touche le plus souvent les tissus du caecum, donne une chance de survie à 90% des patients, à condition que la maladie soit détectée aux stades I et II et à 60% au troisième.