loader
Recommandé

Principal

Sarcome

Vaccin contre le cancer de la prostate

La science recherche un médicament anticancéreux efficace depuis plusieurs décennies. Les découvertes dans le domaine de la génétique ont permis la création de médicaments expérimentaux dont le principe d'action repose sur le blocage du code pathologique et la modification de la réaction du système immunitaire au développement des cellules cancéreuses. Des études cliniques ont montré des résultats positifs du traitement chez certains patients, mais une garantie de 100% n’a pas encore été atteinte. Le premier vaccin contre le cancer de la prostate, sipuleucel-T, a été enregistré en 2010 sous le nom officiel PROVENGE. Compte tenu des particularités de la production, individuelles pour chaque personne, le coût du médicament reste élevé, et pour obtenir la prolongation de la vie est obtenue dans un cas sur trois. Récemment, le médicament anticancéreux de prochaine génération, PROSTVAC-VF, est apparu avec un principe d’action différent. Des travaux sont en cours pour créer un schéma thérapeutique efficace utilisant deux types de vaccins.

Nos lecteurs recommandent

Notre lecteur habituel s'est débarrassé de PROSTATITIS, une méthode efficace. Il a vérifié lui-même - le résultat est 100% - l'élimination complète de la prostatite. C'est un remède naturel à base de miel. Nous avons vérifié la méthode et décidé de vous le recommander. Le résultat est rapide. METHODE EFFICACE.

A qui est-ce que l'application est indiquée?

La chirurgie visant à retirer une tumeur à un stade précoce reste la principale méthode de traitement du cancer de la prostate, et une pathologie maligne de grade 3-4 peut être corrigée avec l'utilisation d'un traitement conservateur. Après avoir analysé les résultats des différentes méthodes utilisées pour supprimer la croissance des cellules cancéreuses, les scientifiques ont conclu qu’une bonne performance était obtenue par immunothérapie.

L'utilisation d'un vaccin pour le traitement efficace du cancer de la prostate est indiquée chez les hommes qui ont suivi un traitement hormonal sans changements positifs notables. À ce stade du développement du médicament, les vaccins prophylactiques empêchant le développement de l'oncologie ne sont développés que pour la pathologie virale maligne et sont efficaces jusqu'à ce que l'agent pathogène pénètre dans le corps humain.

Les vaccins thérapeutiques, notamment PROSTVAC-VF et sipuleucel-T, sont utilisés pour traiter le cancer de la prostate à un stade avancé chez l'homme, détecté au cours de la période où l'opération est impossible en raison d'une métastase, un soulagement de la douleur n'est pas encore nécessaire pour le traitement de la douleur intense et un traitement conservateur conforme à la norme régime n'apporte pas de résultats.

Contre-indications

Le problème avec l’utilisation du vaccin sipuleucel-T est qu’il est nécessaire que le médecin entame le traitement dans l’intervalle entre la détection du cancer métastatique et l’apparition d’un syndrome douloureux prononcé. Le médicament est incompatible avec les médicaments analgésiques. Les analgésiques inhibent l'activité des cellules du système immunitaire et la base du traitement avec un vaccin est d'augmenter l'activité des lymphocytes T. Le traitement par Sipuleucel-T doit commencer avant que l'homme ne commence à utiliser régulièrement des antidouleurs sous forme de comprimés, d'injections ou de suppositoires du rectum.

Les données sur les contre-indications à l'utilisation du vaccin PROSTVAC-VF contiennent des références à des états d'immunodéficience sévère, ainsi que dans les cas où la prostate est enlevée du patient.

Variétés de vaccins

Selon le principe de l'impact du vaccin est divisé en médicaments thérapeutiques et prophylactiques. Il n'existe pas actuellement de vaccin contre le cancer de la prostate capable de prévenir le développement d'une tumeur maligne de la prostate.

Les agents thérapeutiques sont développés en tenant compte des désordres fondamentaux qui sous-tendent le développement de la pathologie du cancer:

  1. Médicaments à base de cellules cancéreuses mortes. Avec l'introduction du médicament dans le corps, la réaction du système immunitaire est déclenchée, laquelle "apprend" à reconnaître les structures pathologiques.
  2. Vaccins dotés de propriétés antigéniques. La structure protéique d'une cellule cancéreuse est utilisée pour créer un médicament qui bloque une partie du cycle de vie. Les médicaments de ce groupe constituent la base de la thérapie ciblée.
  3. Vaccins génétiques. Ils sont créés en tenant compte du code génétique de chaque personne et stimulent la production d’anticorps dirigés contre les cellules cancéreuses.
  4. Vaccins dendritiques. Pour les créer, il était nécessaire de se référer au début du processus de développement de chaque cellule, jusqu'au moment de la spécification. Relativement jeune, mais déjà prouvé être un type efficace de médicaments à base de dendrites. Les cellules souches définissent une tumeur maligne comme une formation étrangère, sont introduites et éliminent la source de la menace. Certaines informations sur le contenu de la cellule cancéreuse restent, ce qui permet de produire des réponses immunitaires spécifiques contre ce type de ravageur.

La liste des vaccins efficaces contre le cancer est aujourd'hui petite. Pour les femmes, un vaccin prophylactique contre un virus provoquant le cancer du col utérin a été mis au point. Il existe deux types de médicaments thérapeutiques pour hommes dotés de principes d'action différents visant à supprimer une tumeur maligne de la prostate.

Effets de principe sur le corps

Deux vaccins contre le cancer de la prostate, approuvés et testés cliniquement, diffèrent par leur mécanisme d'action:

  • PROVENGE. Une préparation individuelle est créée à partir de ses propres cellules sanguines avec l'introduction d'un composant supprimant la fraction protéique d'une tumeur de la prostate. Après le traitement, le vaccin est injecté trois fois dans le corps d’un patient atteint de cancer. Grâce à une modification améliorée, le système immunitaire reconnaît maintenant les cellules cancéreuses en tant qu'agent étranger et participe à la lutte contre la maladie.
  • PROSTVAC-VF. Le principe du vaccin est basé sur le fait que dans le cancer de la prostate, le niveau d'un antigène prostatique spécifique augmente plusieurs fois. Dans les cellules cancéreuses de la prostate, sa concentration est particulièrement élevée. Avec l'introduction d'un médicament contenant un virus à base de PSA génétiquement modifié, le système immunitaire commence à reconnaître les porteurs de l'antigène et à les détruire.

Les vaccins contre le cancer de la prostate fonctionnent de différentes manières, mais ils sont unis en renforçant le travail de leur propre protection et en obtenant une réponse immunitaire.

Effets secondaires

L'utilisation de médicaments s'accompagne d'effets secondaires ressemblant à une intoxication. Mal de tête, nausée, faiblesse, exacerbation de processus inflammatoires chroniques. Les effets indésirables des vaccins anticancéreux sont associés à la restructuration du système immunitaire et se manifestent différemment chez tous les hommes.

Qui a dit qu'il est impossible de guérir la prostatite?

VOULEZ-VOUS PROSTATE? Déjà beaucoup d'outils essayés et rien n'a aidé? Ces symptômes vous sont familiers:

  • douleur persistante dans le bas de l'abdomen, le scrotum;
  • difficulté à uriner;
  • dysfonctionnement sexuel.

Le seul moyen est la chirurgie? Attendez et n'agissez pas par des méthodes radicales. La prostatite peut être guérie! Suivez le lien et découvrez comment un spécialiste recommande de traiter la prostatite.

Thérapie hormonale pour le cancer de la prostate

Récemment, un de mes amis m'a raconté un article expliquant comment, pendant longtemps, les médecins nous avaient caché un médicament efficace contre les maladies du rein et le système génito-urinaire Renon Duo.

Je ne fais pas confiance aux informations provenant d'Internet, mais j'ai décidé de vérifier, ce ne serait pas pire, car la préparation est faite à partir de composants naturels: mélèze, arbuste, camomille et autres. Le soulagement est venu après une semaine de consommation, la douleur dans la région lombaire a disparu, aller aux toilettes a commencé à apporter de la joie. Essayez et vous, et si quelqu'un est intéressé, alors le lien vers l'article ci-dessous.

L'hormonothérapie pour le cancer de la prostate est-elle efficace?

Le cancer de la prostate est une pathologie complexe nécessitant un traitement médical important, ainsi que la chirurgie et la radiothérapie. Son développement est stimulé par l'hormone mâle - la testostérone -, afin de réduire l'intensité du processus pathologique, il convient de l'éliminer de l'organisme. L'hormonothérapie du cancer de la prostate est une condition préalable à l'efficacité du traitement.

L'essence et le but de l'hormonothérapie

Le traitement du cancer de la prostate sera efficace si les facteurs contribuant à son développement sont éliminés. La testostérone est considérée comme l'une d'entre elles, car les tumeurs apparaissant sur la prostate sont généralement hormono-dépendantes. Vous pouvez arrêter le processus pathologique, si vous arrêtez l'influence de l'hormone sur le corps.

L'hormonothérapie est utilisée de différentes manières. Il est important de prendre en compte certains des principaux facteurs qui affectent son efficacité:

  • poids corporel d'un homme et de son âge;
  • la croissance;
  • état de santé général du patient;
  • la complexité et le degré de développement de la pathologie;
  • taille de la tumeur dans la prostate.

Aux dernières étapes du développement, le traitement hormonal du cancer de la prostate ne produira pas d'effet positif sans l'utilisation de produits chimiques et de chirurgie.

En ce qui concerne le début de la thérapie, cette question est déterminée individuellement. Pour quelqu'un, cela commence lorsque les premières manifestations de la pathologie sont présentes et d'autres patients se voient prescrire des hormones lorsque des métastases se développent ou lorsque le cancer de la prostate progresse.

Indications et effets indésirables possibles

Le traitement hormonal du cancer de la prostate est aujourd'hui considéré comme l'un des traitements les plus efficaces et les plus prometteurs pour arrêter la maladie à un stade précoce de développement. Si les premiers symptômes de pathologie commencent à apparaître et que l'on observe la croissance de cellules malignes, il est nécessaire de consulter un médecin. L'hormonothérapie a les indications suivantes:

  1. re-développement du processus tumoral, qui ne pouvait pas être arrêté en utilisant d'autres méthodes de traitement;
  2. la vieillesse du patient - ces personnes perçoivent plus facilement la thérapie au niveau psychologique;
  3. métastases;
  4. croissance excessive de la tumeur, qui se situe déjà au-delà de la prostate;
  5. fixer le résultat après la chirurgie - la croissance des cellules malignes est considérablement ralentie, ce qui permet de garder le processus pathologique sous contrôle;
  6. élimination du tissu prostatique;
  7. l'utilisation d'une radiothérapie hormonale est utilisée avant ces procédures;
  8. carcinomes de contrôle de la croissance;
  9. l'inefficacité d'autres méthodes de traitement, le refus du patient à leur égard ou l'impossibilité de leur utilisation dans des cas individuels;
  10. prévention des complications de la maladie présentée;
  11. Améliorer la survie des patients atteints d'un cancer de la prostate.

L'hormonothérapie du cancer de la prostate peut avoir des effets secondaires. Parmi eux figurent les suivants:

  • affaiblissement de la fonction sexuelle chez les hommes, lié au refus des jeunes patients d’utiliser des hormones;
  • féminisation du corps - il y a une augmentation des glandes mammaires, une diminution de la masse musculaire, une augmentation du poids;
  • développement de thrombophlébite;
  • la présence constante de frissons ou de chaleur;
  • troubles du système digestif;
  • faiblesse générale;
  • troubles de la mémoire;
  • l'anémie.

Il est important de savoir que les réactions négatives au traitement hormonal n'apparaissent pas du tout. Tout dépend du schéma thérapeutique choisi.

Les contre-indications à la thérapie hormonale incluent les maladies cardiovasculaires et la thérapie primaire d'oncologie localisée.

Types de thérapie et médicaments utilisés

L'hormonothérapie pour le cancer de la prostate peut être réalisée par plusieurs méthodes: opératoire et médicale.

Dans le premier cas, les testicules sont enlevés, ce qui produit la quantité maximale de testostérone. Dans le cancer de la prostate, cette méthode est largement utilisée. Il est indiqué en cas de réaction négative de l'organisme à l'hormonothérapie ou en cas de refus de la castration du médicament.

Tous les patients ne peuvent pas accepter ce traitement. Bien que cela réduise de moitié la production de l'hormone mâle, cela n'élimine pas complètement le problème. En outre, l'opération a un impact extrêmement négatif sur l'état psychologique du patient, qui entraine souvent une dépression prolongée avec toutes les conséquences qui en découlent.

Thérapie hormonale plus acceptable. Un homme vient juste de recevoir périodiquement une injection d'un médicament prescrit par un spécialiste. L'effet du traitement est déjà visible au bout de quelques semaines - le taux de testostérone est considérablement réduit (au minimum). Dans le même temps, les testicules ne sont pas retirés, l’état psychologique du patient reste normal.

Les œstrogènes et les antiandrogènes sont couramment utilisés en thérapie. Les premières substances sont des hormones féminines. Ils produisent l'effet opposé de la testostérone. Ces médicaments peuvent provoquer des réactions indésirables importantes. Mais les moyens d'une nouvelle génération réduisent considérablement le risque de leur apparition.

Les médicaments les plus populaires sont les suivants:

Les fonds disponibles peuvent corriger la glande pituitaire et réduire la synthèse de la testostérone. Vous devez prendre ces médicaments seulement une fois par mois. Un autre avantage de la thérapie est la possibilité de traitement à domicile.

Toute injection pour le cancer de la prostate doit être effectuée après lecture des instructions relatives à l’utilisation des fonds.

Quant aux antiandrogènes, ils interfèrent avec l’interaction de la testostérone avec les cellules malignes. Dans les premiers jours qui suivent le début du traitement, l'état général de la personne se dégrade, mais si vous supportez tous les inconvénients, il en résulte des changements positifs dans le traitement. Ces médicaments comprennent le nilutamide et le flutamide.

Il est important de noter qu’après la cessation de la consommation d’hormones, les niveaux de testostérone peuvent se rétablir et que la tumeur recommence à se développer.

Les médicaments ne sont pas en mesure d'éliminer complètement le processus oncologique. Ils ne font que le suspendre, ne permettent pas aux cellules malignes de croître et de se multiplier.

Particularités de la nutrition pendant l'hormonothérapie

La testostérone et le cancer de la prostate sont interdépendants. Plus le niveau du premier est élevé, plus le risque de développer une pathologie est grand. Naturellement, pendant le traitement, un homme devra changer complètement son mode de vie. Une bonne nutrition joue un rôle important à cet égard. Comme les médicaments doivent être pris pendant une longue période, le régime s’adapte exactement à ce mode. Ses principes fondamentaux sont les suivants.

  1. Il est nécessaire de refuser les aliments malsains et gras. Les médicaments hormonaux peuvent entraîner un gain de poids, de sorte que les aliments les plus caloriques sont exclus du menu. Vous devez également abandonner les plats et les produits contenant beaucoup de cholestérol. Il est nécessaire d'introduire dans le régime alimentaire des fruits de mer, de la viande maigre bouillie ou bouillie.
  2. Les portions devraient être petites. Cela permettra aux nutriments d'être mieux absorbés. Sinon, un stress supplémentaire sur le cœur sera donné.
  3. Le menu devrait inclure des fruits et des légumes.
  4. Les produits contenant un grand nombre de conservateurs, d'additifs divers et de colorants devraient être supprimés du menu. Ils ne font qu'aggraver l'état du patient.

Élaborer un menu pour le patient afin d’aider le nutritionniste conformément aux recommandations du médecin traitant. Des produits bien choisis restaureront l'immunité humaine et donneront une force supplémentaire pour lutter contre la maladie.

Est-il possible de réduire les effets secondaires des hormones

L'hormonothérapie du cancer de la prostate doit être effectuée correctement. Il y a des choses qui sont interdites pendant le traitement. Par exemple, vous devriez éliminer complètement l’alcool de votre régime alimentaire et abandonner les cigarettes. Dans la fumée, des sels de cadmium favorisent la croissance des cellules tumorales. Les boissons alcoolisées aggravent l'action des médicaments hormonaux.

En outre, il est nécessaire de limiter ou de refuser l'utilisation d'aliments gras. Afin de réduire le risque de complications et d’effets indésirables au cours du traitement hormonal, il est nécessaire de respecter les recommandations suivantes des médecins:

  1. suivre strictement le régime;
  2. pendant le traitement, vous devriez oublier les cigarettes et les boissons alcoolisées;
  3. manger mieux en même temps;
  4. observer la routine quotidienne et ne pas oublier le repos approprié;
  5. les promenades dans l'air frais renforceront le système immunitaire, amélioreront la circulation sanguine et élimineront les processus stagnants;
  6. Il est important de faire des exercices physiques, mais vous ne devez pas surcharger le médecin, il doit choisir une série d'exercices.
  7. utilisez une quantité suffisante de liquide par jour - au moins 2 litres.

Efficacité et pronostic du traitement

Le résultat dépend en grande partie de la présence de métastases, du stade de la maladie et de la réponse du corps aux hormones. Une tendance positive peut être considérée comme une diminution de la concentration en antigène spécifique de la prostate à un niveau de 0,1 ng / ml. De plus, cet effet peut être atteint après 1,5 à 2 mois de traitement.

En ce qui concerne les prévisions, il est ensuite tenu compte de la manière dont les médicaments de traitement hormonal pour le cancer de la prostate ont été prescrits en temps voulu. Le dosage correct est également important. Aux premiers stades de la maladie, le pronostic sera favorable dans la plupart des cas. Le patient restera au travail, ne recevra pas le statut de personne handicapée et ne perdra pas l'occasion d'avoir des relations sexuelles, bien que la libido puisse diminuer légèrement.

S'il y a 2 ou 3 stades de développement de la maladie, des schémas thérapeutiques plus complexes sont attribués au patient, qui dépendent de l'état de santé de la personne dans son ensemble, ainsi que de l'apparition d'autres processus pathologiques. Grâce à l'hormonothérapie, la durée de vie du patient peut être prolongée jusqu'à 10 ans (stade 3) - 15 ans (stade 2).

Le cancer de la prostate n'est pas une phrase. Il peut être surmonté si vous commencez le traitement de manière correcte et en temps voulu.

Vue d'ensemble des injections de cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est l'une des maladies les plus courantes chez l'homme et est observé chez les hommes plus âgés. Cette maladie est très difficile à identifier au début, car le cancer ne s'accompagne pas de symptômes prononcés. À cet égard, le patient peut même ne pas soupçonner qu'il développe une maladie dangereuse.

Le seul moyen de vous protéger de tels problèmes et de protéger votre propre santé consiste à vous rendre régulièrement chez l’urologue. Un examen prophylactique permettra d'identifier non seulement le cancer au stade initial de développement, mais également d'autres maladies de la prostate, qui ont également des conséquences graves.

Dans les cancers à un stade précoce de la prostate, il y a une légère démangeaison dans le scrotum. À cela, presque toujours ne faites pas attention, mais c’est ce signe qui indique une menace imminente.

Caractéristiques du traitement de la maladie

Dans le cancer de la prostate, diverses procédures peuvent être appliquées, en fonction du stade de la maladie.

En plus de la recherche, avant la nomination du traitement, le médecin prend également en compte des caractéristiques telles que:

  • catégorie d'âge du patient;
  • la présence ou l'absence d'un autre type de maladie.

En médecine moderne, le cancer de la prostate peut être utilisé comme traitement médicamenteux, mais dans ces cas, si la maladie est localisée, son développement se situe au premier ou au deuxième stade.

Cette méthode peut ne pas aider dans tous les cas, alors les experts prescrivent la mise en œuvre

  • radiothérapie;
  • traitements hormonaux;
  • prostatectomie radicale.

Au cas où le cancer de la prostate "dépasserait" la prostate, il se dirigerait vers les ganglions lymphatiques voisins (développement atteint le stade 3), ou vers les organes voisins, ainsi que les os (stade 4), dans ce cas appelé gestion de la maladie, pas son élimination. En règle générale, pour les cancers de la prostate du 3ème ou 4ème stade, les spécialistes prescrivent une chimiothérapie, ainsi qu'une injection appropriée et les médicaments nécessaires pour éliminer les symptômes et traiter les métastases osseuses.

Quels médicaments sont utilisés dans le traitement?

Tenant compte des particularités de l'évolution de la maladie, ainsi que de nombreux autres facteurs, les médecins choisissent une méthode de traitement qui permet de soulager l'état du patient le plus rapidement possible.

En ce qui concerne les médicaments, pour le cancer de la prostate, on utilise le plus souvent des outils du type suivant:

  1. Les médicaments pathogénétiques sont utilisés pour mener à bien les processus de restauration des fonctions altérées de l'organisme malade, qui a souffert non seulement de la maladie en développement, mais également pendant la chimiothérapie. En outre, ces médicaments offrent une opportunité de renforcer le système immunitaire et d'améliorer les processus métaboliques.
  2. Les médicaments qui affectent activement le système d'interféron.
  3. Dans le cancer de la prostate, l'hormonothérapie est également pratiquée assez souvent. Cette technique est basée sur le prélèvement d'organes génitaux masculins. L'hormone sexuelle masculine la plus importante est la testostérone, qui est produite par les testicules. La tumeur de la prostate (apparence maligne) est généralement sensible aux hormones. Cela suggère que la testostérone favorise le développement d'une tumeur de la prostate et que, si vous arrêtez l'effet de cette hormone sur la prostate, le développement du cancer peut être stoppé.

Dans quels cas produire un traitement hormonal?

L'hormonothérapie pour les tumeurs malignes de la prostate peut être prescrite aux patients qui ont une rechute du cancer de la prostate après une chirurgie ou une radiothérapie. En outre, étant donné que l'hormonothérapie est plus efficace pour de nombreux patients, elle peut être prescrite comme traitement initial aux hommes âgés présentant une grande variété de maladies supplémentaires.

Un traitement hormonal peut également être effectué dans les cas où le patient refuse d'effectuer une irradiation de la prostate ou veut éviter des interventions chirurgicales graves.

Dans le cancer de la prostate, l'un des facteurs de la mise en œuvre du traitement hormonal est également la croissance d'une tumeur maligne au-delà des bords de la capsule de l'organe susmentionné, ainsi que l'observation de métastases. Dans ces cas, s'il existe une maladie des os ou des ganglions lymphatiques, l'hormonothérapie est la solution la plus appropriée.

L'efficacité du traitement hormonal

Afin de contrôler cette méthode de traitement de la maladie chez l'homme, la définition de l'indicateur de PSA pour le sang est utilisée. Le niveau optimal est considéré comme une diminution du PSA jusqu'à une limite de 0,1 ng / ml deux mois plus tard (minimum 1,5) après le début du traitement.

Favorable dans ce cas est même un indicateur ne dépassant pas le niveau de 0, 5 ng / ml. L'efficacité du traitement produit dépend en grande partie de l'indice de PSA initial, du niveau de développement de la maladie (tumeur maligne) et de la présence de métastases.

Injections pour hormonothérapie

L'hormonothérapie peut être effectuée à l'aide d'injections. Cette injection est administrée aux patients dans certains cas. Les médicaments utilisés en traitement ressemblent aux hormones hypophysaires (situées dans le cerveau de la glande endocrine).

Après une période de 3 semaines après l'utilisation de médicaments (l'injection est prescrite exclusivement par le médecin) de ce groupe, le niveau de testostérone est réduit au minimum, comme lors de la réalisation d'une orchidectomie. En d'autres termes, une sorte de miel est produite. la castration.

Une telle injection permet aux patients d’éviter la procédure d’enlèvement des testicules, mais il convient de garder à l’esprit que l’intervention chirurgicale peut être une option de secours qui sera utilisée lorsque les effets secondaires d’un tel traitement hormonal ou si le patient refuse de poursuivre ce traitement.

Dans notre état, les moyens les plus courants de ce groupe sont des médicaments tels que:

  • le prostap;
  • la diféréline, ainsi que le superfact;
  • le décapeptil et la goséréline (zoladex).

Cette dernière option est faite sous forme de stérile, dotée d'un dépôt cylindrique de teinte blanchâtre. Il est mis en œuvre sous une forme prête à l'emploi (seringue). Cette injection est injectée directement sous la peau de l'abdomen tous les mois ou une injection est effectuée tous les trois mois (en fonction de la posologie de 10,8 mg ou 3,6 mg).

Quelle méthode de traitement choisir et quelle option serait préférable dans chaque cas, décide le spécialiste en discutant du traitement à venir avec le patient. Il peut également proposer d'autres options de traitement si l'évolution de la maladie permet l'utilisation d'autres méthodes.

Médicaments contre le cancer de la prostate: principes de prescription

Le cancer de la prostate est, année après année, en tête de liste des maladies oncologiques chez les hommes âgés et du cancer du sein chez les femmes. Son début présage est des démangeaisons au scrotum.

La décision sur le choix des médicaments pour le traitement du cancer de la prostate et d'autres méthodes de traitement d'un patient dépend d'un certain nombre de facteurs:

  • stade du cancer de la prostate par ultrasons, biopsies et autres études;
  • l'âge du patient;
  • la présence ou l'absence d'autres maladies;
  • espérance de vie;
  • coût du traitement et considérations pratiques.

Si le cancer est localisé (stade 1 ou 2), on utilise alors une prostatectomie radicale, un cyber-couteau, une radiothérapie (radiothérapie), une cryodestruction et des médicaments hormonaux pour traiter le cancer de la prostate.

Si le cancer s'est propagé au-delà de la prostate, soit aux ganglions lymphatiques voisins (stade 3), soit aux os ou à d'autres organes (stade 4), le but du traitement est de contrôler le cancer, pas de le guérir.

Dans ce cas, une chimiothérapie et des médicaments appropriés pour le traitement du cancer de la prostate et le traitement des métastases osseuses sont prescrits.

La liste principale et les caractéristiques des médicaments pour le cancer de la prostate

Médicaments pathogéniques pour le cancer de la prostate sont utilisés pour restaurer perturbés à la suite de la maladie et pour traiter la chimiothérapie (par exemple, docétaxel dans le cancer de la prostate) les fonctions du corps, améliorer le métabolisme, renforcer le système immunitaire.

  • "Aspirine" dans le cancer de la prostate - pour inhiber la synthèse de substances analogues aux hormones des prostaglandines.
  • «Veroshpiron» dans le cancer de la prostate est un antagoniste de l’aldostérone.
  • Adaptogènes (échinacée, ginseng, befungine, antiseptique, stimulant de Dorogova ou cancer de la prostate, AID).
  • Immunomodulateurs ("thalidomide").
  • Les médicaments qui affectent le système d'interféron ("Cycloferon" - pilules et injections pour le cancer de la prostate, "Reaferon", "Viferon").

Les médicaments symptomatiques contre le cancer de la prostate ont pour but de soulager les symptômes de la maladie.

  • "Omnick" pour le cancer de la prostate - améliore l'acte de miction.
  • "Vibramitsin", "Unidox Salyutab" - médicaments antibactériens.
  • "Paracétamol", "Diclofenac", "Tramadol" - analgésiques.
  • "Lakomax", "Epitelamin" - signifie soutenir le foie.
  • "Paroles" pour le cancer de la prostate - pour le traitement de la douleur neuropathique.

De nombreuses herbes, compléments alimentaires et médicaments d'origine végétale (soude, chélidoine, propolis, pruche, teinture de mouche agarique, traitement à l'aconite, aux personnes âgées, etc.) sans l'approbation des scientifiques sont présentés comme des médicaments efficaces contre le cancer de la prostate. Il est nécessaire de recourir à ces formes de traitement uniquement après autorisation du médecin.

  • Les remèdes populaires qui peuvent "se référer" à des études cliniques - ce lycopène, des antioxydants, contenus en grande quantité dans les produits à base de tomate et le thé vert.
  • L'homéopathie, telle que Hepar Sulfur C6, vise à réduire les symptômes de la maladie.

Traitement médical hormonal et chimiothérapeutique du cancer de la prostate chez les personnes âgées

Actuellement, l'hormonothérapie utilise une combinaison de deux types de médicaments.

1. Hormones libérant de l'hormone lutéinisante.

Sous leur influence, les testicules arrêtent la production de testostérone, la principale hormone androgène masculine, nécessaire à la croissance tumorale.

Ceux-ci comprennent:

  • Leuprolide (nom commercial "Lupron").
  • Buserelin ("Dépôt de Buserelin").
  • Leuprorelin ("Elegard").
  • Goséréline (Zoladex).

2. antiandrogènes.

Même si la production de testostérone dans les testicules est arrêtée, une petite quantité d'androgènes sera produite par les glandes surrénales. Les antiandrogènes bloquent la capacité des tissus de la prostate à utiliser des androgènes.

Ce type de traitement du cancer de la prostate chez les personnes âgées comprend les médicaments suivants:

  • Flutamide ("Eulexin") (éventuellement en association avec le synestrol).
  • Bicalutamide (Casodex).
  • Nilutamide ("Nilandron").

Ces fonds devraient être pris sous forme de comprimés une à trois fois par jour.

Dans les cliniques en Angleterre, en Israël, en Allemagne et dans d’autres pays offrant des soins avancés contre le cancer, la chimiothérapie est généralement utilisée pour les cancers du troisième et du quatrième degré.

Pour le traitement du cancer de la prostate chez les personnes âgées, appliquez:

  • Injections d'estramustine («Estracyt», accompagnées de la prise d'un agent cardioprotecteur «Cardioxan» et d'un agent antitumoral «Paclitaxel» ​​pendant toute la période de chimiothérapie).
  • Mitoxantrone (novantron).

Nouveaux médicaments contre le cancer de la prostate

L'utilisation de pilules pour le cancer de la prostate contenant l'ingrédient actif Finasteride (Proscar) est controversée, mais possible avec l'hormonothérapie pour le cancer de la prostate.

Habituellement, ce médicament est utilisé pour traiter les signes d’adénome de la prostate chez les hommes.

Il empêche la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone - la forme la plus active de la testostérone, qui stimule la croissance des cellules normales et cancéreuses de la prostate.

Les nouveaux médicaments pour le cancer de la prostate incluent également:

  • "Alfaradin" de la classe des radiopharmaceutiques. Il est ciblé par les particules alpha sur les métastases osseuses, réduisant ainsi la compression de la moelle épinière et réduisant le nombre de fractures pathologiques. En conséquence, le taux de survie des patients augmente.
  • Denosumab (Prolia). Si vous l'appliquez au stade 1-2 de l'évolution de la maladie, l'outil retarde l'apparition des métastases osseuses, renforçant ainsi la densité et la résistance des os. Dans les pharmacies de Moscou, Novossibirsk et d'autres grandes villes, le prix du médicament est d'environ 21 900 roubles.

Médicaments efficaces contre le cancer de la prostate

Le traitement du cancer de la prostate vise à obtenir une rémission, à maîtriser la maladie et à prévenir les complications.

Les médicaments pour le cancer de la prostate sont choisis individuellement en fonction du stade, de la comorbidité, de l’agressivité de la tumeur et de l’âge du patient.

Les médicaments suivants sont utilisés:

  • Agonistes des hormones libérant de la gonadotropine;
  • Antagonistes des androgènes;
  • Œstrogène (rarement);
  • Les bisphosphonates;
  • Agents chimiothérapeutiques;
  • Les corticostéroïdes;
  • Antifongique;
  • Médicaments immunologiques;
  • Antinéoplasique.

Agonistes de l'hormone lutéinisante libérant de l'hormone

Les agonistes de la gonadolibérine sont utilisés pour la castration du médicament chez les patients atteints d'un cancer de la prostate.

Indications:

  • cancer de la prostate localisé (s'il n'est pas possible d'effectuer un traitement radical ou comme mesure non adjuvante avant une chirurgie ou une radiothérapie);
  • cancer localement avancé sans métastases en monothérapie ou en traitement néoadjuvant et adjuvant en association avec une intervention chirurgicale et / ou des rayons;
  • cancer de la prostate métastatique.

Ils agissent sur les cellules hypophysaires productrices de gonadotrophines, stimulant la synthèse de l'hormone lutéinisante (LH) et de l'hormone folliculo-stimulante (FSH) et, en conséquence, une augmentation du taux de testostérone sur plusieurs semaines. Avant l'administration d'agonistes, des antiandrogènes sont prescrits pour bloquer l'effet de la testostérone sur les cellules de la prostate.

Lors de l'utilisation de médicaments pendant 3 à 5 semaines, la LH et la FSH sont réduites, et avec elles, la testostérone, au seuil de castration (50 NG / dl).

Le représentant est Leuprorelin (Eligard, Lupron-Depo, Depot-Ped).

La leuproréline est indiquée en tant que traitement palliatif du cancer de la prostate avancé, lorsque l’orchidectomie ou l’utilisation d’œstrogènes ne convient pas au patient. C'est un puissant inhibiteur de la sécrétion de gonadotrophines avec un traitement continu aux doses thérapeutiques.

La leuproréline peut être utilisée comme dépôt à une dose de 3,75 mg toutes les 4 semaines, de 11,25 mg toutes les 12 semaines ou de 30 mg toutes les 24 semaines. Lupron doit être administré par voie intramusculaire et Eligard par voie sous-cutanée.

Triptoréline (Diféréline, Trelstar, Trelstar Mixject)

La triptoréline est indiquée dans le traitement symptomatique du cancer de la prostate hormono-dépendant progressive, des formes métastatiques et localisées (alternative à la castration chirurgicale pour supprimer la sécrétion de testostérone). La posologie recommandée est de 3,75 mg par voie intramusculaire toutes les 4 semaines, de 11,25 mg par voie intramusculaire toutes les 12 semaines ou de 22,5 mg par voie intramusculaire toutes les 24 semaines.

La triptoréline est un décapeptide synthétique, un analogue agoniste de la GnRH. Il réduit la sécrétion de LH et de FSH et, en conséquence, réduit les niveaux de testostérone et d'œstrogène. La concentration de testostérone sur le fond de la prise du médicament atteint le niveau post-paysage après 3 semaines.

Un autre médicament ayant un effet et des indications similaires - la goséréline (Zoladex)

Posologie: 3,6 mg et 10,8 mg d’implantation sous-cutanée. La dose standard est de 3,6 mg toutes les 4 semaines ou de 10,8 mg toutes les 12 semaines.

Une diminution de la production de testostérone entraîne une réduction de la taille de la prostate et réduit les symptômes associés.

Hystéréline (Vantas, Supprelin)

Le médicament est administré à raison de 50 mg sous forme d’un implant sous-cutané, conçu pour assurer la libération continue de l’hystéréline à un taux nominal de 50 à 60 µg / jour pendant 12 mois. La dose recommandée est de 1 implant par voie sous-cutanée tous les 12 mois.

L'hystéréline est un puissant inhibiteur de la sécrétion de gonadotrophine.

Certains experts recommandent d'utiliser les agonistes de la LRH de manière discontinue, mais l'efficacité du traitement n'a pas été prouvée.

Le traitement est conçu pour une longue période, avant l'apparition de la réfraction aux hormones.

Antiandrogènes

Dans le cancer de la prostate, les antiandrogènes ont un effet thérapeutique positif: ils se lient aux récepteurs des androgènes et inhibent de manière compétitive leur interaction avec la testostérone et la déshydrotestostérone. En monothérapie inefficace.

Allouer des antiandrogènes purs et stéroïdiens.

Les anti-androgènes non stéroïdiens ou purs sont préférables, car ils interagissent sélectivement avec leurs récepteurs dans la prostate et ne possèdent pas de mécanisme antigonadotrope. En outre, il existe un blocage des récepteurs aux androgènes dans l'hypothalamus, dans le locus, où se produit la production de LHRH. En raison du mécanisme de rétroaction existant, la synthèse de LH augmente, ce qui entraîne une augmentation du taux de testostérone (état temporaire).

Lorsque le cancer de la prostate réfractaire à la castration n'est pas utilisé.

Abiratérone (Abiratérone, Zytiga)

L'abiratérone est prescrit en association avec la prednisone pour traiter les patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique résistant à la castration pendant ou après la chimiothérapie (Docétaxel).

La posologie est de 1000 mg une fois par jour en association avec 5 mg de prednisone deux fois par jour.

L'abiratérone est un inhibiteur de la biosynthèse des androgènes.

Bicalutamide (Casodex)

Le bicalutamide est indiqué dans le traitement du cancer de la prostate métastatique en association avec un agoniste de la RhRG. La posologie standard est de 50 mg par voie orale 1 fois le matin ou le soir.

Degarelix (Degarelix, Firmagon, Firmagon)

Degarelix est un antagoniste sélectif des récepteurs hypophysaires de la GnRH. Il réduit la production de gonadotrophines, de LH et de FSH, grâce à laquelle la testostérone est produite moins.

Indications de nomination - cancer de la prostate hormono-dépendant progressif.

Degarelix est efficace pour atteindre et maintenir la testostérone au niveau post-cation. Contrairement aux agonistes de la GnRH, il ne provoque pas d’augmentation à court terme des taux de testostérone; l'effet souhaité est atteint dans les 1-3 jours suivant l'admission.

La dose initiale est de 240 mg, injectée par voie sous-cutanée (sous la forme de 2 injections de 120 mg à une concentration de 40 mg / ml). La dose d'entretien est de 80 mg par voie sous-cutanée (à une concentration de 20 mg / ml) tous les 28 jours. La première dose d'entretien est prescrite 28 jours après le début de l'administration.

Flutamide

Le flutamide est utilisé en association avec des agonistes de la GNRH pour contrôler le cancer localement limité au stade initial et pour le traitement du cancer métastatique, chez les patients présentant une orchidectomie bilatérale. La posologie habituelle est de 250 mg toutes les 8 heures.

Nilutamide (Nilutamid, Nilandron)

Le nilutamide ne convient pas à l'induction de la castration chimique, car en bloquant le mécanisme de rétroaction permettant de contrôler la sécrétion de testostérone, il augmente sa concentration. Le médicament est utilisé en association avec la castration chirurgicale pour le traitement du cancer de la prostate métastatique, en présence ou en l'absence d'un processus local, en association avec la castration chirurgicale ou pharmacologique.

La dose initiale de 300 mg une fois par jour pendant 30 jours, la dose d'entretien du nilutamide est de 150 mg une fois par jour.

Enzalutamide (Enzalutamide, Xtandi)

Traitement palliatif des tumeurs malignes de la prostate avec métastases.

Apalutamide (Apalutamid, Erleada)

L'apalutamide inhibe la translocation nucléaire du récepteur des androgènes, la liaison de l'ADN et interfère avec sa transcription.

Indications: traitement du cancer de la prostate non métastatique résistant aux hormones.

Médicaments antinéoplasiques

Docétaxel (Docétaxel, Docefrez, Taxotere)

Le docétaxel est indiqué en association avec la prednisone dans le traitement du cancer de la prostate métastatique indépendant des androgènes. La dose habituelle est de 75 mg / m2 toutes les 3 semaines en perfusion d’une heure, avec 5 mg de prednisone par voie orale deux fois par jour.

Cabazitaxel (Sabazitaxel, Dzhevtana)

Le cabazitaxel est prescrit avec la prednisone pour le traitement du cancer de la prostate métastatique après une chimiothérapie avec du docétaxel.

La posologie standard est de 25 mg / m2, administrée par perfusion intraveineuse toutes les 3 semaines en association avec la prednisone 10 mg par jour pour le traitement par le cabazitaxel. La dose est réduite à 20 mg / m2 si les patients développent des effets indésirables.

Mitoxantrone

Pour les patients pour qui oncocosilium est recommandé comme traitement symptomatique et pour lesquels le traitement par Docetaxel n'est pas applicable, la mitoxantrone, en tant que remède palliatif, améliore la qualité de la vie, mais n'en affecte pas la durée.

Le médicament est prescrit en association avec des corticostéroïdes.

La dose recommandée de 12-14 mg / m 2, perfusion intraveineuse 1 fois en 21 jours.

Estramustin (Estracyt, Estramustin, Emcyt)

Estramustin - un agent hormonal antitumoral, contient de l’estradiol et de la méchloréthamine.

Mécanismes d'action:

  • antiandrogène;
  • œstrogénique;
  • antigonadotrope;
  • antitumoral;
  • cytostatique.

Utilisé en association avec la vinblastine, l'étoposide, le paclitaxel, le docétaxel, la mitoxantrone ou les corticostéroïdes pour obtenir des effets synergiques.

Estramustin est indiqué pour le traitement palliatif des métastases et / ou du cancer de la prostate évolutif, en particulier des tumeurs hormono-résistantes.

La posologie moyenne est de 14 mg / kg par jour en 3 à 4 doses. Le traitement peut commencer par des injections intraveineuses de 300/450 mg 1 fois par jour pendant 3 semaines, puis par voie orale de 280 à 420 mg ou par injections intraveineuses de 300 mg 2 fois par semaine.

S'il n'y a pas de dynamique positive dans le mois, le médicament est annulé.

Immunothérapie pour le cancer de la prostate

L’immunothérapie cellulaire autologue stimule le système immunitaire du patient pour lutter contre le cancer.

Le premier vaccin de la deuxième génération contre le cancer malin de la prostate est en cours d’essai. Provenge n'affecte pas la progression de la tumeur, mais peut prolonger l'espérance de vie. Selon les scientifiques, le vaccin est sans danger et peut être utilisé à n'importe quel stade du processus cancéreux, y compris pour le traitement palliatif des tumeurs résistantes au traitement hormonal standard. Lorsqu'un syndrome douloureux grave apparaît, le vaccin n'est pas prescrit. Traitement individuel pour chaque patient.

Obstacle au rendez-vous de masse - le coût élevé.

Dérivés du bisphosphonate

Chez les hommes atteints de cancer de la prostate et de métastases osseuses, l'acide zolédronique est prescrit pour prévenir ou retarder la résorption osseuse liée à la maladie.

Lorsqu'une tumeur de la prostate avec des métastases distantes développe souvent des fractures complexes ou une compression de la moelle épinière. Avec ces complications, la question de la chirurgie ou de la radiothérapie est considérée.

Acide zolédronique (Zometa)

L'acide zolédronique est un bisphosphonate intraveineux, indiqué chez les patients présentant des métastases osseuses confirmées, après une chimiothérapie standard.

4 mg par voie intraveineuse toutes les 3 ou 4 semaines. Pendant le traitement, les niveaux de créatinine sont surveillés.

Durée du cours - 9-15 mois. De plus, il est recommandé de prendre 500 mg de calcium et un complexe vitaminique contenant de la vitamine D (400 UI par jour).

Anticorps monoclonaux Denosumab (Prolia, Xgeva)

Les anticorps monoclonaux (Denosumab) réduisent l'incidence de complications (fractures, compression de la moelle épinière, nécessité d'une radiothérapie) chez les hommes atteints de métastases osseuses du cancer de la prostate.

Le denosumab est un médicament génétiquement modifié à base d'anticorps monoclonaux humains.

En supprimant le développement et l'activité des ostéoclastes, Denosumab réduit la résorption osseuse et augmente la densité osseuse.

Le médicament est connu sous le nom de marque Prolia (Prolia), qui augmente la masse osseuse lors de l'utilisation d'antiandrogènes pour le cancer de la prostate non métastatique.

La dose est de 60 mg par voie sous-cutanée tous les 6 mois.

Analog - Xgeva, à raison de 120 mg par voie sous-cutanée toutes les 4 semaines.

Les patients doivent recevoir des suppléments de calcium de 1 000 mg et de vitamine D 400 UI par jour.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes ont des propriétés anti-inflammatoires, utilisés pour le cancer de la prostate avec métastases, qui ne se prête pas à la thérapie hormonale.

Les corticostéroïdes modifient les réactions du système immunitaire, ils sont utilisés en association avec la mitoxantrone, l'abiratérone et le docétaxel.

Prednisone (Prednisolone), Hydrocortisone (A-Hydrocort, Cortef, Solu-Cortef) et Dexaméthasone

La prednisolone améliore l’état pathologique et réduit le taux d’antigène prostatique spécifique (PSA). De fortes doses peuvent être utilisées chez les patients présentant une compression de la moelle épinière ou un gonflement du cerveau.

Des doses faibles et moyennes de stéroïdes suppriment les androgènes surrénaliens. Un effet symptomatique est apparu chez 60% des patients traités à la dexaméthasone à raison de 0,75 mg 2 fois par jour.

Les corticostéroïdes ont également un effet palliatif chez les patients atteints d'un cancer de la prostate et, à des doses pharmacologiques, contribuent à réduire l'inflammation.

Radiopharmaceutique Dichlorure de radium-223 (Xofigo, Xofigo)

Le médicament est indiqué pour les hommes atteints de cancer de la prostate hormono-résistant et uniquement pour les métastases osseuses destinées à la radiothérapie interne.

Augmente la durée et la qualité de vie.

En Russie, cette méthode de thérapie est limitée.

Antifongiques pour le cancer de la prostate

À fortes doses, le kétoconazole Nizoral inhibe la production d'hormones sexuelles mâles par les surrénales et les testicules en raison de la désintégration du système dépendant du P450.

De nombreux effets indésirables sont quelque peu compensés par la nomination simultanée de Prednisolone.

L'effet de la thérapie au kétoconazole, par opposition à l'utilisation d'antiandrogènes, se développe rapidement, mais est à court terme.

Tous les experts ne le considèrent pas comme un traitement approprié avec le kétoconazole.

Mishina Victoria, urologue, examinatrice médicale

1,265 vues totales, 7 vues aujourd'hui

Injections dans le traitement du cancer de la prostate chez l'homme

Un article sur le sujet: "Les injections dans le traitement du cancer de la prostate chez l'homme". En savoir plus sur le traitement de la maladie.

! Si vous présentez des symptômes de maladies urologiques, ne vous soignez pas et ne retardez pas votre visite chez l'urologue! Prenez immédiatement rendez-vous avec un médecin au +7 (495) 150-15-68.

Cancer est un mot inquiétant. Beaucoup d'hommes craignent que leurs symptômes prostatiques soient causés par le cancer. Dans la plupart des cas, il s'agit d'une peur sans fondement, mais le cancer de la prostate est très courant et, comme la plupart des autres cancers, il peut être fatal. Avec cette forme de cancer, de nombreux traitements sont disponibles. Le cancer de la prostate se développe lentement et peut causer relativement peu de dommages, en particulier chez les hommes plus âgés.

Récemment, les médecins ont mis au point de nouveaux moyens de détecter le cancer précoce de la prostate. Cela signifie que plus d'hommes auront un cancer à un stade précoce.

Comme on l'a déjà mentionné, les oncologues discutent de l'opportunité d'utiliser des tests de dépistage, comme c'est déjà le cas chez les femmes atteintes du cancer du sein.

On ignore pourquoi le cancer de la prostate est si courant. Dans la plupart des cas, il n'y a pas d'antécédents familiaux clairs, mais il existe une forme de maladie commune aux familles. Ne vous inquiétez pas si votre parent a une maladie de la prostate. Toutefois, si vous avez deux parents proches atteints du cancer de la prostate, en particulier s'ils ont une maladie à un jeune âge, vous devez vous examiner vous-même après 50 ans et effectuer périodiquement des études planifiées.

Il existe des différences de propension au cancer de la prostate entre les races et dans différentes parties du monde, ce qui peut être dû aux différences de régime alimentaire et d'exposition aux facteurs environnementaux. Par exemple, le cancer de la prostate au Japon est rare, mais parmi les Japonais vivant en Amérique, le risque de développer cette maladie est élevé. Ceci est le résultat de différences nutritionnelles. Certains types d'aliments gras peuvent prédisposer une personne au cancer de la prostate, tandis que d'autres produits, par exemple ceux contenant du soja, ont un effet protecteur. Il est trop tôt pour donner des conseils, mais une fois que nous comprenons l’importance de ces différences, nous serons en mesure de formuler des recommandations concernant les aliments susceptibles de réduire le risque de cancer de la prostate.

Plus récemment, on pensait que le cancer de la prostate avait été provoqué plus tôt par une opération de vasectomie (excision du canal déférent). Maintenant, la plupart des experts pensent que ce n’est pas le cas.

Diagnostic du cancer de la prostate

La différence entre le cancer de la prostate et l'adénome est que le cancer peut se développer de la prostate dans les tissus environnants et se propager à d'autres organes (métastases), en particulier dans les os, où une douleur ou une fracture peuvent survenir. Lorsque le cancer est la cause des symptômes de la prostate, ceux-ci peuvent réapparaître après le traitement si le cancer réapparaît (se reproduit). Parfois, le cancer de la prostate peut ne causer aucun symptôme, le premier signe de la maladie peut alors apparaître dans un autre organe.

Un médecin peut suspecter une tumeur de la prostate s’il découvre que la prostate a une forme irrégulière, est scellée ou si le patient présente un taux élevé d’antigène spécifique de la prostate (PSA). Pour chacun de ces symptômes, le médecin procédera à une échographie transrectale, réalisera une biopsie (morceaux de tissu glandulaire) pour un examen morphologique. Dans certains cas, en fonction de la gravité des symptômes, le patient doit subir une résection transurétrale de la prostate. Étant donné que cette opération supprime les tissus pouvant être examinés, si un cancer est suspecté, cette opération sera effectuée immédiatement et servira de base au diagnostic. Parfois, le cancer n'est pas suspecté au départ, il n'est diagnostiqué que lorsque le tissu prélevé lors d'une intervention chirurgicale est examiné par un morphologue. En plus du diagnostic du cancer de la prostate, l’apparition d’une tumeur peut donner une idée de la vitesse à laquelle la tumeur se développera. Le pathologiste détermine généralement le taux de croissance de la tumeur sur l’échelle de Gleason de 2 à 10 points. Plus le score est élevé, plus le cancer se développera rapidement et se propagera à d'autres organes. Si un patient a une tumeur avec un score de Gleason élevé, il sera informé de la nécessité d'un traitement précoce.

Une étude radio-isotopique, souvent appelée scanner des os de radionucléides, est réalisée pour détecter la propagation d'une tumeur dans le tissu osseux. Avant l'étude, une petite quantité de radio-isotope est injectée dans le corps. Lorsque l’os est affecté, un scanner spécial détecte une accumulation accrue du radionucléide. Cette étude n'est pas un test spécifique pour la détection du cancer. L'accumulation d'un radionucléide peut survenir à la suite d'autres affections, telles que l'arthrite, un site de fracture ancien et des maladies osseuses bénignes. Un examen plus poussé aux rayons X du tissu osseux malade peut être utile. Parfois, un chirurgien orthopédiste peut prélever un échantillon de tissu osseux sur le site où des modifications pathologiques ont été détectées au cours du balayage radio-isotopique, afin de les examiner au microscope, afin d’identifier le facteur qui a provoqué les modifications pathologiques.

Comment traite-t-on le cancer de la prostate?

La maladie est guérie par le retrait ou la destruction d'une tumeur maligne, à condition qu'elle ne se propage pas vers d'autres organes. Jusqu'à récemment, le traitement chirurgical était la seule méthode utilisée pour éliminer la plupart des tumeurs malignes. Et dans le cas de la propagation d'une tumeur (métastase), il n'y avait pas de traitement. Il existe actuellement de nombreux traitements utilisés pour détruire ou supprimer le développement d'un cancer qui métastase à d'autres organes. Et le cancer de la prostate a été l’un des premiers types de cancer pour lequel ce type de traitement a été mis au point.

  • Ablation de prostate - prostatectomie radicale
  • Radiothérapie

Observation

Comme la tumeur n’est souvent pas une pathologie aiguë, certains patients n’ont pas besoin de traitement urgent. Cette tactique est appelée "attente vigilante" ou "observation active". Cela ne signifie pas que la présence d'une tumeur est négligée. L'essentiel est que la tumeur soit régulièrement observée afin de confirmer l'absence de croissance tumorale; des analyses et des études sont effectuées. Dans ce cas, vous pouvez déjà recommander un traitement. Nous ne pouvons pas prédire avec précision la croissance d'un cancer, mais son évaluation peut être donnée par la structure histologique de la tumeur, qui est examinée au microscope. Parfois, des études montrent que la tumeur se développe si lentement que le patient peut être soulagé de se rendre à la clinique, bien qu'il lui soit conseillé de rester en contact avec son thérapeute. Comme il est peu probable que la forme précoce du cancer de la prostate devienne rapidement incontrôlable, certains urologues recommandent plusieurs mois de surveillance et de mesure du taux de PSA (à quelle vitesse elle croît) afin de ne pas rater le stade du cancer nécessitant un traitement.

Le choix du traitement

Si un traitement contre le cancer est recommandé à un stade précoce du développement de la prostate, une discussion sur le choix du traitement est généralement organisée. Étant donné qu’il n’ya certainement pas de meilleur traitement pour le cancer de la prostate précoce, le patient doit être informé de toutes les possibilités et familiarisé avec la décision finale du traitement.

Incontinence urinaire

L'introduction a décrit les sphincters musculaires de la vessie et de la prostate. La chirurgie pour enlever la prostate affecte également les sphincters. Un trouble tel que l'incontinence urinaire dans les 1 à 2 jours suivant le retrait du cathéter est très courant.

Le patient sera averti à ce sujet, il lui sera enseigné des exercices qui renforceront les sphincters musculaires. Chez la plupart des hommes, la miction est rétablie très rapidement, mais certains constatent qu'une légère fuite se produit parfois, par exemple pendant l'exercice ou la nuit au lit. Dans ce cas, des serviettes hygiéniques doivent être portées. Les fuites d'urine sont rarement plus prononcées. Si un traitement est nécessaire, un dispositif en plastique, appelé sphincter artificiel, est inséré lors de la deuxième opération.

Abus sexuel

Les fibres nerveuses impliquées dans l'érection passent à proximité de la prostate. Auparavant, on pensait que la prostatectomie radicale perturbait inévitablement l'érection, car les faisceaux nerveux se croisaient. Les chirurgiens savent maintenant plus précisément où vont les nerfs et l'opération est réalisée de manière à éviter autant que possible les lésions nerveuses. Le chirurgien doit avertir le patient qu'il est parfois nécessaire de croiser les nerfs pour éliminer complètement le cancer.

En raison du fait que les fibres nerveuses sont facilement endommagées et restaurées lentement, la perte initiale d'érection peut être corrigée, mais cela peut prendre plusieurs mois. Cela concerne uniquement l'érection réelle - le désir sexuel normal et la capacité à l'orgasme ne sont pas violés, bien qu'il lui soit attribué une quantité moindre que l'éjaculation habituelle. Si les nerfs ne sont que partiellement endommagés, l'un des nouveaux traitements médicamenteux contre l'impuissance peut aider. Si les nerfs sont complètement croisés, le traitement est toujours possible, mais le patient doit apprendre à faire une injection dans le pénis.

Quel est le meilleur traitement?

La prostatectomie radicale et la radiothérapie sont les principales méthodes de traitement pouvant entraîner des effets secondaires graves. Il est important de comprendre: ces deux méthodes ne diffèrent pas beaucoup par le degré de risque, l’inconfort et le temps requis pour rétablir l’état normal. Étant donné l’efficacité à peu près égale des différents types de traitement, il est nécessaire d’informer le patient atteint de cancer de la prostate des méthodes de traitement alternatives.

Certains patients préfèrent un traitement chirurgical radical, d'autres optent pour la radiothérapie. Le traitement chirurgical n'est pas sans danger pour les patients atteints de maladies du système broncho-pulmonaire ou du coeur, et dans ces cas, une radiothérapie ou même une surveillance dynamique est recommandée.

Traitement hormonal préliminaire

Parfois, la thérapie hormonale est utilisée brièvement pour réduire la taille de la prostate avant la prostatectomie radicale ou la radiothérapie. On suppose que l'hormonothérapie augmente l'efficacité du traitement primaire, de sorte qu'elle est plus souvent effectuée avant la radiothérapie. Pendant le traitement hormonal, qui dure généralement trois mois ou plus, des effets indésirables sont observés, mais dès que les traitements par hormone et radiothérapie se terminent, ils disparaissent. Dans certains cas (lorsque la tumeur de la prostate est très importante), une combinaison de radiothérapie et d’hormonothérapie est recommandée, qui se poursuit jusqu’à la fin de la radiothérapie.

Cancer de la prostate lancé

Malheureusement, il arrive parfois qu'après des recherches, des analyses et un diagnostic du cancer de la prostate, la tumeur soit trop «amorcée» pour un traitement chirurgical ou une radiothérapie. Parfois, après un traitement initialement réussi avec une méthode chirurgicale ou de radiothérapie, des études montrent que la croissance du cancer a repris. Mais ce n'est pas une situation sans espoir. Premièrement, la tumeur peut croître lentement et, pour cette raison, l’espérance de vie des patients âgés n’est pas réduite. Cependant, même lorsque le cancer se développe plus activement, vous pouvez toujours faire beaucoup pour réduire les symptômes et ralentir sa croissance.

En plus des symptômes habituels de la «prostate», les stades avancés du cancer de la prostate peuvent provoquer des douleurs dans le bas du dos (symptôme le plus courant) ou des douleurs osseuses, une détérioration de l'état de santé général, une perte de poids, une anémie et d'autres troubles. L'affaiblissement des os peut entraîner des fractures, mais ce n'est pas aussi courant. Parfois, le cancer de la prostate peut nuire à l'écoulement de l'urine par les reins. Tous ces symptômes peuvent être éliminés, souvent presque complètement, après un traitement approprié.

Le choix du traitement

D'une manière générale, l'effet de ces différentes méthodes de traitement sur la tumeur est le même. Le choix entre eux est fait en fonction des effets secondaires possibles qu’ils provoquent. Si un type de traitement ne satisfait pas le patient, il peut être remplacé par un autre. Lorsque vous choisissez un traitement chirurgical ou une radiothérapie pour un cancer à un stade précoce, vous pouvez demander l’avis du patient. Dans ce cas, il sera utile de donner davantage d’informations sur les possibilités de traitement.

À la disposition du patient:

  • la chirurgie, qui mène à la guérison, et il n'a plus besoin de s'inquiéter d'un traitement ultérieur
  • injections une fois par mois ou une fois en trois mois
  • prendre des pilules.

Étant donné que le traitement hormonal (médicamenteux) n’est efficace que pendant la prise du médicament, les injections ou les pilules sont prises indéfiniment.

Chirurgie et injections hormonales

Cette opération, appelée orchidectomie sous-capsulaire, consiste à couper chaque testicule et à retirer le tissu actif de sa partie interne, ce qui permet aux testicules de ne plus produire de testostérone. Parfois, nous pouvons recommander le retrait de tout le testicule.

Une injection introduit un analogue d'une hormone appelée agoniste de l'hormone lutéinisante - une hormone libérant, ou lyuliberin - par exemple, l'acétate de goséréline (zoladex), le leuprolide (lupron) ou la triptoréline (décapeptil). Ces injections arrêtent la production de testostérone par les testicules. Leur action s'apparente à un traitement chirurgical.

Ces injections sont maintenant disponibles sous des formes qui doivent être administrées tous les trois mois. Un médicament similaire, tel que la buséréline, peut être pris par inhalation par le nez, mais il n'est pas largement utilisé en pratique clinique.

Le traitement, qu’il s’agisse d’une méthode chirurgicale ou d’une injection mensuelle, réduit le niveau de l’hormone sexuelle masculine et la plupart des hommes découvrent qu’en raison de leur activité sexuelle - désir sexuel et capacité d’érection - à disparaître. Parfois, cela ne se produit pas pour des raisons qui ne sont pas encore claires, mais dans ce cas, on ne peut pas considérer que le traitement est inefficace.

Les bouffées de chaleur et la sensation de chaleur constituent un autre problème. Les femmes sont ménagées pendant la ménopause. Le patient ressent de la fièvre ou une transpiration. Habituellement, pour la plupart des hommes, ces symptômes sont légers. L'état des patients a tendance à s'améliorer. Si la sensation de chaleur et les bouffées de chaleur sont plus prononcées, le traitement est alors assez efficace. Il est important de comprendre que les symptômes sont un effet secondaire du traitement. Certains hommes survivent, convaincus que les bouffées de chaleur peuvent être le signe de la croissance d'une tumeur cancéreuse.

L'effet de la chirurgie sur les testicules se traduit par une réduction de leur taille et le traitement par injections a le même effet. Les testicules sont associés à la masculinité, alors naturellement, on a le sentiment que ce type de traitement conduit à la "castration". Cependant, la plupart des hommes atteints d'un cancer de la prostate avancé se sentent beaucoup mieux, car le traitement commence à agir et cette «question» ne les dérange plus.

Cependant, la perte de force masculine (capacité à érection) due à une action insuffisante de la testostérone peut très bien provoquer apathie et fatigue. Certains hommes prennent du poids, et il est prouvé qu'un gain de poids peut survenir en raison d'une réduction du volume de la masse musculaire. La perte de testostérone peut causer une certaine faiblesse et un amincissement des os chez les femmes pendant la ménopause. D'une manière générale, chez un homme atteint d'un cancer de la prostate avancé, les avantages du traitement l'emportent sur les effets secondaires possibles. Le médecin qui prescrit le traitement gardera à l'esprit les effets secondaires et pourra parfois retarder ce traitement pendant un certain temps.

Différences entre la chirurgie et les injections

Bien que la chirurgie et les injections aient un effet similaire, il existe des différences au début du traitement. L'orchiectomie est une opération assez simple. Mais cela implique une hospitalisation et nécessite généralement une anesthésie générale. En quelques jours, il y a de la douleur. Il existe certaines complications mineures, telles qu'un traumatisme, un gonflement ou une infection de la plaie.

Les résultats de l'opération sont observés immédiatement, et parfois les symptômes s'améliorent après le réveil de l'anesthésie. Les injections sont plus lentes et pendant les premières semaines de traitement, elles provoquent en réalité une augmentation du taux de testostérone. Cela peut provoquer une légère croissance du cancer, raison pour laquelle des pilules d'un autre type de traitement hormonal sont prescrites pendant plusieurs semaines à compter de plusieurs jours avant la première injection.

Radiothérapie

Si le cancer s'est propagé jusqu'aux os et cause de la douleur, alors la radiothérapie est très efficace. Habituellement, il agit rapidement. Le traitement consiste généralement en 10 séances et se déroule en clinique externe ou en milieu hospitalier. Parfois, un seul traitement suffit. Une petite quantité d'effets secondaires se produit généralement, mais, en fonction de la zone touchée, il existe une douleur abdominale légère ou un trouble de la fonction intestinale.

Une autre méthode de radiothérapie osseuse consiste à utiliser une substance radioactive, le strontium-89 (métastron). Il est absorbé par le tissu osseux dans les endroits où il y a un cancer et libère un rayonnement très intense, mais limité localement, dans cette zone. Ce type de traitement est réalisé en ambulatoire par simple injection. Les précautions les plus simples dues aux rayonnements ionisants dans les 1-2 jours sont nécessaires. Bien que le strontium-89 soit l’isotope le plus couramment utilisé à cette fin, d’autres sont utilisés.

Veuillez noter que c'est précisément le strontium 90 présent dans les retombées radioactives qui préoccupe généralement les environnementalistes. Le strontium-89 est un isotope complètement différent avec une rigidité de rayonnement acceptable, dont la présence n'a pas les mêmes effets nocifs sur la santé.

Chimiothérapie

Les médicaments antinéoplasiques dans le cas du cancer de la prostate étaient auparavant moins utilisés que les autres types de cancer. On a supposé qu'ils n'étaient pas très efficaces. L'état de santé général des patients (en règle générale, les hommes âgés) ne leur permettait pas d'être utilisés. Cependant, ces dernières années, certains médicaments ont montré leur efficacité et la chimiothérapie est maintenant utilisée plus fréquemment. L’une des raisons de l’utilisation de la chimiothérapie est que l’étude PSA aide les médecins à diagnostiquer une rechute (le retour) de la maladie à un stade précoce, lorsque cette thérapie est plus efficace.

Prévention du cancer de la prostate

Bien que le traitement anticancéreux soit de plus en plus amélioré, la possibilité de prévenir le cancer constituerait une meilleure alternative. Le meilleur exemple de prévention du cancer est l’arrêt du tabac, qui réduit le risque de cancer du poumon. Il est possible que des méthodes de prévention du cancer de la prostate soient également trouvées prochainement. Les Japonais sont moins sujets au cancer de la prostate que les habitants des pays occidentaux, mais s’ils quittent le Japon pour se rendre aux États-Unis, le risque de développer leur maladie augmente. Comme suggéré, il est associé à la nutrition. Une alimentation riche en graisses animales peut augmenter le risque de cancer de la prostate, tandis que certaines vitamines et certains oligo-éléments ont un effet protecteur. Plus important encore, dans la cuisine japonaise, les produits à base de soja peuvent se comporter comme une hormone sexuelle féminine modérée (phytoestrogène).

Le finastéride est un médicament couramment utilisé pour traiter l'hyperplasie bénigne de la prostate. Il réduit l'effet de l'hormone sexuelle masculine dans la prostate et affecte ainsi le développement du cancer. Une étude récemment publiée dans laquelle 18 000 hommes ont pris du finastéride ou un placebo pendant sept ans. Dans le groupe recevant le finastéride, le nombre d'hommes ayant développé un cancer de la prostate était un quart inférieur par rapport au groupe témoin. Cependant, des tumeurs précoces ont été détectées chez des patients présentant une biopsie de la prostate, et il est difficile de savoir dans quelle mesure ce médicament réduirait le nombre d'hommes qui auront des symptômes à l'avenir ou qui mourront du cancer de la prostate. Il a été noté que, bien que le nombre total de cancers de la prostate ait diminué, le nombre de tumeurs dites très différenciées, qui sont les plus dangereuses, a légèrement augmenté chez les personnes prenant du finastéride.

L’importance de ces résultats n’est pas claire et il est trop tôt pour recommander le finastéride en tant que traitement préventif. La recherche se poursuit avec l'utilisation d'autres substances actives susceptibles de prévenir l'apparition du cancer de la prostate.

! Les informations présentées sur le site Uromax.ru, ne reflètent que l’opinion de ses auteurs et ne doivent pas être utilisées comme moyen d’autodiagnostic et d’auto-traitement.

La prostatite est une inflammation de la prostate qui se manifeste sous forme aiguë ou chronique. Le traitement analphabète et, en outre, son absence, peuvent entraîner des complications graves telles que la stérilité et l'apparition d'un adénome de la prostate. La maladie implique une approche intégrée du traitement: physiothérapie, massage, utilisation de drogues sous diverses formes. Attribuer des injections pour la prostatite ou choisir des pilules - cette décision est prise dans chaque cas par l'urologue.

Quand les injections et leurs bénéfices pour la prostatite sont nécessaires

Les comprimés sont le plus souvent prescrits pour l'évolution chronique du processus inflammatoire. S'ils n'ont pas l'effet souhaité, le patient est transféré aux médicaments injectables.
En cas d'inflammation aiguë, les injections permettent de soulager rapidement la douleur et d'améliorer considérablement l'état du patient. Cela est dû à un degré plus élevé d'absorption des médicaments sous forme d'injections par rapport à leurs comprimés.
Avant de choisir les injections comme moyen de lutter contre l’inflammation de la prostate, le médecin traitant en charge de la prostatite doit procéder à un examen approfondi de l’homme. Étudier les tests sanguins, l'urine et le jus de la prostate, effectuer des diagnostics de palpation et des ultrasons. Sur la base des résultats de l'examen, une décision est prise sur le caractère approprié du traitement par injection.
Les injections pour la prostate sont indiquées dans le cas de:

  • prostatite bactérienne chronique, aiguë et virale;
  • infertilité et dysfonction érectile;
  • changements bénins de la prostate et pendant la période de rééducation après leur retrait;
  • problèmes circulatoires dans les organes reproducteurs.

Types de médicaments prescrits sous forme d'injections

Dans le traitement de la prostatite, divers médicaments à effet antibactérien sont utilisés, contribuant à normaliser le fonctionnement des tissus de la prostate et à renforcer l’immunité. Pour soulager la douleur assez souvent utilisé le médicament Diclofenac. Seule une combinaison compétente de ces outils vous permet de guérir le patient des problèmes qui le tourmentent.

Antibiotiques utilisés pour traiter l'inflammation de la prostate chez l'homme

Les plus efficaces dans le traitement de la prostatite ont montré des antibiotiques du groupe des céphalosporines:

  • Cefazolin est un antibiotique avec un large spectre d'action. Il est recommandé d'utiliser uniquement sous forme d'injections, car lors de la prise de pilules, la plus grande partie de la substance active est détruite même dans les organes digestifs;
  • la ceftriaxone - détruit divers types de bactéries qui provoquent une inflammation de la glande;
  • Cefotaxime - tue les bactéries qui n'étaient pas affectées par d'autres médicaments, est rapidement absorbé par le tissu prostatique.

La disparition des symptômes de la maladie ne signifie pas une guérison complète. Le traitement par des agents antibactériens dure au moins 7 jours, après lesquels il est nécessaire de passer des tests répétés pour évaluer l'efficacité du traitement.

Moyens auxiliaires

Avec des antibiotiques, pour normaliser le fonctionnement de la prostate, stimuler le système immunitaire pour combattre la maladie et prévenir les rechutes, des agents auxiliaires sont prescrits. Les plus populaires sont:

  • Prostatilen - un outil extrait des taureaux de la prostate. Le médicament aide à réduire le nombre de leucocytes dans la sécrétion de la prostate, augmente le nombre de spermatozoïdes et leur mobilité, normalise l'écoulement de sang dans les veines et soulage le gonflement. Il est indiqué pour la prostatite bactérienne et bactérienne, pour soutenir le corps pendant la période postopératoire (opération de la vessie ou de la prostate), pour les formations glandulaires bénignes, pour l'infertilité causée par une inflammation;
  • Prostakor est un médicament de la prostate du bétail, il est recommandé de l'inclure dans le traitement de la prostatite chronique. Normalise les processus physiologiques, augmente le tonus des muscles de la vessie, réduit le risque de formation de caillots sanguins. L'outil est introduit une fois par jour pendant 5 à 10 jours.
  • Pyrogène - immunostimulant sous forme de suppositoires et d’ampoules, stimule les processus de régénération dans le corps;
  • Timalin - un agent prophylactique qui protège la prostate de l'inflammation, presque pas de contre-indications. A également un effet immunostimulant sur le corps;
  • Ingaron - action médicamenteuse antivirale. Les injections d’Ingaron sont prescrites pour la prostatite à caractère viral, avec une évolution chronique du processus, pour les infections urogénitales et herpétiques. Traitement Ingaron assez long.

Injections de diclofénac pour la prostatite

Le diclofénac est recommandé comme remède pour soulager les symptômes et soulager l’état d’un patient souffrant de prostatite. Il est inclus dans la thérapie complexe principalement sous la forme d'injections. Le diclofénac aide à:

  1. réduire la douleur et soulager le gonflement;
  2. baisse de la température corporelle;
  3. éliminer les spasmes musculaires et l'inflammation;
  4. restaurer le tissu prostatique.

Le traitement avec ce médicament est uniquement prescrit par un urologue. La posologie est calculée en fonction de l'âge du patient, de la gravité du processus inflammatoire, des maladies associées. Le diclofénac est contre-indiqué chez les personnes présentant des anomalies du foie et des reins, souffrant d'hypertension, de maladies du système digestif. Peut-être son utilisation alternative avec des médicaments tels que Baralgin ou Took.

Propriétés utiles de l'aloès et leur utilisation pour la prostatite

L'utilisation d'aloès avec la prostatite a un effet tonique et antiseptique, normalise l'état des tissus de la prostate. De plus, l'agave a un effet stimulant sur le système immunitaire. Cependant, il convient de noter que les injections d'aloès ont de nombreuses contre-indications, par exemple, le cancer, l'hypertension, la grossesse et d'autres.

Les principaux points de traitement de la prostatite

En règle générale, le traitement de la prostatite au moyen d'injections est effectué en ambulatoire sous la surveillance d'un médecin. En fonction de la dynamique du processus, il peut être réduit ou au contraire se dérouler en plusieurs étapes. Pendant le traitement, il est interdit de consommer des boissons alcoolisées pour prévenir les réactions allergiques. Il est très important de supporter avec précision le dosage des médicaments prescrits, de suivre les instructions pour leur reproduction. Par conséquent, il est souhaitable que les injections soient effectuées par une personne ayant une expérience pertinente. Si des réactions inhabituelles apparaissent (éruption cutanée, maux de tête, faiblesse), vous devriez immédiatement consulter un spécialiste. L'autotraitement de la prostate est inacceptable et menace un homme souffrant de graves problèmes de santé.

Le cancer de la prostate se développe lentement, affecte les terminaisons nerveuses et les vaisseaux sanguins qui contrôlent la miction et la fonction sexuelle.

Le traitement précoce du cancer de la prostate a un impact significatif sur la vie d’un homme. Si le cancer de la prostate a déjà été identifié, si les symptômes et le traitement ont été prescrits, il est possible de guérir complètement la maladie si les métastases n'ont pas encore commencé.

Cancer de la prostate

L'oncologie de la prostate est traitée par les méthodes existantes progressives. Il existe plusieurs options de traitement avec un pronostic positif. Les méthodes de traitement du cancer de la prostate dépendent principalement du stade du cancer de la tumeur.

Le cancer de la prostate comporte quatre stades. Les premier et deuxième stades n'apparaissent pas comme des symptômes particuliers, la tumeur est située dans la prostate. Détecter le cancer de la prostate chez les hommes peut accidentellement être vu ou testé pour d'autres raisons. Un traitement adéquat du cancer de la prostate au cours de cette période permet de prédire la guérison de 85 à 95% sans la présence de métastases. Si des métastases se sont formées dans les ganglions lymphatiques au deuxième stade, la prévision serait de 80 à 90%. À partir de la troisième étape, des métastases à distance apparaissent dans le cancer de la prostate dans les organes et les ganglions lymphatiques. Ensuite, la chirurgie du cancer de la prostate est nécessaire.

Traitement complet

Si le cancer de la prostate est confirmé chez les hommes, les symptômes et le traitement consistent en un traitement d'association.

Il comprend:

  • ablation chirurgicale du cancer de la prostate, y compris TUR - résection transurétrale;
  • exposition au cancer de la prostate (radiothérapie) ou observation dynamique;
  • hormonothérapie pour le cancer de la prostate à un stade avancé, inefficace à un stade précoce;
  • chimiothérapie pour le cancer de la prostate, qui dépend du schéma (scénario clinique) et du résultat attendu;
  • curiethérapie du cancer de la prostate.

Vidéo informative: traitement du cancer de la prostate

Prostatectomie radicale

Si un cancer de la prostate localisé est diagnostiqué, le traitement sera effectué par élimination radicale de la prostate. Soigne le cancer de la prostate localement limité par une prostatectomie locale.

Adénocarcinome de la prostate - une tumeur maligne, mais se développe lentement.

Par conséquent, le cancer peut être à différents degrés de propagation:

      • limité localement (seule la prostate est atteinte);
      • répandue localement (la tumeur dépasse les limites de la prostate, mais il n'y a pas de métastases);
      • cancer métastatique (il y a des tumeurs filles).

La prostatectomie locale, en tant qu'opération d'élimination du cancer de la prostate, est la principale méthode de traitement avec des chances de guérison élevées, car il est possible d'éliminer toutes les cellules cancéreuses. La méthode opérationnelle est envisagée si l’espérance de vie prévue est de 10 ans ou plus.

Le cancer de la prostate est un stade précoce et localisé qui ne va pas aux organes les plus proches. Une prostatectomie locale ou une prostatectomie radicale laparoscopique est ensuite appliquée. La deuxième étape est considérée localement abondante, car les cellules passent dans les tissus entourant la prostate. Prostatectomie radicale est effectuée et la radiothérapie et la chimiothérapie sont connectés. Au troisième stade, les cellules cancéreuses se métastasent vers d'autres organes.

Appliquer un traitement complexe:

      • ablation chirurgicale de la tumeur;
      • hormonothérapie pour le cancer de la prostate;
      • radiothérapie pour le cancer de la prostate.

Comment faire une prostatectomie radicale

Enlevée avec la prostate - capsule, vésicules séminales et canaux spermidiaires. Il existe trois façons d'accéder à la prostate avec un cancer de la prostate localement limité, bien qu'elles ne soient pas toutes invasives.

Dans le diagnostic du cancer de la prostate, le traitement consiste le plus souvent en un accès rétinien ouvert au pancréas: une petite incision est pratiquée dans le bas de l'abdomen. À travers cela opère d'en haut. Cette prostatectomie postérieure élimine une prostate fortement élargie.

L'accès à la prostate par le bas à travers une incision dans la région périnéale est effectué par prostatectomie radicale périnéale. La méthode est utilisée pour les patients obèses ou pour ceux qui ont déjà été opérés dans le bas-ventre auparavant.

Prostatectomie radicale laparoscopique

Avec cette méthode peu invasive, nous opérons le plus souvent si la tumeur n’est pas complexe. Trois petites incisions sont pratiquées dans le péritoine au travers desquelles le chirurgien insère les instruments et l'endoscope.

Ils pratiquent une intervention chirurgicale réalisée par un robot, mais gérée par un chirurgien - un robot da Vinci. Il est mis en œuvre uniquement dans les grands centres où des sommes importantes sont dépensées. Le cancer de la prostate, ses conséquences après une intervention chirurgicale, tentent de minimiser la possibilité qu’elles soient provoquées par la tumeur, réalisant ainsi des manipulations douces n’affectant pas les nerfs.

Effets secondaires

Si la prostate est extraite pendant le cancer par prostatectomie radicale, les conséquences peuvent être:

      • dysfonction érectile (diminution de la puissance);
      • incontinence (incontinence).

La taille de la tumeur influe sur l'issue de l'opération, quels que soient les efforts déployés par les chirurgiens pour préserver le potentiel d'une prostatectomie radicale. Après le retrait du cathéter urinaire, l'incontinence temporaire se produit le plus souvent. L'incontinence permanente est rare.

Le développement ultérieur des conséquences suivantes est possible:

      • l'urètre se rétrécit (le rétrécissement de l'urètre commence);
      • le pénis est raccourci;
      • les matières fécales ne sont pas conservées (après la chirurgie avec accès périnéal);
      • la neuropraxie survient (après une intervention chirurgicale avec accès rétinien).

En cas de malaise général chez les patients, la rééducation est effectuée après le retrait du cancer de la prostate dans les hôpitaux ou les dispensaires.

Résection transurétrale (TUR)

La résection endoscopique avec ablation complète ou partielle de la prostate est due à:

      • avec des processus de la vessie obstructive;
      • l'hyperplasie;
      • adénome de la prostate;
      • tumeur de la prostate.

L'opération est effectuée méthode de résection transurétrale. Dans ce cas, ils ne pratiquent pas une incision horizontale continue. Par conséquent, l'opération est considérée comme peu invasive. Un résectoscope (générateur de haute fréquence) est inséré dans l'urètre. Une boucle au bout de l'instrument saisit un organe endommagé. Ensuite, un courant haute fréquence est appliqué, les coupes sont soigneusement effectuées. Dans ce cas, les fibres du sphincter interne sont complètement exposées.

Une anesthésie générale ou rachidienne est réalisée lors de la réalisation du TUR. La durée de l'opération est de 30 minutes. Ensuite, au lieu d’un résectoscope, un cathéter urétral est temporairement inséré et retiré au bout de 7 jours.

Les avantages de l'opération:

      • pas de saignements abondants;
      • les plaies guérissent plutôt après la chirurgie;
      • après 2 mois, la fonction sexuelle est rétablie;
      • les patients restent à la clinique - 5 jours.

Le pronostic de l'espérance de vie après la TUR de la prostate est de 10 à 15 ans ou plus.

Orchidectomie

L'orchiectomie du cancer de la prostate est un type de chirurgie au cours duquel un ou deux testicules sont prélevés avec des symptômes évidents de cancer avec métastases testiculaires (cancer du testicule). L'efficacité clinique de la survie à 5 ans est plus élevée après une orchidectomie bilatérale qu'après un traitement aux œstrogènes. L'orchiectomie est réalisée pour désactiver la fonction testiculaire - la production d'androgènes.

Avec ceci:

      • la teneur en testostérone du sang dans la fraction libre diminue rapidement;
      • le taux de prolactine n'augmente pas dans le sang;
      • augmentation des niveaux d'hormones: lutéinisante et stimulante folliculaire, ce qui indique la présence de perturbations dans la relation négative inverse entre les testicules et l'adénohypophyse.

Orchiectomie sous-capsulaire esthétiquement plus acceptable souvent, parce que la membrane protéique et l'épididyme ne sont pas enlevés.

Si le patient présente une forme disséminée de cancer de la prostate, si des métastases osseuses sont douloureuses, un effet clinique rapide est obtenu par orchidectomie bilatérale ou administration intraveineuse de phosphestérol (1000 mg / jour, 3-5 jours).

Epitsistostomiya

Une épicystostomie pour le cancer de la prostate est réalisée pour former une fistule sur le pubis. Cela permet une évacuation rapide de l'urine. Dans le même temps, la vessie est examinée et un cathéter est inséré.

L'opération est effectuée:

      • Méthode ouverte: vérifiez le fonctionnement de la vessie et complétez-la d'air, puis coupez le tissu (jusqu'à 6 cm) au centre du pubis, sous anesthésie générale ou locale.
      • méthode du trocart (épicystostomie). Le trocart est introduit dans la vessie et dans le tube de drainage. Comment correctement installé le cathéter peut être surveillé avec un cystoscope.

En cas de dysfonctionnement de la vessie et de sténose du canal de sortie de l'urine, un épicystique est appliqué. Les tissus sont incisés dans le nombril et forment chirurgicalement un canal pour insérer le cathéter. À travers l'anneau ombilical, le cathéter canalaire est inséré dans la vessie. Les plaies sont suturées et passent aux procédures postopératoires. L'épitsistostomie impose de ne pas ouvrir la vessie, afin de ne pas véhiculer l'infection dans le tissu sous-cutané. Par conséquent, les complications postopératoires ne se produisent pas et le patient récupère rapidement.

Radiothérapie pour le cancer de la prostate

L'exposition aux radiations ou la radiothérapie pour le cancer de la prostate est réalisée pour réduire la croissance tumorale, la probabilité de métastases. La radiothérapie de la prostate ne garantit pas la guérison complète du cancer. Combine souvent la radiothérapie et la pharmacothérapie pour renforcer l’effet du traitement.

La radiothérapie à distance pour le cancer de la prostate est réalisée conformément à des programmes spéciaux qui vous permettent de créer des images volumétriques de la tumeur. Ils aident à diriger les rayons de rayonnement directement vers la tumeur.

L'utilisation de la radiothérapie modulée intensive permet au médecin d'augmenter l'intensité de la dose de rayonnement et de la diriger directement vers la tumeur, puis de réduire l'intensité afin de l'influencer plus près des tissus sains environnants. Dans ce cas, la dose minimale n’affecte pas les tissus et organes sains adjacents.

Le traitement pour la radiothérapie à distance est de 7 à 8 semaines, avec une visite quotidienne de 5 jours à la clinique externe. Les patients tolèrent mieux les radiations que la prostatectomie. Risque réduit d'impuissance et d'incontinence urinaire. Les effets de la radiothérapie sur le cancer de la prostate peuvent se traduire par de possibles lésions (par exemple des ulcères radiologiques) des tissus et des organes voisins: la vessie et le rectum.

Curiethérapie - une méthode alternative d'exposition

La curiethérapie est utilisée pour traiter le cancer de la prostate aux premiers stades de l’onco-tumeur. La méthode de comportement est la suivante: l'iode radioactif en granulés est placé dans des capsules et injecté dans la prostate sous contrôle ultrasonore. La tumeur reçoit une forte dose de rayonnement.

La procédure est effectuée dans les dispensaires pendant une heure. Cette méthode de radiation douce est appliquée uniquement à une tumeur qui n'a pas traversé la capsule qui entoure la glande (stades T1 et T2).

C'est important! Il est contre-indiqué de procéder à une curiethérapie après des opérations antérieures dans le but de résection partielle de l'adénome de la prostate et de petites glandes.

La curiethérapie est basse fréquence et haute fréquence. La curiethérapie à basse fréquence est une injection unique à long terme de particules de semences radioactives dans la glande, consistant en des microcapsules de titane - des "grains". Ils contiennent un isotope radioactif de l'iode / J25, ressemblant à un spermatozoïde. L'anesthésie générale ou conductrice (rachidienne) est utilisée. Le programme informatique calcule individuellement le nombre total de microcapsules et la dose thérapeutique nécessaire pour chaque patient en fonction de la taille de la prostate. Avant cela, la localisation exacte et les paramètres des tumeurs oncones sont déterminés avec précision. Les émissions radioactives totales peuvent aller de 160 à 220 Gy par an.

Selon la technique développée, les particules radioactives dans des capsules de titane avec une aiguille graduée sont introduites dans le tissu de la prostate à l'aide du schéma. La procédure dure 1 heure et demi. Là où des particules sont installées, capture et contrôle l’ordinateur.

L'irradiation tumorale dure 6 mois. La demi-vie de l'iode radioactif / J125 est de 120 jours. De plus, les radiations constitueront l’arrière-plan du patient, mais elles ne représentent aucun danger pour les autres. La curiethérapie correctement calculée, comme la radiothérapie pour le cancer de la prostate, ne laisse aucune conséquence. Le patient diminue progressivement le niveau d'antigène spécifique de la prostate (PSA) pendant 6 à 8 mois sous la supervision d'un médecin. L'irradiation préserve l'activité dans 70 à 90% des cas, la miction est rétablie et l'incontinence ne se produit pas.

La méthode de curiethérapie à haute fréquence est opérationnelle. Le contrôle visuel est effectué par le biais d'un équipement informatique. Directement dans le tissu de la prostate, implantez 50 morceaux de microcapsules de titane. Un montant différent est également possible, en fonction de la taille de la prostate. Les implants de microparticules radioactives agissent localement sur la tumeur et la détruisent de l'intérieur. Le tissu situé à proximité n'est pas endommagé.

La méthode est caractérisée par l'introduction répétée et à court terme d'isotopes radioactifs puissants dans le tissu prostatique:

      • iridium / Ir192 - sa durée est de - 74 jours;
      • palladium / Pd103 - il vit à peu près 17 jours.

La méthode est utilisée chez les patients présentant les stades cliniques de la maladie T2-T3. De plus, l'oncologie (cancer) est agressive et se propage aux tissus environnants.

Appliquer une anesthésie locale ou péridurale, un contrôle visuel par ultrasons. Les capsules de titane contenant des radio-isotopes sont introduites dans la glande par des aiguilles à ponction avec une fixation de 8 à 10 minutes, l’intervalle étant de 3 mm. Après un temps déterminé, les capsules sont retirées et la procédure répétée lors de la séance de curiethérapie suivante. Un total de 2-3 sessions.

Une seule irradiation fractionnée d'une capsule ne dépasse pas 10 - 12 Gy. La dose unique totale supérieure ne dépasse pas 30 Gy, exposition externe supplémentaire comprise entre 40 et 50 Gy.

Le taux de guérison (destruction complète de la tumeur) est compris entre 70 et 80%. La période prévue d'observations médicales de contrôle - 0,5 à 15 ans.

Vidéo informative: Curiethérapie dans le traitement du cancer de la prostate

Chimiothérapie pour le cancer de la prostate

La chimie (médicaments contenant des toxines) détruit les cellules cancéreuses avec une division rapide et incontrôlée. Les produits chimiques détruisent le noyau et la coquille des cellules cancéreuses, ce qui entraîne leur mort.

Une chimiothérapie est réalisée pour le cancer de la prostate avec métastases osseuses aux stades III et IV. Le sang transporte des toxines dans le corps après l’administration de médicaments par voie intraveineuse (par exemple, le paclitaxel). Les toxines trouvent les cellules cancéreuses et les détruisent. Le traitement peut durer six mois dans le cadre d'une thérapie combinée.

Au début de la chimiothérapie, elle n’est pas prescrite car elle peut entraîner la mort d’un grand nombre de cellules saines. Dans le même temps, il y a des effets secondaires: nausée, vomissement, faiblesse, calvitie.

Thérapie hormonale pour le cancer de la prostate

Le traitement hormonal du cancer de la prostate joue un rôle important dans le traitement de l'oncologie de la prostate, en particulier à un stade avancé. L'hormonothérapie bloque les effets de la testostérone (hormone masculine) sur les cellules de la prostate. L'hormonothérapie pour le cancer de la prostate chez les patients au 4ème stade est la seule méthode de traitement disponible.

Le traitement est effectué:

      1. Antagonistes libérant des gonadotropines: Firmagon, Fosfestrol, Diethylstilbestrol pour réduire les niveaux de testostérone. Les médicaments sont capables d'inhiber la croissance d'une tumeur et de différencier ses cellules.
      2. Analogues de l'hormone hypophysaire: Diferelin, Lyukrinom, Decapeptil pour fournir une castration médicale temporaire. Après 2-3 semaines, les hormones mâles réduisent leur niveau autant que lorsque les testicules sont enlevés. À l'avenir, la testostérone dans le sang recommence à augmenter.
      3. Anti-androgènes: Casodex, Flucin, Anandron pour exclure l’interaction des cellules tumorales avec les hormones sécrétées par les glandes surrénales.

Les hommes de moins de 60 ans reçoivent une combinaison d'hormonothérapie et de cryothérapie. La congélation des cellules à basse température contribue à la destruction de la paroi cellulaire par les cristaux de glace. La radiothérapie et les hormones sont utilisées pour améliorer l'effet du traitement. Dans le pire des cas, une opération d'élimination des testicules est effectuée pour réduire les niveaux de testostérone. La castration chirurgicale est psychologiquement dure et tolérée par les hommes.

Anticorps monoclonaux

Les préparations (vaccins) contiennent des anticorps similaires aux anticorps, qui développent une immunité pour détruire la tumeur. L'immunothérapie du cancer de la prostate dans les cliniques domestiques est rarement pratiquée.

Virothérapie

La virothérapie est considérée comme une méthode nouvelle et la plus prometteuse pour traiter l’oncologie de la prostate. Des virus spécialement conçus effectuent la dissolution (lysage) des cellules cancéreuses. Le meilleur moyen est considéré comme ECHO 7 Rigvir, il est capable de réduire la tumeur et de stimuler le système immunitaire pour le contrôle de soi des cellules en mutation. Cet outil est utilisé avant et après une chirurgie dans les stades précoces du cancer.

Le système complexe de traitement de l'oncologie de la prostate comprend également:

      • traitement populaire du cancer de la prostate;
      • nutrition pour le cancer de la prostate.

La viande grasse et riche en calcium: le fromage, le lait et les œufs contribuent au développement du cancer de la prostate, ainsi que du manque de vitamine D dans le corps. L'apparition dans le régime alimentaire du brocoli, du chou-fleur et de la tomate rouge, les produits à base de soja réduisent le risque de maladie de 5 à 6 fois. Le pollen de fleurs recueilli par les abeilles lors de la floraison de diverses herbes, maïs, charme, pin et chêne, noisetier et bouleau est efficace en oncologie de la prostate avec miel (1-2 c. À thé) et lait (0,5-1 c. À soupe). dans la matinée.

Depuis les profondeurs des siècles, les connaissances accumulées sur les plantes dont le pouvoir vital est utilisé pour traiter le cancer de la prostate nous sont parvenues. Nous connaissons les teintures et les décoctions avec la présence de propriétés anticancéreuses et anticoagulantes qui renforcent le système immunitaire et renforcent la résistance du patient. Tous les remèdes populaires sont introduits dans des programmes complets de traitement en oncologie.

L'écorce de tremble, broyée et bien séchée, est utilisée pour la teinture de vodka: nous versons 100 g d'écorce dans un bocal et versons 200 ml de vodka. Brassons dans un endroit sombre pendant deux semaines. Pour recevoir 20 gouttes dissoudre dans l'eau (1/4 c. À soupe.) Et prendre 3 fois par jour une demi-heure avant les repas pendant 60 jours.

Une collection d'herbes de 25 grammes de mildiou, 50 g de feuilles de cassis et de mélisse est très efficace. Il est stocké dans un petit récipient fermé. Chaque fois qu'une nouvelle bière est préparée. Dans un verre cuit à la vapeur avec de l'eau bouillante 2 c. collection, couvrir avec un couvercle et après quelques minutes, filtrer. Buvez à jeun avec du citron et du miel. Après 20-30 minutes, vous pouvez commencer le petit déjeuner.

Les microclysters pour le cancer de la prostate à partir d'un bouillon cicatrisant sont efficaces en ce que l'herbe commence à avoir un effet bénéfique sur le foyer de la maladie - dans le petit bassin et non dans le tube digestif, où ses propriétés curatives sont détruites. Avant de microclyster intestin soigneusement nettoyé.

Composition pour microclysters: mélanger des parties égales du brassard avec de l'origan, du plantain et du bore de l'utérus. Endormez-vous dans un thermos de 10 g de collecte et versez 1/4 l d'eau bouillante. Au bout de 2 heures, ajoutez 0,5 c. Le miel et la nuit, nous faisons des microclysters à l’aide d’une seringue.

Les suppositoires rectaux avec des antibiotiques sont utilisés pour améliorer les résultats positifs des microclysters, des infusions et des décoctions, pour éliminer la douleur, l’inflammation et réduire le spasme des vaisseaux sanguins.

Medunitsa en infusion est utilisé comme astringent et vasoconstricteur. L'infusion est faite à partir de 1 c. poudre d'herbe sèche et un verre d'eau bouillante. Insister sous le couvercle pendant 2 heures. Prendre 50 ml - 3 fois / jour.

Les champignons et leurs préparations ont des effets antitumoraux. Par exemple, de:

      • Golovacha oblong (en forme de bulle, géant, kalvatsiyu) peut être trouvé en abondance dans les prairies et les pâturages humides. La tête atteint un diamètre de 30 à 50 cm et le champignon entier pèse de 6 à 8 kg. En oncologie, la prostate boit une décoction de champignons frais sans doses ni teinture de vodka dans un rapport de 1: 5.
      • On trouve des flamellins veloutés (champignons d’hiver) en septembre-janvier, mais il faut les ramasser avant ou après les grosses gelées. Les champignons résistent à l'alternance de gelées et de dégel et continuent à pousser dès que le soleil se réchauffe. Cultivez sur des arbres vivants et tombés: peuplier, saule et tilleul. Des scientifiques japonais ont isolé du champignon Flamullin - une protéine qui inhibe la croissance des cellules.

C'est important! Le champignon peut être utilisé dans des teintures, fraîches et en poudre. Mélange thérapeutique: poudre de capsule de flamulline (100 g), chagi de bouleau (20 g), abeille sous la surface (corps d'abeilles morts - 20 g), poudre de bourgeons de peuplier (30 g) et miel (200 g). 20 minutes avant un repas, prenez 1 cuillerée à thé de médicament 2-3 fois par jour.

L'utilisation de remèdes populaires devrait toujours être négociée avec un oncologue, à la fois dans le traitement et dans la prévention du cancer de la prostate.

Vidéo informative sur le traitement du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne résultant de l'épithélium sécréteur de la prostate. En médecine il y a

le cancer de la prostate est curable rapidement au stade initial

plusieurs méthodes pour lutter contre cette maladie. Le choix d'une technique particulière dépend de divers facteurs: l'âge du patient, son degré de développement et son stade de gravité, ainsi que la présence de métastases.

Le traitement du cancer de la prostate, détecté au premier stade, est moins dangereux et peut être traité plus rapidement. Par conséquent, il est conseillé aux hommes de ne pas commencer la maladie et de se faire examiner par un spécialiste expérimenté dès les premiers symptômes suspects.

Tactique de la femme enceinte

Les avantages de la méthode radicale (en combinaison avec des médicaments hormonaux et une radiothérapie) pour le traitement du cancer de la prostate n’ont pas été prouvés. Il existe une autre méthode appelée «tactique d’attente». Aucun traitement ne lui est prescrit tant que le cancer n'a pas fortement augmenté.

La tactique chez les femmes enceintes est préférable chez les hommes âgés qui souffrent de maladies graves et de tumeurs très différenciées à croissance lente. Dans ce cas, aucun traitement n'est prescrit, mais le patient est sous la surveillance constante du médecin traitant. Une échographie de la prostate est effectuée régulièrement, du sang est prélevé pour déterminer le taux de PSA, etc.

Cependant, il convient de noter que même avec une sélection rigoureuse des hommes atteints du cancer de la prostate pour cette méthode de traitement, jusqu'à 10% des patients décèdent.

Intervention chirurgicale

Prostatectomie

la prostatectomie est un remède cardinal avec certains effets secondaires.

L'intervention chirurgicale (prostatectomie radicale) est le traitement principal du cancer de l'organe masculin. Pour la première fois, cette opération fut réalisée en 1904. Prostatectomie radicale - retrait de la glande, des vésicules séminales et des ganglions lymphatiques régionaux (entourant la glande prostatique).

L'opération est appliquée uniquement dans la première phase du cancer, lorsque la tumeur est complètement dans la prostate, à l'aide d'une prostatectomie radicale, un chirurgien expérimenté peut retirer complètement la glande cancéreuse.

Pour s'assurer que le cancer ne se propage pas, le médecin procède à une lymphadénectomie dans la région pelvienne. Au cours de cette procédure, les ganglions lymphatiques pelviens sont enlevés, qui sont ensuite examinés pour les cellules cancéreuses.

L'accès à la prostate peut être obtenu par une incision dans le bas de l'abdomen ou par une section dans la région périnéale. Après la chirurgie, un cathéter est inséré dans la vessie. En outre, il reste dans la plaie un petit tube en plastique à travers lequel la vessie est lavée. De telles mesures sont nécessaires pour éviter l'accumulation de caillots sanguins.

Après la chirurgie

l'impuissance est l'un des effets secondaires

La période postopératoire dure généralement 10 à 15 jours et est souvent accompagnée de douleur que les analgésiques suppriment.

Une des complications les plus courantes de la prostatectomie est l'impuissance. Parfois, la chirurgie conduit à l'incontinence. Dans certains cas, un chirurgien qualifié peut effectuer l'opération en préservant les faisceaux nerveux responsables de l'activité, mais malheureusement, cela n'est pas toujours possible.

En outre, l'ablation de la prostate peut entraîner une infertilité masculine. Une complication rare de la prostatectomie est la maladie de Marion (sclérose de la vessie au cou), dans laquelle la vessie perd complètement sa capacité de contracter. Cette complication est corrigée par l'opération de dilatation du col de la vessie.

Il est pratiquement impossible de prédire à l'avance la probabilité de survenue de complications possibles chez un patient donné et le degré de leur manifestation, il est donc conseillé de discuter du risque présomptif de l'opération avec le médecin.

Bien que lors de la prostatectomie, le chirurgien retire toute la prostate touchée par le cancer, cela ne garantit pas l'absence de récidive tumorale dans la même zone de cancer localement avancé. En cas de rechute, le patient reçoit une radiothérapie.

Une autre méthode opératoire pour le traitement du cancer de la prostate est l’orchectomie sous-capsulaire, le retrait d’une partie du testicule. Dans certains cas, une orrectomie bilatérale est réalisée (retrait complet des testicules).

L'opération est réalisée sous anesthésie locale. L'avantage de cette méthode est le manque de besoin de médicaments. Malgré cela, l’orchectomie est rarement pratiquée.

Radiothérapie

Radiothérapie - utilisation de radiations pour détruire les tissus malins. À la suite de cette procédure, il se produit une violation de la structure de l'ADN des cellules affectées par le cancer qui perdent leur capacité à se reproduire, vieillissent et meurent.

Cette technique a commencé à être appliquée dans les années 60 du XX siècle. Ensuite, avec cette méthode, les patients atteints d'un cancer de la prostate précoce ont été traités. Actuellement, au premier stade de la maladie, les spécialistes préfèrent la chirurgie et la radiothérapie est utilisée dans les cas où l'opération n'est pas indiquée ou n'apporte pas le résultat souhaité.

Deux types de thérapie

Il existe une radiothérapie à distance et une curiethérapie. Thérapie à distance - irradiation du cancer par rayons gamma. Elle est réalisée en ambulatoire et est plus facilement tolérée par les patients. Contrairement à la prostatectomie radicale lors d'une thérapie à distance, le risque de développer une incontinence et une impuissance urinaires est moindre.

la radiothérapie est de deux types

L'inconvénient de cette méthode est que les organes et les tissus entourant la prostate sont endommagés par les radiations. Le rectum et la vessie sont principalement touchés. Le développement des complications suivantes est également possible: proctite, cystite, ulcères du gros intestin.

La curiethérapie (radiothérapie de contact) est l'un des types de thérapie par radionucléides dans laquelle la source de radiation (isotopes du radium, du césium, du cobalt, etc.) est placée dans la prostate altérée pathologiquement.

Lors de la mise en œuvre de cette méthode, 60 à 90 grains d'un isotope radioactif de l'iode sont introduits dans une aiguille spéciale dans le parenchyme de l'organe mâle. L'intervention est réalisée sous anesthésie générale en ambulatoire. Le contrôle de la mise en place des grains est effectué sous le contrôle strict du capteur transrectal.

En raison de l'irradiation avec les doses maximales admissibles du foyer de la tumeur, le résultat est obtenu plusieurs fois plus rapidement avec un impact minimal sur les tissus sains environnants.

Cryothérapie

Cryothérapie - destruction d'une tumeur maligne à basse température. Les résultats de ce traitement sont similaires à ceux de la radiothérapie.

Le meilleur effet est obtenu avec un faible volume tumoral et en association avec la cryothérapie et les médicaments hormonaux.

L'hormonothérapie

Les hormones mâles (androgènes) contribuent à une augmentation des cellules malignes de la prostate.

L’hormonothérapie est utilisée pour réduire la quantité d’androgènes dans le sang du patient. Souvent, cette méthode de traitement est utilisée en combinaison avec une intervention chirurgicale.

Ce qui s'applique

l'hormonothérapie ne donne pas toujours un effet visible.

Pour le traitement du cancer de la prostate à partir du 3ème stade, les spécialistes utilisent un blocage complet des androgènes, c’est-à-dire une combinaison d’antiandrogènes et de radiothérapie. Pour le cancer du 4ème stade, les antiandrogènes sont utilisés en association avec la radiothérapie afin de séparer les métastases régionales afin de réduire les symptômes et d'améliorer la qualité de vie du patient.

Certains médicaments "arrêtent" la production d'hormones synthétisées par l'hypophyse. Ces médicaments sont: la leuprolérine, la gozélirine, la triptoréline. Les injections de médicaments hormonaux sont effectuées une fois tous les 30 ou 90 jours par voie sous-cutanée dans le muscle ou l'abdomen.

D'autres hormones agissent en attachant des cellules cancéreuses à la surface. Ces hormones sont des médicaments antiandrogéniques prescrits en comprimés. Ces médicaments comprennent le fultamide et le bicalutamide.

Les médicaments antiandrogènes sont pris 14 jours avant la première injection d'hormones. Cela évite une aggravation brutale des symptômes de la maladie après la première dose de médicaments hormonaux.

Il convient de noter que l'hormonothérapie ne donne pas toujours un effet visible.

La testostérone est la principale hormone qui régule et stimule la croissance des cellules de la prostate. Cependant, certaines cellules cancéreuses se développent indépendamment du contenu de cette hormone dans le corps de l’homme.

Dans ce cas, la thérapie hormonale peut ne pas donner le résultat souhaité, mais elle reste une méthode importante dans le traitement des stades avancés de la maladie.

En outre, l'utilisation d'un traitement hormonal dans le traitement de la maladie ne conduira pas à la destruction des cellules affectées par le cancer. En outre, l'élargissement du sein, la dysfonction érectile, une diminution de la libido et des bouffées de chaleur peuvent être des effets secondaires.